Le Temple Jedi 6 (page 3)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Tyria_

    Tyria_

    13547 Crédits

    Kaarde était étendu sur un des lits de l’infirmerie du Temple Jedi depuis maintenant quelques heures. Sol’As Mordi avait géré la petite réaction allergique de Kaarde avec une facilité qui laissait rêveur.

    Quand le guérisseur m’interrogea sur les raisons de l’ingestion d’une telle quantité de carottes, je bottais en touche prétextant une sombre histoire de Force, de tentation et de préjugés maladroits sur les Lepi. Peu dupe, Sol’As ne poussa pas plus loin les interrogations. Sans doute avait-il prévu de s’enquérir des évènements directement auprès du « Grand Maître » de l’Ordre.

    Mon ancien maître commença à émerger péniblement. Hagard, il ouvrit les yeux. Nous arrivions donc au moment que j’avais attendu avec une honteuse délectation pendant ces dernières heures.

    Kaarde - … Mmmh, Carla ?

    Ou pas…

    Moi – Pas vraiment…
    Kaarde – Tyria ? Mais qu’est-ce que…
    Moi – Au moins, ça va te permettre de garder ta bure et ta fréquence de Comlink.

    La mine de Kaarde s’empourpra à un niveau encore jamais atteint.

    Kaarde – Je. Hum… Mais il s’est… Hum… Et puis… Hum… Blouge ?

    Je le dévisageai silencieusement avec un énorme sourire. Je devais me mordre sévèrement la langue pour ne pas partir dans un fou rire dévastateur. Kaarde finit par me lancer un regard désespéré.

    Kaarde – C’est très confus. Je… Mais que s’est-il passé hier ?

    Bien que cela me coûtai, je continuai de dévisager Kaarde silencieusement. Mon sourire s’épanouit un peu plus.

    Kaarde – Tu es vraiment aussi sadique que ton père.
    Moi – Comprends moi bien… Ce n’est pas facile pour moi de savoir comment aborder ce qu’il s’est passé cette nuit tellement… Tellement ça me parait encore absolument improbable !
    Kaarde – Pire ou pas que l’affaire du Gundark ?
    Moi – Tu n’as pas idées…

    Kaarde avala difficilement sa salive. Il ferma les yeux un instant et s’arma de courage.

    Kaarde – C’est bon. Dis-moi tout. Je peux l’encaisser.
    Moi – Une des filles d’Ange, Carla, t’a fait du gringue. Cela a dû passablement te troubler car tu as malencontreusement ingéré une épice synthétique et passé le reste de la nuit persuadé que tu étais un Lepi.
    Kaarde, livide – Ah. Ca n’a pas été plus loin ?
    Moi – Oh… Tu as seulement fait quelques galipettes sur une barre de pole-dance en réclamant des carottes.
    Kaarde, blafard – Mille vornskrs…
    Moi – Tu le dis déjà maintenant ? Attends de savoir la suite ! Je t’ai ramené ensuite au Temple où tu m’as transporté sur tes épaules jusqu’à ce qu’on croise un Lepi Jedi à qui tu as réclamé des carottes.
    Kaarde, blême – Oh la la…
    Moi – Une fois que tu l’as vexé comme il faut, tu t’es dirigé en sautillant vers les cuisines pour manger autant de carottes que tu pouvais. En me tenant toujours sur ton épaule.
    Kaarde, cireux – C’est… tout ?
    Moi – Tu as finalement fait une réaction allergique et j’ai dû t’amener à l’infirmerie où Maître Mordi s’est chargé de toi.
    Kaarde, atterré – C’est pire que le gundark…
    Moi – Bah… Tu peux être content de ne pas voir eu le temps de mettre en tête de te reproduire. Tu connais les mœurs des Lepi sur le sujet !

    La simple mention de cette idée fit écarquiller le pauvre Maître Jedi. Il rougit de nouveau.

    Kaarde – Tu vas me faire la morale, j’imagine ?
    Moi – Te faire la morale ? Moi ? (Je rigolais un instant) J’ai plus été inquiète pendant tout ce temps. Et surtout un peu gênée, en fait. Il ne te serait rien arrivé de tout ceka si je ne t’avais pas demandé d’aller chercher Sam alors que j’étais à mon rendez-vous.
    Kaarde – Tu ne pouvais pas le deviner !
    Moi – Et toi non plus. Alors ne t’en veux pas trop à ce sujet. Je vais aller retrouver les filles. J’ai déjà bien assez abusé de la patience de Mirax.

    Je me levai et commençai à me diriger vers la porte.

    Moi – Au fait, Kaarde ? C’était agréable de te voir sortir de ton rôle de « Grand Maître Jedi ». Au risque de te surprendre… J’ai passé une très bonne soirée. :cli:



    Ce message a été modifié par: Tyria_ le 17-11-2014 08:58

    lundi 17 novembre 2014 - 00:21 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Bencenovii

    Bencenovii

    14850 Crédits

    Grilamen, régions inconnues

    Un groupe de Jedi s'enfonce prudemment dans une forêt majestueuse. Le terrain est abrupte, obstrué, difficilement praticable. La végétation est très dense, les plantes et les arbres sont gigantesques par rapport à ceux de Yavin ou d'Endor, on se croirait plutôt dans les terres d'ombre de Kashyyyk, agrémentées de fougères et de fleurs de Felucia. Un décors inédit dans lequel nos aventuriers ont l'impression d'être minuscules, sentiment qui n'est pas vraiment rassurant.

    Ce groupe de vaillants explorateurs est composé d'Oraclem Mare, la médium Miraluka, Shina Ten'shi, ancienne padawan de Bloli Meyst, Cera Ordo dit Cenovii, le Sabre des Jedi, ainsi que ses deux jeunes apprentis, Eckmül le Bith et Kinsa Talik, jeune Twi'lek de Mandalore.

    Oraclem est un élément essentielle, son pouvoir de pressentiment est le plus aiguisé, elle est à la fois une guide et une conseillère. Shina, récemment devenue Chevalier Jedi, est présente en sa qualité de guérisseuse. Ceno est le meilleur guerrier, c'est le responsable, le gardien de l'équipe. Eckmül est l'élément le plus polyvalent, il peut aussi bien jouer du sabre que jouer l'éclaireur grâce à ses sens sur-développés. Kinsa a rejoint le groupe tardivement mais s'est très vite adaptée, en plus d'être rusée, c'est une bretteuse aguerrie. Au combat, elle et Cenovii forment une équipe de choc.

    Ensemble ils forment l'escorte des émissaires Galactiques. Ils veillent au bon déroulement des négociations entre les représentants de la Coalition et les habitants des systèmes découverts par le vol d'exploration. Les nombreuses missions qu'ils ont effectués ensemble depuis deux ans maintenant ont resserré leur liens et amélioré leur travail d'équipe. Parfois, bien sûr, ces missions furent ennuyeuses. D'autres fois, elles prirent des allures de vacances. Certains systèmes explorés regorgent d'une richesse naturelle incroyable, de paysages paradisiaques, d'animaux tous plus étranges les uns que les autres. Autant d'expériences magiques qui animèrent la vie de ce groupe.

    Mais à toute lumière sa contrepartie obscure. Souvent, la délégation fut amenée à rencontrer des populations primitives hostiles, ou à côtoyer des hauts placés véreux. Mais presque toujours, si ce n'est lors d'une résolution de conflit, nos Jedi furent confrontés à de grands dangers. Certains, notamment en ce qui concerne la faune et la flore propre à chaque nouveau lieu visité, leur étaient inconnus. D'autres, telles que la manipulation et la sournoiserie des politiciens, sont malheureusement déjà bien ancrés dans les sociétés Galactiques et sont le lot quotidien des ambassadeurs Jedi.

    La planète qu'ils visitent actuellement, peuplés d'industriels expansionnistes, n'échappe pas à la règle. Tant bien que mal, les Jedi ont pénétré le "territoire interdit", cette contrée sauvage qui n'est qu'une gigantesque forêt, et marchent toute la journée en direction d'individus n'appartenant à aucune des deux nations alliées de Grilamen. Le Prince Ptrael d'Inferno a soigneusement éviter de les mentionner mais leurs présences dans la Force est indubitable. Oraclem les a sentit avant même que la délégation ne foule le sol d'Inferno. Les Jedi pensent à des Indigènes, ils représentent sûrement une gêne pour les nations alliées. Ces esclavagistes... Ceno ne peut pas les pifer. D'ailleurs, d'entrée Ptrael lui a semblé louche.

    A force de méditer sur la situation tout en marchant, les Jedi sont rattrapés par l'obscurité et décident de bivouaquer sous un gros rocher. Cenovii prends le premier tour de garde. Oraclem fait plus ou moins bande à part, les autres savent qu'elle a besoin d'être seule pour apaiser ses pressentiments exacerbés. Shina et Kinsa ne tardent pas à s'endormir malgré les bruits effrayants de la forêt. C'est alors, qu'en repassant devant le rocher, le Mando-Jedi voit Eckmül terminer de taper des données sur son journal de bord.

    Cenovii - Alors, padawan, toujours à tenir ce journal ?
    Eckmül - Je pense que c’est important. Imaginez si Kaarde nous pose des questions au retour.
    Cenovii - Je te rappelle que je tiens un journal de bord sur le Vaisseau-Monde... Prends exemple sur Kinsa et dors maintenant, il faudra se lever tôt demain matin. Les créatures que je ressens dans cette forêt sont dangereuses, il n'y a plus qu'à espérer qu'elles ne sortent pas chasser la nuit. Je viendrai te réveiller pour que tu prennes ton tour de garde.
    Eckmül - Très bien, bonne nuit Maître.

    Le jeune Bith s'emmitoufle dans son sac de couchage et s'endort paisiblement. Ceno fait un peu le tour du propriétaire, apparemment il n'y a pas trop d'animaux sauvages dans les parages. Il y a seulement quelques créatures reptiliennes et autres oiseaux de nuit, il y a aussi ce truc un peu plus loin, mais c'est trop gros pour être un animal. Le grand Mando effectue donc son tour de garde puis réveille Eckmül pour qu'il prenne le sien. Le padawan s’acquitte de sa tâche sans qu'aucun danger ne vienne menacer l'escouade. Puis, c'est au tour de Kinsa de veiller.

    -------------------------------------
    Sabre des Jedi
    Chevalier en armure

    Ce message a été modifié par: Bencenovii le 17-11-2014 02:31

    lundi 17 novembre 2014 - 02:25 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar poluxhornterrik

    poluxhornterrik

    3602 Crédits

    En général, le temple Jedi est calme. Enfin calme pour un bâtiment de cette taille. Il est calme autant physiquement, que dans la Force. Mais en ce jour, ma méditation fut rompu par une perturbation dans notre énergie créatrice. Elle concernait mon maitre. Je me levais, pour partir à la recherche de ce dernier. J’appelais Lara, qui courait a autour de moi, pendant ma méditation. Elle s'etait réveillé tôt, ce qui m'avais permis de l'emmener aux jardin pour méditer Je la mis sur mes épaules. Je n’eu le temps de parcourir que deux couloirs différent, que je tombais sur deux Jedi Lepi. Un des deux, était littéralement rouge de colère. Se qui avait tendance à jurer, du fait de sa couleur verte. J’approchais d’eux, Lara toujours sur les épaules.

    1er Lepi (parlant calmement au 2eme) : Mais il ya surement une explication ? Ce n’est pas son genre tu le sais bien. Il a peut être été drogué, ou il a attrapé une maladie qui l’a fait délirer.

    2 eme Lepi (en colère) : Ca m’est égal. C’est du racisme pur et dur. Ce n’est pas normal de la part du maitre de l’ordre.

    Je restais sans voix, qu’est ce que Kaarde avait bien put faire. J’allais poser la question quand le Lepi calme reprit la parole. À ce qu’il dit je compris qu’il ne m’avait pas vu.

    1 er Lepi : De toute façon si il a été drogué, ce n’est pas ça faute. C’est plus le style de son pseudo Padawan.

    Si j’avais pris un coup de pelle en travers du citron, j’aurais été moins sonné. Bon je me doutais que sa jasais dans mon dos, mais là je l’entendais.

    2 eme Lepi (encore plus en colère) : Et tu le défends, ce résidu de fausse couche Gamoréene.

    Là je me devais d’intervenir, que je subisse des réprimandes sur mon passé était normal. Mais que mon « Maitre » en reçoive aussi, c’était trop.

    Po (délicatement) : Hum, hum … euh … comment vous expliquer, que j’ai très bien entendu, tous ce que vous venez de dire.

    Les deux Lepi restèrent interdit l’espace de deux secondes. Puis celui qui était en colère me raconta toute l’histoire. Je repartis plutôt dubitatif. J’étais tellement perdu dans mes pensées que j’en avais oublié Lara. Cette dernière profitait de la balade sur mes épaules. La Force m’amena à l’infirmerie, Au loin je vis Tyria qui s’éloignait. Je compris que Kaarde était la. J’entrais dans l’infirmerie, et trouvais Kaarde allongé sur un lit. Lara eu l’air contente de le voir.

    Lara : Kaaaaaaddddeee.

    Je laissais ma petite « sœur » aller lui faire un câlin, mais l’enlevait quand même vite de ses bras. Il avait l’air tres… orange.

    Po : Je ne sais pas se que tu as fait, mais d’après un Lepi tres en colère, tu es un résidu de fausse couche Gamoréene.

    Kaarde (vraiment ennuyer) : Oh non… Il faudra que j’aille m’excuser je crois.

    Je décidai de taire les propos de son homologue vert, et lui demandais la raison de tous se barouf.

    Kaarde : Je crois que je me suis épicé la tronche sans le vouloir. Et plein d’autres trucs que je ne te dirais pas.

    J’éclatais de rire.

    Po : Tu sais, ce n’est pas parce que je ne prends plus rien, qu’il faut que tu t’y mettes. Et tu es au courant, que je saurai exactement tous se qu’il c’est passé.

    Kaarde (d’un ton espiègle) : Oui je sais bien que dans la famille Terrik, tous le monde se dit tout.

    Po : Quasiment tout.

    Kaarde (devenant tres sérieux) : Il serait grand temps, que cette règle s’applique aussi à moi, en ce qui te concerne.

    Po (gêné) : Il faut que… euh … j’y aille, je dois… euh … aller changer Lara.

    Kaarde (avec un sourire appuyer) : Je suis là pour t’aider.

    Je ne pu pas répondre, je me sentais d’un coup tres mal. Je fus obligé de sortir. Je parti m’assoir a quelques mètres de l’infirmerie. Il me fallu bien une heure pour me sentir mieux.

    -------------------------------------
    -Vous êtes sans doute très doué pour la soupe au lard ou le clafouti. Mais les soins magique, c'est autre chose que de casser deux œufs dans un bol.

    Ce message a été modifié par: poluxhornterrik le 17-11-2014 22:07

    lundi 17 novembre 2014 - 03:01 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    22734 Crédits

    Ange, interloquée : Ah.

    Solo ne s’était pas attendue à ce que Terrik lui serve sur un plateau une telle révélation. Prise au dépourvu et ne sachant qu’ajouter à cette dernière déclaration, elle s’éclipsa quelques instants dans la pièce à côté, vérifiant que Sam, couchée quelques minutes après l’arrivée de Terrik et, surtout, avant que les deux femmes ne fassent part de leurs révélations successives, dormait toujours à poings fermés.
    Revenant dans la pièce, elle s’empara de la bouteille de brandy qu’elle soupesa machinalement, attrapa leurs deux verres presque vides et remplit ces derniers généreusement.

    Ange, reposant le brandy : Tu ramèneras ce qu’il reste… (Elle marqua une pause.)… ou ce qu’il restera de la prochaine…

    Solo reprit alors sa place initiale sur un des coins du bureau et observa son amie qui venait déjà d’engloutir cul sec la moitié de la rasade qu’elle venait de lui servir.

    Ange, sérieusement : Tu sais, je ne suis pas vraiment sûre que je sois la personne la mieux placée pour pouvoir te donner des conseils compte tenu du fait que ce soit moi qui me suis complètement coupée de la Force et non le contraire. (Elle marqua une pause.) Je pourrais te dire que je comprends ta situation et ce que tu ressens…

    Alors que les mots s’enchainaient, Solo avait en mémoire des souvenirs douloureux, se rappelant parfaitement de la sensation d’abandon qu’elle avait éprouvée le jour où elle avait dû se couper de la Force bien malgré elle afin d’espérer survivre à la Grande Purge. Sa présence ce soir, en face de Terrik, prouvait bel et bien qu’elle avait fait le bon choix mais le prix qu’elle avait dû payer, resterait à jamais gravé dans sa mémoire.

    Ange, poursuivant : … mais… je n’ai jamais vraiment connu une telle situation… Pour ce que ça vaut, sache que tu as toute ma compassion et si je peux t’aider qu’une quelconque manière, tu sais que tu peux compter sur moi.
    Mirax, soupirant bruyamment : Merci, Solo. (Elle se tut quelques instants avant de reprendre : ) Tu sauras garder ta langue à ce sujet ?
    Ange, la main sur le cœur : Aussi muette que tout ce qui tombe dans le sarlacc… Boba Fett compris…

    Une lueur amusée passa quelques instants devant les yeux de Terrik avant de s’éteindre aussi vite qu’elle était apparue. Ange relativisa bien vite la gravité des désagréments qu’elle connaissait depuis peu. Face à ce que devrait traverser Mirax, ses problèmes ne lui paraissaient plus aussi insurmontables. Elle en avait vu d’autres. Ce qui lui paraissait le plus insupportable en cet instant, était de savoir qu’à ce moment précis, elle n’était pas à même d’aider Terrik. Elle n’avait pas de solutions à lui offrir dans la seconde. Elle était impuissante. Mirax venait de lui confier un pesant secret et elle était dans l’incapacité à pouvoir la soulager.

    Un million de choses traversèrent son âme et une unique réponse se dessinait. Pourtant, Ange la repoussa aussi vite qu’elle était apparue. Les deux esprits à même d’apaiser Mirax et ses muettes interrogations, se trouvaient désormais dans un autre univers et, malgré tout l’amour que Solo pouvait porter à Mirax, elle n’était pas à prête à se reconnecter à la Force et entrer en contact avec eux.

    Elle se trouva égoïste mais elle ne pouvait se résoudre à franchir ce pas, pas après tout ce qui s’était passé ces dernières années. Elle se résolut donc à se servir de ses souvenirs. Certes, Ange n’avait jamais été quelqu’un qu’on aurait pu qualifier de sage du temps où elle appartenait encore à l’Ordre. Elle avait toujours fait preuve d’une approche assez particulière de la Force qui lui avait fait prendre un chemin où elle était en perpétuel désaccord avec l’utilisation qu’en faisaient ses paires, mais sa logique particulière apportait généralement un éclairage qui s’avérait la plupart du temps fructueux. Si Mirax ne pouvait plus utiliser la Force – rien que ce mot l’irritait -, il devait pourtant y avoir une raison.

    Ange, songeuse : Tu sais que je n’ai jamais été d’accord avec la manière dont une grande partie des membres de l’Ordre utilise littéralement la Force comme passe-droit permettant d’accéder à un certain confort de vie. La Force, c’est donnant-donnant et, quelque part, je ne suis pas franchement étonnée qu’au bout d’un moment une sorte de déséquilibre se soit créé. Si tu puises et que tu ne redonnes pas, je ne vois pas comment ça pourrait fonctionner… Attention, je ne te jette pas la pierre, Mirax, bien loin de là. Je me dis juste que créer des remous dans la Force en n’ayant de cesse de faire appel à elle ne peut pas être sans conséquence. C’est, d’ailleurs, pour ça que je suis partie. On peut être en symbiose avec la Force, exister à travers elle, mais l’idée de devoir tirer profit de son existence me dégoûte. Si la Force est la synthèse de la Vie, s’en servir sciemment sans prendre en compte ses désirs, revient cautionner une sorte d’esclavagisme de l’essence vitale et, ça, je ne le comprends pas.

    Elle marqua une pause.

    Ange : Je me suis coupée de la Force pour ne plus interagir avec elle parce que je ne sais pas comment rendre ce que je peux prendre bien malgré moi. Si on considère que la Force est une rivière qui coule à travers l’essence de tous les êtres vivants, je dirais donc que je suis temporairement sur une petite île où elle ne peut pas m’atteindre… Si tu n’es plus capable de pouvoir rentrer en communion avec elle, la chose peut être similaire à tout sujet. Soit tu n’es plus dans le lit du courant, soit le fleuve a pris un autre chemin et il ne t’est plus possible de t’y baigner. (Elle s’interrompit.) Tu sais, ça se vit aussi très bien. On apprend à voir les choses d’une manière… différente… Ne plus me trouver dans un rapport mercantile avec la Force m’a permis de voir le monde différemment. En bien, en mal, je ne sais pas…

    -------------------------------------
    Leader de la Guilde à la retraite
    Ministre de la Perversité et maît... euh... Secrétaire du Président

    "Vous désirez ? Un soda ? Un coca ? Moi ?"

    Ce message a été modifié par: AngeSolo le 17-11-2014 12:01

    lundi 17 novembre 2014 - 11:55 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar DocBeldom

    DocBeldom

    5633 Crédits

    Doc avait pris pas mal de temps à se balader dans le Temple. Il s'était fait bousculer par le Patron en passant une porte... Et visiblement Kaarde n'était pas dans son état normal. Surtout qu'il avait Tyria sur son dos. Doc en était resté interdit quelques secondes et avait laissé Kaarde repartir, relâchant ses sabres qui s'étaient retrouvé dans ses mains sans qu'il sache comment. Il faudrait vraiment qu'il fasse quelque chose à ce sujet.
    Le Jedi avait continué à se promener, évitant autant que possible les autres. Il avait d'abord besoin de calme. En passant dans le jardin, il avait vu Polux "jouer" avec Lara. En observant son frère en silence, quelque chose lui avait paru clocher sans qu'il puisse dire quoi. Il allait s'approcher pour lui en parler quand Po s'était mis en mouvement. Curieux, Doc les avait suivi.
    L'altercation avec les deux Lépis l'avait obligé à sortir de son silence. Après que Po soit parti, il s'était approché des deux autres.


    Doc : Sans juger de vos motivations et de ce que vous ressentez, n'oubliez pas que le pardon est une clé, celle qui nous garde de l'obscurité. La colère est une émotion puissante et dangereuse car elle obscurcit notre jugement. Nous l'avons appris et nous l'avons vécu à de nombreuses reprises. Maitre Nabery a toujours vécu le Code, n'est-ce pas ? Je suis certain que vous pourrez le trouver à l'infirmerie et que vous pourrez appendre ce qui lui est arrivé. Car la première arme contre la colère est le savoir. Je n'ai aucun doute sur le fait qu'il ne souhaitait pas vous offenser. Quant à Polux, il est des choix qu'il devra payer tant qu'il sera conscient. Observez ce qu'il est et non ce qu'il fut. Car cette clé qu'est le pardon doit d'abord s'ouvrir sur ceux pour qui c'est le plus dur.

    Doc avait salué les deux Lépis et sans attendre de réponse, avait continué sa route. Se dirigeant au son de la voix de Lara, il avait découvert Polux devant l'infirmerie, comme en catatonie. Et Lara qui essayait de lui parler sans obtenir de réponse...


    Doc : Bonjour Lara. Tu te souviens de moi ?
    Lara : Qui ?
    Doc : Ace. Ou "Doc". Tata Jabi est ma maman et je suis un Jedi, tout comme elle.
    Lara : Comme Zabi ?
    Doc, avec un rire : Exactement. Polux a besoin de se reposer un peu, tu veux bien venir jouer avec moi pendant ce temps ?
    Lara : Jouer ?
    Doc : Oui, oui. Jouer.

    Tendant les bras, Doc récupéra Lara avec lui.
    Il prit cependant le temps de dire à Polux qu'il l'avait avec lui, doublant le message par la Force et un databloc au cas où son frère serait trop enfermé en lui même pour l'entendre. Po avait vraiment besoin d'aide, mais il n'était pas le plus doué pour ça.
    Et surtout, il ne pouvait pas laisser une enfant qui n'avait pas cinq ans avec son frère dans cet état. Hésitant un peu, il envoya un rapide message à Mirax via comlink pour la prévenir de l'état dans lequel il avait trouvé le Zabrak et de sa position.
    Et maintenant, il fallait qu'il trouve quelque chose pour occuper la gamine sans lui montrer son inquiétude. Il l'entraina avec lui dans un jardin et sortit de sa poche un jeu de carte.
    Oh, il n'allait pas lui apprendre à jouer au Sabbac, mais il y avait de nombreux jeux que l'on pouvait faire à partir d'un jeu standard. Et Doc au cours de ses nombreux voyages en avait appris plus d'une. Notamment une forme de memory qui aurait aussi l'avantage d'améliorer les capacités cognitives de la petite.
    Un long moment plus tard, une voix les sortis d'une énième partie.


    ??? : Lara ? Tu es là ?

    -------------------------------------
    Ace "Doc" Beldom Terrik.
    Maître d'Arme Jedi. Il parait.

    Ce message a été modifié par: DocBeldom le 17-11-2014 19:59

    lundi 17 novembre 2014 - 13:38 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    16847 Crédits Modo

    Et moi qui pensait que j'avais déjà laissé les moments les plus embarrassants de mon existence derrière moi ! Connaissant Tyria et Ange, je n'avais certainement pas fini d'en entendre parler.
    Sol'As m'avait imposé le lit pour la journée, et je ne pouvais que l'en remercier car j'étais pris par le plus effroyable de tous les mal de crâne.

    Sol'As. - Toute la drogue a été éliminée de votre organisme assez rapidement, notamment grâce à... votre hyperactivité. Ce devait être un produit particulièrement puissant et foudroyant pour que vous ne puissiez pas le neutraliser à temps avec vos pouvoirs de guérison... ou alors vous aviez vraiment l'esprit ailleurs.

    Moi. - Oui oui, c'était une épice de synthèse, à ce qu'on m'a dit. Et pour l'allergie ?

    Sol'As. - Normalement, vous êtes guéri, mais... par prudence, je vous interdirai quand même toute ingestion de carotène pour les deux prochaines semaines. Ce ne devrait pas être trop difficile, il n'y a plus une carotte dans le Temple, à présent.

    L'humour et le lancement de piques étaient d'ordinaire assez rares chez le Maître guérisseur. J'avais vraiment dû dépasser les limites.

    Sol'As. - Au fait, il y a un Chevalier Jedi qui souhaiterai vous parler. Un Lepi.

    Moi. Ah oui, c'est moi qui l'ai demandé ! Qu'il entre.

    Le céréen s'écarta pour laisser entrer le Jedi aux longues oreilles vertes.

    Lui. - Grand Maître.

    Moi. - Merci d'être venu me voir. Je tenais à m'excuser pour mon comportement et mon attitude d'hier soir. Il est vrai que je n'étais pas dans mon état normal, ce que je peux aisément expliquer, mais cela n'excuse pas tout. Je conçois et je comprends la gêne et la douleur d'être traité selon des critères raciaux et des clichés qui ne devraient plus avoir cours depuis la chute de l'Empire Galactique de Palpatine. Ce genre de chose ne devrait plus être, à fortiori au sein d'une organisation comme l'Ordre Jedi dont on attend de la compassion, de la tolérance, et que vous avez vous-même servi vaillamment pendant et après votre formation. C'est pour ça que je tiens à vous dire que je suis extrêmement navré de ce qui s'est passé hier soir. Je vous assure que...

    Lui. - Heu, Maître Naberry ?

    Moi. - Oui ?

    Lui. - Ce n'était pas moi, hier soir.

    Moi. - Comment ?

    Lui. - Oui. Je pense que vous vouliez parler à Dropa. J'étais avec lui ce matin et il me parlait encore de sa rencontre d'hier avec vous. Il était très énervé.

    Moi. - Vous n'auriez pas pu me le dire tout de suite ?

    Lui. - Désolé, vous aviez l'air tellement affecté. Mais je peux aller demander à Dropa de venir vous voir ?

    Moi. - Oui oui, faites donc. Que la Force soit avec vous... Et vous, Sol'As, arrêtez de ricanez !

    Nous avions au moins deux Jedi Lepi dans le Temple. Tyria aurait pu me préciser lequel des deux j'avais blessé !
    Alors que j'attendais le dénommé Dropa, mon holocom me signala un appel entrant du Chancelier Mahan.

    Moi. - Chancelier Suprême.

    Mahan. - Ah ? Pardonnez-moi, Maître Naberry, il doit y avoir un problème d'holocom, vous n'êtes pas...

    Moi. - Hem, problème d'allergie, ma peau a momentanément changé de couleur... non, vous ne voulez pas savoir pourquoi ! Y a-t-il quelque chose que je peux faire pour vous ?

    Mahan. - Oui, ce n'est peut-être qu'un problème mineur, mais le sénateur de Tardisia me supplie depuis des semaines de faire quelque chose. Des explorateurs de son peuple soutiennent que la population tardisienne est menacée par une créature folklorique liée au Côté Obscur de la Force, or les tardisiens sont très superstitieux et ces rumeurs mettent à mal la stabilité locale. J'ai pensé que mobiliser au moins un Jedi serait le meilleur moyen de les apaiser.

    Moi. - Mmh, vous avez bien agi, Chancelier. Je pense que dès que je serai sur pieds j'irai me charger de cette mission moi-même avec mon padawan.

    Mahan. - Vous-même ? Vous ne craignez pas de vous déranger pour rien.

    Moi. - Autant rassurer les Tardisiens au maximum. Et puis ça me fera du bien.

    Mahan. - Sinon, auriez-vous des nouvelles du Sabre des Jedi ?

    Moi. - Aucune pour l'instant, mais je fais confiance à Ceno et son équipe de choc pour régler la situation sur Grilamen.

    Mahan. - Fort bien. Merci.

    Moi. - Que la Force soit avec vous. Naberry, terminé.

    Effectuer une mission de routine hors de Temple me ferait le plus grand bien. J'avais besoin d'oublier certains des plus récents événements, voir carrément de ME faire oublier quelques temps.


    -------------------------------------
    I've a baaad feeling about this !
    Consultez l'ENCYCLO JDR du site !

    Ce message a été modifié par: Kaarde le 17-11-2014 22:49

    lundi 17 novembre 2014 - 22:45 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar yanfzoul

    yanfzoul

    680 Crédits

    Dark Vicious se présenta à la pointeuse des employés dans le bâtiment immaculé, saisit la carte magnétique au nom de Derhe Bily qui était dans sa poche et la passa devant l'appareil... Une lumière verte scintilla... Il pouvait enfin commencer sa mission...

    Il pénétra dans la grand hall d'embarquement, celui-ci était suffisamment spacieux pour stocker un petit transporteur et 3 navettes personnelles pour les employés destinés à faire des réparations sur les satellites.

    Un grand moustachu brun corpulent l'interpella, ça devait être son chef. Il portant la même combinaison que lui mais avait en plus une casquette blanche avec le mot "Holonet" écrit dessus en bleu ciel. Un chef de luxe...

    Chef des techniciens Holonet - "Hey Billy ! Déconne pas ce coup-ci, la dernière fois t'étais bourré et t'as dégobillé dans le boitier des transmetteurs !!"

    Dark Vicious, imitant à la perfection la voix du ronfleur de la poubelle - "Pas de soucis boss, je suis parfaitement sobre ."

    Chef - "Y a intérêt, Aller au boulot !"

    Dark vicious - "Bien reçu ! Bien reçu !"

    Chef, dépité - "Arrête de déconner... A propos t'as pas oublié le nouveau mot de passe d'ouverture de la cage à transmetteurs j'espère ?"

    Dark vicious, feignant la honte - "L'Holonet ça fouette..."

    Chef, content de lui - "Ouais et on se demande à cause de qui hein ?"

    Dark Vicious, toujours dans son rôle - "Oui chef..."

    Et il détalla.

    Le Sith avait parfaitement cerné son personnage, il allait faire des "étincelles" au turbin.

    Il se dirigea vers le vestiaire pour enfiler une combinaison spatiale Blanche qui pendait sur une cintre à "son nom". Il n'était pas très à l'aise à l'intérieur, la sensation d'oppression y était pour beaucoup.
    Dark Vicious monta dans la navette que son chef lui avait indiqué, Elle était fatiguée et rouillée par endroit.
    Il enclencha les moteurs du premier coup, au moins elle tournait rond.
    Il quitta le centre puis s'éleva doucement vers les hauteurs de l'atmosphère de la planète. Il n'y avait pas grand chose à admirer, Borléias était assez quelconque à ses yeux. Il continua son périple toujours plus haut, toujours plus loin...
    Ses radars indiquaient que le satellite était à 5 klicks.
    Il fit un bref inventaire de son matériel avant d'arriver à destination :
    - Boîte à outils : OK.
    - Combinaison parfaitement étanche, il regarda un bref résumé de scan de sa tenue... OK !
    - Petite boîte à malice : Ok of course !

    Une fois sur place, il stabilisa sa machine, la laissant sur pilotage automatique et entreprit de sortir de la navette.
    Une fois dehors et après avoir vérifié que le câble le reliant à son vaisseau n'allait pas lui faire défaut, il se propulsa d'une puissante poussé sur le satellite.
    Il commença a ouvrir soigneusement le couvercle principal puis repéra en un clin d’œil le boitier contenant les transmetteurs donc la led indiquant la fermeture brillait d'un rouge sanglant.

    Dark Vicious, triomphant - "L'Holonet ça fouette !"

    La loupiote passa au vert, et la cage s'ouvrir dévoilant une partie du cœur du transmetteur géant qu'était le satellite.

    Sur la grosse carte mère, des lumières rouges indiquaient quels étaient les pièces défectueuses à remplacer. Il les enleva une à une, ouvrit sa caisse à outils, puis sorti enfin sa "boîte à malice".

    Celle-ci contenait pleins de petites pièces en métal de tailles diverses et des pièces électroniques comme des transmetteurs...

    il trouva rapidement les modèles correspondant dans sa trousse personnelle et entreprit de remplacer tous les transmetteurs par des bons sauf trois, placés judicieusement. Ces petits bijoux qu'il avait récupéré au marché noir allaient parfaitement remplir leur mission.

    Une fois le travail fait, il retourna sans encombres au centre de maintenance, remis son rapport à son chef qui était content du travail. Il faut dire que Derhe Bily travaillait en dents de scie, une fois le travail était bon, l'autre fois c'était une vraie catastrophe... Heureusement, aujourd'hui était un bon jour.

    Une fois sortie du centre, il retourna à la poubelle derrière laquelle il avait caché l'ivrogne calmé par ses soins... Il était toujours là. Parfait !

    Il lui remis ses vêtements puis renfila son costume de vieillard, il sentait un peut les ordures mais il s'en accommoderai...

    De retour à la station spatiale, il présenta son ticket de retour pour regagner son antre. Il savait que ses hommes de main n'échoueraient pas dans leurs missions sur Teyr, Kuat et N'Zoth...

    Ce message a été modifié par: yanfzoul le 18-11-2014 00:15

    mardi 18 novembre 2014 - 00:08 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6239 Crédits

    J'avais assisté amusé a cet incident avec un Kaarde tout orange et avant eu vent de ce qui s’était passé – voila une histoire inattendue. J'avais eu aussi un message de Mirax – très court – me demandant de vérifier l’état de Po. Elle avait eu l'info par Doc mais n’étant pas disponible, m'avait redirigé l'info. Mais le temps que ça pris fit que Po avait déjà repris ses sens et était parti. Lara aussi était introuvable – Mais Mirax n'ayant rien dit, je suppose que Doc avait pris la petite en charge.

    Un coup « d’œil » rapide dans la Force me permit de voir que mon frère se portait mieux et s’éloignait de l'infirmerie d'un pas décidé. Je ne cherchais pas à le rattraper – il semblait de nouveau lui même – pour ce que ça pouvait signifier.

    Je retournais a mes recherches afin de compiler quelque chose. Il n'y avait rien de probant et de validé, mais de bonnes pistes. Mais cela nécessiterai pour lui.. d'utiliser la Force – de la canaliser d'une façon précise afin de soigner son corps. Il lui faudrait peut être du temps pour maitriser la technique, en espérant qu'il ai appris la patience qui lui manquait.

    Je compilais les données dans un message a son attention. Instinctivement, j’utilisai l'encodage de la fréquence Nema – qu'il connaît, en espérant qu'il se souvienne – et qui devrait donc permettre que peu de personne ne puisse lire le contenu de ce message.

    Ceci étant, je parti me restaurer – dans le coup j’étais resté des heures dans mes recherches. Mon maitre était toujours au Sénat. Il n'y avait plus aucun plat au carottes. Celle ci ayant toutes été dévorées récemment. Je pris le temps de manger dans une salle presque vide – c’était le milieu de l’après midi.

    mardi 18 novembre 2014 - 01:48 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    10745 Crédits

    Depuis un an et demi, nous sillonons la galaxie. À presque quinze ans, j'ai visité beaucoup de planètes. Nous formons un groupe constitué d'Oraclem Mare, qui a un grand pouvoir de vision, Shina Ten'Shi, qui officie en tant que guérisseuse, Ceno bien sûr, le Sabre des Jedi, ainsi qu'Eckmül, qui sert généralement d'éclaireur, et moi, qui profite de chaque mission pour perfectionner mes techniques de combat. Nous sommes rarement sur Yavin IV, et le fait d'être toujours en territoire hostile resserre les liens.

    Parfois les missions étaient ultra-ennuyeuses, mais je sentais que celle-là serait plus intéressante. Ceno n'avait pas besoin de me dire d'ouvrir l'œil, je surveillais attentivement les environs. Et pas que les environs d'ailleur. Le prince Ptraël nous a tous fait mauvaise impression. Encore plus depuis que nous avons pénétré dans une forêt qui m'a l'air de grouiller de bêbêtes pas très sympas... Je m'endors comme une pierre, mon besoin de sommeil a augmenté ces derniers temps. De toute manière, j'ai quatre heures avant mon tour de garde. Malheureusement elles passent très vite, et Eckmül ne se gêne pas pour me secouer comme un sac à lamtas, même si je râle à chaque fois. Je me lève et évite de marcher sur les feuilles. À l'instar de celles des arbres de la forêt yavinienne, on ne sait jamais ce que une simple feuille peut nous réserver. Le proverbe dit: Celui qui est sûr est mort de vieillesse. Nous rajoutons : Et celui qui est méfiant est encore vivant. Charmant, non?
    La meilleure façon de rester éveillée à trois heures du matin, c'est de s'échauffer. Double bénéfice: il fait un froid de Wampa ici. En parlant de Wampa... C'est silencieux tout à coup. Pour une forêt qui était pleine de vie, il y a dix secondes, c'est suspect. J'attrape mes macrojumelles pour scruter les profondeurs, immobile.

    Soudain, un bruit sourd provient à mes oreilles. Et je vois l'animal. Qui est énorme. Il doit bien faire dix mètres. Je ne crois pas avoir déjà vu un animal aussi imposant dans nos voyages. C'est foncé, avec des épines un peu partout. Tout cela compris, je ne saute pas vraiment de joie. Le nombre de choses qu'il arrive précisément durant mon tour de garde est hallucinant, mais j'ai fini par m'y habituer. Psychologiquement et physiquement aussi, car j'ai toujours tout mon matériel. Deuxième étape, réveiller les autres, parce que je sens qu'on va vite prendre la poudre d'escampette, tous les cinq.

    Moi: Heu... Nous avons juste une espèce de monstre à quelques mètres de nous... RÉVEILLEZ-VOUS!

    Bon, parfait, ça marche. Tous s'éveillent en sursaut, mais au moins c'est efficace. Nous nous positionnons en formation serrée, puis, après une évaluation rapide de la situation, nous entourons la créature. Eckmül s'élance en premier et lui assène un coup de sabre. Il rebondit. La peau résiste aux sabres laser, ce n'est pas une nouvelle réjouissante, mais un Jedi doit savoir parer à toute situation. Et ce n'est pas notre premier combat contre une faune inamicale, loin de là. Moi et Ceno nous décidons de monter sur la bête, à l'aide du jetpack de mon maître. Je m'accroche à une épine et active mon gant. Ce joujou hight-tech, je le trouve toujours utile. Ne serais-ce que pour geler un peu les nerfs du fauve, histoire de le calmer un chouia. Pendant ce temps, Shina, Eckmül et Oraclem sont en dessous. Ils attaquent l'abdomen, apparemment plus sensible que le dos. Ceno a parfaitement compris mon initiative, il m'imite avec ses rayons paralysants qui n'affectent que peu le monstre. C'est résistant, dites donc!

    Shina:Je pense qu'il faut s'enfuir! Cette créature ne mérite pas la mort. Respectons la vie sous toutes ses formes!
    Moi: Oui, mais comment?
    Ceno: Des lianes kshyy! Je pensais qu'il n'y en avait que sur Kashyyk. C'est une chance pour nous. Balançons nous dessus, nous pouvons échapper à ce prédateur.

    Nous nous ne le faisons pas dire deux fois. Mais c'est très glissant! Je dois bien m'agripper. Nous lâchons notre liane kshyy respective en même temps. Nous aterrissons côte à côte. Eckmül époussette sa tunique. Puis nous nous assurons que nous n'avons rien oublié dans la précipitation de cette "évacuation express". Personnellement, j'ai toutes mes affaires dans une sacoche attachée à ma ceinture. J'ai appris à m'en servir comme avantage et non comme un poid. En plein combat, il me permettait de tourner plus vite. Nous marchons avec difficulté. Il a plu récemment, et la boue règne en maître dans la forêt. Heureusement que nous portons tous des bottes solides qui montent jusqu'en dessous du genou. Les grandes pierres sont monnaie courante dans cet immense bois, nous ne tardons pas à trouver une pour nous abriter, nous et nos sacs de couchage. Pour moi, pas question de le sortir tout de suite, j'ai encore une heure de veille. Solidaire, Shina propose de la faire avec moi. Après cette petite mésaventure, il est plus prudent d'avoir deux personnes par garde. Puis Oraclem et Eckmül nous relèvent et nous plongeons à notre tour dans le sommeil.

    Grilamen, 9h standard

    Nous émergeons tous (ou presque) d'un délicieux sommeil, puis nous nous remettons en route. Il y a des hectares de forêt à parcourir.

    mercredi 19 novembre 2014 - 20:18 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Mirax_Terrik

    Mirax_Terrik

    7045 Crédits

    Toute Junkie qu'elle puisse être, les paroles de Solo étaient sages... Peut-être avais-je trop tiré sur la corde? Peut-être n'étais-je plus en phase avec la Force parce que j'avais trop puisée et pas assez donné...

    Jamais l'envie de reprendre ma paisible retraite sur Borleias ne m'avait autant tiraillée. Le jardin et sa roseraie me manquait plus que jamais. TARS le droïde d'entretien en aurait bien pris soin, en dépit de son humour un peu particulier. Qui regretterais la vieille Mirax, la grabataire, la vieille Maître Jedi aigrie? Mon travail au Temple était exécutable par n'importe qui d'autre, j'étais loin d'être indispensable. Alors qu'est ce qui me retenais? Une impression ténu au fond de moi me poussais à rester. Peut-être ce qui me restais de perception de la Force....

    Je songeais à tout cela en pilotant mon speeder pour revenir au Temple. Sam était endormie à l'arrière et j'avais pris le speeder de Kaarde en remorque. Une fois rentrée je m'assurais que Lara dormais bien chez Polux, et je couchais Sam dans ma propre chambre en prenant garde à ne pas marcher sur les jouets qui pouvaient se transformer en arme coupantes dans le noir.

    La petite Sam dormi profondément jusqu'au matin. Pour ma part ce fût une énième nuit blanche. En plus de mes propres tracas, s'ajoutait la culpabilité de ne pas avoir pu aider Ange à gérer son problème.

    Le lendemain matin, je renvoyais la petite Sam à sa mère qui se trouvais à l'infirmerie. Machinalement je me dirigeais vers les jardins et j'entendis le rire cristallin de Lara au détour d'une fontaine.

    Mirax : Lara ? Tu es là ?
    Lara : Tata Yabiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!

    La petite zabrak se jeta dans mes bras, et je levai la tête vers l'homme avec laquelle l'enfant était en train de jouer.

    Doc : Salut Man ! Ça fait un bail.
    Mirax : Doc !! Tu es rentré ! Je suis contente de te voir !!
    Doc : J'aurai pensé que tu l'aurai sentie plus tôt, je te cherche dans la Force depuis mon arrivée sur Coruscant, mais ta présence est faible...
    Mirax : Euh... Je vois que tu as fait la connaissance de Lara?
    Doc : Man?
    Mirax : Tu as fais ton rapport au Conseil?
    Doc : Man ?
    Mirax : On va aller ramener Lara à sa maman.
    Doc : Bonne idée, aprés on ira faire des visages dans les Fontaines.


    C'était un code évidemment... Moi qui tentais de garder mon secret aussi bien que possible, il m'était bien évidemment impossible de le cacher à mon ancien Padawan...

    mercredi 19 novembre 2014 - 23:36 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Evénements

Star Wars Episode IX

18 déc. 2019

Star Wars IX

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide