Le Temple Jedi 6 (page 21)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    22717 Crédits

    « Ca y est : je suis morte.
    J’ai toujours pensé que ça aurait été plus douloureux.
    Il fait nuit.
    Et je suis consciente.
    Je ne sais absolument pas depuis combien de temps je suis ici…
    Ici…
    Au juste, qu’est-ce que cet ici ?
    Génial, Solo, c’est le moment que tu choisis pour te poser enfin de véritables questions métaphysiques. Comme on dit, il n’est jamais trop tard, mieux vaut tard que jamais… ou l’éternité que jamais… »


    « Ange ? »

    « Si l’éternité se résume à avoir son esprit consigné dans une boite noire, je n’aurais jamais cru autant regretter la vie.
    C’est, en y pensant, assez affligeant comme constat.
    Et, en prime, chanceuse comme je suis… comme je l’avais été… - Devais-je parler de moi au passé ? Ah… Le temps des grandes questions grammaticales ! -… j’ai dû louper la fameuse lumière au bout du tunnel et j’étais, désormais, condamnée à attendre… »


    « Ange ? »

    « A attendre quoi au juste ? Le prochain vol pour… l’au-delà ? La Force ? Un cantina peuplée d’éternels assoiffés ?
    Tu es d’un ridicule, ma pauvre Solo… »


    « Ange ? »

    « Serait-ce mon nom ? Attendez une minute… serait-il possible que… »


    Au prix d’un effort qui ne parut pas aussi insurmontable que ne l’aurait cru une personne persuadée d’avoir trépassé, Solo ouvrit les yeux et rencontra la lumière aveuglante de la pièce…. et l’homme qu’elle savait mort depuis des décennies.

    Jurant comme si la Mort elle-même avait fait le déplacement jusqu’à son linceul, Ange se redressa abruptement du support sur lequel elle se trouvait, ramenant douloureusement ses jambes contre sa poitrine, attrapant et brandissant ce qui lui tomba sous la main en guise de menace et, affolant, au passage, la multitude de fils et de capteurs fixés à son anatomie.

    Si elle avait cru à son trépas, le violent battement de son cœur et la survenue d’une si puissante montée d’adrénaline, lui confirmèrent le contraire ou, tout du moins, lui prouvèrent qu’un cadavre était peut-être encore à même d’éprouver quelque chose.

    Ange, hurlant : Qui que vous soyez, n’approchez pas ! Surtout n’approchez pas, foutu fils de Sith, où je… (Un stylo… Elle n’avait qu’un vulgaire stylo entre ses doigts.)… je… je vous jure que je vous empale plus vite qu’il ne me le faut pour le dire !

    mercredi 02 septembre 2015 - 13:07 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Bencenovii

    Bencenovii

    14850 Crédits

    Fuite de Jakku


    La situation était plus que désespérée, mais grâce à l'intervention providentielle de Kiad, les trois Maîtres Jedi ont pu mettre en sécurité les padawans ainsi que les corps des victimes à bord de l'YT du Chevalier Gris, avant de mettre les voiles loin de cet enfer...

    Une fois le vaisseau en orbite, l'atmosphère reste très tendue dans ses différents compartiments. Aynor et Ka-Tu-Un s'occupent des blessés à l'infirmerie. Dans le cockpit, Kiad rejoint Cenovii, qui s’affaire à rentrer les coordonnées vectorielles de Coruscant dans le terminal de bord. Le Gris s'installe aux côtés de son vieil ami Mandalorien, tous deux ne se sont pas vu depuis des années. Il y a un petit silence pesant avant que chacun n'essaye de prendre la parole au même moment.

    Kiad - Je supposais...
    Ceno - Est-ce que tu...
    Kiad - Hum...
    Ceno - ... À toi l'honneur.
    Kiad (avec un léger sourire) - Ce n'était rien d'important, je pensais juste que Spencer était mort depuis le temps.
    Ceno - On l'a coincé plusieurs fois mais il réussit toujours à s'échapper.
    Kiad - Cette fois il semblerait que les rôles aient été inversé.
    Ceno - Oui... Sans toi, on aurait pu y rester. Et qu'est-ce que tu...
    Kiad - ...Faisais dans le coin? Est-ce vraiment important?
    Ceno - Hmf. Peu importe, tu as ma confiance, merci de nous avoir sorti de là.

    Le Mando-Jedi apparaît très crispé tandis qu'il effectue son calcul, Kiad ressent fortement son inquiétude pour ses élèves, et sa frustration face à cette défaite cuisante face au groupe Sith de Spencer. Aussi rappelle-t-il son statut de propriétaire du vaisseau dans lequel ils se trouvent et prends l'initiative de remplacer Cenovii au poste de pilotage principal.

    Kiad - Je m'occupe d'entrer les coordonnées, vas plutôt voir comment vont tes padawans.
    Ceno - Ok. On met le cap sur Coruscant.
    Kiad - Je m'en serais douté.

    Nouveau petit temps de silence entre les deux hommes, puis Ceno passe le pas du sas sans un mot de plus, direction l'infirmerie. Dans la cabine principale, le Mando croise sa compatriote et disciple, Kinsa, adossée à l'holoprojecteur central, la tête plongée entre ses mains. Elle n'a que des blessures superficielles, mais semble avoir du mal à se remettre de ses émotions. Devant elle, neuf cadavres sont allongés et drapés de blanc au milieu de la cabine, dont ceux des jeunes novices massacrés au Temple, ainsi que ceux de Maître Syl Ans et Moram Chak. La Twi'lek sanglote, Ceno ne trouve que peu de mots pour la réconforter, lorsqu'il se baisse vers elle, posant une main sur son épaule.

    Ceno - Ne pleure pas ceux qui s'en retournent à la Force.
    Kinsa - Maître... Qu'est-ce qui s'est passé là-bas... C'était un carnage...
    Ceno - Je ne sais pas Kinsa, je ne sais vraiment pas. Mais je te promet que nous éclaircirons ce mystère, et que nous ferons payer ces Sith pour leurs crimes.
    Kinsa - Même Eckmül, et Keller...
    Ceno - Ils étaient encore en vie lorsqu'Aynor les a remonté à bord, je suis sûr qu'ils s'en sortiront.

    C'est alors que le vaisseau est légèrement secoué, et tout à coup la Force obscure qui émanait de Jakku disparaît.

    Ceno - Nous sommes passés en hyperespace... Viens, allons voir nos amis à l'infirmerie.

    Il lui tend la main, elle la prends sans trop de conviction, il l'attrape et la redresse assez fermement.

    Ceno - Reprends toi. Quoi qu'il se passe, il ne faut jamais se laisser abattre.
    Kinsa (se frottant les yeux) - Oui Maître.

    Le duo se dirige de pieds ferme à l'infirmerie, au sein de laquelle Aynor et Ka-Tu-Un s'occupent de deux blessés. Le troisième, seul à l'écart, c'est Keller. Celui dont s'occupe le Céréen n'est autre qu'Eckmül, quand à celui sur lequel est penché Aynor, le tandem est surpris de découvrir qu'il s'agit du Chevalier Yota Gin.

    Ceno - Yota...? Il est vivant?!
    Aynor - Il s'accroche, je parviens à maintenir un souffle de vie en lui, mais j'ai du mal à le stabiliser.
    Ceno - Keller? Et Eckmül?
    Ka-Tu-Un - Rassurez-vous, leur vie n'est pas en danger.
    Kinsa - Ouff... Je suis soulagée.

    Aynor accuse le coup, comme en témoigne son visage déformé par l'effort. Ka-Tu-Un et elle ont eu un difficile combat à mener et ils n'ont eu de cesse de s'occuper des blessés avec leurs pouvoirs de guérison depuis qu'ils se sont échappé. Ceno voit Aynor en baver et se propose de la remplacer.

    Ceno - Tu as besoin de te reposer, je prends le relais.
    Aynor - Mais, et toi? Tu as aussi livré bataille.
    Ceno (insistant) - Je vais bien, je n'ai pas été blessé.
    Aynor - Ok... Merci, j'avoue que je commençais à fatiguer.

    Le Mandalorien prends place vers la civière de Yota, il désactive son casque qui se rétracte en arrière pour se fondre dans son armure, libérant son visage. Il pose une main sur le thorax de son Maître et laisse couler la Force, insufflant à l'organisme du Jedi barbu l'énergie vitale nécessaire à sa survie. Aynor met quelques pansements de fortune à Kinsa et en fait de même sur ses propres blessures.

    Aynor - Tu as questionné Kiad?
    Ceno - Il n'a rien dit des raisons de sa présence, à cet endroit et à cet instant précis. Il se montrera peut-être plus loquace avec toi.
    Aynor - J'irai le rejoindre dans le cockpit, on lui doit une fière chandelle.
    Kinsa - Qui est-il? Un Jedi?
    Ceno - Oui et non.
    Aynor - C'est un Jedi Gris, qui vit selon ses règles.
    Kinsa - Il ne fait donc pas partie de l'Ordre?
    Ceno - Si.
    Aynor - Non.
    Ceno - C'est tout comme.
    Aynor - Il a fait partie de l'Ordre c'est vrai, mais plus aujourd'hui.
    Ceno - Tout ce que tu dois savoir c'est qu'il un ami de longue date, à qui l'on peut se fier.
    Aynor - C'est vrai. Bon, je vais lui rendre une petite visite.
    Ceno - Ne faites pas de bêtise.

    Aynor fait un clin d’œil avant de quitter l'infirmerie. L'ambiance est un peu plus détendue maintenant, Kinsa est rassurée de savoir ses amis sains et saufs, Ceno et Ka-Tu-Un font tout leur possible pour maintenir Yota et Eckmül jusqu'à leur retour à Coruscant. Comme à leur habitude, les Jedi enfouissent leur émotions, s'aveuglent à la peine et à la confusion, pourtant, un malaise lattant plane à bord l'YT, autant dans la Force que dans les cœurs. Aucun ne peut chasser de son esprit l'image des ces effroyables ennemis auxquels on ne peut ôter la vie. Tandis qu'il soigne Eckmül, Maître Ka-Tu-Un a un réflexe de serrer des poings. Il a cru voir ses mains trembler.

    -------------------------------------
    Cyber-Mando-Jedi

    Ce message a été modifié par: Bencenovii le 06-09-2015 01:25

    samedi 05 septembre 2015 - 20:14 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Tyria_

    Tyria_

    13547 Crédits

    Un toussotement de ma part ramena la Chancelière dans le monde vrai de la réalité véritable.

    Sät’sa – Oui ?
    Moi – Nous devions nous entretenir au sujet du Conclave.

    L’Epicanthix alla se replacer l’air de rien dans son fauteuil.

    Sät’sa – En effet. Les actions de Kaarde ont mis les Jedi dans une position extrêmement délicate. Le meurtre de Mahan s’est déroulé sur Coruscant devant les médias et donc pour ainsi dire devant toute la population. J’espère que la mise sous tutelle de l’Ordre et l’incarcération de Kaarde suffiront pour éviter le pire. La nomination du nouveau responsable va devoir se faire dans la plus grande clarté possible.
    Moi – Hum… Que devrait craindre l’Ordre si les événements devaient mal se passer ?
    Sät’sa – Quels événements ?
    Moi – Si la nomination n’était pas acceptée par l’opinion public ou… Si Maitre Naberry disparaissait avant son procès?

    La Chancelière parut choquée et dut certainement se mettre à regretter sa grande envolée lyrique si mon investissement exemplaire dans les causes perdues.

    Sät’sa – Vous n’oseriez pas ?
    Moi – Il est le Grand Maître de l’Ordre. La loyauté des Jedi à son égard est sans égale. J’anticipe seulement d’éventuelles réactions. Et par moment même les Jedi ont besoin d’être mis face aux conséquences de leurs actes pour éviter de commettre une folie.

    « Et pour être totalement franche, ma loyauté lui est plus que sans égale. » Je soutins le regard de la femme qui dirigeait une bonne partie de la Galaxie. Elle finit par répondre du bout des lèvres :

    Sät’sa – Dissolution de l’Ordre, traque de Kaarde et de ses émancipateurs… Fichage de tous les Jedi, relance d’un certain nombre d’enquêtes liées à des faits Jedi.
    Moi – Pardon ?
    Sät’sa – Le SIS sait que les Jedi ont étouffé des affaires avec grand soin. Black Baccara, par exemple. Une mystérieuse Jedi noire qui a semé le trouble dans la galaxie pendant quelques mois avant de disparaître aussi rapidement qu’elle était apparus et personne n’a revu depuis. Ça a tout l’air d’un problème géré en interne et étouffé pour éviter de discréditer l’Ordre. Sauf que… Elle a mené une attaque terroriste sur le Sénat. Des dizaines de milliers d’innocents sont morts. Son crime reste impuni. On ne connait même pas son identité. Beaucoup pensent que le sang de ces morts est de ce fait de la responsabilité des Jedi.

    Je m’abstins de formuler quelques réponses. « Si c’était déjà de ma responsabilité. Et qu’en plus, je suis revenue chez les Jedi. Est-ce que je suis encore plus responsable ? »

    Sät’sa – J’aurais aimé avoir un début de contestation.
    Moi – Je ferais mon maximum pour que personne au sein de l’Ordre ne tente quoi que ce soit de stupide. J’imagine que toutes les personnes un peu trop proche de Maître Naberry ne seront pas les bienvenues au conclave.
    Sät’sa, opinant – Ce serait mieux.
    Moi – En toute logique, Maître Padmé Naberry ne pourra être conviée. Maître Terrik non plus – si on arrive à la retrouver d’ici là - tant qu'on aura pas éclairci sa situation. En ce qui me concerne ?
    Sät’sa – Bien. En temps normal, vous devriez être écartée d’une telle réunion. Mais vous n’êtes de retour dans vos rangs depuis assez peu de temps, non ? Cela devrait aller.
    Moi – Très bien. Je crois que je pourrais vous faire parvenir une liste dans la journée. Dès qu’elle aura été approuvé, je tacherai de contacter chacun des Maîtres. Si vous n’avez plus besoin de moi, je vais me retirer.
    Sät’sa – Je compte sur vous, Tyria. Je sais que vous vous en montrerez digne.

    « Aucune pression. »

    Alors que je me dirigeais vers la sortie, je repensais aux différentes tâches qui m’attendaient à mon retour au Temple : retrouver les frères Terrik, Mirax, faire une liste d’anciens conseillers…

    Sät’sa – Ah. Et n’oubliez d’avoir un entretien avec quelques journalistes pour que l’on puisse vanter vos faits d’armes.
    Moi – Je m’en réjouis d’avance. Que la Force soit avec vous, Chancelière Cki.
    Sät’sa – Avec vous aussi, Tyria.

    Ce message a été modifié par Tyria_ le samedi 10 octobre 2015 - 15:51

    lundi 07 septembre 2015 - 21:27 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Edoras

    Edoras

    7665 Crédits

    Fran-Kyle Xyphor regardait le chantier naval à l’abandon en écoutant sa mère, Kiffa Stamina, d’une oreille distraite :
    « Après le Warenichou et le Lame de Naga, la Guilde passa un contrat avec les chantiers de la nébuleuse de Hapès, afin d’obtenir une série de destroyers… et de superdestroyers, destinés à servir de bases itinérantes. »
    Les structures de métal ressemblaient à des pins couchés par un ouragan. De violentes échardes de métal, immenses, semblaient tendre leurs doigts griffus pour déchirer le tissu de l’espace. En appuyant sa main contre la paroi de transpacier, Frankie crut entendre les gémissements et crissements sourds du métal frottant contre le métal.
    « Après… la mort de ton père, ses fonds personnels se sont taris et la plupart des chantiers a cessé d’être payé. La Guilde avait d’autres priorités : de petites organisations ont commencé à contester son autorité, surtout après la guerre de Baaaaaaal. Et puis, vouloir doter la Guilde d’une espèce de flotte impériale… c’était le rêve de ton père, pas celui de la Guilde. La folie des grandeurs. »
    Le chin de Frankie s’agita et il plissa les yeux. Un cargo venait de sortir de l’hyperespace et, aussitôt, des lumières d’appontage éclairèrent une partie du complexe. Le cargo se posa et des centaines de droïdes s’activèrent sur le superdestroyer voisin, comme des fourmis sur un cadavre.
    « Trois superdestroyers ! Non mais… pour quoi faire ? J’ai donc tué un peu de monde et intimidé les bonnes personnes pour relancer ce chantier. En démontant deux des carcasses, il sera possible d’obtenir un superdestroyer complet ainsi que deux destroyers standards. La vente du gros me permettra de nettoyer les dettes de ton père et de faire retirer les primes sur nos têtes. Les deux petits, c’est du bénef’.
    « Madame, l’holonet est revenu, grésilla une voix dans l’intercom.
    « Maman, je veux partir, souffla Frankie d’une voix étranglée.
    « Enfin !... Pardon ?!
    « Je ne supporte plus de vivre dans l’ombre de papa. Je ne supporte plus de regarder tes mains et d’y voir son sang. Je… (soupir) cette Intuition que j’ai, Elle me souffle d’aller tenter ma chance. Tu m’as dis que papa avait déjà tué un dragon krayt à mon âge, non ? Et que les Mandaloriens partaient en chasse avec leurs parents ? Je sais me défendre. Je sais piloter. Laisse-moi partir de mon côté. Sinon, je devrai fuguer et tu t’inquièteras.
    « Parce que tu crois que je ne m’inquièterai pas en te sachant loin de moi, de toute façon ?!
    Un pesant silence s’installa, comme si le froid de l’espace avait soudain envahi la baie d’observation du vaisseau.
    « Ta voix n’a pas encore mué, mais tes chin-chuns sont mûrs. Ne laisse pas le regard des gens te salir.
    « Je suis un métis, maman, pas un monstre. Si tu payes les primes, personne ne me chassera. Et si même ça arrive, ce ne sera pas le premier crétin que j’expédierai en enfer.
    Fran-Kyle contempla son reflet dans le transpacier. Ses cheveux noirs bouclés couraient sur la base de ses lekkus, lequels encadraient un visage qui allait en s’amincissant, devenant anguleux. Les pommettes hautes, les longs cils et les plis épicanthiques des yeux rappelaient sa mère. Sa peau évoquait le bronzage qu’arborait son père sur Thyferra. Fran-Kyle sourit, dévoilant des dents carnassières incontestablement twileks : le regard que son reflet lui renvoyait était dur, donnant une image d’assurance que l’adolescent était pourtant loin de ressentir.
    « N’oublie pas tes leçons, Frankie. N’oublie jamais, même quand tu le voudras.
    « Surveille tes arrières, maman.

    Fran-Kyle serra une dernière fois sa mère dans ses bras, puis se dirigea directement vers le vestiaire du Soleil Bleu. Maly était en train de remonter son blaster DX-2 double canon, couché comme un pacha dans le divan.
    Le fils d'Edoras récupéra le DX-2 qu'il avait lui aussi hérité de son père. Le Voyou avait l'habitude de se battre avec un blaster dans chaque main, ce qui avec des doubles canons lui conférait une puissance de feu des plus intimidante, mais Frankie était bien incapable d'en faire autant. Il laça le holster du blaster autour de sa cuisse, puis vérifia machinalement son couteau en cortose. C'était là son seul équipement.

    Maly : Qu'est-ce qui se passe, Frankie ? T'es tout bizarre.
    Frankie : Je pars en chasse. Tu m'accompagnes ?

    Il tendit le poing, dans lequel il tenait deux billets de navette pour Coruscant.

    Ce message a été modifié par: Edoras le 10-09-2015 10:41

    jeudi 10 septembre 2015 - 10:32 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6232 Crédits

    Notre lapin descendit 30 minutes plus tard et se rendit chez lui sans se douter de rien. Nous suivons a bonne distance en prenant soin que personne ne puisse distinguer nos visages, voir même nos espèces.

    Après quelques minutes de marche, il entre dans un bâtiment d'habitation. Nous suivons, entrant facilement grâce a nos outils de piratage. Nos habits nous permette de passer pour des techniciens venu réparer quelque chose.

    Après une rapide recherche, nous trouvons son étage et montons. Notre Lepi était parti faire une toilette, avec une musique forte bien incompréhensible. Ceci nous permis d'entrer discrètement, et de fouiller ses affaires, a la recherche de quoi que ce soit liant le Lepi a cette affaire. Mais rien, ses communications, messages. La seule trace… était un vide – pendant le temps de la séquestration de Mahan, tout portait a croire que le Lepi était absent. Ou que toute trace sur le moment ai disparu.

    Je confirmais ce point avec les traces du systèmes de sécurité d’entrée. Le Lepi n’était pas rentre chez lui de toute cette période.

    La musique s’arrête. Le Lepi avait fini sa toilette.

    Polux se colle a la porte, et alors que le Lepi l'ouvre, l’assomme d'un grand coup entre les deux oreilles.

    Moi : Ça va être plus dur pour l'interroger maintenant…
    Po : Je n'ai pas prévu de l’interroger, mais je veux vérifier quelque chose. Aide moi.
    Moi : Pour ?
    Po : Je vais avoir besoin que tu canalise la Force avec ton cristal, afin que je sonde son esprit. Ça ira plus vite…
    Moi : Comme tu veux…

    Je me concentre sur mon cristal, en pendentif autour de mon coup. La Force était tellement faible que c’était le seul moyen que j'avais de m'y plonger a peu près normalement. Par nous même, c’était devenu impossible pour nous, padawans.

    Po : Hum…. C'est bien ce que je pensais.

    Po repose le Lepi, fait voler un savon près de la porte de la salle de bain non sans avoir laisser une trace et une marque sur son pied.

    Po : Viens, on trace.
    Moi : Alors ?
    Po : Il a été manipule .son esprit porte clairement la trace du cote obscur et d'une manipulation. Sa mémoire a été altérée. On ne tirera rien de lui. Il a été utilise. Quand a savoir par qui… celui ou celle qui s'est fait passe pour Mirax ?
    Moi : Possible, mais on a rien pour le prouver…

    dimanche 13 septembre 2015 - 03:46 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar waren

    waren

    14531 Crédits

    Jakku

    Les sbires de Dark Spencer étaient tous affairés autour de lui, pendant que le Nagai regardait dans le ciel le vaisseau quitter l'orbite de la planéte, il plissa les yeux et scruta la force. La femme aux cheuveux blanc effectuait une chute vertigineuse. Mais il ne tenta rien, au lieu de ça, il se tourna vers Ashoka, allumant son sabre rouge en la maudissant en langage Sith mais il fut arrêter par la mandalorienne.

    Shae Vizla - Non, si quelqu'un doit la juger, c'est notre maitre.
    J'établit un canal spécial avec lui, ensuite nous ferons tout exploser.

    Dark Nilh - J'espére qu'elle souffrira pour sa trahison.

    Dark Spencer - Gnrr... Quelqu'un peut m'expliquer ce bordel ?
    Toi, arrête de me soutenir ou je t'arrache la tête, Shae.. où est Atris ?

    Un vent s'éleva et du sable émergea une femme en tunique blanche, elle avait le sourrire au lévre, le combat lui avait apparament plut mais quand elle regarda le Cathar elle vit qu'il était bléssé. Elle s'empressa de le soigner avec la Force.

    Shae Vizla - J'ai une communication de Xelos. Maitre ?
    Je vous envoie des données du massacre et aussi un rapport.

    Le Nécromancien - Intéressant. Je lit que ma confiance as été souillée au paragraphe quatre. Shae, place la caméra face à mon disciple, je voudrais la voir de plus prêt. Mes yeux sont faibles.

    Ashoka - Maitre, je.. Arg..

    Le Nécromancien - Tu n'es plus des nôtres.

    Des flammes émergérent des yeux de la jeune Undead qui se mit à hurler, une odeur insuportable emplit la place, le corps entier de la Togruta brûlait. Elle se roula à terre en supliant ses frêres et soeurs de l'aider. En vain. Puis, il ne restait plus rien d'elle que son sabre laser. Nilh regarda le tas de cendres encore un moment.

    Dark Nilh - Cassons nous, une tempête de sable approche.

    jeudi 17 septembre 2015 - 22:56 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Mirax_Terrik

    Mirax_Terrik

    7045 Crédits

    Doc : Il est vrai que je n'aime plus vraiment les gens et que je préfère la solitude. Loin de celui que j'étais... Mais je suis toujours ton fils, un imbécile qui joue avec des sabres et qui sait mieux se battre que réfléchir. J'ai pensé à te dire des choses que tu m'avais dites. "A chaque fois que tu actives ton sabrelaser, ne pense pas à qui tu vas tuer... Mais à qui tu vas laisser la vie." Ce qui en partie m'a calmé... Mais ces choses là, tu les sais déjà. C'est juste que tu ne les ressens plus. La paix n'est pas le vide ou la mélancolie... Je ne ressens rien d'autre de toi 'man. Pas de joie, pas d'envie. Et ce depuis que je suis rentré. Depuis combien de temps n'as-tu pas ri ?

    Assis en tailleur sur le sol, et moi sur la couchette, le regard de mon fils me transperçait. En effet certaines choses ne changeraient jamais... Déjà lorsqu'il était enfant, Doc savait trouver les mots. Malgré l'image qu'il donnait aux autres de jeune insouciant et impulsif, Ace lisait dans les gens comme dans un livre ouvert. Il faisait remonter à la surface ce que je savais déjà au fond de moi. Vide et mélancolie étaient devenus mes seuls compagnons...

    Mirax : Tu as raison... Comme d'habitude. Rien n'à jamais été simple dans toute ma vie... J'ai jamais eu tendance à m'apitoyer sur mon sort. Je relevais la tête, j'avançais, malgré les échecs et les peines. Tout est parti en sucette quand tes frères sont mort. Quand Po à été assassiné j'ai foncé dans les bras de son meurtrier... Je ne me l'explique toujours pas... Peut-être une sorte de Syndrome de Stockholm... Quand Wedge s'est sacrifié à son tour, j'ai sombré... Vraiment très bas. Je suis parti me cacher sur Borleias, en pensant que si je laissais tout ça de coté ma peine disparaîtrait. Ça n'a pas marché... Mais cette retraite m'a quand même permis de faire mon deuil... En quelque sorte de laisser partir les garçons...
    Si j'ai pu me lancer dans l'ultime bataille contre Baaaaaaal, c'est parce que j'avais accepter leur mort... Acceptation ne veux pas dire que je n'avais plus de peine... Mais elle la rendait plus supportable.
    Puis on se débarrasse de Baaaaaaal et pouf pouf voilà mon petit Weedge qui ressuscite... Ça à été vraiment déstabilisant.. Mais tant bien que mal j'ai fait face. Dans le même temps, Sarkin, dont j'avais fait le deuil également, refait surface... Son organisation capture et torture mon frère, la seule personne stable de ma vie... C'est dire... Et nous voilà au fin fond des régions inconnues... A me retrouver à bord du vaisseau ou j'ai connu certains de mes pires traumatismes... Et enfin alors que nous pensions la bataille gagnée et que nous rentrions "a la maison", Polux me joue un dernier tour de cochon en décidant de ressusciter dans le corps d'un pauvre gosse qui demandait rien à personne...
    Ça à été la goutte d'eau... Un coup de trop porté à mon psychisme... Pour moi ils étaient morts... Et finalement je n'ai pas tiré de bonheur dans leur retour... Je me suis mise à douter de moi... Et surtout de la Force... Pourquoi m'imposait-elle de tels tourments ? Me rendre mes enfants qu'elle m'avait arraché si brutalement... Pourquoi? Pour me les prendre encore?
    J'ai sombré dans le désespoir... Et je me suis coupé des autres pour ne pas avoir à faire face à leur compassion... Il y avait tant à faire, je ne voulais déranger personne...
    Dans les moments les plus noirs j'ai même penser au suicide... J'ai tellement souffert... J'avais seulement envie que ça s'arrête... C'est là je pense qu'est entré en jeu le stress post traumatique que je me traîne depuis les tortures infligées par la Maléfique... Peu à peu mes émotions se sont taries... Jusqu'à ce que je ne ressente plus rien... Pas même la Force...


    Un très long silence suivi mon discours. Doc était visiblement en train d'assimiler mes paroles... Quant à moi, si crever l’abcès m'avait fait du bien, je n'en ressentais rien pour le moment... Toujours le vide...

    Doc : Je... Je vais devoir réfléchir à tout ça... Méditer... Mais je vais t'aider m'man... Ça, je te le promets...

    Il n'ajouta rien jusqu'à notre sortie de l'hyperespace non loin de Coruscant... Alors que je manœuvrais le vaisseau pour sa descente vers la planète, l'holonet s'activa brusquement. Nous venions enfin de capter une balise.

    Ce que nous découvrîmes nous laissa bouche bée... Kaarde affrontant une personne avec mes traits puis assassinant l'ex Chancelier Mahan...

    Je restais quelques temps sans voix avant de lacher une bordée de jurons Corelliens...

    Mirax : Pas question de respecter les procédures standards, on va se radiner au Temple vite fait...
    Doc : Suffit qu'on s'absente un moment...
    Mirax : Pour qu'ils aient tous la folie des grandeurs...


    Ignorant les appels répétés du Contrôle de la navigation je me dépêchais de poser le Terrik's Fantasy au Temple... Non sans sérieusement perturber le trafic autour du bâtiment, mais peu m'importait.

    Tyria nous attendait l'air grave au bas de la rampe...

    Tyria : T'aurais au moins pu laisser le contrôle te guider.. Les Jedi sont pas au top de leur popularité en ce moment...
    Mirax : Sans blague? Je me suis dit que rappliquer vite arrangerais tes affaires...

    vendredi 18 septembre 2015 - 23:56 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Tyria_

    Tyria_

    13547 Crédits

    A peine j’eus le temps de poser un pied dans l’enceinte du Temple que mon comlink se mit à biper. Le Terrik’s Fantasy venait d’arriver en orbite de Coruscant. Les codes d’identification du vaisseau étant reliés à l’identité de Mirax Terrik, toutes les forces de l’ordre de la planète allaient passer en état d’alerte maximum.

    « Faites qu’elle obtempère et qu’elle ne trace pas droit jusqu’ici. »

    C’était sans compter sur son caractère de cochon et ses origines corelliennes. Je me radinais aussi vite que possible à la plateforme d’atterrissage en lâchant une bardée de jurons sur le chemin. J’accueillis Mirax avec tout le tact dont je fus capable : sans dire bonjour et par un reproche.

    Moi – T’aurais au moins pu laisser le contrôle te guider… Les Jedi sont pas au top de leur popularité en ce moment…
    Mirax – Sans blague ? Je me suis dit que rappliquer vite arrangerait tes affaires.
    Moi – Ah mais mes affaires vont très bien. Par contre, ça aurait gravement arrangé celles de Kaarde que tu coopères !
    Mirax – Qu’est-ce qu’il s’est passé au juste ?
    Moi – Bababababa. C’est pas le moment pour les explications. La Chancelière a empêché la dissolution de notre Ordre d’un cheveu. Elle nous a mise sous tutelle et va nommer un responsable pour nous chaperonner. Et on ne va pas lui rendre la tâche plus difficile que ça en faisant obstruction dans l’enquête sur l’assassinat de Mahan.
    Mirax – On a le temps de…
    Moi – NON ! Nous n’avons pas le temps ! Nous avons déjà le Grand Maître de l’Ordre qui croupit en prison, il n’est pas question qu’un Maître du Conseil l’y rejoigne ! Tu vas me faire le plaisir de monter dans un speeder, d’aller trouver les enquêteurs et de leurs donner TOUTES les informations dont ils auront besoin pour mener leur investigation. Pendant ce temps-là, je vais me charger d’organiser le conclave qui permettra la nomination d’un responsable. (Je me tournais vers l’ermite) Doc, tu y vas aussi vu que tu es l’alibi de ta mère. (Avant de pointer un doigt menaçant dans la direction de Mirax) Je vais charger des Jedi pour retrouver tes gamins donc ne saute pas sur ce prétexte pour te débiner ! Et si tu ne t’exécutes pas, je t’y envoie à grands coups de pied au cul !

    Je plantai les deux Jedi complètement interdits sur ces mots. J’eus tout juste le temps de les entendre échanger quelques mots :
    Doc – Elle est… remontée.
    Mirax – Kaarde serait sûrement content d’apprendre qu’elle est en train de remuer ciel et terre pour maintenir l’Ordre en place pour lui.

    Depuis quand est-ce que je perdrais mon sang-froid ainsi ? L’hystérie, c’était bon pour Ange. Pas pour moi.
    Je repoussais soigneusement les premiers éléments de réponses qui vinrent. Il fallait que je reste concentrer sur le plus important : sélectionner les membres éminents de l’Ordre qui devaient participer au conclave, les proposer à la Chancelière et les contacter.

    L’élaboration de la liste ne prit pas tellement de temps que ça. Tous les Naberry étaient hors courses par principe. Mirax aussi à cause de l’individu qui c’était fait passer pour elle. Parmi les Jedi les plus anciens et les plus respectables, ils restaient : Jorus Beku’n, Starseb, TotoJedi, Ange et Amy. Je ne sais pas ce qui m’enchantait le plus. Savoir que j’allais devoir contacter Ange par les canaux diplomatiques ou ma mère à qui je n’avais pas parlé depuis les quinze dernières années.
    J’envoyais la liste pour validation. La réponse de la Chancelière se fit rapidement.

    Sät’sa – Tyria, je n’ai pas vu votre nom dans la liste.
    Moi – J’ai pas jugé que je serai du meilleur avis sur la question. Sans parler que j’ai été l’apprenti de Kaarde.
    Sät’sa – Allons. Avoir été sa padawan vous a déjà mis hors courses pour être le responsable. Je vous demande de participer à cette réunion.
    Moi – S’il le faut. Je vais tâcher de contacter tout le monde et vous tiendrai au courant de l’évolution.
    Sät’sa – Très bien. Que la Force soit avec vous, Maître Sarkin.

    La communication se coupa. La Force. Quelle blague. Je me laissai aller un instant en soupirant longuement.

    Ce message a été modifié par Tyria_ le samedi 10 octobre 2015 - 15:54

    mardi 22 septembre 2015 - 22:38 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kiad

    Kiad

    603 Crédits

    [b]Post fait avec Cenovi[/b]

    Kiad laisse Cenovi retrouver les siens et prendre soin d'eux. Les jedi ne le savent pas, mais le gris a installé des micros et des caméras dans plusieurs endroits du vaisseau, et il entend parfaitement la discussion entre le mando, sa padawan et la belle bleue.
    Le coeur du gris se serre un instant en entendant les paroles d'Aynor. Une boule d'amertume remonte dans sa gorge, par le simple fait qu'elle est dans le juste, contrairement à Cenovi dont les paroles sont empreintes de loyauté et d'amitié, mais qui sont fausses. Kiad n'est plus un jedi, même pas un gris. Il s'est désolidarisé de l'ordre depuis longtemps déjà, et aujourd'hui il serait davantage à classer dans la catégorie "ronins de l'espace avec un entrainement jedi". Depuis, il a découvert d'autres peuples, d'autres arts martiaux et d'autres façons de se servir de la Force -et de servir la Force-, avec lesquels ni l'ordre jedi ni l'ordre sith n'ont quoi que ce soit à avoir.

    Le ronin forceux se lève finalement du siège de pilotage pour rejoindre les jedi, tapotant avec bienveillance l'épaule de la pilote pour lui signifier qu'elle a fait du bon travail. Mais alors que la porte se referme derrière lui, celle devant lui s'ouvre pour laisser entrer Aynor dans le sas qui sépare la cabine de pilotage du ventre du vaisseau. Comme pour Cenovi, Kiad bloque un instant, ne trouvant pas les mots adéquats pour une salutation à la fois formelle et détendue.

    La twi'lek, de son côté, croise les bras et se penche nonchalamment pour poser son épaule contre le mur du petit couloir, avant de déclarer:

    Aynor: Tu es bien la dernière personne qu'on s'attendait à voir !
    Kiad: Hu hu, tu sais bien que j'ai toujours rêvé de faire une entrée éclatante comme celle-là.
    Aynor: Et on peut savoir savoir ce qui t'amène dans les parages ?
    Kiad: Hé, on peut plus voyager ? Et puis...en passant dans le système la Force ma fait sentir la détresse de plusieurs amis, alors je suis venu. J'aurais pas dû ?
    Aynor: La Force te l'a dit ?
    Kiad: Hof, un mauvais pressentiment, quoi. C'est pas à toi que je vais apprendre comment ça se passe.

    Aynor ne répond pas, laissant le silence s'installer quelques instants alors qu'elle semble réfléchir, puis:

    Aynor: Tu as eu l'air de t'en sortir plutôt bien face à des adversaires contre lesquels nous étions impuissants.

    Elle se décolle alors du mur, commençant à faire de courte allées et venues, entrant en réflexion tandis que Kiad prend la parole:

    Kiad: Justement, c'est l'ordre qui continue de s'affaiblir où les sith qui deviennent toujours plus puissants malgré la mort de Baaaaaaal ?

    A cette question, la Twi'lek cesse son mouvement et plonge son regard dans celui de son interlocuteur, l'air inquiète:

    Aynor: Je ne sais pas....Les voix de la Force nous échappent de plus en plus. Et pourtant, il y a une chose qui semble logique: Tu as pu nous sentir et combattre mieux car tu t'es éloigné du côté clair...

    Une nouvelle pique, droit dans le coeur du forceux. La fatigue de la Twi'lek lui fait perdre son tact, et cela ne plaît pas à Kiad chez qui une nouvelle boule d'amertume remonte dans sa gorge.

    *Traite moi de jedi noir, aussi, tant qu'on y est* ne peut-il s'empêcher de penser.

    Il trouve particulièrement indélicat d'être remercié de la sorte. D'autant plus qu'il ne s'est jamais plus sentit jedi que depuis qu'il s'est lancé en freelance, aidant ceux qu'il croise, apportant un peu de bienveillance et d'espoir aux petites gens qui souffrent vraiment d'une vie cruelle, et non plus à une république corrompue et égocentrique qui tourne le dos à ses défenseurs au moindre prétexte. Mais ça, il préfère le garder pour lui, et c'est un sourire forcé qui apparaît à la place sur ses lèvres, avant qu'il ne dise:

    Kiad: Si tu le permets, je préfère ne pas discuter des philosophies de la Force pour le moment. Tu devrais aller te reposer, je vais voir si je peux donner un coup de main avec les autres.

    Alors qu'ils vont pour se séparer, Kiad ne peut toutefois pas s'empêcher d'ajouter:

    Kiad: Au fait, est-ce que l'ordre aurait besoin d'un nouveau padawan, par hasard ?
    Aynor: Hmmm, nos instructeurs viennent à manquer en ce moment...pourquoi ? Qu'est-ce que tu as derrière la tête ?
    Kiad: Hm. Rien de grave, je m'en occuperais, alors.

    Là-dessus, Kiad dépasse la Twi'lek, posant la main sur son épaule en signe de réconfort et en souvenir de leur passé commun, puis il passe la porte qui mène au centre du vaisseau.
    Aynor, elle, le suit brièvement pour rejoindre l'une des quatre chambres de l'appareil, et Kiad ne manque pas de remarquer la petite ironie jouée par la Force lorsqu'il voit son ancienne amante entrer dans sa chambre à son insu.

    Derrière les deux forceux, dans le cockpit, une légère présence dans la Force se fait sentir à mesure que Kiad s'éloigne du poste de pilotage....

    L'ex-jedi commence donc à participer aux soins dispensés aux blessés, quand son holocom se met à biper. Il prend l'appel, c'est la pilote qui apparaît et lui dit qu'elle a quelque chose à lui montrer. A ce moment, un "flash info" holonet remplace la jeune femme pour laisser place à des images choc et des journalistes qui parlent à tue tête de l'assassinat de l'ancien chancelier Mahan par le maître jedi Kaarde Naberry.

    Kiad fait des yeux ronds devant cette annonce, mais les plus stupéfaits et paniqués restent Cenovi, situé non loin du ronin galactique, et Aynor qui sort subitement de la chambre. Maître Katu-un et Kinsa se joignent au trio afin de voir la scène eux aussi, hébétés et troublés. Cenovi est le premier à se ressaisir:

    Cenovi: Impossible ! C'est un montage !! Beugle-t-il.
    Kiad enchaine: Eh bien, l'ordre n'est plus ce qu'il était....
    Aynor: Kaarde n'aurait jamais pu faire ça, déclare-t-elle à moitié par conviction et à moitié par reproche à la réplique de Kiad.

    Le silence revient l'espace d'un petit moment où tous semblent pris dans leur réflexion. Tous ? Non, Kiad attend la réaction des jedi plus qu'il ne réfléchit à la situation et à ses conséquences. C'est finalement la Twi'lek qui rompt le calme:

    Aynor: Il doit y avoir une bonne raison, une explication logique ! Un clone, un jumeau, quelque chose ! Mais ça...!

    Elle montre Mahan se faire embrocher par le maître jedi, et achève:

    Aynor: C'est impossible !

    Alors que Katu-un et Kinsa demeure muets et atterrés, Cenovi lâche un timide et résolu "Si." qui ramène tous les regards des jedi sur lui, visiblement dans l'espoir d'une réponse magique et/ou miraculeuse. Kiad note que Cenovi est devenu quelqu'un de véritablement important dans l'ordre, quelqu'un dont on attend le sage conseil. Cela le change de son souvenir d'un Cenovi un peu taré et plutôt insouciant, et si la situation n'était pas ce qu'elle est, l'ex-gris se permettrait une pique ou deux.
    Après son intervention, le jedi-mando lève son bras bras droit et le contemple un petit moment, avant d'ajouter:

    Cenovi: C'est possible.
    Kiad: Et dit en basique, ça donne ? Lâche Kiad en quête de plus d'informations.
    Cenovi: Je me souviens d'un jour où Kaarde a dérapé. C'était sur Kashyyyk, au temps de la guerre du SEZ. Il jouait alors le rôle de...
    Aynor: Dark Hyllyard....

    Cenovi acquiesce avec une certaine gravité dans son expression. C'est alors que Kiad intervient, un peu plus longuement que jusqu'à maintenant:

    Kiad: Cenovi, tu devrais le savoir mieux que quiconque, on a tous déjà dérapé un jour ou l'autre. On peut pas le déclarer coupable pour ça.
    Aynor: Mais pas à ce point, réplique la Twi'lek.

    Agacé de se trouver face à une nouvelle opposition en provenance d'Aynor, Kiad rétorque avec un air sérieux et cinglant:

    Kiad: Ah, vraiment ? Qui te dit qu'il n'a pas essayé d'infiltrer Ba7l à l'époque ? J'ai moi-même pensé des centaines de fois faire la même chose pour atteindre ce sith de malheur, quitte à massacrer la moitié de la galaxie pour atteindre ce salopard. Et crois moi, s'il n'y avait pas-
    Cenovi: Ca suffit ! Ce n'est pas le sujet ! On ne doit pas se laisser déconcentrer par ces images.

    Kiad et Aynor cessent leur dispute suite à la coupure du dark-vador-lumineux-mandalorien. Puis, dans ce tumulte, une frêle voix s'élève, timide et fébrile, c'est la padawan de Cenovi qui demande:

    Kinsa: Qu'est-ce qu'on va faire maintenant ?
    Kiad: J'imagine que Coruscant n'est plus d'actualité ?
    Katu-un: Si l'ordre est sous tutelle, cela veut dire qu'il n'est pas menacé. Nous devons rejoindre les jedi au temple et faire notre rapport sur les créatures de Jakku.
    Aynor: Et puis, le sénat va s'agiter. En tant qu'ambassadrice je ne peux pas me cacher, cela paraîtrait suspect.
    Cenovi: Une seule chose compte, nous devons aider Kaarde.
    Kiad: Rectification, vous devez aider Kaarde. Moi je vous dépose et je repars.

    Silence.

    Katu-un: Pourquoi nous avoir sauvé si c'est pour repartir ainsi ?
    Aynor: Un jedi de ta qualité nous serait utile.
    Kiad: Ah ? D'un coup je redeviens un jedi ?

    Les jedi s'immobilisent face à la réaction ouvertement vindicative de Kiad, ne comprenant pas son soudain comportement. Le regard furieux de Kiad oscille rapidement entre Cenovi et Aynor avant qu'il ne continue sur un ton aigri:

    Kiad: Ouais, je vous ai entendu tout-à-l'heure. Et je vous annonce tout net que sauver la galaxie, c'est plus mon trip depuis longtemps. Et je suis pas non plus revenu pour reprendre une quelconque place dans l'ordre, sachez-le.

    La réaction des jedi est prévisible: Incompréhension, peine, tristesse et accablement. Visiblement, aucun ne s'attendait à ce que leur sauveur temporaire joue simplement le livreur. Ce dernier, d'ailleurs, achève la conversation avec:

    Kiad: Bien, sur ce, profitez des quartiers pour vous reposer et vous restaurer, et surtout pour soigner vos blessés. En attendant, bon voyage.

    Là-dessus, il tourne les talons après un dernier regard envers Cenovi, avant de rejoindre le sas qui mène au cockpit, laissant derrière lui une bande de jedi complètement atterrés.






    Ce message a été modifié par: Kiad le 23-09-2015 15:03

    mercredi 23 septembre 2015 - 14:58 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Mirax_Terrik

    Mirax_Terrik

    7045 Crédits

    Peu désireux de faire enrager Sarkin encore plus, Doc et moi avions sautés dans un speeder et nous étions rendus au siège de la police Gouvernementale de Coruscant.

    Là bas, mon fils et moi avions été séparés et s'en était suivis de longues heures d'interrogatoire laborieux.

    Je me tenais la tête entre les mains avant de répéter pour au moins là 30e fois :

    Mirax: Mais puisque je vous dit que ça n'étais pas moi... J'étais en mission sur la planète Dathomir... Saisissez l'ordinateur de navigation de mon vaisseau, contactez le Clan des Sorcières de la Montagne qui chante... Bref faîtes votre boulot !
    Enquêteur : Je suis navré Maître Terrik, mais mon boulot c'est justement de faire toute la lumière sur cette affaire. Et ça passe par un interrogatoire rigoureux.
    Mirax : Mais ça fait 3h que vous me posez les mêmes questions et que je vous livre invariablement les mêmes réponses. Et continuez de me les poser pendant encore 3h et mon discours ne variera toujours par car il s'agit de la vérité. Non je n'étais pas sur Coruscant ces 10 derniers jours, non je n'ai rien à voir avec l'assassinat de Gaius Mahan, et non jamais au grand jamais je n'ai accusé Maître Kaarde d'être un Seigneur Sith !
    Enquêteur : Trés bien Maître Terrik... Je pense que je vais vous garder en détention quelques jours le temps de vérifier vos dire...
    Mirax : Pardon ? Non mais vous savez à qui vous avez à faire? J'ai été l'épouse d'un Chancelier Suprême et celle d'un sénateur (Je me retenais d'ajouter celle d'un Seigneur Sith, ça aurait fait mauvais genre) !! J'ai de nombreux alliés au Sénat, et si vous me retenez ici sachez que cela va vous coûter votre place ! Voire même votre carrière !
    Enquêteur : C'est une menace ?
    Mirax : Prenez le comme vous voulez... Mais concrètement vous avez quoi contre moi? Qu'une personne me ressemblant fortement s'est interposé entre Gaius Mahan et son meurtrier... J'ai mon fils et ancien Padawan qui peut témoigner sur l'honneur m'avoir accompagné sur Dathomir ces 10 derniers jours... Il vous faut quoi de plus? Donc vu que vous avez pas l'air de comprendre, je vous laisse entendre que je ne croupirais pas derrière des barreaux pour vos beaux yeux alors que l'Ordre Jedi traverse une grave crise.


    Un moment plus tard, je sortais du Bâtiment pour rejoindre le Temple. Apparemment, Doc était parti peu avant moi. Ce que je n'avais pas prévue était la marée de journalistes qui m'attendaient à la sortie... Quelle idiote de ne pas l'avoir prévu...
    Depuis l'épisode sur Corellia avec Baaaaaaal, je m'étais toujours efforcée d'éviter la presse. Mais là j'étais coincée... je m’apprétais à tenter une esquive aussi polie que possible lorsqu'une main se posa sur mon épaule.

    Sénateur Drayson : Le Maître Jedi Terrik vient de subir un interrogatoire éprouvant, elle n'a pas de déclaration à faire pour le moment, et ne manquera pas de vous informer d'une possible conférence de presse.

    Le sénateur Corellien m'aida à fendre le foule pour rejoindre mon speeder. Il s'installa à coté de moi sur le siège passager.

    Drayson : Sale affaire que voilà Maître Terrik.
    Mirax : Je ne vous le fais pas dire sénateur, merci pour le coup de main.
    Drayson : Je suis toujours là pour venir en aide à mes compatriotes.


    J'avais fait la connaissance de Drayson à l'époque ou j'étais l'épouse du Chancelier Suprême. Il était déjà sénateur de Corellia à cette époque là et c'était un des plus fervents soutien de Jacen avec que le pouvoir ne lui monte à la tête.

    Drayson : De vous a moi Mirax? C'était vous?
    Mirax : Absolument pas... J'étais sur Dathomir avec Doc ces 10 derniers jours. En mission pour l'Ordre. Quelqu'un à abusé tout le monde en se faisant passer pour moi...
    Drayson : Comment cela serait-il possible?
    Mirax : Il y a quelques options quand on y réfléchit... Les Clawdites ne sont plus très nombreux, mais il est possible que nous ayont eu affaire à l'un d'entre eux. Ou pire... Un Clone... Il n'est pas impossible qu'une création de Baaaaaaaal se soit éveillé d'un obscur laboratoire comme ça à été le cas déjà plusieurs fois...


    Le sénateur ne répondit pas. Il réfléchissait à mes paroles. L'idée du Clone venait de me traverser l'esprit et je tremblais rien qu'en y pensant...

    Le speeder se posa devant le Temple Jedi. J'avais la ferme intention d'aider Tyria a organiser le Conclave. Il faudrait également que je passe voir Kaarde...

    mercredi 23 septembre 2015 - 22:51 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Evénements

Star Wars Episode IX

18 déc. 2019

Star Wars IX

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide