Le Temple Jedi 6 (page 21)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Padme111

    Padme111

    26754 Crédits

    « À la guerre, la vérité est la première victime. » Citation The Clone Wars S2 E14

    Lieu : Coruscant

    La détective privé Bothane, Oktra’Wist va vers le cpt Green. Elle était très satisfaite par l’interrogatoire. Elle avait appris un détaille très important ! Si le Grand Maitre de l’Ordre a réussi à se faire manipulé l’esprit, peu importe comment, l’ennemie ou la personne qui a piéger le Maitre Naberry, était quelqu’un de dangereux, de stratégique et sournois. 

    Oktra’Wist – Capitaine Green ! J’ai fini d’interroger le prisonnier. 

    Ctp Green – Et vous en avez tiré quoi ?

    Oktra’Wist ignorant volontairement la question – Qui s’occupe de l’Ordre Jedi actuelle ?

    Ctp Green – Euh… qu’est-ce que j’en sais ! Il doit être mis sous tutelle, enfin c’est ce que tout le monde dit. 

    Oktra’Wist – Bien, je n’aurais plus de renseignement ici. A la prochain capitaine. 

    Sans entendre les protestations du capitaine, la Bothan quitte les lieux. Quelques instantes pluparts, elle rejoint son chauffeur privé et associé qui est un Kel Dor, nommé Wuf Der. 

    Wuf Der – Nous allons où ?

    Oktra’Wist ne répond pas, elle se contente de s’installer de le taxi privé de location. Le Kel Dor démarre sans but et attend que la Bothan prenne la parole. Elle semble perdue dans ses pensées la tête basse. Il la surveille régulièrement dans son rétroviseur. Il allait lui demander comment elle allait lorsqu’elle relève la tête et de ses yeux vert elle fixe le Kel Dor dans le rétroviseur. 

    Oktra’Wist – C’est belle et bien un piège. Il a été mentalement influencé. 

    Wuf Der – Le prisonnier !? Waou ! C’est possible de manipulé un Grand Maître de l’Ordre ?

    Oktra’Wist – Cela est invraisemblable, mais je suis forcé de constaté que oui. Va au Sénat. 

    Wuf Der – Vous êtes sur ?

    Oktra’Wist – Certaine, je vais fouiner, je veux prendre la température là-bas. Et vous aussi, très cher. 

    Wuf Der – Je pensais n’être que votre chauffeur, madame Wist !

    Oktra’Wist – Arrête ! Il est préférable que nous nous séparions une fois sur place et on se retrouve au Taxi 2 heures après. 

    Wuf Der – Ca marche pour moi ! Et après, on rentre. 

    Oktra’Wist – Je ne fais que commencée. 

    Wuf Der – Tu dois te montrer prudente. Tu as eu des vertiges ou des soucis au commissariat ?

    Oktra’Wist – Non, rien, absolument rien. Je t’assure, je gère !

    Le Taxi est garé devant le Sénat et nos 2 enquêteurs y entre. Ils circulent chacun de leur côté pose des questions discrètes sans vraiment parlé de leurs identités. Ils écoutent à gauche et droit les potins.  

    2 heures après, Wuf Der arrive au Taxi le premier. Il attend sa partenaire en s’adossant au capot. Ce n’est qu’1/4h plus tard, que la Bothan arrive. Son pas est irrégulier et Der va vers elle. 

    Wuf Der – Comment ça va ? 

    Oktra’Wist – Ne t’inquiète pas et donne-moi de l’eau. 

    Il lui offre une bouteille sorti de nul par, elle boit la moitié sans s’interrompre tout en arrivant devant le Taxi. Wuf l’aide à monter puis il prend le volant et démarre.  

    Wuf Der – Est-ce que c’est seulement la chaleur ou … 

    Oktra’Wist – Oui oui, ce n’est que cela. Alors quels renseignements as-tu ?

    Wuf Der – Beaucoup de sénateurs sont choqués par les actes de Kaarde. Ils disent, pour la plupart, qu’il y a longtemps que l’Ordre Jedi et la République devraient être séparé. Et toi ?

    Oktra’Wist Fini la bouteille d’eau – Oui, j’ai eu les mêmes échos. Certains Sénateurs sont presque contents d’avoir ce scandale car il espère que dans un avenir proche, la séparation République et Ordre Jedi soit définitive. 

    Wuf Der – Le pire, c’est que perso je suis assez d’accord avec cette idée. 

    Oktra’Wist – Oui, et je pense que plus d’un Jedi aussi. Sinon, pourquoi autant de Chevalier et Maitre ont quittés l’Ordre Jedi tout au long de ses décennies. 

    Wuf Der – Tu as découvert autre chose ?

    Oktra’Wist – Oui, le Sénateur Beedul est sous-pression. 

    Wuf Der – De la part de qui ?

    Oktra’Wist – Spencer !

    Wuf Der – De la part de qui ? Je suis sensé le connaître ?

    Oktra’Wist – Je t’en ai parlé, Dark Spencer. 

    Wuf Der – Quoi !? Le Cathar qui a…

    Oktra’Wist – Oui, cette ordure-là ! Par contre Beedul n’a jamais fait de politique anti-Jedi. 

    Wuf Der – Et ?

    Oktra’Wist – Cela veut dire 2 choses : Soit il a peur de Spencer, je le comprends, mais n’est pas réellement contre l’Ordre Jedi, par réellement ses idées. 

    Wuf Der – Soit, il a trop peur d’affiché ses convictions. 

    Oktra’Wist – Exactement, je lui rendrais bien une petite visite. Dans les 2 cas, c’est un lâche. 

    Wuf Der – Non ! Là nous rentrons ! Je veux m’assurer que tu vas bien, il a dit…

    Oktra’Wist – Que Coruscant peut être dangereux pour moi, je sais. Par contre, les Lepis sont sur Tardisia et indisponible, ça m’ennuie. Je ne voulais pas quitté cette planète. 

    Wuf Der – Je trouve au contraire que tu devrais y aller et je reste. 

    Oktra’Wist – C’est drôle, je pensais justement le contraire. 

    Ce message a été modifié par Padme111 le mercredi 14 octobre 2015 - 21:28

    mercredi 14 octobre 2015 - 21:11 Modification Admin Permalien

  • Avatar obiwan87

    obiwan87

    9746 Crédits

    Lieu : Coruscant, Temple Jedi

    J’étais debout à Coté de Kinsa en train d’attendre Cenovii, nous ne parlons pas entre nous, le silence règne. Je vois arriver au loin la canonnière. Les colonnes du temple se dressent derrière moi, Il y aussi de chaque côté des statues de femmes en bure Jedi. Le sol est carrelé de pierre à grain. Le vent commence à souffler, ma bure vole au vent mais je reste statique  pendant que les techniciens s’agitent autour de la piste pour  assurer un bon atterrissage. Les lekkus de Kinsa volent aussi  au vent, elle reste aussi impassible dans son armure, elle a  les bras croisés sur la poitrine, pendant que j’ai les bras dans  le dos, une main dans l’autre.

     Les portières de la canonnière s’ouvrent en même temps que  le pilote amorce l’atterrissage, Cenovii ne peut pas  s’empêcher de sauter avant que la canonnière ne touche le  sol, il saute d’au moins dix mètres, il est suivi plus tard par un  saut d’Aynor et de Ka-Tu-Un. Ils se réceptionnent tous les trois, poing dirigé vers le sol.

    Du coup la canonnière ne prend pas le temps d’atterrir et repart directement. Les techniciens poussent un soupir et reviennent vers les bâtiments en jetant leurs gants par terre. Un technicien sort même:

    Technicien - A chaque fois c’est la même chose !

    Cenovii se dirige vers moi, le pas pressé, puis il marche vers les escaliers comme s’il ne m’avait pas vu, il me chope le bras au dernier moment et parle doucement :

    Cenovii – Il va falloir que tu parles au conseil, à propos de ce que t'as dit la Togruta.

    Eckmül – Je veux bien, mais je ne sais pas comment aborder la chose.

    Cenovii – Écoute, aujourd'hui tu es assez grand et intelligent pour comprendre que nous traversons une période de grande crise, il faut être fort si nous voulons que l’ordre reste celui que nous avons connu. Il est temps pour toi de prendre tes responsabilités, de prendre confiance et de t'affirmer en tant que Jedi, si tu veux un jour devenir Chevalier.

    Il continue son chemin et nous entrons tous dans le temple. Derrière nous les maîtres jedi discutent à voix basse, je n'entends pas ce qu'ils disent. Ceno s'arrête pour discuter avec une jedi mirialane accompagnée d'une padawan mirialane elle aussi, elle est petite, je dirais dix ans environ. Kinsa et Keller restent avec les mirialanes tandis que je suis mené jusqu'à la salle du Conseil. Les maitres jedi entrent ensemble, Ceno me souffle un dernier conseil avant qu'on entre nous aussi.

    Cenovii – Surtout, soit clair et concis.

    Il me met une main derrière le dos et me pousse dans la salle du conseil. J’entre, ne sont présentes que 6 personnes sur les douze sièges normaux du conseil, Maître Sarkin, Maître Terrik, Maître Aynor, Maître Cenovii et Ka-Tu-Un se sont donc assis sur les sièges et me laissant au milieu de la salle. Ils commencent par évoquer notre mission sur Jakku. Tout y passe: l'attaque de l'enclave secrète, Dark Spencer, les sith immortels, les pertes des novices, de Syl'ans et de Moram Chak. Tyria et Mirax sont incrédubles face à ces dires. Puis ils se tournent vers moi, attendant mon explication.


    Aynor - À ton réveil tu nous as dit avoir des révélations au sujet de ces mystérieux ennemis.

    Cenovii - Parles, nous t'écoutons.

    Eckmül – Voilà, en fait, lors du combat Ashoka a pu me souffler quelques informations. Il existe un sith qui se présente sous la forme d’une Momie et qui a créé ces créatures, ces Undeads. Son nom est Cha Naman.

    Les regards se croisent.

    Tyria - C'est sérieux?

    Cenovii – Il s’agit là d’une révélation capitale. Une autre personne, autre que Spencer, contrôle ces antiques seigneurs sith comme des pantins.

    Aynor – Comment avons-nous pu laisser passer ça? Il faudra que nous soyons plus exigents avec nous-même.

    Ka-Tu-Un – Nous devons mener une expédition pour explorer les mondes où il pourrait se cacher.

    Mirax - Eckmül, as-tu d'autres révélations à nous faire?

    Eckmül - Ashoka a parlé d'une dague, elle a dit qu'on devait la trouver, il n'y a qu'avec cette dague qu'on peut tuer la momie.

    Tyria - Cette histoire est... Un peu tiré par les cheveux, non?

    Ka-Tu-Un- C'est crédible. Vous n'avez pas vu les Undeads, ils étaient indestructibles, et bien plus dangereux que Spencer. Celui qui les manipule ne peut être qu'un puissant magicien.

    Mirax - Spencer justement, quel est son rôle là-dedans?

    Eckmül - Je ne sais pas... Je vous dis juste ce qu'Ashoka m'a dit.

    Tyria - Le nom de Cha Naman ne me dit rien. Il faudrait fouiller les archives jedi pour en savoir plus.

    Aynor - Bonne idée, en espérant que ces archives soient intactes.

    Ceno – Si tu as terminé, Eckmül, tu peux y aller, merci pour ton témoignage. Rassemble les padawans et mettez-vous en quête d'informations au sujet de Cha Naman, trouvez le nom de cette fameuse dague.

    Eckmül - Bien maître.


    Je sors donc de la salle et je me mets à la recherche de mes amis.  




    Ce message a été modifié par Kaarde le jeudi 15 octobre 2015 - 19:00

    mercredi 14 octobre 2015 - 23:07 Modification Admin Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6493 Crédits

    Po était sorti pour tenter une fois encore d’entrer dans l’usine. La sécurité commençait à se réduire, les Forces de sécurité de Coruscant ayant achevé le gros de ce qu’il pensait être un simple acte de meurtre. Et les recherches nous concernant semblaient passer au second plan, tant que Kaarde était sous surveillance.


    Alors que je cherchais encore dans les images de vidéo surveillance du dernier téléchargement – ce qui ne donnais rien de plus que des entrées/sorties incohérente et le fait que Kaarde, Dropi, Dropa ou Mirax semblait porter à leur ceinture les même éléments, dans la même organisation, ce qui ne correspondait pas ni à comment ma mère ou Kaarde agençaient leur ceinture respective. Un clone? Encore une blague de Baaaaaaal similaire à celle qui m’a vu (re)naitre?

    Je fus interrompu dans mes pensées par un message. Encore sur la Fréquence Nema. Doc n’a pas aimé le gâteau?


    « Avis au «conseil parallèle», L’Ordre Jedi sous tutelle, Grand Maitre de l’Ordre en prison, Jedi en cavale, la confiance est devenue un luxe. « Vous risqueriez tout simplement l’exclusion de l’Ordre » Pourtant, sur Coruscant, je suis. Infos contre une bonne planque. »


    Je ne reconnus pas ni le style. Avait-on été repéré? Qui cela pouvait-il être?
    Je me questionnais sur ce message. Je l’écoutais plusieurs fois. J’hésite à répondre.
    Plusieurs minutes passèrent.
    Je répondis par un message court.


    « Qui êtes-vous? »


    La réponse fut immédiate.


    « Votre réussite dépend de votre discrétion. Je compte sur vous tous ! »


    Cette phrase résonna dans ma mémoire. Non, pas ma mémoire. Cette mémoire était une de celle laissée par Clickman pour me guider dans mon apprentissage de cette nouvelle vie.


    Ceci leva mon hésitation. Il semblait que quelqu’un voulait nous aider. Cette fréquence, et l’histoire derrière cette phrase, n’était connu que de mon maitre Aynor, mes amis Obitom et Jorus, mes frères Po et Doc, et de Maitre Pad. Pad était loin, profitant de sa vie mariée et heureuse loin de tout cela. Cela me pouvait être lie qu’a l’un d’eux.
    Je répondis, attachant quelques images de la camera principale, montrant Dropi, Dropa, Kaarde et Mirax. Les images étaient commentées, les ceintures entourées. Avec des nombreux points d’interrogations. Je crypte les images afin de sécuriser le tout. Seul le groupe saurait décoder.


    « Voici quelques images. Envoi par petite sequence pour discretion. Cryptage Thernbee-3. Prevoyez Bacta, blessure sévère à l’épaule et plus rien en réserve. Et un bon repas pour 3! »

    Je bippais Po de revenir, et esperais que Doc allait vite trouver son gateau.

    jeudi 15 octobre 2015 - 00:14 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kiad

    Kiad

    603 Crédits

    Flash back: Atterrissage sur Coruscant de Kiad et les rescapés

    L'atmosphère était restée glaciale à bord de l'YT-2000, Kiad restant résolument dans le cockpit et les jedi ne venant pas le déranger. Son agacement est allé jusqu'à couper les caméras et micros, de sorte à n'avoir plus aucun contact sensoriel physique, hormis la Force qui lui indiquait de toute manière les déplacements des lumineux anges de la galaxie. A ses côtés, toutefois, demeura la jeune pilote, qui après un long moment de silence s'enquit de la situation tendue dans laquelle ils se trouvent, aussi bien individuelle que générale.

    Kiad lui expliqua plus en détail ce qu'il venait d'affronter sur Jakku, n'hésitant pas à utiliser le terme de sith en compagnie de noms d'oiseaux imagés, ainsi que les dernières nouvelles concernant l'assassinat présumé d'un haut membre du sénat galactique par le doyen de l'ordre jedi. Il raconta aussi son passé commun avec Cenovii, son ancien frère d'arme adepte de technologie, et surtout d'Aynor, douce, sage et énergique compagne jedi qui fut son amante il y a fort, fort longtemps. Néanmoins, il tut une fois de plus les raisons (véritables) de son départ de l'ordre. Puis, finalement, c'est lui qui demanda:

    Kiad: Tu es toujours certaine de vouloir devenir un jedi ?


    La pilote répondit un simple et franc "Oui", signifiant que ce sujet était clos une fois pour toute. Là-dessus, l'ex jedi ajoute:

    Kiad: Rappelle-toi bien, quand tu deviendras une jedi, tu dois oublier la façon dont j'ai vécu. Tu devras embrasser les valeurs de l'ordre, puisque c'est ton choix. Répète moi le code jedi encore une fois, tu veux ?


    La jeune femme acquiesce, puis se ratatine un peu dans son fauteuil tout en posant son regard sur les ondulations de lumières à l'extérieur, avant de réciter:

    Pilote: L'émotion, puis la paix.

    L'ignorance, puis-

    Kiad: Nan ! Pas celui-là, je t'ai déjà dit. Le vrai.


    La pilote lâche un soupire, puis reprend:

    Pilote: Il n'y a pas d'émotion, il y a la paix

    Il n'y a pas d'ignorance, il y a la connaissance

    Il n'y a pas de passion, il y a la sérénité

    Il n'y a pas de chaos, il y a l'harmonie

    Il n'y a pas de mort....il y a la Force.

    C'est bon, là ?


    Kiad opine en guise de réponse, accompagnant le mouvement d'un clin d’œil et d'un sourire en coin complice.

    Ils atteignent la planète capitale plusieurs heures plus tard. Lorsque l'YT sort d'hyperespace, Kiad appelle Cenovii afin qu'il se charge des présentations, du couloir d'accès et de la plateforme d'atterrissage dont ils auront besoin une fois au temple. Ceci réglé et alors qu'ils pénètrent dans la haute atmosphère, Kiad demande au maître jedi de le suivre dans une pièce isolée pour une discussion en privée.


    Kiad: Bon, le moment est venu de t'expliquer ma "présence" dans le noyau. Tu as vu la pilote ? C'est ma fille.

    A cette révélation, les yeux du jedi mandalorien s'ouvre comme des billes. Un sourire un peu bête naît sur ses lèvres quand il s'exclame, pouffant presque de rire:

    Cenovii: Sérieusement ? Ta fille ? 

    -Kiad: Ouais, répond-il avec une once de honte dans la voix. Elle va bientôt avoir seize ans.

    Cenovii: Hm, ça remonte à avant ton départ ça, non ?

    Kiad: Ouais...Un accident, à l'époque, qui s'est vite transformé en agréable surprise. Et je suis venu du fin fond de la galaxie avec elle pour qu'elle soit acceptée en tant que padawan.

    Cenovii: Tu plaisantes, j'espère ?

    Kiad: Est-ce que j'ai l'air plaisanter ?

    Cenovii: Attends...tu veux plus rien avoir à faire avec l'ordre mais par contre tu nous demandes de faire de ta gamine une jedi ? Tu crois que le conseil va pas prendre ta défection en compte ? Sans compter qu'on a personne de disponible pour la former, ni la situation actuelle de l'ordre.

    Kiad: Eh ben, il est beau l'ordre jedi, à refuser des nouveaux apprentis. Doué qui plus est. Je devrais peut-être tenter ma chance chez les sith ?

    Silence.

    Kiad: Ecoute, je te le demande comme une faveur en échange d'une autre. Et c'est son choix à elle. Je l'ai mise en garde, je lui expliqué la façon de penser et d'agir des jedi, et que je ne serais plus un exemple à suivre une fois qu'elle sera officiellement padawan. Elle veut quand même, et on ne l'a jamais vu aussi résolue sur quoi que ce soit, donc sa mère et moi avons accepté. Voilà tout.

    Silence.

    Kiad: Maintenant, comme je l'ai dit à Aynor tout à l'heure, si vraiment c'est pas possible, je m'occuperais de sa formation personnellement. Mais vous ne serez alors pas à l'abri de la voir débarquer un jour dans le noyau sans comprendre à quoi vous avez à faire. Je suis pas sûr que cette perspective soit très réjouissante pour l'ordre, non ?

    Silence.

    Cenovii: Hm, je vais voir, mais je te garantit rien.

    Kiad: Merci. Si elle est acceptée, je donnerais un coup de main à l'ordre pour le sortir de cette crise. Je vais rester dans le noyau pendant encore un petit moment je pense, donc tu pourras m'appeler une fois que tu seras décidé.


    Le mando acquiesce, puis son interlocuteur lui dicte son adresse com en vue du futur appel ultérieur. Ils retournent ensuite parmi les autres, et, quelques minutes plus tard, se posent sur la plateforme qui leur est dédiée. Les jedi sortent alors, aidant les blessés et portant les corps sans vie des victimes de Jakku. Ils sont accueillis par la "sécurité", qui ressemble aux yeux de Kiad plus à une milice vindicative qu'à de véritables forces de l'ordre, des genres de petits coqs qui se sentent plus parce qu'ils ont un fusil blaster en main.

    Les jedi sont rapidement séparés et emmenés sans opposer de résistance, et Kiad se demande dans quel pétrin ils se sont encore fourrés. Mais sans signe de Cenovii, cela ne le concerne pas. Ce fait toutefois semble échapper à la milice qui compte l'emmener lui aussi et mettre le vaisseau en quarantaine le temps qu'il soit fouillé et vérifié. Kiad refuse, naturellement, et après avoir assommé les deux gardes les plus proches d'un coup précis à la tête, il s'enfuit sous les décharges carmines des autres belligérants.

    Le vaisseau file ensuite à travers l’atmosphère jusqu'à retrouver l'espace où l'attendent plusieurs chasseurs de défense planétaire qui le prennent en chasse, avant qu'un saut hyperspatial ne mette fin à la course poursuite. Par mesure de sécurité, le ronin galactique programme une demi douzaine de sauts dans des directions différentes pour semer d'éventuels poursuivants.













    Ce message a été modifié par Kiad le vendredi 16 octobre 2015 - 21:34

    jeudi 15 octobre 2015 - 23:03 Modification Admin Permalien

  • Avatar DocBeldom

    DocBeldom

    5633 Crédits

    Doc était passé de bâtiment en bâtiment, traitant la foule comme des arbres et s'y déplaçant aussi fluidement que possible. Détours, tours et nouveaux détours. Il ne fallait pas qu'on puisse le suivre.  Aussi discret qu'il aie pu être, il sentait que quelqu'un ou quelque chose était en train de le suivre. Montant dans un turbo-élévateur, il avait entrevu une solution. Il avait attendu que la cabine se vide puis avait ouvert la trappe d'accès du plafond pour monter sur la cabine. Ainsi, il avait pu descendre un niveau plus haut que ce qu'un observateur aurait cru. Au cas où, il s'était caché et avait attendu pour voir si quelqu'un avait compris son manège. Invisible dans la Force, un autre turbo élévateur s'était arrêté à son étage. La porte s'était ouverte et il avait entendu une voix de femme :

    ??? : Vérifiez aussi cet étage. Il est malin et il pourrait avoir essayé de nous tromper.

    En même temps que ces paroles, un pseudopode mental avait parcouru la Force pour le chercher. Là, Doc avait eu une hésitation. Devait-il rejoindre ses frères ou s'occuper de celle qui le suivait ? De l'élévateur étaient sortis trois personnes. Instinctivement, il savait que celle qui avait parlé n'en était pas. Alors qu'il allait s'élancer pour essayer d'en apprendre plus, les portes s'étaient refermées. Tant pis, ça serait pour une autre fois. Il avait laissé passer les trois autres et leur avait emboité le pas à bonne distance pour être sûr qu'ils n'allaient pas dans la bonne direction. Une fois sûr de lui, il avait pris une bifurcation et y avait attendu d'être certain de les avoir semé.
    Finalement, il était arrivé seul au point de rendez-vous pour y trouver un gâteau. L'ermite était resté quelque secondes un peu étonné avant de comprendre et de sourire.

    Doc : Très malin petit frère. Très très malin.


    Sans un geste, le forceux avait fait tourner le gâteau de manière imperceptible. Cela avait pris un peu de temps, mais il pointait désormais sur une autre tour. Ensuite, il s'était plongé dans la Force pour indiquer à quelques insectes où ils pourraient trouver à manger. Lui avait donné pendant tout ce temps l'impression d'attendre quelqu'un. Une fois une des part de gâteau disparue, il s'était remis en marche en maugréant contre les gens pas capable de se rendre à un rendez-vous. Il était certain d'avoir semé ceux qui le suivaient, mais ils pouvaient avoir de la chance alors autant ne laisser aucune trace. Alors qu'il repartait, il avait lu les quelques messages sur la fréquence Nema et décidé de faire un léger détour.

    Quinze minutes plus tard, il arrivait à l'étage. Laissant la Force le guider, il avait senti son frère et retenu un juron. Arrivé à la porte, il avait sorti un des outils que sa  sœur Maggy préférait et était entré en silence, s'approchant du clone de Click.

    Doc : Frangin, je t'ai apporté de quoi aider ton épaule. Par contre, il va falloir que tu te caches un peu mieux dans la Force... Nos ennemis savent s'en servir, j'ai pu le vérifier sur le chemin.
    Click : Qu'est... Doc ! J'ai cru que tu n'allais jamais arriver !
    Doc : Ca n'est passé pas loin. On a essayé de me suivre, mais j'ai réussi à me débarrasser de ceux qui me collaient au basques. Il y en a une qui m'a cherché par la Force cependant, aussi fait attention à ne pas être visible. Je t'ai apporté des patchs de bacta pour ton épaule. Où est Po ?        


    vendredi 16 octobre 2015 - 11:22 Modification Admin Permalien

  • PSW
  • Avatar Padme111

    Padme111

    26754 Crédits

    « Ne crains pas l'avenir, ne pleure pas le passé. » Citation The Clone Wars S2E13  

    [mode souvenir]

    Lieu : Phoenix Localisation : A Spéro, une ile à l’opposé de la capital Phoenisia Heure locale : 18h, heure d’hivers.

    Le soleil est déjà bas et veut rejoindre l’horizon. Sur l’ile de Spéro, une maison au bord de la plage semble isolée. Un homme sort de l’habitation afin de rejoindre son épouse. Il la retrouve non sur la plage, ni dans la mer, mais bien à l’opposé, après avoir traversé un sentier dans les bois, dans une plaine. L’homme s’attendait à voir son épouse accroupie devant une tombe. Il comprenait sa douleur et en arrivant auprès d’elle, il pause la main sur son épaule.

    L’homme – Je suis vraiment désolée, mais pour un Thernbee, il a bien vécu. Il est mort dans son sommeil et de vieillesse.

    L’épouse – Oui, je sais. Il me manque, surtout après ce que je viens de voir aux infos.

    L’homme – Je sais.

    Doucement l’homme s’accroupie au côté d’elle et passe son bras autour de d’elle touchant l’autre épaule.

    L’homme – Je regrette que tout se produise en même temps.

    L’épouse – Tu savais, n’est-ce pas ?

    L’homme – Oui, il y a un moment que j’entends des rumeurs politiques. La destitution de Mahan ne m’a pas surpris. Pas plus que sa mort. Mais tout comme toi, je ne m’attendais pas à ce que ce soit par…

    L’épouse – Et si ce n’était pas lui qui l’avait tué, tu m’en aurais parlé aussi ?

    L’homme – Non. Tu avais été très clair, tu ne voulais plus t’en mêler. Mais lorsque j’ai entendu le nom de ton frère, je ne pouvais plus que te mettre au courant.

    L’épouse – Merci, Vycy.

    Vyvacy – Aller, vient là et laisse toi aller, Pad.

    [Fin mode souvenir]

    Lieu : Coruscant Localisation : "A la taverne "

    ?– Pad. Pad ? Est-ce que tu m’entends ?

    Pad – Euh… Oh non, désolé, je…

    Lou – Perdue dans tes pensées petites ?

    Pad – Oui, désolée.

    Lou – Ah, je t’ai apporté de quoi manger. Ce petit encas, tu réfléchiras mieux, le vendre plein.

    D’une de ses mains inférieures, il montre ce qu’il a posé sur la table. Le plat était un des rouleaux à pâte feuilleté avec à l’intérieur un mélange de légumes et de viandes divers. La seule fois où Pad avait demandé les ingrédients, elle l’avait regretté car si elle ignorait la moitié des légumes, elle regretta de connaitre la provenance de la viande. Et pourtant, c’était tellement délicieux en plus de calé l’estomac pour toute la journée. Pad se redresse, quitte le fauteuil et va s’installée à la table désignée.

    Ils étaient dans la partie privée de la taverne, à l’abri des regards. Le Besalisk était toujours plein de ressource et cela fait plaisir à Padmée qu’il soit venu la chercher sur Phoenix. Lou avait atterri sur Coruscant avec son petit cargo et avait réussi à loger Pad chez lui. Elle ne voulait pas retourné au Temple Jedi pour l’instant. Elle refusait d’affronté les journalistes, les policiers, les autres Jedi mais surtout les politiciens. Réfléchir au calme, comprendre comment Kaarde avait été piégé, trouvé des alliés fiables et posé une stratégie. Même si sur le dernier point Padmée n’avait jamais été quelqu’un qui soit stratégique. Elle avait toujours travaillée à l’instinct. Cela lui avait plutôt bien réussi jusqu’à maintenant, alors pourquoi changé ?

    Naberry commence à manger sans appétit, mais par remerciement au Besalisk qui s’était donné autant de peine pour elle.

    Pad – C’est délicieux, comme toujours Cho ! Et non, je veux continuer d’ignorer les ingrédients !

    Cho – Que du comestible ! Passons aux choses sérieuses : soit tu restes terrée ici, ce qui n’est pas toi, soit tu vas enfiler ses vêtements, coupé tes cheveux, les teindre en blond et…

    Pad manque de s’étouffé au mot « cheveux ». Elle avale ce qui est en bouche, pose les couverts et fait signe à Lou d’arrêté de parler. Ce qu’il fait.

    Pad – Mes cheveux ‼ Non, mais ça va pas ?

    Lou – Et des lentilles, j’ai pris l’iris bleu. Oui, tu dois changer d’apparence si tu veux rester discrète. Journaliste et politiciens sont à l’affût de ton retour. Ton absence de Phoenix viendra aux oreilles de Coruscant d’ici 1 mois maximum, si on a de la chance. Alors ils comprendront que tu es ici, et on dira adieux aux déguisements.

    Pad – Oui, j’étais d’accord lorsqu’on en a parlé pendant le voyage, mais …

    Lou – Pad ! Tu veux sortir comme ça ? Tu n’auras pas passé 2 rues que l’on te reconnaîtra, tu n’as pas prix assez de rides en 1 ans ½ ! 

    Pad sait que Lou a raison, elle accepte donc de sacrifié ses longs cheveux bruns après avoir fini son repas. Blonde, cheveux court aux yeux bleus, Pad enfile une salopette bleue roi, enfile ses bottes noires et place sa ceinture sur ses hanches. Elle laisse son sabre laser dans un coffre sous l’oreiller.

    Lou – Tu ne prends pas d’arme ?

    Pad – Si tu as une vibro lame, ça suffira. Le Besalisk ouvre un placard et en sort une vibro lame qu’il donne son amie.

    Lou – Es-tu certaine de vouloir aller dehors ?

    Pad – Je dois les rejoindre.

    Lou – Sont-ils fiable Pad ? Quand Vyvacy va savoir ce que je t’ai laissé faire, il me tuera si tu ne reviens pas.

    Pad – Oui, ils sont fiables ! Dis à Vycy que je l’aime et que je reviens très vite ! As-tu emballé mon colis ?

    Lou – Oui, tu pourras le prendre en sortant. Mais je continue à dire que c’est une mauvaise idée !

    Sans ce préoccupé des inquiétudes légitime du Besalisk, Pad enfile un poncho noir à capuche qu’elle laisse sur sa tête. En sortant, elle prend son comlink et tapote un message. Elle savait qu’elle allait devoir se montrer très prudente, autant dans ce qu’elle écrit que dans la direction à prendre. Elle avait déjà une idée d’où elle devait aller, néanmoins, elle plonge dans la Force et avec le pressentiment du Danger, elle essaye d’éviter tout journaliste, facile ; tout policier, moins facile et toutes sources indéfinies… il y avait quelques chose qui plane sur Coruscant, tel un œil géant qui ne cesse de surveiller les Jedi, et pourtant, Pad n’arrive pas à définir ce « regard ». Avec prudence, elle s’enfonce dans les rues de la capitale.           

    Ce message a été modifié par Padme111 le vendredi 31 mars 2017 - 21:20

    vendredi 16 octobre 2015 - 14:40 Modification Admin Permalien

  • Avatar Edoras

    Edoras

    7665 Crédits

    Après s'être un peu fait prier, le Devaronien passa à table. Oui, il connaissait un type, qui avait bu avec un gars, qui avait entendu un flic se plaindre de "pressions d'en haut" pour les dissuader d'être consciencieux dans la recherche du tueur en série coupeur d'oreilles. Fran-Kyle sourit et se mit en chasse. Il finit par retrouver le flic en question, lequel  finit par lui avouer, une fois bien saoul, qu'il avait soupçonné que le tueur soit un habitant des beaux quartiers. Les éléments étaient ténus, mais valables. Après avoir convaincu certaines personnes, menacé d'autres, rendus quelques services, écouté aux portes et séduit une serveuse de la cantine du sénat, Fran-Kyle s'estima paré. Il acheta des lunettes de vision nocturne.

    Le suspect se nommait Javis Carnasse. Elu d'une circonscription locale, membre du parti de l'Harmonie coruscanti, affilié au parti de l'Union pour la Paix Galactique (UPG) au niveau du Sénat. Fran-Kyle ne pu s'empêcher de remarquer qu'en général les pays et partis politiques comportant l'adjectif "démocratique" dans leur nom ne l'étaient absolument pas, de même que ceux utilisant les mots "paix" ou "harmonie" étaient en général militaristes ou liberticides, ceux qui portaient le mot "union" rassemblaient souvent les transfuges déçus d'autres partis et enfin, les "populaires" étaient souvent autocratiques. Fran-Kyle se demanda comment son père avait pu tremper dans un bourbier comme la politique.


    Monsieur Carnasse était un homme prudent, la quarantaine, le cheveu poivre et sel coupé court, le sourire onctueux. La belle gueule parfaite pour ce boulot. Mais il avait aussi, semble-t-il, la particularité de porter la poisse à ses maîtresses : presque toutes étaient mortes ou disparues. Le domicile du politicien étant une véritable forteresse, dans un quartier surveillé en permanence par la police, Franky décida de faire sortir le gundark de son nid.

    Après avoir croisé les profils des victimes, d'espèces et de sexes différents, Fran déduisit que le tueur aimait les individus jeunes, à la peau très pigmentée. Les victimes étaient en général de petite taille, entre 1m 40 et 1m 60, sans fourrure ni écaille. Fran sélectionna donc une victime potentielle parmi les beautés se prostituant entre la rue Paradis et la rue des Sirènes, non loin du territoire de chasse du tueur. Il envoya cette chèvre se trémousser et attendit, son blaster réglé sur le mode paralysant.


    Fran-Kyle, naïvement, n'avait pas imaginé une seconde qu'une prostituée pouvait travailler autant. Six clients non-humains passèrent prendre sa chèvre, obligeant le pauvre chasseur de primes à les suivre de loin aussi discrètement - et rapidement - que possible. Il se jura de procéder plus efficacement la prochaine fois. Finalement, un humain aux cheveux longs se présenta. Fran-Kyle ne reconnut que son sourire, tant Carnasse était méconnaissable. Il le suivit jusqu'à un motel encore plus miteux que le sien, attendant dans le couloir en écoutant les bruits significatifs retransmis par le datapad de la femelle. Fran-Kyle, encore puceau, commençait à trouver cette mission particulièrement embarassante, quand un cri de douleur, vite étouffé, le fit sursauter. Dans son oreillette, seul des gémissements étouffés étaient à présent audibles, mais nettement différents des précédents. Fran-Kyle défonça la porte et tira au jugé, enveloppant d'étincelles bleues les occupants du lit : la fille allongée et l'homme au-dessus d'elle, pressant un coussin sur son visage avec un rictus... affamé. Aux pieds du lit, une trousse contenant divers instruments de chirurgie.

    - A moi les crédits. Je vais enfin pouvoir visiter une prison haute sécurité, ça va être intéressant.

    samedi 17 octobre 2015 - 15:37 Modification Admin Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6493 Crédits

    Doc : Ca n'est passé pas loin. On a essayé de me suivre, mais j'ai réussi à me débarrasser de ceux qui me collaient aux basques. Il y en a une qui m'a cherché par la Force cependant, aussi fait attention à ne pas être visible. Je t'ai apporté des patchs de bacta pour ton épaule. Où est Po ?  
    Moi : Il ne devrait pas tarder, il était sur un de nos points de surveillance. On cherche toujours à pénétrer dans l’usine pour collecter des indices. Et comprendre… ca.


    Je montre à Doc nos images de surveillances des caméras.
    Doc les regarde sans rien dire.
    Je pris les patchs de bacta et m’en appliqua consciencieusement 2 a mon épaule, de chaque cote de la blessure.
    Po arriva à ce moment-là. Doc s’était déjà retourné face a la porte, l’ayant semble-t-il senti à travers la Force.


    Po : Tiens, de la visite… Salut frangin. Mais comment tu nous as trouvé?
    Doc : Le petit poucet (Doc me désigne) m’a laissé des miettes en route. A la carotte.
    Po : Intéressant choix…
    Doc : Comme je disais à ton frère, ne reste pas visible dans la Force. Quelqu’un a tenté de me poursuivre, et utilisait la Force pour me repérer.
    Po : Plus facile à dire qu’à faire, la Force est peu accessible pour nous en ce moment…
    Moi : Sans mon cristal, je n’arrive à rien.
    Doc : Evite te t’en servir pour le moment. Je pense qu’il faut bouger. Une autre planque ?

    C’est à ce moment que nos comlinks bipèrent à l’unisson – un autre message sur la fréquence Nema.
    « Colis prêt. Attends lieu de RDV. Hypothèses sur image »

    Moi : on dirait que la voilà, la planque. Une idée ou nous pouvons donner rendez-vous a cette personne ?
    Doc : Je n’aime pas ça. Ça peut être un piège grossier.
    Moi : Possible. Mais elle utilise la fréquence Nema, connais nos codes, et a utilisé une phrase que Pad nous... Enfin… toi surtout Doc, et Po et Clickman ont entendu de Pad elle-même il y a bien longtemps. Quelque chose me dit que l’on peut lui faire confiance…


    Doc me regarde avec uon regard sondeur…


    Moi : Mais rien n’empêche d’être prudent. Une idée de rendez-vous ou l’on peut s’assurer d’avoir l’avantage ?


    dimanche 18 octobre 2015 - 22:09 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12819 Crédits

    Nous nous ennuyons ferme quand Eckmül arrive précipitamment. Je souris.

    Eckmül : Voilà...J'ai tout dit au Conseil.

    Moi : On est censés rester plantés là ou faire quelque chose ?

    Eckmül : On doit aller aux archives chercher quelque chose à propos d'une dague et d'un Sith momie.

    Keller (ironique) : J'adore... 

    Nous accourons à la bibliothèque et commençons à chercher. Au bout d'une heure de lecture sélective, je trouve quelque chose de potentiellement intéressant. Ça a l'air vieux. Très vieux. Je me demande si...Il s'agit d'une sorte de poésie, mais sans rimes. Lorsque je la lis, mon coeur commence à battre la chamade. J'appelle mes camarades pour leur faire partager ma découverte. 

    Moi : Les garçons ! Je crois que j'ai trouvé un truc.

    Keller : Par la Force, ce n'est pas trop tôt.

    Ils arrivent en courant, curieux. Je leur lis le texte :

    Moi : Voilà ce qui est écrit : La Dague Sacrée

    Cachée sur Mortis

    Transpersera la poitrine du sorcier

    Ni vivant, ni mort

    Maîtrisant les arts obscurs 

    Le Nécromancien sombre

    Ne mourra par aucune autre lame 

    Keller : J'ai l'impression qu'on a trouvé quelque chose de très important. 

    Moi : Sans blague ?

    Eckmül : Bon, il suffit de savoir où c'est Mortis, y aller, récupérer la dague, et tuer ce sorcier.

    Moi : Si seulement c'était aussi simple...Vous savez où c'est, Mortis ? 

    Keller et Eckmül : Aucune idée.

    Moi : Aux ordinateurs, alors. 

    Aussitôt dit, aussitôt fait. Nous nous ruons sur un ordi et Keller tape en vitesse : Mortis. Il tombe sur un seul article. Très vieux, également. Il date...de la Guerre des Clones. C'est un rapport Jedi. Et pas de n'importe quels Jedi.

    Eckmül : Anakin Skywalker et Obi-Wan Kenobi. Ils y sont allés. Bon, point positif, cette planète existe. 

    Keller (en parcourant le rapport) : Je n'ai pas l'impression que c'est une planète normale, en fait. 

    Moi : Le contraire m'aurait étonné.

    Ce message a été modifié par Kinsa-Talik le samedi 02 avril 2016 - 09:51

    lundi 19 octobre 2015 - 00:00 Modification Admin Permalien

  • Avatar Edoras

    Edoras

    7665 Crédits

    Tenant fermement sa cible dont il a attaché les poignets dans le dos, Fran-Kyle Xyphor entre d'un pas assuré dans le commissariat central des étages supérieurs de Coruscant. Le bâtiment, colossalement imposant, a le bruit d'une ruche et l'odeur d'un vaisseau militaire neuf. S'avançant jusqu'au guichet , ses lunettes de vision nocturne relevée, il déclara d'une foix ferme, essayant autant que possible de garder sa voix grave.

    - Je viens livrer un prisonnier. La prime est de 5.000 crédits. C'est le "découpeur d'oreilles". J'ai aussi un témoin, au besoin.

    - Ah, un avis de recherche sans portrait-robot... Vous avez une preuve, en plus du témoignage ?

    Fran-Kyle montra son poignet gauche. Le brassard projeta l'holoenregistrement de la scène de crime.

    - Ah. Oui, ça a l'air assez probant. Il va falloir le transférer ailleurs : c'est un meurtrier dangereux, probablement instable. Vous avez son identité ?

    - C'est ça le problème. C'est quelqu'un de connu, avec des contacts. Je souhaiterais effectuer le transfert moi-même, selon le règlement en vigueur. Livraison jusqu'à la cellule et payement à la livraison.

    - Mouais. Je vous fais un passe pour le centre de détention, vous verrez avec eux. Je vais vous coller deux agents pour l'escorte.

    - Trop aimable.


    C'est ainsi que Fran-Kyle voyagea en navette de la police coruscanti jusqu'au centre de détention du secteur. À ses côtés, la cible portait toujours sa perruque, qui commençait à la faire transpirer abondamment. On l'avait dûment menotté. Une fois dans l'antichambre d'entrée de la prison, Fran-Kyle débarassa sa proie de ses postiches, sous l'oeil des caméras de la pièce sécurisée.

    - Je vous présente Javis Carnasse, suspecté dans le dossier du "coupeur d'oreilles". J'ai le nom d'un témoin et l'holoenregistrement d'une agression flagrante. La prime est de 5000 crédits. Je livre le tout à un officier, avec signature du directeur.

    Une fois les procédures effectuées et ses armes déposées, Fran-Kyle escorta son prisonnier jusqu'à l'allée des individus en attente de procès. On y retrouvait tout aussi bien des supects violents que ceux pour qui aucune caution ne serait demandée. Carnasse faisait partie des deux catégories. En approchant de l'allée, les lekkus de Fran frissonèrent. Non pas un ou deux, mais les trois. Il déglutit et serra les poings, heureux de la faible protection offerte par ses genouillères, épaulières et gants de plastacier.

    En passant la porte, Fran-Kyle eut l'impression de simultanément plonger dans un bain d'eau glacée et  de se retrouver largué en scaphandre dans l'espace. Sans s'arrêter de marcher, il nota la présence de boîtes blanches percées de petits trous, dans lesquelles, il en jurerait, devait être enfermés des ysalamiris.

    En passant devant l'une des cellules, il tiqua, mais poursuivit sa route pour livrer son prisonnier. Une fois celui-ci sous les barreaux, Fran-Kyle fit demi-tour, les gardiens sur ses talons, mais s'arrêta devant une cellule.

    - Vous êtes celui qui a tué Mahan.
    Ce n'était clairement pas une question, mais il n'y avait pas trace d'agressivité dans sa voix. Après un temps, Karrde Naberry répondit.

    - On ne peut rien te cacher... Et tu es... ?

    - Un chasseur de primes. La galaxie semble tourner de travers pour le moment. D'habitude, je fonctionne à l'instinct... mais les choses semblent confuses ces derniers temps, vous voyez ? Dit-il en hochant la tête d'un air entendu.

    - Oh oui, crois-moi, je le vois bien. Je ne serais pas ici, sinon... Tu as bien dit que tu fonctionnais à l'instinct ?

    - C'est assez courant, dans ma branche. Il sourit de ce double sens, songeant à son arbre généalogique. Disons que je suis assez chanceux par rapport à mes collègues, niveau intuition. Enfin... il y a comme un malaise général, de nos jours, et je ne suis pas certain que la situation politique en soit la cause. Un Jedi qui assassine le chancelier ? Je n'y crois pas. C'est déjà ce que Palpatine avait fait croire pour prendre le pouvoir, non ?

    - Mmh, je te remercie de vouloir croire en mon innocence. Et en effet j'ai été manipulé par quelqu'un. Qui, je l'ignore... Tu sais je ne crois pas que la chance-seule explique ton intuition, surtout si tu es capable de sentir le "malaise générale". Dis-moi, as-tu déjà rencontré d'autres Jedi avant moi ? Ou testé ton taux de midichloriens ?

    Le chasseur de primes esquissa un sourire en coin, dévoilant deux belles canines twi'leks.

    - Si vous voulez tout savoir, sans ces bestioles autour de nous, je pourrais probablement deviner la couleur de vos sous-vêtements, pour autant que vous en portiez. Mes parents n'étaient pas de grands fans de vos méthodes, mais mon père m'a quand même fait travailler un peu... Bref. Il y a une prime si je vous aide à prouver votre innocence ?

    - Haha... je pense que c'est surtout ma recapture qui pourrait t'offrir une prime. Mais c'est gentil de proposer... Ainsi tu es sensible à la Force, et tu commence déjà à la maîtriser ? Tu ne dois pas être sur Coruscant depuis longtemps, sinon nous t'aurions déjà repéré. Je suppose que ce n'est pas ta profession qui t'a attiré ici ? Il y a de meilleurs endroits, pour être chasseur de prime.

    Fran-Kyle regarda par dessus son épaule les matons qui avaient l'air de trouver que la conversation s'éternisait.

    - Je n'ai pas encore de vaisseau, c'est une position centrale et je voulais voir du pays... On a peu de temps. Je vais aller voir vos collègues au temple, ça me permettra de faire vos tests, puisque vous me le suggérez. Mon petit doigt me dit que ça va bientôt bouger et que le Temple sera le lieu où se trouver. Je ne serais pas contre quelques crédits et un logement... Vous avez un message à faire porter ?

    - Oui, recommande-toi à Tyria Sarkin de ma part et dis-lui que... "un gentil Lepi compte sur elle"... mais au fait, tu ne m'as pas dit comment tu t'appelais.

    - Xyphor. Fran-Kyle Xyphor Et sur ces mots, il partit, un gardien sur ses talons.

    - Tiens donc... Xyphor, répéta Karrde Naberry, songeur.

    Ce message a été modifié par Edoras le lundi 19 octobre 2015 - 11:37

    lundi 19 octobre 2015 - 11:36 Modification Admin Permalien

  • PSW


Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...


Evénements

Star Wars Celebration Europe 2023

07 avril 2023 - 10 avril 2023

Celebration

Encyclopédie

  • Rapuung Vua --- Vua Rapuung est le premier Yuuzhan Vong à avoir aider un Jedi durant la guerre opposant la Nouvelle République aux Forces d’Invasion Yuuzhan Vongs. (Personnages - Yuuzhan Vong)
  • TIE/int Interdictor --- Le TIE Interdictor est un bombardier lourd dérivé du TIE bomber. (Vaisseaux - Chasseurs)
  • Oro --- Natifs de douze petites îles de la planète Alderaan, ces arbres étaient couverts de lichens multicolores, ce qui les faisaient ressembler à des arcs-en-ciel. (Espèces & Civilisations - Plantes)
  • Dathomir --- De réputation inhospitalière pour ses fameuses adeptes de la Force et ses rancors, Dathomir est un monde de la Bordure Extérieur riche de dangers. (Planètes & Lieux - Planètes)
  • Cathédrale des Vents --- Construite sur Vortex, la Cathédrale des Vents est l’un des édifices non naturel, qui attire le plus de monde. (Planètes & Lieux - Bâtiments)

PSW v8 - Mentions Légales - Vos choix de cookies - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2022 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide