Le Temple Jedi 6 (page 41)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    22717 Crédits

    Les cris continuaient d’affluer dans sa tête, toujours, toujours plus nombreux, et dans cette masse indistincte, elle reconnaissait des gens. Leur étincelle brûlait et réapparaissait de l’autre côté, comme pour signaler avec douleur à la jeune fille que c’étaient bien eux qui avaient trépassé. La situation prenait une telle ampleur qu’elle ne maîtrisait en rien sa connexion avec la Force. Elle ne pouvait même plus lutter : sa propre force lui échappait, happée par toutes ces sensations qui se heurtaient à son esprit, la martelaient et l’empêchaient de prendre une quelconque distance avec cette vague de mort qui la submergeait. Elle ne pouvait pas lever la tête, elle se sentait tirer vers le fond, les reflux de cet océan macabre lui faisaient perdre peu à peu pied avec la réalité.

    Et puis, une nouvelle détonation et une autre, encore une autre, un peu partout. La toile lumineuse à laquelle elle appartenait, à laquelle il appartenait tous s’effilochait. Lentement, rapidement, le temps se mesurait autrement.

    Le Noir.
    L’obscurité.
    Et l’abandon.
    Tous, ils apparaissaient et brillaient de cette nouvelle lueur plus terne et plus pure à la fois.  

    Une main se posa sur son épaule et chanta son prénom. Elle se rapprochait et la survolait. Elle levait les yeux et aperçut ce visage si doux et familier qu’elle ne voyait plus qu’ici depuis près d’une année. Il lui sourit et l’image de son ancien maître s’envola.

    Maître It’Kla, dans un murmure : Ciel d’Orage, il faut partir.

    Les pupilles de la gamine, reflets du vide qui l’envahissait, rencontrèrent ce regard si serein. Elle s’y fixa et tenta de nager à contre-courant. L’esprit du Caamasi enveloppa le sien de son aura apaisante lui permettant un répit et une bouffée d’air frais.

    Le Temple. Les Jedi.

    Sa bouche s’était ouverte mais les mots refusaient de s’articuler .
    Il comprenait.

    Maître It’Kla : Il faut partir, quitter Corellia, aller sur Caamas et se cacher.

    Ange ne comprenait pas. Elle le regardait de ses grands yeux hagards, toujours ailleurs, à se battre contre cette marée humaine qui hurlait son désespoir.

    Le Temple. Les Jedi.

    Maître It’Kla, en l’aidant à se relever : Il est trop tard. Il faut partir. Maintenant.

    Docilement, la fillette à peine âgée d’une dizaine d’années le suivit ou flottait derrière lui.
    Le désespoir la submergeait.
    L’abandon.
    L’obscurité.
    Quelques coups de lasers. Des clones. Des cris.
    Ils se mirent à courir, courir vers le spaciport.
    Elle ne savait pas où elle était.
    Fuir.



    Fuir, il fallait fuir.
    Il fallait courir, se cacher et partir.
    Son speeder filait à toute allure vers la Western Sea. Elle dansait à milieu des véhicules, les évitait, se faufilait. Elle était dans un état second, se focalisant uniquement sur sa destination. Parmi ces voix qui lui couvraient les oreilles et qui s’amplifiaient dans sa tête, des étoiles implosaient et disparaissaient.

    Le Noir.
    L’obscurité.
    Et l’abandon.
    Tout s’opacifiait.

    Le Temple. Les Jedi.

    Il fallait partir et se cacher.
    Elle gara le speeder sur une plateforme d’atterrissage privée qui ne se trouvait qu’à quelques mètres de là et elle se mit à courir ou à flotter. Elle sentit des obstacles à son avancée. Des cris. Sa carte magnétique sortie, elle rentra dans l’immeuble, à bout de souffle. Les escaliers. Le dernier étage. Son appartement. La porte verrouillée.

    Elle poussa la succession de canapés contre la porte avec fracas. Eux aussi criaient. Des éclats tombèrent sur le sol avec la rapidité d’un tir de laser. Elle suffoquait. Courir, courir vers ces immenses baies vitrées. Le blindage.

    Les yeux de l’appartement venaient eux de se fermer.

    Le Noir.
    L’obscurité.
    Et l’abandon.

    Ce message a été modifié par AngeSolo le mardi 26 avril 2016 - 21:22

    mardi 26 avril 2016 - 21:13 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    9134 Crédits

    Un noir pressentiment me dit que le pire est en train d’arriver. Je tente de revenir en arrière vers le milieu de la capitale pour retrouver Aynor, au cas où elle aurait besoin de moi. Je traverse en courant et sautant sur les toits d’immeubles puis j’aperçois au loin la grande twi'lek rutian, qui me voit revenir et s’arrête en même temps que moi sur un toit.

    Aynor : - Galen ! Enfin je te retrouve. Tu as suivi Kinsa sans m’attendre… et où est Ejar ?
    Moi : - Ejar est parti. J'arrête de le poursuivre, il n'en vaut plus la peine. Quant à Kinsa, j'espère qu'elle va s'en sortir. (Je tourne la tête autour moi et remarque quelque chose de suspect.) Je ne vois pas Eckmül avec toi.
    Aynor : - Eckmül est parti par le sud-ouest de la ville pour apporter son aide à Kinsa, en cas de difficulté. Son amie Oraclem s’occupe du sud-est. Tandis que moi, j’ai suivi le parcours que tu avais tracé en suivant les deux Talik et Ejar.

    Compter sur Eckmül pour aider mon amie la twi’lek mandalorienne me donne le sourire. Cependant il s’estompe rapidement lorsque je ressens de nouveau une pression dans mon instinct de Jedi. Aynor me voit avec une mine douteuse et m’interroge.

    Aynor : - Qu’y-a-t-il, Galen ?
    Moi : - J’ai… un mauvais pressentiment.

    Aussitôt, je vois surgir d’une délimitation du toit une escouade de sept soldats Républicains en jet-pack, le fusil-blaster qui commence à être pointé… sur nous. Mon sens du danger est en alerte et je me précipite sur Aynor pour la faire tomber au sol, juste au moment où les tirs arrivent. Une fois accroupis, je me redresse devant l’escouade et allume mon sabre pour me défendre. Mon maître se remet sur ses jambes lors d’un saut léger et hurle sur nos adversaires.

    Aynor : - Capitaine, je peux savoir ce qui vous prends !!!
    Cpt Turge : - Veuillez nous excuser, maître Alask. Nous avons reçu nos ordres à exécuter sans faire d’histoire. Les Jedi nous ont trahit et nous devons les abattre.
    Moi : - Mais ça va pas la tête ?! Vous voulez commettre la même erreur que l’Ordre 66 ?!
    Cpt Turge : - Il n’y aura pas d’erreur cette fois !

    Le capitaine Turge arme de nouveau son blaster, ainsi que le reste de l’escouade, et s’apprête à nous tirer dessus en rafale. Mon maître allume rapidement son sabre et se poste en défense.

    Moi : - À couvert ?
    Aynor : - Avec moi Galen !

    La fusillade recommence et nous voilà en train de nous défendre face à nos propres unités. Tandis qu’Aynor dévie les tirs de blasters sur les côtés avec son sabre, je pare ceux qui viennent vers moi et reste calme et concentré tout le long. J’espère au fond de moi que nous allons tenir longtemps et que leur batterie de blaster va rapidement se décharger.
    Les tirs cessent soudain et je vois les soldats sortent en vitesse une batterie de secours pour remplacer l’autre, vide. Je m’efforce de m’approcher en vitesse pour en blesser un ou deux pendant, mais la distance n’est pas assez courte et les soldats trop rapides. Alors qu’ils vont tirer une troisième fois, une silhouette en bure passe à grande vitesse devant nous et réalise une poussée de Force sur l’escouade, qui est projetée violemment contre le mur de derrière puis tombent de haut. La silhouette se retourne et apparaît comme celle d’un maître Jedi que je connais bien.

    Moi : - Kaarde !
    Aynor : - Kaarde ? Mais qu’est-ce que tu fiches ici ?
    Kaarde : - Bonjour quand même Aynor. Salut Galen. La raison pour laquelle je suis venu à vous est la suivante : nous devons rassembler les Jedi survivants à cette crise.

    mardi 26 avril 2016 - 21:16 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar waren

    waren

    14531 Crédits

    Lieu : Corruscant

    Lunae Sienar regardait l'image holographique de ses confrères ingénieurs depuis son bureau sur Corruscant, expliquant les nouvelles idées qui lui étaient venues au cours du mois, tout les cinq l'écoutait avec intérêt leurs président directeur général. La célèbre entreprise, dont la jeune humaine était à la tête, produisait bons nombre de vaisseaux et possédait de multiples filiales tels que Santhe Desing Systémes ou la Starship Transport. Son parc disposait de 42 centres de constructions dans la galaxie dont 17 gros chantiers et couvrait raisonnablement une zone de fous..

    Linae - Messieurs.. Les amortissements financiers de nos budgets de recherche, qui avaient été décidés sous les beaux jours de notre ancien Empereur,  grévent encore lourdement sur nos bilans. Mais la perspective de la gamme des transporteurs Jericho à long rayon d'action sont extrêmement encourageant. Là ou nous devons investir, c'est les destinations autour de la voie Hydienne, ou les nouvelles lignes vers les secteur Oradrim et Valcrum. L'Empereur Horn devrait être fier des prochains résultats. Je vais aussi tenter de négocier une ligne spatial avec les systèmes Chiss via le Noyau.

    mercredi 27 avril 2016 - 19:29 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Aynor

    Aynor

    9445 Crédits

    Quelques minutes avant l'arrivée de Galen.

    Mes forces allèrent en déclinant dans le combat qui m'opposa au Death Watch Ejar Ordo. Il me surpassait physiquement et techniquement. Je ne devais qu'à la Force de maintenir un équilibre précaire dans ce duel. Je cherchai activement une autre issue possible à cet engagement mais la balance avait amorcé son lent et irrémédiable basculement ...

    C'est alors que se produisit le déchirement. Une rupture de la Force  soudaine et brutale. Il me sembla que chacune de mes cellules était prête à exploser. Un feu ardent enflamma mon crâne et mes lekkus. Je laissai s'échapper un cri de détresse avant de le réprimer les mâchoires serrées, tant et si bien que j'entendis résonner dans mon crâne le craquement de mes dents. Profitant de mon hébètement Ejar m'envoya un coup de pieds vigoureux dans l'abdomen. J'en eu le souffle coupé et mis genoux à terre. A la merci de sa lame je du mon salut à l'intervention de Kinsan Talik.

    Mon lien avec la Force c'était effiloché petit à petit depuis les prémices de la guerre. Je ne m'en était pas rendue compte et la réalité s'imposa à moi avec d'autant plus de sévérité. A présent ce lien n'était plus qu'un mince fil de lumière. Une lumière faiblarde avalée par la nuit. Malgré cette détresse que je pouvais sentir en moi et partout autour, amplifiée par la présence de milliers de Jedi eux aussi en perdition sur ce monde, il fallait continuer à lutter. Ne pas céder sous les assauts pressants des Death Wath. Ne pas céder à la peur. Ne pas céder au Côté Obscur.

    Il n'y a plus d'harmonie, il n'y a que le chaos.

    Partout où je portais mon regard le ciel était zébré de lasers mortels. Les chasseurs s'entrecroisaient ou s'entrechoquaient, lorsqu'ils n'étaient pas pulvérisés par un tir ennemi ou allié – Il semblait à ce stade ne plus y avoir de différence visible - et alors les débris venaient s'écraser sur la surface de Rhommamool.

    Eckmül, Oraclem et moi fîmes notre possible pour protéger les arrières de Galen et Kinsa car déjà les Death Watch nous encerclaient. Sans la lumière de la Force mes gestes étaient gauches, la fatigue que j'avais pu réprimer jusqu'ici se fit sentir comme jamais. La cohésion de nos actions avait disparue. Galen et Kinsa s'étaient écarté des rangs depuis quelques temps déjà. A présent Eckmül s’éloignait lui aussi. Je tentai de l'appeler mais rien n'y fit. Mes mots ne portèrent pas et la Force resta muette.

    Je repris espoir en voyant Galen revenir vers moi. Il était urgent … vital … de rester unis. J'aurais du également être soulagée de voir venir à nous le commando Voxyn mais Galen le pressentis tout comme moi, il y avait chez eux quelque chose de changé.

    Cpt Turge - Veuillez nous excuser, maître Alask. Nous avons reçu nos ordres à exécuter sans faire d’histoire. Les Jedi nous ont trahit et nous devons les abattre.

    Nous tombions de Krayt en Wampa. Trouvant refuge derrière des décombres nous pûmes à l'aide de nos sabres lasers repousser quelques tirs mais nous ne pouvions espérer emporter un combat devenu trop inégal. C'est alors qu'une énergie prodigieuse se déploya contre les membres du commando qui furent soufflés contre les gravas.

    Galen – Kaarde !
    Aynor – Kaarde ? Mais qu'est-ce que tu fiches ici ?
    Kaarde - Bonjour quand même Aynor. Salut Galen. La raison pour laquelle je suis venu à vous est la suivante : nous devons rassembler les Jedi survivants à cette crise.

    BTEW !

    Turge – Ne rendez pas les choses plus difficiles qu'elles ne le sont Jedi !

    Les soldats de la République ne céderaient pas si facilement. Nous étions trois Jedi, et peut-être avec un peu de chance les soldats ignoraient-ils tout de l'état de la Force. Mais Kaarde pas moins que les autres, je le voyais, n'était au mieux de sa forme même s'il tentait de faire bonne figure. Sa respiration était saccadé et il semblait lutter contre une douleur intérieure. Je n'imaginai que trop bien ce par quoi lui aussi avait pu passer.

    Aynor – Il faut que l'on bouge d'ici. On doit récupérer Kinsa.
    Galen – Et Eckmül !
    Aynor – Et Eckmül, mais je n'ai pas la moindre idée d'où il se trouve … une manie de Padawan à un moment bien mal choisit. Kaarde ça va ?
    Kaarde, perdu dans le vague Combien des notres vont sombrer aujourd'hui …

    Dans le ciel grisâtre de Rhommamool un vaisseau fendit les nuages et les panaches de fumée. Le grondement de ses moteurs fit trembler le sol sous nos pieds lorsqu'il se posa non loin de la position où devait encore se trouver Kinsa et les deux leader Death Watch.

    Aynor – C'est l'Arrow ! Nous devons les rejoindre.

    Tous les trois nous nous levâmes, sabres brandit prêt à couvrir notre fuite. C'est alors que Kaarde me saisit par le bras.

    Kaarde – Je sais que je suis mal placé pour dire ça en ce moment mais … Attention, Cenovii n'est plus lui-même.

    Son regard était lourd de sens et je compris très bien ce que le Maître Jedi voulait dire.

    Aynor – Raison de plus pour y aller. Kinsa ne peut affronter cela seule.

    jeudi 28 avril 2016 - 13:31 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    16840 Crédits Modo

    La Force soit louée, Aynor et Galen avaient échappé au massacre !
    Il me restait donc un mince espoir de trouver d'autres survivants, et de les réunir. Nombreux, nous pourrions résister et combattre malgré le déchirement de la Force !
    Je suivais la belle twi'lek et son padawan au pas de course. S'il y avait possibilité de protéger Kinsa, il fallait s'en saisir. Et si on pouvait tempérer Ceno... eh bien, disons que la crise actuelle paraîtrait tout-à-coup moins insurmontable. Heureusement qu'Aynor avait survécu ! Non seulement elle avait une influence positive sur le mandalorien Jedi, mais en plus elle était au moins aussi résistante au Côté Obscur que moi. En la situation actuelle son aide serait précieuse.

    Moi. - Des nouvelles d'autres Jedi ?
    Aynor. - Pas beaucoup. Nous étions un petit groupe isolé des troupes, à cause de Kinsan Talik et de Ejar Ordo. Je suppose que ça nous a sauvé la vie.
    Moi. - Ejar Ordo ?
    Aynor. - Le propre frère de Ceno.
    Galen. - Eckmül était avec nous, mais il a brusquement disparu. Ça ne va pas être simple de le localiser, vu l'état de la Force.
    Moi. - Vous ne savez d'où a pu venir l'ordre de tuer les Jedi ?
    Aynor. - Non. Le seul qui était en contact avec le haut commandement c'était Jorus.
    Moi. - Où est-il ?
    Aynor. - Il coordonnait les troupes depuis le QG terrestre. Je ne voudrais pas paraître négative, mais je doute que...

    Qu'il ait pu survivre là-bas, entouré de soldats. Il était en effet inutile de préciser.

    Galen. - Même si c'est un ordre qui vient de haut, je ne comprends pas comment les soldats peuvent y obéir aussi facilement, sans réfléchir. Ils ne sont pas programmés comme des clones, enfin !
    Moi. - Je crois qu'à leurs yeux et à ceux du publics les récents événements, notamment mes actes, ont rendu assez plausible l'idée que les Jedi puissent être d'infâmes comploteurs.
    Aynor. - Sans compter que la mise sous tutelle a permis au Sénat de venir enquêter au Temple. Qui sait le genre d'évidence qu'ils pourraient inventer à partir de ça ? Reste à savoir qui est derrière tout ça et manipule tout le monde, autant les Jedi que la République ou les Chevaliers Pourpres et les Death Watch.

    Le passage d'un droïde sonde nous obligea à nous mettre à couvert derrière un bâtiment effondré.

    Moi. - Il faudra quand même que tu m'explique ce qui vous est passé par la tête, à Jorus et toi.
    Aynor. - Pourquoi ?
    Moi. - Pour avoir révélé à tout le monde que j'ai été Dark Hyllyard, tiens ! Surtout à Tyria !
    Galen (alarmé). - Vous avez été un Sith ?
    Moi. - Oui. Non. Enfin, c'est compliqué.
    Aynor. - Mets-toi à notre place, aussi ! Il y avait tout un tas de coïncidences troublantes entre tes actes et ceux de Baaaaaaal par le passé. Sans compter que je ne sais toujours pas pourquoi tu t'es évadé en tuant un garde. Ça n'a pas aidé à conserver une bonne image de l'Ordre, ça !
    Moi. - C'est Tyria qui m'a fait évader !
    Aynor. - J'ai interrogé moi-même ton ancienne apprentie., elle a un alibi béton. Ça ne peut pas être elle.
    Moi. - Oui. Non. Enfin, c'est compliqué.
    Aynor. - Si c'est la défense que tu préparais pour le tribunal je comprends que tu aies préféré t'évader.
    Moi. - Tu te rappelles, la fausse Mirax qui m'a fait tuer Mahan ?
    Aynor. - Oui, et ?
    Moi. - Tout est dit.
    Galen. - Je crois que le droïde sonde est assez loin, maintenant.

    Nous sortîmes à nouveau de notre cachette. Kinsa, Ceno et l'Arrow n'étaient plus très éloignés.

    Moi. - Ah, encore une chose... nous risquons d'avoir un autre problème sur les bras que les sautes d'humeur de Ceno.
    Aynor. - Quoi donc ?
    Moi. - Ton autre apprenti. L'affaiblissement du Côté Lumineux ne lui a pas fait du bien, si tu vois ce que je veux dire.

    Aynor n'eut pas à se creuser les méninges très longtemps. Elle comprit vite que Weedge était ici et qu'il avait perdu le contrôle de sa moitié obscure.

    Moi. - Il faut absolument le retrouver et le maîtriser.
    Galen. - Et qu'est-ce qu'on fera après, avec Kinsa , Ceno et Eckmül, si on le retrouve ?
    Moi. - On rejoindra le gros des Jedi survivants, et nous ferons face. Bloli est en train de les regrouper. Enfin... vous n'êtes pas obligés de suivre mon plan. Je suis un potentiel Seigneur Sith, après tout, à ce qu'il paraît. Vous devriez peut-être m'éliminer tout de suite, si vous n'avez pas confiance.
    Aynor. - Mmh, mais ça reste un bon plan quand même. Et même s'il s'avère que tu es un Sith je ne pourrai pas te tuer...
    Moi. - Merci de garder confiance en m...
    Aynor. - ... Tyria voudra le faire elle-même.

    Et pendant ce temps, beaucoup de Jedi tombaient. Trop de Jedi.



    Ce message a été modifié par Kaarde le vendredi 29 avril 2016 - 23:24
    Ce message a été modifié par Kaarde le vendredi 29 avril 2016 - 23:27

    vendredi 29 avril 2016 - 23:23 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6232 Crédits

    Je remontais les rues, massacrant sur mon passage tout ce qui s’approchait, fut-il civil, soldat de la République, Jedi, Pourpre, Mandalorien ou Death Watch, les deux dernières catégories étant les plus résistantes. Une dizaine de Jedi étaient mort sous ma lame. Tous avec la même question dans leurs yeux: Pourquoi cette trahison?
    Je sentais toute ses vies disparaitre et cela nourrissait le côté obscur de la Force, me donnant un sentiment de plaisir, de puissance. Et chaque mort de ma main renforçait ce sentiment plus encore.


    Soudainement, je perçois un groupe. Oui. Un groupe de Jedi. Dont une présence particulière pour ce clone. Oui... Parfait.
    Je sentais encore la présence de Weedge au fond de moi, tentant de survivre. J’allais en finir une bonne fois pour toute, et tuer de ses propres mains son propre Maitre aurait raison de lui, à coup sûr. Je me dirige alors discrètement vers ce groupe.


    J’arrive alors que je groupe sors de derrière un bâtiment en ruine, discutant et se dirigeant vers le Nord, ou se trouvait un autre groupe, dont Bencenovii, dont la présence dans la Force était tache d’obscurité.  A surveiller, me dis-je, il pourrait se révéler dangereux.
    J’approche toujours, masquant ma présence et mes bruits avec le côté obscur.
    Aynor : Mmh, mais ça reste un bon plan quand même. Et même s'il s'avère que tu es un Sith je ne pourrai pas te tuer...
    Je prends mon appui et saute, utilisant la Force pour décupler mon saut.
    Kaarde : Merci de garder confiance en m...
    Je prépare mon sabre, prêt à porter un coup fatal et direct à la Twi’lek.
    Aynor : ... Tyria voudra le faire elle-même.
    J’active le sabre au dernier moment et me prépare a lui trancher le cou.
    Dans l’esprit du clone, Weedge voit l’action se produire et hurle autant que possible, tente de retenir le coup et de prévenir son maitre… il use du peu de force qui lui reste et arrive à bloquer son bras, empêchant de porter le coup. Du même coup, Aynor s’écarte, comme si elle avait senti l’attaque. Ou entendu.

    M***de! Il a réussi à m’interrompre. Fichu clone…

    L’effet de surprise était fichu. Je m’éloigne pour faire face au groupe, interrompant leur marche.


    Kaarde : Weedge!
    Aynor : en voilà des manières envers son maitre !
    Moi : Ne m’appelle pas ainsi. Weedge est mort. Quant à mon nom, ne n’en ai pas encore, mais mon Maitre me donnera bientôt mon titre de Sith une fois que vous serez tous dans l’au-delà…

    Je me mets face à Aynor, l’invitant au duel.

    Moi : Vous voulez innocenter votre ex-patron? Weedge a des preuves en béton. Dommage, vous ne les aurez jamais…
    Sabre au clair dans une main et blaster dans l’autre, je plonge sur mon maitre, en commençant à tirer des rafales vers elle….


    samedi 30 avril 2016 - 01:51 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    9134 Crédits

    Alors là c’est le bouquet ! Je veux bien croire que la République n’a plus aucune confiance avec les derniers évènements passés, mais que Kaarde Naberry soit un potentiel Seigneur Sith c’est le pompon ! De plus, j’ai l’étrange impression que c’est cette fameuse autre raison de la crise sur Rhommamool, que me cachait Aynor. Mais je ne lui en veux pas car j’aurais mal digérer l’information à ce moment ; euh qu’est-ce que je raconte ? En ce moment aussi, je digère mal cette annonce. Mais revenons à notre bataille de survie…

    Nous sommes donc Aynor, Kaarde et moi dans une ruelle de Kehalt, continuant d’avancer après avoir esquivé un droïde-sonde de surveillance. Notre objectif a été prévu par mon maître que nous rejoignons l’Arrow pour retrouver Kinsa et Ceno. Seulement, Kaarde parle d’un autre obstacle que le contingent Républicain ou les révolutionnaires ennemis qui nous attaquent : Weedge Terrik, qui est condamné par sa moitié maléfique. Savoir que mon camarade zabrak/clone est touché par le déchirement ne me rassure pas. Autant de même que la volonté de Tyria Sarkin de vouloir exécuter Kaarde soi-même.
    Et au même moment, une ombre armée d’un sabre-laser surgit et tente d’attaquer Aynor, mais rate son coup. Weedge nous a retrouvés !

    Kaarde : - Weedge!
    Aynor : - En voilà des manières envers son maitre !
    Weedge : - Ne m’appelle pas ainsi. Weedge est mort. Quant à mon nom, je n’en ai pas encore, mais mon Maitre me donnera bientôt mon titre de Sith une fois que vous serez tous dans l’au-delà…

    Il se met face à Aynor, l’invitant au duel. La grande twi’lek dégaine son sabre mais ne l’allume pas maintenant, signe qu’elle reste vigilante face à son autre padawan.

    Weedge : - Vous voulez innocenter votre ex-patron? Weedge a des preuves en béton. Dommage, vous ne les aurez jamais…

    Tonnerre de Tython ! Il ne manquait plus que ça, Weedge possède la clé pour sauver Kaarde et il est coincé par son autre personnalité. Je me dois d’intervenir avec mon maître sans me trahir. Sabre au clair dans une main et blaster dans l’autre, le jeune clone zabrak plonge sur son maitre Jedi, en commençant à tirer des rafales vers elle. Malheureusement pour lui, Aynor est une bonne bretteuse, allume son sabre et dévie sans souci les tirs de blaster. Weedge plaque la lame de son sabre contre celle d’Aynor et le duel commence. En les regardant tous les deux combattre l’un contre l’autre, je me rends compte qu’ils sont presque à un même niveau et aucun des deux ne semblent avoir le dessus. Comme je suppose qu’il connait le clone zabrak mieux que moi, je me tourne vers Kaarde et le questionne.

    Moi : - Il ne faudrait pas intervenir si jamais ça tournait mal ?
    Kaarde : - Aynor est capable de s’en sortir face à Weedge, mais avec l’absence du Côté Clair elle risque de perdre en puissance et Weedge aura le dessus sur elle. Dès qu’elle se trouvera en état de faiblesse, il faudra que je…
    Moi : - Dans ce cas, je lui porterais secours !
    Kaarde (me retenant par le bras) : - Non Galen ! Tu risques de te retrouver en difficulté face à Weedge et tu y perdras. Ce n’est plus l’habile padawan que nous avons connu mais la machine à tuer de Baaaaaaal ! L’affronter est trop dangereux pour toi !
    Moi : - Peut-être. Mais Aynor est aussi mon maître et je n’ai pas envie de la perdre !

    Le ton de mes paroles sonne celui de la colère, et je dois rester calme dans mon esprit à cause de la montée du Côté obscur. Kaarde ne veut pas me lâcher mais un bruit nous avertit de la suite du combat. Après toutes les tentatives réalisées, Aynor est à bout de souffle et bascule en arrière sous la violence du dernier coup de sabre de son adversaire. Voyant la grande twi’lek qui lui servait de mentor à terre, le clone fou prend un air satisfait et diabolique puis lève la lame de son sabre pour préparer son exécution. Voyant mon maître sur le point de disparaître devant moi, la terreur me prend.

    Moi : - NON !!!

    Je fonce vers Weedge, forçant brusquement Kaarde à me lâcher, et active mon sabre-laser pour parer à la dernière seconde l’attaque de Weedge. En une seconde après, je soulève la lame adverse vers son manieur et me prépare à défendre Aynor, encore à terre et comprenant que j’ai pris le relais. Le clone zabrak me regarde me dresser contre lui et affiche un sourire sadique.

    Weedge : - Si tu crois que tu peux te battre contre moi, tu te fais de faux espoirs, padawan.
    Moi : - Je n’ai aucune intention de te laisser tuer mon maître qui est aussi le tien, Weedge !
    Weedge : - Qui « était » le mien. Elle ne l’est plus et mon seul maître est le Seigneur Baaaaaaal. Si je n’ai pas réussi à éliminer le maître, je commencerais alors par l’apprenti.
    Moi : - Ne crois pas que je vais te laisser la tâche facile. Je vais faire en sorte que le vrai Weedge reprenne le contrôle et te détruise, Côté obscur ou pas.
    Weedge : - Tu es têtu et naïf. Weedge n’existe plus, et la Force non plus. Il n’y a plus que le Côté obscur.
    Moi : - Le Côté obscur… n’est rien du tout !

    Il me semble qu’Aynor derrière moi me dit quelque chose et je ne sais pas quoi lui répondre. Parce que mon combat contre mon camarade déchu risque d’être compliqué. Mais je garde espoir. Je suis capable de défendre mon maître contre lui, je suis capable de survivre à ses attaques, je suis capable de protéger ceux qui me sont chers. Parce que je crois en l’espoir. L’espoir existe, il me prête sa Force.


    Ce message a été modifié par galen-starkyler le samedi 30 avril 2016 - 17:00
    Ce message a été modifié par galen-starkyler le samedi 30 avril 2016 - 17:15

    samedi 30 avril 2016 - 14:15 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Tyria_

    Tyria_

    13547 Crédits

    Malgré son pas pesant, « la Chose » émergea à travers le trou béant de la porte. Créature repoussant.
    Monstre abominable et ténébreux de corruption organique, plus hideux que toutes les conjurations du Côté Obscur qu’il me fut donné de voir.

    De quelle folie cette engeance était-elle l’aboutissement ?

    « La Chose »mesurait 1m30 au garrot et atteignait aisément les trois mètres de long. Sa tête plate était ornée de part et d’autres d’excroissances chitineuses. Son corps, massif en tout point, était recouvert d’une carapace noire. Des aiguilles dardaient sa colonne vertébrale jusqu’à la base de sa longue queue à l’image d’un fouet.

    Si la Force se montrait miséricordieuse, un jour elle effacera le souvenir de ce qui se dressait devant moi.

    « La Chose » s’arrêta à proximité de la créature miséreuse qui avait été un Jedi jusqu’à ce jour. La sensation de faim insatiable réapparue dans la Force. Dans un ondoiement hypnotique, la queue – qui s’avérait finir sur une pointe acérée – mit un terme aux insupportables convulsions qui secouait le corps. Son dernier soupir rendu, la salle plongea dans un macabre silence.


    « La Chose » poussa un long et strident hurlement, dévoilant par la même occasion ses multiples gueules. Le rugissement terminé, elle s’avança. Sasha se raidit quand elle fut frôlée. La créature huma vaguement son odeur plus par acquis de conscience que réelle conviction. Le regard fauve resta toutefois braqué sur moi.

    Sasha, avec la prudence d’une personne se trouvant au beau milieu d’un champ de mines, fit un pas de côté. « La Chose » s’arrêta à l’affut d’une action de l’agent des Services de Renseignement de la République.

    Je sentis les engrenages du temps se gripper. Je me remémorai soudain Kaarde m’expliquant durant une mission dans la Bordure Extérieure pendant mon apprentissage : « Un beau jour, tu te retrouveras confrontée à une situation à laquelle tu ne seras absolument pas préparées physiquement ou émotionnellement. Ce jour-là, tu découvriras quel genre de Jedi tu es, selon que tu cèderas à la terreur où que tu te souviendras de ta formation. »
    Je saisis mon sabre. L’activation de la lame eut lieux dans un tourbillonnement. Mon coup fendit l’espace où se situait « la Chose » un instant plus tôt. Ma lame apparut dans une cascade de lumière prête à conjurer cette vile existence. Elle ricocha sur son flanc. La peau de cette horreur allait nécessiter qu’on s’acharne dessus. 
    La queue claqua l’air. Une seconde plus tôt, elle aurait lacéré mon crâne. Une roulade me permit de temporairement prolonger mon existence. Avant que je ne puisse l’achever, j’avais déjà « la Chose » sur mes talons, toutes gueules ouvertes. Un tir écarlate frappa celle qui se trouvait le plus au centre.
    Theron.
    Un second tir de blaster fusa. Cette fois-ci, il rebondit sur la carapace. Il ne m’en fallait pas plus. Je détendais mes jambes et bondit à la rencontre de la bête. Ma lame améthyste ripa aussi. Cependant une trainée d’ébène fit son apparition. 

    Que jour funeste pour que le noir soit synonyme d’espoir pour un Jedi.

    Cherchant une meilleure position, « la Chose » bondit à travers la pièce bousculant Sasha au passage qui trébucha non loin du Jedi mort. Je la talonnai. Mon impertinence fut accueillie par un glapissement d’agacement. Pour toute réponse, je la frappai à nouveau. Outrée, elle se retourna prête à me déchiqueter l’avant-bras. Heureusement pour moi, Sasha ne lui en laissa par l’opportunité. Ajustant chaque de ses tirs pour viser ses yeux, elle ne lui laissait aucun répit. Je pus me dérober et poursuivre mon travail d’harcèlement. J’inhalai l’odeur typique de la chair cautérisée m’indiquant que mon dernier coup avait fait mouche.

    Le pommeau en aurodium de mon sabre laser rebondit sur le sol. Sa lueur violette disparaissant dans la foulée. Saisissant mon second sabre à pleines mains, je frappai sans retenue. Couperet pour une existence qui ne méritait pas la vie.

    Je frappai.
    J’assenai.
    Je martelai.
    Pilonner cette erreur de la nature.
    La rosser jusqu’à la transpercer.
    Administrer la sentence que l’abject méritait.

    Mon pommeau disparut en partie dans le ventre de « la Chose. » J’eus un nouveau regard. L’animal était couché sur le flanc. Gémissant. Je lâchais le sabre et me laissait glisser sur mes jambes. Essoufflée, épuisée, je fixai la lueur dans son regard qui se faisait plus distante. Je posai ma main sur son museau. Une ultime lamentation l’emporta.

    Hagard, je levais les yeux pour considérer le théâtre de notre violent affrontement. Le sifflement familier de mon en aurédium siffla. Theron serrait fermement mon arme dans sa main gauche tandis que son bras était à moitié replié contre elle. Son visage fermé témoignait de ce que la situation lui faisait traversé et toute la volonté qu’elle tentait de ressembler. Comme moi un instant plus tôt, c’est tout ce dont elle avait besoin.

    Ce message a été modifié par Tyria_ le lundi 02 mai 2016 - 22:48
    Ce message a été modifié par Tyria_ le lundi 02 mai 2016 - 22:50

    lundi 02 mai 2016 - 22:40 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Bencenovii

    Bencenovii

    14850 Crédits

    Thème musical

    Kinsa -
    Maître! Vous avez échappé aux soldats de la République!
    Ceno - Kinsa, écarte-toi.
    Kinsa - ...

    Il continue d'avancer d'un pas lourd. La jeune Twi'lek est obligée de s'écarter, animée d'une grande inquiétude. Que peut-elle dire? Que peut-elle faire face à ce maître qu'elle reconnait à peine? Elle pourrait lui parler qu'il n'écouterait même pas. L'emprunte de Cenovii dans la Force est de plus en plus sombre. Il n'est plus le Jedi qu'il était. Quelques pas de plus et le voilà au centre de la plate-forme principale du spatioport. La pluie frappe son armure et les éclairs se reflètent dans sa visière. Face à Kinsan Talik et un Ejar partiellement défiguré par une brûlure, Ceno ne tarde pas à donner le ton, avant ce qui pourrait être le combat de sa vie.


    Ceno - Rendez-vous et vous aurez la vie sauve. Résistez et vous mourrez.
    Ejar - Je ne te laisserai pas détruire tout ce pourquoi nous nous sommes battus, mon frère!

    Le deuxième Ordo s'avance vers le premier, laissant Kinsan en retrait. La colère de Ceno devant celui qu'il pensait mort depuis longtemps devient de plus en plus forte.


    Ceno - Tu n'es plus mon frère! Mon frère a disparu il y a vingt ans!!
    Ejar - Et pourtant, je suis là. Vas-tu renier ta famille?
    Ceno - ... Tu oses parler de famille, toi qui nous a abandonné sur Nar'Shaddaa?!
    Ejar - Je suis parti pour une bonne raison... Laisse-moi t'expliquer.
    Ceno - . . . Non.

    Ceno détache sa cape qui s'envole sous le vent, il déploie son armure qui semble s'activer.

    Ceno - Notre mère est morte par ta faute... J'ai été réduis en esclavage par ta faute... Je n'étais qu'un gosse... Et aujourd'hui tu es un Death Watch... Espèce de traître! Tu n'es pas digne du clan Ordo, tu n'es pas digne de notre père! Tu n'es rien...
    Ejar - Et toi tu es aveugle à la vérité...
    Ceno - Ferme-là!!!!

    En mode dernier recours, le Beskar'gam de Ceno, directement relié à ses terminaisons nerveuses, réagit instantanément à ses ordres. Sans qu'il ne bouge d'un poil, son épaulette gauche s'ouvre et révèle plusieurs mini-roquettes, qui sont toutes tirées simultanément. Ejar ne peut cacher sa surprise en voyant que son frère cadet n'y va pas de main morte et sort la grosse artillerie. Il se jette sur le côté et effectue une première roulade, mais l'explosion des roquettes sur le tarmac l'expulse contre un chasseur posé à leurs côtés. Sans attendre, Cenovii se tourne vers lui et, tendant son bras, balance deux nouvelles roquettes implantées dans ses avants-bras, plus grosses cette fois. Le Death Watch en armure noire glisse sous le chasseur et court à l'opposé de la prochaine explosion. Celle-ci retentit et illumine le ciel de Rhomammool, vaporisant le chasseur et toute une partie du spatioport. Kinsa est paralysée par la violence de la déflagration, elle voit son maître foncer dans les flammes et... Quelques instants plus tard, Ejar traverse lui aussi le feu en voltigeant dans le sens inverse et vient s'écrouler aux pieds de la padawan. Ceno ressort des flammes en marchant d'un pas assuré vers sa cible. Ejar, blessé à l'épaule, se redresse et lance un regard conciliant vers Kinsa, puis il détourne les yeux sur un Ceno complètement possédé par la haine, et commence à devenir sérieux lui aussi. Tous deux s'avancent l'un vers l'autre.

    Ejar - Inutile de parlementer, tu ne comprendrais pas nos intentions...  Ce chien de Davrel t'as converti à sa cause, mais le Rédempteur est un mensonge. Les Néo-Mandies nourrissent des espoirs de conquête dans le dos de la Coalition. Nous ne laisserons pas notre culture être réduite à ce qu'elle fut autrefois.
    Ceno - Il ne s'agit plus des Mandaloriens cette fois... On va régler ça entre nous.

    Ils se retrouvent face à face de nouveau. Ceno lance les hostilités d'un coup de pieds retourné, esquivé par Ejar d'un mouvement en retrait, puis le Jedi lance un poing rageur, Ejar passe son bras valide sous le poing du cyborg et son pieds droit en même temps dans son l'entre-jambe, d'une technique Echani il fait basculer Ceno au sol, puis il dégaine son blaster et le met en joue à bout portant.

    Ejar - Rien n'a changé. Je suis toujours meilleur que toi au corps-à-corps. Sans les gadgets de Juun tu ne fais pas le poids. Reste au sol ou je serai contraint de te briser, comme j'ai brisé cette Jedi Twi'lek tout à l'heure.
    Ceno - Qu?! Aynor?! Qu'as-tu osé lui faire?!
    Ejar - Ho, tu es encore capable de sentiment? N'essaye pas de te relever... Je n'hésiterai pas à tirer.
    Ceno - C'est mal connaître mes nouveaux pouvoirs!

    Cera concentre la Force et lance une stase sur Ejar qui se retrouve complètement bloqué.

    Ejar - Quoi?! Comment peux-tu avoir encore tant de ressources?!
    Ceno - Tu es impardonnable.

    Il expulse son frère d'une vague de Force ultra puissante. Ejar voltige à nouveau et s'écrase sur le permabéton. Kinsan, voyant son associé en très mauvaise posture, décide d'intervenir. Mais Ejar semble l'arrêter. Ceno n'entends pas ce qu'ils se disent, il voit simplement Ejar se relever et mettre son bras pour que Kinsan n'aille pas plus loin. Le cyber-jedi enrage comme jamais de voir son frère protéger le terroriste, il active son sabre laser et fonce sur eux. Ejar a encore des forces, il sort une vibro-lame rétractable et part au contact.
    Les coups pleuvent, mais Ejar n'a plus qu'un bras tandis que Ceno a activé tous les stimulants de son armure, gagnant en force physique et en promptitude à chaque coup, aidé par un souffle de Force qui ne lui a jamais paru aussi fort. Si Ejar est meilleur en combat à main nues, Ceno fait la différence au sabre et d'un nouvel en-su-ma sur le côté, il esquive et trouve une ouverture, il dessine un arc avec son sabre, le bout de la lame effleure le flanc droit du Death Watch qui laisse échapper un râle de douleur et recule de quelques pas.


    Ejar - Attends... Cenovii... Ne fais pas ça... Tu... Tu vas te perdre toi-même...
    Ceno - Je ne ferai preuve d'aucune pitié parce-que tu as été mon frère.

    Il abaisse sa lame sous le menton d'Ejar qui semble admettre sa défaite. Sachant qu'il est le prochain sur la liste, Kinsan reste pourtant calme. Ceno est en proie au doute. Il hésite... Il ne peut pas... Quelque chose le retient de tuer Ejar... Il regarde sa padawan terrifiée et finalement, se ravise, retirant sa lame de sous le visage de son frère ainé, sans un mot... Toutefois sa haine ne fait qu'amplifier quand il reporte son attention sur Kinsan Talik. Il commence à avancer vers le Twi'lek avec une aura clairement meurtrière...

    mardi 03 mai 2016 - 21:28 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar DocBeldom

    DocBeldom

    5633 Crédits

    Doc avait arrimé son chasseur dans son YT et en était descendu en se tenant le ventre. La douleur était de pire en pire, mais le Gris se tourna vers Carmen et l'aida à se décrocher et à rejoindre le plancher du cargo à son tour. Les deux ennemis se soutinrent mutuellement jusqu'à la petit infirmerie du vaisseau. Là, le Jedi attrapa de quoi se soigner, bander sa blessure et quelques stimpack et laissa la jeune femme pendant qu'il se rendait dans le cockpit. Il poussait le FireBreaker vers l'espace en finissant son pansement quand la porte derrière lui s'ouvrit sur la jeune femme. Les deux contemplèrent en silence le combat spatial qui était en train de se dérouler devant leurs yeux. Le Maître d'Arme de l'Ordre eu soudain une impression étrange. En se concentrant un peu plus sur le déroulé de la bataille, il comprit soudainement que les Jedi étaient en train d'être attaqué par les chasseurs de la République. Avait-elle suivi le cours de ses pensées ? Carmen l'en sorti brusquement :

    Carmen : Et maintenant ?
    Doc : Je dois aider les miens. Malheureusement, cela signifie que vous allez devoir m'accompagner.
    Carmen : Vous plaisantez ? Vous me sauvez pour mieux me plonger vers la mort ?
    Doc : C'est un risque oui, mais il est aussi probable que nous nous en sortions, surtout si vous acceptez de m'aider.
    Carmen : Donnez moi une bonne raison de vous aider.
    Doc : C'est votre vie qui est en jeu ? Mais si vous voulez quelque chose de plus matériel, je vous laisserais à un astroport sur le trajet. Ou de votre choix si vous attendez notre retour sur Coruscant.
    Carmen : Je pourrais aussi prendre votre chasseur et m'enfuir.
    Doc : J'ai bien peur que non, il ne décollera qu'avec mes données biométriques.
    Carmen : Vous dites ne pas être Jedi mais vous dites qu'ils sont les vôtres. Pourquoi ?
    Doc : Je ne comprends pas le rapport...
    Carmen : Répondez si vous voulez obtenir une réponse de ma part.
    Doc : Soit. Je ne crois pas... Je ne crois plus dans l'Ordre Jedi sous sa forme et ses actions actuelles et par conséquent j'ai quitté l'Ordre. Mais j'y ai été formé et nombre de Jedi sont mes amis. J'ai appris à beaucoup d'autres à se battre et aucun maître ne peut rester en arrière quand ses élèves combattent un ennemi qu'ils ne peuvent vaincre seuls. Enfin, je n'aime pas laisser en arrière des gens qui ne méritent pas la mort.

    La jeune femme ne répondit rien pendant quelques minutes. Durant ce temps, Doc dirigea le vaisseau vers la planète où avait lieu les combats. Finalement, alors que le FireBreaker allait atteindre l'atmosphère, elle s'installa sur le fauteuil du copilote et activa le contrôle des armes. Le Gris  se contenta d'un sobre "Merci" avant de faire plonger le vaisseau encore plus en avant. Les  dernières informations échangées sur des ondes qui ne semblaient plus si privées que ça avaient donné la position du centre de commandement. C'est ce point que Doc avait visé et ils se trouvaient désormais juste au dessus. Sans hésiter un instant, Carmen commença à tirer sur les défenses de la République qui, surprises par l'hostilité d'un vaisseau a priori neutre sorti de nul part, perdirent un temps précieux à se ressaisir. Doc se leva dès que l'YT se trouva à hauteur de saut.

    Doc : Je vous laisse le vaisseau, je vais les chercher. Si je ne suis pas revenu dans trente minutes, filez. L'hypersdrive sera débloqué.
    Carmen : Je serais restée.
    Doc : Je vous crois, mais la croyance ne peut pas suffire en cet instant. Et contrairement à beaucoup d'autres, je ne sais pas lire dans les esprits, alors je n'ai pas le choix.

    Laissant la jeune femme un peu étonnée, le Maître d'Arme couru à la rampe de son vaisseau et celle-ci à peine entrebaillée en jaillit comme un diable de sa boite. Mais un diable armé de sabre laser qui traversa comme un ouragan les forces de la République qui essayaient de lui tirer dessus en évitant les tirs du cargo corellien qui couvrait son avance. Doc se basait essentiellement sur ses heures d'entraînement pour réussir à avancer sans se faire blesser. Mais sans la Force, un tir l'atteint à la jambe au moment où il atteignit un sas encore ouvert. La douleur fusa mais Doc referma le sas avant de s'en occuper en s'injectant un stimpack. La douleur reflua pendant que le stim faisait son effet. Elle était toujours là, mais au moins il ne la sentait plus.

    Dans une espèce de doublon d'évènements vécus il y a peu, Doc se remit en mouvement, parcourant les couloirs de la base de la République sans vraiment chercher à se cacher. Lorsqu'une première patrouille l'intercepta il enchaîna des séries de mouvements qu'il avait maintes fois répété. A la fin, il se retrouva derrière l'officier de la patrouille, son sabre effleurant la gorge de son prisonnier tandis que ses hommes étaient soit assommés soit en train de regarder leurs armes coupées en deux.

    Doc : Où sont les Jedi ?
    Officier : Traitre ! Nous vous tuerons !
    Doc : Traitre ? Je n'ai aucun serment envers l'Ordre ou la République. Les Jedi. Où sont-ils ? Répond si tu ne veux pas souffrir.
    Officier : Il semble que votre chef aie compris ce qui se passait. Il s'est enfermé avec les vôtres dans une pièce et nous n'arrivons pas à entrer.
    Doc : Je ne suis pas membre de l'Ordre... Mais passons, ce n'est pas le moment. Comment je peux rejoindre cette pièce ?

    jeudi 05 mai 2016 - 02:32 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Evénements

Star Wars Episode IX

18 déc. 2019

Star Wars IX

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide