Le Temple Jedi 5 (page 39)

  R2D2 vous signale une erreur. Vous devez être identifié pour voir la page que vous avez demandé. Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou vous inscrire au fanclub.

Inscrivez vous !
  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar mevraw

    mevraw

    2432 Crédits


    Tout était devenu beaucoup plus calme ses dernières semaines. Depuis l'attaque du temple, il est rare de voir des maîtres en ce lieu. Ils sont tous à la recherche de nouveaux territoires, ou d'autres sont simplement en mission pour l'Ordre. Zatila, devenu récemment Chevalier Jedi, est devenu le maître du Temple en attendant le retour des anciens. Au départ, l'idée ne me plaisais pas de trop, j'étais certainement jaloux de savoir que le gars avec qui je me suis toujours entraîné, est devenu un Chevalier Jedi alors que moi, je suis toujours qu'un Padawan. En même temps, après avoir médité sur la question, je me suis rendu compte que j'étais perdu. Depuis un bout de temps maintenant, je laisse mes émotions prendre le dessus sur ma raison, et j'agis de façon très violente, comme pendant la défense du Temple. J'étais très affecté par la mort de mon Grand-Père, et j'ai laissé cours à ma colère en tuant de sang froid, mes adversaires. C'est probablement à cause de mon "changement de voie" que j'ai perdu du temps dans ma formation, de plus j'ai perdu la confiance de certains maîtres, en commençant par le mien. Il n'y avait personne d'autre à blâmer, tout était de ma faute.

    Depuis le départ des maîtres, Zatila veuille sur l'entraînement des jeunes recrues ... et ne cesse de me donné des tâches à réaliser. Il lui arrive de me demander d'entraîner les jeunes, ce qui m'aide probablement à gagné en sagesse, ce qui est important à l'heure actuelle. J'étais pratiquement certain que Cenovii était celui qui avait donné l'ordre à Zatila de me surveiller... Ce qui n'était pas plus mal peut-être, car je ne sais pas se qu'il se serait passé si je m'étais encore plus enfoncé dans la noirceur de mes émotions... le Conseil aurait peut-être même pu le voir et j'aurais pu être banni de l'Ordre Jedi ... ce qui aurait probablement eu des conséquences désastreuses dans la Force. J'étais conscient de mes faiblesses, il fallait que je sois beaucoup plus prudent maintenant, je ne deviendrais jamais un Chevalier sinon.

    Assis depuis plusieurs heures, dans les jardins du temple, je m'étais accordé une méditation poussée, comme j'avais l'habitude de le faire avec mon maître ou mon grand-père. Cela faisait bien trop longtemps que je n'avais pas pris le temps de me perdre dans la Force, de ne faire plus qu'un avec l'environnement. Je m'étais vraiment égaré dans la voie que j'avais choisie ... mais et si c'était ma destinée? Et si j'étais né pour devenir quelqu'un de bon mais de plus indépendant ... peut-être que je n'étais pas fais pour suivre un code, comme celui des Jedi ou même celui des Sith ... peut-être que j'étais destiné à suivre ma propre voie ... mon propre code? Je n'en savais trop rien ... ce qu'il y avait en dehors de ce temple me faisais peur ... j'avais peur de me retrouver seul. "Il n'y a pas d'émotion, il n'y a que la paix" ... j'étais loin de ça ... j'étais le contraire, j'étais emplis d'émotions ... j'étais dictée par elles, et cela depuis le début ... étais-je donc en paix avec moi-même? Non, je ne l'avais jamais été ... l'injustice avait fait que je m'étais retrouver totalement seul très jeune et quelques années plus tard, étant un jeune adulte, je n'avais plus personne de ma famille ... comment la vie pouvait-elle être aussi injuste? ...

    Ma méditation fut interrompue par un légère perturbation dans ce lieu. Jeune, totalement inexpérimenté ... un jeune Padawan était présent dans le lieu de ma méditation. Je le connaissais de nom ce petit, nous avions un point un commun d'ailleurs: nous avions le même maître. Ceno entraînait un jeune Padawan depuis quelques temps, il était arrivé au temple beaucoup plus jeune que moi à mon arrivé. Il était aussi, beaucoup plus expérimenté que beaucoup d'apprentis de ce temple. Néanmoins, il pouvait être intéressant, après tout il avait un maître exceptionnel, et Cenovii n'était pas du genre à prendre un Padawan, s'il n'avait pas quelque chose de spécial ... hum, est-ce qu'il regrettait de m'avoir pris comme Padawan depuis toutes les fautes que j'avais fait? Je n'en savais trop rien, et au final, il était probablement trop tard pour y penser.

    S'approchant de plus en plus, le s'apprêtait à passer devant moi, quand je le bouscula légèrement avec la Force, ce qui le fit tomber. Pas vraiment sur ses gardes le petit, c'était imprudent de sa part, même en ses lieux. Toujours surpris, le jeune padawan se relève et se dresse devant moi.


    Eckmül: Hey, pourquoi est-ce que tu as fais ça?
    Keller: Tu étais une perturbation dans ma méditation, alors je me suis dis qu'une simple petite vague suffirait à te faire disparaître de mon lieu de repos, mais étrangement ... tu es un peu plus résistant que ce que j'avais imaginé. Je me demande tout de même pourquoi Ceno t'a prit comme Padawan... Tu n'as pas vraiment l'air d'être spécial.
    Eckmül: Tu ne me connais même pas, et comment connais-tu mon maître?
    Keller: Nous ne sommes pas sur Coruscant ici mon ptit, il n'y a pas des millier et des millier des Jedis dans les couloirs de ce temple. De plus, j'ai un lien assez spécial avec ce maître Jedi. Ne t'a t-il jamais dit qu'il avait eu un autre Padawan avant toi?
    Eckmül: Mais attends un instant ... tu es le padawan Keller? Celui que maître à essayé d'entraîner? Il y a des rumeurs qui cours sur toi dans le temple!
    Keller: Et bien, ma réputation me précède ... tant mieux, j'aime qu'on parle de moi.

    C'était bien sur un énorme mensonge ... je n'aimais pas qu'on parle de moi, surtout de manière négative... mais bon, la prochaine fois, j'y réfléchirais à deux fois avant de faire un massacre pendant la défense d'un temple.

    Eckmül: Et bien ... je te laisse à ta méditation, j'ai des choses à faire.

    Le padawan continua son chemin. J'étais trop intrigué de savoir pourquoi Cenovii l'avait prit comme nouveau Padawan, j'avais envie de voir ce qu'il avait dans le ventre. Me levant de l'herbe, j'envoya avec la Force, une pierre qui s'écrasa sur le crâne de l'apprenti.

    Eckmül: Hey! ça fait mal!
    Keller: Il fait beau, les oiseaux chantent ... amusons-nous un peu!

    D'une vitesse amélioré par la Force, je me précipita sur l'enfant et le repoussa à nouveau, mais d'un léger coup de pied. Je ne voulais pas vraiment lui faire du mal, juste le provoquer à réagir. Se relevant pour la troisième fois, le jeune contre-attaque en essayant de m'infliger un coup au visage, pas de chance pour lui, j'ai aussi eu Ben Cenovii comme maître, et ce n'est certainement un poing de la taille d'une petite noix qui va me faire du mal. Le bloquant sans trop de difficulté, je termine mon mouvement en lui chassant les jambes pour le faire tomber.

    Zatila: Tu crois pas que tu t'attaques à quelqu'un d'un peu trop faible pour toi, Keller?

    Souriant en entendant la remarque de mon camarade, j'ai le padawan à se relever sans même lui avoir laisser le temps de faire un mouvement.

    Keller: Bah, depuis que tu es devenu un Chevalier, tu n'as plus trop le temps pour que je puisse te donner une bonne raclée, alors voilà ... je m'amuse avec les petits padawan.

    Lui faisant un clin d'oeil, Zatila savait très bien que je ne faisais rien de mal avec ce petit. Même si j'avais un peu bousillé mon image avec mes conneries, je restais quelqu'un de bon, et jamais je ne ferrais de mal à quelqu'un ... enfin, sauf si je le devais.

    Zatila: Il se trouve que j'ai un peu de temps là ... et si on faisait un petit 1 Vs 2? Toi et Eckmül contre moi ... qu'est-ce que vous en dites?
    Eckmül: Je ne sais pas si je serais à la hauteur, mais je veux bien essayé.

    Bon, c'était un peu insultant de me mettre en équipe avec un padawan aussi peu entraîné que ce gamin, mais bon ... il était l'apprenti de mon maître ... un frère d'arme donc. Je pouvais faire un effort.

    Keller: Pourquoi pas, ça peut être intéressant.

    lundi 29 juillet 2013 - 15:12 Modification Admin Permalien

  • Avatar Mirax_Terrik

    Mirax_Terrik

    7045 Crédits

    La nuit était tombée sur Klasse Ephemora. Vêtue une fois de plus de ma combinaison de pilote noire, sans insignes, je marchais silencieusement dans les rues de l'astroport. A travers la Force, je pouvais sentir la présence de Weedge, dans une rue adjacente.

    Les informations de l'astromécano de Kyrio avaient été précieuses. La vidéo du combat qui avait opposé mon frère à son ravisseur nous avait apporté pas mal de réponses. Entre autre comment il avait été vaincu: son adversaire se déplaçait a une vitesse proprement hallucinante, qui laissait peu de possibilités: soit il était sensible à la Force, soit il disposait d'un appareil pouvant augmenter sa vitesse de déplacement.

    La réponse s'était imposé rapidement lorsque nous avions pu identifier l'inconnu: le Chiss qui m'avait réclamé une somme astronomique pour récupérer l'aile X! Chiss que j'avais aisément manipulé l’après midi même, éliminant d'emblée une éventuelle sensibilité à la Force.

    C'est pour cela que Weedge et moi étions revenus incognito aussi rapidement. Il fallait retrouver ce type avant qu'il n'ai eu le temps de prévenir les autres ravisseurs et qu'ils déplacent Kyrio encore une fois. Kaarde et Jaina ne nous avaient pas accompagnés car le Patron jugeait la démarche trop précipitée et trop dangereuse. Mais la disparition de mon frère dans la Force me poussait a agir rapidement. Même si au plus profond de moi je savais qu'il était encore en vie, mon instinct me soufflait qu'il fallait agir vite... voire imprudemment.

    C'est en rôdant à la tombée de la nuit prés du hangar ou était entreposé l'aile X de Kyrio que nous avions repéré le non Humain. Depuis je le suivais de loin, Weedge me précédait quelques rues en arrière.

    Ainsi nous avions vu notre Chiss pointer bien sagement à la fin de son service, puis il avait commencé à s'enfoncer dans les rues de l'astroport. C'est au moment ou je finissais par me demander si ma filature n'était pas repérée qu'il s'enfonça dans une impasse et se dirigea vers une pile de caisses de matériel poussiéreuses...

    Cachée dans la pénombre, j'attendais la suite. A travers la Force je signifiais à Weedge de s'arrêter également. Malgré le fait que j'ai pu aisément manipuler son esprit, nous avions pu constater sur la vidéo que ce type était un guerrier accompli, rompu à l'utilisation du sabre en Cortose, et Weedge n'était certainement pas prés à l'affronter.

    Alors que j'attendais depuis quelques minutes, un phénomène étrange se produisit. Le Chiss disparu tout simplement de la Force. Je l'avais toujours en visuel mais impossible de ressentir sa présence. Je constatais par contre qu'il semblait être en train de parler dans un comlink. Je décidais de m'approcher pour entendre la conversation. Encore plus étrange à moins de 10 mètres du non Humain, mon lien avec la Force fût coupé ! De plus en plus intriguée je me rapprochais encore.

    Le Chiss : Oui parfaitement, sa sœur, la Jedi Mirax Terrik ! Avec d'autres Jedi. Ils ont récupérés son vaisseau. Que dois-je faire maintenant?
    Voix mystérieuse: Occupes toi d'eux. Pas question de les laisser arriver jusqu'à nous.
    Le Chiss: Mais comment faire pour m'introduire à bord du vaisseau monde? Je ne pense pas qu'ils remettent les pieds sur la planète.
    Mirax : Ne vous donnez pas cette peine, je suis déjà là...


    J'activais mon Sabre Laser. Combattre sans la Force n'allait pas être facile, mais contrairement à mon frère j'étais au fait des ruses de mon adversaire et je savais pouvoir compter sur l'aide précieuse de Weedge qui ne manquait jamais d'ingéniosité.

    Le Chiss avec un sourire mauvais se tourna vers moi. Il rejeta sa cape en arrière et je repérais immédiatement à sa ceinture deux petits boitiers. Un qui clignotait en vert, l'autre en rouge. Il appuya sur le 2e qui passa au vert.

    Il dégaina alors un sabre en Cortose et se rua sur moi à une vitesse proprement hallucinante...

    mercredi 31 juillet 2013 - 19:33 Modification Admin Permalien

  • Avatar Huge

    Huge

    10107 Crédits

    J'avais ressenti une très légère perturbation dans la Force peu de temps avant que Mirax et mon Maître ne sortent de la pièce. J'entrais dans le "jeu" de Weedge qui revenait du hangar et au bout de quelques petites minutes, Mirax sortit.

    Moi : L'affaire a été rondement menée, je pensais que ça serait plus compliqué. Et... Si je peux me permettre j'ai senti une manipulation de la Force un peu étrange quand vous étiez dans le bureau... Qu'avez-vous fait ?
    Mirax : Ahem... Nous en reparlerons un peu plus tard si tu le veux bien Jaina. Quand ton Maître aura décoléré.

    Kaarde ? En colère ? Lui si calme et si patient, ça serait bien une première ! Je laissai Mirax parler avec Weedge et passai la tête dans l'entrebâillement de la porte : Kaarde arrivait encore fulminant ! Ne disant rien, je me contentai de le suivre. Nous allâmes dans le vaisseau de Mirax qui demanda à son… "fils" de prendre les commandes avant qu'elle ne sorte.

    Weedge : Jaina, est-ce que tu peux venir m'assister s'il te plaît ?
    Moi, en m'asseyant : Euh… je préfère te le dire tout de suite, je suis nulle en pilotage !^^
    Weedge : Tu vas voir, ce n'est pas compliqué. Je "connais" ce vaisseau.

    Il alluma les moteurs et je suivis à la lettre ses indications. Mon comlink sonna à ce moment-là, mais je n'étais pas disposée à répondre, je verrai ça plus tard. Nous arrivâmes sans encombre dans l'espace et pouvions déjà parfaitement voir le vaisseau monde, et pourtant il était à plusieurs kilomètres. Pendant le trajet, Weedge m'expliqua pourquoi il était le fils de Mirax, et l'adoption a effectivement été l'option la plus probable à laquelle je pensais. Alors que nous étions à mi-chemin, j'allai voir Kaarde qui, bien qu'il était moins rouge que toute à l'heure, semblait encore passablement énervé.

    Moi : Maître…
    Kaarde, essayant de reprendre son calme : Oui, Jaina… ?
    Moi, après un temps : N… Non… Non rien, c'est pas important.

    Je me dis qu'il valait mieux pour tout le monde de faire mention de son état plus tard, quand il sera plus calme… ou tout simplement ne pas en parler du tout. Atterris dans le hangar plusieurs minutes après, je vis Weedge et Kaarde sortir en trombe du vaisseau et je les rejoignis. Quand nous fûmes à la hauteur de Mirax, elle ne s’adressa qu’à Weedge, puis quand il fut parti, expliqua la situation à Kaarde comme quoi son frère avait disparu de la Force. Cette nouvelle était inquiétante.

    Moi : Est-ce qu’on peut vous aider ou vous servir à quelque chose ?
    Mirax : Non, je vais attendre ce que va trouver Weedge... après j’aviserai, mais je pense partir dans la nuit à la recherche d’informations, si ce n’est de Kyrio.
    Kaarde : Mirax, tu sais que je n’apprécie pas cette méthode.
    Mirax : C’est quand la dernière fois que tu as approuvé une de mes méthodes ?
    Kaarde : Hmmm...Fais ce que tu veux, mais je refuse de t’accompagner. Et il est aussi hors de question que tu emmènes Jaina avec toi ; elle n’est pas assez expérimentée, même si on reconnaît son potentiel. Je ne suis pas rassuré non plus quant à Click... enfin Weedge, mais c’est ton fils après tout.
    Mirax : Exactement. Et ça tombe bien, je n’avais pas l’intention de vous demander de me suivre. Je veux rester discrète et le faire avec le minimum syndical, c’est-à-dire Weedge.
    Kaarde : Eh bien fais ce que tu veux... Mais rappelle-toi : I’ve a baaaad feeling about this.
    Mirax : Garde tes bad feelings pour toi alors. Je ferai attention et je te promets, sur la tête de... de... de qui tu veux, que tu n’auras pas à mobiliser une équipe de sauvetage.

    Elle reçut à ce moment-là un appel de Weedge qu’elle courut rejoindre, nous laissant mon Maître et moi.

    Moi : Elle est terrible, dis donc !^^
    Kaarde : Que veux-tu... Elle est Terrik. La soirée tombe de plus en plus, je vais me reposer. Tu as quartier libre, Jaina.

    Je le saluai en lui souhaitant une bonne nuit et me rendis dans mes quartiers. Une fois seule, je manipulai le manche de mon sabre éteint, le regardant sous tous les angles. Je ne suis pas violente, mais j’aimerais vraiment savoir m’en servir parfaitement. Il faudra que j’en parle à Kaarde un jour ou l’autre.



    Le lendemain, j'allai prendre un petit déj' puis fis quelques étirements, un peu de manipulation de sabre, ainsi que de la Télékinésie avec des objets plus ou moins gros. Dans l'après-midi, j'étais en train de surfer sur Holonet quand mon comlink bipa, un numéro que je ne connaissais pas.

    Moi : Allô ?
    Comlink : Salut Jaina, ça va ?
    Moi : Euh… c'est qui ?
    Comlink : Hé hé, devine^^
    Moi, en cherchant : Euuuuuuuhhh… pffffffff… Non, je sais pas, c'est qui ?
    Comlink : C'est Huge.
    Moi : Ah Huge ! Bah oui, ça va tranquille merci, et toi ?
    Huge : Ça va, je suis toujours avec ton parrain, il va bien aussi. Je te dérange pas au moins ?
    Moi : Non non c'est bon, j'ai un peu de temps là.
    Huge : Cool ! Ben je prenais des nouvelles un peu, voir comment ça allait.
    Moi : Ah merci, c'est gentil. Bah je vais bien, on est toujours dans les Régions Inconnues et on est partis de Klasse Ephemora. Mais je sais pas encore où on va. Mais bon, moi ça va bien, je m'amuse quand même un peu, je fais de la gym parfois, et je joue au Pazaak aussi avec Kaarde…
    Huge : Au Pazaak ? Qu'est-ce que c'est ?
    Moi : Quoi ? Tu connais pas ?? Attends, tu viens des bas-fonds de Coruscant et tu ne connais pas cette base du jeu de cartes ? "Non mais allô quoi !"^^
    Huge : Ah ça, quand il s'agit de charrier tu es toujours prête toi, hein ?
    Moi : Hu hu hu… Mmmouiiii^^ T'inquiète pas, je t'apprendrai comment jouer, c'est super simple.
    Huge : Ben j'espère bien parce que sinon euh… sinon… sinoooon… euh… Ah ! Sinon je prends ton pot de Nutella caché et je le vide devant toi !
    Moi : Noooooooooooonnnn !!!! Pas le pot de Nutellaaaaaaa !!^^
    Huge : Siiiiiiii !! Je le casse même !
    Moi : Eh non je te jure, si tu fais ça je te mords !^^ Mais comment tu sais au fait que j'ai un pot caché ? T'as fouillé ma chambre ??
    Huge : Disons que j'ai mes entrées… Même pas besoin de fouiller, j'ai un fournisseur d'informations À VOLONTÉ sur toi !
    Moi : Qu… ? ONCLE FRANK, C'EST PAS DU JEU !!! :col:
    Oncle Frank : Hum ? Ah mais j'ai rien dit moi ! Je lui ai juste montré un pot en faisant "couic", mais j'ai rien dit !^^
    Moi : Et pour ma chambre ?
    Huge : Oh ça… c'est notre petit secrrrêêêêt…
    Moi : Vas-y, vous êtes pas drôles !^^ Alleeeeeeeeeeeez !
    Huge : Non non non !
    Moi : Oncle Frank ! Pourquoi tu le lui as dit ?
    Oncle Frank : Ah mais je tiens ma parole tu sais ! Cependant tu ne m'as jamais demandé de garder le silence avec lui concernant ta gourmandise
    Moi : J'suis pas gourmande !^^
    Huge : C'est sûr que cacher un pot de Nut' avec une cuillère c'est à peine de la gourmandise !
    Moi : Mééééééé ! Grrrrrr !!!^^ Vous avez fait un complot pour me faire enrager c'est ça ?
    Les deux : Hu hu hu… Mmmouiiii^^
    Moi : En tous cas, je te jure Huge que si tu fissures même un centimètre mon pot de Nutella, je te tape^^
    Oncle Frank : Et ne sous-estime pas ses paroles, elle en est capable et elle peut faire mal !!^^
    Huge : Attention, pas de violence : gare au Côté Obscur !^^
    Moi : Gnagna… Ce sera ta faute voilà !^^

    Nous riâmes tous les trois par comlink. Pour me titiller, c'était parfaitement réussi ! Au bout de quelques secondes, ce fut Huge qui prit la parole.

    Huge : Tiens Jaina, je te passe mon numéro d'appel si tu veux parler ou… savoir ce que je sais sur toi :P Ma fréquence est 14085. Par contre faut que j'y aille, cette fois Frank veut qu'on aille bosser.
    Moi : Ok. Alors bisous Huge, et bisous Oncle Frank… Et lui dis rien cette fois !
    Oncle Frank : Ça dépendra s'il travaille bien ou pas !^^
    Moi : GRRRRRRR !!^^
    Oncle Frank : Oui, gros bisous ma chérie, moi aussi je t'adore^^
    Huge : Bisous Jaina, à la prochaine !
    Moi : Oui, à bientôt, bisous !

    Et je raccrochai. Même s'ils m'avaient faite tourner en bourrique, on avait quand même passé un bon moment et j'en riais encore de temps en temps. Quand je fus calmée, je décidai d'aller retrouver Kaarde, histoire de l'épauler un peu et aussi de savoir où est-ce qu'on va.





    --------------------------
    Post "Close Quarter Combat [leçon 3]" lisible actuellement sur mon blog pour ceux qui veulent !


    Ce message a été modifié par: Huge le 31-07-2013 21:33

    mercredi 31 juillet 2013 - 20:23 Modification Admin Permalien

  • Avatar Jedi-Yoda

    Jedi-Yoda

    9843 Crédits

    Depuis l'attaque du temple, la méditation est devenue ma principale activité. Je ne m'entraîne plus vraiment. Mon état d'esprit se veut désormais plus serein et je sens que je prends tout doucement le chemin de la zen attitude. En parallèle malgré tout, je ne manque pas aux obligations dont j'ai héritées en devenant chevalier. Je veille donc sur le temple ainsi que sur les jeunes padawans, m'assurant qu'ils se sentent toujours chez eux et qu'ils ne manquent de rien. Le reste du temps, je prends aussi un moment pour moi, me recueillant auprès des arbres et des créatures de la luxuriante forêt de Yavin. Parfois même, j'ose m'aventurer un peu plus loin afin de bénéficier du calme olympien de la montagne.

    Au sommet d'un rochet qui surplombe la plaine avec élégance, rien ne semble pouvoir perturber ma méditation. En position du lotus, je prends une profonde inspiration laissant l'air purifier mon être. Et j'expire. Puis, ma réflexion commence. En essayant de faire taire mes émotions, je revois en mémoire l'enchaînement des évènements tragiques des dernières semaines : le débarquement des soldats, la panique facilement palpable chez les plus jeunes qui se demandaient avec peur si nous allions survivre à cette épreuve, les massacres au temple une fois que les troupes avaient franchi le seuil de la bibliothèque et la ténacité avec laquelle il nous avait fallu lutter envers et contre tout. Sans compter toute cette violence à laquelle je n'étais pas préparé et dont le souvenir marquera à jamais mon âme.

    Cette férocité commence d'ailleurs à transformer ma vision des choses. C'est du moins la prise de conscience à l'égard de cette barbarie qui est à l'origine du changement qui opère en moi. Après tout ce qui vient de se passer, comment puis-je encore accepter l'idée si simpliste que les jedi doivent combattre les sith pour le bien commun. Nous prétendons être des garants de la paix et parlons du sabre laser comme l'arme noble d'une époque civilisée mais après ce que j'ai vu, je ne peux plus continuer à croire cela. Des solutions plus humbles peut-être mais plus justes néanmoins existent probablement et parce que je ne veux plus participer à une telle guerre, je les trouverai.

    Sortant d'une méditation qui a duré plus de temps qu'il n'y parait, j'ouvre simplement les paupières et contemple le magnifique paysage qui s'offre à mes yeux comme un cadeau précieux. Comment pouvons nous déshonorer à ce point une nature si belle et si innocente ? Je prends alors conscience que la Force que nous utilisons pour nous servir ne nous appartient pas, nous sommes simplement connectés à elle parce qu'elle nous le permet. Elle est si tolérante et si simple. Et nous sommes actuellement si peu ouverts à ceux que nous appelons nos ennemis car nous ne les acceptons pas. Nous les jugeons sans prendre le temps de les connaître. La Force, elle, se contente d'être. A son instar, peut-être devrions-nous juste être...

    Calmement je me relève et descends de mon promontoire. Je prends ensuite le même chemin que plus tôt et rejoins le temple Massassi. A cette époque de l'année, la canicule est impitoyable et les orages se font fréquents. Je vais donc me changer et me désaltérer un peu. C'est encore le milieu de l'après-midi, aussi je décide d'aller faire un tour aux jardins du temple. Là-bas, j'y retrouve l'ami Keller. Je ne m'y attendais pas vraiment. En effet, après la bataille, ce dernier avait choisi de passer le plus clair de son temps dans ses quartiers. Je sentais à travers la Force qu'il était perdu et qu'il ne souhaitait voir personne. Probablement avait-il besoin d'éclaircir ses pensées et de se retrouver. Néanmoins, cela ne semble pas être le cas aujourd'hui. Je le trouve même plutôt en forme à en juger ses réflexes et l'amusement qu'il prend à provoquer gentiment cet autre padawan qui l'accompagne. Il s'agit de Eckmül, le second apprenti de Cenovii. Je m'approche et lance sans m'annoncer :


    Zatila : Tu crois pas que tu t'attaques à quelqu'un d'un peu trop faible pour toi, Keller ?

    Keller aide le jeune bith à se relever et rétorque avec plaisanterie :

    Keller : Bah, depuis que tu es devenu un Chevalier, tu n'as plus trop le temps pour que je puisse te donner une bonne raclée, alors voilà ... je m'amuse avec les petits padawans.

    D'un clin d'oeil, je lui montre que je comprends son humour, que je sais très bien qu'il ne fait rien de mal avec ce jeune novice. Keller a beau être un peu perdu ces temps-ci, il est loin d'être immature. Et bien qu'encore padawan, je sens qu'il est en passe de devenir chevalier tout comme moi. Il ne faudra pas très longtemps avant qu'il passe les épreuves lui aussi.

    Cela fait longtemps que je ne l'ai pas vu à l'oeuvre. Je me demande s'il a progressé. Combattre n'est plus vraiment aussi passionnant pour moi aujourd'hui que cela l'a été à une époque mais justement, fidèle à ma nouvelle philosophie de vie se voulant moins agressive, je pense que j'ai beaucoup à apprendre de cet échange. Aussi, je réponds :


    Zatila : Il se trouve que j'ai un peu de temps là ... et si on faisait un petit 1 Vs 2 ? Toi et Eckmül contre moi ... qu'est-ce que vous en dites ?

    Eckmül : Je ne sais pas si je serais à la hauteur, mais je veux bien essayer.

    Keller : Pourquoi pas, ça peut être intéressant.

    Zatila : Très bien mais allons à l'ombre alors. Cette chaleur m'accable et en tant que nautolan, je supporte difficilement le manque d'eau dans mon corps.

    Une fois positionnés, les deux jedi enlèvent leur bure pour être plus à l'aise. Je dégaine alors mon sabre laser à lame verte et réduis son intensité au minimum afin de ne blesser personne au cas où. Keller dégaine son sabre à lame bleue et Eckmül son sabre à lame jaune. Je n'avais pas encore la possibilité de manier mon double sabre laser ne maîtrisant pas encore une forme de combat adaptée mais ma maîtrise de la forme II suffira. Ce que je vais surtout chercher à faire durant ce duel amical c'est garder mon calme en toute circonstance.

    En position d'estoc, je laisse les deux padawans attaquer les premiers. C'est Keller qui ouvre le bal en se dirigeant avec vitesse en ma direction. Il attaque sur la droite par le haut et enchaîne avec un coup de pied sur le côté. J'esquive la première attaque et bloque son pied de ma main libre.


    Zatila : Il va falloir faire mieux que ça l'ami, lui lance-je avec un léger sourire.

    Keller : Oui je voulais juste voir tes réflexes. Allez, on y va !

    Le jeune humain continue l'offensive en attaquant sur le côté droit, gauche et droit de nouveau. Rapidement, non sans mal, je pare ses coups. Keller ne s'arrête pas là, il effectue un magnifique balayage rotatif aux jambes. Je tombe, surpris par le coup, mais parviens heureusement à me rattraper sur une main, mon sabre toujours positionné vers l'avant et bloquant celui de Keller. Eckmül reste timide, il se contente d'observer avant de se lancer. A un moment donné, je l'aperçois assez près. Il tente un coup rapide mais léger sur le côté. Je le pare presque sans m'y arrêter ayant contré une attaque de Keller au même instant, donc dans le mouvement. Le padawan humain, fier de m'avoir pris par surprise plus tôt, espère trouver une occasion mais me voilà déjà debout. Entre Keller et Eckmül, j'aperçois alors une ouverture. Avec élégance, j'effectue une roulade entre les deux et, me retournant, frappe le jeune bith par le haut. Fermant les yeux, ce dernier se protège maladroitement avec son sabre, ma lame verte s'arrêtant à quelques centimètres de son visage. Il aurait été vaincu dans un vrai combat. Keller se retourne lui aussi et utilise la Force pour me propulser en arrière. Je dois avouer que je ne m'y attendais pas, me focalisant uniquement sur le maniement de mon arme. Instinctivement, je fais une roulade arrière pour ne pas me faire mal mais Keller m'a quand même bien eu sur le coup.

    Zatila : Ah alors on utilise aussi les pouvoirs de la Force, bon bon...

    A mon tour, j'envoie une vague d'énergie en direction de Keller. Mais ce dernier la freine avec sa propre force. Il faut dire que c'était assez prévisible comme attaque. Néanmoins, mon objectif était bien de l'occuper avec ça. Après quelques secondes, je relâche donc la pression en effectuant un salto latéral. Puis, je me dirige vers Keller et attaque avec précision. Mon camarade est sur la défensive à présent. Il tente de parer mon enchaînement de frappes mais je suis plus rapide que lui m'étant plus entraîné durant tout ce temps. Lassé de ces attaques incessantes, il effectue une rotation et tente un Jung ma. S'attendant peut-être à ce que j'esquive simplement le coup, le padawan n'y a pas mis toute sa puissance. Aussi, je contre son mouvement aidé de la Force et de mon sabre et frappe dans la direction opposée. Le sabre laser de Keller lui échappe alors des mains, s'éteint et va rouler un peu plus loin dans l'herbe. Désarmé, je termine mon mouvement en positionnant ma lame verte vers Keller pointe vers l'avant.

    Keller : Ouch !

    Je souris et après un bref instant, comprenant que le duel est fini, j'éteins mon sabre.

    Keller : Eh mais attends, ce n'est pas terminé. C'est que je veux gagner moi.

    Le jeune bith semble également de cet avis puisque, bien que je sois désarmé, il m'attaque enfin avec plus d'ardeur.

    Eckmül : Faites gaffe, j'arrive.

    Gagner semble être tout ce qui leur importe. Sans bouger de ma position, je tourne la tête et d'un mouvement de la main, je dévie la trajectoire de sa lame. Du coup, celle-ci s'abat juste devant moi et le padawan trébuche un peu en avant. Par la même occasion, j'attrape son sabre laser et l'éteins. Puis, avec délicatesse, je me tourne vers le jeune bith et lui tends son sabre. Puis, lui lançant un clin d'oeil amical, je déclare :

    Zatila : Dans le combat, le courage et l'impétuosité sont de bons serviteurs. Mais ce sont de mauvais maîtres...

    -------------------------------------

    Mystérieuse et omniprésente, permettant le lien entre chaque être et chaque concept, la Force est notre guide. Lorsque l'on accepte de ne faire qu'un avec elle, ou avec l'une de ses nombreuses énergies, l'égo laisse place à cet instant présent que nous incarnons.

    mercredi 31 juillet 2013 - 20:34 Modification Admin Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6493 Crédits

    Opération Commando nocturne.

    Avec la désapprobation de Kaarde, Mirax et moi étions revenu sur la planète sur les lieux a la recherche de ce mystérieux Chiss. Je suivait ma mère de loin, ouvert à la Force, suivant sa position alors qu'elle filait ce mystérieux personnage.

    Un signal dans la Force m'indique de patienter. Un instant plus tard... je perd ma mère dans la Force. Problème. Je reprend ma route d'un pas rapide pour me diriger vers sa dernière position... pour la voir entrer tête baissée dans un une pièce dont l'entrée était masquée... sabre a la main.

    OK... pour la discrétion, c'était cuit. Je devais être rapide pour trouver une solution. Ma mère était au prise avec ce fou et sa vitesse vertigineuse et aucun moyen d'utiliser la Force. Je devais trouver un moyen. A l’intérieur, le duel faisait rage, et semblait clairement au désavantage de ma mère.

    Je cherchais du regard un moyen de l'aider.. n'importe quoi.

    Je ne trouvais qu'une option... totalement dingue...

    Le tableau de distribution d'énergie était juste la.

    Je devais faire vite. Je n'aurais aucun moyen de prévenir ma mère de ce qu'il allait se passer...

    J'ouvrais le panneau. Un bon vieux système a l'ancienne pour ceux qui ne veulent pas dépenser trop de crédits. Donc relativement facile à manipuler... et aussi très facile d'y laisser la vie si l'on ne fait pas attention. J'attrape deux trois outils de ma ceinture et commence à triturer le circuit de distribution.

    Il était important pour ce que je voulais faire de faire en sorte que le système ne puisse PAS se mettre en sécurité. Je devais tenir le circuit de protection avec un outil, tout en créant une dérivation afin d'obliger l'énergie à faire une boucle vers la prise la plus proche....

    Ça allait faire une explosion d'énergie dans la dite prise qui risquait de griller littéralement tout ce qui se trouvait dans la pièce. Ma mère y compris. Sa tenue de pilote est normalement capable de la protéger de cela, mais ses mains et son visage seront exposés... et la cellule d'énergie de son sabre risque d'y rester aussi.

    En gros... Elle allait me tuer à la première occasion...

    La surcharge se faisait bien trop lentement à mon goût... il fallu une bonne minute a tenir le tout pour que la charge soit « à point ».

    L'explosion se produisit alors a l’intérieur.... et aussi dans le tableau.

    Je fus projeté violemment contre le mur d'en face. Le temps que je me relève, de belle brulure aux mains, le silence était total à l’intérieur de la pièce. Je pouvais à nouveau percevoir la Force... quoi que ce soit qui générait la bulle Anti-Force avait été grillé en même temps que le reste...

    Je me précipite alors dans la pièce retrouver ma mère...

    jeudi 01 août 2013 - 03:09 Modification Admin Permalien

  • PSW
  • Avatar Huge

    Huge

    10107 Crédits

    Huge était seul et en mauvaise posture ! Il avait voulu s'entraîner seul au CQC en l'absence de Frank et avait enclenché un droïde d'entraînement. Mais quand il essayait de l'attaquer, ce-dernier parait ses coups avec une aisance inouïe et l'asséna de coups puissants et de prises qui allaient tellement vite que le garçon ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Il restait perpétuellement sur la défensive. Lui qui pensait tomber sur le droïde réglé pour lui, il était tombé sur un pour Big Boss, et ça se sentait. En voulant jeter un coup d'œil à la porte pour voir si le parrain de Jaina ne passait pas par-là, Huge sentit les mains du droïde lui prendre les épaules en le frappant du genou au ventre, puis en le faisant basculer sur le côté pour le mettre à terre, sur le dos.

    Huge : FRAAAAANNNNK !

    Il eut tout juste le temps de rouler de côté pour ne pas se faire écraser le ventre ou la tête par un poing qui heurta violemment le sol. Il se releva du mieux qu'il put, mais à peine était-il sur ses pieds que le droïde revint à la charge pour l'asséner de coups précis. La machine réussit même à lui ouvrir sa garde pour lui donner une petite tape dans la pomme d'Adam et le faire basculer par-dessus l'épaule. Huge se retrouva de nouveau dos contre le tapis, mais il ne réussit à se relever à temps : l'androïde se mit à califourchon sur lui et commença à mettre son avant-bras sur le cartilage thyroïde et appuyer de plus en plus fort, ce qui coupa petit à petit la respiration du garçon tentant tant bien que mal de repousser ces bras très forts.
    Huge commença à voir la pièce excessivement lumineuse avec des étoiles, un sifflement dans ses oreilles et la sensation d'avoir la tête sur le point d'exploser. Il entendit même les échos des battements de son cœur. Il suffoquait et ne pouvait plus appeler à l'aide ! Le manque d'oxygène était tel qu'il ne faisait plus la distinction entre s'il avait les yeux ouverts ou fermés !


    Soudain, la pression cessa et Huge prit une énorme inspiration très bruyante. Libre ! Le droïde n'était plus sur lui et l'humain se mit à quatre pattes en se tenant la gorge et toussant, le temps de reprendre ses esprits. Il était tellement soulagé de re-respirer qu'il le faisait bruyamment et en essayant de le faire profondément. Quelques secondes après, il sentit une présence s'approcher et s'agenouiller près de lui.

    Frank : Huge ! Ça va ? Bon sang, mais qu'est-ce qui t'as pris ? Je t'avais dit de pas y toucher !

    Huge (encore essoufflé) : Désolé mais… je croyais que… c'était… un réglé sur… mon niveau.

    Frank : Heureusement que quelqu'un avait entendu ton appel et soit accouru me chercher, sinon t'étais foutu !

    Huge : Je sais pas ce…

    Frank : Écoute, je comprends parfaitement que tu veuilles progresser dans tes techniques acquises, mais là tu nous as commis un suicide assisté ! Vas te reposer, on va faire un truc demain. Et c'est pas discutable !

    La situation ne lui permettant pas de faire le malin, le garçon sortit de la salle d'entraînement dans de nouvelles excuses et alla se coucher, le soleil couchant offrant une lumière d'un orange de feu derrière son store.
    Le lendemain, Huge retrouva le parrain de Jaina dans son bureau, et ils allèrent dans la salle d'entraînement.


    Frank : J'espère que tu ne vas pas faire de bêtise, cette fois.

    Huge : C'est bon, j'ai merdé sur ce coup, je recommencerai pas. De toute façon je pense faire une pause en CQC. À vrai dire, j'aimerais rejoindre l'exploration des Régions. Et je pensais partir aujourd'hui.

    Frank : Ah, je vois. Pour Jaina, je me trompe ?

    Huge : Je… oui. Ça fait longtemps que je l'ai pas vue, depuis la veille de son départ et elle me manque beaucoup, j'ai envie et besoin de la voir et de lui parler en vrai.

    Frank : Oui, je comprends très bien. Je ne vais pas tenter de te retenir, cependant n'oublie pas que même si vous avez bien ri l'autre jour, ça ne veut pas forcément dire que c'est gagné pour toi. Je vais te passer un databloc avec quelques trucs qui pourraient être efficaces avec elle, mais n'oublie pas que même si je la connais de A à Z, je ne peux pas penser comme elle. Les seuls conseils que je puisse te donner c'est de toujours l'écouter quand elle parle et de lui poser des questions, essaie de ne pas trop l'interrompre, et de délirer avec elle, la faire rire.

    Huge : Le problème c'est que je suis pas vraiment un marrant, les blagues c'est pas trop mon truc.

    Frank : Avant tout, ne cherche pas à être drôle, sinon tu seras sûr de tomber à plat. Ne reprends pas constamment les mêmes blagues, et si tu es en manque d'inspiration, rebondis sur un truc qu'elle dit. Charrie-la sur ses péchés mignons comme la gourmandise, sa susceptibilité, des anecdotes qu'elle te raconte. Ne lui dis pas qu'elle est belle et qu'elle a un beau corps, elle le sait et même si c'est vrai et qu'elle en est contente, elle n'a pas choisi d'être comme ça. Si tu veux vraiment lui faire plaisir, complimente-la sur son maquillage, sa coiffure si elle fait quelque chose d'un peu original, son vernis, ses bijoux, ses vêtements… enfin quelque chose qu'elle a rajouté elle-même. Mais n'en parle que si ça te plaît ou qu'elle essaie de le faire discret, ne dis jamais que quelque chose ne te plaît pas.

    Huge : Ça risque pas, j'adore tout chez elle !

    Frank : Là-dessus je ne me fais pas de souci. Voilà, tout a été noté dans le databloc. Si tu as d'autres questions, des inquiétudes, besoin que je lui parle, contacte-moi sur mon comlink personnel. Ma fréquence est 14180.

    Huge : Merci… (un temps) Frank… pourquoi vous faites tout ça pour moi ?

    Frank : Parce que… Tu as l'air de tenir à Jaina plus qu'à ta propre vie, et qu'elle serait sans doute plus heureuse avec toi qu'elle ne l'a jamais été. Je ne peux pas empêcher un tel bonheur réciproque de se former. Ah oui aussi, quand tu parles de toi, dis en le minimum, ne lui déballe pas tout ton sac, ça la fera s'intéresser à toi. Il faut que tu gardes constamment un jardin secret : Jaina aime tout savoir et ça la rendra folle de chercher et de spéculer sur ce que tu ne dis pas. Tant que ce n'est pas inavouable évidemment. Dévoile-lui des choses petit à petit mais conserve toujours quelque chose pour toi.

    Huge : J'en prends note. Va falloir que je parte, on est près de Corellia, il doit y avoir des transports de vivres et de personnes en ravitaillement du vaisseau-monde, je vais aller là-bas pour y être, sinon je le rattraperai jamais seulement avec La Fumée.

    Frank : Il va sans doute te falloir de l'argent pour payer. Tiens, je te passe deux cents crédits, en espérant que ça sera assez pour au moins avoir une place. Non, prends-les, j'insiste.

    Huge : Vous inquiétez pas, j'en ai encore dix-sept milles cash dans une mallette. Merci la Pad !

    Ils se dirent au revoir avant que Huge ne monte dans son vaisseau et ne décolle. Une fois hors de l'atmosphère talorandienne, il entra les coordonnées de Corellia dans son tableau de bord et sauta en hyperespace.

    Ce message a été modifié par: Huge le 01-08-2013 11:26

    jeudi 01 août 2013 - 11:24 Modification Admin Permalien

  • Avatar mimimontesinos

    mimimontesinos

    4540 Crédits

    Les snobaules avaient été très populaires il y a quelques années: c'était la star des anniversaires, le cadeau en vogue. Ces petites boules translucides laissaient apercevoir des paysages animés de la galaxie entière, de Hoth à Tatooïne en passant par Kuat il y en avait pour tous les goûts. La rumeur dit que c'est un alderaan qui en était l'inventeur, endeuillé par la perte de sa planète il tenta d'en recréer la beauté, pour ne pas risquer de l'oublier.

    Mimi en tenait une entre ses doigts, son index caressant doucement les volutes situées à a base de celle-ci, cela ayant pour conséquence de faire se mouvoir le paysage miniature à l'intérieur. C'était Edoras qui la lui avait offerte lorsqu'elle était rentrée dans l'Ordre Jedi. Il avait toujours désapprouvé ce choix mais s'était incliné face à la volonté de fer d'Ange Solo et avant le départ définitif de sa fille pour le Temple il lui avait offert cette petite balle transparente à l'image de Corellia.

    Fixer son attention sur les rivages chahutés et les collines verdoyantes de sa planète natale l'aidait à fixer ses pensées. Lorsqu'elle avait accepté d'accompagner Sarkin - ou plutôt "Lorn" - juqu'à sa piaule secrète, Mimi ne pensait pas atterrir dans une station orbital de la bordure extérieure en plein coeur d'une organisation secrète ultra secrète. Elle se remémora la conversation d'hier soir, les yeux perdus sur la surface lisse de la
    snobaule.

    "J'aimerais que tu rejoignes mon organisation"

    D'abord la guildeuse était partie dans un fou rire incontrôlable tandis que Sarkin garda un air impassible après lui avoir fait une telle déclaration.

    Mimi: Je vais certainement quitter la Guilde pour venir m'enterrer dans ce trou et faire mumuse avec des holocrons récalcitrants dans l'espoir fou mais tenace annihiler la Force de la galaxie. C'est une offre très alléchante, je te remercie.
    Tyria: Je pensais que ça t'intéresserait.
    Mimi: En quoi est-ce que ça pourrait m'intéresser?
    Tyria: Là c'est à toi de me le dire.
    Mimi: Ce sont des méthodes de marchandage très orthodoxes que tu utilises là Sa... Lorn.
    Tyria: Tu connais mon projet depuis bien plus longtemps que cela, et tu as accepté depuis de me suivre dans toutes mes pérégrinations presque gratuitement. Alors, je veux bien croire que tu sois heureuse de me retrouver après tout ce temps mais je doute que ce soit entièrement un acte d'altruisme poussé par l'amour familial.
    Mimi: Donc tu en as déduit que j'étais intéressée à l'idée de faire disparaître la Force et que j'aimerais en être? Je ne déteste pas les jedis à ce point là.
    Tyria: Non, mais à quel point déteste-tu la Force?

    Les paysages naturels avaient laissés place à un environnement plus urbains, à l'intérieur de la balle les grattes ciels de Coronet surplombaient l'ensemble de la capitale. La question avait déstabilisé la jeune femme et Sarkin n'avait pas insisté. Elle lui avait proposé d'assister à un test grandeur nature le lendemain histoire de ne pas avoir fait le déplacement pour rien, ce que Mimi avait vivement accepté.

    Le mouvement rotatif et régulier de son doigt sur la surface polie avait un effet apaisant sur l'humeur de la guildeuse. Si - et seulement si - le projet de Sarkin était réalisable, cela remettrait beaucoup de choses en cause. Pourrait-elle renoncer à son titre de Leader afin de poursuivre ce projet délirant?
    Haïssait-elle la Force à ce point là?

    -------------------------------------
    Fille d'Ange Solo et d'Edoras
    Mariée à Nagounet et Kiad
    Terrik-Solo

    Ce message a été modifié par: mimimontesinos le 02-08-2013 04:00

    vendredi 02 août 2013 - 03:59 Modification Admin Permalien

  • Avatar Huge

    Huge

    10107 Crédits

    Parti de Talorande, le transport Dx-9 de Huge arriva en vue de Corellia, où une immense plateforme accueillait des ressources de la planète et renvoyées par d'énormes cargos. Cette plateforme ne s'étant jamais trouvée là auparavant, Huge en déduit qu'elle servait d'entrepôt pour tout ce qui partait pour l'exploration. Il posa son vaisseau et sortit dans les hangars toujours en mouvement. Un Quarren vint lui parler dans un basic difficile, entrecoupé de bruits et rots fort courants dans le langage Quarren. Pour comprendre une phrase, Huge était parfois contraint de demander à répéter.

    Quarren :

    Huge : Oui, mais je n'ai pas encore choisi la planète, pour le moment je vais que sur le vaisseau-monde.

    Quarren :

    Huge : Eh, je viens juste d'arriver ! Non, j'ai pas tout ça. Ça se trouve où ?

    Quarren :

    Huge : Voilà la taxe. J'y vais.

    Cinquante crédits, c'est du vol ! Mais rien n'était jamais trop cher pour aller rejoindre Jaina. Huge suivit les instructions du Quarren et trouva sans problème le bureau de recensement. Malheureusement, quand il vit les conditions pour obtenir des passes, il lut qu'il fallait présenter une pièce d'identité. Or Huge n'avait jamais eu de papiers dans sa vie ! Il était assez bloqué et au vu du caractère de cochon de la tenancière du bureau, n'espérait même pas négocier ne serait-ce que trente secondes. Sortant, il essaya de trouver une solution. Après une vingtaine de minutes, il trouva un Chagrien l'air hagard. Huge l'interpella et l'alien sembla content de le voir venir vers lui.

    Chagrien : Jeune homme ! Est-ce qu'un passe vous intéresserait ?

    Huge : Un peu ouais, vous en avez un ?

    Chagrien : Oui. J'étais venu avec mon vaisseau, mais quelqu'un me l'a volé. J'avais acheté un passe pour lui mais il expire demain, j'aimerais m'en débarrasser. Si vous le voulez, il est à vous pour deux cents crédits.

    Huge : Deux cents, t'es sérieux ?

    Chagrien : C'est le prix que j'ai payé, et il est vierge. Je vous assure qu'il est officiel, ne me regardez pas comme ça. Je gagne assez d'argent et ai encore assez de dignité pour ne pas rouler les jeunes qui veulent construire leur vie comme vous.

    Ses quelques années dans le banditisme lui montrèrent que cet homme était honnête, Huge décida de lui faire confiance.

    Huge : Bon ok, balancez et voilà la monnaie. Et vous en auriez pas un personnel aussi ?

    Chagrien : Je suis désolé, mais il est à mon nom, et ils demandent toujours des papiers pour vérifier l'identité. Il ne vous servirait à rien.

    Huge s'en alla en direction des docks et trouva le responsable des embarcadères pour vaisseaux. Huge fit remplir le passe pour La Fumée et le Vultien qui s'en chargeait, aussi aimable qu'une porte de prison, lui posa quelques questions.

    Vultien : Transportez-vous des substances potentiellement dangereuses ? Alcool, carburant hors réservoir, munitions ?

    Huge : J'ai quelques armes, un blaster E-11, un DH-18 et un DL-44 en état de marche, déchargés et rangés, les munitions rangées séparément. J'ai beaucoup voyagé, faut bien se défendre.

    Vultien : Avez-vous l'intention de semer le trouble dans le vaisseau-monde ou sur l'une des planètes colonisées ?

    Huge (pensant) : Non mais c'est quoi cette question ? (normal) Si je réponds oui, ça fait quoi ?

    Vultien : Alors nous vous arrêterons sur-le-champ. Si vous répondez non et que vous sèmerez un trouble, votre peine sera alourdie pour mensonge.

    Huge : Non c'est bon, j'ai pas l'intention de fout' le boxon.

    Vultien : Transportez-vous des formes de vies : animales, végétales ou douées de conscience ?

    Huge : Non, même pas une plante verte.

    L'interrogatoire dura encore une bonne vingtaine de minutes, si ce n'était plus, avant que Huge ne remplisse tout le formulaire.

    Vultien : Votre vaisseau va être sujet à une vérification avant d'être embarqué. Vous ne pouvez plus rien ajouter ou enlever avant votre arrivée. Une carte vous sera remise dans à peu près un quart d'heure.

    Huge quitta le bureau et resta dans une salle d'attente bondée. Il réfléchit s'il n'avait rien omis de préciser, mais surtout à comment il allait entrer dans le transport. Après effectivement quinze minutes, on lui donna une carte de retrait à présenter une fois arrivé sur le vaisseau-monde. Il se sentait encore un peu plus rapprocher de Jaina.

    Sur un écran, Huge vit qu'il lui restait moins d'une heure et demie avant le départ du prochain cargo, il fallait donc réfléchir vite à une solution. Impossible d'acheter un passe personnel ni d'en voler ou racheter un puisqu'il n'avait aucune pièce d'identité. En marchant et regardant ici et là dans l'espoir de trouver une idée, ses yeux s'arrêtèrent sur une pile de caisses avec marqué dessus "Vers Vaisseau Monde".


    Huge :

    Quelques minutes plus tard, alors que les passants marchaient sans prêter la moindre attention à cette pile, une boîte en carton se souleva toute seule, laissant apercevoir une paire de Santiags et le bas d'un blue Jeans. Sur ses petites jambes, la boîte commença à marcher toute seule. Dedans, Huge se dirigeait en ne pouvant regarder devant lui que par la poignée de la boîte. Le plus discrètement possible malgré les "Clop" de ses bottes, il se dirigea vers le hangar d'embarcation pour la soute. Soudain, dans sa "visière", il vit un agent de sécurité faisant sa ronde en train de se retourner. Immédiatement, Huge se replia sur lui-même pour que la boîte se pose.

    L'agent (voyant la boîte) : Hein ? (il se dirige vers elle, s'arrête pile devant et ne fait que regarder) ? C'est juste une boîte…

    Et sans chercher à comprendre, il fit demi-tour pour reprendre sa patrouille. Il y avait des cas très bêtes quand même dans la sécurité. Huge releva et continua sa route. Il ne restait plus qu'une salle, mais avec encore une employée Twi'lek occupé sur une console murale. Huge passa tout tout tout doucement derrière elle, profitant du fait que cette tentaculaire verte soit très concentrée et dos à lui.



    Ses cuisses lui faisaient atrocement mal, n'étant pas habitué à parcourir une telle distance accroupi. Parfois, il s'aidait de ses mains, mais dans ce cas c'étaient ses vertèbres qui en souffraient. Dieu ! que c'est dur la vie de clandestin ! Il réussit à atteindre son objectif et commença à fermer le carton de l'intérieur, ce qui ne fut pas chose facile surtout en devant en plus rester discret. Il eut une chance inouïe de finir de fermer lorsque deux employés vinrent dans l'entrepôt.


    Employé 1 : Alors, qu'est-ce que c'est que ça ? "Vers Vaisseau Monde". Ok, tu embarques ça, moi je prends ce carton-là. OUH ! C'est lourd, j'me demande ce qu'ils ont mis là-dedans !

    Employé 2 : On s'en fout, c'est pas notre boulot. Hop ! Une bande de scotch en long et en large et on embarque. J'ai envie de rentrer chez moi vite fait.

    Huge se fit donc transporter dans la soute du cargo, et après trois bons quarts d'heure à attendre, il entendit le vrombissement des gros moteurs du vaisseau, puis les perturbations physiques dues au décollage. L'air se rafraîchit également, et Huge se mit à penser à quelque chose de très pertinent : si la soute n'était pas chauffée et que dans l'espace il fait moins quatre cent et quelques degrés, allait-il mourir de froid au bout d'une heure ?

    Ce message a été modifié par: Huge le 15-03-2014 22:55

    lundi 05 août 2013 - 18:13 Modification Admin Permalien

  • Avatar Mirax_Terrik

    Mirax_Terrik

    7045 Crédits

    Toute concentrée sur le combat, je ne vis rien venir. L'explosion fût soudaine, toute la pièce fût remplie d'arcs électriques. Impossibles de les éviter! Heureusement ma combinaison de pilote absorba une grande partie des dégâts électriques. Cependant la décharge était si puissante que je perdis conscience.

    Je revins à moi quelques minutes plus tard, Weedge était auprès de moi et faisait visiblement appel aux énergies curatives de la Force. En effet, mes mains et mon visage me brûlaient salement. Je le laissait faire le minimum syndical avant de l'arrêter.

    Mirax: Merci fiston, ça ira. Il va falloir déguerpir avant que tout le monde rapplique. L'explosion a du s'entendre dans tous l'astroport.
    Weedge: Suis désolée Man, dans l'urgence j'ai pas trouvé mieux.
    Mirax: Au moins c'était efficace! Voyons voir ce qu'il reste de notre homme....


    Lui au contraire de moi ne portait pas de combinaison isolante.... Dommage, ça n'était pas beau à voir. Il n'y avait rien à tirer de ses ses restes carbonisés... Je tentais quand même de récupérer sa ceinture non sans arracher quelques lambeaux de chair brûlée. Des deux appareils, il ne restait pas grand chose... Mais qui sait...

    Mirax: Allez filons avant d'être repérés!

    Et nous filâmes silencieusement. Nous marchâmes sans parler jusqu'au Terrik's Fantasy qui nous attendait en mode occulté à la lisière de la ville. C'est une fois le décollage effectué que je pris quelques seconde pour me regarder dans un miroir... Et c'était pas joli à voir!! Je recouvris les pires brûlures de pansement au Bacta. J'allais encore me faire gronder par Kaarde... :ple:

    lundi 05 août 2013 - 21:08 Modification Admin Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6493 Crédits

    De retour sur le vaisseau-monde, Kaarde nous attendait.

    Et quand il vu la tête roussie de ma mère, il en fit une belle, de tête.

    Kaarde : Bon... je peux avoir une explication la ?
    Mirax : On a retrouvé notre Turbo-Chiss... mais il n'as pas été très... collaboratif. Mais ce n’était qu'un pion.
    Kaarde : Et... savez au moins comment il procède pour avoir cette vitesse fulgurante ?

    Mirax me regarde... Je tend à Kaarde, avec mes mains pleines de brulures, un sac... avec les restes de la ceinture et de l'homme encore collée dessus...

    Kaarde : Beark... C'est quoi ca ?

    Mirax : Son secret... enfin ce qu'il en reste...
    Kaarde : Il s'est passé quoi au juste ?
    Mirax : Disons que la bataille n'était pas a mon avantage et Weedge a du intervenir pour... mettre un terme au conflit...
    Moi : … en créant un petit court-circuit de rien du tout.
    Kaarde : De rien du tout ? Weedge.. les soigneurs Vong vont s'occuper de tes brulures... quant à toi, Mirax, j'ai deux mots à te dire avant ça...

    Regard de ma mère qui veut tout dire...

    Je sors du hangar et me dirige vers l'infirmerie...

    Une laborantine Vong me reçoit et voit de suite ce qu'elle doit faire.

    Laborantine (avec un fort accent) : Un problème avec le feu ?
    Moi : Plutôt un accident électrique...
    Laborantine : Électrique ? Cette énergie synthétique que vous transportez dans des faisceaux de fibre métalliques ?
    Moi : Oui, c'est cela...

    Elle approche de moi avec deux boites, contenant un organisme vivant dans une gelée colorée. Elle pose un « animal » sur chaque main et ceux ci commencèrent à bouger.

    Le problème avec les techniques de guérison Vong, c'est que ça n’atténue pas la douleur. Bon, ils ont fait des efforts pour ne pas l'amplifier comme il était de rigueur à une époque, mais l'éliminer restait encore un grand mystère pour eux.

    Laborantine : Allongez vous et laissez les agir pendant quelques heures... et votre peau sera vite guérie.

    J’obéis.. non sans serrer les dents. Ces créatures « mangeaient » littéralement la peau brulée et secrétait un gel qui obligeait ma peau a se régénérer d'elle même. Entre la douleur de la brulure et ça, faire une sieste était hors de question. Je tentait de me plonger dans une transe Jedi afin de soulager tout cela et faire passer le temps...

    mardi 06 août 2013 - 00:50 Modification Admin Permalien

  • PSW


Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...


Evénements

Star Wars Celebration Europe 2023

07 avril 2023 - 10 avril 2023

Celebration

Encyclopédie

  • Han Solo --- La vie de Han Solo fut pleine de rebondissements, tout d’abord officier impérial, il devint contrebandier puis Général de l’Alliance Rebelle. (Personnages - Rebelles)
  • Beezer Fortuna --- Beezer Fortuna était un Twi'lek, membre des Partisans de Saw Gerrera. (Personnages - Mercenaires)
  • Vedij Dhas Feneop --- Peu après la destruction d’Alderaan et la bataille de Yavin, Dhas Feneop Vedij, 1er Officier à bord d’une Frégate Nébulon-B Impériale, le Far Orbit, apprit que sa famille avait péri dans un accident de trafic. (Personnages - Rebelles)
  • Wessiri Iella --- Iella Wessiri s’est fait connaître par ses « exploits » au sein de la Corsec, Division d’Interdiction de la Contrebande, ainsi que pour sa participation aux mouvements de l’Escadron Rogue. (Personnages - Nouvelle République)
  • Commandant Gree --- Avant de se prendre un nom propre, le commandant Gree était le clone 1004. Comme tous les clones il apprend lors de son éducation à connaître les principales espèces qui peuplent la galaxie. Cependant sa soif de connaissances le pousse à en apprendre d'avantage. Cette ardeur attire l'attention des Kaminoiens. (Personnages - Ancienne République)

PSW v8 - Mentions Légales - Vos choix de cookies - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2022 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide