Le Temple Jedi 3 (page 8)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar padawanthrawn

    padawanthrawn

    9675 Crédits

    Alors que je continuais à pénétrer dans les informations de l'ordinateur, la sensation étrange que la mort, car à présent c'était une certitude, du chevalier Netim et de son padawan avait bien à voir avec la Chancellerie devenait évidence.

    Je cherchai d'autres informations mais il s'agissait essentiellement des comptes rendus quotidiens. Nul doute qu'il s'agissait de la version originale de ceux trnsmis sur Ossus.

    Alors que je faisais une copie des données, après avoir rompu le lien, non sans avoir localisé les fichiers à récupérer, un remou dans la Force se fit sentir. Il provenait de Padme111. Je me tournai vers Jorus, qui était dans la Force avec Maître Nabery.

    dimanche 09 décembre 2007 - 10:53 Modification Admin Permalien

  • Avatar Edoras

    Edoras

    7665 Crédits

    ~~ Région du Noyau, Coordonnées 0-0-0, Coruscant
    Niveau 225, Mégabloc 8, Bloc 12, Sous-bloc 19
    Avenue du Clair de Lune, une passerelle aérienne
    Heure Galactique : 17h46 - t° ext : 16°C ~~


    Kiffa était encore au centre de soin et de beauté quand j'en sortis. L'Asyr Jaune m'avait délassé. Les pores de ma peau, purifiés des toxines qui les encombraient, respiraient avec délice. La foule, pour une fois, me laissait indifférent. Je m'y baignais, la traversant avec fluidité, sans me sentir oppressé par sa présence. Et je la ressentais autour de moi. Des gens affairés, pressés de rentrer chez eux ou d'aller au travail - car Coruscant ne dormait jamais. Des couples heureux, des enfants, des vieillards, des gens de toutes les espèces avec leurs problèmes gastriques ou intestinaux, leurs petits soucis et leurs gros tracas.
    Bientôt, ma tête bourdonna de toutes ces présences. Fermant les yeux, je marchai au bord de la passerelle, au-dessus du précipice insondable. Je quittai la foule qui peuplait cette artère, renonçant à rejoindre le turbolift le plus proche pour l'emprunter et rejoindre le niveau 217, qui me permettrait de rejoindre mon hôtel au niveau 220 - car à Coruscant, la ligne droite n'était pas forcément le plus court chemin.

    Je m'avançai dans une ruelle plus étroite, gardant les yeux fermés, réfléchissant à ce que m'avait révélé Veff sur Mohel'Ya. A première vue, il semblait prêt à remporter la Chancellerie mais, en réalité, Novasrunner disposait encore d'appuis bien suffisants.
    Je marchais en élaborant des tactiques, visualisant des transferts de fonds, des échanges convaincants, des manoeuvres officieuses susceptibles de couper l'herbe sous le pied des deux titans qui s'affrontaient : Mohel'Ya et Novasrunner.
    Je marchais les yeux fermés, y voyant clair comme en plein jour, sentant le sol, les parois proches, les maisons, les enseignes au néon clignotantes où bien des lettres manquaient, les bouches d'aération où s'échappaient des volutes de vapeurs et de fumées de cuisine. Inconsciemment, je touchai mon datapad où était encodé le plan de la ville-planète. Il était allumé. Je ne le touchai pas, me contentant de l'effleurer un bref instant. Le chemin apparut dans ma tête et je le suivis, retirant ma main droite de ma poche.

    Il me conduisit dans un étroit boyau qui menait à un établissement de jeu un peu louche, mais luxueux. Je savais qu'il possédait un turboélevateur, lequel menait, huit étages plus bas, à un café du niveau 217, tenu fermement par la Guilde - tout comme le casino, d'ailleurs.
    C'est alors qu'elle me sauta dessus. Une Aqualish de 196cm de haut, armée d'une vibrolame rudement efficace. Derrière elle, un petit Sullustéen, son frère et deux de ses compagnes observaient la scène avec la conviction de flinguer le survivant d'entre nous.
    Je n'ouvris pas les yeux.

    Ma main droite agrippa le poignet de la Quara, rendant nulle l'utilisation de la vibrolame. Puis, mon pied gauche se souleva, la jambe partit en arrière et il fracassa la tempe gauche de la Quara. Un mouvement du bras droit aidé d'un coup du coude gauche dans ses épaules acheva de faire brutalement atterrir celle-ci au sol, où ses vertèbres furent bientôt réduites en miettes par le résultat de ma propre réception au sol : mes deux genoux tombèrent sèchement sur son dos, produisant un craquement désagréable, bien que très mélodieux.

    Les yeux toujours clos, je me relevai difficilement en me repoussant sur le mur. Puis, tournant le dos aux Sullustéens, je les laissai m'aligner posément aux bouts de leurs canons, tandis que je sortais deux objets longs et cylindriques des poches intérieures de ma tenue en soie askajienne.
    Les lames rouges des sabrolasers Sith crépitèrent en fusant de leurs manches et je me mis à courir vers les Sullustéens. Le frère et l'une des épouses, qui devait aussi être sa maîtresse - connaissant les moeurs très libres des Sullustéens sur le sujet - tombèrent avant l'impact : la poitrine brûlée par leurs propres tirs, renvoyés d'un tour de sabre.
    Je sectionnai la tête de l'époux de mes deux lames croisées.

    Puis une violente douleur irradia de mon épaule, et je m'effondrai à genoux, ouvrant les yeux.
    Dans le même temps, je transperçai le coeur de la dernière femelle.
    J'éteignis les sabres, crachai un filet de sang et restai longtemps ainsi, un genoux à terre, à regarder la petite flaque de sang qui se formait sous mes yeux.

    Je ne savais pas exactement ce que je venais de faire, mais une chose était certaine : ce n'était ni prudent, ni agréable. L'envie irrépressible de rentrer à l'hôtel pour me faire apporter du bacta et un ysalamari m'envahit.

    :jf:
    -------------------------------------
    Édoras Konix Terrik
    Ex-Leader de la Guilde, retraité
    Pus d'vornskr ! Y a plus de p'tits profits !

    Ce message a été modifié par: Edoras le 11-12-2007 17:28

    mardi 11 décembre 2007 - 16:08 Modification Admin Permalien

  • Avatar Aven-Flar

    Aven-Flar

    4927 Crédits

    Les 5 crédits s'alignèrent sur la table. Il en avait reçu 10.000 hier, il pensait pouvoir fêter ça...
    Un Mandalorien en armure rouge était assis sur le siège d'un bar, le casque accroché par un tendon de Krayt à la ceinture.
    Le verre vide qui avait contenu le cocktail fut enlevé par le serveur. Il se leva, détacha son casque, le remit sur ses épaules carrés et sortit du bar.
    Etrangement, il se sentai bien. L'air frais et pollué de Coruscant lui sembla plus agréable qu'à l'habitude, il laissa vagabonder son esprit, trop peut-être...
    Il finit par se ressaisir, et il essaya de se souvenir des coordonées de son vaisseau. Puis il laissa tomber, en se disant qu'il n'aurait qu'à biper son droïde. Puis finalement, il retombat dans les méandres de son subconscient, marchant droit devant lui, ne tournant que s'il ne l'était obligé par un mur ou une barrière. Puis, il sentit une petite dose d'énergie vagabonde, cela le reveilla et il se mit à la suivre, à travers les gens, les dédales de passerelles et de blocks, pour atteindre des niveaux semblants importants.

    Puis soudain, la trainée d'énergie s'estompa. Il courut puis la retrouva, mais se retrouva aussi tôt devant 6 Sullustéennes et un Devaronien en train de ramasser... des... cadavres.



    Reculant prudament en sortant mon EE-3, je fus remarqué par le Dévaronien, qui sortis un pistolet d'un modèle que je ne pus identifier. Il leva son arme et tira le premier. Son tir ricocha sur mon armure. J'épaulai mon fusil qui cracha plusieurs lasers de suite, chacun abattant une cible, des fois 3 ou 4 tirs transpercèrent la même cible, grace à un mode de tir rapide que j'avais bricolé. M'approchant lentement des cadavres encores chauds et fumant, j'aperçus deux traces profondes dans le métal, me penchant pour les examiner... C'était évident! Des sabre-lasers! Donc un Jedi avait eu des problèmes dans ce coin-ci. Gardant toujours mon fusil à l'épaule, je fus surpris de voir une petite trainée de gouttes de sang.
    Un Jedi bien entrainé ne se serai pas laisser toucher... Etrange.
    Décidant que le temps jouait pour rattraper l'étrange personnage, je courus aussi vite que je pus, suivant la petite trainée... qui s'arrêta brutalement. Immédiatement, deux sabres rouges me barrèrent la route.


    - Ah! Vous m'avez fais peur, chef.
    -------------------------------------
    Toutes choses ont une fin, sauf la saucisse, qui en a deux.

    "Notre passé est triste, notre présent est tragique, Dieu, merci, on a pas d'avenir"

    Ce message a été modifié par: Aven-Flar le 11-12-2007 18:47

    mardi 11 décembre 2007 - 18:43 Modification Admin Permalien

  • Avatar Jorus-Beku-n

    Jorus-Beku-n

    12506 Crédits

    « Jorus, où es-tu ? »

    Ce cri déchira mon esprit ! C’était Pad111 ! Déjà nous l’avions senti quand elle était passée près du Clun’Hy’s Bar… PadaT se tourna vers moi

    PadaT : C’est encore Padmé…
    Jorus : Oui et cette fois je l’ai entendu distinctement… Elle appelait au secours
    PadaT : Mais j’avais senti qu’elle voulait être seule
    Jorus : Je sais et tout cela n’est pas sans m’inquiéter. J’ai l’impression qu’elle est perdue…
    PadaT : Que faisons-nous alors ? De mon côté, je n’ai rien trouvé de plus.

    Je décidai alors de contacter le Conseil Jedi. De mon holo portatif jaillit la silhouette toujours charmante d’Aynor.

    Aynor : Vous devez savoir que le sénat s’apprête à renverser le Chancelier Novasrunner en même temps que le Sénat débattra de la soumission de l’ordre Jedi à sa propre juridiction. Mohel’Hya est pressenti pour remplacer Novasrunner
    Jorus : Voilà qui est curieux ! Alors que Mohel’Hya fait tout pour que le conseil permanent du Sénat prenne le contrôle de l’Ordre Jedi, il prendrait la Chancellerie suprême amputée de ces même Jedi ! Vois-tu, je trouve que Novasrunner joue un drôle de jeu, surtout que son nom apparaît dans l’agenda de Nétim et qu’il a oublié de nous parler de ce rendez-vous !
    Aynor : Tout ceci est fort troublant. On veut se jouer de l’ordre Jedi et je n’aime pas cela, surtout de la part de politiciens !
    Jorus : Nos ennemis ne reculent devant rien car nous avons la preuve que l’assassin de Nétim est un tenant du côté obscur de la Force !
    Aynor : Un guerrier Sith ?
    Jorus : Seulement un homme de main à mon avis, mais assez puissant pour avoir eu raison de deux Jedi !
    Aynor : Kaarde doit être prévenu
    Jorus : Il n’est pas avec toi ?
    Aynor : Il est à la recherche de Pad111
    Jorus : PadaT et moi nous avons aussi ressenti sa présence, à plusieurs reprises. Elle semble en difficulté. PadaT et moi nous partons aussi à sa recherche
    Aynor : L’aide que vous apporterez à Kaarde sera la bienvenue
    Jorus : Nous te rejoindrons ensuite

    Que la Force soit avec nous et la conversation s’acheva ! Il était maintenant temps de partir à la recherche de Pad

    PadaT : Immergeons-nous dans la Force et…
    Jorus : ... Partons à sa recherche !



    -------------------------------------
    May the Force be with you

    Membre de l'Ordre des Célèbres Phraseurs

    Ce message a été modifié par: Jorus-Beku-n le 12-12-2007 11:11

    mercredi 12 décembre 2007 - 11:10 Modification Admin Permalien

  • Avatar Jolee

    Jolee

    558 Crédits

    [Avant tout pardon pour mon long retard]

    Je fus très excité lorsque mon Maître m’appris que j’allais pouvoir l’assister pour le Temple. Je ne me sentais pas réellement près pour une mission de cette envergure mais je ne voulais l’occasion de visiter d’autres mondes et de montrer à mon Maître que j’étais le digne descendant de Jubbs Jinn, mon père disparu et certainement défunt. La mission attendit quelques jours car une réunion du Conseil devait se faire avant celle-ci. J’attendais donc très impatiemment le jour où mon Maître allez me contacter pour exécuter cette mission. Ce jour arriva… J’étais en train de soulever des crayons avec la Force dans ma chambre lorsque Kateo me contacta par com’link pour me dire de le rejoindre dans le hangar pour notre départ sur Gala. Notre mission, d’après ce que j’avais compris, consistait à régler un problème local : la présence de mercenaires étrangers de Gala qui soutiraient de l'argent aux paysans.
    Nous avions atterri dans un endroit assez isolé pour ne pas éveiller les soupçons des mercenaires. Nous fûmes accueillis par un Galatien qui nous fournit des informations sur la mission dans un datapad. Je conduis le landspeeder mis à notre disposition et nous allâmes au petit village des paysans harcelé. Sur place tout avait l’air normal, je marquai tout de suite le repère des individus étrangers. C’étaient de grandes montagnes, idéal pour paraître inhabitées. Moi et mon Maître avions décidés d’enlever nos bures et de mettre des vêtements locaux… J’eus la brillante idée de nous installer un peu à l’écart du village pour éviter tout conflit et toutes difficultés pour la mission. Puis mon Maître parla.

    Kateo : Jolee…
    Moi : Maître ?
    Kateo : Il faut faire une meilleure approche. On ne peut rien savoir de là. Et vu que les mercenaires craignent les Jedis, il serait opportun que j’infiltre les agriculteurs… Surtout avec mon sabre car même avec un déguisement je ne peux me permettre de laisser notre arme principale derrière nous.
    Moi : Je comprends… (Réagissant enfin) Mais ça veut dire que vous comptez m’envoyez avec les paysans.
    Kateo : Tu ne peux pas savoir à quel point c’est génial de se faire comprendre si vite.

    Ce fut comme si je m’étais pris une claque en pleine figure… J’étais content d’aller à cette mission, certes, mais risquer ma vie aussi tôt me laisser perplexe. Mais mon Maître avait réussi à mon convaincre au bout de quelques minutes. J’avais mon idée sur le type d’entrer que je devais faire chez les paysans Galatiens. Je me couvrais le visage de terre et sortait du vaisseau. Kateo m’avait dis que notre base serait le vaisseau lui-même et que je devais venir lui faire un rapport tous les soirs en espérant qu’il m’accepte. Je m’avançais donc vers le village et à une centaine de mètres à peine on me remarquait déjà car je voyais une masse de plus en plus compacte des villageois. Lorsque j’arrivai enfin devant eux, ils étaient une bonne vingtaine à m’observer.

    Galatien : Qui es-tu petit ?
    Moi, adoptant un ton soumis : Bon… bon… bonjour monsieur… Je m’appelle Arkis, et on dirait que je me suis perdu.
    Galtien : Arkis ? C’est de quel origine ça ?
    Moi, surpris de leur perspicacité : Euh… C’est un nom dérivé mais je viens de Dantooine si vous voulez savoir.

    Je vis un autre Galatien faire un signe vers les montagnes, c’était certainement pour dire aux mercenaires qu’il n’y avait aucun danger.

    Moi : Auriez-vous l’amabilité de…
    Galatien : Oui bien sur… Mais tu es venu seul ?
    Moi : Mon père… a disparu depuis que l’on est arrivé ici.
    Galatien : Soit, tu peux vivre avec nous pendant un moment mais il faudra que tu ailles en ville pour lancer un appel sur Dantooine.
    Moi : Oui monsieur.

    Ainsi, ils m’acceptèrent facilement, un peu trop facilement à mon goût. J’étais encore vivant au bout de trois jours et le rapport que je donnais à mon Maître depuis trois nuits était toujours le même : leur "chef" se nommait Meh'l Thrum'r et il partiquait un échange d’argent avec des mercenaires toutes les cinq heures, ce qui constituait une énorme quantité d’argent pour de simples agriculteurs…

    mercredi 12 décembre 2007 - 18:00 Modification Admin Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    24755 Crédits

    Heure Galactique 18H00 - (24H que j'ai le collier)
    « J’y suis presque ! Enfin, une lueur d’espoir ! » La couverture à mes pieds, je lance vers un étage le filet que je guide avec la Force et il s’accroche à une fenêtre cassée ! Je m’assure que la prise tienne puis posant la couverture sur mon épaule, je grimpe le long du filet. C’était la 5ème fois que je répétais la manœuvre. Petit à petit, mètre par mètre, je m’éloigne du « Corridor Ecarlate » !

    Pendant mon ascension, je me remémore ces dernières heures…

    L’attende n’a jamais été mon fort mais j’avais besoin de soufflée. Au bout d’une demi-heure, les Raptors se décident à revenir dans les environs. J’en avais assez de les fuir, mais je ne voulais pas me battre. Pourtant, ils possédaient des armes mais ce qui attira mon attention ce fut leur filet ! Il devait faire prêt de 7 à 10 m de long et c’était le seul objet qui me semble être un semblant d’échappatoire à ce trou à rats ! Je décidai de les affronter !

    « La Force est mon alliée et de loin la plus puissante ! » Jamais cette phrase n’avait été aussi vraie ! Sans sabre laser, sans autres armes, j’affrontai 5 Raptors ! J’usai de différent pouvoir tel que l’aveuglement, la vitesse, l’invisibilité, la télékinésie et très peu, à contre cœur même, je n’eu pas d’autre choix que d’utiliser la maîtrise de la pression sanguine mais je me refusais de les tuer. Alors lorsque enfin j’eu le filet en ma possession, j’use de la vitesse et leur fausse compagnie pour trouver un endroit plus tranquille.
    Enfin, je pu commencer mon ascension vers des lieux plus cléments.

    4 heures après avoir lancer mon appelle à travers la Force à Jorus, je monte le long du filet !

    Tous mes muscles me faisaient horriblement mal, la sueur perle mon front. Et bientôt, je perds de ma concentration dans la Force ! Je l’avais tellement sollicitée, que j’avais mal au crâne ! Mon estomac gargouille pour couronner le tout ! Je ne voulais pas passer une nouvelle nuit dans le « Corridor Ecarlate » mais si je lâchais prise, c’était ce qui risquait de m’arriver, à moins que je me tue dans ma chute. Je trouve appuis sur une corniche et décroche le filet. J’entre dans la pièce vide de la fenêtre casser. Je m’assied et m’adosse contre le mur pendant un moment, scrutant l’horizon. Je regarde les pauvres rayons du soleil s’éteindre derrière une masse nuageuse de pollution. Je cherche des yeux un endroit où je pourrais à lancer une fois de plus ce filet.

    Soudain, la Force semble plein de remout. J’essaye d’être à son écoute, mais je suis trop épuisée. Je cherche toujours un point vers les gratte-ciel qui pourrait devenir un point d’attache. Mais la Force semble encore vouloir me murmurer quelque chose, je ne peux plus me concentrer, mes yeux se ferme quasi sans que je ne le désirs. Mais ces quelques secondes de répit, mais semble tellement agréable ! Je prends la couverture et la pose sur mes épaules. « Si je ferme les yeux 5 minutes, je pourrais récupérer un peu et monter ensuite ! » Je ferme donc mes paupières et m’enveloppe dans la couverture, m’adossant contre le mur.

    Le brouhaha de la capitale n’est plus qu’un simple bourdonnement puis plus rien… le noir… le vide… le désespoir… le froid semble pourtant absent… puis un murmure suivi d’une sensation de chaleur semble m’envelopper. Je suis trop faible pour répondre, pour réagir. Je perçois comme un écho… j’ai l’impression de flotter ou d’être transporter… une immense chaleur m’entour… Enfin, je peux dormir, j’ignore ce qui ce passe. La seule certitude que j’ai, est que je suis en sécurité !

    Heure Galactique : inconnu
    Une sensation de bien être c’est emparée de moi et je sens une chaleur immense. Je réalise alors que je suis dans un lit aux couvertures épaisses. J’ouvre les yeux et à ma plus grande surprise je reconnais Maître Jorus-Beku-n assied sur une chaise juste à côté de moi, mais il semble regarder de l’autre côté. Je ne dis rien et essaye de voir à qu’il s’adresse. Jorus m’empêchait de voir ses interlocuteurs.

    Jorus - …j’ignore totalement ce que c’est !
    ? – L’important c’est que nous l’ayons retrouvé. Elle nous expliquera tout.
    ?? – Oui, merci mes amis, sans vous, j’aurai mis beaucoup trop de temps à la retrou… PAD ! T’ES CONSIENTE !

    La première voie qui avait répondu à Beku-n, je ne l’avais pas identifié. Par contre, celui qui avait perçu mon réveille n’était d’autre que mon frère ! Je plonge mon bras droit encore plus profond dans mes couvertures espérant de toutes mes forces qu’aucun d’entre eux n’avait remarqué la trace de fer rouge, le M surplombé d’un A ! J’avais tellement honte. Les questions allaient déferler et la seule chose dont je voulais parler était qu’un contrat était sur l’ambassadeur Tyferrien et que le commanditaire est Moleh’Ya. Mais cette simple pensée, me rappel la phrase de Melah’Ki« …cela nous facilite la tâche ! Il[Netim] est le bouc émissaire tout trouver. C’est lui qui officiellement, vous a engagée. Si vous dites le contraire… BOUM ! Le collier explose ! » (voir P6 ) Je remonte les couvertures un peu plus sur moi et ferme les yeux car je refuse d’affronter le regarde du patron des Jedi !

    Je bredouille, de façon à peine audible et la gorge nouer – Je suis fatiguée… laissez moi encore un peu de temps…

    Mais ils ne semblaient pas partager mon avis.




    -------------------------------------
    Maître de Carth, Cal et Bakara
    Les Pouvoirs de la Force font fureur!

    Ce message a été modifié par: Padme111 le 26-12-2007 15:02

    mercredi 12 décembre 2007 - 19:15 Modification Admin Permalien

  • Avatar Edoras

    Edoras

    7665 Crédits

    ~~ Région du Noyau, Coordonnées 0-0-0, Coruscant
    Niveau 225, Mégabloc 8, Bloc 12, Sous-bloc 18
    Dans une ruelle sombre et mal famée
    Heure Galactique : 18h06 - t° ext : 15°C ~~


    Un autre chasseur de primes : Ah! Vous m'avez fais peur, chef.
    Un plénipotentiaire sanguinaire : Aven... Alors, toi aussi, tu es venu pour m'assassiner ?
    Le Mandalorien : Ca va pas la tête ?! Nan, j'ai entendu une proie, de la baston, alors je suis venu. C'est aussi simple que ça. T'as pas l'air dans ton assiette, chef.
    Le Thyferrien : Quelle perspicacité ! J'ai un poumon qui se noie dans mon sang !
    Flar : Félicitation. Tu te bats plutôt bien avec ça... mais t'es plus mou qu'avant. T'as pris des rides, pépé.
    Édo : Oh, ça va, ta gueule... -kof- j'ai plus le droit de transporter des blasters, à cause des protections du Sénat, mais les sabres ne sont pas considérés comme des armes...
    Aven : Je t'ai vu sur l'holonet... qu'est-ce que tu fous au Sénat, au juste ?
    Édoras : Oh, c'est pas une magouille... -kof kof- j'ai été nommé ambassadeur plénipotentiaire.
    Le chasseur de primes : On dirait que tu déplais à quelqu'un. Appuie-toi sur mon épaule, je vais te ramener à mon vaisseau.
    Le plénipotent : Non... mon hôtel est plus prêt. Je t'offre le diner.

    Le Mandalorien me soutenu un long moment, jusqu'à ce que nous soyions à l'abri dans la chambre d'hôtel. Sur ces entrefaits, Kiffa était revenue, et semblait à la fois furieuse et effrayée. Arrachant presque ma tenue, elle entreprit de soigner la brûlure en y appliquant des patchs de bacta.
    Kiffa : Mais qu'est-ce qui t'a pris ! J'étais morte d'inquiétude !
    Aven : Vous avez un minibar ?
    Eddy : Dans cette armoire-la. Sers-toi -kof kof.
    La Twi'lek : Arrête de bouger !
    Ed' le preux : Et toi, arrête de t'acharner ainsi. -kof kof kof- Tu ne peux faire que stopper l'hémorragie, il faudra que j'aille à l'hôpital pour le sang qui se balade -kof kof- entre mes alvéoles. A la limite, je peux inspirer -kof kof kof kof- de la bactosiane pour l'empêcher de coaguler là dedans -kof kof.
    Flar : On a du te tirer dessus avec un fusil verpine... à force de te promener en armure, les gens attrapent des idées de ce genre. Du coup, ça ne cautérise pas la plaie. Une vraie petite merveille.
    Stamina : Vous croyez que... ?

    Dans un fracas chaotique assourdissant, le mur du fond explosa. Moitié soufflés par l'explosion, moitié projetés en arrière par nos réflexes de guerriers, nous nous retrouvâmes au sol, planqués derrière le lit.

    Le Mandalo : Je ne sais pas qui a déposé ce contrat sur ta tête mais en tout cas, il n'a pas l'air d'avoir embauché des nouilles. Ces types sont assez perséverant, ça force l'admiration.

    :jf:
    -------------------------------------
    Édoras Konix Terrik
    Ex-Leader de la Guilde, retraité
    Pus d'vornskr ! Y a plus de p'tits profits !

    Ce message a été modifié par: Edoras le 15-12-2007 12:04

    jeudi 13 décembre 2007 - 21:40 Modification Admin Permalien

  • Avatar kateo

    kateo

    2684 Crédits

    Récupérer des informations d'un clan de mercenaires sans éveiller les soupçons était une tâche très difficile, surtout si ceux-ci dissimulaient leurs installation dans un village factice de paysans. La seule personne de mon groupe capable de s'intégrer dans cet univers en passant inaperçu était Jolee, il était jeune, paraissait naïf et était humain. Suivant mes recommandations, il avait réussi à se faire passer pour un jeune gamin perdu, immigré de Dantoïne.

    Laurent et moi attendions dans la navette que j'avais dissimulé dans la grange d'un des paysans victimes de cette extorsion de fonds. Mon ami chevalier nous avait rejoint dans la capitale alors que nous étions revenus chercher des vivres pour l'expédition. Je sentais que cette léthargie forcée ne lui plaisait pas du tout. Mon élève nous faisait des rapports quotidiens, ce qui me permettait de compléter les pièces manquantes du puzzle fourni par le gouvernement.

    Nous savions maintenant que la personne qui administrait la communauté se nommait Meh'l Thrum'r, il possédait une grande maison au centre du village, fortement - mais discrètement - protégée, lui servant à la fois de logement et de salle commune de discussion, une sorte d'hôtel de ville. Jolee était aussi parvenu à estimer les effectifs du village, selon ses dires, il comptait vingt-trois femmes, quatorze enfants et trente-six hommes. Le fait le plus troublant selon lui était qu'il n'y avait aucune personne agée et que la majorité des enfants étaient mâles. Je compris donc la raison de son intégration si aisée, ils favorisent les garçons et conservent un minimum de filles pour la reproduction.

    Voilà trois semaines que Jolee est parti, à 16h00, heure galactique, il me contacta.

    Jolee - par comlink : Bonjour Maître. J'ai une nouvelle très importante, un groupe d'hommes est revenu ce matin en possession de bien de valeur, surement volés. Ils ont entreposé leur butin dans la maison de Thrum'r.
    Moi : Très bien Jolee. Autre chose?
    Jolee : Oui, j'ai entendu dire que la livraison serait pour bientôt, je ne sais pas très bien de quoi ils parlaient mais je crois que...
    Moi : Jolee?!?
    Jolee - chuchotant : Je crois avoir entendu un bruit, je vais devoir...
    Voix dans l'appareil : Sale vaurien! Tu n'es qu'un espion.

    Un bruit de chute suivit cette phrase puis la communication fut interrompue.

    Moi : Laurent! Nous devons partir, cette nuit!
    Laurent : Que se passe t'il Kateo?
    Moi : Ils ont découvert le poteau rose, Jolee est leur prisonnier, ou pire encore...
    -------------------------------------
    Maître de Jolee
    Ex-Padawan d'Unduli
    "La nature est un professeur universel et sûr pour celui qui l'observe."

    Ce message a été modifié par: kateo le 14-12-2007 11:57

    vendredi 14 décembre 2007 - 11:57 Modification Admin Permalien

  • Avatar Aynor

    Aynor

    9445 Crédits

    Ils se croisent et s'entrecroisent, laissant derrière eux des traînées lumineuses alors que la nuit tombe peu à peu sur cette face de la planète. Des milliers d'airspeeder venant et allant en tout sens avec frénésie. Suivant la descente de l'un d'entre eux, mon regard plonge dans les niveaux inférieurs de la cité. Là, dans les bas fonds de Coruscant, je ressens les présences diffuses de nos amis. Que la Force les garde.

    La pression de deux mains sur mes hanches me fait pivoter la tête de quelques degrés. Suffisamment pour que nos lèvres se rencontrent dans l'indifférence des autres passants. Nous continuons notre marche dans ce secteur englobant le Sénat. La foule y est encore dense à cette de la journée qui pourtant se finit.

    Jadden –
    J'aimerais bien demander quelques petites explications à notre « ami » le sénateur Konix.
    Aynor – Le temps des explications viendra.

    Je caressais machinalement mon tchin tout en continuant de réfléchir.
    Puis nos regard se tournèrent vers un des écrans géants retransmettant en direct les dernières informations de l'holonet. Une succession d'images et des informations défilant sur un bandeau en bas de l'écran. Je lus attentivement les informations qui ...

    Aynor – Jadden, regarde.

    Je lui indiquai du doigt l'écran de retransmission.

    Jadden – Qu'est-ce que ... les imbéciles !!
    Aynor – Calme toi. Rentrons, il se fait tard.

    La foule ne prête pas attention à deux passants dont le visage est dissimulé. Pas plus qu'ils ne prêtent une grande attention aux images diffusées. Celles d'une banale cantina où un massacre avait été perpétré. Un simple crime, n'eut été le suspect dont le journaliste soulignait que la description des témoins s'accordaient à dire qu'il s'agissait d'un homme armé de sabre lasers ...

    -------------------------------------
    Maître de Stella et Ismama
    Ancien maître de Yota.
    Chevalier Jedi
    Responsable accueil des padawan.

    Ce message a été modifié par: Aynor le 15-12-2007 23:16

    samedi 15 décembre 2007 - 23:16 Modification Admin Permalien

  • Avatar Jolee

    Jolee

    558 Crédits

    Quelques heures plus tard… J’étais attaché sur un fauteuil, je ne pouvais bouger ni mes mains, ni mes pieds. Je venais de me réveiller. Je ne voyais personne aux alentour et je reconnu la maison du "chef" des paysans. Apparemment, il y avait une grande dispute dans la salle d’à côté mais je ne parvenais pas à entendre clairement la conversation. Brusquement, une porte s’ouvrit derrière moi et ce ne fut pas un Galatien qui vint me voir mais un mercenaire.

    Mercenaire : Enfin réveillé petit morveux.
    Moi : Qu’est-ce que vous me voulez ? Relâchez-moi.
    Mercenaire : D’accord mais après que tu es répondu à mes questions.
    Moi : Bon… Eh bien dans ce cas, je sens que je vais rester longtemps attacher.
    Mercenaire : Je n’en suis pas si sur. Bon je commence, qui sont tes complices ?
    Moi : J’ai agi seul.
    Mercenaire : Ne te fout pas de moi.

    Il me gifla assez violemment et ma lèvre ensanglantée enfla. Puis, il sortit une vibro-lame. J’avais peur, certes, mais je ne voulais laisser paraître aucune émotion sur mon visage. Il reprit sa respiration et mit l’arme sous ma gorge.

    Mercenaire : Que tu sois un gosse ou pas, la mort est une chose qui frappe sans attendre.
    Voix : Cela suffit Gaïk’l.
    Gaïk’l , en se redressant: Oui pardon… Je n’aurais pas dû m’emporter.
    Voix : Oui en effet.

    La voix que j’entendais venait de derrière moi, elle avait un timbre assez aigu qui me laissait deviner que c’était une femme qui venait de parler. Elle s’avança et je vis que mes pensées étaient justes. Une charmante dame aux cheveux châtains s’avança vers l’homme et pointa un blaster vers ce dernier. Une fraction de seconde plus tard, il était à terre, mort. La femme se retourna vers moi et me sourit que je ne lui rendit pas. Elle fit signe de main pour dire aux mercenaires qui était dans la pièce de s’en aller.

    Femme : Bonsoir, jeune homme. Excuse mon ami, il ne sait pas se contrôler.
    Moi, en regardant le corps inerte : C’est sur qu’il ne pourra jamais plus essayer de se contrôler à présent.
    Femme, avec un rire aigu et glacé : Oui, je suis impatiente parfois.

    Je commençais à perdre espoir car je pensais que mon Maître allait venir me chercher mais d’après ce que je voyais il faisait déjà nuit et je n’avais pas eu de signe de lui. Ce fut la femme qui m’interrogea sur mes compagnons mais ma réponse était toujours la même, néanmoins, cette dernière ne me frappai pas, elle me disait que j’étais drôle ce qui avait pour but de m’énerver.
    Mais au bout d’une heure d’interrogation sans nouvelles informations elle appela un de ses hommes et lui dit ses mots terribles :

    Femme : Tue-le.
    Mercenaire (2) : Oui maîtresse.

    Elle repartit en claquant si violemment la porte que le mercenaire lui-même sursauta. Il me regarda avec colère puis il me sourit, chose que je trouvais bizarre. Il me détacha et me tendit la main pour m’aider à me lever. Puis, il ouvrit la fenêtre et me fit sauter. Quelqu’un me rattrapa… C’était mon Maître.

    Kateo : Content de te revoir jeune padawan.
    Moi, avec une pointe d’ironie : Vous auriez du prendre plus de temps.
    Kateo : C’est ce que j’ai pensé au début mais bon… Je t’aime trop…^^

    Malgré ces paroles, j’étais tout de même content de sauvetage tardif. Puis j’entendis un éclat de verre et je voyais le mercenaire qui m’avait sauvé, en train de briser la vitre pour sauter à son tour. Je reconnus Laurent, un chevalier Jedi, que j’avais rencontré pendant cette mission, puis il dit, la respiration, haletante :

    Laurent : Bon Kateo… On est repéré.
    Kateo : Aie… Bon Jolee, pars devant et prends le véhicule rejoins dès que tu peux.
    Moi : Bien Maître.

    Je tournai les talons mais mon Maître m’interpela aussitôt. Je me retournai.

    Kateo : Tu as l’autorisation de tuer…

    Après ces paroles déconcertantes, je me dirigeais vers la sortie du petit village. Mais j’entendais quelques pas derrière moi, sans doute les mercenaires. J’entendais aussi les sabres lasers fouettaient l’air et les corps, c’était un signe d’espoir pour moi. D’un coup, je me retournai, et avec la Force, je repoussai mes ennemis d’un geste de la main… Ceux-ci tombèrent en grognant et je repris ma course. Le landspeeder était toujours à la même place. Je le démarrai et fonçai vers l’endroit où mon Maître et Laurent combattaient en heurtant quelques individus au passage. Arrivé devant mes compagnons, je m’arrêtai brusquement, ils effectuèrent tous les deux un saut de Force et atterrir dans le vaisseau. Nous fuîmes…
    Plus tard…

    Kateo : Bon il faut trouver un autre moyen de savoir ce qu’ils trafiquent.
    Moi : Maître…
    Kateo : Oui ??
    Moi : Si ça vous intéresse, j’ai placé un mouchard sur leur chef… Enfin je crois que c’était elle. Je l’ai fait avec l’aide de la Force.
    Laurent : Génial petit padawan.

    dimanche 16 décembre 2007 - 19:02 Modification Admin Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Evénements

Star Wars Episode IX

18 déc. 2019

Star Wars IX

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide