Le Temple Jedi 6 (page 57)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    27079 Crédits

    Cela faisait plusieurs minutes que cette porte ne s’était pas ouverte, de trop longues minutes.
    Son esprit, à défaut de sa vue, restait fixé sur elle, ne prêtant qu’une attention distraite à ce qui se passait autour d’elle.
    Elle n’aimait pas ça.
    Que cela lui plaisait ou non, huit années passées à côtoyer cette gosse et la voir grandir laissaient des traces et elle en savait suffisamment pour deviner les propos échangés derrière cette cloison qui la séparait d’elle.

    Sa main se crispa de nouveau tout contre le fauteuil dans lequel elle était assise.
    Elle se redressa et se leva.
    Wes s’abstint de tout commentaire. Elle n’en fit pas non plus : elle ne doutait pas qu’il savait ce qui la préoccupait. Elle avait déjà vécu cette scène plus d’une fois, parfois à ses côtés, mais la gamine n’était pas la même.

    Wes : Tout droit, en ligne droite.

    Elle le remercia un discret signe de sa main gauche tandis qu’elle entendait la voix de Mara se défocaliser de sa discussion avec Cole vers elle.

    Mara : Où est-ce que tu vas ?
    Ange : T’occupe. Je ne peux franchement pas aller bien loin.

    Elle n’insista pas et en fut soulagée.
    Ange entama ainsi son avancée, les mains légèrement portées vers l’avant, se prémunissant d’une rencontre non-désirée. Cette situation, d’un ridicule, commençait à mettre ses nerfs plus à vifs à mesure où le temps passait, n’ayant pas franchement vu une amélioration significative de cette brume opaque.
    Elle tâtonna quelques instants à la recherche du mécanisme, l’actionna et fit le nombre de pas nécessaires pour engager la fermeture automatique.
    Alors elle entendit une faible respiration saccadée à une distance proche mais tenue.
    Elle imagina la Twi’lek assise sur le sol ou dans un état tout aussi prostrée.

    Ange, ne sachant trop comment entamer la conversation : Il a été con à quel point ?
    Kinsa : Je... À un point inimaginable... Il a dit des choses...

    Elle n’avait pas tellement besoin d’en dire plus. L’entrevue qu’ils avaient eue avec l’ancien Jedi lui suffisait.

    Ange, après un temps : Tu sais.... La guerre, ça change les gens. Pas comme on le voudrait, pas comme on l'imaginerait. On ramasse les morceaux et, parfois, on en oublie... (Pensive.) et... il arrive qu'on en retrouve, sans trop savoir pourquoi.

    Son cœur se serra quelques instants.

    Kinsa : Je sais. J'ai vu des gens changés par la guerre... Mais pas au point de perdre son âme !
    Ange, soupirant : Si c'était aussi simple... Des choses horribles sont parfois commises au nom de la liberté et... on ne sait parfois pas comment... disons... continuer...
    Kinsa : Ça ne devrait pas m'atteindre... Je suis une Jedi... Et pourtant... Je suis pitoyable.
    Ange, avec un petit sourire : C'est si tu n'avais pas été atteinte qui n'aurait pas fait de toi un Jedi. Être Jedi, ce n'est pas aseptiser ses émotions, Fleur Bleue, c'est savoir les accepter et continuer.
    Kinsa, avec une esquisse de sourire : Tu as raison... Il faut que je sache continuer. Le problème, c'est que je ne sais pas comment, justement. Est-ce que je devrais oublier ce qu'il était avant ? Ou tu crois qu'il y a encore un espoir ?
    Ange : Tu trouveras comment continuer.

    Elle se tut à nouveau, songeant vaguement à sa propre existence.

    Ange : Garde tes souvenirs. Quand il y a plus rien, c'est tout ce qu'il nous reste... quant à l'espoir... il y en a toujours, même quand on y croit plus.
    Kinsa : Merci d'être là pour moi, Ange.
    Ange, vraiment mal à l'aise : Ouais, en fait pas trop non plus. Je ne voudrais pas que ça s'ébruite.
    Kinsa : Oui, sinon Ange Solo ne serait plus Ange Solo, n'est-ce pas ?
    Ange : C'est ça. (Avec un sourire.) J'ai une réputation à tenir.
    Kinsa : La réputation... Tu sais ce que veut dire dar'manda ?

    Elle répond avec un hochement de tête.

    Kinsa : Il m'a appelée comme ça.
    Ange, d'un air maladroitement nonchalant en faisant un signe du bras : Allez, viens par là.


    La jeune femme n’ajouta rien et se lova dans les bras de la Corellienne.

    Ange, en serrant Kinsa : Ça ira, ça passera. C'est aussi comme ça qu'on grandit. On m'a aussi affublé d'un tas de qualificatifs les uns tout aussi dégradants les uns que les autres (S’efforçant d’adopter un ton un peu plus joyeux.) Et je peux t'assurer que la plupart ne sont absolument pas justifiés.
    Kinsa : Ah, ça je te crois ! C'est le prix de la célébrité. (Elle sembla hésiter.) Tu n'en as jamais assez de tout le temps cacher tes bons côtés ?

    Solo inspira bruyamment.
    Elle n’avait pas envie d’avoir cette conversation.

    Ange, après un très long silence : Je ne vois pas de quoi tu parles.
    Kinsa : Tu es gentille, au fond. Pourtant, tu ne le montres pas souvent.
    Ange, se refermant : Là, tu commences à être désagréable.
    Kinsa : Désolée. J'ai le don pour tout gâcher...
    Ange, essayant de dédramatiser : Nan, ça, ça relève de mon domaine. Disons... J'ai pas envie d'en parler.
    Kinsa : Je comprends. Et si on revenait en salle de réunion ?
    Ange, mettant fin à l'étreinte : T'as raison. C'est assez suspect comme ça.

    La Twi’lek eut un petit rire et toutes deux firent le chemin inverse.


    Ce message a été modifié par AngeSolo le vendredi 07 avril 2017 - 16:50

    vendredi 07 avril 2017 - 16:14 Modification Admin Permalien

  • Avatar Ordo

    Ordo

    20178 Crédits Modo

    Grosse ambiance vers Tython - 4ème acte
    À bord du Rebel Spire - Hyperespace



    Trop de souvenirs ont été remués, Cera Ordo n'arrive plus à se concentrer sur ses senseurs, il décide d'aller étudier la cartographie de Tython. Il sort du cockpit passablement énervé après avoir chargé Ryff et Jayla de prendre le relais au pilotage. Il tombe sur Kaarde, qui vient tout juste de croiser Kinsa.

    Cera - Maître Naberry...
    Kaarde - Maître Ordo.
    Cera d'un ton agacé - Ne m'appelez plus comme ça...

    Le Mandalorien avance, démarche autoritaire, Kaarde s'écarte poliment pour le laisser passer. Ceno entre alors dans une pièce adjacente au cockpit, la cabine du capitaine. Le Maître Jedi le suit et voit celui qui fut jadis un de ses élèves affairé sur une holo-carte. Il fait comme si tout allait bien mais Kaarde peut clairement sentir son trouble. Il entre dans la cabine.

    Kaarde - J'ai viens de voir passer Kinsa en larmes. Que lui as-tu dis pour la mettre dans cet état?
    Cera - Cela ne vous regarde pas.

    Le ton employé n'encourage pas à poursuivre sur le sujet, ni sur aucun autre. Kaarde sait pourtant que renouer un lien de confiance avec Cenovii, même s'il sait que cela va être difficile, peut s'avérer d'une importance cruciale pour l'avenir.

    Kaarde - Écoute, Ceno, je sais que tu n'as plus confiance en l'Ordre Jedi. Je te comprends.
    Cera se redressant sèchement - Vous pensez vraiment pouvoir me comprendre?
    Kaarde sincère - Je n'ose imaginé les épreuves que tu as du traversé, ni combien cela a dû être dur pour toi de perdre ton frère.
    Cera - . . . Épargnez-moi votre couplet de Jedi. . .  C'est cette trop grande compassion qui vous perdra. Qui a vous a déjà perdu.
    Kaarde - Pourtant nous sommes bel et bien là et nous sommes prêts à tout pour rétablir la paix dans la galaxie, quoi que tu en penses.

    Le cyber-Mando s'approche brusquement en levant un doigt accusateur.
     
    Cera - Mais combien sont morts?! Vous avez l'air d'avoir oublié ce qui s'est passé sur Rhomammool!
    Kaarde calmement, une pointe de tristesse dans la voix - Détrompe-toi... Pour nous, c'est comme si c'était hier.

    Le Mandalorien baisse son poing lentement. Il semble se détendre légèrement et reprends d'un ton plus grave après s'en être retourné vers son bureau.

    Cera - Peut-être, mais vous n'avez pas vécu cette guerre. Vous êtes restés cachés, pendant que je combattais avec des alliés improbables. L'Empereur Horn, Dark Spencer, le Général Gunnar... Ensemble, nous avons fait couler le sang Républicain... Nous avons assassiné des sénateurs... Fait sauter des ambassades... Massacré des légions entières...

    Des ondes négatives envahissent la pièce. Une soif de vengeance. Des échos à la sauvagerie du Cathar et des Mandaloriens. Des tirs, des explosions. Un champs de bataille. Des tourments. La mort... Partout la mort d'innombrables soldats et civils, en d'innombrables lieux. Une vision étouffante, très oppressante.

    Kaarde - . . .
    Cera - S'ils n'avaient pas été là, ainsi que bien d'autres, comme Thore qui a eu le courage d'engager Ver'mer à nos côtés malgré les risques encourus par les colonies, l'ennemi nous aurait terrassé et il n'y aurait plus rien à sauver aujourd'hui.
    Kaarde - . . . Nous devions attendre le bon moment. Maintenant vous pouvez aussi compter sur nous. Je sais que tes actions ne sont pas guidées que par le côté obscur, que tu cherches le bien de tous. Tu peux encore nous aider.
    Cera - Vous avez raison... Rien n'est différent de l'époque où je tuais pour le compte de l'Ordre Jedi. J'aurais dû le comprendre grâce au Père sur No'Erda: la voix du gardien est claire mais la voix du guerrier est obscure. Et je suis un guerrier, je suis le grand guerrier que je devais être, pas ce Chevalier pathétique qui a été bridé par les Jedi toute sa vie.
    Kaarde - Personne ne devient grand en faisant la guerre. Kinsa nous a raconté tes excès de violence lorsque tu étais le Sabre des Jedi... Tu sais que nous n'aurions jamais accepté cela... Et tes padawans t'ont couvert pendant tout ce temps... Cela a dû être terrible pour eux.
    Cera en serrant les poings - Je devais leur enseigner ce que vous ne pouvez pas leur enseigner, ce que vous refusez de leur enseigner car vous en avez peur. Quand j'ai compris que la Force n'était qu'un moyen de devenir plus puissant, une arme qu'on soumet à sa volonté, j'ai pu en exploiter tous les aspects. Elle nous rends plus forts et seuls les plus forts survivent et ont la possibilité de sauver ceux qui leur sont chers. Ces traitres, ces scélérats de Républicains l'ont appris à leur dépends.
    Kaarde abasourdi - Fais attention, ce sont là de dangereux raisonnements, sembables à la pensée sith.
    Cera stoïque - Non... Je n'ai rien à voir avec Spencer ou Vicious... Mais il est impossible de respecter le Code lorsqu'on est en première ligne. Votre philosophie a fait son temps. Vous n'avez pas votre place dans cette guerre si vous n'êtes pas prêts à faire des sacrifices. Cela implique parfois des victimes innocentes.
    Kaarde - Je te rappelle que pendant la Guerre du SEZ j’étais bien plus en danger qu’en première ligne, puisque j’étais carrément infiltré dans le camp ennemi, chez Baaaaaaal. Tu es bien placé pour savoir les sacrifices que cela m’a demandé, et pourtant j’ai continué de croire au Code jedi.
    Cera - . . . Cela vous honore. Mais voyez l'état de l'Ordre Jedi aujourd'hui. Vous êtes faibles, trop faibles pour contrer les menaces qui pèsent sur vous-mêmes. Alors pour ce qui est de la galaxie... Vous devriez laisser les personnes compétentes s'occuper de cette guerre et aller vous réfugier sur Ach'To.

    Les mots sont accablants. Bien qu'il connaisse ses origines qui l'ont toujours poussé à l'action, que Ceno ait pu devenir aussi absolu et extrême dans sa façon de penser dépasse l'entendement du maitre Jedi. Il se rend compte à quel point le côté obscur peut corrompre et transformer les gens. Cela dit, quelque chose l'interpelle, c'est l'occasion de s'informer d'avantage sur la situation actuelle.

    Kaarde - Gunnar approuve ces méthodes?
    Cera - . . . Il cible les objectifs. Les dégâts collatéraux n'ont que peu d'importance, tant que le résultat est là. Le Général est pragmatique, intelligent, efficace. Il a démontré qu'il était fiable, plus fiable que vous.
    Kaarde occultant la dernière attaque - Mais comment fait-il pour gérer Spencer?
    Cera - Il lui donne son goûter régulièrement... Si vous voyez ce que je veux dire.
    Kaarde - J'ai bien peur que oui...
    Cera - Des personnes ciblées... Généralement importantes. Son duo avec Shae Vizla s'est avéré infaillible pour ce genre de mission.
    Kaarde - Je l'ai vu sur la Main Ecarlate. On en a donc pas encore terminé avec les Undeads.
    Cera pensif - Non... Je m'interroge parfois... Ils ont disparus après le début du conflit et l'apparition des Shaax... Spencer nie connaitre leur position malgré le fait qu'il entretienne une relation étrange avec l'un d'entre eux. On a rien pu en tirer... Peut-être qu'ils se cachent en attendant leur heure, comme vous l'avez fait... Tout ce qu'on sait c'est que la dague de Mortis a disparu avec les jedi de Hapès et que c'est sûrement Sovereign qui la détient.
    Kaarde - Ce nom. Tu as accepté l'idée que ce Sovereign existe?
    Cera - Sovereign... Vicious... Le Courtier de l'Ombre... Impossible de mettre la main sur eux, malgré nos nombreux réseaux d'espions. Mais ils existent... En tous cas le Général en est persuadé et cela suffit à bon nombre d'entre nous.
    Kaarde - D'autres Jedi ont été retrouvés? Je veux dire, à part Maître Yota et Maître Marr.
    Cera - Très peu... J'ai rencontré Jadden Korr, mais il n'a pas voulu me suivre. Même chose pour Kateo et Unduli. Et avant que vous ne demandiez... Phoenix a été épargnée.

    Kaarde éprouve un soulagement et prends de précieuses notes. Le point de vue de Ceno qui semble bien au fait de la situation, apporte son lot d'informations. Toutefois l'ennemi reste encore très mystérieux  même après vingt ans de combat. Pendant un instant, il a semblé que les deux forceux s'étaient retrouvé au temps où ils recoupaient leurs informations lors de missions pour la République, sous l'ère de Mahan. Une époque révolue...

    Kaarde après une pause - Je te remercie.

    Aucune réponse. L'homme en armure se focalise à nouveau sur sa carte. Le Jedi se retire sobrement. Avant de sortir il se retourne vers le cyborg une dernière fois.

    Kaarde - J'espère qu'un jour, tu nous referas confiance.

    Puis il quitte la pièce, laissant Cera à sa solitude.

    samedi 08 avril 2017 - 19:03 Modification Admin Permalien

  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    15574 Crédits

    L’effroyable cri strident venait de dessous le Temple, c’est-à-dire au niveau inférieur où se trouve l’antichambre. Dans laquelle sont sûrement, l’heure qui l’est, mon ex-mentor, mon camarade zabrak et un autre membre du Conseil. Bon sang, quelle idée de s’être séparé en fin de compte.
    Je décide de changer de direction et je vais en arrière pour aller descendre les escaliers. Reyn a rengainé le sabre court que R1 et me suit avec le droïde astromech. Nous nous trouvons devant les premières marches et je m’apprête à les descendre… lorsque je m’arrête avant même de pouvoir poser un pied. Je suis soudainement pris de vertiges et je recule sous l’effet désorientant dans ma tête. Malheureusement, je ne suis pas le seul car je m’aperçois que Reyn commence aussi à tourner de l’œil. Je me précipite pour la rattraper, malgré mon état, avant qu’elle ne touche le sol. R1 m’aide à la porter et nous retournons dans le couloir, affaiblis par ces vertiges apparus à l’instant.

    Il me fallu patienter, assis contre le mur, pour que je reprenne tous mes sens et que je puisse me lever sans fléchir à un quelconque moment. Une fois redressé, je m’approche de la balustrade en pierre du couloir, donnant sur le centre vide du bâtiment. Le regard plongeant.

    Moi : - Décidément, le côté sombre présent dans le Temple s’acharne contre nous. Les autres sont coincés en bas avec un ou des « shaax » et je ne peux même pas venir les aider. (Je me tourne vers R1 et Reyn, le dos contre la balustrade.) On va devoir continuer jusqu’en haut et terminer notre objectif.

    Reyn, revenue à elle, hoche affirmativement de la tête et la penche sur son épaule gauche comme la poser joue contre le mur lisse. C’est alors que son expression triste due à la fatigue se change en surprise et elle se lève sur ses jambes sans quitter le fond du couloir des yeux. Je suis étonné par son geste et je regarde dans la direction, avant d’avoir un hoquet de surprise. Une personne devant nous se tient de dos et à quelques mètres, dans une armure bleue et noire et deux lekkus ornant sa tête. Reyn commence aussitôt à sourire.

    Reyn (télépathie) : - Kinsa !

    Je plaque mon bras gauche contre elle au moment où elle s’élance vers la personne. Reyn ne comprend pas ce que je fais mais je ne prête pas attention à son visage interrogatif. Je sonde la Force, en espérant ne pas être altéré par l’aura négative ambiante, et je sens une aura semblable à celle de mon amie. En tout cas, ce qui est devant moi existe. Je m’approche tout en demandant à Reyn de ne pas bouger puis je m’arrête à deux mètres de la pseudo-Kinsa. Elle n’a pas une seule fois bougée.

    Moi : - Désolé de t’annoncer que je ne tombe pas dans le panneau. Tu veux me faire croire que ma camarade twi’lek mando est là alors qu’elle est à l’autre bout de la galaxie. T’es grillé, imposteur.

    Il a fallu un fragment de seconde pour la personne se retourne et dévoile un visage d’Ombre, en criant sa colère. Reyn prend peur sur le coup et recule en hurlant. D’une pensée, je dégaine mon sabre et l’allume en attaquant l’Ombre redevenue elle-même. Elle pare ma lame avec la sienne de couleur noire mais je fais un arc de cercle en arrière pour frapper par-dessous l’Ombre. Le Codex attaché à mon cou m’apporte son aide et son énergie positive canalisée dans ma lame foudroie mon adversaire, qui se désintègre dans une explosion de particules. L’obstacle est vaincu. Je me tourne vers mes partenaires.

    Moi : - Bon, allons-y. Avançons pour en finir avec ces Ombres.
    Reyn : - Galen, qu’est-ce que tu penses trouver une fois tout là-haut ?
    Moi : - C’est difficile à dire, Reyn. On verra une fois sur place.

    Nous continuons de marcher dans les couloirs du second étage, inspectant les salles pour vérifier si d’autres Ombres se cachent pour nous attaquer. Ou bien pour dénicher ce qui fait émaner l’aura négative. Je constate que les salles sont vides, les unes après les autres, et nous nous rendons à l’escalier menant à l’étage supérieur. La montée se déroule sans problème et nous arrivons enfin au troisième étage. Nous nous arrêtons un moment pour souffler, temps durant lequel R1 m’interpelle après avoir sondé le Temple avec ses capteurs.

    R1 : - Rwwwiouh rwwiouh !
    Moi : - Qui y-a-t’il, R1 ?
    R1 : - Bwwiouh rwwiouh.
    Moi : - Tu captes le signal d’un autre vaisseau que le notre ? Qui se trouve dans le Temple ?
    Reyn : - Comment est-ce possible ?
    Moi : - Je t’avoue, Reyn, que je ne sais pas. Existe-t-il peut-être un hangar que je ne connais pas.

    Nous reprenons notre avancée, nos sabres et gadgets prêts à riposter. Nous longeons tout le couloir pour arriver devant l’unique salle de cet étage : une salle de méditation collective, vide et silencieuse. Ma lampe frontale éclaire un peu la salle pour dénicher quelque chose mais il n’y a rien. Pour l’instant. Car au moment où je pose un second pas dans la salle, une dizaine d’Ombres corrompues armées de leur sabre noir apparaissent. Elles ont l’air toutes aussi dangereuses que les précédentes et j’estime en bon Jedi que, nous trois réunis, nous ne pouvons pas toutes les affronter.
    Je décide alors de prendre le Codex en main et de le tendre devant les Ombres. Je me concentre, puisant dans ma connexion à la Force et le mystique grand holocron se met à luire d’une intense lumière blanche. Les Ombres, aveuglées, semblent se tordre de douleur sous l’intensité de cette lumière. C’est comme avec le sabre de Mirax. Reyn profite de la faiblesse des Ombres, pour en frapper courageusement deux ou trois avec son sabre court. Celles-ci ne peuvent pas riposter et disparaissent en explosant d’un coup. Je me rue sur trois autres qui subissent le même sort. Quant aux quatre dernières, elles s’enfuient vers passant par le plafond. Nous sommes victorieux de notre combat ; je rattache le Codex à mon cou puis félicite Reyn pour son courage. Nous continuons vers le dernier escalier.

    Et cette fois, cet escalier n’est pas comme les autres car il est collé au mur nord et il donne sur le dôme du Temple. Nous grimpons les marches de l’escalier et nous sentons peu à peu l’aura négative s’intensifier. Nous approchons de notre but ; je ressens à nouveau de légers vertiges mais les estompe par ma volonté et ma détermination d’avancer. Nous arrivons enfin tous les trois au dernier étage, celui de la chambre du Conseil : une salle circulaire entourée d’un unique couloir en cercle infini. D’ailleurs, la porte double de la salle est devant nous, faite dans la même roche que le bâtiment et orné de deux représentations de Jedi.
    J’inspire et expire pour approfondir ma sérénité et ma clairvoyance.

    Moi : - Bien, le moment est venu. Reyn, R1, vous êtes parés pour l’ultime affrontement ?
    Reyn : - J’ai encore un peu peur mais je vais me battre quand même.
    R1 : - Rwwoui bwwoui.
    Moi : - Parfait. Prenez garde tout de même à ce qui attend dans cette chambre. Soit il s’agit d’un objet soit il s’agit d’une personne. Soit les deux.

    Je m’avance le premier vers les portes et posent mes mains dessus. Mes doigts effleurent la pierre et une étrange sensation électrique me parcourut le corps, semblable à celle qui arrive au summum de la terreur. Une sensation qui me semble connaître. Serait-ce possible que quelque chose que j’ai déjà vu ou rencontré se trouve dans la chambre ? Je décide de pousser les portes pour le découvrir.
    La salle circulaire de la chambre s’ouvre enfin à nous, laissant se déverser une vague d’ondes de Force sur nous. Le cercle de sièges est intact, chacun ayant gardé sa forme et sa taille d’origine, et je remarque aussitôt ce qui est l’origine de l’aura de noirceur dans le Temple.
    Assis dans le siège du fond devant nous, celui destiné au Grand Maître, se tient une personne habillée d’un grand manteau noir plus sombre que l’obscurité ambiante et renforcé d'un gorgerin rouge-pourpre qui drape ses épaules ; la capuche ronde et du même rouge est baissée sur sa tête et je n’arrive pas à distinguer la forme de son visage, ni la couleur de ses mains. Je me rends compte alors que tout son corps est d'un noir absolu, comme pour ne pas laisser transparaître une seule couleur. C’est alors que je le vois relever la tête sous sa capuche, son visage aussi caché par une peau profondément noir. Le noir du néant. Et ses yeux… ses yeux reptiliens et injectés de sang sont rouges-dorés comme le feu, une forte aura de malice émanant d’eux. C’est comme ça que je me souviens alors de cette sensation à l’instant. Une présence familière remontant à ma période de padawan sous tutelle secondaire, de mon exil et de ma confrontation avec le seigneur Sith élomin.
    L'être sombre trônant devant moi est une éminence sombre de mon passé. Et son nom est...

    Spectre noir (voix sardonique d'outre-tombe) : - Bien le bonjour, Galen Arek.
    Moi : - ENDERLORD !

    Ce message a été modifié par galen-starkyler le mardi 10 mai 2022 - 17:29

    dimanche 09 avril 2017 - 08:44 Modification Admin Permalien

  • Avatar baaaaaaal

    baaaaaaal

    8033 Crédits

    Maudit Kaarde !
    Maudits Jedi ! Toujours à me pourrir la vie !  Je ne peux pas me permettre d’approcher Zonama Sekot, sans quoi l’esprit vivant de la planète me démasquera à coup sûr et détruira ma couverture de Général Gunnar. Cela fait vingt ans que j’évite soigneusement d’approcher Sekot, et voilà que ce satané Maître Jedi m’y contraint ! Bon sang !
    Et la flotte de cette traînée de Maléfica, d’où la sortent-ils ?! Je flaire un coup de ma fille Tyria là-dessous. Elle seule aurait pu savoir, mais elle semble étrangement absente de l’entourage de Kaarde.
    Pourtant il faut que je compose avec cette contrainte, que j’obtempère. Je ne battrai pas Sovereign sans l’aide des Jedi, mais Sekot n’ayant pas gardé un beau souvenir de notre première rencontre je crains que la lutte s’arrête prématurément pour moi.
    Finalement l’émotion des retrouvailles avec Ange aura été de courte durée. L’approcher à nouveau a perturbé ma concentration pendant tout notre entretien. Si la Force n’avait pas été aussi perturbée les autres Jedi auraient sans doute pu déceler ma présence. Je tâcherai d’être plus prudent à l’avenir, surtout lorsque la Force sera restaurée.
    Pour l’heure je dois reprendre mes esprits. Avec le retour inespéré des Jedi, Sovereign va trembler, l’ingérence du Courtier de l’Ombre en est un premier signe. La lutte va reprendre, plus violente qu’elle ne l’a jamais été ces vingt dernières années…



    Baaaaaaal était perdu dans ses pensées, songeur, plus frustré qu’il aurait dû alors que l’apparition d’Ange et des Jedi aurait dû être un motif d’espoir. Pour l’heure il ne devait plus penser à eux. En tant que général Gunnar il avait fort à faire : gérer la situation sur Scarif et surtout préparer la destruction du blocus de Zonama Sekot.
    Le groupe de Jedi parti, seul demeura le Commandeur Sakanga sur l’holo miniature de la table tactique.

    Sakanga. - Sssi vous le permettez, Général, je vais me retirer et commenssser à réunir l’intégralité des forssssses libres Yuuzhan Vong. Nous ssssserons tousss avec vous !
    Baaaaaaal. - C’est cela, Commandeur, attendez mon signal. Je ne vous retiens pas.

    Avec une petite force de croiseurs, l’aide de Dark Spencer et un vaisseau de l’acabit de la Main Écarlate libérer la planète des Yuuzhan Vong n’était pas un défi en soi. Non, l’ex-maître Sith était inquiété par autre chose : Sekot.
    Avec un réel effort de volonté Baaaaaaal contacta sur comlink le cathar qui fut autrefois son apprenti.

    Baaaaaaal. - Seigneur Spencer, je vais avoir une nouvelle mission périlleuse à vous confier, à vous et à Shae. J’espère que l’idée de prendre à deux le contrôle d’un croiseur Interdicteur ne vous effraie pas.
    Spencer (comlink). - Gnéhéhé, ce sera un plaisir, Général !
    Baaaaaaal. - Je n’en attendais pas moins de vous. Général Gunnar, terminé.

    À peine eut-il débranché le comlink que Baaaaaaal bondit de son fauteuil. Ne venait-il pas d’entendre un bruit ? Ici, dans ces quartiers qu’il occupait seul ? Ou avait-il retrouvé certains réflexes face au danger avec la Force ?

    Baaaaaaal. - Qui oses ?

    De nombreux assassins à la solde de Sovereign avaient déjà tenté d’infiltrer la Main Écarlate pour l’atteindre. Pas un n’avait réussi à approcher ses quartiers privés jusqu’à aujourd’hui.
    L’ancien Seigneur Noir étendit ses perceptions. Avec effort il trouva l’opportun, le saisit avec la Force et l’attira à lui… à travers une cloison au sol.
    Dans un grand fracas de métal l’individu, une miraluka, arriva dans la salle tactique, et Baaaaaaal constata avec surprise qu’il ne s’agissait pas d’un des assassins habituels.

    Baaaaaaal. - Tiens tiens, alors un Jedi a bel et bien perçu ma présence pendant que j’étais déconcentré par Ange… Oraclem, c’est ça ?

    Il s’agissait bel et bien du Jedi que Cera venait de libérer sur Scarif avec Yota Gin. Sans doute ses sens augmentés de miraluka l’avaient-ils aidé à sentir la présence de Baaaaaaal malgré l’état de la Force. Il tremblait de peur.

    Oraclem. - Ba… Baaa...
    Baaaaaaal. - Oui, Baaaaaaal, le seul, l’unique, se trouve en face de toi, petite Jedi ! Tu es aveugle ?
    Oraclem. - J’avais vu juste… je n’osais le croire, mais… vous êtes toujours en vie ! Le Général Gunnar est une supercherie, un piège !
    Baaaaaaal. - Une supercherie à laquelle Sovereign devra sa perte, du moins tant qu’elle durera. Tu aurais mieux fait de partir sur Tython avec tes amis. À présent ton existence m’embarrasse.
    Oraclem. - Je n’ai malheureusement pas fait part de mes soupçons aux autres, je voulais d’abord vérifier… Mais lorsque vous m’aurez supprimé ils s’inquiéteront de ma disparition ! Ils sauront que vous êtes encore en vie ! Mon sacrifice trahira votre secret !
    Baaaaaaal. - Que c’est mignon… Je ne doute pas qu’ils seront très touchés, lorsqu’ils apprendront que tu t’es sacrifiée pour protéger le Général Gunnar en te jetant dans le vide avec un assassin infiltré. En fait cette nouvelle pourrait même augmenter mon crédit auprès de Kaarde.
    Oraclem. - NON !

    Baaaaaaal avait perdu l’habitude d’affronter des Jedi et légèrement baissé sa garde, aussi fut-il surpris par la brusque attaque de Force d’Oraclem qui l’envoya valdinguer contre sa table tactique. Le temps que le Sith se relève la Jedi brandissait un sabre laser et l’attaquait avec l’énergie du désespoir.
    Il esquiva la première attaque d’un simple pas sur le côté, puis la suivante en se baissant. Puis une autre. Et encore une autre.

    Oraclem (s’épuisant inutilement). - Je ne peux… te laisser vivre… après tous ce que tu nous as fait, sale Sith !… Lorsque tu trahiras Kaarde, Ceno, et les autres… ils ne s’en remettrons pas… je ne peux pas laisser ça arriver !… Tant de Jedi sont morts… et toi, tu vis encore… C’’est tellement injuste !!!

    La Jedi se lança dans une dernière charge héroïque. Baaaaaaal marcha tranquillement à sa rencontre, attira à lui son propre sabre laser, dont il se servait si peu depuis vingt ans, et n’eut qu’à l’allumer en effectuant un balayage vertical vers le haut.
    Deux moitiés symétriques de Jedi emportées par leur élan le frôlèrent et tombèrent derrière lui.

    Baaaaaaal. - Je me dis la même chose depuis que Mirax est partie.

    Il considéra un instant sans aucune compassion les deux parties du cadavre d’Oraclem qu’il allait bientôt jeter dans l’espace et hésita longtemps avant d’éteindre enfin son sabre. Pendant une minute il avait cessé d’être Gunnar, était redevenu Baaaaaaal, et cela lui avait fait du bien.
    Un appel de Roujonma Kaarr finit par le tirer de sa rêverie.

    Kaarr (comlink). - Général. L’Empereur Horn est arrivé à bord. Il souhaite vous parler.
    Baaaaaaal. - Bien. Dis à Waren que le Général Gunnar est prêt à le recevoir.


    Salut à tous les fans de symétrie !


    Ce message a été modifié par baaaaaaal le lundi 10 avril 2017 - 21:40

    dimanche 09 avril 2017 - 19:08 Modification Admin Permalien

  • Avatar Dark-Spencer

    Dark-Spencer

    2500 Crédits

    Dark Spencer et Shae Vizla sont attablés dans la cuisine de leurs quartiers, ils dînent en silence comme à leur habitude, mais le cathar semble soucieux, la mine fermée, le regard dans le vide, il est plongé dans ses pensées.

    Shae – Qu'est-ce qui ne va pas ?
    Spencer – Hum.. . Non, rien... enfin...

    Shae pose ses couverts, se rapproche du sith et lui caresse la barbe.


    Shae – je devine ce qui te tracasse, moi aussi j'y pense tu sais... Mais c'était le meilleur choix.
    Spencer – Tu dis ça comme si ça t'étais complètement égale ! Grr ça n'm'étonne pas, tu es morte ! Tu n'as pas de cœur !

    Il détourne la tête pour ne plus que Shae le touche.

    Shae – Tu peux parler ! Tu es cruel...

    La mandalorienne pousse son assiette devant elle, se lève et va s'enfermer dans la chambre. Dark Spencer pousse son assiette à son tour et va s'affaler dans le canapé quand soudain un appel sur le comlink viens traverser cette pesante atmosphère ; c'est le général Gunnar qui rentre en contact afin de proposer une nouvelle mission au couple d'assassin. Spencer retrouve le sourire, un peu d'action arrive à point nommé pour lui changer les idées.
    Il prévient Shae et partent sur le champs à bord de leur Intercepteur furtif sith. Durant le trajet ils examinent les informations transmises par Gunnar et échafaudent un sommaire plan d'attaque.
    Les deux acolytes doivent aider à faire sauter le blocus de Zonama Sekot en utilisant l'une de ses principales forces, l'un des Interdicteurs républicains, probablement subtilisés à l'Empire.

    Le vaisseau sith va bientôt sortir d'hyper espace et l'ambiance est revenue à la normale entre ses occupants, comme si leur dernière scène de ménage n'avait pas eu lieu.
    Ce trait de caractère est un atout pour ce couple insolite, en effet, bien que leur relation est dépassée le stade de l’ambiguïté, quoi qu'il arrive entre eux cela n'affecte jamais leurs missions. Ces deux-là sont des pros dans leur domaine et une complémentarité aiguisée bonifie une hiérarchie dés le début imposée.


    Leur plan est simple et pour ainsi dire relativement habituel : grâce à leur Intercepteur furtif ils vont s'infiltrer à bord de la cible, puis ils vont aller jusqu'à la passerelle de commandement en exécutant tout ce qui bouge sur leur passage.
    Une fois qu'ils auront pris le contrôle du bâtiment, il sera bien temps de savoir quoi en faire.


    Comme prévu ils accostent à bord de l'Interdicteur sans éveiller les soupçons, du moins c'est ce qu'ils croyaient ; dans le hangar d'amarrage sont postés deux garnisons de soldats et quelques droïdes de combat, prêts à les accueillir, armes en joue.
    L'Interdicteur lance un appel :


    Voix – Ici l'Amiral Remuf de la flotte républicaine ; vous avez pénétré sur le Veltraa sans autorisation. Veuillez vous identifiez ou nous ouvrons le feu.
    Spencer – Salut amiral, ici Dark Spencer de la coalition. Votre blocus illégitime est une offense et doit cesser immédiatement. Le général Gunnar m'a missionné afin de rétablir l'ordre, donc vous avez le choix, faites nous gagner du temps et capitulez, sinon faites moi plaisir et tentez de résister. De toute manière l'issue sera la même, le Veltraa est à moi !
    Remuf – Vos propos reflètent votre folie. Au nom de la République je vous arrêtes, sortez les mains en l'air !
    Spencer – GnnAHAHAH !! J'arrive amiral, à tout d'suite.

    Ce message a été modifié par Dark-Spencer le lundi 10 avril 2017 - 23:23

    lundi 10 avril 2017 - 15:26 Modification Admin Permalien

  • PSW
  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6493 Crédits

    Les 6 monstres hurlèrent.
    Mais Aynor ne les regardait pas.
    Elle regardait ses pieds.
    Alors que les monstres se turent enfin, et ce malgré l’intense mal de crane créé par le son strident de ces bestioles dans cette pièce énorme et scellée, Aynor fit signe a Jorus de l’imiter.
    Aynor : Jorus, la, regarde…
    Jorus : Je doute que ce soit le moment d’apprécier la décoration la…
    Aynor : Crois-moi, y’a pas meilleur moment.
    Jorus baisse les yeux et comprend.
    La stèle au centre de la pièce était gravée d’une fresque semblant représenter des utilisateurs de la Force méditant. Mais la représentation semblait montrer que la stèle elle-même était plus élevée. Comme si…
    Jorus : Compris!
    Il se met en position de méditation immédiatement.
    Aynor l’imite.
    Aynor : Weedge, méditation.
    Le clone résiste un instant, mais le ton insistant et appuyé de son mentor le pousse a obtempérer.
    Tout trois focalisent leurs efforts sur le Sabre de Mirax, leur lien vers le côté lumineux de la Force. Si la concentration des Maitre est parfaite, celle de Weedge est inefficace. Il est trop concentré sur les monstres, et a perdu avec sa longue solitude la capacité de vider son esprit.
    Alors que les monstres approchent, prêt à se repaître de leur proie, la stèle s’élève, mettant le trio hors de portée des monstres.
    Reste à savoir si le trio allait pouvoir tenir assez longtemps pour que les renforts arrivent ou que les bêtes abandonnent…

    mercredi 12 avril 2017 - 02:50 Modification Admin Permalien

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    2337 Crédits

    Espace – A bord du Rebel Spire, le vaisseau de Cera Ordo

       Cole, de but en blanc - Sinon, votre armure, elle fait aussi barbecue ?

       Mais qu’est-ce qu’il lui avait pris de sortir un truc pareil ?
       Il avait senti la tension grimper entre le Mandalorien et l’éternelle Guildeuse. Le Sith, en dépit de la chaleur de ses paroles, conservait le contrôle de lui-même. Mais son champ était si chargé de colère qu’il semblait au   Gotal qu’une étincelle eût pu provoquer l’explosion. Et faites confiance à une Ange Solo hors d’elle pour déclencher les feux d’artifices.
       Il avait fallu endiguer l’escalade, les distraire, les interrompre, dire n’importe quoi !
       Yep… Pour le coup, il avait vraiment dit n’importe quoi…

       Le chasseur de primes haussa les épaules. S’il avait contribué à ce que la tragédie n’arrivât pas, un peu de ridicule ne tuait point et c’était un bien faible prix à payer.
       Et au moins, il n'avait pas oublié de récupérer ses armes avant d'embarquer dans l'astronef de l'ancien Jedi.

       Il fut plus inquiet lorsque Kinsa, troublée mais déterminée, s’engagea à la suite du Mandalorien dans le cockpit du YT-3000. Les parois du vaisseau étaient trop épaisses pour entendre distinctement ce qui s’y disait  mais la « conversation » semblait également animée…

       L’autre Sith, le dénommé Keller, était sorti de l’habitacle et les avait rejoint. Il avait d’abord paru vouloir se joindre aux deux jeunes gens, Jayla et Ryff qui discutaient à l'écart, ignorant ostensiblement Guildeurs comme Jedis . Mais avisant Mara Sarkin qui jetait des regards partout et ne semblait plus pouvoir contenir sa curiosité, il s’adossa sans rien dire à un mur et fixa l’ancienne Jedi de façon particulièrement intense… et dissuasive.

       Reportant son attention sur le poste de pilotage, PrCol remarqua que la dispute semblait achevée. Il sentait  le champ de Kinsa à travers la porte, recroquevillée dans le sas. Le Gotal se demanda s’il devait essayer de la réconforter, mais il en avait peut-être déjà trop fait aujourd’hui et la peine de la Twi’lek avait sans doute pour origine des raisons personnelles avec lesquelles le chasseur n’aurait su trop composer. Solo le tira de ce dilemme en le devançant.

       Elle ressortit quelques instants plus tard avec une Kinsa l’expression encore déjetée. Cole, face à cette vision, en éprouva pourtant du baume au coeur. Car Ange, la vraie Ange, prête à tout pour ses amis, plus compatissante qu’elle ne le laissait paraître, forte et loyale, existait encore. Non qu’il en eût vraiment douté, mais depuis que l’ancien Leader était descendue du Fury, elle n’avait rien fait ou ressenti pour conforter la conviction du chasseur. Jusqu’à présent.

       Mara.- Hum... Pr’Col, c'est ça ?
       Cole.- Cole suffira, Mlle Sarkin.
       Mara.-
    Mara. Seulement Mara. Sarkin c'est ma soeur. Je peux vous poser quelques questions ?
       Cole. - Nous sommes en République…


    Ce message a été modifié par Cole_PrCol le mercredi 12 avril 2017 - 20:51
    Ce message a été modifié par Cole_PrCol le jeudi 13 avril 2017 - 17:18

    mercredi 12 avril 2017 - 19:10 Modification Admin Permalien

  • Avatar camara

    camara

    3155 Crédits

    [Grosse ambiance dans le vaisseau épisode finale !]

    Méfie-toi… Dangereux… Obscure… Colère… Meurtrier… Noir…

    …Confiance…

    Encore cette petite voix. Au milieu de toutes les autres. Tout le monde s’était crispé à l’arrivée de Cera. Les voix dans ma tête s’étaient affolées au contact de son aura noire et me murmuraient des mises en garde. Toutes, sauf une. L’éternelle petite voix qui voulait que je lui fasse confiance. Pourquoi ? Il empestait le côté obscur, son armure de Mandalorien ne laissait rien transparaitre, même son ancienne padawan ne le reconnaissait plus et je me demandais encore pourquoi il ne m’avait pas tué quand il en avait eu l’occasion, vingt ans plus tôt.

    Tout le monde s’était réfugié dans un coin, j’avais assisté à toutes les petites scènes entre les passagers. Des grandes discussions où la tension était palpable jusqu’à voir la petite Kinsa qui n’était plus si petite, couvrir de sanglot une Ange visiblement aimable. J’étais restée très silencieuse tout le long, ce qui n’aidait pas à raccourcir ce voyage interminable.

    Cera n’étant plus dans mon champ de vision, les murmures et la petite voix s’était calmés, me laissant un peu de répit pour digérer le flot d’informations que je venais d’emmagasiner et les questions qui allaient avec.

    Le général Gunnar… Sovereign… le Courtier de l’Ombre… une confrérie de Jedis noirs… la Guilde qui survit tant bien que mal…

    Pour éviter de trop y penser, je commençais à marcher et à scanner l’endroit du regard. J’étais très curieuse et j’aimais fouiller pour découvrir les petits secrets du lieu. Certains objets ont beaucoup plus de choses à raconter que leur possesseur. Je n’eus pas le temps d’examiner une fiole trainant dans un coin quand un Keller apparut pour me surveiller. Son regard et ses sourcils froncés refroidirent rapidement mes ardeurs d’inspection. Boudeuse et voyant que je ne pourrai pas m’occuper l’esprit en regardant ce qui m’entoure, je m’installais à la table centrale.

    Assis non loin de moi, se trouvait le gothal. Sa prestation pendant les échanges m’avait fait réaliser qu’il y avait plus maladroit que moi. Je décidais d’engager la conversation avec lui, pour tuer le temps mais surtout pour me mettre à jour sur ces vingt dernières années.

    Mara- Hum… Pr’Col, c’est ça ?

    Cole- Cole suffira, Mlle Sarkin.

    Mara - Mara, seulement Mara. Sarkin, c’est ma sœur. Je peux vous poser quelques questions ?

    Cole- Nous sommes en République…

    Maladroit et blagueur, décidément j’avais de la concurrence. Voyant que je ne réagissais pas à sa remarque, il m’adressa un sourire franc pour s’excuser de sa boutade ratée.

    Mara – je voulais savoir, comment va Ganner ?

    Cole – fidèle à lui-même. Quelques rides et membres cybernétiques en plus.

    Il m’adressa un clin d’œil à la suite de sa dernière phrase.

    Mara – Et Jijy ? Je veux dire, mon unité R4, il peut être très agité quand quelque chose le contrarie, avec le temps il a développé un sacré caractère pour un droid.

    Cole – Ce « Jijy » est un peu envahissant mais attachant. Notre jeu préféré c’est de tenter de rendre fou Wes. Le score est à 14 – 12 pour Jijy.

    J’étais soulagé d’entendre ces informations. Même si Tyria et Mirax n’était plus là, cela me faisait réaliser que je n’avais pas tout perdu à la suite de l’attaque survenue dans le Temple de Coruscant et les conséquences de la purge Jedi. 

    Mara – en parlant Wes, malgré ses 20 ans de plus, il est toujours aussi « charmant ». Je dirai même qu’il s’est bonifié avec le temps !

    Cole – il a surement continué à s’entretenir en attendant le retour de notre Ange Solo…

    Mara – et il m’a même fait un clin d’œil ! À moi ! Je ne pensais pas que quelqu’un comme lui pouvait se souvenir de moi… ou même attacher de l’importance… 

    Cole - Wes se souvient de tout le monde. C'est une qualité des grands chefs. Et il t'aime bien, je crois. Mais... Excuse-moi d'être aussi franc, mais son coeur n'appartient qu'à Ange. Il l'a attendue vingt ans ! Et regarde comment il se comporte à présent... !

    Mara – Ange les fait tous tourner en bourrique de toute façon. Et on peut très bien éprouver des sentiments pour une personne et coucher avec une autre. L’un n’empêche pas l’autre… J’en connais une qui ne se gêne pas !

    Une sonnerie retentit pour nous signaler notre arrivée imminente sur Tython qui mit court à notre conversation. Eparpillés dans le vaisseau, nous ne mirent pas longtemps à tous nous réunir en préparation de l’atterrissage. Keller me lâcha du regard pour retourner au cockpit et amorcer la sortie de l’hyperespace avec Cera Ordo le suivant de près. Nous étions tous très tendu, ce qui n’arrangeait pas cette ambiance déjà très pesante.

    jeudi 13 avril 2017 - 11:55 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12819 Crédits

    Après les larmes vinrent la nervosité. Au fur et à mesure que nous approchions de Tython, je sentais la tension à bord augmenter. Ce vaisseau était une véritable poudrière en ce moment, certains étaient à deux doigts d'exploser. En plus, nous étions beaucoup...beaucoup trop. Aux convictions parfois différentes, et aux passés disparates.

    J'avais pu passer beaucoup de temps à réfléchir aux motifs qui pouvaient pousser des personnes à s'unir pour faire face ensemble. Parfois, je me rendais compte qu'un simple but commun pouvait avoir autant de raisons différentes que des personnes qui le poursuivaient. Je l'avais constaté au sein de la Résistance.

    La sortie de l'hyperespace fut accompagnée d'un silence pesant. Tout le monde se tut jusqu'à l'atterrissage, qui eut lieu dans une atmosphère nerveuse. Nous n'avions pas défini de plan, et je n'avais aucune idée des menaces qui pouvaient nous attendre là-bas. Mais, d'un autre côté, après huit ans sans combats, huit ans passés à s'entraîner, j'avais en quelque sorte hâte de me confronter au danger. Cela me manquait de me sentir utile.

    Nous nous engageâmes tous sur la passerelle et sortîmes du vaisseau. À l'exception de Ryff et Jayla, qui me mettaient mal à l'aise par leur simple présence, nous étions tous là : Kaarde, moi-même, Mara, Ange, Wes, Cole, Ceno et Keller. Une troupe hétéroclite en vérité, nous aurions difficilement pu faire plus disparate. Je tâchai de me placer le plus loin possible de Ceno et Keller, en aidant Ange à s'orienter.

    Finalement, nous arrivâmes aux abord du Temple Jedi de Tython. Titanesque. Majestueux. Mais dés que nous y pénétrâmes, je sentis quelque chose de plus sombre. Ceno et Keller semblaient les plus à l'aise dans cet environnement, parfaitement dans leur élément, alors que moi et Kaarde tremblons légèrement. Ce n'est pas le froid, c'est...quelque chose de pire, de plus sournois. Je n'avais jamais été confrontée à ce point au côté obscur, sauf peut-être sur Rhommamool.

    Soudain, Ceno obliqua et emprunta un couloir sur le côté sans nous consulter, aussitôt suivi par Keller.

    Cole : Je pense que nous devrions rester groupés...

    Kaarde opina du chef et s'engagea à la suite de Ceno, le rattrapant vite. Qu'il n'en fasse qu'à sa tête, ce n'était pas nouveau...au moins un trait de caractère qu'il avait conservé. Et de ce que j'avais vu, c'était bien le seul... D'un geste machinal, je vérifiai la présence de mon sabre à la ceinture et le serrai dans ma main. J'entretenais un lien particulier avec mon arme. Ce sabre m'avait toujours accompagné dans mes missions, il avait affronté bien des ennemis, renvoyé bien des tirs, et même contré d'autres sabres laser. J'espérais que mon armure remplirait bien sa fonction, également. Car j'étais sûre que j'allais devoir me battre.

    En me concentrant, je parvenais à sentir la présence de Galen. Le Tythonien était là, et il était en vie. Cette pensée me rassura. Nous n'arrivions pas trop tard, au moins. C'était ce que je redoutais par dessus tout, de ne pas arriver à temps pour les sauver. Pas seulement Galen, mais aussi Aynor, Jorus, Weedge et Reyn.

    L'ambiance n'était pas propice à la discussion, toutefois je vis Mara murmurer quelque chose à Wes. Je ne connaissais pas très bien la Nabienne, je savais seulement qu'elle avait été Jedi mais qu'elle avait renoncé à se servir de la Force. D'un côté, je la comprenais. Parfois, la Force pouvait être un fardeau, surtout si on avait une empathie naturelle. Mais d'un autre côté...je ne voyais pas comment on ne pouvait plus utiliser la Force. C'était tellement inscrit dans nos gènes... Je supposais qu'il fallait vraiment le vouloir.

    Je sentais que les Guildeurs n'en menaient pas large. Ils ne pouvaient peut-être pas sentir le côté obscur aussi bien que nous, mais ils voyaient clairement que quelque chose n'allait pas. Et soudain...

    Kaarde : Ils sont là. Aynor, Jorus, Weedge.
    Wes : Mais...c'est un mur !
    Ceno : Je m'en occupe. Écartez-vous.

    Il prit ce qui semblait être une petite bombe et la plaça sur ledit mur, qui quelques secondes plus tard vola en morceaux. En effet, il valait mieux s'être écarté...

    SKRRIIIIIIYAAA !

    Les bêtes ! Elles étaient là, dans la pièce dans laquelle nous venions de pénétrer, une sorte d'antichambre. Sabre laser dans une main, blaster dans l'autre, je me mis en garde et constatai que je n'étais pas la seule à avoir allumé ma lame. Ceno, Keller et Kaarde m'avaient également imitée. Mais je n'étais que moyennement rassurée. Mon expérience de combat contre les Shaax était limitée, la Force soit louée, mais cela avait pour conséquence que je ne savais pas très bien me battre contre eux.

    Je me concentrais dans la Force. Mon premier combat depuis huit ans...hors de question que je le bousille ! Premier principe quand on combattait quelque chose de plus gros que soi...repérer les points faibles de l'adversaire. En l'occurrence, la gueule, là où il n'y avait pas de carapace. J'avais appris par expérience qu'il ne servait à rien de s'acharner sur le dos, donc ce n'était même pas la peine d'y penser.

    Il y avait six monstres. Nous étions onze en tout, dont une aveugle : autrement dit, c'était du suicide. Je tâchai de vider ma tête de toute pensée négative pour me concentrer sur l'affrontement. Déjà, les six créatures se dirigeaient vers nous, telle une meute menaçante, prêtes à attaquer de concert. Je contemplai leur épaisse carapace noire, leurs multiples gueules garnies de dents... La dernière fois que j'en avais vu, c'était sur le Chu'Unthor, et j'en faisais encore des cauchemars. Et la manière dont elles avaient décimé à elles toutes seules une cohorte entière d'une centaine de Jedi...

    Je secouai la tête. Si je voulais rester en vie, moi et tous mes compagnons, j'avais intérêt à trouver une stratégie efficace, et vite.

    Moi : Il faut leur faire ouvrir la gueule !
    Wes : Oui, mais comment ?

    Je me plaçai juste devant un des Shaax et celui-ci se prépara à lâcher un jet d'acide. Au dernier moment, j'activai mon jetpack et m'envolai, tandis que le Gotal, le dénommé Cole, qui avait armé son arbalète, tirait un projectile, visiblement électrique, car dés qu'il attint la paroi de la gueule, la créature fut secoué par ce qui paraissait être un violent courant électrique qui la sonna pour un moment. Encore en hauteur, je fondis sur le Shaax, atterris sur son dos en ayant à peine à esquiver un coup de queue mou, et plantai mon sabre laser dans une des failles de sa carcasse. Après un râle, la bête succomba.

    En tournant la tête, je constatai que le duo Ceno-Keller avait déjà éliminé un Shaax, lui aussi. Plus que quatre !

    Je courus rejoindre Mara et Kaarde et vis que Wes était en train de mettre Ange hors de danger. Attendrie, je m'autorisai un sourire. Qui que ce soit, même si je ne le connaissais pas, ça crevait les yeux qu'il était amoureux d'Ange.

    Très vite, nous fûmes encerclés par les quatre Shaax restants et forcés de se rassembler, proies idéales pour un jet d'acide qui nous transformerait tous en pâtée pour Shaax en moins de temps qu'il le fallait pour le dire. Avec une parfaite synchronisation, je lançai une grenade fumigène en même temps que Ceno et la pièce se retrouva plongée dans un épais brouillard qui nous obtint quelques secondes de répit. Je croisai le regard de mon ancien maître, que j'avais soigneusement évité depuis notre "conversation" et un instant, coincée entre lui et Keller, j'eut l'instant que tout était redevenu comme avant : combattre en harmonie, avec ces réflexes aquis au fil des missions. Mais tout était différent.

    Et le combat reprit.

    Ce message a été modifié par Kinsa-Talik le vendredi 14 avril 2017 - 13:34
    Ce message a été modifié par Kinsa-Talik le vendredi 14 avril 2017 - 13:58

    jeudi 13 avril 2017 - 20:25 Modification Admin Permalien

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    2337 Crédits

    Tython – Temple Jedi

       Alors que la fumée obscurcissait la vue de tous ceux dépourvus de casque, Cole hurla :
       _ Tous à terre !
       Il fut écouté et bien en prit aux combattants : un quadruple jet d'acide passa au dessus de leur tête, sans toucher personne.

       Kaarde – Dispersez-vous, ne les laissez pas nous encercler !

       Ceno et Keller n'avaient pas attendu ce conseil et avaient fondu, tels deux loups affamés, sur le plus excentré des monstre. La créature la plus proche projeta d'aider son partenaire assailli, mais Kaarde lui passa sous le nez comme un lapin pour bondir rejoindre les autres Jedi, entraînant finalement le shaax à sa suite.

       Restaient deux monstres faisant face aux Guildeurs. Wes commença aussitôt à tirer sur la créature avec son DL-44, mais les tirs de plasma s'écrasaient sur les noires carapaces sans laisser la moindre trace de brûlure.
       Cole lança son arbalète à Mara, si surprise qu'elle faillit ne pas la rattraper, puis un carreau explosif.
       Cole – Recharge-moi ça, s'il te plaît !
       Le Gotal se saisit de son fusil sonique et chercha la fréquence appropriée. En prévision de cette rencontre, il avait des années plus tôt essayé de découvrir les créatures avec lesquelles les shaax semblaient avoir le plus de points communs. Il avait finalement jeté son dévolu sur les dragons Hssiss de Korriban et enregistré dans son fusil la fréquence sonore à laquelle les monstres Sith étaient sensibles.
       Il espérait que les shaax souffraient de la même faiblesse. Il épaula et tira.

       Une sphère transparente d'énergie sonique partit frapper leur agresseur le plus proche. Celui se figea, secoua la tête à plusieurs reprises, geignit, tenta maladroitement de se gratter une oreille invisible... Puis recommença à avancer. Un second tir l'immobilisa quelques secondes de plus, mais sans qu'il parût autrement en souffrir.
       Cole – Grozit ! Ca ne marche pas et je suis pourtant à puissance maximale !
       Ange – Alors trouve autre chose !
       Il y avait l'exaspération de l'impuissance dans la voix de l'ex-Leader mais aussi une anxiété clairement perceptible. Elle avait déjà failli mourir aux griffes de ces choses.
       Mais le chasseur ne pouvait que tirer sans discontinuer, visant alternativement les deux créatures qui les menaçaient. Il constata avec inquiétude que l'une d'elles se décalait de plus en plus pour sortir de sa ligne de tir.

       Dans les airs grâce à son jet-pack, Kinsa s'en aperçut.  Elle s'était tout d'abord dirigée vers le groupe de Jedi, mais constatant qu'ils étaient quatre et le danger auquel faisaient face les Guildeurs, elle revint en arrière. Elle visa le monstre qui tentait d'échapper aux tirs du Gotal et un filet électrique cloua la créature au sol. Des éclairs bleues parcoururent la trame de métal mais sans faire de mal à la shaax. Sa carapace l'isolait totalement. Au moins était-il immobilisé. Pour le moment.

       Aynor, Jorus, Weedge et Kaarde encerclaient un autre hexapode. Les Jedi le harcelaient mais ils n'étaient pourtant pas trop de quatre pour lui tenir tête. La créature se démenait, multipliant les assauts. Les joues et les avants bras des manieurs de Force étaient zébrés de rouge là où la queue fouet les avait frappés pour les tenir à distance.
       Pourtant la shaax concentrait ses assauts sur Jorus, comme si elle sentait que c'était la plus faible de ses proies et donc celle qu'il lui fallait abattre en priorité. Les sévices de Dark Vicious dataient de vingt ans pour le reste de la galaxie, mais le maître Jedi n'était rétabli que depuis quelques semaines de son temps à lui. Et la congélation carbonite n'avait pas contribué à renforcer le métabolisme de l'humain qui peinait à contrer les assauts de la créature.
       Ses amis faisaient donc de leur mieux pour le protéger mais restaient sur la défensive, ne parvenant pas à exploiter de faille. N'en trouvant aucune, en réalité...

       Bien que deux fois moins nombreux, le mandalorien et son ancien padawan s'en sortaient mieux. A peine. Aucun d'eux n'avait été blessé pour le moment mais pour autant ils ne parvenaient pas à remporter un avantage décisif sur leur adversaire.  Non content d'être légèrement plus grosse que ses congénères, la shaax était aussi plus agile et nerveuse. Elle tournait en permanence sur elle-même, fouettant l'air et empêchant Ceno et surtout Keller d'approcher.
        Le mando-jedi noir perdit patience. Il coupa son sabre le raccrochant à sa ceinture et pointa ses gantelets vers la créature. Deux langues de flammes en jaillirent. La bête recula pas à pas.
        Ceno – Quand je l'aurais acculée au mur, porte le coup de grâce, Keller.

       En dépit de la situation critique dans laquelle il se trouvait, Cole ne put s'empêcher de lâcher :
       Cole – Donc elle peut faire office de barbecue...
       Mais un bruit derrière lui fit tourner la tête au chasseur.
       Mara, les yeux rivés sur les flammes avait lâché l'arbalète rechargée, les lèvres tremblotantes. Même si une douzaine de mètres la séparait du foyer, sa pyrophobie reprenait le dessus.

       La shaax qui faisait face à Pr’Cole profita de cet instant d'inattention pour se décaler, évita la balle sonique suivante et cracha son acide.
       Le jet visait Ange et Mara.
       Wes s'en aperçut.
       Wes – Attention les filles !
       Il les bouscula. L'acide se déposa sur son bras et quelques goûttes éclaboussèrent la Corellienne et la Nabienne qui crièrent en subissant cette douche corrosive. Hamera, quant à lui,  hurla.
       Tout en reprenant d’une main son pilonnage de la shaax, Cole détacha l'un des carreaux de sa cartouchière, et le fit glisser derrière lui en direction de ses amis.
       Cole – Mara ! Cryoban !
       L'ancienne Jedi compris. Elle cassa l'extrémité du carreau et l'écrasa sur la substance rongeant les vêtements et la chair du Corellien. La zone fut aussitôt recouverte de glace et l'acide fut dilué puis cristallisé. Elle retira prestement sa veste fumante ainsi que celle d'Ange.
       Sarkin sortit ensuite sa trousse de secours et s'affaira auprès de Wes sans se préoccuper de la Corellienne qui les harcelait de questions, ne sachant exactement ce qui se passait mais inquiète pour Hamera.

       Soit les projectiles soniques ne faisaient plus effet, soit la créature décida qu'elle en avait assez, mais la shaax menaçant les Guildeurs rentra la tête dans les épaules et se mit à avancer sur Cole un pas après l'autre.
       Cole - Hep, je crois que je vais besoin d'un coup de main...
       Le Gotal pensa à changer de fréquence, mais ça risquait d'être pire que mieux. Il pensa à sa vibrolame, mais que pourrait-elle contre de pareils béhémoths ?
       Comme pour le railler, la bête hurla :
       SSSKKKRRRYYYAAAA
       Ange – Mais p*t*n, ta gu*l* !!!
       L’ancien Leader chercha à tâtons et trouva l’arbalète du Gotal avant de la pointer en direction du cri. Mais elle ne pouvait tirer à l’aveugle…
       La shaax chargea, ignorant totalement les rayons soniques suivants. Elle renversa Cole et sa patte lacéra douloureusement la poitrine du chasseur.
       Wes écarta Mara malgré sa propre souffrance, entoura les épaules d’Ange de son bras blessé et ajusta la visée de la jeune femme avec l’autre lui murmurant à l’oreille :
       _ Tu n’as plus besoin de faire tout ça toute seule...
       Ils appuyèrent ensemble sur la détente.
       Cole ferma les yeux alors que la shaax, qui le surplombait s’apprêtait à lui cracher de l’acide au visage  
       Le carreau atterrit directement dans la gueule du monstre.
       Où il explosa.
       Cole roula sur le côté pour éviter acide, morceaux de cervelle et masse du monstre qui s'effondrait.


       Kinsa parvenait à retenir l’attention de son adversaire, comme un oiseau tournant autour d’un chat pour le détourner de son nid.
       La bête s’était rapidement débarrassée du filet, ses griffes parvenant à trancher les mailles métalliques.
       Dix fois, quinze fois, la mandalorienne lacéra la carapace d’ébène de son sabre sans succès. Ses dards ne servaient à rien. Son grappin et son rayon paralysant non plus.
       Et elle devait être prudente. Le monstre était véloce et rusé. Il sautait haut et plus d’une fois, la twi-lek n’avait évité d’être blessée que de justesse.
       En fait, elle avait été blessée. Légèrement, au mollet. La shaax l’avait surprise avec une présence d’esprit dont la Jedi ne l’aurait pas crue capable. Ils s’étaient approchés d’un mur au cours de la lutte. Le monstre avait sauté, apparemment pour une énième attaque. Mais il avait ensuite pris appui sur la paroi pour rebondir sur Kinsa. Par frayeur, la twi-lek avait actionné par erreur une commande de son jet pack qui l’avait entraînée en une vrille ascensionnelle arrière incontrôlée mais en définitive salvatrice. La Jedi n’avait pas été plaquée au sol et seule une griffe terriblement acérée avait frôlé sa jambe

       Mais la créature semblait enfin accuser la fatigue. Elle penchait la tête, jambes écartées et ne paraissait plus si encline à attraper sa proie. Kinsa, par un dernier plongeon pensa pouvoir mettre fin au combat. Elle piqua tel un faucon sabre en avant.
       La shaax, qui n’avait attendu que ce moment, redressa brusquement la tête et cracha son acide. La Jedi ne reconnut le danger qu’au dernier instant et interposa son bras devant son casque, activant son bouclier de poignet dans le même mouvement. L’acide s’y écrasa en grésillant. Mais la mandalorienne était à présent trop près du sol pour redresser. Elle s’écrasa, rebondit plusieurs fois, une douleur atroce explosant dans son épaule. Elle roula plusieurs fois sur elle même avant de s’arrêter près d’un mur.
       La shaax était déjà près d’elle béant une gueule baveuse d’acide.
       Une balle sonique la fit sursauter et gémir. Un carreau cryoban se ficha dans le sol sous son abdomen, emprisonnant deux de ses pattes dans une gangue de glace.
       Le monstre releva la tête, avisant les Guildeurs à la rescousse.
    Kinsa, d’abord sonnée, profita de ce répit. Elle reprit peu à peu ses esprits, ignora la douleur lui déchirant l’épaule et concentra toute sa Force. Son sabre, tombé à quelques mètres, fila dans sa main tendue. Elle l’alluma et engouffra la lame dans la gueule du monstre.


       Défendre Jorus devenait de plus en plus difficile. Les quatre Jedi étaient épuisés et en sueur. Et la shaax ne leur laissait aucune opportunité de le blesser. Sa défense semblait impénétrable. Elle parût toutefois éprouver quelque lassitude. Non de la fatigue. Mais de l’agacement face à cette résistance persistante. Une fois de plus, elle se prépara à bondir sur Jorus… En apparence. Sa queue se détendit derrière elle comme une lance… et s’enfonça dans la clavicule de Kaarde qui ne s’y était pas attendu. Le monstre pivota en arrachant son appendice caudal. Kaarde tomba à genoux en tenant son épaule. Aynor s’interposa pour éviter que la créature n’achevât le blessé. En dépit de sa maîtrise du sabre, la Twi-lek n’évita pas une lacération à la cuisse.
    Jorus avait récupéré un second souffle et frappait à coups redoublés le monstre, en vain.

       Aynor – Weedge ! Tu dois nous aider ! Mirax comptait sur toi !
    Le Zabrak réagit à ses paroles. Jusqu’à présent, il s’était contenté de se défendre. Mais le nom de Mirax eut un effet surprenant. Il fixa son sabre, le sabre de sa mère adoptive, un long moment. Puis, avec une assurance dont il n’avait plus fait montre depuis le réveil des Jedi, il chargea la shaax et abattit la lame sur la carapace. Celle-ci résista tout d’abord. Puis une lumière blanche émana du point d’impact. L’armure organique commença à se fissurer. Se rompit tout à fait alors que le sabre irradiait une lumière aveuglante.
       La shaax fut proprement tranché en deux.


       Le monstre acculé au mur semblait vainement vouloir échapper aux flammes, jetant alentours des « regards » effrayés à la recherche d’une échappatoire. Keller se prépara à bondir et à enfoncer son sabre dans la partie vulnérable d’à peine trois centimètres carrés à la base de la nuque de la créature.
       Ceno – Tu es cuit.
       Mais à ce moment, la shaax changea totalement de comportement. Alors que Keller plongeait, le monstre, ne semblant plus effrayé le moins du monde par les flammes, les traversa pour sauter par dessus le mandalorien qui faillit carboniser son padawan. Les réflexes de ce dernier le sauvèrent néanmoins et d’un coup de rein il se plaça hors de portée du feu et s’en tira avec quelques cheveux roussis.
       Ceno – Petit fûté...
       Le monstre n’en avait cependant pas terminé. Sitôt sur pattes, il se retourna et cracha à bout portant sur Ceno qui venait lui aussi de pivoter. Il se protégea le casque, les bras en croix devant lui.
       Les gantelets interceptèrent le jet corrosif qui commença aussitôt à attaquer le métal.
       Rugissant de douleur et agissant avant que ses systèmes ne lâchent, il plongea sa main la plus endommagée, la gauche, dans la bouche du shaax
       Ceno – Keller. Mon bras.
       Le jeune Jedi noir comprit aussitôt ce que son maître attendait de lui et trancha le membre de son maître juste au dessous du coude. Mandalorien comme shaax eurent un sursaut de recul et une plainte s’échappa du heaume de Cera Ordo. Le monstre tentait vainement de se débarrasser de ce qui lui encombrait les mâchoires.
       D’un mouvement de poignet de son membre valide le mandalorien actionna une commande à distance. Le bras cybernétique coincé dans la gueule du monstre émit quatre « bips » en rapide succession avant d’exploser. La créature décapitée s’écroula.
    La respiration sifflante, le Jedi Noir commenta :
    Ceno – J’aurai vraiment dû faire plus attention. C’est le troisième cette année.

    samedi 15 avril 2017 - 17:32 Modification Admin Permalien

  • PSW


Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...


Evénements

Star Wars Celebration Europe 2023

07 avril 2023 - 10 avril 2023

Celebration

Encyclopédie

  • Pezzle --- Cet homme accusa Lope d'essayer de pirater une affaire qu'ils avaient eue, pendant l'entrevue de Lope avec Arwen Cohl. (Personnages - Mercenaires)
  • Tortue Puffer --- De couleur violette, cette tortue était indigène aux marais de Clak'Dor VII. (Espèces & Civilisations - Animaux)
  • Hangar du Temple Jedi --- A l'intérieur de la tour centrale du Temple Jedi se trouve un hangar entièrement équipé pour la maintenance et l'entraînement des rapides chasseurs Jedi. (Planètes & Lieux - Bâtiments)
  • Metellos --- Metellos, la "Coruscant qui ne le fut jamais"; demeure, depuis plus de vingt cinq siècles, dans l'ombre de Coruscant, sa voisine plus saine, plus riche, plus brillante, et surtout plus heureuse : en effet, si elle apparaît comme impressionnante de par son dévellopement à des planètes arriérées, ses habitants ne peuvent se défaire de l'idée que leur planète n'est qu'un éternelle seconde dans le noyau galactique... (Planètes & Lieux - Planètes)
  • Gospic Feyn, Colonel --- Conseiller stratégique en chef du général Jan Dodonna, le Colonel Feyn Gospic fut d’une grande aide sur la base de Yavin IV. (Personnages - Rebelles)

PSW v8 - Mentions Légales - Vos choix de cookies - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2022 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide