Salle d'apprentissage des pouvoirs de la Force – Saison 7 (page 5)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Zokuron

    Zokuron

    2044 Crédits

    Entrainement n°11: Poussée/Traction de Force


    En ce jour, pour la première fois, Zokuron et Zadyssa s'affrontent en duel. Ils sont seuls dans l'arène, mais le combat est amiable et guère plus qu'un entrainement musclé, et avec l'accord de Kinsa. Cette dernière n'avait d'ailleurs pas pu s'empêcher de leur demander, sur son habituel ton mi-moqueur, d'être sages. Et pour une fois, ils l'ont été. Enfin...en grande partie. Les sabres d'entrainement se sont bien vite animés, s'entrechoquant l'un contre l'autre sous le coup des deux adversaires impatients de se mesurer l'un à l'autre. C'est la première fois qu'ils s'opposent en duel ensemble, et l'excitation de découvrir l'autre sur le plan martial les motive d'autant plus. Aussi bien Zadyssa, en gardienne prometteuse qu'elle est, que Zokuron qui malgré son attirance prononcée pour la Force, apprécie également le maniement du sabre.

    Zadyssa est évidemment bien plus expérimentée que son opposant et elle le domine sans difficulté. Zokuron parvient à la surprendre en quelques rares occasions, principalement grâce à l'entrainement de Kinsa, mais sans pour autant gagner une once de répit. Il est bien trop occupé à suivre les sauts et à contrer les assauts de sa partenaire pour avoir l'opportunité de renverser la situation. Il se défend donc principalement, ayant tout le loisir de mettre en pratique les techniques affiliées aux trois gardes. Il est néanmoins quelque peu déstabilisé, car s'il développe habituellement sa relation très intime avec le sol lorsqu'il combat contre sa maître, il découvre cette fois l'efficacité du désarmement à répétition avec Zadyssa.

    Après un temps difficile à estimer, mais où les deux adversaires perlent de sueur, un évènement marquant se produit. A la conclusion d'un enchainement rondement mené par l'humaine, Zokuron intercepte de justesse le bras qui s'apprête à mettre fin à la passe d'armes. Il en profite pour frapper à son tour, mais son opposante réagit promptement en attrapant son poignet avant qu'il n'atteigne sa cible. Les deux s'agrippent et tiennent bon, bloqués dans une position de bras-de-fer. Ils se regardent droit dans les yeux pendant un instant, le regard empli de défi et d'allégresse, avant de commencer à se chahuter, se poussant et se tirant d'avant en arrière et sur les côtés dans l'espoir que l'autre finisse par lâcher prise.

    C'est là que cela s'est produit. Le togruta sent avec effroi son étreinte se fragiliser, si bien qu'il lâche au moment opportun quand Zadyssa tente un nouveau dégagement, afin qu'elle soit emportée par la force de son geste. Cela marche, mais cette déstabilisation n'est pas suffisante pour qu'il retrouve le contrôle de sa propre arme, et sentant le coup arriver, il tend sa main libre en avant pour repousser Zadyssa.

    Subitement, l'humaine recule et bascule en arrière, une expression de surprise hagarde sur le visage. Zokuron reste sur place, estomaqué et interdit, car il est certain de ne pas avoir touché physiquement son adversaire. Il regarde sa main, cherchant intérieurement à comprendre ce qui s'est passé, alors que Zadyssa se relève prestement, mécontente:

    Zadyssa: Hé ! On avait dit pas de pouvoirs !

    Là-dessus, elle envoie une poussée de Force sur le togruta qui s'envole avant de retomber lourdement sur le dos.

    Zokuron: Ough !

    Il reste étendu là, secoué et soudainement rattrapé par la fatigue de l'effort, si bien que Zadyssa s'inquiète tout-à-coup. Elle s'approche alors en quelques foulées lestes pour découvrir un sourire de banane accroché sur le visage de son aimé, qui se met à rire en se relevant.

    Zadyssa: Qu'est-ce qui est si drôle ? Demande-t-elle avec suspicion.

    Zokuron: Toi !

    Zadyssa: Hein ? Pourquoi ?

    Zokuron: Parce que tu es une patate.

    Zadyssa: Quoi ?! C'est même pas vrai, c'est toi qui m'a fait tomber avec une poussée de Force, d'abord !

    Zokuron: Oui. Désolé, c'est partit tout seul, je ne l'avais pas prévu. En fait, je m'entraine depuis que je suis allé sur Nelvaan, et c'est la première fois que j'y arrive.

    Il fait un grand sourire, signifiant qu'il est conscient et heureux d'avoir franchit une nouvelle étape. Zadyssa retrouve sa bonne humeur et le félicite de ses progrès, avant qu'ils ne se remettent en place pour poursuivre leur duel....

    Le soir, Zokuron va trouver maître Brûle pour lui raconter l'évènement. Il en profite également pour lui expliquer ses difficultés concernant la traction de Force, qu'il n'a pas encore réussit à manifester. Après un moment de réflexion, la vénérable maître déclare:

    Padmée: Peut-être qu'une approche différente pourrait t'aider. Serais-tu prêt à te soumettre à une expérience un peu inhabituelle ?

    Le togruta regarde la maître avec un air perplexe, avant d'accepter.

    Padmée: Dans ce cas, reviens demain soir à la même heure. J'aimerais que tu ne manges rien entre maintenant et l'exercice de demain, d'accord ?

    Zokuron déglutit. Il n'avait pas pensé à une telle condition en acceptant. Mais il est trop tard pour revenir en arrière maintenant, et dans un sens, c'est certainement pour son bien. Les deux Jedi se séparent donc, retournant chacun à leurs occupations.

    Le lendemain soir, c'est un togruta au ventre gargouillant de vide qui se présente à la salle d'apprentissage des pouvoirs de la Force. Il n'a touché à aucune nourriture d'aucune sorte depuis la veille, comme l'avait demandé maître Brûle. Ni lorsqu'il avait sentit l'odeur alléchante de steaks cuits à point, ni lorsque à son réveil son estomac lui avait fait comprendre qu'il lui ferait regretter sa négligence à le remplir. Ainsi, après avoir suivi les leçons de la journée, il avait passé le reste de son temps libre à sculpter un tronc d'arbre qu'il avait coupé et mit à tremper quelques semaines plus tôt, dans l'idée d'en faire un instrument de musique imposant, avec l'espoir que la concentration nécessaire à ce projet lui fasse oublier sa faim. Espoir qui ne fût qu'à moitié comblé.

    Les deux Jedi se retrouvent donc comme convenu. La maître les dirige vers l'extérieur, vers un endroit calme, pour mettre son idée en pratique. Une fois arrivés, elle sort un paquet de sous sa bure, et l'ouvrant, dévoile une petite planche, un couteau aiguisé et plusieurs fromages et morceaux de salaison, dont la seule vue fait saliver Zokuron. La maître se saisit alors des différents éléments et commence à découper des morceaux de chaque aliment, de sorte à ce que chacun représente l'équivalent d'une bouchée. Elle place ensuite le tout sur la planche, à même l'herbe. Pendant ce temps, elle explique:

    Padmée: Voilà comment nous allons procéder. On joue l'un contre l'autre. Le but est d'attraper un morceau avant que l'autre n'y arrive. Pour ça, on a le droit d'utiliser tous les moyens à notre disposition.

    Zokuron acquiesce, et garde son regard sur la planche garnie de morceaux de nourriture particulièrement alléchants pendant que la maître s'écarte de quelques pas pour se mettre en position. Vingt. Il y a vingt morceaux, autrement dit vingt manches. Il se ressaisit ensuite et se place à son tour, et, quelques instants plus tard, Padmée prononce le top départ.

    Zokuron, l'esprit fixé uniquement sur le moyen d'obtenir un morceau, plonge littéralement en avant pour attraper quelque chose et...il y parvient. Maître Brûle s'était attendu à un peu plus de retenue de sa part, et s'est de ce fait laissée surprendre. Quelque peu contrariée, elle ne laisse cependant rien paraître hormis un sourire emplit de défi tandis que Zokuron retourne à sa place en dégustant un bout de fromage.

    La deuxième manche s'engage. Zokuron réitère son bond, mais il est cette fois bloqué par un mur de télékinésie que la maître dresse contre lui. Tout sourire, elle avance lentement vers le plateau et se sert à son tour, face à un padawan qui pousse vainement de toutes ses forces pour avancer. Lorsqu'il perd la manche, il s'offusque:

    Zokuron: Hé, c'est pas juste ! Comment je suis censé passer contre une force pareille ?

    Padmée, sur un ton amusé: Pas juste ? Est-ce juste d'user de ta rapidité contre une vieille femme ? Sers-toi de la Force, tu es là pour ça !

    Le togruta se trouve bête l'espace d'un instant. Il avait effectivement oublié qu'il s'agit là d'un entrainement destiné à apprendre la traction de Force. Il se reconcentre et se prépare à faire appel à la Force, quand la maître donne le top départ de la troisième manche.

    Il brandit aussitôt le bras, saisissant un morceau de charcuterie par télékinésie pour le ramener à lui aussi vite que possible. Mais la vitesse de déplacement n'est guère rapide, et le morceau se voit intercepté par l'injonction de l'opposante, qui l'appelle à elle. Ainsi, le morceau se retrouve suspendu en l'air, tiré de part et d'autre, incapable de prendre une direction.

    Padmée: Allez padawan, un peu de conviction ! C'est mou tout ça.

    Et, d'une impulsion de la part de la maître, le morceau se libère de l'emprise de Zokuron pour sauter directement dans la main de Padmée. Il se retrouve bien vite avalé, avant que la maître n'intime:

    Padmée: Allez, on recommence. Go !

    A l'instar de la manche précédente, Zokuron fait venir un bout de nourriture à lui via la télékinésie. Il tente d'imposer une vitesse plus élevée à l'objet, mais sans grande réussite, si bien qu'il se retrouve à nouveau intercepté par la maître. Cette dernière encourage alors le padawan à faire preuve de concentration et de détermination, à "tirer" autant qu'il lui est permit de le faire. Pendant ce temps, elle fait monter la pression en s'approchant à petits pas de la cible en lévitation, poussant Zokuron à vouloir forcer plus et plus encore avant qu'elle ne l'atteigne et ne l'attrape. Malheureusement pour le togruta, c'est encore Padmée qui l'emporte.

    Les manches suivantes se passent sensiblement de la même manière. Padmée teste le padawan par moment en relâchant son emprise, afin de voir à quelle vitesse le morceau de nourriture part en direction du togruta. Elle constate qu'il s'améliore sensiblement, mais qu'il est encore loin du résultat voulu.

    Arrivé à une dizaine de manches, le combat devient difficile pour le togruta. Il s'épuise mentalement et il lui arrive de lâcher prise sans le vouloir. Ces ratés le déconcentrent davantage encore, tant et si bien que Padmée impose une pause. Le padawan s'assied alors dans l'herbe, respirant avec ampleur.

    Padmée: Profite de ce répit pour te plonger dans la Force, padawan. Laisse la t'emplir, et pendant ce temps, sers toi du Curato Salva pour retrouver les forces qu'il te manque.

    Zokuron obéit. Il ramène ses jambes à lui pour s'installer en tailleur, et modifie le rythme de sa respiration pour atteindre l'état de méditation, tout en s'ouvrant à la Force. Il s'investit tout en elle, la laissant lui dévoiler les alentours dans le noir de ses yeux fermés, la faisant circuler en lui, l'absorbant comme une éponge absorbe l'eau. Il passe quelques minutes ainsi à se ressourcer, avant que Padmée ne relance l'entrainement.

    Zokuron sent que la courte méditation lui a fait du bien. Il se sent chargé d'une énergie nouvelle, de même qu'il sent son lien avec la Force encore très perméable, ouvert. Ainsi, c'est avec une vigueur retrouvée qu'il fait face à son opposante. 

    *Ashla, montre moi la voie*

    L'entrainement reprend. Zokuron attire une cible à lui, cible que Padmée intercepte avant que le jeu de "celui-qui-tire-le-plus-fort-gagne" ne recommence. Mais pour cette seconde mi-temps, les manches se succèdent bien plus lentement que durant la première, car la maître, dans un but pédagogique, maintient seulement les morceaux de nourriture hors de portée du padawan, sans chercher la victoire. Ainsi, elle oblige le padawan à aiguiser sa concentration tout en entrainant son endurance mentale.

    Puis, sur la fin, quand il ne reste plus que deux morceaux sur le plateau tandis que le troisième évolue en l'air, elle relâche subitement son emprise. D'un bond, le morceau vole sur Zokuron qui, déstabilisé, le reçoit sur le front dans un "Splaf" mou.

    Après cette réussite, et pour finir la séance, Maître Brûle lui demande d'effectuer une traction sur les deux morceaux restants en le prévenant qu'elle n'interviendra pas pour ces fois là. C'est avec surprise et joie que Zokuron attire l'avant dernier morceau à lui en une seule tentative, qu'il estime "correcte" par rapport au début, et avec un peu moins de surprise mais d'autant plus de joie qu'il parvient à réitérer l'exploit sur le dernier. Il lève alors le regard sur la dame, souriant à demi, et demande d'un ton teinté d'incrédulité:

    Zokuron: C'est bon ? C'est comme ça qu'il faut faire ?


    Ps: Je suis désolé, j'ai dû passer par un autre programme que Word pour copier coller mon post, et ça fait foirer la mise en page....J'ai chassé tous les "rn" que j'ai vu, mais peut-être que certains traineront de ci de là...

    Ce message a été modifié par Zokuron le mercredi 07 novembre 2018 - 15:08
    Ce message a été modifié par Zokuron le mercredi 07 novembre 2018 - 15:10

    mercredi 07 novembre 2018 - 14:54 Modification Admin Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    24834 Crédits

    Zokuron poussée/traction de Force – Pad Compréhension du langage – Dexter Ionisation Etourdissement de Droïde Niveau 1. 


    Le petit jeu des fromages était une première et la dame en blanc fut heureuse de constater les résultats. 

    Pad – Effectivement, c’est bien ainsi qu’il faut utiliser la poussée/traction de Force. Plus tu t’exerceras et plus tu auras facile. 

    Zokuron un peu déçu – Donc je dois encore m’entraîner.

    Pad – C’est bien évident. Ce n’est pas parce que l’on réussi une seule fois, qu’on maîtrise le pouvoir. 

    Zokuron baissant la tête – Je comprends… Je vais recommencer. 

    Togruta sentait encore son estomac rouspéter car il n’était pas content d’avoir reçu si peu. La vielle femme se relève lentement en s’appuyant sur sa canne, un sourire de victoire aux lèvres.

    Pad – Je vais devoir revoir les bases avec toi. 

    Le padawan n’en croyait pas ses oreilles. Il n’avait pas eu une prestation aussi négative que ça ! Si ?

    Zokuron – Que voulez-vous dire ?

    Pad – Que tu n’arrives pas à percevoir l’humour ! 

    Zokuron - … 

    Pad – Ah mon pauvre ami. Je plaisantais. Bien sur que ta performance ce matin est excellente !

    Zokuron – Vous appelez cela de l’humour vous ?

    L’octogénaire allait répliquer lorsqu’elle tourna sa tête vers le temple. La surprise suivie de l’amusement se lisait sur son visage. 

    Pad – Oh, je pense que tu vas avoir l’occasion de mettre en pratique l’acquisition de ton nouveau pouvoir. Pousses l’intrus qui arrive vers nous. 

    Le padawan se tourna alors vers l’endroit où Maître Brûle regardait. Il entendit des plaintes et perçu un droïde B1 désarmée courir vers eux en gesticulant. 

    Droïde B1 – Pas de désactivation ! Dégager ! Entrainement Jedi ! Dégager ! Pas de désactivation !

    Ta’a réagit sans comprendre. Il ferma les yeux, plaçant ses mains vers le gesticuler qui parlait en boucle. Concentrer dans la Force, il réussi une nouvelle fois à poussée la Force contre le droïde B1 qui valsa en arrière. 

    OUTCH !

    Lorsque Zokuron ouvrit les yeux, le droïde gesticulait encore de ses quatre membres vers les airs. Un grognement animal se fit entendre de sous la carcasse métallique. Le Togruta remarqua qu’un autre bras de métal argenté repoussait le B1 sur le côté. C’est seulement à ce moment là qu’il reconnu le padawan Malachite occuper de se relever en prononçant divers bruits gutturaux. 

    Dexter – Grrli, glob, garrilik !

    Immergée dans la Force, l’octogénaire créa un lien de télépathie avec son padawan afin d’utiliser le pouvoir de la compréhension du langage. Elle n’apprécia pas le langage ordurier dont il venait de faire preuve. 

    Pad – Je te pris de rester poli padawan Malachite, nous ne sommes pas seul. 

    Dexter – Ah vous ! J’aurai dû me douter de votre arnaque ! Salut Zok. 

    Zok - Salut Dexter, je suis désolé, je ne t’avais pas vu. 

    Dexter – Oh mais t’inquiète, je suis certain qu’elle a tout fait pour que tu ne me perçoives pas. N’est-ce pas Galiiiiporik !?

    La dame âgée se redressa laissant la Force l’imprégner tout en soutenant le regard de son padawan. Le lien de télépathie entre son padawan et elle était toujours actifs en sa présence afin d’utiliser le pouvoir de la compréhension du langage. Lorsqu’elle saisit ce que Dexter lui avait dit, elle fut fortement offensée, puis elle se détendit car son empathie lui indiquât combien Malachite était frustré d’échoué sans cesse à ce la maîtrise de ce pouvoir qu’il trouvait si simple en théorie. Ce n’était donc pas vers elle que le réptiloïde dirigeait sa colère dû à sa frustration, mais bien contre lui. Donc, Padmée décida de réagir avec humour. 

    Pad amusée – Glopus !

    Le droïde B1 venait de se remettre sur ses pieds à force de gesticuler et ne s’était jamais arrêter de parler. L’humaine était sur le point d’éclater de rire. Dexter lui ferma les yeux, laissant la Force l’imprégner puis tandis sa main inférieure gauche vers l’ex-soldat de mécanique. Lançant la Force vers lui, le padawan trentenaire cherchait la désactivation. Il pouvait enfin sentir l’endroit exacte où agit et lança la Force dessus. Le droïde B1 se figea. Le Togruta restait quoi de la scène et cherchait toujours à comprendre comment la femme était parvenue à parler besalisk. 

    Zok – Euh… c’est quoi ça ?

    Pad – C’est le pouvoir d’Ionisation. Cela fait un an que ce padawan essaye de l’atteindre. Qu’en penses-tu ? A-t-il réussi ?

    Le cyborg n’avait rien changé à sa position. Le droïde se réactiva à la surprise du padawan Ta’a qui recula instinctivement. La Force traversait l’être électronique et il se désactiva. Dexter n’avait toujours pas bougé. 

    Zok – Et bien, on dirait que c’est temporaire. 

    La scène se répétait. Le droïde se réactivait, et le padawan réptiloïde le désactiva. 

    Pad – Exacte. L’ionisation ne dure que six secondes maximum. 

    Zok – Ah… 

    La scène se répétait. Le droïde se réactivait, et le padawan réptiloïde le désactiva. 

    Pad – Penses-tu qu’il y a le nombre de seconde voulu ? 

    Zok – Il me semble bien que oui. 

    Pad – Ok, alors j’aimerai que tu racontes cet entrainement à ton maître. Histoire que je ne valide pas partialement ce padawan. 

    La scène se répétait. Le droïde se réactivait, et le padawan réptiloïde le désactiva. 

    Zok – Que lui avez-vous dit en besalisk ?

    Pad - Glopus ? Oh, c’est le nom d’un Gulliball qu’il avait essayé d’apprivoiser sur Naboo. 

    Zok – Et … Quel rapport ?

    Pad s’adressant à son padawan – Ok, laisse ce pauvre droïde tranquille. Je suis heureuse de constater que tu as aussi utilisé ta vitesse pour le rattraper. 

    Épuiser par cette cours poursuite suivi de la chute et enfin de la concentration dans la Force, le quadrumane s’assied sur le sol, visiblement vexé. Le droïde cours vers la femme qui clignant des yeux désactive définitivement l’ex-combattant. 

    Dexter marmonna – Glopus n’a jamais voulu m’obéir. Il a foutu une pagaille pas croyable et j’ai fini par devoir me séparer de lui. Il n’était qu’un bon à rien. 

    Le Togrula commençait à comprendre prononcer ce nom revenait à dire à Dexter qu’il était bon à rien. Zokuron dévisagea la maître car il ne pouvait croire qu’elle traitait aussi injustement son propre padawan. 

    Dexter – Il n’y a pas d’équivalent à Galiiiiporik. C’est un mot proche de tortionnaire, sadique et monstre. 

    Pad – Bien, après cette leçon de poussée de Force réussi et une ionisation pas trop mal, je viens t’offrir un avant-goût de la compréhension du langage. Lorsque tu seras consulaire, Ta’a, cela te sera très utile. Continue à t’entrainer comme cela. 

    Zok – J’ai encore une question. 

    Pad – Certainement, je t’écoute. 

    Zok – Vous disiez que l’Ionisation ne dure que six secondes, mais ce n’est valable que pour un padawan ? Là, le droïde est toujours désactivé. 

    Dexter vola la réplique à son maître – Elle triche !

    Zok – Quoi ?

    Dexter – Elle l’a désactivé par onde. C’est à cause de ses nanites. Elle est capable d’interférer avec le récepteur du B1. 

    Zok -

    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Zokuron > Ok, pour moi, je n'ai rien à redire. Si pas d'objection de ton maître, je valide ta poussée/traction de Force. 

    jeudi 15 novembre 2018 - 11:37 Modification Admin Permalien

  • Avatar Enoliwen

    Enoliwen

    1358 Crédits

    À 7h40, j'étais dans la salle 1. Regardant les objets disponibles, je choisis un casque.

    Je me mis debout, le casque posé sur le sol, devant moi. Je commençai par fermer les yeux, calmer ma respiration et chercher la Force. Elle ondulait autour de moi, fluide bienveillant et rassurant émanant des objets à mes côtés les rendant presques vivants. L'épisode de la veille me revint en mémoire. Je ne l'avouerai pas, mais le dédain évident de Dexter pour l'entrainement collectif avec la plume m'avait vexé. Après avoir longuement hésité, c'était d'ailleurs cela qui m'avait finalement décidé à me rendre à la salle 1 au lieu du cours collectif.

    Me rendant compte que je m'éloignais de mon objectif, je me replongeai dans la Force, ce qui m'apaisa. Ressentir... le plus important dans cet exercice.

    Après m'être bien reconcentré, j'ouvris lentement les yeux, tendis le bras, visualisai l'aura qui provenait du casque et utilisai la Force pour l'envelopper. Doucement, je le saisis, le portai de façon à ce qu'il s'élève. Je sentais toujours la Force et gardais, en quelque sorte, une connexion avec le casque. Je relachai le casque, le faisant doucement redescendre à terre. Je fermai les yeux. De nouveau, j'enveloppai le casque et le soulevai. Après l'avoir élevé au niveau de mes yeux, j'essayai, pour la première fois, de le déplacer. Les yeux fermés, je me concentrai sur l'aura et, doucement, essayai de bougeai le casque vers la droite.

    Moi : Rhaaah, ça marche pas !!

    Je réessayai plusieurs fois, allant de droite à gauche, de plus en plus vite.

    Une fois que je me sentis à l'aise avec cet exercice, je rangeai le casque et prenai, grâce à la Force, un gros bouclier de métal. Je recommençai à m'entraîner. Voyant que je n'y arrivai pas, je recommençai les yeux fermés. Ensuite, j'ouvrai les yeux et voulut le projeter vers le mur, le stoppant au dernier moment pour le poser au sol, mais il s'y écrasa. Je réessayai, mais perdait chaque fois le contrôle. Une fois il allant s'écraser sur le mur, une autre il tombais à mi-chemin. Comme si la Force me glissai des mains dés que je voulais l'arrêter. Je commençai à me décourager et envisageai de m'arrêter quand j'entendis une voix :

    Voix : Tu relâches ta concentration trop vite. Reste en contact avec la Force jusqu'au bout, sinon tu n'arriveras pas à maîtriser le bouclier.

    C'était Maitre Brûle.

    Moi : Vous êtes là depuis longtemps ?

    Maître Brûle : Je te regardai d'entraîner.

    Elle s'approcha.

    Maître : Regardes.

    Elle souleva le bouclier et l'envoya vers le mur.

    - Tu vois, je reste concentrée.

    Le bouclier alla se poser sur le sol.

    - Toi, ce que tu fais, c'est ça :

    Elle ramena le bouclier vers nous, puis recommença tout en parlant.

    - Tu tiens, jusque là :

    Elle arrêta le bouclier en plein élan

    - Et puis à partir d'ici, d'un coup, tu romps le contact. Et alors, qu'est-ce qui se passe ? Patatras !

    Le bouclier tomba à terre.

    - À toi, maintenant.

    Sceptique, je rappelai le bouclier. Tendu, je respirai un grand coup et soulevai le bouclier. Rester concentré, rester concentré et... stop ! Le bouclier s'arreta à quelques centimètres du mur.

    Moi : Yes !

    Maitre Brûle : C'est exactement comme ça qu'il faut faire.

    Je souris et réessayai. Mais avant d'arriver près du mur, je sentis de nouveu comme un glissement et le bouclier m'échappa.

    Maitre Brûle : Reste concentré !

    Je recommençai, décidé à y arriver une deuxième fois.

    Je mis un peu de temps mais au bout de plusieurs tentatives, je maitrisais l'exercice.

    Maitre Brûle : Je crois que tu as compris le principe. Tu veux faire une pause ?

    Ce message a été modifié par Enoliwen le samedi 01 décembre 2018 - 17:21

    jeudi 22 novembre 2018 - 21:29 Modification Admin Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7120 Crédits

    Enoliwen - Correction télékinésie

    Appuyée contre le mur du couloir, à l'extérieur de la pièce dans laquelle s'entraînait mon padawan, j'écoutai ce qu'il s'y passait. J'avais vu Maître Brûle y entrer et j'avais décidé d'observer sans me montrer, désireuse de voir les progrès d'Enoliwen, mon nouveau protégé. Ou plutôt de les percevoir. En communion avec la Force, je ressentais un faible lien entre Eno et moi ; c'était le lien que nous avions à développer, celui que nous entretiendrons jusqu'à ce qu'il passe Chevalier, et plus longtemps encore.

    J'esquissai un sourire lorsque je sentis sa présence dans la Force : elle se précisait de jour en jour, elle n'était plus aussi brouillonne que lors de son arrivée à l'Académie. Cela ne voulait dire qu'une chose : il s'entraînait assidûment et promettait de devenir un grand Chevalier.

    Au bout d'un moment, les bruits se turent et je compris que c'était le moment de me révéler. Pénétrant dans la pièce, je saluai Padmée et posai mon regard sur un Enoliwen étonné.

    Eno : Tu es là depuis longtemps ?
    Moi : Au moins depuis que Maître Brûle est arrivée.
    Eno : C'est une manie chez les Jedi de jouer aux espions ?

    J'eus un petit rire, une idée venant de germer dans mon esprit.

    Moi : Si tu veux, je peux t'apprendre à le faire. Je sais déjà quel serait ton premier exercice.
    Eno : Ah oui ? Ce serait quoi ?
    Moi : Je t'expliquerai le jour de l'entraînement. En attendant, occupons-nous de ta télékinésie. Je sais que tu l'as déjà réussie avec Maître Brûle. Maintenant, tu dois montrer tout cela à ton maître.

    J'avisai le bouclier à terre, et la pile de ceux qui restaient. Aussitôt, je tendis les bras, toujours en harmonie avec la Force, sentant son fluide bienveillant me traverser et me revivifier les sens, et deux boucliers se mirent à léviter.

    Moi : Arrête-moi ça !

    Sans essayer de rentre sa tâche impossible, je les précipitai sur lui de façon à ce qu'ils le prennent en sandwich. S'il était capable d'en arrêter un, il pouvait en arrêter deux. Et il valait mieux le prendre par surprise pour qu'il ne se pose pas de questions susceptibles de l'empêcher de réussir quelque chose dont il était parfaitement capable. Il ne me déçut pas, au contraire : grâce à son entraînement, il eut le réflexe de les stopper, lui-même étonné par ce qu'il venait d'accomplir.

    Un sourire aux lèvres, je les rangeai par télékinésie.

    Eno : Eh ! Je n'étais pas prêt !
    Moi : Et alors ? Un Jedi doit toujours se tenir prêt. Et en plus tu as réussi.

    Je me tournai vers Pad qui observait tout en silence, l'air nostalgique ou amusé, je ne saurais le dire.

    Moi : Pas d'objection pour valider cet entraînement ?
    Pad : Aucune. Il a bien travaillé. (elle se tourna vers Enoliwen : ) Maintenant, tu n'as plus qu'à la travailler régulièrement. Plus tu la travailleras, plus elle te viendra naturellement.
    Eno : C'est compris.

    Pad se retira ensuite, allant voir d'autres padawans et nous laissant seuls, Enoliwen et moi.

    Moi : C'est très bien, Enoliwen. N'hésite pas à me demander si tu veux t'entraîner avec moi, je suis aussi là pour ça. Mais maintenant... c'est l'heure de ta pause, tu l'as bien méritée. Ça te dit d'aller déjeuner à la salle commune avec moi ?


    Enoliwen> Tu t'améliores de post en post, continue comme ça ! Tu peux désormais apprendre un autre pouvoir de ton choix parmi ceux proposés.

    samedi 24 novembre 2018 - 11:48 Modification Admin Permalien

  • Avatar Enoliwen

    Enoliwen

    1358 Crédits

    Zad : Ça te dit d'aller déjeuner à la salle commune avec moi ?

    Moi : Bien sûr !

    Nous nous rendons à la salle commune, où nous commençons à manger.

    Zad : Alors, tu as une idée du pouvoir que tu voudrais apprendre maintenant ?

    Moi : La Persuasion. Tu voudrais bien m'apprendre ?

    Zad : Non.

    Moi : Hein ? Mais pourquoi ? Tu m'as proposé de m'entrainer avec toi tout à l'heure !

    Elle se met à sourire, ce qui me fait comprendre qu'elle me fait marcher.

    Moi, vexé : C'est pas drôleuuhh !

    Zad : Ta tête, l'était, si. Allez, finissons de manger, qu'on aille s'entrainer.

    Une fois terminé, nous sortons dehors.

    Zad : Tu connais le principe de la Persuasion, je suppose ?

    Moi : Oui.

    Zad : Tu sais donc que ça demande une connection à la Force importante, du moins tant que tu es padawan. 

    Moi : Oui

    Zad : Dans ce cas, quelle est la première étape ?

    Moi : Euh... je ne sais pas.

    Zad : Essaye d'utiliser la Persuasion contre moi.

    Moi : Tu veux que je l'utilise contre toi ?

    Zad : Exactement.

    Je me connecte à la Force et je me concentre sur celle qui émane de Zadyssa. C'est plus faible que ce que je ne pensais. 

    Moi : Comment ça se fait que ton aura soit si peu forte ?

    Zad : Si je gardais ma puissance au maximum, tu n'arriverais à rien. Allez, vas-y.

    Je tends la main :

    Moi : Tu vas sauter à cloche-pied autour de moi.

    Rien ne se passe, Zadyssa ne bouge pas.

    Moi : Ah... O.K.

    Zad : As-tu une idée de la première étape, maintenant ?

    Moi : La méditation ?

    Zad : C'est ça !

    Nous nous asseyons dans l'herbe.

    - Ferme les yeux et laisse la Force t'envelopper.

    Je m'exécute, laissant mon esprit flotter dans ce fluide qu'est la Force. Quelques minutes s'écoulent.

    Zad : Tu perçois des présences dans la Force, à proximité ?

    Je sens une petite dizaine de présences, ce qui n'est pas étonnant puisque nous sommes dans le jardin, en pleine après-midi.

    Moi : Oui, mais à part la tienne, je ne saurais pas dire qui c'est.

    Zad : Concentre-toi sur la mienne, alors. Dis-moi ce que tu ressens.

    Je me focalise sur elle. Elle semble se préciser.

    Moi : On dirait que tu est plus présente qu'avant.

    Zad : Exactement. Maintenant, lève-toi, ouvres tes yeux et imagine que je suis maléable, que tu peux me faire faire ce que tu veux.

    Je suis concentré sur sa présence dans la Force.

    - C'est bon ?

    Moi : Oui.

    Zad : Pense à quelque chose que tu veux que je fasse. Tends la main et "projette"-le vers moi.

    Je me concentre

    Moi : Tu...n'as...euh, non... tu vas... sauter à cloche-pied autour de moi.

    Rien.

    Zad : Premièrement, je pense que tu t'es déconcentré lorsque tu as bugé en me demandant de sauter autour de toi. Deuxièmement, tu n'as pas tendus la main, ce qui a donné moins de puissance à ton essai. Visualises bien l'aura de la personne contre qui tu veux utiliser ton pouvoir, moi en l'occurence, et ne perds pas cette connection. Tu réessayes avec une autre demande ?

    Moi : D'accord.

    Je réessaye mais, de nouveau, rien ne se passe. Au bout de plusieurs essais, je n'arrive toujours pas à utiliser la Persuasion contre Zadyssa.

    Zad : N'aies pas peur, tu as la capacité de le faire. C'est normal de rater parfois, on ne peut pas tout réussir du premier coup !

    Qu'est-ce que je peux bien lui demander de faire ? Une idée germe dans mon esprit.

    Je ferme les yeux quelque secondes, histoire de faire le vide dans ma tête. J'ouvre les yeux, je tends la main et je dis :

    Moi : Tu vas faire le canard.

    Zad, d'un ton éteint : Je vais faire le canard.

    Elle s'accroupit et commence à se déplacer dans cette position. Elle s'avance ensuite vers moi, comme si elle était réellement un canard. Je me mets à sourire de façon incontrôlable.

    Zad : Coin-coin, coin-coin...

    Elle lève les coudes comme des ailes avec tant de sérieux que je n'en peux plus : j'explose de rire. Je ris tellement que je me déconnecte de la Force, relachant Zadyssa qui se relève, me regardant interrogativement.

    Moi, entre deux hoquets : Je ne savais pas que tu avais des gènes de canard !

    Zad : De canard ? Ne me dis pas que... Enoliwen !

    Moi, pas désolé du tout : Désolé. En tout cas, ça a fonctionné !

    Mon maitre scrute le jardin autour d'elle, peut-être pour vérifier que personne ne nous a regardé.

    Zad : Mouais. Essaye mainenant avec des pouvoirs moins bridés. Et tu n'es pas obligé de me demander de faire un truc ridicule !

    Je me reconnecte et visualise Zadyssa. En effet, je sens plus de puissance dans la Force qui émane d'elle.

    Moi, concentré : Tu vas faire trois culbutes au sol

    Zad : Je vais faire trois culbutes au sol.

    Elle s'abaisse et roule au sol.

    Moi : Je crois que j'ai pigé le truc.

    Et en recommençant :

    - Tu vas grimper à l'arbre.

    Zad : Je vais grimper à l'arbre puis redescendre.

    Elle se dirige vers l'arbre le plus proche et escalade le tronc. Une fois arrivée en haut, elle s'arrête quelques secondes puis commence à repartir. Elle est au presque à la fin de la descente quand elle dérape.

    Moi : Attention !

    Zadyssa se retrouve par terre.

    Zad : Ouille !

    Moi : Ça va ?

    Zad : Quoi ? Qu'est-ce c'est passé ?

    Moi : Tu étais en train de descendre de l'arbre, là-bas, et tu as glissé.

    Zad : Tu pourrais éviter de me demander de faire quelque chose de potentiellement dangereux, la prochaine fois ?

    Moi : Bien sûr, je suis désolé.

    Zad : Ne t'inquiète pas, il ne c'est rien passé mais je préfererai juste ne pas mourir à cause d'un entrainement avec mon padawan.

    Moi : Ce n'était pas mon but, en effet.

    Zad : Sinon, il semblerait que tu aies compris comment faire, non ?

    Moi : Ouais. Mais ça fatigue, tout ça.

    Zad : Eh oui, c'est fatiguant d'être un padawan.

    Moi : Pourquoi j'ai l'impression que tu te moques de moi ?

    Zad, ironique : Je ne sais pas...

    Ce message a été modifié par Enoliwen le vendredi 07 décembre 2018 - 16:44

    vendredi 07 décembre 2018 - 08:39 Modification Admin Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    24834 Crédits

    Enoliwen Persuasion

    La vielle femme avait suivi l’entrainement du padawan Koter’nak. Elle n’avait pas envie d’interrompre un maitre et son élève aussi, elle était restée en retrait. Maître Yunixy venait de se moquer gentiment de jeune Bothan et elle reprit le chemin du temple. Le jeune natif de Bothawie restait un peu en arrière tout en suivant son mentor. 

    Maître Brûle s’approcha alors d’eux en s’appuyant sur sa canne. Elle félicita l’adolescent pour sa motivation et sa persévérance à s’entrainer dans la Force. 

    Pad s’adressant à Zad – Ce petit à un humour qui me plait. 

    Zad – Vraiment ?

    Pad – Il me serait utile d’avoir ton avis sur une… mission. Enoliwen, j’aimerai m’entretenir avec ton maître quelques instants. Me le permets-tu ?

    Enoliwen – Certainement maître Brûle. 

    Le bothan s’éloigna en pressant le pas. La native de Metellos était intriguée lorsqu’elle comprit que Padmée attendit que le padawan fut assez loin pour ne pas les entendre. 

    Zad – Vous vouliez me parler de lui, n’est-ce pas ?

    Pad – Oui, que penses-tu de son entrainement de persuasion ?

    Les deux femmes discutèrent ensemble un cour moment. Elles étaient tombées d’accord pour dire que le padawan s’était bien débrouillé pour un premier entrainement de persuasion, mais qu’il avait besoin de s’entrainer avec un esprit faible et pas sur un esprit volontaire. En plus cela soulagea Yunixy de ne plus subir les taquineries douloureuses de son padawan. 

    Zad – Je suis d’accord pour qu’il recommence, mais vous proposez quoi ?

    Pad – J’aimerai lui confier une mission. 

    Zad – Une mission ? Je pensais que nous parlions d’entrainement. 

    Pad – J’aimerai que ton padawan persuade mon padawan de réaliser une plume dans un morceau de bois. Je peux t’assurer que d’un certain point de vue, nous pouvons considérer cela comme une mission. 

    Zad – D’un certain point de vue…

    S’étant donc mises d’accord, les deux humaines se séparèrent. Seul la dame en blanc retrouva le bothan. 

    Pad – Padawan Koter’nak, votre maître et moi-même avons décidé de vous confier une mission. 

    Surprit Enoliwen restait quoi. 

    Pad – Nous désirons que vous alliez PERSUADER le padawan Malachite de tailler dans le bois une plume. Cette mission, si vous l’accepter, vous permettra de compléter votre entrainement à ce pouvoir. 

    lundi 10 décembre 2018 - 19:30 Modification Admin Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Evénements

D23 2019

23 août 2019 - 25 août 2019

Ciné Concert Star Wars : Le Retour du Jedi

11 sept. 2019 - 14 sept. 2019

Comic Con Antwerp 2019

14 sept. 2019 - 15 sept. 2019

Japaniort 2019

28 sept. 2019 - 29 sept. 2019

Triple Force Friday

04 oct. 2019

Paris Manga et Sci-Fi Show 28ème édition

05 oct. 2019 - 06 oct. 2019

Star Wars IX

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide