Salle d'apprentissage des pouvoirs de la Force – Saison 7 (page 2)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Padme111

    Padme111

    24839 Crédits

    Comme tous les matins vers 6h, Padmée se lève quittant son époux encore endormi. L’octogénaire avait ses habitudes. En effilant un peignoir blanc au-dessus de son pyjama cyan, la maître Jedi se dirigeait vers la salle de méditation. Elle s’installait en tailleur sur un pouf bleu. Sa méditation pouvait variée entre tente minutes ou une heure selon les nécessitées. Ensuite, elle rejoignait Vyvacy Brûle pour qu’ils puissent déjeuner ensemble entre 7h et 7h30. Après quoi, le sénateur retraité vaquait à ses occupations pendant que Padmée s’occupait de la salle des pouvoirs. 

    Perception de Force – Padmée

    Aujourd’hui, c’était un matin comme les autres. La vielle dame installée confortablement sur son pouf préféré, fermait les yeux afin de plonger dans la Force. Elle commença ses exercices de respiration. Une inspiration profonde, puis une expiration lente en rentrant le ventre, et ce, trois fois de suite. Après quoi, la respiration redevenait normale. Elle était prête à chercher la Force ! Et celle-ci n’était pas loin. La Force était est et sera toujours autour de Padmée Brûle. La Jedi la percevait constamment mais ne s’y émergeait pas toujours. Elle n’y plongeait que par nécessité ou pour se retrouver elle-même au travers d’une méditation. 

    Méditation – Padmée

    Avant toute chose, la Jedi vidait son esprit et se fermait à l’extérieur ! Le corps de la Jedi assimilait encore plus de Force. Après autant d’années de pratique, Padmée trouvait facilement son point d’ancrage émotionnel lui permettant d’être en paix avec elle-même. Cette émotion qui l’enracinait dans un équilibre mentale et l’a rendait sereine était simplement l’amour ! Ce sentiment qui l’avait unie à Vyvacy, était devenu la seule et unique chose qui existait en ce moment précis. La Force et Padmée ne faisait plus qu’un ! La Jedi parvenait à s’immergée complètement dans l’énergie de l’univers que tout Jedi utilisaient depuis des siècles. Padmée baignait dans la sérénité.

    Tous les souvenirs des jours passés s’éloignaient de Maître Brûle, au point de disparaître. Les divergences d’opinions avec les autres maîtres Jedi, les colères ressentis à l’encontre des Sith ou autres ennemies politiques que la dame en peignoir avaient affronter n’étaient plus que néant. C’est ainsi que la vieille femme se purgeait des émotions négatives. 

    A ce moment précis, la maître Jedi était coupée du monde extérieur. Son cerveau refusait de traiter les informations qui parvenaient à ses oreilles, à son nez ou à sa peau. La sœur de Maître Kaarde Naberry était en totale harmonie avec la Force. Alors seulement, la vieille dame décidait de rechercher d’avantage la Force au point que son propre corps commença à décoller du sol. Depuis trois jours, Padmée s’essayait à la médiation de Lévitation. Aujourd’hui, enfin, elle parvenu à ce que son séant soit à dix centimètre du sol. Ses lèvres dessinaient un sourire et son corps descendit lentement sur le pouf. Une fois que le contacte entre le siège et la femme fut rétablit, Padmée laissait son corps reprendre contact avec le monde qui l’entourait. 

    Perception de vie – Padmée Brûle

    Maître Brûle reprenait le contrôle total de ses souvenirs, de sa présence ici en salle de méditation sur Yavin IV. La Force ne l’avait absolument pas quitté ! C’est juste l’esprit de Padmée qui reprend une activité normale. La Jedi s’absorbe de la Force et décida de l’utiliser. La Maître Jedi utilisant la perception de vie, cherchait donc à travers la Force, les formes de vie qui pouvait se trouver tout autour de sa présence. A sa grande surprise, Padmée distingua dans la Force, une forme de vie étant proche d’elle. Probablement encore dans le couloir mentant à la salle de méditation. L’octogénaire n’avait pas eu l’occasion de ressentir cet aura très souvent. La Jedi en conclus que c’était un padawan. Lorsque celui-ci franchi la porte, la dame en peignoir blanc sourie car elle reconnu alors à travers la perception de vie qu’il s’agissait d’un Mirialan. Celui-là même qui était passé la veille pour son exercice de perception de la Force. Padmée se détendit et ouvrit les yeux afin de l’accueillir. 


    Le padawan Icare, avait tellement de chose à raconter qu’il n’avait pas remarqué l’habillement de la Maître Jedi. Cela ne la dérangeait nullement d’être dans une tenue décontractée et confortable. Le Mirialan lui racontait comment il avait découvert la télékinésie et aussi qu’il avait réveillé les padawans ainsi que son maître. Maître Brûle contrôlait son amusement en imaginant la scène. 

    Ensuite, dans un débit de parole impressionnant, Icare posa quelques questions :

    Icare - Maître, j’ai quelques questions à vous poser. Vous vous souvenez vous m’aviez demandé de percevoir la Force et pour tout vous dire, je ne suis pas sûre d’avoir découvert une différence entre la médiation et l’exercice de perception de Force. Est-ce que vous pourriez m’éclairer là dessus ? De plus, depuis que je me suis réellement connecté à la Force, il m’arrive de voir un vieil homme, barbu, grisonnant. Il m’a apporté de nombreux conseils toujours justes sur la Force. Est-il une représentation de la Force ? Et la Force nous permet elle de rester en contact avec des personnes qui nous ont quittés ? Car je suis quasiment sûr que ma marraine était présente lors de ma connexion et qu’elle m’accompagne tous les jours.

    Différence entre Méditation et Perception de la Force - Explication de Padmée

    La vieille dame attendit patiemment que le padawan marque une pause suffisamment longue afin d’être certaine qu’il avait fini. Puis, elle l’invita à s’asseoir sur le pouf vert qui était devant elle. Il s’exécuta rapidement. Visiblement, la Jedi avait toute l’attention du jeune homme à la peau verte pale. 

    Pad – Je suis ravie de ta visite padawan. J’aime les gens qui savent ce qu’ils veulent. Posez des questions est un excellent moyen d’apprendre. Et apprendre mène à la connaissance ! C’est le premier pilier de la vie d’un Jedi. Enfin… Il fut une époque lointaine, très lointaine… ces piliers étaient enseignés dans l’Ordre Jedi. C’était avant la guerre des clones, bien avant. 

    Le veille dame marquait un pause. Déjà pour tester la réaction du padawan, pour qu’il ait le temps d’analyser ce qu’elle disait et enfin pour en profiter afin de détendre ses muscles. Avec des gestes lents, elle décroisait ses jambes pour poser au sol ses pieds chaussées de chaussons noirs. Le padawan pouvait ainsi découvrir un pyjama cyan visiblement très chaud. Elle prenait dans la main gauche sa canne et en posa le pied au sol. Alors que le Mirialan ouvrait la bouche pour parler, la Jedi reprit la parole. 

    Pad – Une méditation est une forme d’analyse de soi au travers de la Force. Tandis que la perception de la Force, c’est toi qui l’a ressent. 

    Pour appuyer ses mots, la dame en peignoir posa le bout de sa canne sur le sternum du jeune homme. Puis, elle reposa son utile sur le tapis plein gris claire. 

    Pad – La Méditation a plusieurs phases, mais je t’en parlerai un autre jour. Sache qu’elle t’aidera à mieux te connaitre. C’est au cœur d’une méditation que tu peux analyser ce que tu ressens. Tu pourras mieux ciblés pour qui tu as des sentiments au travers de la Force. Un peu comme si elle était un miroir. Tu trouveras sérénité, harmonie et paix intérieur au cœur de la Force… une fois que toutes émotions négatives, chassées tu auras !^^ 

    La Jedi marqua encore une pause et le padawan semblait méditer ses paroles. Il avait noté la volonté humoristique de la maître Jedi en imitant la syntaxe du célèbre maître Yoda dans sa dernière phrase. 

    Pad – La perception de la Force est normalement ce qui est juste avant une méditation. Mais afin d’être concentrer pour percevoir la Force, nous demandons aux jeunes comme toi de méditer avant de percevoir. Cela vous aide à vider votre esprit et d’être plus enclin à ressentir l’énergie puissante qui est en vous. 

    En plongeant dans les yeux marron du padawan, Padmée réalisa qu’il commençait à entre voir la différence entre les deux. Elle constata aussi qu’elle avait rencontré peu d’élèves aussi scrupuleux des détailles et des différences. C’était rafraîchissant pour la dame âgée d’avoir un participant aussi appliqué. 

    Pad – Avant ton arrivée sur Yavin IV, tu as ressenti la perception de Force. Instinctivement, tu ressentais des choses, tu les percevais. Je suis certaine que tu as déjà ressentie une énergie en toi sans comprendre d’où elle venait. C’est cela la perception de la Force ! C’est elle qui t’as poussée à venir au Temple. Ce pouvoir est subdivisé en trois. La perception de la Force seul. Ce que je viens de te décrire. La perception de la vie : c’est ressentir la vie autour de toi. Et enfin, la perception du Danger ; on l’appel aussi pressentiment. C’est se retirer à temps pour éviter un tir de baster ; c’est savoir au fond de soi que l’individu devant soi va vous faire mal… Je pense que je t’ai dit l’essentiel. Avant de parler de l’homme barbu. Dis-moi si tu as compris la différence entre la méditation et la perception de la Force ?

    Ce message a été modifié par Padme111 le vendredi 12 janvier 2018 - 21:40

    vendredi 12 janvier 2018 - 21:36 Modification Admin Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6244 Crédits

    Weedge Terrik - Entraînement: Empathie


    C’était un « jour » comme les autres sur Yavin IV. La vie dans ce sanctuaire Jedi était rythmée par les magnifique lever et coucher de la géante gazeuse. Il faisait rarement nuit – notre lune éclairée soit par le soleil, soit la planète – mais ces rares nuit était longue - la planète nous masquait le soleil jusqu’a 4 jours. Et ce jour particulier... était une nuit. La température était froide la lumière faible d’un très pale orange de la planète du côté de sa face non éclairée, avec pour seule source un croissant un peu plus brillant, reflet du soleil dans l’atmosphère de la planète qui nous en cache la vue.

    Il ne fallait pas croire que la vie des Jedi ici se limitait à la contemplation et a l’entrainement. Il fallait aussi vivre, c’est pourquoi nous avions des taches à effectuer pour que nous puissions subsister dans cette jungle pas toujours amicale.

    Et ma tâche ce jour était de veiller sur notre – rare – livraison de vivres et ressources. La situation galactique et politique actuelle des Jedi était telle que ces livraisons étaient rares, généralement sous escorte discrète et avec uniquement des gens de confiance. Les livraisons se faisaient de nuit – car il était plus facile de disparaître de la vue en plus de tromper les capteurs.

    Le couple de Corrélien qui nous livrait aujourd’hui était de bons amis des Jedi. Ils nous apportaient de la nourriture fraiche et du matériel, médical entre autres. Ce couple avait adopté un jeune zabrak qui avait environ 4 ans, abandonné du fait de son handicap. Il était sourd et muet. Ils l’avaient nommé Andy.

    Mais aujourd’hui, il y eu un accident.

    Alors que je vérifier une caisse, une autre en cours de déchargement, se décrocha.

    Je me précipite sur les lieux, pour constater avec effroi que, par malheur, Andy était justement au mauvais endroit. Je ferme les yeux, plonge dans la Force, et lui demande d’envelopper de son énergie la caisse, afin de la basculer sur le côté. Tout « vieux » que j’étais, je restais un padawan, et cela me pris de longue seconde pour réussir.

    Je me précipite alors vers le petit Andy, allonge au sol là où se trouvait la caisse à peine plus tôt. Fort heureusement, la caisse ne lui est pas tombe dessus – mais lui a seulement basculé dessus. Il ne semble pas présenter de blessure grave, pas mal d’éraflures…

    Mais ses yeux indiquent de la douleur, en plus de la panique. Il ne pouvait pas m’entendre, ni me répondre, et de fait je devrais trouver par moi-même la source de sa peine.
    Alors je plonge à nouveau dans la Force, respire doucement, et fait appel à son énergie pour une toute autre action cette fois. Je lance la Force vers Andy, tente d’établir un pont entre son esprit et le mien. Mais du fait de son handicap, son esprit est régi par des lois différente d’un esprit comme le mien. Il n’y a pas de mot, de pensée organisée ici. Son esprit est rempli de forme, d’odeurs et d’émotions.

    Je commence d’abord par lui envoyer du calme, de la sérénité de ma part. apaiser sa peur, chasser cette image de la caisse lui tombant dessus. Remplacer cette image par la mienne, avec un sourire, lui montrer que le danger est passé. Cela prend un peu de temps, mais la peur finie par s’atténuer. Mais la douleur reste présente.

    J’étends alors doucement mes sens à son corps, et non seulement son esprit. Instinctivement, ma main survole son corps, comme un guide de ma perception pour analyser chaque organe, chaque membre, les yeux fermé et son esprit lié au mien. Je n’avais pas la capacité encore de percevoir son corps en entier, et donc je devais procéder par étape.

    Grace à la connexion, je perçois sa douleur un peu comme si elle était mienne. Au travers de la Force, je pouvais me connecter à chaque nerf, recherchant celui ou ceux qui réagissait à la douleur, les remontant, suivant chaque embranchement pour me rapprocher de la douleur. La difficulté est de gérer les signaux contradictoires entre les différentes douleurs distinctes, emmêlées dans son jeune esprit.  J’hésite à déterminer la route à prendre, comprend que j’ai affaire ici à plusieurs maux, et continue ma route d’abord vers une jambe, puis l’autre. Je remonte ensuite le dos, le torse, les bras.

    Après plusieurs minutes je fini par trouver les sources de ses maux. Il y a 2 blessures. Pendant cet intervalle, deux jeunes apprenti guérisseurs étaient arrivé avec une civière. Je leur indique les blessures - le bras gauche cassé et la cheville droite foulée. Rien de catastrophique – Shina, en service à l’infirmerie saura soigner cela rapidement. Il pourra marcher très vite, et devra cependant reposer son bras pendant une paire de semaine.

    Je m’excuse auprès de ses parents pour mon inattention, et eux aussi se confondent en excuses de n’avoir pas vu qu’il était sorti du vaisseau. Je les invite alors à accompagner leur enfant vers l’infirmerie. Je ne pouvais hélas les accompagner car mon devoir était de finir le travail.

    L’analyse de l’incident montra qu’une attache, usée par le temps, avait cédée. Un accident idiot en somme, heureusement sans conséquence fâcheuse.

    La livraison terminée, je fus content de revoir Andy, boitillant un peu avec un bras dans le plâtre, revenir avec ses parents à leur vaisseau, prêt à repartir.
    Avant cela, Andy se dirigea vers moi. Je me baisse à son niveau. Il me donne alors un câlin de son bras valide, sa façon a lui de remercier. Il reparti vers le vaisseau, qui décolla et disparu dans la nuit de la lune Yavin IV.

    Ce message a été modifié par ProjetT le dimanche 14 janvier 2018 - 22:56

    dimanche 14 janvier 2018 - 22:55 Modification Admin Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    24839 Crédits

    Avant même que le Padawan Icare puisse répondre à la maître Jedi, un homme de la sécurité ouvrit la porte de la salle de méditation. 

    Homme de la sécurité – Bonjour Maître Brûle, le cargo de livraison vient d’arrivée. 

    Pad – Oh, merci Fred. 

    L’humain disparut dans l’encadrement de la porte. Le Padawan Icare interrogeait la dame âgée du regard et elle reporta son attention sur lui. 

    Pad – J’attendais un colis. Accompagne moi jusqu’au hangar, nous pourrons encore discuter des pouvoirs. 

    Icare – Bien maître !

    Ils se levèrent en même temps pour se diriger vers le couloir. Le padawan était déjà sorti de la salle de méditation lorsqu’il réalisa que la dame en blanc avançait doucement derrière lui en s’appuyant sur sa canne. Le padawan observait les détailles de l’appuie de la maître. La canne était en bois sculpté dont la base à cinq cm de diamètre. Les sculptures représentèrent des animaux de différentes planètes : Rancor, Nexu, Acklay, Bantha ; Eopie, Mynock, Reek, Scurrier, Tauntaun,Terentatek, Vornskr, Ysalamiri, Wampa, Varactyl et ce qui sert de crosse est un Thernbee. 

    Icare – Euh… vous allez descendre aux hangars dans cette tenue ?

    Pad – C’est mon plus beau peignoir. Pourquoi, est-il tâché ?

    Icare - … Non. 

    Pad – Alors allons y ! Vyvacy a commandé deux nouveaux datapad. 

    La maître et le padawan Eris reprirent leur conversation sur la Force, la perception de celle-ci et la méditation. 

    Empathie et Télékinésie (poussée de Force) – Weegde vérification

    En arrivant à l’entrepôt, des bruits d’agitations se font entendre depuis les couloirs. La dame à la canne interrogea l’un des hommes de la sécurité qui lui expliquait qu’une caisse s’était détachée et avait failli écraser un enfant. En entrant dans l’immense pièce où divers vaisseaux stationnaient, Maître Brûle perçu la présence d’un très vieille ami. D’un pas lent, elle s’approchait d’un Zabrak d’une trentaine d’année qui en la voyant vient à sa rencontre. Padmée présenta Weedge à Icare en précisant que ce dernier était le padawan de Zadyssa. Ensuite, l’être cornu éclairci la situation à la Maître tout en lui apprenant qu’il venait d’utiliser le pouvoir de l’Empathie de Force pour parvenir à entrer en communication avec l’enfant sourd et muet. Le padawan Eris écoutait respectueusement le récit du Zabrak. Lorsque celui-ci eut terminé, le cœur de la dame en peignoir fut soulagé. 

    Pad – Je suis heureuse de te revoir en bonne forme. Et je te félicite Weedge pour avoir réagit avec autant de vigilance. Tu as fort bien utilisé la télékinésie mais je suis encore plus impressionnée par ta maîtrise de l’Empathie de Force. Tu as pu diagnostiquer les sentiments d’Andy et lui communiquer tes propres émotions pour l’aider. Continue sur ce chemin là, jeune guérisseur. Il me semble que tu as déjà trois pouvoirs de padawan validé, me tromperais-je ?

    Weedge – Non, c’est bien trois qui furent valider avec mon maître. 

    Pad – Alors, il me reste plus qu’à prévenir Aynor et Kinsa que ton quatrième pouvoir vient d’être valider. Ainsi, tu finalises une étape de plus pour toi devenir Chevalier. Je ne peux que t’encourager à passer de temps à autre en formation du sabre laser. 

    Weedge – Merci Maître Naberry… ah oui, c’est maître Brûle maintenant, désolé. 

    Pad – Appelles-moi, Pad. Je dois te laisser car j’ai un colis qui doit être arrivé. 

    En voyant la dame âgée se retourner pour quitter les lieux, le guérisseur ne pouvait que constater les dégâts du temps sur l’humaine. 

    Weedge – Le pouvoir du Curato Salva pourrait vous soulager. 

    Le padawan Eris fut surpris de la remarque du Zabrak et s’attendait à une réaction de reproche de la part de la doyenne des Jedi qui venait de s’arrêter net. Le plus vieux des padawans possédaient la mémoire d’un ami qui eut longuement veillé – avec difficulté - sur la santé de Padmée, à une époque où elle n’était pas raisonnable. Sans se retournée, la dame s’appuyait sur sa canne, baissant la tête. 

    Pad – Je l’utilise tous les jours. Merci de t’inquiéter, mais rassures-toi. Je n’ai plus l’intention d’aller au-delà de ce que mon corps ne me le permet. 

    Weedge – Vraiment, Pad ?

    Pad – Vraiment… Click… mon vieil ami… Nous sommes des reliques et un jour, je te rejoindrais dans la Force. Mais pas toute suite… Pour l’heure, j’ai encore un bout de chemin à faire. 

    Weedge – Je n’en doute pas, Pad. Prends soin de toi. 

    Sans comprendre pourquoi l’humaine avait utilisé le prénom « Click », le padawan Eris perçut dans le regard du Zabrak que pendant un instant, il était quelqu’un d’autre, quelle que chose d’autre…

    La dame âgée semblait si fatiguée tout d’un coup, elle fermait les yeux. En réalité, ce n’était que pour mieux plongée dans ses souvenirs. Ceux de Clikman Terrik le guérisseur ! Il était là pour elle, lorsqu’elle avait perdue la vue ; lorsque le temple Jedi fut attaqué par un virus qui l’avait rendu malade ; lorsqu’elle a failli mourir... Padmée se souvenait du jeune padawan qu’il avait été, lui et ses frères. Une époque lointaine où l’Ordre Jedi n’allait pas trop bien et que le Conseil Jedi avait besoin d’aide et de soutient. Clikman, Jorus-Beku-n et Obitom Naberry l’autre frère de Pad, avait formé un conseil de padawan et créer la fameuse fréquence Nema. Ensemble, ils avaient contribué à en résoudre des conflits. Ensemble, ils en avaient vécue des choses. 

    Padmée se redressa et reprit son pas lent, le cœur remplit de nostalgie.
    ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Icare Eris >> N'hésite pas à écrire un dialogue entre Pad et toi qui se situe entre la salle de méditation et le hangar ou en quittant le hangar. 
    Weedge >> Merci d'être passé en PDF!^^ Cela fait plaisir de te revoir dans la Caste. Et comme noté, je valide ton 4 ème pouvoir obligatoire de padawan. Tu es toujours le bienvenue pour poursuivre d'autres entrainement à ta guise. 

    Ce message a été modifié par Padme111 le lundi 15 janvier 2018 - 11:03

    lundi 15 janvier 2018 - 11:03 Modification Admin Permalien

  • Avatar Phaleina

    Phaleina

    515 Crédits

    Nous venions de quitter la salle de méditation, enfin, j’étais sortis de la salle. En me retournant, j’aperçus que la Maître Brûle n’avait pas encore atteint la porte. Je l’attendis patiemment, puis essaya d’adapter ma vitesse de marche à celle de la vieille dame, toujours vêtu de son pyjama et son peignoir bleu. C’était un sacré personnage pour qui j'avais beaucoup de respect et aussi de l'admiration, elle avait participer à la formation d'un grand nombre de Jedi. Tout en se dirigeant vers le hangar, la Maître repris notre discussion.

    Maître Brûle : Tu n’as pas répondu à ma question ! As-tu compris la différence perception et méditation ?

    Moi : Je crois.

    Maître Brûle : Tu crois ou tu en es sûr ?

    Je pris le temps de réfléchir et de poser mes mots avant de formuler ma réponse.

    Moi : Non, j’ai compris ce que vous m’avez expliqué et je pense que j’y ferais plus attention. Je n’ai pas eu besoin de méditer, pour sentir la Force, quand j’ai utilisé la Traction et la Poussée de Force ou encore pour mon premier entrainement au sabre. J’arrivais à ressentir la Force et à pressentir les mouvements de mon adversaire. Mais je me posais une autre question, serait-il possible pour un Jedi ou pour une personne maitrisant la Force de se dissimuler à la perception de la vie et du danger ?

    Maître Brûle : Pourquoi te poses tu cette question, padawan Eris ?

    Moi : J’ai vu et connu des personnes qui ont toujours agis dans l’ombre. Je me demandais alors si une personne mal attentionnée pourrait utiliser ces connaissances afin d’agrandir l’ombre qui l’entoure. De plus, si je dois affronter le côté obscur, il me faudra faire tout mon possible pour les arrêter.

    Maître Brûle : Que te dis ton instinct ? 

    Moi : Ce serait le défi d’un instant. Je pense que nous pouvons difficilement cacher notre vie à autrui. Cependant face à une personne inexpérimentée et inattentive, nous pourrions faire illusion. Une personne entrainée remarquerait tout de suite le manque créé dans la Force. De plus, dissimuler ces intentions pourrait être possible. Mais au moment de passer à l’acte, le danger se rappellerait à nous et nous pourrions avoir tout juste le temps d’agir pour sauver notre vie ou celle d’autrui.

    Maître Brûle : Tu as vu juste. Pourtant, nous ne parlerons plus de Perception de Force, vie ou danger. Le pouvoir existe, je dirais même les pouvoirs. Étant donné que tu as choisi la voie de Sentinelle, liste les pouvoirs à apprendre en tant que chevalier et tu y trouveras le pouvoir "illusion de Force". Ensuite, pour les maîtres Sentinelles, tu auras le choix du pouvoir de spécialisation "dissimulation de Force".

    J’acquiesçais d’un mouvement de tête, nous étions en train de parcourir le couloir qui menait au hangar quand des bruits d’agitations se firent entendre.


    Ce message a été modifié par Phaleina le mercredi 17 janvier 2018 - 18:45

    mercredi 17 janvier 2018 - 18:43 Modification Admin Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    24839 Crédits

    En quittant le padawan Weedge, Maître Brûle et le padawan Eris récupérait deux nouveaux datapads au post prévu à cet effet. L’un des appareils était pour Vyvacy et l’autre serait consacrée à la salle des pouvoirs. Le jeune Mirialan restait silencieux, même si plusieurs questions le préoccupaient. Lorsqu’ils reprirent le chemin vers les étages supérieurs, la dame en peignoir félicitait Icare pour sa patience. Comme promis, elle prit le temps de s’intéresser d’avantage aux interrogations du padawan sur ce vieil homme qui revenait fréquemment dans ses visions. 

    La Maître Jedi lui demanda de décrire cet homme et de préciser ce qu’il lui disait. L’adolescent répétait ce qu’il avait déjà décrit à la doyenne du Temple, sans apporter d’autres détails supplémentaires. L’Empathie de Force était un pouvoir que Maître Brûle maîtrisait et utilisait souvent. Cette fois encore, elle laissait la Force créer un lien émotionnel entre le padawan et elle. Padmée parvenait à mieux ressentir les sentiments liés à ce mystérieux personnage. Même pour un maître Jedi, il n’était pas facile de comprendre les manifestations personnalisées. L’instinct de la dame à la canne, la poussa à creuser une direction. 

    Maître Brûle donna rendez-vous au padawan à 8h30 dans la salle des archives. Icare semblait déçu de devoir encore attendre, mais la vielle femme ne lui cachait pas ses intentions. Elle avait rendez-vous pour déjeuner avec son époux, Vyvacy. En plus, il serait déplacer de rester en pyjama tout la journée. Padmée conseilla au padawan aux yeux marron de profiter d’un repas matinal afin de rester en bonne santé. Ils se séparèrent pour l’heure qui suivi. 

    ***

    8h30 en salle des archives. 

    Appuyée sur sa canne, la dame était vêtue d’un pantalon blanc, une chemise à manche large et un gilet de laine couleur crème sans manche. Des chaussures à plat talon assortie à sa ceinture Jedi marron sur les hanches. Le tout était recouvert d’un long Pancho de laine beige clair. La Maître Jedi s’approchait d’une base de données où l’attendait déjà le padawan Eris. Elle le remercia d’avoir accepté cet interlude et combien la patience était une qualité Jedi. 

    Padmée s’installa devenant l’appareil et demanda à l’ordinateur d’afficher les Chevaliers et Maîtres Jedi ayant l’âge approximatif de la description du vieil homme des visions du padawan. Les fichiers sélectionnés furent contenus entre les l’an 164 et l’an 175 après la bataille de Yavin IV. Cela désignait les chevaliers et Maîtres de 50 à 60 ans environs aux dates choisies car ce fut dans cette période que l’Ordre Jedi perdus un grand nombre de ses membres. 

    Icare – Vous pensez que cet homme pourrait être une Jedi ?

    Pad – S’il communique avec toi aux travers de vision, il est détenteur de Force. Alors autant commencer par là. Par contre attend toi à ce qu’il ne fait qu’un avec la Force. 

    Icare – Donc, vous cherchez dans la liste des Jedi décédés. 

    Pad – Hélas oui. J’affiche les holo-photos correspondant aux critères entrer. Arrête le défilement lorsque tu le reconnaîtras. 

    Le Milialan compris que cela prendrait du temps mais la maître ne le quitta pas pour autant. Elle se contentait d’être assise confortablement et de fermer les yeux. 

    Icare – Vous allez bien ?

    Pad – Oui, j’ai juste besoin d’user du curato salva* à mon âge, la Force doit souvent m’aider à soigner les petites bobos. 

    Le padawan pouvait percevoir l’aura de la maître s’amplifier. Il continua sa recherche et les visages de plusieurs Jedi âgés défilèrent. 

    8h42.

    Soudain, Le padawan sursauta de joie ! Le visage de l’homme de ses visions était bel et bien là devant lui sous forme d’holo-photo. Il lue alors le nom apposé sur la fiche. 

    Icare – Gabriel Pallas !

    La dame en blanc ouvrait les yeux et se sentait déjà mieux. Elle observa l’écran et le padawan se retourna vers elle. 

    Icare – C’est lui ! J’en suis certain. 

    Pad lisant la fiche – Gabriel Pallas. Humain. Marié à une Mirialan nommé Lagertha Séléné.

    Icare – Une Mirialan… ?

    L’octogénaire s’adossant au fauteuil, et regardait les détailles du visage du padawan puis celui de l’holo-photo de Lagertha. 

    Pad – Vous avez des traits en commun, mais j’ignore si elle est de ta famille. As-tu déjà entendu parlé de ces noms durant ta jeunesse ?

    Icare – Non, je n’ai pas connu mes parents. 

    Pad – Vue les dates, je pense que ce couple qui est affiché devant toi pourrait être tes grands parents ou de leur génération tout au moins. J’ai connu Maître Pallas. 

    Icare – Vraiment ?

    Pad – Hélas, il décédé durant la guerre contre le S.E.Z (voir TJ4). Ce fut une guerre contre les esclavagistes, une guerre qui a causer d’énorme soucis d’éthique et jeter l’opprobre sur l’Ordre Jedi. 

    Icare – Comment est-ce possible ?

    Pad – C’est une très longue histoire. Disons pour résumée brièvement que les valeurs morales ne sont pas les mêmes pour tous. Les esclavagistes rapportent des fortunes aux politiciens et ils pèsent lourds dans la balance des clans bancaires. Mais restons sur Gabriel. Il est mort en permettant de libérer beaucoup de Twi’lek. Il avait choisi la voie des sentinelles. Il ne m’appartient pas de poursuivre les recherches sur tes origines, padawans. Je dis qu’il est possible que ce Jedi et la Mirialan Séléné soient tes grands parents, pas que c’est une certitude. Télécharge le fichier les concernant et mène ton enquête sur tes géniteurs. 

    Icare – Un grand merci Maître ! 

    Pad – Tu m’as dit avoir utilisé la poussée de Force et la traction de Force**. Reviens quand tu veux que nous puissions en reparler. 

    Le padawan s’éloigna de la Maître Brûle après avoir transférer les données sur le couple Pallas et la remercier. 

    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    (*) Je posterai mon entrainement du Curato Salva une prochaine fois^^. 

    (**) Icare >> Si tu as décrit dans un post la télékinésie poussée et traction de Force, merci de placer le lien. Je le lierai et je regarderai à le valider ou pas. 

    Ce message a été modifié par Padme111 le jeudi 18 janvier 2018 - 18:58

    jeudi 18 janvier 2018 - 14:01 Modification Admin Permalien

  • Avatar Phaleina

    Phaleina

    515 Crédits

    Icare Eris – Pouvoirs de la Force 2 :  Vitesse de Force

    Avec mes camarades de classe nous traversions la cour du Temple pour nous rendre en cours des Pouvoirs de la Force. Après les averses des derniers jours, nous avions enfin la chance d’apercevoir un peu de clarté. Nous espérions tous le retour de la chaleur, pour assécher les différents terrains d’entrainements extérieurs, qui étaient devenu inexploitable à cause de la boue, ce qui ne nous avait pas empêché d’effectuer une demi-heure de course en petite foulée.

    Nous étions à la moitié de la cour quand je détournais le regard vers la droite pour apercevoir Maître Zadyssa avec la Chevalier Talik et une autre femme plus âgée, richement habillé à la mode Coruscanti, bien que de nombreuses traces d’usure sur ses habits contredisaient son appartenance à la haute société. Qui pouvait bien être cette femme ?

    Il m’était impossible de sécher le cours, si c’était le cas, je voyais la réaction de Zadyssa ou encore de Kinsa. J’en avais déjà « bleu les chocottes ». Il fallait attendre. De plus, le cours d’aujourd’hui s’annonçait passionnant.

    Maître Brûle : Bonjour à tous ! Bienvenue dans cette classe de la Force autour des aptitudes physiques. Aujourd’hui, nous verrons la Vitesse de Force, ou également Célérité. Ce pouvoir de la Force permet d'augmenter la vitesse et les réflexes de son utilisateur sur une courte période de temps. De plus, avec une maîtrise suffisante de cette capacité, un utilisateur de la Force sera même en mesure de courir sur des surfaces verticales sur de courtes périodes de temps.

    Je n’en croyais pas mes oreilles ! Ça dépassait tout ce que je pouvais imaginer. Durant mes entrainements au sabre, j’avais bien vu qu’en ne faisant qu’un avec la Force, nous pouvions agir ensemble et surtout que certains de mes réflexes s’était accrue. Mais là il s’agissait de doper son corps pour effectuer des choses humainement impossibles. Néanmoins, je comprenais mieux pourquoi nous avions fait cette demi-heure de course.

    Maître Brûle : Pour accéder à ce savoir, vous devez préparer votre corps à l’augmentation de vos réflexes avec la Force. Vous avez déjà dû sentir la Force agir en vous avec vos différents entrainements au sabre par exemple. Cependant, dans le cas présent, vous devez faire en sorte que la Force s’imprègne dans vos muscles. Vous devez influer sur elle.

    Nous devrions prendre les commandes de la Force comme avec la Traction et la Poussée de Force. Accumulez assez de Force, d’énergie dans nos jambes pour aller plus vite. Tous ceci devenait de plus en plus passionnant.

    Maître Brûle : Et si nous passions à la pratique ?

    C’était l’effervescence dans la salle, tout le monde était excité à l’idée d’essayer cette Vitesse de Force. A peine avait-elle poser sa question que la moitié de la salle était déjà debout. Je m’étonnais seulement de devoir pratiquer une activité physique en intérieur, surtout la course, bien que la salle d’aujourd’hui soit assez grande pour faire un cent mètre.

    Maître Brûle : Holà ! Que d’impatience jeunes padawans ! Avant d’utiliser la Force, vous allez vous échauffer !

    Après une dizaine de minutes, à nous échauffer les chevilles, les jambes et le haut du corps (épaules et bras) nous nous assîmes tous en tailleur afin de nous connecter avec la Force. C’est exercice était devenu une habitude et la connexion se faisait de plus en plus vite. Nous étions tous mue par l’incroyable énergie que nous dégagions tous ensemble. Je captais alors l’énergie ambiante, la combinant à la mienne. Nous aurions surement besoin d’un maximum de ressources pour réussir cet exercice. Je laissais quand même une bonne dose d’énergie pour mes camarades, il s’agissait de notre réussite à tous.

    Maître Brûle : Évidemment, nous sommes ici en sécurité et vous pouvez prendre tout le temps qu’il vous plaira afin d’être prêt. Toutefois, lorsque vous aurez la possibilité de partir en mission avec votre Maitre, le temps vous n’en n’aurez pas ! C’est pourquoi, nous allons passer quelques jours à travailler ce pouvoir !

    Une fois emmagasinait suffisamment de Force, je me concentrais davantage pour essayer de répartir l’Esprit de la Galaxie de manière équitable entre les muscles de mes jambes et de mes bras.  Je gardais toutefois une partie de l’énergie de la Force pour le reste de mon corps et bien sûr pour mes sens afin de rester à l’affut de tous ce qui m’entourait. Pour rester en lien avec la Force, j’avais pris l’habitude de caler ma respiration avec les battements de mon cœur. Entendre le battement de mon cœur permettait de me concentrer pleinement sur ce que j’étais en train de faire.

    Je sentis la Maître passait derrière moi, elle s’arrêta auprès du Kel Dor qui était sur ma droite. Elle lui demanda de se lever et de faire l’exercice. Le Kel Dor ne fut pas surpris par cette demande et effectua l’exercice d’une traite, il n’avait laissé qu’un flou derrière son passage. J’étais resté bouche bée, mais du coup je le soupçonnais d’avoir déjà réalisé cet exercice. Elle demanda ensuite à un Duros, qui était deux rangées derrière moi de nous montrer de quoi il était capable. Il alla moins loin que le premier. Une fois sa course effectuée, il se plia en deux, porta ses mains sur ses genoux et commença à respirer bruyamment.

    La respiration ! Évidemment, elle faisait partie intégrante de tout exercice physique. J’essayais alors de détourner de l’énergie que j’avais mis de côté pour alimenter mes poumons. Je verrais bien, si c’était suffisant.

    Cette fois ci, la Maitre s’arrêta devant une jeune humaine, blonde avec de jolis yeux verts, puis devant moi. Elle voulait maintenant nous faire courir deux par deux. Rester focalisé sur tout en même temps commençait à devenir compliqué. J’étais presque soulagé de passer maintenant. Nous prenions alors position, côte à côte, comme si nous allions démarrer la course de notre vie. Je ressentais la Force dans mes jambes, mes bras de manière plus intensément que d’habitude.

    Maître Brûle : Quand vous voulez !

    Nous partîmes quasiment au même moment, cependant mon appui gauche glissa, et je basculais vers l’avant. Je criai intérieurement un Noooooon, magistral et je voyais déjà mes camarades se moquaient de moi. Alors que j’allais m’écraser au sol. J’arrivais à ramener mon pied gauche et ma main droite afin de me donner un nouvel élan. Mon corps vibrait d’une nouvelle force. Je n’avais jamais couru aussi vite. La sensation d’apesanteur était exaltante. Je jetais un rapide coup d’œil vers mes camarades. J’avais l’impression que le monde autour de moi tournait au ralenti. Comme si le temps venait de se mettre sur pause. J’aperçus même assez distinctement un jeune Vurk, trifouillait dans son nez.

    Quand mon sens du Danger me rappela à l’ordre. Je regardais de nouveau droit devant moi. Lorsque je vis le Duros, étendre sa jambe pour me faire un croche-pied.  Tout allait si vite, j’eus juste le temps de tourner sur moi avec mon pied droit comme appui, en tout cas, le Duros avait l’air fier de lui. La jeune fille blonde avait dû sautait au-dessus du Kel Dor. Elle s’arrêta de courir et je venais de la dépasser pourtant le mur me rappela de nouveau à la réalité, j’en perdis toute concentration. La Force dans mes jambes s’évapora et je finis ma course en une glissade. Une de mes épaules percuta la vitre qui me fis rebondir. J’étais en train de subir le contrecoup, une fatigue intense pour laquelle je ne pus m’empêcher de m’affaler sur le sol, mes jambes ne pouvaient plus me tenir, j’avais même des picotements dans les bras, sans parlait des nausées. Je pensais avoir pris toutes les dispositions pour arriver le moins fatigué possible. Mais sur ce point, j’avais vu trop juste.

    Une fois que nous étions tous passé, avec plus ou moins de réussite. La Maître Brûle nous expliqua que si les conditions extérieures les permettraient nous pourrions refaire cet exercice le lendemain. A vrai dire, bien qu’épuiser, je voulais essayer de grimper sur une paroi verticale !  Néanmoins c’était suffisant pour le moment, je n’avais qu’une hâte, sortir d’ici pour deux raisons, tout d’abord je devais mener mon enquête pour savoir qui était cette femme, la fausse Coruscanti et puis parce que ça sentait le Hutt là-dedans !

    Ce message a été modifié par Phaleina le mercredi 24 janvier 2018 - 19:30

    mercredi 24 janvier 2018 - 19:24 Modification Admin Permalien

  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    9313 Crédits Modo

    Galen Arek – Entraînement de Chevalier : Amplification des sens.

    Je me rends dans la classe d’apprentissage des pouvoirs pour approfondir une nouvelle fois mes capacités de chevalier Jedi, dans le meilleur ou le pire des cas. Je franchis la porte par une belle matinée où il n’y a apparemment personne dans la salle et je décide de consulter l’arborescence numérique des pouvoirs. La liste a été mise à jour depuis longtemps et je me demande quels pouvoirs je vais prendre comme entraînement du jour. Un moment je me dis que passer au niveau suivant de l’Étourdissement me serait utile pour des occasions à venir. Mais je vais me pencher sur une nette amélioration de mes capacités sensitives dans la Force. Et dans la liste il y a ce que je recherche : l’Amplification des sens.
    Je regarde en détail les fiches des trois pouvoirs pour me faire une idée puis je commence l’entraînement.

    Premier pouvoir : Écoute de Force.
    L’Écoute de Force serait un pouvoir qui permet à son utilisateur d’entendre des sons à une certaine distance ou encore de comprendre des paroles dans un autre langage. Techniquement, ce pouvoir peut servir autant à la vigilance que si je dois espionner une personne que je trouve suspecte. M’entraîner dessus peut avoir son utilité dans mes prochaines missions. Je me rends au milieu du sol tapissé et je m’assis dans une posture sur les genoux et les cuisses écartées pour méditer. Je me réserve la posture de l’arbre droit pour d’autres séances. Je reste tranquillement dans cette position, dos bien droit et tête légèrement baissée avec les yeux fermés, et je me connecte à la Force en laissant son flux m’envelopper de son voile. Celle-ci, sous son aspect d’unificatrice que j’ai découvert en tant que padawan, s’ouvre à moi et je plonge dans un état de transe… où je peux sentir tout ce qui se trouve autour de moi. Seul dans l’infini de mon espace, je me concentre sur mon ouïe pour « l’amplifier » avec la Force.
    J’imagine déjà que mes oreilles sont capables de porter leur champ d’action plus loin que la normale. Je me projette mentalement que je peux entendre aussi bien qu’un chien akk ou un chat manka, parce que leur ouïe est plus portée que celle des espèces humanoïdes. Je sens les effluves de la Force chatouiller mes tympans et agir de manière à ce que mes oreilles captent mieux les sons distants. Je continue de me concentrer sur ce schéma… et je sens déjà des sons de pas en marche. Une petite troupe de padawans qui se rendent en classe de combat. J’entends la porte s’ouvrir comme si j’étais parmi eux. J’entends leurs bottines marteler le sol de la salle. J’entends PROXY leur parler… comme si j’étais devant lui. Pourtant les mots sont encore incompréhensibles. Je continue de me focaliser sur la voix de l’holodroïde pour percevoir les mots qu’il l’emploie. Peu à peu, les mots me viennent et je comprends que PROXY propose aux jeunes novices un exercice collectif à la parade de tirs. Ces novices se mettent en place pour l’exercice. Je décide de porter mon écoute vers un autre endroit.
    J’augmente la portée de mon écoute en me concentrant davantage dans ma transe méditative puis j’entends dans les couloirs des pas et conversations de maîtres sur les dernières nouvelles du Sénat. Je m’en désintéresse pour porter la distance de mon ouïe vers la Salle Commune, histoire de savoir s’il y a du monde qui attend devant la porte fermée. C’est alors que j’entends les voix des enfants Yuxiny, Lysandre et Zokuron. « Comment ça un dragon krayt peut faire plus de dix mètres de long ? C’est pas possible ! » « Je te le dis puisque je suis originaire de Tatooïne. » « Est-ce t’en a vu un au moins ? Hein ? » « Bon Ilan ! Tu arrêtes d’embêter Lysandre avec tes questions. » « Moi je n’ai jamais vu de dragon krayt. » Une dispute entre Ilan et Lysandre, ce n’est pas monnaie courante. Mais au moins, ça me permet de m’exercer sur l’Écoute grâce à leur conversation. « Je te dis qu’il existe des dragons krayt plus grand que dix mètres ! » « Bien sûr ! Monsieur je-ramène-ma-science pense qu’il a raison. » « Pourquoi ne pas demander à un des chevaliers de l’Académie lequel a raison ? » « Pour ma part, je ne connais pas bien les créatures de Tatooîne. Et Kinsa, c’est pas son rayon non plus. » « Demandons alors à Galen. Il est en classe de pouvoirs actuellement. » J’entends alors leurs pas marteler le sol du hall puis du couloir pour venir vers la salle de classe où je suis. Je cesse rapidement de méditer et de me connecter à la Force pour être actif à leur arrivée. Je suis enfin sorti de ma transe quand Ilan franchit le premier la porte avant les autres.

    Ilan : - Galen !

    Les yeux toujours fermés et ma posture inchangée, je lève le bras pour l’empêcher de continuer.

    Moi (ouvrant les yeux) : - Le dragon krayt est capable d’atteindre autour des 30 mètres de longueur selon sa croissance. Bien que la plupart d’entre eux qu’on rencontre restent d’une valeur de 10, le Grand Dragon Krayt est bien plus grand et plus dangereux. Rare sont ceux qui ont survécu à ce prédateur.
    Ilan : - Mais… comment tu as su qu’on allait te poser la question ?

    Je tourne ma tête vers eux d’un air bien neutre pour voir leurs visages incompréhensifs et surpris.

    Moi : - C’est simple. Vous parlez si fort que toute l’Académie vous entend.
    Zad : - Mais on ne criait même pas. On se trouvait devant la porte de la SCdP.
    Moi : - Ne faites les innocents, je vous ai entendu. Maintenant filez. Vous perturbez ma méditation.

    Le petit groupe se retourne et quitte la salle, me laissant seul. Je reviens à ma posture initiale et affiche un petit sourire en coin. Cet entraînement à l’amplification des sens commence bien, avec des résultats convenables et une petite distraction en retour. Je referme les yeux pour reposer mon esprit. J’attends quelqu’un par la même occasion. Qui sait, en Écoutant la Force, je l’entendrais arriver^^.


    Second pouvoir : Vue de Force
    Le lendemain, je me lève de bonne heure à l’aube pour une petite ballade à l’extérieur des temples massassi. Je n’ai pas pris mon manteau pour me couvrir et laisse l’air frais de l’aurore passer à travers mon haut à manches longues. Je marche quelques minutes sur l’aire plane et terreuse devant l’Académie et me consacre quelques minutes à moi pour tenter le poirier. Je fais plusieurs fois la figure gymnastique avec des échecs les premières fois puis, avec l’habitude de l’arbre droit, je commence à m’y habituer.
    Je cesse pour le moment mon échauffement du matin pour me consacrer à mon autre activité : m’entraîner sur la Vue de Force. La Vue de Force permet d’améliorer la perception visuelle ou spatiale de l’utilisateur, jusqu’à même voir au travers de la Force. Cette capacité est utile pour chercher quelqu’un ou quelque chose sur une longue distance. Et comme par hasard… un certain droïde astromech a décidé de jouer à cache-à-cache dans la jungle. Pour me rendre la tâche encore plus ingrate, le coquin, il s’est permis d’utiliser un aérosol de peinture vert feuille sur lui pour être confondu avec la végétation.
    Je me place droit sur mes jambes et observe l’orée de la jungle devant moi. La végétation est devenue plus dense ce mois-ci avec la pluie qui vient de tomber il y a peu. Je ne sais même pas à quelle distance il est allé se faufiler. On verra bien. Je ferme les yeux, le corps décontracté, et je plonge dans la Force. Je sens ses flux onduler à travers moi comme si j’étais sous l’eau d’un océan aux perpétuelles vagues. Je me concentre sur l’entraînement du pouvoir autant que je cherche à m’imprégner de la sensation de nager debout sous les flux de la Force. Je patiente quelques minutes puis je commence à m’imaginer avec la vue qu’un grand rapace peut avoir. Je me souviens des aigles dans les montagnes de Tython, avec leur regard vif et perçant. Un œil qui voit loin, même à une haute altitude dans le ciel. Je connais cet œil. Je sens le pouvoir naturel de cet œil. Je suis cet œil. Je suis cet aigle qui voit au loin les choses de loin.
    Je rouvre les yeux et je vois nettement la différence. Je sens mes yeux emplis d’énergie amplificatrice. Je sens que je peux l’utiliser pour altérer ma vision. Je vais faire un premier constat.
    Je continue de fixer la jungle et surtout l’horizon. Je suis si concentré sur le changement de portée de ma vue que je commence à voir ce qu’il y a plus loin. Comme si mes iris étaient aussi performants que des jumelles. Je vois ce qu’il y a au loin et au-delà de l’orée sans même bouger. Seul mon regard bouge. Je vois les animaux locaux se promener entre les arbres, des croisements de sentiers que mes camarades ont récemment tracé ou encore la petite clairière où j’ai fait mon premier bivouac avec Aynor. Je tourne lentement de gauche à droite, et inversement, pour inspecter tout le secteur au loin et face à moi. Tel l’aigle qui cherche au loin sa proie, je me sers de mes yeux-jumelles pour trouver mon ami droïde.
    Je reste immobile et concentré. Seul ma tête ou mes yeux bougent. Je règle mentalement la distance avec précaution pour ne pas trop m’épuiser. Et en passant en revue quelques buissons à cinq mètres de moi, je vois une étrange forme immobile à demi-cachée. Un corps de tonneau, une tête en dôme, de la peinture verte sur tout le corps. Pas de doute c’est lui. Et alors que mes yeux me piquent de fatigue, je prends mon comlink et je l’appelle.

    Moi : - Trouvé R1 ! Sors de derrière ce buisson, à cinq mètres sud-est de ma position.

    Le droïde astromech arrive vers moi en deux minutes et il me fait savoir qu’il est surpris que je l’aie trouvé alors qu’il était bien camouflé.

    Moi : - Désolé mon vieux, mais tu ne ressembles pas à un buisson juste parce que tu es tout vert. Au pire, je t’aurais pris pour un Yoda timide.
    R1 : Trrrriwwwip bwwioup bwwwip.
    Moi : - Oh R1, le prends pas mal. Je te taquine. Tu étais bien caché et tu m’as bien aidé. Bon, allons te nettoyer de toute cette peinture. Tu es plus beau quand tu as ta carrosserie bleue et argent.

    Et nous rentrons à l’Académie, content d’avoir terminé cet exercice d’amplification de la vue.

    Ce message a été modifié par galen-starkyler le dimanche 04 mars 2018 - 14:11

    jeudi 25 janvier 2018 - 18:36 Modification Admin Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    24839 Crédits

    Vitesse – Icare correction

    Le cours sur la vitesse venait de prendre fin et les élèves sortaient de la salle. La dame à la canne, demanda au Padawan Eris de l’accompagner. Surpris, Icare emboîta le pas lent de Maître Brûle. 

    Pad – Qu’as-tu pensé de cet entraînement ?

    Icare – J’ai vraiment aimer. C’est super de pouvoir courir aussi vite !

    Pad – C’est bien dommage que les terrains extérieurs soient impraticables. Dès qu’il fera plus sec, je t’invite à t’exercer dehors. Tu verras que c’est encore plus « fun ».

    Icare – Cela veut-il dire que j’ai raté cette étape ?

    Pad sourie – Peu importe le rang, réaliser correctement un entraînement ne le dispense pas de le recommencer. As-tu entendu parler du Maître Cenovii ?

    Icare – Euh… oui, il me semble que vous parlez du Maître du chevalier Kinsa. Mais il n’est plus dans l’Ordre Jedi, je pense. 

    Pad – Exacte. Il fut l’un des plus rapides parmi nous. Il est parvenu à exceller dans le pouvoir de la vitesse car il s’aguerrit à courir dans la Force. Tu as réussi à ressentir la Force en toi et canaliser celle-ci dans ton corps. Tu as réussi à discerner dans quels organes et muscles tu devais les imprégnés de Force. 

    Icare – Maître Zadyssa, m’a parlé du Tutaminis. Elle m’a expliqué qu’il s’agissait d’emmagasiner de l’énergie pour la dissiper par après. Pour la vitesse, j’ai aussi emmagasiné de l’énergie. Alors est-ce une forme de Tutaminis ?

    La vieille dame s’arrêta, plaçant sa main droite sous son menton. Elle réfléchissait à comment répondre à cette question. Puis, elle regarda dehors à travers l’immense fenêtre du temple. 

    Pad – L’énergie est terme générique. Elle peut être mécanique, thermodynamique, électromagnétique, et tu la retrouves aussi en mécanique quantique, en chimie ou encore d’en d’autre domaine… C’est toi qui décide comment gérer cette énérgie. Dans le Tutaminis, c’est l’énergie électrique et calorifique qui nous intéresse. Tu peux la stocker ou simplement la laisser te traverser et la dissiper hors de ton corps. 

    Icare – Un peu comme si j’étais un fil de cuivre qui mène électricité d’un point A à un point B. 

    Pad – Tu as tout compris. Lorsque tu cours sans la Force, tu puisses dans la propre énergie que ton organisme produit. C’est grâce aux aliments que tu ingères ou « emmagasines » que ton corps produit des glucides, lipides et protéines qui deviennent les substrats énergétiques dont tu as besoin. En utilisant la Force, tu augmentes la quantité d’énergie fournie par ces substrats. 

    Icare – La Force est un amplificateur ?

    Pad – Si cette image t’aide, alors oui. Mais pour réaliser la célérité, tu peux laisser la Force s’emmagasiner ou « se stocker » en toi avant de l’envoyer dans les organes ou muscles. Ou tu peux puiser en la Force et la laisser coller dans tes fibres. Les deux méthodes sont acceptées. 

    Icare – C’est très scientifique !

    Pad – Il me semble que tu aimes allés au font des choses, non ? Mais tu as raison. D’ailleurs, si tu discutes avec Weedge ou un autre guérisseur, ils t’expliqueront ça encore mieux que moi. Pour l’heure, tu dois être épuisé. Va te reposer et te détendre. Je valide la vitesse comme acquise. J’ai eu écho de tes exploits dans le couloir des chambres. Ta télékinésie est également validée. Plus que deux pouvoirs obligatoires à réaliser. 

    Icare – Merci beaucoup maître !

    Pad – Bonne journée padawan. 

    La maître et le padawan se séparèrent. La dame en blanc ressenti que d’autres personnes étaient dans l’une des salles sur sa gauche. Elle décida d’aller voir qui s’entraînait. 

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Icare > Félicitation pour ton imagination! J'aime bien ton idée de cours collectif, ça change un peu. Je valide Télékinésie et Vitesse. Continue comme ça!

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Amplification des sens – Galen Arek Correction. 

    Dans l’un des couloirs du Temple, la dame en blanc remarquait le Chevalier Arek accompagné d’un droïde vert. Maître Brûle hésita quelques secondes avant de reconnaître R1. Intriguée, elle s’approchait lentement du duo qui l’aperçurent. 

    Galen – Bonjour Pad ! Je reviens d’un entrainement de Vue de Force ! 

    R1 - bwwioup bwwwip.

    Pad – Ton droïde semble ne pas être ravis que tu sois parvenu à le retrouver. 

    Galen – Effectivement. Je me suis aussi entraîné à l’Ecoute de la Force. 

    Pad – C’est une excellente chose. Viens me raconter tes exploits. 

    Le chevalier et la maître se dirigèrent vers l’un des grands divans au pied de la fenêtre et longeant ce couloir. Attentivement, la dame à la canne écoutait le récit du Tythonnien. R1 par contre, s’en était allé à l’entretient pour retrouver sa couleur originale. 

    • L’écoute de la Force

    Galen ne manquait aucun détails et Padmée se concentrait sur la narration à la recherche d’une lacune ou d’un mauvais usage du pouvoir. Lorsque le chevalier eut terminé de parler du premier pouvoir, il se tue. Visiblement, il attendait le « verdict » du maître de la salle des pouvoirs. 

    Pad – Tu sembles avoir bien assimiler la théorie et ton application fut une réussite. La preuve en est que ta réponse à ce petit groupe était parfaitement adaptée. Ton application de la Force sur les tympans, parvenir à identifier les voix, distinguer les différents bruits, tout cela est excellent. 

    Arek sourie par fierté, mais il connaissait assez la Maître Jedi pour remarquer qu’elle n’avait pas terminer. Le visage de l’octogénaire marquait un sérieux qui pouvait précédent une remarque désobligeante. Le jeune homme s’en inquiéta. 

    Galen – Quelque chose vous dérange, n’est-ce pas ?

    Pad – Je ne suis pas contrariée. C’est juste que je réalise seulement maintenant que dans l’écoute de la Force, il y a deux phases. Entendre de loin et comprendre une autre langue. Soit rassurée, tu as accompli ton entrainement mais uniquement pour écouter à distance. 

    Galen – Je pensais avoir le choix. 

    Pad – Oui oui… je viens seulement de comprendre qu’à un niveau de chevalier, je ne devrais pas vous laisser ce choix. 

    Galen – Vous me demandez de refaire l’exercice ?

    Pad – J’aimerai qu’une fois valider le pouvoir, le chevalier quel qu’il soit puisse être performant à 100% dans l’exercice accomplit. Chez les padawans, je me contente de valider en guise d’encouragement et dans l’espoir qu’ils s’exercent davantage. Peu parte en mission, et ils ont le temps pour s’améliorer. Ce n’est plus le cas d’un chevalier. 

    Galen – Si vous me valider l’Ecoute de la Force, vous n’êtes pas certaine que j’arrives à comprendre une personne parlant une autre langue. 

    Pad – Exacte. J’aurai dû y penser en affichant la nouvelle liste. Je souhaite scinder ce pouvoir en deux phases. 

    Galen – Je comprends. 

    • Vue de Force.

    Pad – Parles moi de vue de Force.

    Le chevalier reprend donc son explication sur l’entrainement qu’il a accompli. La Maître gardait son attention sur chacun des mots prononcer. 

    Pad – Tu fus décontracter, en phase avec la Force et très concentrer. J’apprécie que n’as pas emboiter cet entrainement à l’autre. Le repos entre chacun des entraînements est une preuve de sagesse. Encore une fois, je trouve ton approche excellente Galen.

    Galen – Aïe ! Vous voulez aussi le mettre en plusieurs phases ?

    Pad – Cela me tente, je te l’avoue. Ici, tu as amélioré ta vue afin de voir de loin. Avec ce pouvoir tu peux voir la nuit ou même derrière un mur. 

    Galen – Lui serait coupé en trois phases ?

    Pad – De mon point de vue, c’est ce qui serait idéal. Néanmoins, je conçois que cela peut paraître découragent. 

    Galen – Oui. 

    Pad – Nous devrions en discuter avec les autres Jedi ayant construit cette liste. 

    Galen – D’accord !

    La Maître et le Chevalier partirent à la recherche des autres. Une discussion entre Kinsa, Zadyssa, Galen et Pad eut lieu. Ils se mirent tous d'accord que subdiviser les pouvoirs alourdiraient trop l'apprentissage. Aussi, la dame en blanc valide le travail du Chevalier Arek. 

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Galen > J'attends que tu réalises Odorat de la Force. Continue comme ça en tout cas!  Comme nous en avons bien discuter en mp, je valide ton Ecoute de la Force et la Vue de la Force. 

    Ce message a été modifié par Padme111 le mercredi 31 janvier 2018 - 11:41

    vendredi 26 janvier 2018 - 18:47 Modification Admin Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    24839 Crédits

    Pendant que le padawan Eris observait les différentes fiches d’identifications afin de retrouver l’homme qu’il était dans ses visions, Padmée en profitait de ces quelques minutes pour utiliser le Curato Salva. Vue son âge avancée, elle devait recourir à ce pouvoir tous les jours. 

    Maître Brûle était installée confortablement dos contre le dossier d’un fauteuil des archives avec accoudoir où elle reposait ses bras. Les pieds sur le sol, les yeux fermés, Padmée plongeait encore une fois dans la Force. 

    Curato Salva – Niveau Maître - Pad

    Dans un premier temps, la Maître Jedi s’immergeait dans la Force. N’étant pas guérisseuse, elle prenait le temps de passer par une méditation avant d’utiliser le pouvoir Curato Salva. C’était plus par habitude que par incapacité. 

    Baignant dans la Force, Padmée prenait pleinement conscience de l’état de son corps, membres après membres. La Maître Jedi ressentait le sang circulé normalement dans ses pieds, ses chevilles, ses mollets, ses genoux et ses cuisses. 

    La Force se comparait à un microscope qui permettait à son utilisatrice de lui offrir une image des cellules de son corps. Le noyau, les mitochondries, les centrioles, les microstubes, les lysosome, l’appareil de Golgi, la vacuole, les ribosomes, le réticulum endoplasmique rugueux, les pyrosome, flottaient dans le cytoplasme. Même si pour Padmée, la moitié des noms qui compose la cellule lui était inconnue, la Force lui permettait de distinguer celle qui avait besoin d’être régénérée et celle qui avait besoin d’un coup de pousse pour bien se diviser. La maître prenait soin d’utiliser ce pouvoir avec une grande prudence car elle craignait une mauvaise manipulation de sa part, ce qui aurait pu lui faire plus de tort que de bien. Grâce au Curato Salsa, la vieille dame ciblait quelques unes de ses cicatrices qui nécessitaient d’être « régénérées » par la Force. 

    Ensuite, la dame utilisait la Force à l’image d’un scan afin de vérifier tous organes vicariaux. La vieillesse causait un ralentissement dans leur fonctionnalité. Aussi, l’octogénaire se concentrait sur chacun d’entre eux afin de revitaliser l’appareil digestif qui lui posait le plus de problème. Certaines muqueuses possédaient des stigmates d’anciennes plaies. Pour la doyenne du Temple, c’était quasi un rituelle quotidien, elle ne devait même plus chercher les traces de combats sur son corps, elle connaissait exactement où se trouvait chacune d’entre elles. La dame en blanc employait la Force comme un baume de cicatrisation et la laissait agir en elle. 

    En remontant dans les torses, la Force rencontra les nanites dans ses poumons. Sans cette technologie, la vielle femme n’aurait jamais survécu à l’attaque des toxines acides des Shaax vingt ans plus tôt (voir Tome II – Dexter). La Maître Jedi canalisait le pouvoir de guérison du Curato Salva sur chacune des cellules composant son appareil respiratoire. Jamais elle ne pourrait obtenir une rémission totale et elle en était parfaitement consciente. D’ailleurs c’était bien la cause principale des ses mouvements lents. 

    La durée de concentration était toujours un challenge pour la maître. Couvrir le bras gauche de la Force était très simple. Rester concentrée dans le pouvoir l’était moins, même pour elle. Heureusement, ce membre là, n’avait que de petites marques d’anciennes coupures ou brûlures. Il n’en était pas de même pour le bras droit. Lorsque la Force atteignit le coude, Padmée ressenti le métal des minis-robots emboîtés les uns dans les autres afin de former l’articulation du coude. L’utilisation du curato Salva incitait les fibres musculaires fragilisées à s’auto régénérer. 

    Maître Brûle terminait son auto guérison en passant la Force sur le cou et la tête. C’était probablement les endroits les moins touchés par d’ancienne blessure. La dame se contentait d’exercer sur la circulation sanguine ce pouvoir curateur. Irriguer tous les jours le cerveau, l’aidait à conserver sa capacité d’analyse. 

    Icare – Gabriel Pallas !

    La dame âgée ouvrit les yeux, laissant la Force couler en elle. Padmée observa l’écran des archives et oubliait ses soucis de santé. 
    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Cette exercice fut corrigé et Valider par Weegde^^

    jeudi 01 février 2018 - 16:05 Modification Admin Permalien

  • Avatar Phaleina

    Phaleina

    515 Crédits

    Icare Eris -Entrainement padawan - Télépathie : Persuasion

    Ce matin, dehors, il fait chaud, des milliers d’oiseaux s’envolent sans effort ! Je rentrais dans le grand bâtiment de l’Académie pour me rendre du côté des salles de méditation. Plusieurs étaient occupées, mais une seule m’intéressait. Je sentis Maître Brûle dans l’une des salles sur la droite. J’hésitais un instant avant d’entré, puis me lançais.

    Elle était assise en tailleur, face au mur. Je m’approchais en douceur pour éviter de la déranger. Ce qui, après réflexion, était bête, puisque j’avais besoin de sa science.

    Maître Brûle : Approche, padawan Eris.

    J’arrivais à côté d’elle. Elle avait toujours les yeux fermés.

    Maître Brûle : Assied-toi. Aurais-tu encore des questions à propos de la Force ?

    Icare : Oui et non. C’est pas vraiment une question en faites.

    Maître Brûle : Eh bien, arrête de tourner autour du pot et raconte-moi ce qui te tracasse.

    Icare : Je regardais les pouvoirs qu’il nous est possible d’étudier en tant que padawan. Et il se pourrait que j’aie déjà pratiqué l’un d’eux lorsque j’étais avec l’Oncle Ti.

    Maître Brûle : Intéressant !  Lequel ?

    Elle venait d’ouvrir les yeux et se tourna vers moi.

    Icare : La Persuasion.

    Maître Brûle : Peux-tu m’en dire plus ? Par exemple, la première fois que tu l’as utilisé. Que s’est-il passé ? Qu’as-tu ressenti ?

    Icare : Disons que la première fois, ça s’est un peu imposé à moi comme une forme de réflexe, de défense. J’avais dix ans, cela faisait un an que j’avais intégré l’équipage du Moineau. On était en mission sur Lothal, nous devions récupérer une cargaison importante, un ingénieur. On avait été recruté par un des systèmes républicains pour le ramener chez lui de la manière la plus discrète possible. L’ingénieur disposait d’informations importantes autour d’un nouveau programme sur les énergies dites vertes. Plusieurs fermiers Lothaliens, avaient bénéficié de son aide. Malheureusement, nous n’avons jamais récupéré cette personne. Elle avait été enlevée par des chasseurs de prime. L’oncle Ti a appris que l’un de ses indics sur Lothal avaient vendu la mèche. On est donc descendu en ville, pour le « secouer » (en mimant les guillemets) et obtenir des réponses. Je faisais la vigie au coin de la rue. Lorsqu’une patrouille, approcha de notre position. L’indic n’avait pas encore répondu à toutes nos questions et il nous fallait gagner du temps. J’ai donc décidé de faire une diversion. Je me suis avancé près de l’étale d’un commerçant. Et je lui ai fait croire que je lui avais volé un fruit !

    Maître Brûle : Comment peux-tu faire croire que tu l’avais volé ?

    Icare (Un peu gêné) : Bah, il m’a vu approché de son stand de fruits et légumes. Je tenais un fruit dans la main, il a détourné les yeux peut-être 10 secondes, quand il m’a regardé de nouveau, je fourrais ma main dans une de mes poches. Il a eu un doute, m’a interpellé et j’ai couru. Et c’était gagné. Pour lui je l’avais volé. Alors que je n’avais rien dans mes poches.

    Maître Brûle : D’accord, donc tu t’es mis à courir.

    Icare : Yep, en direction de la patrouille.  Ils m’ont attrapé, m’ont fouillé mais non rien trouvé. Ils sont devenus un peu plus pressant pour avoir les réponses qu’ils souhaitaient. Mais je n’avais rien pris. Je n’avais rien à leur avouer. C’est alors que j’ai compris que j’avais fait une erreur. J’aurais dû courir dans le sens inverse pour que la patrouille me poursuive. Là, maintenant qu’ils me tenaient, ils n’allaient plus me lâcher. Un gamin de dix ans dans les rues en pleins jours. J’allais mettre mon oncle et mes camarades dans une position délicate. Le lieutenant de la patrouille m’a attrapé par les épaules et m’a secoué. Je lui ai demandé de me redéposer au sol et de partir. Plusieurs fois de suite, mais rien à faire, ils ne voulaient rien entendre. C’était frustrant et j’étais perdu, je ne savais plus quoi faire. J’avais envie de lui hurler dessus pour qu’il me laisse repartir, lui donner des coups de pieds. On peut dire que j’étais décourager.

    Icare (après une courte pause) : C’est à ce moment là que je l’ai senti. A l’époque je ne savais ce que c’était mais aujourd’hui je suis presque rassuré de savoir que l’Esprit de la Galaxie était déjà là pour moi. C’était une sensation de quelque chose de chaud, qui était prêt à exploser en moi, comme une sorte de rugissement bestial. Néanmoins, aucune explosion à déplorer, j’étais étrangement calme par rapport à la situation. Je regardais le lieutenant droit dans les yeux quand je lui ai redis « Déposer moi au sol, il n’y a rien à voir ici. Faites demi-tour. » Quelque chose avait changé, dans mon regard, dans ma voix. Et à ma grande surprise, l’homme me lâcha, son expression faciale avait changé elle aussi. Et il répéta mots pour mots ce que je venais de lui dire. Et lui et ses hommes sont repartis de là où ils venaient.

    Maître Brûle : Tu l’as réutilisé après ?

    Icare : Plusieurs fois oui. C’était même de plus en plus facile. Je voulais tellement bien faire, pour mon oncle et mes amis. Mes connexions avec l'Esprit ressemblaient plus, à un surgissement de la Force. C'était toujours dans les mêmes conditions. Contact physique avec la cible. Contact visuel, les yeux dans les yeux. Toutes les portes nous étaient ouvertes (avec un petit sourire). Plus tard, j’ai découvert, que je pouvais récupérer des informations grâce à ce pouvoir. A quatorze ans, c’est moi qui menais les interrogatoires. Il n’y avait pas une question sans réponses. Mais tout ceci était dérangeant. Comme l’impression de rentrer dans l’intimité de la personne.

    Maître Brûle : Comment se passaient les interrogatoires que tu menais ?

    Icare : Comme je vous disais, une main sur l’épaule de ma cible, ou juste deux doigts sur sa tempe. Je regardais la personne droit dans les yeux, je lui posais mes questions et j’avais la réponse deux seconde après.

    Maître Brûle : Étaient-ils effrayés pendant et après l’interrogatoire ?

    Icare : Je n’en ai pas le souvenir. Ils étaient tous plutôt calme, on pourrait même dire relâchés.

    Maître Brûle acquiesça d’un mouvement de tête. Nous restâmes là encore de longues minutes à discuter.

    Ce message a été modifié par Phaleina le vendredi 09 février 2018 - 17:18

    vendredi 09 février 2018 - 17:14 Modification Admin Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Evénements

D23 2019

23 août 2019 - 25 août 2019

Ciné Concert Star Wars : Le Retour du Jedi

11 sept. 2019 - 14 sept. 2019

Comic Con Antwerp 2019

14 sept. 2019 - 15 sept. 2019

Japaniort 2019

28 sept. 2019 - 29 sept. 2019

Triple Force Friday

04 oct. 2019

Paris Manga et Sci-Fi Show 28ème édition

05 oct. 2019 - 06 oct. 2019

Star Wars IX

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide