Le Temple Jedi 6 (page 31)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    10745 Crédits

     Une fois dans l'Arrow, c'est l'effervessence. Il nous faudra être discrets et le vaisseau est le premier à être dissimulé.

    Ceno : R8, active tous les systèmes furtifs de l'Arrow. Kinsa, tu sais où est le camouflage optique de ton armure ?

    Moi : Pas du tout, maître. Qu'est ce que c'est ?

    Ceno : Grossièrement, ça nous rendra invisibles. Mais pour Keller et Freyler, ce sera plus difficile.

    Freyler : Je sais être discret.

    Moi : Je confirme, il l'est plus que moi.

    Dix minutes plus tard, nous nous posons en douceur au milieu des marais. Et quand je dis marais, c'est bien marais. Dés que nous sommes sortis de l'Arrow, une odeur pestilentielle envahit mes narines. Ceno se tourne vers moi et redemande :

    Ceno : Kinsa, tu sens quelque chose ?

    Moi (ironique) : Oui, ça pue.

    Ceno : Je te demandais si tu sens la présence de ton père.

    Moi : Ah ! Non. Rien.

    Et nous revoilà à patauger dans les marais, non sans avoir activé notre camouflage optique. Même si je me demande bien qui aurait bien l'idée de se balader ici ; à part la bande de Jedi (avec un nautolan mando) en vadrouille que nous sommes. Peut-être une patrouille Death Watch aussi. Ceno ordonne le silence tandis que nous avançons tant bien que mal dans les marais. À un certain moment, l'odeur commence à empirer. Et ce n'est pas peu dire, croyez-moi. Nous sommes apparemment à proximité d'une décharge. Je comprends la logique. Autant mettre des choses qui puent dans un endroit qui pue. Soudain, nous sentons des remous entre nos pieds, nous aperçevons une tentacule flotter dans l'eau. Je pousse un petit cri effrayé et pointe mon blaster sur cette tentacule. Ceno pose sa main sur l'arme pour l'abaisser, c'est vrai qu'il ne faut pas qu'on se fasse repérer. Nous tâchons de nous éloigner au plus vite de la zone. Tout à coup, Freyler s'écroule.

    Moi : Freyler !

    Heureusement, nous arrivons à le remonter et dégageons le terrain. 

    Keller : C'était un dianoga.

    Ceno - Si on reste éloigné des décharges ça devrait aller, mais restez prudents et faites attention où vous mettez les pieds.

    Enfin, nous arrivons en vue de l'ancien bastion de chasseurs de primes. Camouflé dans les marécages, cet endroit est une planque parfaite, mais la raison des Death Watch ici restent mystérieuse. Trois Death Watch sont postés en sentinelles devant l'entrée. Aussitôt, Freyler et Keller se cachent derrière un rocher. 

    Moi : Qu'est ce qu'on fait ?

    Ceno : On leur dit bonjour ?

    Keller : Sans blague...

    Freyler : On est quatre..eux trois. On a l'avantage. 

    Toujours en mode camouflage, on leur saute dessus alors qu'ils ne s'y attendent pas du tout. Ceno colle un taquet dans la nuque de l'un d'eux qui s'écroule aussitôt, puis il se retourne en tendant un bras et bloque un deuxième garde avec la Force. Dans le même temps j'arrête le troisième, Freyler arrive au niveau du deuxième toujours maintenu en stase et l'assomme avec la crosse de son blaster. En un rien de temps, les trois sentinelles sont KO.

    Ce message a été modifié par Kinsa-Talik le lundi 21 décembre 2015 - 14:06
    Ce message a été modifié par Kinsa-Talik le lundi 21 décembre 2015 - 14:28

    lundi 21 décembre 2015 - 14:03 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    22717 Crédits

    Ange resta un long moment les yeux dans le vague en tâchant vainement de ne penser à rien. Sa poitrine se levait et s’abaissait à un rythme tout aussi frénétique que sa respiration. L’air rentrait et en sortait tout aussi abondamment que difficilement. Sa gorge paraissait avoir gonflé, s’être resserrée et ne plus laisser rentrer la moindre particule de cet oxygène qui affluait beaucoup, beaucoup, trop rapidement. Elle était frigorifiée, ivre de colère. La peau sur ses bras s’était hérissée, ses poings fermés, doigts crispés et enfoncés dans cette chair qui ne devenait pas aussi douloureuse qu’elle le désirait.


    Elle le détestait, le haïssait pour ce qu’il était, pour ce qu’il avait été, pour avoir autrefois façonné, agité, cette image devant ses yeux et encore plus pour avoir aujourd’hui fait voler ce masque en éclats. Ses souvenirs étaient violés, son passé transfiguré, rien n’existait plus. Tout n’était désormais qu’une succession d’artifices savamment organisés, codés, planifiés. Elle ne pouvait plus faire confiance à sa propre mémoire. Elle se sentait trahie, trahie de l’intérieur, par cette ennemie qui avait été jadis la plus intime de ses amies.


    Cette sensation était insupportable. Ange était asphyxiée par sa propre conscience, par toutes ces pensées diffuses qu’elle croyait avoir enfoui au plus profond de son être. Cette doucereuse anxiété qui lui avait saisi la poitrine une semaine auparavant, ces battements étouffants qui avaient réveillé chaque parcelle de son être par ce sentiment si incertain et pourtant si singulier que toute confusion lui était impossible, faisaient émerger des choses oubliées. Elle en souffrait avant même d’en avoir pu goûter les délices. Il pourrissait dans sa bouche et ce goût amer lui infligeait bien pire que leur ancienne séparation.


    Vidée, elle était vidée. Le désespoir l’enveloppait de sa lourde couverture. Elle aurait voulu pleurer mais la force lui manquait. Elle se baissa alors, mécaniquement et ramassa ce qu’elle avait jeté au sol une éternité auparavant pour le fourrer dans sa poche et tourna, absente, les talons.
    Ils étaient donc tous morts. Morts. MORTS.
    Il fallait donc s’accrocher au peu qu’il lui restait et qui était ici, ou, plutôt là-bas, à des années-lumière de sa position.
    Elle inspira bruyamment et ravala ce flot obscur pour se concentrer sur le présent. Il ne lui manquait plus qu’à renouer physiquement avec la réalité et le cours du temps reprendrait librement, normalement. Elle sortit son comlink et composa la fréquence contenant le plus grand nombre d’appel en absence.

    Ange, faussement calmée : Wes, tu peux venir me chercher ?
    Wes, ayant du mal à se contenir : Par les voies de la Force, Solo ! Tu vas bien ? Tu es où ? Tu sais q...
    Ange : Je t’arrête tout de suite, Hamera. Si tu veux me passer un savon pour n’avoir donné aucun signe de v…
    Wes : Un savon ?! Ange, j’en ai strictement rien à carrer… Je veux juste sav…
    Ange : Rassure-toi, je vais… (Elle marqua une pause.) Je vais… Le spacioport. Vite.
    Wes, comprenant que la discussion était terminée : Entendu. Hamera, terminé.

    Ange eut tout juste le temps de ranger son comlink et de parvenir à formater son esprit pour ne plus penser à tout ce qui touchait de près ou de loin à son ancien amant que le speeder du Corellien s’arrêta à quelques pas des siens. La porte s’ouvrit, elle s’y engouffra et de deux bras l’enlacèrent avant qu’elle n’ait le temps de réagir. Elle reconnut aussitôt le parfum de Wes et se surprit à apprécier cette étreinte qu’elle aurait repoussée en d’autres circonstances.

    Wes, en la toisant après l’avoir libérée : Ne me refais jamais ça.
    Ange : J’avais besoin de prendre l’air… (Elle fit la grimace.)… et de faire le point…
    Wes : Un problème ?
    Ange, se massant la nuque : Je crois qu’un séjour dans une cuve à bacta ne serait pas de refus.
    Wes, en démarrant : Un rapport avec ton séjour à l’hôpital, je présume. (Il lui adressa un regard inquiet.) T’es sûre que ça va ? J’ai su qu’un homme t’avait accompagné…

    Elle n’écoute pas la fin de sa phrase, se crispant à la seule mention de son prétendu sauveur.

    Wes : Solo ?
    Ange, sombre : Ca va, ne t’en fais pas. Je serai vite sur pieds.
    Wes : Plus jamais, tu m’entends ?
    Ange, essayant de détendre l’atmosphère afin d’éviter que la conversation ne prenne une tournure désagréable : Ma parole, je rêve où tu me fais encore les yeux doux.
    Wes : Sois pas stupide.
    Ange : Je prends cette réponse comme un aveu.
    Wes, soupirant : Même à ça de la mort, tu restes toujours aussi chiante…
    Ange : C’est génétique, il parait. Le charme des Solo… Des nouvelles au QG ?
    Wes : Oui. Hoza s’est réveillé.



    Ce message a été modifié par AngeSolo le lundi 21 décembre 2015 - 16:19

    lundi 21 décembre 2015 - 16:01 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar waren

    waren

    14531 Crédits

    Lieu : Coruşscant 

    Depuis le pont supérieur du croiseur impérial, l'amiral Thrawkins meditait longuement sur la vaste noirceur étoilée qui lui rapellait une oeuvre de Ghonar Vinz, un peintre non humain qui s'était coupé la main sur sa dernière toile. Depuis ce jour là, l'homme avait cessé de peindre pour se mettre à la sculpture holographique. Soudain, les portes métalliques s'ouvrirent sur un groupe de chevaliers impériaux, escortant leurs maître. Tout les officiers et les stormtroopers étaient paralysés. Waren marcha d'un pas décidé et dit :

    - Messieurs, entrez les coordonnées de Bastion, nous rentrons à la maison.

    jeudi 24 décembre 2015 - 03:42 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar obiwan87

    obiwan87

    9719 Crédits

    Afficher l'image d'origine

    Lieu : Coruscant, Prison

    Après cette mission sur Jakku, Eckmül était bouleversé, il y avait quand même eu plus d’un mort dans ce carnage, Le retour avait été difficile. Cenovii avait prévu de prendre Kinsa et d’aller régler les problèmes sur Mandalore. Je n’avais pas eu le temps d’en parler avec lui mais je désapprouvais fortement son acte. L’ingérence dans les conflits inter planétaire est déjà omniprésente dans la politique de l’ordre Jedi, on n’avait pas en plus besoin de régler tous les problèmes de la galaxie.


    Le fait est qu’il y avait le problème avec Kinsa, qu’elle ne pouvait supporter plus longtemps de pouvoir être la fille d’un grand terroriste. Son clan passe pour un groupe de criminels et Mandalore qui réclame réparation pour l’honneur de son clan, n’arrange pas les choses.

    La force est trop impuissante, cela en est perturbant. Nôtre prochaine mission sera de chercher la carte stellaire. Aynor a toute les infos sur cette carte. Je m’en vais lui rendre visite de façon à lui parler et pouvoir partir en mission avec elle.

    Une seul personne en Coruscant a la localité de cette carte stellaire. Elle nous permettra de localiser la dague. Il s’agit d’aller voir Kaarde. Aynor se devait de lui rendre une visite officielle.

    Eckmül : Comment allons-nous faire pour voir Kaarde ?
    Aynor : J’aurai bien un plan assez audacieux mais je ne suis pas sûr que cela te plaise.
    Eckmül : Dites toujours, maître !
    Aynor : Il nous faut des vêtements bien salles et un chariot !
    Eckmül : Oh, là j’ai trop peur de savoir ce que vous voulait me faire faire !

    Aynor, ce trimballe avec une grande valise sur le dos ! Deux gardes l’arrêtent juste avant l’entrée de la prison.

    Garde : Oh, seul les maitres Jedi sont autorisés à voir le prisonnier et je dois fouiller votre sac !
    Aynor : (en décrivant un cercle avec sa main) Je suis le maitre Jedi Aynor et vous n’avais pas besoin de fouiller mon sac !
    Garde : Vous êtes le maitre Jedi Aynor et je n’ai pas besoin de fouiller votre sac ! Allez-y !

    Je me réveille petit à petit, c’est Aynor que je vois en face de moi qui me fait respirer de l’alcool. Je manque de vomir mes tripes. J’étais dans ce sac pendant tout ce temps, j’ai failli étouffer.

    Aynor : dépêches-toi, nous devons faire vite ! Ces gardes ne seront pas sous mon contrôle pour longtemps.
    Eckmül : O.K., où est Kaarde !
    Aynor : Par-là !

    jeudi 24 décembre 2015 - 18:03 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Dark-Spencer

    Dark-Spencer

    2186 Crédits

    ~~~ Falleen ~~~


    Dark Spencer déboule dans le luxueux palais d'un certain Xeno, un doyen Falleen amateur d'art, véritable collectionneur de reliques en tous genres. Le Cathar observe cet endroit trop lumineux, avec trop de dorures à son goût, trop de fioritures dans la décoration. Il ya des tableaux accrochés au mur dont la plupart doivent coûter une blinde, Spencer aimerait bien les arracher juste pour s'amuser mais il sait qu'il n'obtiendra pas la coopération de Xeno facilement, alors il s'abstient, pour une fois. Le Falleen se tient derrière une statue, accompagné d'un autre spécimen plus petit et moins bien habillé.

    Spencer - Ho les reptiles! C'est quoi cet accueil tout pourri?

    Les deux Falleens se décalent de la statue pour découvrir l'immense Sith, planté là au milieu de la grande salle. Le plus élégant des deux, Xeno, prends aussitôt la parole tout en restant stoïque malgré l'intrusion.

    Xeno - Vous êtes dans une propriété privée. Comment êtes-vous entré?
    Spencer - Par la porte... T'aurais préférés que je traverse le mur? Parce qu'on peux la refaire ça me pose pas de problème.

    Loin d'être un imbécile, le Falleen à aussitôt deviné les mauvaises intentions de cet énergumène d'apparence primitive, il se montre donc le plus diplomate possible avec Spencer.

    Xeno - Je ne vous connais pas, messire Cathar, qui êtes-vous? demande-t-il d'une voix douce.
    Spencer - ... "messire Cathar"?... Garde tes politesses vieillard! Je suis Dark Spencer et je suis là car tu as quelque chose qui m'intéresse. Donne-le moi et il ne te sera fait aucun mal. Il appuie ses derniers mots en le pointant d'une griffe.
    Xeno - Je vois... Monsieur le conservateur, vous pouvez disposer.
    Falleen - Bien Monsieur Xeno.

    Pressé, le Conservateur ramasse un datapad posé sur un grand bureau derrière eux, prends la direction de la sortie en ralentissant la marche lorsqu'il passe vers Spencer, en prenant garde d'esquiver son regard. Le fauve l'arrête cependant qu'il allait le dépasser.

    Spencer - Tu vas où comme ça? Questionne la masse velue en posant une grosse papatte sur l'épaule du Conservateur.
    Falleen - Je rentre juste chez moi, auprès de ma famille, ô seigneur. Répond-il d'un ton posé.
    Spencer - Gnnnné... Je ne crois pas non.

    Le deuxième bras de Spencer s'extirpe de sa cape et le féloïde fêlé attrape le Conservateur à la mâchoire. Sous le regard ébahit de Xeno, le terrible Dark Spencer écrase la gueule du pauvre Falleen et le lance à travers la pièce, dessinant dans son sillage un arc-en-sang.
    Xeno paraît écœuré par se meurtre sordide si violent mais essaye de contenir sa nausée en mettant une main devant sa bouche, il a un léger regard vers son bureau tandis que le Cathar se rapproche de lui en léchant ses coussinets.

    Spencer - Slurp! C'est moi qui dit qui part et qui reste. Maintenant réponds-moi ou crève sale pèteux.
    Xeno - Je... vous écoute, que voulez-vous savoir?
    Spencer - Je veux les os des Maîtres Jedi. Je sais que tu les as, collectionneur. Donne-les moi.
    Xeno - Très bien... Je vais ouvrir la salle des reliques.

    Il passe derrière son grand bureau, s'apprête à appuyer sur un bouton situé sous le plateau, soudain une femme en armure apparaît de nulle part et attrape le bras de Xeno avant qu'il n'appuie, tout en braquant son fusil blaster sur sa tête.

    Shae Vizla - Hopopop! Je ne ferais pas ça, si j'étais vous.
    Xeno - Je... J'allais simplement ouvrir la salle des reliques.
    Shae Vizla - En appuyant sur le bouton d'alarme?
    Spencer - Ah tu veux jouer!

    Le Cathar tend le bras et utilise la Force pour amener à lui l'imprudent Xeno. Le vieux vole jusqu'aux griffes de Spencer qui se referment sur son frêle gosier.

    Xeno - AaAargh!
    Spencer - Tu t'es cru malin, hein face de glaire!? Je vais fouiller dans ta cervelle de reptile pour trouver moi-même la salle des reliques ; son regard se fait plus sombre, il fronce les sourcils, de la bave s'écoule de ses babines ; et ensuite je t'attacherai à une chaise et je saccagerai tes œuvres d'art une à une devant tes yeux!
    Xeno - NoAAarrgh! JeAarrgggh!!
    Shae Vizla - Je crois qu'il tente de communiquer.

    Dark Spencer lâche prise, Xeno s'écroule comme une chise de bantha fraîchement démoulée.

    Spencer - Fait moi gagner du temps et ouvre la salle, je réviserai peut-être ma sentence.
    Xeno - Je ferai tout ce que vous voudrez mais s'il vous plait ne détruisez pas ce patrimoine unique.

    Le Falleen s'exécute, surveillé de prêt par l'undead Vizla, il ouvre la fameuse chambre des reliques depuis un terminal, le trio y pénètre puis en ressort quelques instant plus tard avec un sac bien rempli.

    Shae Vizla - Je me demandais, où avez-vous obtenu ces os?
    Xeno - C'est une bonne question... Mon conservateur aurait pu vous répondre, mais vous.... Héé!!

    Le Falleen s'arrête de parler en voyant que Spencer s'amuse à graver "Ba7l" sur les toiles avec ses griffes.

    Spencer - Et voilà, pour la postérité, maintenant tout le monde pensera que c'est Baaaaaaal qui à fait ses œuvres.
    Xeno - Vous n'y songez pas! Personne ne va y croire!
    Spencer - Ah bon? Hum... Tant pis, dans ce cas on brûle tout.
    Xeno - Nooooooooon!!!

    La fine équipe quitte le palais en flamme, en laissant Xeno,le vieux collectionneur, attaché sur sa chaise comme convenu.

    Ce message a été modifié par Dark-Spencer le jeudi 24 décembre 2015 - 23:05

    jeudi 24 décembre 2015 - 23:01 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Mirax_Terrik

    Mirax_Terrik

    7045 Crédits

    Les pieds posés sur la console de pilotage du Terrik's Fantasy, je contemplais le tunnel de l'hyperespace perdue dans mes pensées. Je songeais à ma dernière conversation avec Ace et j'étais bien forcée d'admettre qu'il avait raison... Peut-être aurions nous dût prendre nos cliques et nos claques et repartir sur Ossus, voire même sur Tython loin de la politique... Mais cela aurait impliqué d'abandonner Kaarde... Et il n'était pas question que Tyria dégaine à nouveau Black Baccara...

    Je me massais les tempes... Quel bordel.... Ces 40 dernières années j'avais vu l'Ordre Jedi traverser de nombreuses crises plus graves les unes que les autres... Mais celle là paraissait encore plus terrible... Une menace avançait masquée... Et la dernière fois que ça avait été le cas, un de mes fils était mort... Allions nous affronter un Sith encore plus puissant que Baaaaaaal ? Mais d’où sortirait-il ?... La Galaxie était-elle condamné à ce qu'une menace chasse l'autre ? 

    L'ancienne République était parvenu à maintenir la paix pendant plusieurs millénaires... Parviendront nous un jour à revenir à cette état ? Tyria et Kaarde ont l'air de faire confiance à cette nouvelle Chancelière... Peut-être est-elle enfin la Grande Politicienne que tout le monde attends... En tout cas, l'espoir fait vivre...


    Une alarme discrète me sorti de mes réflexions. Il était temps de sortir de l'hyperespace. Je tirais un levier vers l’arrière et l'espace normal se matérialisa. La verte Myrkr grandissait à travers la verrière... Myrkr... Peu de Jedi appréciaient cette planète... Sauf peut-être ce masochiste de Kaarde... Mais pour une fois ça m'était bien égal d'aller sur une planète dont la Force était absente.


    Une fois les contrôles passés je posais ma navette sur le petit spatioport. J’espérais trouver Solo au QG de la Guilde le plus rapidement possible, pour régler ce stupide différent encore plus rapidement.

    Je m'engageais dans les rues du spatioport la capuche de ma bure rabattue. Pas question de chercher les ennuis.

    Mais la Force même absente d'une planète à un sacré sens de l'humour... Qui aurait pu prévoir qu'à cet instant T j'allais tourner la tête et l'apercevoir.... Qui aurait pu prévoir que lui aussi tournerait la tête à ce même moment et que nos regards se croiseraient...

    Ce regard que j'avais haï puis aimé, puis haï de nouveau. Ce même regard qui fixait le mien à l'instant ou la lame de Kaarde le transperçait de part en part.... Ce Seigneur Noir que nous avions tous bel et bien cru mort.... Le Sith au 7 "a" dans son nom, Baaaaaaal était là sur Myrkr !!!

    Je ne sais pas lequel de nous deux fût le plus surpris... Mais pour moi le choc fût terrible.... Le souvenir de la violence du dernier combat qui nous avait opposés lui et moi déferla en moi et me fit vaciller.

    Mirax : Impossible... On a pas retrouvé ton corps, mais tu avais laissé ta bouteille de Brandy...

    A ce moment là mes jambes refusèrent de me porter plus longtemps. Je sentis que j'allais m'évanouir et la dernière chose que je vis fût le Sith en train de se précipiter sur moi...

    mercredi 30 décembre 2015 - 21:55 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    22717 Crédits

    En arrivant dans cet endroit si familier, la Corellienne fut tiraillée entre la réconfortante sensation de se savoir de nouveau à la maison – ou dans un lieu s’y rapprochant – et le dégoût de se retrouver dans une atmosphère qui lui rappelait… Elle repoussa cette idée. Un trait, un trait sur le passé.

    Elle n’écouta qu’à demi les sons qui sortaient de la bouche du Corellien, se contentant de se laisser guider par son parfum. Ressentir avait toujours était moins douloureux depuis qu’elle s’était fermée aux voies de la Force mais Solo n’avait jamais aussi savourée la toute-puissance de ses pensées éteintes qu’en cet instant, un peu trop même, sans doute.

    Wes, se raclant la gorge : Alors ? Oui ou non ?
    Ange, détachant son regard de ses deux lèves béantes : Tu disais ?
    Wes, soupirant : La cuve ou ça attendra la fin de notre entrevue avec Hoza ?
    Ange : Seconde option.

    Hamera opina du chef avant de lui emboîter le pas vers l’infirmerie au son des battements de son cœur qui se mirent à marteler violemment sa poitrine.

    Hoza venait de se réveiller.
    Ange comprenait subitement ce qu’un tel miracle signifiait. Le goût de la vérité lui parut alors d’une dérangeante amertume. La vengeance et la soif de sang n’avaient jamais figuré parmi ces choses qui comptaient cependant, aujourd’hui, elle s’étonna avec un certain mépris à non pas les envisager mais à désirer franchir cette limite qui l’effrayait tant.
    Tuer.
    Non, Ange n’était pas une tueuse et ne l’avait jamais été. Les circonstances, seules, pouvaient expliquer cet égarement passager.

    Elle soupira bruyamment.
    Le Falleen, le visage encore marqué par de nombreuses contusions et hématomes, reposait désormais à quelques mètres d’elle. Au bruit que leur avancée générait, il ouvrit les yeux et croisa le regard de l’ancien Leader de la Guilde dont l’estomac se noua à ce simple contact immatériel. Solo y lisait sa propre culpabilité et, quoique Wes pouvait en dire pour la rassurer, ce sentiment ne parvenait pas à la quitter.
    Ravalant sa salive, Solo prit sur elle et préféra mettre un terme à ce muet échange qui lui enserrait la gorge.

    Ange, mal à l’aise : Tu ne souffres pas trop ?
    Hoza, en faisant la grimace : Gadget fait des miracles.
    Ganner, en faisant irruption dans la pièce : Bien sûr que Gadget fait des miracles… J’suis le meilleur et, tous autant que vous êtes, vous feriez mieux de vous en souvenir.

    Il lança un clin d’œil à la Corellienne et s’approcha du malade. Il changea sa perfusion et, taquin, s’éclipsa non sans s’approcher d’un peu trop de Solo qui, en gage de protestation, lui donna en retour un magistral coup de poing dans l’épaule. Un baiser soufflé et il avait disparu.
    Puis, le silence retomba, pesant.

    Hoza, après de longues minutes ainsi : Vous pouvez y aller. Maintenant ou plus tard, ça ne changera pas grand-chose. (Il regarda alors à droite puis à gauche, se rappelant visiblement où il se trouvait.) Raj ?

    Sa peau changea significativement de couleur.
    Le silence suffisait.

    Wes : Ange ?
    Ange : Vas-y.
    Wes : Peux-tu nous raconter tout ce dont tu te souviens ?
    Hoza : C’est flou, très flou… Le type, l’Aqualish… Il nous a bien donné rendez-vous avec son beau-frère. (Il marqua une pause et reprit son souffle.) C’était un piège. Je pense qu’on s’est fait avoir depuis le début. Quand on s’en est rendu compte, on a essayé de se tirer mais ces sal*uds avaient tout prévu. Ca tirait dans tous les sens et puis, le noir total.

    Des phéromones furent accidentellement libérées mais Solo s’abstient de tout commentaire. Quand il le fallait, elle savait aussi se taire.

    Hoza : … Quand je me suis réveillé, j’étais attaché dans une cellule miteuse, sans lumière ou presque. Raj était en face de moi, dans un état… J’pense que je n’étais pas franchement mieux et ces cris… Si vous aviez entendu ces cris… Je n’ai jamais entendu quelque chose d’aussi horrible et… (Il se mordit les lèves, pesant son silence et regarda Ange dans les yeux.) … quand on a compris que c’était Tony…

    Il ravala sa salive et poursuivit.

    Hoza : … des heures, des minutes… je ne sais pas… sans répit… Il faisait chaud mais on ne pouvait penser à rien d’autre… Du noir, encore du noir. Quand je me réveillais, rien n’avait changé… Pas d’eau, rien à manger. Rien. Et ces hurlements… Jamais je n’oublierais, jamais… Je me suis encore évanouis et là… Plus rien… Pas un bruit. Raj balançait sa tête contre le mur et trois types sont venus le chercher. Là, c’est moi qui me suis mis à hurler. Un type est venu dans ma direction. Je me souviens avoir eu mal à la tête et… rien…

    Sa voix vacillait. Il ferma les yeux et après quelques secondes les rouvrit.

    Hoza : … Maintenant, c’était Raj… Une éternité… J’ai commencé à délirer… A ne plus rien comprendre… Du noir… des lumières aveuglantes et je me souviens avoir senti deux mains me secouer violemment. Raj. Comment, pourquoi. J’en sais rien. Il m’a trainé… Je ne sais absolument pas ce qui s’est passé. Je l’entendais juste… de loin… très loin… et après… Vous connaissez la suite…

    Ange n’avait rien dit, n’avait pas bougé.
    Elle ne pensait qu’à ce qu’elle avait reçu et ces cris qui résonnaient encore et encore dans son esprit.


    lundi 11 janvier 2016 - 23:12 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    16840 Crédits Modo

    Aynor m'avait rendu visite plus tôt en fin de journée, porteuse enfin de bonnes nouvelles. Le conclave Jedi avait désigné Jorus comme représentant de l'Ordre Jedi auprès de Sät'sa Cki et du Sénat Galactique, et il venait tout juste d'arriver sur Coruscant pour prendre ses fonctions. Je ne pouvais qu'être fier de Tyria et du reste du Conclave pour avoir si rapidement pris les choses en main en mon absence.
    Jorus était un Maître Jedi, expert sur toutes les questions ayant trait au Côté Obscur de la Force, ayant eu d'excellentes relations avec le Sénat en tant qu'ambassadeur. Il était le plus indiqué pour contrôler la situation en ces temps d'affaiblissement du Côté Lumineux et, pour la première fois depuis mon emprisonnement, je pouvais dormir sereinement sur mes deux oreilles.

    BRAOUUUM !

    Je me levai en sursaut de ma couchette, les sens aux aguets bien qu'étant coupé de la Force. Le champ de force de ma cellule était coupé et un gros pan de mur en duracier s'était effondré au-delà. Pourtant l'alarme du centre de détention demeurait muette.
    Ceux qui m'avaient précipité dans le déshonneur étaient-ils venus finir le travail ?

    Tyria. - Surpriiiiise !
    Moi. - Tyria ?! Mais... mais... !
    Tyria. - Ben quoi ? Tu n'es pas content de retrouver ton ancienne apprentie ?
    Moi. - Oui, mais... mais j'avais pourtant été clair ! (la prenant par les épaules) Tu ne devais rien faire d'irréfléchi, surtout ça ! Tyria, l'Ordre est sur le point d'échapper aux conséquences de mes actes, tu ne peux pas gâcher tout ça ! Pas maintenant ! Pourquoi faut-il toujours que tu...

    La blonde écervelée mit fin à ma diatribe d'un simple index posé sur mes lèvres.

    Tyria. - Tût, tût ! Tout doux, le Grand Maître de l'Ordre ! Laisse-moi au moins m'expliquer.

    Elle prit alors un air grave et sérieux, un air que je ne l'avais vue arborer que dans de très rares occasions.

    Tyria. - Tu penses bien que j'ai une bonne raison, non ?... Tu es en grand danger ! Tu vas te faire tuer si tu reste ici.
    Moi. - Moi ? Mais pourquoi ? Et comment ?
    Tyria. - Je ne peux t'en dire plus, mais il faut absolument que tu me fasse confiance ! Je ne peux pas laisser faire ça ! Je ne pouvais pas t'aider plus tôt, mais maintenant que j'en ai fini avec le conclave j'ai enfin les coudées franches.
    Moi. - Mais en m'aidant à m'évader tu te compromets, ainsi que l'Ordre...
    Tyria. - Mais on s'en fiche de l'Ordre Jedi et de ma réputation, à la fin ! Kaarde ! Je veux bien sacrifier l'un et l'autre si... si c'est pour t'empêcher de mourir !

    Je ne pouvais vraiment rien ajouter. J'aurais préféré ré-affronter Baaaaaaal sept fois plutôt que de laisser Tyria dans un tel désespoir.

    Moi. - Comment sort-on d'ici ?

    Mon ancienne padawan reprit instantanément des couleurs ainsi que ce sourire si particulier qui indiquait qu'elle préparait un mauvais coup, voir une « Tyriannade ».

    Tyria. - D'abord, tu enfiles ceci ! Tu peux prendre ton temps, les écrans holos du centre de surveillance diffusent en boucle des images de toi en train de pioncer.

    Elle jeta sur ma couchette une pile de vêtements civils sombres qui m'aideraient à me fondre dans le noir ainsi que... mon sabre laser ?
    Trois minutes plus tard j'étais apprêté.

    Moi. - Et maintenant ?
    Tyria (tout sourire). - Une glissade dans un compacteur d'ordures, ça te dit ?
    Moi. - *soupir*... Pourquoi ne suis-je pas surpris ?

    La première chose qui me frappa une fois sorti du champ d'influence des ysalamiris, en recouvrant la Force, fut l'incroyable tranquillité du Centre de Détention. Même en pratiquant un trou dans le mur en duracier Tyria avait donc réussi à ne pas faire de vagues. Ledit trou nous conduisit dans les entrailles techniques du centre. Je suivi docilement mon ancienne apprentie dans un compacteur d'ordures désactivé puis, après avoir passé plusieurs grilles de défenses désactivée, sur des kilomètres d’égouts.
    Après une bonne heure de marche Tyria stoppa la marche et me désigna une échelle menant vers les bas-fonds de Coruscant au-dessus de nous.

    Tyria. - C'est ici que nos routes se séparent. Il y a un spatioport trois kilomètres au-dessus. Je te fais confiance pour trouver un moyen de quitter Coruscant. Il faut que tu partes, loin !
    Moi. - Tyria, je ne peux pas faire ça, tu sais bien ! Si quelque chose me menace, alors je ne peux pas fuir et abandonner l'Ordre ainsi !
    Tyria. - Il n'y a plus vraiment d'Ordre Jedi qui tienne, avec la mise sous tutelle. Et je ne sais pas grand chose sur ce qui te menace, à part que ça ne s'intéresse qu'à toi. Dis-toi qu'en l'attirant après toi tu nous protèges. En revanche comme je suis la seule à connaître le danger et que j'agis de mon propre chef les autres Jedi te considéreront comme un fugitif. Tu devras les éviter.
    Moi. - Dans ce cas viens avec moi ! On risque de découvrir que tu m'as aidé et... vu comme les choses sont parties je risque de ne plus te revoir avant longtemps !
    Tyria. - Je sais... j'aimerais venir... mais il y a Sam, et... je veux croire que je peux encore arranger les choses ici. Toi de ton côté tu peux me convaincre que je t'ai sauvé, que je n'ai pas fait tout ça pour rien !
    Moi. - Je ne sais même pas où aller. Rien ne m'attend, hors de la vie de Jedi.

    Tyria. - Si je peux me permettre un conseil, va sur Rhommamool. Avec les troubles là-bas tu pourrais passer inaperçu tout en exerçant tes devoirs de Jedi. Et qui sait ? Si tout se passe bien, ça pourrait redorer ton blason.
    Moi. - … Très bien, je le ferai... si tu me promet de prendre soin de toi et de Sam.
    Tyria. - C'est promis.

    Je m'engageai alors sur l'échelle.

    Moi. - Au fait, contrairement à ce que je disais tout-à-l'heure... je suis heureux que tu sois venue à mon secours.
    Tyria. - Ce ne sera que la cinq centième fois. Allez, file !

    Et je filai, enfin libre, vers une toute nouvelle forme d'existence, laissant à regret derrière moi une personne de confiance formidable.




    jeudi 14 janvier 2016 - 20:52 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6232 Crédits

    Cela faisait quelques jours que Po et moi étions arrivé. Aucune nouvelle de Doc encore, notre hôte nous avait installés confortablement. Nous passions la plupart du temps à bidouiller notre vaisseau, aménageant un peu plus confortablement le cockpit, les cabines, installant quelques holo-jeux.
    Nous avions même trouve des reste de contrebandes dans des caches un peu partout dans le vaisseau, tellement bien cachée qu’elle devait être là depuis bien avant la naissance de nos originaux. L’épice que nous avions trouvé était plus que séchée, et de fait totalement foutue.


    Le plus gros problème de notre vaisseau, c’était le système d’alimentation de la tourelle. Si l’on utilisait le système de capture de l’énergie, celle-ci grimpait trop vite et la tourelle passait en surcharge. Si l’on s’en passait, le laser produit faisait tout juste un beau feu d’artifice. Bref, la tourelle était à peu près inutile. Il fallait modifier le système d’alimentation, voir changer la tourelle. Mais là, Wroobany ne pouvait nous aider. Des pièces pour un Traceur de Voie, ça ne courrait pas les rues.


    Moi : Aucune idée ou l’on peut trouver ce genre de pièce ?
    Wroobany : Laisse-moi vérifier quelque chose…
    Wroobany pianota sur un terminal…
    Wroobany : Oui… j’ai bien une connaissance… mais ça ne va pas être simple.
    Po : C’est-à-dire ?
    Wroobany : J’ai un contact sur Rhommamool qui devrait avoir de genre de pièce… exotique.
    Moi : Rhommamool ? Ca fait encore une trotte ca…
    Wroobany : J’ai une route transverse qui va vous faire gagner du temps, mais bon, avec votre tortue…
    Moi : S’il avait aussi un meilleur Hyperdrive, je ne refuserai pas…. Bon… allons-nous préparer, frangin.
    Po : Non, je passe, je vais rester ici.
    Moi : Hein ?
    Po : Faut que quelqu’un reste pour attendre Doc. Et… vu l’instabilité la bas, je n’ai pas envie de plonger dans les ennuis, on en a déjà assez.
    Wroobany : Je vais préparer les infos. Et un petit mot de ma part pour qu’il ne soit pas trop... gourmand sur les prix, il me doit une faveur de toute façon.
    Moi : Merci. J’ai l’impression d’être devenu facteur parfois….

    Quelques heures plus tard, suivant la route de Wroobany, je me dirige seul vers Rhommamool, un voyage de 7 jours…

    dimanche 17 janvier 2016 - 03:08 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar yanfzoul

    yanfzoul

    680 Crédits

    Mon maître m'a donné une seule instruction : "Notre heure approche, les Jedi ne seront plus d'ici peu...Libère Kaarde, tu as carte blanche..."
    Carte blanche ? Mouahaha, plutôt carte Vicious. Kaarde... Ma victime préférée ces temps ci.
    Cela fait des mois que je me prépare a de grosses infiltration, que ce soit chez les Jedi ou ailleurs.
    Tout y est passé, apparence bien sûr, attitude, niveau de réaction selon la situation, style de combat, imitation des sabres laser (j'y ai passé une grande partie de mon budget personnel d'ailleurs...).
    J'ai pu les observer en toute impunité grâce à mon don de transformation et aussi grâce au piratage de l'holonet effectué il y a déjà bien longtemps.
    Bon c'est pas tout mais il faut que je m'active, il ne va pas se libérer tout seul !

    Après avoir terminé de préparer mes affaires et autres déguisement, je suis parti en direction du pénitencier où est retenu Kaarde.
    Je jubile à l'idée de le revoir...

    Je vais devoir passer par les égouts, c'est peux ragoutant mais ça à le mérite de me permettre d'être discret et en plus d'après les plans que j'ai récupérer je vais avoir accès à une console de contrôle juste avant d'entrer dans la prison.
    Je prends bien soin de trouver mon point d'entrée à plusieurs kilomètres de la prison. Une fois sous terre, parmi les relents fétides de tout ce qui passer dans les eaux usées de la cité, je pris soin de prendre immédiatement l'apparence de Kaarde, si je tombe sur un garde, il sera suffisamment perturbé pour que je puisse avoir une ouverture rapide.
    Après une bonne heure de marche, j'arrive devant l'écoutille qui marque le début de l'opération "Libération de Kaardounet".

    La console se trouve juste en haut de l'échelle, en dessous de la bouche d'entrée du pénitencier.
    Je branche immédiatement mon module de piratage sur la console de contrôle, j'arrive à prendre la main sur tout le système de surveillance.
    Alors voyons voir...
    - Coller une vidéo des 15 dernières images vue par les caméras en boucle : Check.
    - Activer les champs de forces et fermer les portes de partout histoire de limiter les dégâts/bloquer les gardes et me faire un petit chemin jusqu'au stock des objets des prisonniers et vers la cellule de mon "élu" : Check.
    - Vérifier le nombre de gardes dans les stocks : 1...Check !!!
    - Laisser l'unique caméra des stocks en mode normal : Good.

    Et c'est parti, j'arrive en un tout beau Kaarde dans le stocks des objets récupérés sur les prisonniers, je prends un peu de temps pour chercher les affaires du Jedi. Il faut dire qu'il est vaste mais se résume assez simplement : un hangard immense rempli de boîtes !
    Fort heureusement, elles sont nominatives. Après 15 minutes de recherches intenses tout en prenant soin d'éviter le seul garde présent pour le moment, je trouve tous les effets de Kaarde, mais un seul m'intéresse vraiment : son sabre laser !
    Je me permets un peu de bruit lorsque je le récupère pour :
    1/ alerter le garde
    2/ le tuer de manière sonore et dégueulasse.
    3/ faire un joli sourire à la caméra.
    Et... let's go !
    Je ferme bruyamment le coffre...
    Garde - Qui est là ? Il approche a grands pas.
    Moi - La dernière personne que tu verras en vie.
    Sans attendre, je le décapite... Puis tourne la tête en direction de la caméra de surveillance avec un sourire narquois avant de m'enfuir et de prendre le deuxième chemin que je m'étais gentillement balisé.
    Avant de partir pour sa cellule, j'ajoute une petite modification à son sabre, j'ouvre sa base délicatement pour y déposer un micro émetteur de mon cru, puis referme l'arme.
    Je fonce pour atteindre la cellule de Kaarde, place la charge explosive que j'avais prévue et avant de lancer la phase finale de mon plan, change de vêtements puis prends l'apparence d'une Jedi bien connue de Kaarde : son ancienne apprentie Vicious Tyria Sarkin.
    Je jubile intérieurement à l'idée de le revoir et m'efforce d'avoir une aura claire dans la force.
    J'active la charge et... BOUMMMMMMMMMMMMMMMM !
    A travers la fumée j'arrive à apercevoir l'air hagard de ce brave Kaarde tout perturbé, MOUAHAHA c'est parti.

    Vicious Tyria. - Surpriiiiise !
    Kaarde - Tyria ?! Mais... mais... !
    Vicious Tyria. - Ben quoi ? Tu n'es pas content de retrouver ton ancienne apprentie ?
    Kaarde - Oui, mais... mais j'avais pourtant été clair ! (la prenant par les épaules) Tu ne devais rien faire d'irréfléchi, surtout ça ! Tyria, l'Ordre est sur le point d'échapper aux conséquences de mes actes, tu ne peux pas gâcher tout ça ! Pas maintenant ! Pourquoi faut-il toujours que tu...

    "Huhu, il y croit à fond !" J'ai dur à garder mon calme tellement c'est bon. Je lui dépose mon doigt sur les lèvres pour le calmer et surtout ME calmer.

    Vicious Tyria. - Tût, tût ! Tout doux, le Grand Maître de l'Ordre ! Laisse-moi au moins m'expliquer.

    Une fois détendu, je pris alors un air grave et sérieux, je n'avais eu beaucoup d'image de cette Sarkin en mode sérieuse, elle se prends souvent la tête avec Ange Solo donc elle est plutôt souvent tendue et... oh et zut je garde cette expression on verra bien.

    Vicious Tyria. - Tu penses bien que j'ai une bonne raison, non ?... Tu es en grand danger ! Tu vas te faire tuer si tu reste ici.
    Kaarde - Moi ? Mais pourquoi ? Et comment ?
    Vicious Tyria. - Je ne peux t'en dire plus, mais il faut absolument que tu me fasse confiance ! Je ne peux pas laisser faire ça ! Je ne pouvais pas t'aider plus tôt, mais maintenant que j'en ai fini avec le conclave j'ai enfin les coudées franches.
    Kaarde - Mais en m'aidant à m'évader tu te compromets, ainsi que l'Ordre...
    Vicious Tyria. - Mais on s'en fiche de l'Ordre Jedi et de ma réputation, à la fin ! Kaarde ! Je veux bien sacrifier l'un et l'autre si... si c'est pour t'empêcher de mourir !

    Kaarde marque une petite pause, est ce que mon blabla a fonctionné ?

    Kaarde - Comment sort-on d'ici ?

    "OH OUI ! Je suis toujours dans la course, il est vraiment devenu crédule le bougre, ma précédente intervention et la prison lui ont vraiment fait baisser sa garde"

    Je reprends un peu des couleurs et arbore un sourire de "Viciouserie".

    Vicious Tyria. - D'abord, tu enfiles ceci ! Tu peux prendre ton temps, les écrans holos du centre de surveillance diffusent en boucle des images de toi en train de pioncer.

    Je jettes sur sa couchette une pile de vêtements civils sombres qui l'aideront à se fondre dans le noir ainsi que son sabre laser, ce qui le surprends haha.
    Trois minutes plus tard il est prêt.

    Kaarde - Et maintenant ?
    Vicious Tyria (tout sourire). - Une glissade dans un compacteur d'ordures, ça te dit ?
    Kaarde - *soupir*... Pourquoi ne suis-je pas surpris ?

    Je constate que personne ne nous a encore repérés, tout est calme, je le ressents à travers la force. Mon plan se déroule sans accroc... Parfait !
    Après une bonne heure de marche, je me retrouve à mon point de départ avec le Jedi. Je lui désigne l'échelle menant vers les bas-fonds de Coruscant au dessus de nous.
    "C'est le dernier acte de mon œuvre !"

    Vicious Tyria
    . - C'est ici que nos routes se séparent. Il y a un spatioport trois kilomètres au-dessus. Je te fais confiance pour trouver un moyen de quitter Coruscant. Il faut que tu partes, loin !
    Kaarde - Tyria, je ne peux pas faire ça, tu sais bien ! Si quelque chose me menace, alors je ne peux pas fuir et abandonner l'Ordre ainsi !

    Je lui dit ce qu'il a besoin d'entendre...

    Vicious Tyria. - Il n'y a plus vraiment d'Ordre Jedi qui tienne, avec la mise sous tutelle. Et je ne sais pas grand chose sur ce qui te menace, à part que ça ne s'intéresse qu'à toi. Dis-toi qu'en l'attirant après toi tu nous protèges. En revanche comme je suis la seule à connaître le danger et que j'agis de mon propre chef les autres Jedi te considéreront comme un fugitif. Tu devras les éviter.
    Kaarde - Dans ce cas viens avec moi ! On risque de découvrir que tu m'as aidé et... vu comme les choses sont parties je risque de ne plus te revoir avant longtemps !
    Vicious Tyria. - Je sais... j'aimerais venir... mais il y a Sam, et... je veux croire que je peux encore arranger les choses ici. Toi de ton côté tu peux me convaincre que je t'ai sauvé, que je n'ai pas fait tout ça pour rien !
    Kaarde - Je ne sais même pas où aller. Rien ne m'attend, hors de la vie de Jedi.

    "Et voici la touche finale !"

    Vicious Tyria. - Si je peux me permettre un conseil, va sur Rhommamool. Avec les troubles là-bas tu pourrais passer inaperçu tout en exerçant tes devoirs de Jedi. Et qui sait ? Si tout se passe bien, ça pourrait redorer ton blason.
    Kaarde - … Très bien, je le ferai... si tu me promet de prendre soin de toi et de Sam.
    Vicious Tyria. - C'est promis.

    Il commence à s'engager sur l’échelle...

    Kaarde - Au fait, contrairement à ce que je disais tout-à-l'heure... je suis heureux que tu sois venue à mon secours.
    Vicious Tyria. - Ce ne sera que la cinq centième fois. Allez, file !

    Une fois qu'il est remonté à la surface et hors de ma vue, je prends une apparence quelconque masculine avec les vêtements qui vont bien et je marche encore bien trente minutes dans les égouts pour ressortir beaucoup plus loin.
    Cette dernière petite promenade m'a également permis de redescendre de mon euphorie qui avait atteint un niveau exceptionnel, c'était bien ma plus belle Viciouserie...pour le moment.

    Je préviens mon Maître par comlink que tout s'est bien passé, et je retourne à ma mission principale, sur le chemin, je pénètre dans un bar des bas fonds de coruscant, demande un bon verre de brandy corellien et mes pensées se tournent vers Kaarde.

    "A bientôt...mon Lapin !"


    Ce message a été modifié par yanfzoul le lundi 18 janvier 2016 - 18:20

    lundi 18 janvier 2016 - 00:57 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Evénements

Star Wars Episode IX

18 déc. 2019

Star Wars IX

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide