Le Temple Jedi 6 (page 47)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12819 Crédits

    Quand il avait pénétré dans ses souterrains, Kinsan Talik, le chef de la nouvelle Death Watch repenti, mais aussi un homme brisé qui avait perdu son meilleur ami et avait vu sa fille affronter son propre maître pour lui alors qu'elle avait toutes les raisons de l'abandonner, sentit des souvenirs plus ou moins lointains affluer. C'était là exactement que la Résistance de Mandalore avait établi son quartier général, près de vingt ans auparavant. C'était là où il s'était entraîné avec acharnement, de longues heures durant. C'était là où il avait vu Kinsa se transformer en une fillette sans défense à déjà une grande guerrière, même enfant. Sa grande guerrière.

    Cependant, l'atmosphère de recueillement ne dura pas longtemps et pour cause : deux frères fouineurs nommés respectivement Zefir et Deran Soon commencèrent à papoter allègrement dans son dos. Il n'avait pas eu le choix, en vérité, c'était la condition nécessaire à leur arrangement. Et puis ils lui avaient bien été utiles : ils lui avaient évité de se faire repérer en se faisant passer pour ses fils. Étant tous trois des Twi'leks, le mensonge avait passé sans problèmes.

    Kinsan avait tout d'abord été stupéfié de l'absence de troupes armées sur Mandalore, une situation qui lui paraissait étrangère. En fait, il n'y avait pas que la situation qui était étrangère : lui aussi, à sa façon, il était un étranger sur cette planète. Un an et demi en prison l'avait totalement isolé du monde et ce n'était pas la période où il avait été à la tête des Death Watch qui avait amélioré les choses.

    Il avait été aveuglé...aveuglé par les belles paroles de Jipekem, le précédent chef de la Death Watch, qui lui avait servi des mensonges sur la prétendue "vraie nature" des Mandaloriens. Du rôle prédominant qu'ils étaient censés occuper. En son temps, Jipekem avait fait partie de ces Death Watch "pro-conquérants" et avait fini par convaincre Kinsan de ses idées radicales. Il avait toujours voulu se battre pour une cause supérieure mais maintenant c'était fini. Les idées des Death Watch pouvaient être aussi bien vraies que fausses, il s'en moquait : il ne voulait plus être un Mandalorien valeureux, il voulait être un être vivant, sans responsabilités, une vie normale. D'ailleurs, il projettait de quitter Mandalore une fois la situation calmée. Oui, c'était sans doute la meilleure chose à faire, de tout recommencer ailleurs.

    Zefir : C'est quoi cette planque ?

    C'était le cadet qui avait le plus insisté pour l'accompagner, en vérité, et son frère l'avait suivi par esprit fraternel. Étrangement, aucun des deux ne paraissait effrayé et ils étaient si impertinents que ça en devenait adorable.

    Kinsan : Cette planque est là où une Résistance cachée a grandi jour après jour.
    Zefir : Ouais, tellement cachée que les Néo-Mandaloriens ne la prennent même pas en compte, il semble.
    Voix : En effet. Ils se sont contentés d'arriver, de finir le sale boulot qu'on avait presque terminé lors de la première bataille de Sundari et de rafler tout le mérite. C'est pitoyable.

    Cette voix...elle était pleine de mépris, de rancune et d'amertume. Une voix que Kinsan connaissait pour l'avoir plusieurs fois entendue s'exprimer ainsi. Une voix qu'il aurait pensé ne plus jamais entendre. Il se retourna et la femme s'approcha de lui à grands pas furieux.

    Elle (en ponctuant les mots de gifles retentissantes) : Kinsan Talik, espèce de détritus déloyal, comment oses-tu revenir ici !

    Puis, d'un habile mouvement dont elle avait le secret, elle le mit à terre en un clin d'oeil, dans la position assez humiliante de : quasiment couché sur le ventre, un pied entre les omoplates. Elle avait toujours eu le sens du détail, car elle s'était assurée que ses mains restent résolument bloqués sous son torse. Kinsan leva les yeux et adressa un sourire forcé à celle qu'il avait longtemps considéré comme une de ses plus chères amies :

    Kinsan : Content de te revoir, Jaia Tepal.

    mercredi 14 décembre 2016 - 21:32 Modification Admin Permalien

  • Avatar waren

    waren

    15400 Crédits

    Lieux : L’Imperator, croiseur néo-mandalorien

    Au travers de la bataille, Mandalore guidait ses hommes d’une main de maître depuis son vaisseau amiral, la république perdait l’avantage. Le chef de guerre se tourna soudainement vers le poste de communication, puis désignant un jeune mandalorien, il demanda un rapport. 

    “Rapport des senseurs, le Ghost as atteint son objectif, nos troupes inspectent le Chu’unthor. Nous captons de faibles transmissions venant des forces ennemies, décrivant des créatures assez imposantes, errant dans les coursives.”

    Le navire tout entier fut secoué par une slave laser, suivie d’une double explosion assourdi, annonçant la perte de trois capaciteurs. Mandalore fut projeté sur la vitre mais se redressa. Le vaisseau avait eu droit à un tir bien placé. Durant quelques secondes, il ne se passa rien, puis il eu l’explosion d’un x-wing touché par un chasseur de classe Fury sur le côté droit. Ce dernier fila sous la poupe après avoir fait un tonneau aérien. Toute la passerelle poussa un cri de victoire à l’unisson, bien que ce n’était guère l’heure, loin de là.

    “Reprenez vous, les rayons du soleil n’ont pas encore caréssés les grandes steppes de Concordia, nous devons encore combattre à la gloire de nos ancêtres. Khora’sehm !!”

    Tous reprirent ce dernier mot ensemble et retournèrent à leurs occupation. Mandalore regarda alors à travers la vitre en transparcier la suite des événements, un navire keldabe assez important échangeait des tirs avec deux escadrons de chasseurs fort audacieux. C’était le Sulfur.

    Sur le vaisseau amiral de la flotte Chiss, la présidente Anatii criait ses ordres en cheun, afin que les manoeuvres tactiques soient effectuées plus vite. Elle aurait aimée enfiler une combinaison de combat, pour se joindre à ses frêres et sœurs, dans cette grande arêne spatiale mais sa présence était plus nécessaire sur le pont. Elle étouffa un juron.

    “C’est pitoyable. La neuvième flotte est peut être bien armée pour faire face à un blocus planétaire, mais dans le cadre d’une configuration pyramidale inversé, la république ne peut rien. Le commandant Azerty est un vieux pétaure qui croit faire son devoir envers le sénat, il as déjà perdu.”

    jeudi 15 décembre 2016 - 10:41 Modification Admin Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    27079 Crédits

    La porte venait de claquer.
    Ange, lui tournant le dos, resta quelques instants les yeux fermés.

    Espèce d’idiote.

    Elle respira profondément, ne sachant trop quelle partie de son comportement était le plus apte à se faire qualifier de la sorte : celle qui avait sérieusement cru que le Gunnar de ses souvenirs existait toujours, intact, à travers les traits de celui d’aujourd’hui, celle qui avait sans doute espéré… elle ne savait pas exactement quoi… mais le pincement qu’elle ressentait dans sa poitrine était bien présent, celle qui s’était foutrement bien mise sur la défensive dès qu’elle s’était sentie menacée en deçà de toute considération quelconque de son interlocuteur, celle qui avait sciemment livré des informations à un Sith ou celle qui était tout bonnement incapable – ou qui n’assumait pas, plutôt – d’avoir un avis tranché sur l’attitude qu’elle devait avoir vis-à-vis de… justement… il n’était pas aisé de qualifier l’homme qui s’était tenu devant elle quelques instants auparavant.

    Elle ricana intérieurement à la seule pensée d’avoir cru que les choses auraient pu se passer différemment. La Rébellion était morte, Gunnar était mort et elle… elle refusait tout simplement de tirer un trait sur le passé. Tirer un trait. Tirer un trait, c’était comme se dire que tout ce pourquoi elle s’était battue hier – et désormais aujourd’hui – n’était que du vide sans aucun sens. Cela, elle en était incapable.

    Elle ouvrit les paupières, se qualifia une nouvelle fois d’idiote et s’affaira à quitter les lieux au plus vite ou, du moins, essaya. A peine s’était-elle mise en mouvement, brusquement, impulsivement, afin trancher net avec son état passif d’indécision spéculative qu’elle trouvait tout aussi risible que ridicule, qu’elle s’arrêta net, une main sur son abdomen. Sa tête se mit à tourner et un point lumineux à danser devant ses yeux.

    Mauvaise idée. Très mauvaise idée.

    Elle se maudit intérieurement et lui aussi et se ravisa en se jurant de ne plus penser à lui pour les prochaines décennies à venir, grimaça une nouvelle fois et s’affaira à quitter le hall d’entrée en se reposant sur l’aide inopinée des murs qui bordaient les différents couloirs menant à la sortie. Partie précipitamment en ayant juste eu le temps de se vêtir à la va-vite et de ramasser ses armes, Ange ne disposait guère des moyens et de l’énergie nécessaires pour s’élancer une nouvelle fois dans les ruines du Temple Jedi.

    Mortel running gag.
    Génial.
    Vraiment.


    Elle jura intérieurement et, une fois à l’extérieur, sortit son comlink et… constata que le dernier épisode de Danse avec les Shaax lui avait littéralement coupé le souffle. Enchainant une série de qualificatifs les uns plus fleuris que les autres à l’encontre de l’univers, la Force et tout ce que croisait sa vue et son esprit, elle partit en quête d’une borne holocom afin de commander un taxi pouvant la déposer dans le seul endroit sur cette fichue planète où elle pourrait sans doute se sentir un tant soit peu en paix afin de réfléchir aux problèmes purement logistiques liés à son état. Le constat de cette pensée qu’elle venait de formuler la grisa davantage.

    Acerbe.

    Solo se massa les tempes en se mordant la lèvre inférieure.
    Elle se focalisa une dernière fois sur l’ensemble indistinct et nébuleux qu’occupait pour elle Celui-Dont-Elle-Ne-Voulait-Plus-Prononcer-Le-Nom et l’enterra au plus profond de son être, non loin de tout ce qu’elle préférait dénier. Oublier. Somatiser volontairement. Et tout rentrerait dans l’ordre.

    Le taxi arriva et la mena au rythme de sa rêverie sans pensées jusqu’à la porte du Nova.
    Elle adressa regard et sourire ternes à l’homme et au Whiphid qui mirent quelques instants à la reconnaître et s’y engouffra maladroitement. Avançant précautionneusement vers la partie réservée au personnel, elle prêta à peine attention aux individus qui évoluaient tout autour d’elle. Elle rentra son code d’accès, ferma la porte et se dirigea à l’étage, là où se trouvait ce qu’elle nommait très souplement son bureau. A l’intérieur et quelques portes plus loin, sans prendre la peine d’enlever ses bottes, elle s’effondra sur son lit, vidée. Elle ne sut trop combien de temps elle resta ainsi dans cette position. Le temps reprit son cours quand un timide martèlement se fit entendre. Elle se redressa et annonça que l’on pouvait entrer.

    Deena, passant la tête : Je ne te dérange pas trop ?
    Ange, inexpressive : Nan, entre.
    Deena, refermant silencieusement derrière elle après un très long silence : Tu comptes rester longtemps ?
    Ange, haussant les épaules : Je ne pense pas. (Elle soupira.) Tu peux m’apporter du bacta. Tout ce que tu as.

    La jeune femme hocha la tête, s’éclipsa et revint les bras chargés sans poser la moindre question, une qualité qu’Ange avait toujours appréciée chez elle. Elle savait quand on devait se taire.

    Deena, lui tendant le tout : Un coup de main ?
    Ange : Merci, ça ira. (Elle marqua une pause.) Rien de nouveau ?
    Deena, en haussant les épaules, impuissante : Avec les événements récents, on ne peut pas dire qu’on ait gagné des clients.
    Ange : Je veux bien te croire… Justement, avec ce qui s’est passé, je n’ai pas pu mettre la main sur cette…
    Deena : … Sanya Sonell
    Ange : C’est ça.
    Deena : Tu veux que je relance…
    Ange, faisant la moue : A titre personnel, oui.
    Deena, la mine aussi peinée que déconfite : Alors, c’est vrai ?
    Ange : J’en ai peur… Tant que la maison tourne, rien ne chance. Pour tout ce qui entoure de près ou de loin Bommbassa, fais tout ce que tu pourras. J’engage personnellement les frais.


    Ce message a été modifié par AngeSolo le samedi 07 janvier 2017 - 22:56

    vendredi 23 décembre 2016 - 00:00 Modification Admin Permalien

  • Avatar Ordo

    Ordo

    20178 Crédits Modo

    Face aux Shaax, les coursives du Chu'Unthor n'offrent pas le même avantage à leurs proies que sur la grand place d'une cité. Sur Rhomammool, trois Shaax auront réussis à mettre en fuite deux Jedi Noirs en blessant presque fatalement l'un d'eux au passage. Ici, un affrontement opposant deux Shaax à un seul de ces Jedi Noir, fusse t-il cyborg et bénéficiant de l'essor du côté obscur, ne permet aucune garantie quand à son issue.

    Cera Ordo ne peut s'envoler grâce à son jet-pack, il ne peut pas non plus utiliser ses missiles au risque de faire s'effondrer encore plus la méga-structure du vaisseau et balancer dans le vide son vieux padawan Keller et le lieutenant Taishakuten au passage. Restent ses réflexes de Jedi et sa force brute herculéenne permise par ses implants physiques. L'une des bête féroce l'attaque ouvertement tandis que la seconde attend en retrait le bon moment pour en finir. Les attaques fusent de toute part et la cible doit rivaliser d'ingéniosité pour ne pas se retrouver en très mauvaise posture. En plus d'être de redoutables monstres, ils réfléchissent et agissent en meute, en équipe. Nouvelle esquive qui si elle n'avait pas eu lieu aurait vu le beskar'gam predator de son porteur être transpercé aussi facilement que du plastacier. Cera se baisse, saute et roule sur les côtés, évitant les attaques de la première bête tout en gardant un œil sur la seconde qui est prête à bondir à tout moment.

    Dans son dos, Taishakuten et Keller finissent par débloquer l'accès au hangar du secteur 4. Le Mandalorien attire les monstres  à l'intérieur du dit hangar, offrant plus d'espace et de possibilités de repli et de contre-attaque.  Pendant ce temps, Keller et le lieutenant Républicain repentit évacuent autant de Jedi que possible vers le hangar principal où se trouve l'équipe de sauveteurs Vongs. L'Arrow est là, et Cera sent des présences à l'intérieur, mais il n'a pas le temps de s'en préoccuper, les Shaax ont changé de tactiques et se sont adaptés au nouveau terrain plus spacieux. Cette fois, les deux bestioles attaquent de concert, ne laissant aucun répit à l'ex-maître Jedi. Mais dans cette configuration, ce-dernier peut user de son jet-pack et prendre ses distances, faisant enrager ses assaillantes qui tentent alors de le viser à coups de jets d'acide. L'homme volant esquive encore et toujours avant d'atterrir derrière l'un des monstres. Il attrape la queue de la bête et la jette sur la seconde avec une puissance inimaginable pour un être humain. Les deux carnassiers trébuchent ensemble, laissant le temps aux autres d'évacuer les derniers Jedi.

    Cera atterrit sur l'Arrow et prépare ses explosifs pour en finir, mais contre toute attente, les Shaax semblent renifler quelque chose d'autre, ailleurs. Ils partent dans les coursives en poussant un cri strident. Que font-ils? Où vont-ils? La réponse semble évidente pour Cera, ils se dirigent forcément vers un regroupement de Jedi vulnérables. Les auras d'Aynor et de Kinsa se trouvent dans cette direction. Un buffet servi sur un plateau d'argent. Le Mandalorien s'élance à leur suite pour tenter de les arrêter.


    Ce message a été modifié par Ordo le lundi 02 janvier 2017 - 15:13

    vendredi 23 décembre 2016 - 01:54 Modification Admin Permalien

  • Avatar camara

    camara

    3155 Crédits

    [les dialogues ne sont pas définitif et la fin que j'ai écrite aujourd'hui ne me plait pas et risque d'être modifié. ça a été difficile ce soir de pondre quelque chose de correct sans être emporté par les sentiments engendrés par la dernière nouvelle... Bon courage à tous]


    Quelque part dans l'espace, à bord de l'Angel's Fury.

    J'étais épuisée. J'avais passé le voyage à veiller sur le Maitre Jedi. Son état se détériorait. Lui tenant la main, je ne quittais les moniteurs de ses fonctions vitales des yeux. Les bruits irréguliers qu'ils émettaient ne me rassuraient pas.

    Un voyant s'alluma et une alarme retentit dans le vaisseau me faisant sursauter. Jorus resserra sa main sur la mienne et entrouvrit ses paupières.

    Mara, en souriant – tout va bien, nous arrivons sur Myrkr.

    À ces paroles il se détendit et replongea rapidement dans l'inconscience. Je me levais et m'installais dans la cockpit tout en nous faisant sortir de l'hyperespace. La planète en visuel, j'envoyais la série de code qu'Ange m'avait écrit sur le datapad à la tour de contrôle. L'autorisation d'entrée dans l'atmosphère ne mit pas longtemps à arriver.

    Mara Welcome new home...

    Les voix dans ma tête disparurent laissant place quelques instants à une légère migraine. Je me laissais guider par l'itinéraire enregistrée dans le tableau de bord. Il était beaucoup plus facile de piloter un engin en parfaite état que mon vieux tas de ferraille chéri, même avec mon épaule en moins qui me faisait atrocement souffrir aux moindres petits mouvements. Cera n'était pas allé de mains mortes quand il m'avait poussé sur le speeder.

    Je lançais la manœuvre d'atterrissage sur la plate-forme réservée au Fury. Un comité d'accueil nous attendait déjà : l'équipe médicale de Ganner, Wes et même Mimi !

    Mara – aller courage, tu fais ça pour Ange...

    le vaisseau posé en douceur, je coupais les moteurs et me dirigeait vers l'arrière. La rampe d'accès ouverte, les infirmiers et leur brancard se jetèrent à l'intérieur et récupérèrent le blessé.

    Je descendais de la rampe, tout allait trop vite et paraissait irréel, Ange aurait due être avec moi. Je regardait dans le vide en direction des deux guildeux qui se mettaient à hurler sur moi. J'entendais à peine ce qu'ils disaient.

    Mimi – j'espère que tu as une bonne excuse pour être revenue sans ma mère !

    Wes – je t'avais exigé un rapport !

    L'équipe de Ganner ressortie du vaisseau avec le maitre Jedi entre la vie et la mort. En me frôlant, Jorus réussi à s'agripper à moi.

    Mara – je suis désolé, je dois m'occuper de lui, Ange compte sur moi.

    Mimi – parce que tu crois que tu vas t'en tirer comme ça ! Reste ici !

    Je ne les écoutais plus, tenant fermement la main de mon protégé, je me mis à courir au même rythme du groupe en direction de l'infirmerie. Je ne voulais pas rentrer en conflit avec qui que ce soit maintenant, je réglerai mes comptes plus tard.

    Le Docteur Ganner nous attendait, les droides médicaux étaient prêts à prendre le relais et ne perdirent pas de temps. Pendant qu'ils préparaient le blessé pour les futurs soins, Ganner s'avança vers moi. Décidément je ne pouvais échapper au sermon de personne ici !

    Ganner, avec son éternel sourire – ça va toi ?

    Mara, étonnée – je... je vais bien, merci...

    Ganner – tu es couverte d'hématome, nous devons soigner tes plaies.

    Mara, en hurlant - le Maitre de l'Ordre, c'est lui la priorité ! Il a été séquestré, sans eau ni nourriture ! Roué de coup et que sais-je encore ! Il a besoin de moi !

    Ganner, gardant son calme – tu as besoin de te reposer. Un de mes assistants va s'occuper de toi.

    Mara – NON ! Je vais bien ! Il faut que... AÏE !

    La légère pression de sa part sur mon épaule réveilla une douleur si vive dans mon bras qu'elle me déclencha des vertiges. L'adrénaline ainsi que le peu de Force qui restait avant mon arrivée sur Myrkr m'avaient permis de ne rien sentir jusqu'à présent.

    Ganner – ça suffit ! Tu as l'épaule déboîtée, je ne sais pas comment tu as fait pour ne pas t'en rendre compte. *se retournant* installez la dans l'autre cuve de bacta ! *faisant de nouveau face à Mara* Je suis désolé petite Mara, d'habitude je suis plus tendre avec les jolies demoiselles, tu risques de ne pas apprécier.

    Il ne me laissa pas le temps d'assimiler ses mots qu'il remit d'un coup sec mon humérus à son emplacement initial. J'émis un râle de douleur. Je me débattais pour rejoindre Jorus mais tout devint flou. Je me laissais porter sans pouvoir bouger. J'étais persuadée qu'il m'avait réinjecté le sédatif de la dernière fois.

    Je me réveillais sur ce lit blanc si familier, mon bras en écharpe et les cheveux encore humide de bacta. Mes plaies superficielles avaient quasiment toutes disparues. Wes se trouvait assis au pied du matelas.

    Wes – tu étais hystérique tout à l'heure.

    Mara – personne ne voulait m'écouter.

    Wes – tu ne voulais écouter personne non plus. Si tu veux rester ici il va falloir que tu en fasses un peu moins qu'à ta tête.

    Mara – comment va maitre Jorus ?

    Wes – Le pronostic vital n'est plus engagé. Son état est stable et s'améliore très doucement. Une surveillance constante a été mise en place.

    J'avais au moins réussi quelque chose aujourd'hui. Même si j'étais exténuée par la voyage, je devais repartir.

    Mara – Ange, il faut retourner la chercher !

    Wes – pas toi, tu ne t'es pas encore remis de tes deux derniers voyages. Repose-toi.


    Il se leva sans rien rajouter et passa dans la pièce à côté, j'eus à peine le temps de voir qu'il sortait de sa poche son comlink. Je me levais en faisant le moins de bruit possible tout en tendant l'oreille. Je ne pouvais m'empêcher de mettre mon nez dans les affaires qui ne me regardaient pas et surtout s'il était susceptible de recevoir des informations sur la corellienne. Je voulais savoir si elle allait bien.

    J'avais peur pour elle et mon coeur se serrait à l'idée qu'il lui soit arrivé quelque chose par ma faute.

    mardi 27 décembre 2016 - 22:22 Modification Admin Permalien

  • PSW
  • Avatar Dark-Spencer

    Dark-Spencer

    2500 Crédits

    En plein commandement de la bataille du Chu'Unthor, Waren reçoit un appel inopiné sur une ligne sécurisée dont lui seul connait l'existence. Plus que le fait qu'il soit très occupé, c'est surtout la provenance de l'appel qui le fait hésiter à répondre. Le désarroi peut se lire sur son visage. Il sert les dents et laisse ses obligations un instant, il se dépêche de se rendre dans une salle isolée et ouvre son comlink sur la dernière sonnerie.

    Dark Spencer apparait en hologramme et aussitôt lance une série de sarcasmes sur le temps de réaction de l'Empereur Horn.


    Waren - Je n'ai pas vraiment le temps là, seigneur Spencer... Que me vaut l'honneur?

    Spencer - Hé ho! Déjà que t'as mis deux plombes à me répondre, tu vas pas en plus m'expédier non? Gnnrrr, mais ça va pour cette fois, moi aussi je suis pressé. Je sais qu'il se passe quelque chose et je sais que tu sais où ça s'passe! Alors dis-moi où j'peux trouver les jeedaï!

    Waren - ... Il y a effectivement une bataille en ce moment même, mais il n'y en a plus pour longtemps, ce n'est pas la peine que votre grandeur se déplace jusqu'...

    Spencer - Rrroo la ferme!! Groumpf! De toutes façons ma femme est en train de décrypter vos transmissions donc ne me fais pas perdre mon temps et donne-moi tout de suite les données vectorielles de cette bataille! Si tu m'empêches de faire mon devoir je viendrai tel un frère te faire une léchouille devant tout le monde.

    Waren (dubitatif) - Votre... "femme"...? heu... oui... bien sûr... Je transmet, mais restez loin de moi, je tiens à ma place...

    Le vieux Corrélien, ne voulant pas froisser la bête à l'intellect limité, et encore moins le voir débarquer sur sa passerelle, s'exécute puis se hâte à son poste, inquiet de ce nouvel élément perturbateur qui pourrait bien compromettre sa position.

    mardi 27 décembre 2016 - 22:26 Modification Admin Permalien

  • Avatar obiwan931

    obiwan931

    10951 Crédits

    (Me voilà de retour depuis le TJ4, Thore Joépa alias Obiwan931, ex-Maréchal de l' armée de la République, ex- ministre de la paix  et actuellement président des colonies républicaines et membre fondateur de la Coalition Galactique, chevalier jedi et membre du conseil jedi mixte)


    Ver'mer , la première planète des 13 nouvelles colonies républicaines de la Région inconnue.

    Depuis la fin de la Guerre du Sez et en accord avec l' ex-chancelier Mahan, j' avais pris en charge une mission d' exploration et de colonisation dans la Région inconnue de la galaxie dans le but de repeupler les populations, victimes du précédent conflit. Avec la collaboration de la Coalition Galactique, nous avons œuvré pendant plusieurs années à créer des couloirs hypers spatiaux sécurisés dans une région ou les voyages étaient considérés comme dangereux. En l' espace de trois ans et avec l' aide des impériaux et des vongs, nous avons exploré plus de huit systèmes et colonisés 28 colonies dont 13 pour les réfugiés républicains, 8 pour les impériaux et 7 pour les rescapés du génocide vong provoqué par mon regrettable fils Thadeus.

    Certains sénateurs de la Capitale m' accusèrent à tort de vouloir m' enfermer dans ce projet et ont regretté que je ne sois pas resté sur Coruscant voir de prendre la place de Mahan comme chancelier. Il est vrai que lorsque j' ai crée la Coalition Galactique, nombreux, même parmi les citoyens les plus modestes souhaitait que je sois le futur chef de la République. Cependant j' avais insisté pour qu' il y ait des élections libres et qu' une nouvelle constitution soit mise en place. Je me suis pas présenté au poste de chancelier et j' ai demandé à mon ami Gaius Mahan de le faire. Mahan était par sa nature un grand diplomate et il a toujours souhaité en faire son métier. De mon coté, j' avais d' autres ambitions et la perte de ma tendre femme comme la chute du coté obscur de mon fils m ' ont poussé à reprendre le projet d' exploration entrepris.

    La colonisation des mondes de la Région Inconnue s' est réalisé avec plus de facilités que de maintenir un pouvoir pseudo-democratique et constamment rongé par la bureaucratie. La plupart de ces mondes n' étaient pas vierges avant notre arrivée et certaines planètes renfermaient d' anciens sites militaires ou industrielles construits par les Séparatistes ou les Rebelles au début de la Guerre Civile Galactique. Certaines planètes ont été donnés pour la République car elles refermaient des vestiges de temples jedi. Nous avons installé notre chef-lieu baptisé «Montross» sur Ver'mer, une ancienne colonisation rebelle connu pour ses longues prairies verdoyantes et ses grands lacs. L' endroit fait penser à une carte postale d' Alderran pour ceux qui connaissent cet ancien joyau.
    En tant qu' ambassadeur de la République, j' occupe le rôle de président des colonies républicaines lorsque je réside à Ver'mer.
    Par moments, mon ancienne vie me manque et il n' a pas été rare que de nombreux sénateurs, députés, journalistes, officiers et même de simples citoyens de la république m' ont appelé à revenir sur Coruscant dans le but de régler la situation. J' ai toujours dit que ma place était dorénavant ici dans les colonies mais le jour ou mon ami Mahan a été assassiné, j' ai compris que je ne pouvais plus rester les bras croisés.
    Il y a quelques heures, j' ai reçu dans mon bureau du conseil d' état, une délégation des treize députés des colonies républicaines, tous étaient inquiets de la situation avec la neuvième flotte de la république qui tente de massacrer l' Ordre Jedi. La plupart en venaient à l' idée de créer leurs propres républiques et d' accueillir les jedi et les opposants au sénat. Voici ce que j' ai pu formuler à l' assemblée:

    Moi :_Nous sommes d' accord que la situation devient trop alarmante. Certes nous disposons d' une autonomie mais si nous déclarons officiellement notre indépendance, nous pourrons peut être pas compter sur l' appui de nos amis de la CG. L' ensemble de la flotte est au mains de Coruscant et ce n' est pas avec notre seul croiseur «Taris II» et de quelques frégates parsemées dans nos mondes que nous arriverons à mettre en déroute neuf flottes de plusieurs dizaines de croiseurs. Nous pouvons nous défendre mais il sera difficile de mener une offensive sur l' ensemble de la galaxie...

    L' ancien sénateur de Cerrea, Burg Delt se redressa brusquement de son siège et m' interrompit tout en broyant ces mots dans sa longue barbe touffue.

    Bult Delt:_ Que proposez-vous Mr le Président?

    Moi:_ La Coalition ne tardera pas à se retourner contre nous si nous n' agissons pas rapidement. Je dispose encore de mon siège de représentant de la République au sein du Conseil de Sécurité ce qui me donne une légitimé au sein de nos alliés. Hors si nous arrivons à convaincre nos amis de placer notre indépendance sous protection de la Coalition, Coruscant ne pourra pas nous attaquer ou du moins ne le fera pas pour le moment.

    Bult Delt:_Quand aux jedis en fuite, que devons-nous faire?

    Moi:_En vertu de nos lois locales, tout réfugié jedi sera le bienvenu ici. Toutefois je me fais pas trop de soucis pour eux. Mon vieil ami Kaarde a sûrement de nombreuses cachettes mais pour le moment nous devons agir rapidement,qu' en pensez-vous?

    Tous les représentants acquittèrent à l' unanimité. La réunion de crise se termina dans un silence. Il était temps pour ma part de reprendre mon service. Je me leva à mon tour de mon fauteuil et demanda à mon conseiller de préparer ma navette personnel au Conseil de Sécurité de la Coalition Galactique à Bastion.

    jeudi 29 décembre 2016 - 01:39 Modification Admin Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6493 Crédits

    Nous avions fui à travers le vaisseau pour nous retrouver dans la grande salle du Chu’Unthor. Kaarde avait verrouillé la salle et nous étions tranquille pour le moment.
     J’avais pu récupérer mon sabre, qui était tombe lors du combat entre Vicious, Galen et Kinsa. Probablement quand Galen a récupéré le Sabre de Mirax, le miens devait être proche et est tombé dans le mouvement. J’ai eu juste le temps de le récupérer avant notre fuite.


    Nous réfléchissions à ou nous pourrions aller pour nous regrouper après cet épisode.
    Galen fit une proposition qu’il eut du mal à lâcher.


    Galen : Vous pensez que tous les refuges possibles de notre Ordre sont connus par la République, eh bien je pense que nous avons négligé le seul endroit où de rares personnes n’auraient pas pensé où chercher. Alors je préfère vous poser la question directement : y en-a-t-ils qui seraient d’accord pour envisager de se réfugier sur Tython ?


    Cette suggestion de Galen laissa tout le monde interrogatif, mais noud n’eûmes guère le temps d’y réfléchir. Le bruit de griffes sur l’acier des portes et d’acide rongeant la structure nous rappela vite que le lieu n’importerait pas vraiment si nous ne sortions pas d’ici vivant.


    Kaarde : Option?


    Je me connecte à la console de la pièce avec mon datapad et télécharge les plans détaillés du vaisseau, et aussi les rapports de dégâts. L’avantage est que l’Arrow est à peu près en dessous de nous.  J’analyse les routes disponibles. Kinsa et Aynor observent aussi les plans.


    Moi : Je vois trois options possibles, a priori.
    Kaarde : Je t’écoute.
    Moi : L’Arrow est 3 niveaux en dessous. Directement en dessous, c’est un local technique. On peut y accéder par un accès… ici (Désigne le local ou l’on contrôle les lumières et les holo de la pièce). Le niveau en dessous est plus problématique – il a été endommagé et les champs de Force sont désactivé. Donc il faudra sortir du local et atteindre la section 2A3 pour pouvoir descendre dans une zone viable. Mais potentiellement infesté par les Shaaks – les capteurs de présence dans ce secteur sont HS. Et il faudra creuser soi-même un passage vers le niveau inférieur pour pouvoir atteindre le hangar où se situe l’Arrow.
    Kaarde : Et la seconde?
    Moi : Cette option est plus… directe, mais pas plus facile je le crains. Il y a un sas d’urgence à l’opposé de cette salle. Mais ça signifie que Eckmul doit amener le vaisseau ici et s’arrimer à cette sortie. Il est possible de passer par les murs et le plafonds – mais ça reste néanmoins dangereux car nos amis cracheurs d’acide pourront facilement se fondre un passage aussi. Et je ne peux même pas garantir que les passages soient encore intacts.
    Galen : Et la dernière?
    Moi : Dans le local technique en dessous, il y a un accès de maintenance a la coque avec un sas. Un vaisseau ne pourrait pas s’arrimer ici. Il faudrait alors faire une sortie dans l’espace directement. Eckmul pourrait se « poser » à proximité. Le problème est qu’il n’y a que 3 combinaisons extravéhiculaires ici. Donc ça veut dire plusieurs voyages.


    Histoire de nous forcer un peu la main, l’ordinateur du vaisseau signifia un message d’alerte automatique sur toute les consoles. Les systèmes vitaux était mort. Ça signifiait que l’atmosphère ne serait plus maintenue – à part l’infirmerie qui avait activé la quarantaine et était indépendante. L’ensemble des portes coupe-feu se fermaient pour tenter de préserver les poches d’oxygène…

    dimanche 01 janvier 2017 - 23:53 Modification Admin Permalien

  • Avatar obiwan931

    obiwan931

    10951 Crédits

    Ver'mer , la première planète des 13 nouvelles colonies républicaines de la Région inconnue.

    Hangar principal du palais présidentiel de Montross

    La réunion venait de se terminer quelques minutes et j' avais enfilé ma tunique blanche à rayures bleu marine qui trônait sur mon porte-manteau. Mon assistant me donna le collier ou était honoré sur le médaillon, le symbole de la Nouvelle- République entouré de treize étoiles représentant les colonies. Une porte s' ouvrit puis un deuxième suivi d' un grand couloir et enfin un troisième ouverture menant à l' hangar principal. Devant moi se dressait la navette diplomatique DC-41a utilisé pour mes déplacements personnels comme professionnel, la porte d' arrimage était ouverte et je m' y engouffra à l' intérieur. Quand soudain j' entendis mon assistant au loin m' appeler. Je le reconnu à son accent tonique et un peu exotique comme s' exprime la plupart de son espèce. Ce jeune natif de Duros à la peau pale et au visage sans nez me suivait depuis le début de la colonisation. Je l' ai recueilli après le décès de ses parents alors qu' il n' était qu' un jeune adolescent et l' ai élevé comme mon propre fils.

    Moi:_ Que se passe t' il Echovogar? Tu ne devrais pas rester ici...

    Echovogar, d' un air navré:_Je sais bien mais on vous demande au Quartier Général. On nous annonce l' arrivée de deux flottes inconnus dans le système

    Echovogar n' est pas du genre à me déranger pour une simple information. Je saisis la nature du message et demanda au pilote, posté à mes cotés d' annuler la mission. Je me dirigeais d' un pas rapide vers le Quartier Général de la flotte coloniale situé dans les profondeurs du palais. Le Général Bajravil, un de mes fervents compagnon d ' arme de la Guerre Sezienne se tenait devant le poste de commandement ou se tenaient des dizaines d' écrans lumineux ou des techniciens et soldats déplaçaient les maquettes et indiquaient des ordres simultanés. Le Général avait laissé pousser sa longue barbe blanche et son uniforme était mal repassé. Son age plus avancé que le mien se faisait sentir sur sa manière de se mouvoir.On sentait une atmosphère d' inquiétude et l' ensemble du personnel, jeune pour la plupart n' avait pas connaissance de gérer une situation aussi pressante et soudaine. L' officier, malgré son expérience semblait se réveiller d' un profond sommeil et avait du mal à gérer la situation jusqu' à ce que j' arrive dans la salle.

    Moi:_ Alan, que se passe t'il

    Bajravil, d' un air inquiet:_ C' est la catastrophe Thore! Une flotte impériale est arrivée dans notre secteur et demande à ce qu' on lui livre la planète sous peine d' attaquer notre capitale.

    Moi_ Et dire que je voulais aller sur Bastion...L' Empereur ou ses Moffs n' ont pas trainé à intervenir. Contremaitre, mettez moi en contact avec la flotte impériale par hologramme.

    Un hologramme de grandeur nature s' afficha dans la pièce sombre. Je reconnus ce visage fort familier et mon camarade eut un repli. Il sortit une fiole d' alcool de sa poche et s' apprêta par agacement à jeter son récipient sur l' hologramme mais je lui fit signe de s' abstiendre.

    Moi, d' un air étonné :_ Général  Sépulvéda! Traitre, assassin, nous avons combattu ensemble et j' ai sauvé vos hommes à plusieurs reprises notamment sur Kashyyyk . Qu' osez-vous faire avec vos nouveaux joujous?

    Sépulvéda:_Maréchal ou devrais-je dire ex-président des colonies. Nous ne sommes plus alliés et je ne suis encore moins un républicain. Contrairement à vous, j' ai choisi le bon camp après la guerre sezienne.  Vous et votre Sénat de Coruscant êtes considérés comme des ennemis de l' Empire. Nous avons reçu une transmission cryptée de vos services. Vous avez tenté de contacté Coruscant pour demander des renforts supplémentaires dans le but de conquérir les colonies impériales.

    Mon assistant vint me tendre un calepin ou il était inscrit que Bastion n' était pas au courant de cette intervention de la part de Sépulvéda et démentait fermement cette information .

    Moi:_ Sépulvéda, vous connaissez bien que moi, mes véritables intentions. J' étais sur le point et ce avec l' accord du Consul impériale à signer un mandat de protection pour garantir l' indépendance de nos colonies...

    Une sirène d' alarme plus persistance que la précédente annonçant l' arrivée de la flotte impériale retentit dans la salle.

    Bajravil, aggravé:_ C' est la septième flotte du Sénat de Coruscant!

    lundi 02 janvier 2017 - 22:54 Modification Admin Permalien

  • Avatar waren

    waren

    15400 Crédits

    Lieu : bataille du Chu'unthor

    Le grand Moff approchait de l’antichambre du monitoring située derriére la passerelle du Main écarlate, quand il trésaillit, l’empereur Horn venait de resortir avec un air perplexe. Musselier se racla la gorge et le corelien lui lança un regard sombre qui soulevait une question.

    “Hum.. Le capitaine dit que les sauveteurs Yuvuuhans-vongs ont commençés l’extraction des Jedis à bord du Chu’unthor, un nouveau navire de la république est tombé, une frégate nébulon je crois. Tennez, regardez la disposition, c’est surement la fin.”

    “Des nouvelles du Vaillant ou du Ténébreux ?”

    “Non, ils ont toujours pour mission de bloquer toute fuite venant de l’opposition rebelle, mais je pense que les républiquains ont peur de s’approcher de trop prés de nos batteries lasers.”

    “Boule de poils vient de me contacter. Il arrive et cela ne me plaît guére, je crois qu’il va falloir que notre ami apprenne qui donne les ordres, dites moi l’ancien chevalier jedi Cera Ordo est encore à bord du Chu’untor ?”

    Dit le corelien avec un sourrire narquois. Ils avancérent sur la passerelle, où des centaines de gens étaient affairés.

    “Je pense que oui, vous voulez les faire rencontrer aprés leurs histoire sur Felucia, je ne sait pas si c’est une bonne idée. Cela risque de tourner aux duels de sabres.”

    Un officier de liaison courrut vers les deux hommes, porteur d'un message de la directrice des services secret, Nishta Rance. Bastion venait de capter une transmition des colonies, parlant d'une flotte impérial sur place, la Zeltronne n'étant pas au courant de cette directive elle avait fait des recherche. La flotte en question était dirigé par un moff opportuniste qui ne s'était pas rendu sur Bastion lors du grand appel.

    mardi 03 janvier 2017 - 15:58 Modification Admin Permalien

  • PSW


Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...


Evénements

Star Wars Celebration Europe 2023

07 avril 2023 - 10 avril 2023

Celebration

Encyclopédie

  • Pezzle --- Cet homme accusa Lope d'essayer de pirater une affaire qu'ils avaient eue, pendant l'entrevue de Lope avec Arwen Cohl. (Personnages - Mercenaires)
  • Tortue Puffer --- De couleur violette, cette tortue était indigène aux marais de Clak'Dor VII. (Espèces & Civilisations - Animaux)
  • Hangar du Temple Jedi --- A l'intérieur de la tour centrale du Temple Jedi se trouve un hangar entièrement équipé pour la maintenance et l'entraînement des rapides chasseurs Jedi. (Planètes & Lieux - Bâtiments)
  • Metellos --- Metellos, la "Coruscant qui ne le fut jamais"; demeure, depuis plus de vingt cinq siècles, dans l'ombre de Coruscant, sa voisine plus saine, plus riche, plus brillante, et surtout plus heureuse : en effet, si elle apparaît comme impressionnante de par son dévellopement à des planètes arriérées, ses habitants ne peuvent se défaire de l'idée que leur planète n'est qu'un éternelle seconde dans le noyau galactique... (Planètes & Lieux - Planètes)
  • Gospic Feyn, Colonel --- Conseiller stratégique en chef du général Jan Dodonna, le Colonel Feyn Gospic fut d’une grande aide sur la base de Yavin IV. (Personnages - Rebelles)

PSW v8 - Mentions Légales - Vos choix de cookies - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2022 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide