Le Temple Jedi 6 (page 10)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Tyria_

    Tyria_

    13547 Crédits

    La constitution de la République était plutôt limpide sur les déroulements des évènements lors d’une crise politique de l’acabit de celle qu’elle traversait actuellement : mettre en suspens toutes les affaires en cours et organiser le plus rapidement possible de nouvelles élections.

    Ces élections anticipées étaient surtout l’occasion pour quelques sénateurs en quête de gloire de tenter d’accéder à la Chancellerie. Parmi eux – et en bonne voie pour accéder au titre suprême – se trouvait Tal Drayson de Corellia, Sät’sa Cki de Panatha (oui je m’étais trompée il y a deux postes) et un certain Beedul de Caito Neimodia. En effet, ce dernier avait surtout semé le trouble dans les débats et enlisés quelques-uns de ses adversaires dans des polémiques sans fins si bien qu’au bout de quelques jours, j’avais l’intime conviction qu’il était plus là pour « faire le show. »
    Ainsi il restait Sät’sa et Drayson. Drayson avaient fait partie de ses sénateurs qui s’en étaient pris farouchement à l’ancien Chancelier lorsque le scandale avait éclaté. Il n’avait pas vraiment digéré que la sénatrice de Panatha lui vole la possibilité de briller. Ils s’opposaient à merveille. Sät’sa Cki, défenseuse des idéaux de la République de ses valeurs. Tal Drayson avançait l’idée de « tous pourri, bâtissons un nouvel ordre. »

    Et pour une raison qui me dépassait, j’étais dans le bureau de Sät’sa après plusieurs jours de campagne. Les traits de la sénatrice commençaient être tirés à cause de la fatigue. Les journées étaient longues et les nuits trop courtes. A presque cinquante ans, elle semblait néanmoins bien tenir le coup. Je supposais que c’était lié au fait qu’elle ne soit pas humaine mais épicanthix. Cette race proche-humaine en plus de comporter des individus très grands (2m en moyenne) avait une espérance de vie supérieure.
    Tandis qu’elle devisait d’une énième stratégie avec son assistante Miraluka, je décidais de m’hasarder à évoquer mes doutes à voix haute.

    Moi – Je persiste à croire que je ne devrais pas être ici.

    La sénatrice cessa sa discussion et m’afficha un sourire cordial, sincère et chaleureux. Un sourire de politicien en somme…

    Sät’sa – Les débats s’enlisent Tyria. Pour une raison que j’ignore, le sénateur Beedul tente de ralentir les élections. Votre présence m’a permis de me sortir de quelques polémiques.
    Moi – Les Jedi ne doivent pas...
    Sät’sa – Prendre parti dans la vie politique. Je sais bien. Vous êtes les gardiens de la République et de ses valeurs. J’aime à penser que la République aurait grandement à y gagner si les Jedi daignaient s’investir un peu plus dans les affaires qui la secoue.
    Moi – Je pense qu’ils l’auraient volontiers plus fait s’ils n’avaient été occupés à combattre les Sith durant ses dernières années.
    Sät’sa, dubitative – En êtes-vous certaine ? Depuis la disparition de Baaaaaal, votre Ordre se s’implique pas plus. (Elle reprit une expression plus chaleureuse) Et on n’a qu’à dire que vous m’en devez pour avoir aidé Gaius.

    Que répondre ? Que les Jedi étaient trop affaiblis pour faire ce qu’elle souhaitait ? Qu’il faudrait plusieurs décennies avant que l’Ordre ne parvienne à remonter la pente ? Sans parler qu’une partie de moi ne pouvait lui donner tort… Comme je l’avais également dit à Kaarde alors que nous étions encore dans les Régions Inconnues, je considérais que la voie des Jedi était incomplète. Je ne répondis rien songeant qu’il y avait de fortes chances que Kaarde n’approuve pas mes actes.

    Vint l’ultime session du sénat de l’élection. Comme prévu, il ne restait que Sät’sa et Drayson dans la course à la Chancellerie.
    Le sénateur corellien avait perdu de sa superbe au fur et à mesure que les jours s’étaient écoulés et ses dernières joutes verbales avaient été désastreuses. Son adversaire semblait quant à elle rayonner. Cette crise politique avait permis l’émergence d’un nouveau leader avec charisme fort.

    Le résultat de l’élection fut sans surprise : la sénatrice Sät’sa Cki devint la nouvelle Chancelière de la galaxie et pendant qu’elle prononçait un discours fort et vibrant sur les valeurs qu’elle défendait et sur les défis qui attendait la République, je sentis la présence du grand Maître de l’Ordre Jedi.
    Kaarde avait finalement pu rallier Coruscant juste à temps pour la fin de l’élection.

    Lorsque la session se termina et que la plate-forme de la nouvelle chancelière revint à son emplacement, Kaarde – ainsi qu’Aynor – étaient là pour nous accueillir. Il fit une légère révérence pour saluer la dirigeante fraîchement élue qui lui offrit en réponse un sourire encore plus radieux.

    Kaarde – Mes félicitations pour votre élection, Chancelière.
    Sät’sa – Maître Naberry ! C’est un plaisir de vous voir. Qui aurait-cru il y a trente ans que vous seriez le grand Maître de votre Ordre et moi Chancelière !

    Kaarde eut son sourire modeste qui rappelait encore qu’il s’était longtemps considéré comme un Jedi de terrain.

    Kaarde – Certainement pas moi.
    Sät’sa – Votre apprentie a aussi fait bien du chemin et s’est montrée d’une grande aide dans cette crise politique.
    Moi – Je me suis contentée de vous donner un coup de coude au moment où il le fallait. Tout le mérite de votre élection vous revient.
    Sät’sa – Cela m’a suffi pour rappeler pourquoi je faisais de la politique et à mes yeux, ça n’a pas de prix. (Elle marqua une pause comme pour savourer le moment avant de se reprendre) Je dois hélas prendre congé : j’ai beaucoup d’affaires à régler maintenant que l’élection a eu lieu. Mais sachez Grand Maître que j’aimerais vivement m’entretenir avec vous au sujet de l’Ordre et de la république.
    Kaarde – Avec plaisir, Chancelière.

    Moins deux minutes après et un nombre incalculable de démonstration de politesse, la nouvelle dirigeante et ses aides étaient partis. Et notre petit groupe de Jedi était en route pour aller voir Mahan qui était bouclé dans ses appartements depuis plusieurs jours. J'étais sincèrement ravie du retour de mon mentor.

    Au bout de quelques minutes, je sentis le regard circonspect de Kaarde.

    Kaarde – Alors on fait de la politique maintenant ?
    Moi – Tu connais les politiciens… T’essaye de leur dire non et tu te retrouves à faire du bénévolat dans une cantine de sans-abris. Je ne sais pas toujours quel est le pire entre l’enquête que je devais faire et cette élection.
    Kaarde – A ce point ? Tu commences à piquer ma curiosité.
    Moi – Je ne dirais que les mots : Strip-teaseuse surpenante, jumelles zeltronnes sulfureuses, pseudonymes licencieux et… Twil'eck à fort décolleté.
    Kaarde – Tyria, tu avais ma curiosité. Mais maintenant tu as toute mon attention.

    Je lachai un rire.

    Moi – Et je n’en dirais pas plus tant qu’on ne sera pas devant un verre.


    Ce message a été modifié par: Tyria_ le 12-02-2015 12:56

    jeudi 12 février 2015 - 00:26 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar baaaaaaal

    baaaaaaal

    8033 Crédits

    Je suis tombé bien bas, obligé de jouer à ce faux jeu de je sais que tu sais que je sais mais tu ne veux pas me le dire pour préserver un semblant de cohérence et parce que je ne sais rien je ne te laisserais pas faire. Bref, il y a deux jeunes imbéciles à qui je vais devoir refaire le portrait, sans utiliser la Force, je ne peux pas risque de me faire repérer, pas maintenant, pas comme ça.
    Il ne me reste plus qu'à réfléchir à la manière de le faire malgré mes blessures.

    Les muscles du maitres Sith se tendirent au contacte des mains des sbires. Mais avant même qu'il ai le temps de réagir une voie se fit entendre.

    Haru'n Zatief: Laissez le venir, Roujonma Kaarrr désir lui parler.

    Dès que ces mots se firent entendre, les sbires reculèrent et laissèrent le passage au Sith.

    baaaaaaal: Je vous l'avez bien dit, ne comptez pas sur un pourboire.

    Il se dirigea vers la porte dérobé devant laquelle se tenait le Miraluka qui avait parlé et s'enfonça dans les profondeurs du bar.
    Après quelques mètres, il parvint dans une salle, ou un Whiphid trônait dans un immense fauteuils, l'air mis amusé mis énervé.

    baaaaaaal: Alors Kaarrr, toujours en vie vieux brigands, personne n'aura ta peaux.

    Kaarrr: Personnes n'aura la mienne, comme personne n'aura la tienne non plus espèce de bantha puant. Qu'est ce qui t'amène ici, depuis toutes ces années que je n'avbais pas eu le plaisir de voir ta face lisse ?

    baaaaaaal: Si je me souviens bien, tu avais une vieille dette à me rembourser, et aujourd'hui plus que jamais, j'ai besoin de ton aide.

    Haru'n Zatief: Je vois que tu aurais surtout besoin d'un bon bain... enfin voir...


    Salut à tous les retardataires :x

    jeudi 12 février 2015 - 23:55 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Bencenovii

    Bencenovii

    14850 Crédits

    Le premier ministre de Kamino s'installe langoureusement dans un fauteuil en forme d’œuf et invite les Jedi à en faire de même. Kinsa, Eckmül, Keller et Ceno prennent place. Le Kaminien est éprouvé mentalement, les padawans aussi peuvent le ressentir, mais il garde une certaine dignité et parle avec un ton tranquille, bien qu'il transparaisse un grand désespoir dans sa voix.

    Premier Ministre - Vous arrivez trop tard. Les clones se sont mutinés, nous avons été obligé de les supprimer... Jusqu'aux plus jeunes générations...
    Ceno - Mutinés? Comment est-ce arrivé?
    Premier Ministre - Et bien, nous soupçonnons le modèle original d'avoir modifié leur programmation tandis qu'il vivait ici, parmi nous.
    Keller - Pourquoi induire une programmation les poussant à la révolte? Spencer savait qu'il perdrait tous ses clones en l'activant.
    Ceno - En effet c'est troublant.
    Premier Ministre - Le Sith appelé Spencer est plus malin que nous l'avions imaginé. Il a dû découvrir le défaut que nous avons entré dans le code génétique de ses clones Kaleeshs.
    Kinsa - Un défaut? Et il ne s'en est pas rendu compte avant?
    Keller - Il n'est pas si malin que ça en fin d'compte.
    Premier Ministre - Une démonstration avec deux modèles sans défaut l'ont feinté. Mais il a finit par comprendre que nos clones dépérissaient rapidement.
    Kinsa - Vous avez pris un gros risque!
    Premier Ministre - Nous ne pouvions décemment pas délivrer un produit optimal à crédit, qui plus est à un Sith sanguinaire.
    Ceno - Pourtant, ce ne sont pas les scrupules qui vous ont étouffé lorsque vous avez cloné Maître Beku'n pour le compte de Baaaaaaal.
    Premier Ministre - Ce ne sont pas vos affaires, mais sachez que nous avons toujours été en bons termes avec ce-dernier... Le Cathar est très différent, il n'a aucune manière.
    Ceno - Quelles que soient vos considérations, elles nous éviteront beaucoup d'ennuis. Mais vous êtes les ennemis de Dark Spencer dorénavant. Vous devriez accepter l'aide de la République.
    Premier Ministre - La République? ... La République n'accorde de protection qu'aux systèmes qui en font partie.
    Ceno - Alors peut-être qu'il serait temps que vous y entriez.
    Premier Ministre - Maître Jedi, merci pour vos sages conseils, mais depuis la chute de l'Empire, nous sommes redevenus indépendants et complètement autosuffisants. Nous savons que le Cathar est dangereux, mais nous avons essuyés bien des tempêtes et nous sommes toujours là... Nous serons encore là après la République.
    Ceno - Dans ce cas, veuillez accepter l'aide des Jedi.
    Premier Ministre - Si vous pouvez nous débarrasser de ce client insatisfait, nous vous en serons reconnaissants.
    Ceno - Avez-vous le moindre indice sur ses déplacements?
    Premier Ministre - Nos clones étaient tracés, nous connaissons plusieurs de ses destinations.
    Ceno - Vraiment? Au nom du Conseil Jedi, je dois vous demander de me remettre ces coordonnées sans délai!
    Secrétaire - Je me ferai un plaisir de vous les communiquer.

    Un peu plus tard, les Jedi rejoignent Lydia à bord de l'Arrow. Ils étudient les coordonnées transmises par les Kaminiens. Des troupes clones ont été envoyées au Vaisseau-Monde et sur Tardisia, d'autres sur Dathomir, et d'autres encore vers une destination inconnue. Il s'agit d'un monde perdu, situé dans le système Corva aux confins de la bordure extérieure, loin de toute civilisation, représentant une piste sérieuse. Cela dit vaguement quelque chose à Eckmül. Le Bith sort un vieux bouquin d'histoire et trouve le monde en question.

    Eckmül - Ha voilà ça correspond! Jandoon a jadis été le théâtre d'une bataille entre les Vestiges de l'Empire et la Nouvelle République.
    Ceno - Jandoon... Cela ne me dit rien du tout.
    Eckmül - C'est un monde abandonné et désolé, il n'y reste que les ruines d'une ancienne civilisation disparue. On raconte que des esprits y rôdent, alors personne n'ose s'en approcher. De plus la surface de la planète est tout ce qu'il y a d'inhospitalier.
    Kinsa - C'est une planque parfaite pour un sith, la base de Spencer se trouve sûrement sur cette planète.
    Ceno - Cela concorde avec les visions d'Oraclem... Mais pas de conclusion hâtive, il nous faut enquêter sur place.
    Keller - Enfin nous touchons au but!
    Ceno - Toi tu restes ici.
    Keller - Quoi? Pourquoi moi?
    Ceno - On a besoin de quelqu'un sur Kamino au cas où Spencer reviendrait. Tu es le plus expérimenté de mes padawans, c'est à toi que je confie cette mission.
    Keller - Pfff c'est toujours les mêmes qui s'amusent à ce que je vois! Et vous les avez entendus, ces Kaminiens? Ils étaient "en bons termes" avec Baaaaaaal!
    Ceno - C'est plutôt rassurant en fait.
    Kinsa - Oui, du coup peut-être qu'ils arriveront à être en bons termes avec toi aussi ^^
    Eckmül - Haha!
    Keller - Ce n'est pas drôle...

    L'ainé des padawans s’acquitte de sa mission et reste sur la planète-océan auprès des cloneurs. Sous une pluie battante, il voit l'Arrow décoller et filer à travers l'orage. Une fois en orbite, Lydia entre les coordonnées de Jandoon, l'appareil entre en hyperespace avec à son bord une équipe de Jedi résolue à arrêter une bonne fois pour toute l'effroyable Dark Spencer.

    -------------------------------------
    Cyber-Mando-Jedi

    Ce message a été modifié par: Bencenovii le 13-02-2015 08:35

    vendredi 13 février 2015 - 08:27 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    16840 Crédits Modo

    Plus qu'un allié et un grand homme d'état, j'en étais venu à considérer Gaïus Mahan comme un ami fiable, avec le temps. Le voir tomber dans l'opprobre me chagrinait plus que je ne m'y serais attendu.
    Je me trouvais avec Tyria dans les bureaux de la Chancellerie, les bureaux de la Chancelière Sät'sa Cki désormais, où l'ancien chef d'état assisté de droïdes remballait toutes ses affaires.

    Moi. - Je suis sincèrement désolé de n'avoir pas été là, Gaïus. Nous n'avons rien vu venir !

    Mahan. - Moi non plus. Je ne pensais pas finir ma carrière politique ainsi... en fait j'espérais prendre tranquillement une retraite bien méritée à la fin de mon mandat, mais... dommage que je doive partir avec ma réputation salie... en tout cas il est bon de savoir que les Jedi me gardent leur confiance.

    Moi. - Nous ferons la lumière sur toute cette affaire, je vous le promets. Il est évident qu'il s'agit d'un complot, derrière lequel se trouve peut-être Dark Spencer lui-même. Nous commencerons par envoyer des Jedi découvrir l'origine de la coupure Holonet.

    Tyria. - Je pense qu'il faudrait aussi surveiller le sénateur de Cato Neimoidia, Beedul. Visiblement ses efforts visaient surtout à enliser le Sénat dans des débats sans fin.

    Mahan. - Je vous sais gré de vos efforts, mais ne vous concentrez pas trop sur mon sort, je suis assez grand pour me défendre seul à mon procès et je ne suis pas tant à plaindre. Malgré cette fin calamiteuse j'aurais quand même eu une belle carrière... mettre fin à la guerre du SEZ, abolir l'esclavage, assister à la fin de Baaaaaaal, lancer le Vol d'Exploration... et puis je laisse la place à la sénatrice Sät'sa Cki.

    Moi. - Justement... malgré tout le respect que j'ai pour elle... ne peut-on considérer que son accession fasse partie du même plan qui vous a fait destituer ? Même à son insu ?

    Mahan. - J'en doute fort. Elle ne s'est retrouvée impliquée dans la course à la Chancellerie que pour avoir voulu m'éviter une longue humiliation, ce dont je lui suis très reconnaissant.

    Tyria. - De plus c'est moi qui lui ait un peu forcé la main pour qu'elle intervienne, alors...

    Moi. - C'est vrai que, la connaissant personnellement, je ne peux que me réjouir de la savoir à la tête de la République. Mais il nous faut encore découvrir à qui profite votre éviction.

    Mahan. - Ou de quel but réel cette agitation détourne votre attention... pensez-y. Mais je vous fais confiance pour le découvrir. En tout cas sachez que je serai toujours là pour vous aider. Magré mes récents déboires j'ai encore de la ressource et des contacts importants dans toute la Coalition... Maître Naberry, Chevalier Sarkin, merci d'être passés et... que la Force soit avec vous !

    Nous laissâmes le sullustéen à son déménagement et prîmes congé.

    Tyria. - Et maintenant, qu'est-ce qu'il faut faire ?

    Moi. - Ce n'est pas toi qui parlait d'un verre ?

    Cela devait faire des années que je n'avais plus enfilé de vêtement civils et bu une boisson le plus simplement du monde (exception faite de ma récente mésaventure au Nova) en bonne compagnie. Tyria et moi avions justement choisi un bar à mi-chemin du Temple et du Sénat dans lequel nous avions nos habitudes autrefois. Cela me rappelait justement cette époque où nous travaillions en duo, elle presque trop âgée pour être une padawan et moi presque trop jeune pour mon rang de Maître Jedi.
    Là, attablé confortablement, j'écoutai donc Tyria me faire le récit de ses récentes mésaventures. Elle ne m'épargna aucun détail, ni le curieux caractère de Carla, celle-là même qui m'avait abordé au Nova, ni son gênant affrontement contre la zeltronne Ash. Je ne regrettais pas d'avoir pris le temps de boire un verre pour entendre tout ça.

    Moi. - … Dommage que cette twi'leck... euh, Du Mondaubalcon, c'est ça ?... t'ait échappé.

    Tyria. - Tu te serais fait une joie de l'interroger toi-même, hein ? Enfin bon, j'aurai peut-être d'autres occasions de l'attraper. Je suis plus embarrassée par ce qui s'est passé chez les jumelles Reed.

    Moi. - Hé c'est vrai que tu as fait forte impression à Sash ! Vous vous revoyez bientôt ?

    Tyria. - Comment ça ?

    Moi. - Tu lui as acheté une sculpture de lumière pour faire avancer l'enquête, non ? Je ne serais pas surpris qu'elle vienne te la livrer elle-même.

    Tyria. - Hum... Et à propos de forte impression,,...toi et Sät'sa ?

    Moi (avalant ma boisson de travers). - Hum... J'étais jeune, à l'époque.

    Tyria. - C'est vrai que tu es un vieux croûton, maintenant ! Un peu sénile, même, pour soupçonner Sät'sa d'être une vilaine comploteuse, hein ?

    Moi. - Euh, quand on était chez Mahan je n'ai fait que formuler une hypothèse ! Mieux vaut tout envisager. Et puis, avoues que c'est troublant, ces attaques de Dark Spencer qui surviennent en même temps que la chute du Chancelier. J'espère que le groupe de Ceno obtiendra des résultats sur Kamino.

    Tyria. - À propos, où est passé le reste de ton équipe ?

    Moi. - Dropi et Dropa continuent d'enquêter à propos de ces hypothétiques créatures Sith sur Tardisia. Quant à Polux il est parti au Temple rejoindre Weedge dès que nous sommes arrivés... Ce qui me fait penser que j'ai laissé au pauvre Weedge le soin de s'occuper seul de nos amis erdiens. Quand j'aurai le temps il faudra que j'aille saluer le Père.

    Je terminai d'un trait le fond de mon verre.

    Tyria. - Comment ça, "quand tu auras le temps" ? Tu ne rentre pas au Temple ?

    Moi. - Non, j'ai juste le temps de retrouver Aynor au Sénat pour notre première réunion officielle avec la nouvelle Chancelière. On va pouvoir fixer une nouvelle ligne de conduite à toutes les prochaines missions. D'ailleurs en tant qu'ancienne connaissance de Sät'sa tu serais la bienvenue. J'espère que Mirax nous rejoindra bientôt, elle aussi.

    Tyria. - Et tu as préféré écouter mes déboires en buvant un verre plutôt que d'aller à la rencontre des Erdiens et préparer la réunion ? Pas très sérieux, ça !

    Moi. - Avec ce qui nous attend c'est sans doute le dernier moment de détente que je peux m'autoriser avant longtemps. Merci de l'avoir partagé avec moi.


    -------------------------------------
    I've a baaad feeling about this !
    Consultez l'ENCYCLO JDR du site !

    Ce message a été modifié par: Kaarde le 13-02-2015 19:03

    vendredi 13 février 2015 - 18:45 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    22717 Crédits

     
    Solo eut à peine le temps de finir sa précédente phrase qu’un nouvel individu fit irruption dans la pièce. Wes, le col de sa veste à moitié relevé, le bord d’un des pans de sa chemise dépassant dans son pantalon et tout un tas de signes qui révélaient aux protagonistes présents dans la pièce que le Corellien n’avait pas prévu d’arriver si vite dans la pièce, pénétra le lieu qui, quelques secondes plus tôt, pouvait encore prétendre être le siège de l’intimité d’un couple.

    Ange, à bout de nerfs : Nan mais vous vous êtes passés le mot ou quoi ?! Cette zone (elle décrit un rapide cercle du doigt.) appartient à la sphère protégeant ma vie privée. (Théâtralement, elle sortit de la pièce et claqua des talons après avoir passé le seuil de la porte.) Cette zone (Elle refit le même mouvement.) appartient à la sphère publique. (Elle leva les bras au ciel.) Vie privée, vie publique, ça parle à quelqu’un ici ?

    Les trois individus appartenant à la gente masculine se regardèrent, incrédules, quelques instants.

    Tony, fronçant un sourcil : Tu es sûre que ça ?
    Ange, rageuse : T’es pas sensé me soutenir sur le coup ? Ca n’te dérange absolument pas que tout le monde s’incruste comme ça, hop hop hop ! C’est quoi, ici, un hôtel de passes ?
    Wes, un peu gêné : On comprend que tu…
    Ange, excédée : Nan ! Nan ! Nan ! Tu comprends pas !
    Wes : Mais…
    Ange : Pas de mais qui tienne ! Le premier qui me sort un « mais », je vous jure que je lui fais un deuxième trou à coup de tirs de laser qui facilitera son transit intestinal !

    Les trois mâles se turent.

    Ange, soupirant bruyamment : Bref… Je crois que j’ai vraiment besoin de dormir… (Elle se massa quelques instants les tempes avant de se tourner vers le Corellien.) Tu es venu pour ?
    Wes : On peut discuter cordialement ?
    Ange : Ouais… Je suis sous tension…
    Hoza, ravalant sa salive : On a pu constater ça…
    Ange, le fusillant du regard : Un problème ?
    Hoza, changeant de couleur et balançant une nouvelle dose de phéromones : Non.

    Le geste que Solo entreprit afin d’évacuer le nouvel afflux nerveux ayant pour source un Falleen que nous ne nommerons pas, à savoir celui d’agripper fermement l’avant-bras du Lorrdien, fut assez significatif puisque Hoza prit soin de faire quelques pas en arrière et de se placer juste arrière Hamera.

    Ange : Donc, Wes ?
    Wes : Oui… Wes… C’est moi… Donc… Holonet vient de reprendre vie. J’ai baissé le niveau d’alerte mais je le garde suffisamment élevé. La pire des conneries serait de dissoudre le réseau alternatif que nous venons de mettre en place. Si ça a été saturé une fois, rien ne nous dit que ça ne peut pas recommencer. Je préfère rester prudent.
    Ange : Parfait. On fera mieux de s’activer avant que toute trace du sabotage ne soit devenue irrécupérable.
    Wes : Je suis du même avis.



    vendredi 13 février 2015 - 23:26 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Dark-Spencer

    Dark-Spencer

    2186 Crédits

    Sur Muunilinst, Dark Bones et quatre évadés de Kessel sont en planque à proximité de la grande tour qui abrite la Banque Galactique tenu par le Clan Bancaire, une bande d'escrocs notoires pire que la Guilde.

    Un appel de Jandoon donne le feu vert pour l'opération "déculottée culottée", le Kaleesh et ses acolytes surarmés se mettent en branle.

    Quelques repérages et kidnapping d'employés de la tour ont transmis les renseignements nécessaires au bon déroulement du braquage le plus insensé qui soit.

    Bones - Bon, on se bouge, concentrez vous chacun sur ce que vous avez à faire et tout ira bien. Après l'évacuation on se retrouve ici ; une dernière chose, vous vous souvenez de vos noms de code?
    Mr Cortose (un Lasat) - Ouais, mais je n'ai toujours pas compris pourquoi on doit changer nos noms puisque Dark spencer nous a bien dit de revendiquer l'attaque au nom du Nouvel Ordre Sith.
    Bones - Vous n'avez jamais vu de film de braquage? Tout les braqueurs prennent des blazes, c'est comme ça, on va pas s'emparer de la caisse d'une supérette là les gars!
    Mr Fiante (un Twi'lek) -Si je peux me permettre, je trouve ça ridicule aussi, surtout que le mien de blaze...
    Bones - Rhhooo LA FERME! C'est pas le moment de chipoter, fallait tirer un autre papier... ça te fait rire Mr Satin?
    Mr Satin (un Weequay) - Désolé...
    Mr Plasma (un Humain) - Et pourquoi vous n'avez pas pris de blaze, vous?
    Bones - Parce que je gagne à être connu, et Bones c'est déjà un blaze. Assez perdu de temps avec les détails, en avant!

    La petite bande arrive devant l'entrée du bâtiment, Dark Bones est au milieu avec sur sa gauche Mr Satin et Mr Cortose, et sur sa droite Mr Plasma et Mr Fiante.
    Ils entrent dans la banque sans faire toc toc toc, Dark Bones hurle "inclinez vous face au Nouvel Ordre Sith!", aussitôt Mr Satin et Mr Plasma ouvrent le feu avec leurs blasters lourds à répétition.
    La sirène d'alarme retentit et les barrières d'énergie s'activent. Les deux mercenaires restent dans le hall massacrant tout ce qui bouge, tandis que Bones, Mr Cortose et Mr Fiante tracent leur route entre les corps qui jonchent déjà le sol. Ils prennent l’ascenseur pour se rendre au 1er sous-sol où se trouve le bureau du Préposé, gardien des codes. La porte blindée de ce dernier ne résiste pas au sabre laser du Kaleesh qui la fond puis fait irruption dans la pièce et l’attrape par le paletot. Pendant qu'il le brusque afin qu'il lâche les codes d'accès des serveurs, Mr Cortose s'occupe des gardes de la sécurité qui rappliquent et Mr Fiante surveille l’ascenseur.

    Dark Bones finit par avoir ce qu'il voulait, il décapite le Préposé et retourne prendre l’ascenseur avec ses complices, direction l'avant-dernier étage de la tour, là où se trouvent les serveurs de la République.

    A cet étage, tout est bouclé et les employés ont évacué les lieux, il ne restent plus que les gars de la sécurité, restés à contre cœur pour faire leur job, pour une fois. Leur poste est réputé pour être une planque ; en effet, qui pouvait penser qu'un jour quelqu'un serait assez fou pour attaquer cette banque?
    Derrière leur vitre blindée ils font les malins, mais leur efficacité laisse à désirer, leur seul véritable atout réside en quelques droïdes de guerre et autre tourelles laser.
    Dark Bones prend les devant et retourne les tirs laser des tourelles contre elles, Mr Fiante sort le lance-missile portatif et détruit les drones de sécurité, Mr Cortose attrape les gardes qui sont entrain de prendre la fuite et les écrase dans les murs.

    Mr Cortose - Place nette.
    Mr Fiante - Clear.
    Bones - Parles Basic Mr Fiante. Mr Cortose c'est à toi.

    Mr Cortose s'exécute et se connecte aux serveurs de la Banque Galactique, à la recherche de quelques-un des plus gros compte de la République.

    Bones -Transferts-en le plus possible là où tu sais, tu as exactement 5 minutes, après on dégage, Mr Plasma et Mr Satin doivent déjà avoir fini la phase B.

    Les droïdes de sécurités continuent d'affluer, mis en pièce un par un par l'apprenti de Dark Spencer.

    Mr Cortose - Tout les transferts sont terminés.
    Bones - Bien. Je prend contact avec ceux du bas pour les prévenir qu'on redescend.
    (Comlink-) Comment ça s'passe en bas? Vous en êtes où avec la phase B? Nous on a finit, on descend.
    Mr Satin - Toute menace éliminée. La phase B s'est bien passée, on a percé le coffre principale sans trop de soucis et on a rempli les sacs, y'en a pour du pèze... et ça pèse! Par contre on a de la compagnie, dehors c'est blindés de flics, on coupera pas aux unités d'élites.
    Bones - Pas de problèmes. On arrive.

    Leur mission réussie, la petite bande se rassemble dés lors dans l'obscurité du hall d'entrée afin de mettre en œuvre le plan d'évacuation.

    Grâce à une commande à distance, Dark Bones prend le contrôle d'un intercepteur Sith qu'il avait mis en auto pilotage non loin de là et le dirige en piqué sur la porte d'entrée de la banque. Le vaisseau s'écrase dans un vacarme infernale, stupéfiant les policiers qui se demandent d'où il sort.
    Les braqueurs pénètrent dans la carcasse de l'intercepteur qui commence à s'enflammer de part et d'autre.
    Les forces de maintient de l'ordre passent à l’assaut en se disant que les criminels se sont pris au pièges eux-même ; tout-à-coup, Dark Bones surgit, tue les premiers venus, renvoie les tirs de blasters et défend la zone permettant ainsi à ces hommes de mains de s'envoler grâce aux jet-pack qui se trouvaient dans la soute.

    Mr Satin s'enfuit, suivit par Mr Fiante et Mr Cortose... Ne voyant pas sortir Mr Plasma, le Kaleesh retourne dans le vaisseau pour voir ce qui se passe.

    Mr Plasma est debout, blaster lourd en main et met le Sith en joue :

    Mr Plasma - Ne bouges plus tête de mort!
    Bones - Qu'est-ce que ça signifie?
    Mr Plasma - Je suis un agent double de l'Empire, j'étais en mission à la prison de Kessel quand Spencer à fait des siennes. Je ne retournerai par sur Jandoon, et toi non plus.
    Bones - Je vois... Cela explique pourquoi il y avait tant de droïdes là-haut, et aussi pourquoi les flics sont arrivés si vite... Baisse ton arme et je te laisserai la vie sauve, pauvre humain.
    Mr Plasma - Tu n'es pas en position de négocier.

    Un amas de policiers se pressent devant le sas du vaisseau.

    Mr Plasma - Rends toi, tu es cerné.
    Bones - Hum... Tu ne veux pas revoir Jandoon? Je vais exaucer ton souhait!

    Le Kaleesh se précipite sur le traître qui a à peine le temps d'ouvrir le feu avant que ses bras ne se détachent du reste de son corps, tranchés par la double lame laser du sith au masque en os.
    Ce dernier enclenche un détonateur thermique et le mets dans la bouche du manchot puis le jette sur les policiers qui s'agglutinent à l'entrée du sas.
    Le guerrier se planque comme il peut alors que la bombe vivante explose en déchiquetant les unités d'intervention et en faisant sauter l'arrière du vaisseau.

    Une épaisse fumée et des cris de douleurs remplissent le hall de la banque, une deuxième vague d’assaut est lancée par les unités d'élites d'intervention des forces de l'ordre, mais quand ils pénètrent dans le vaisseau, Bones n'est plus là... Il s'est envolé au dessus d'eux, profitant de la fumée et de la panique ambiante pour se faire la malle.

    Les snipers placés aux endroits stratégiques n'ont pas eu le temps de réagir, c'est désormais les unités aériennes de la police qui prennent le relais, sillonnant toute la ville dans la ferme intention d'arrêter mort ou vif les terroristes qui viennent de commettre le casse du siècle en assassinant plusieurs dizaines de civils, de policiers, sans compter les dégâts matériels et la fortune extorquée.


    -------------------------------------
    Miam!! :pol: :pol: :pol: :pol:

    Ce message a été modifié par: Dark-Spencer le 21-02-2015 16:06

    samedi 21 février 2015 - 15:49 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Tyria_

    Tyria_

    13547 Crédits

    Je retins un soupir. Et dire que je pensais qu’un retour au statut de Chevalier m’épargnerait des réunions soporifiques de ce genre.

    La réunion se passait pour ainsi dire à huit-clos. En plus des Jedi et de Sät’sa Cki, seuls deux autres personnes y participaient : l’assistante Miraluka, Tara Ma, et le vice chancelier Hoo Moos, tout Duros de sa personne. La nouvelle Chancelière semblait toujours sur son petit nuage. Malgré cela, elle était bien décidée à s’attaquer à toutes les affaires en suspens afin de ne laisser personne profiter de la crise politique de ces derniers jours.

    Sans se départir du sourire qu’elle ne semblait afficher que lorsque Kaarde se trouvait dans la même pièce(sic), Sät’sa aborda le vif du sujet avec la délicatesse d’un rancor lors de ses premiers ébats amoureux.

    Sät’sa – Je pense que la République coure un grave danger.

    « La subtilité, c’est pour les fillettes. »

    Si les propos n’avaient pas été aussi graves, j’aurais probablement souri devant une telle déclaration. Rien de telle qu’une politicienne de la Bordure extérieure pour mettre les pieds dans le plat et faire avancer les choses.

    Kaarde – C’est évident. Si la chancellerie n’est plus à l’abri de complots, alors toute la République est en danger.

    Sät’sa opina avant d’ajouter.

    Sät’sa – Tout s’est passé avec une telle rapidité que je ne peux pas croire une seule seconde que tout ceci n’a pas été planifié de longue date.
    Aynor – L’éviction d’un chancelier n’est pas une chose anodine. Quel était le but ? A qui cela profite-t-il ?
    Kaarde – C’est autant de questions auxquelles il faut trouver réponse.
    Moi, réfléchissant à voix haute – Si je complotais pour virer le chancelier de la République, je m’arrangerais pour y coller un « allié » à la place. Ou alors quelqu’un de suffisamment simplet pour pouvoir le manipuler aisément.

    Hoo Moos manqua de s’étouffer en entendant mes propos tandis que la Miraluka tourna le visage vers moi. C’est dingue comme l’absence de regard peut rendre une personne mystérieuse.

    Moi – C’est de la stricte logique.

    La Chancelière se laissa aller dans son siège visiblement amusée.

    Sät’sa – Est-ce que je suis simplette ou à la botte de l’ennemi ?
    Moi – Ou bien l’élément perturbateur qui aura pris de court l’ennemi en lui volant son trophée…
    Sät’sa – Je crois que je préfère cette option aux deux autres.
    Moi – Ca signifie que votre principal adversaire lors de l’élection pourrait être un suspect plus que crédible.
    Aynor – Drayson de Corellia ? Il a toujours eut bonne réputation.
    Sät’sa – Vous n’êtes pas sans ignorer qu’il y a du grabuge sur Corellia en ce moment. Le gouverneur a toutes les peines de la galaxie à garder son poste.
    Aynor – Mais quel serait le lien entre le gouverneur et manipuler le chancelier ?
    Kaarde – Beedul semblait avoir eu un comportement suspect lui aussi.
    Sät’sa – Tant que nous abordons toutes les possibilités, qu’en est-il des Sith ?
    Kaarde – Depuis la mort de Baaaaaaal, il ne reste que son apprenti Spencer. Cela m’étonnerait. Ca ne ressemblerait guère à son style.

    Sät’sa leva un sourcil de manière interrogative.

    Moi – Il est plus du style à vous retourner l’articulation des deux coudes en même temps. Un grand psychopathe mais je ne le pense pas capable de mener à bien un complot aussi sophistiqué.
    Sät’sa – J’aimerais que les Jedi enquêtent sur cette affaire. En tant que gardiens de la République, je ne vois personne de mieux placer que vous pour rétablir les réputations de Mahan et faire la lumière sur toute cette affaire.
    Kaarde – Les Jedi s’engagent à faire tout ce qu’il sera dans leurs pouvoirs pour découvrir qui à agit ainsi et dans quel but.
    Sät’sa, soulagée – Je n’en attendais pas moins de vous, Kaarde. Il y a un autre point que j’aimerais aborder. J’en avais déjà fait part à Tyria il y a quelques jours en des termes un peu rudes – je m’en excuse d’ailleurs.
    Je sais bien que votre Ordre a eu beaucoup à gérer lors des dernières années. La guerre contre le SEZ, les différents Seigneurs : Baaaaaaal, Dark Maléfica, Dark Timoros, Black Bacarra… Nombre d’entre eux s’en sont pris également à la République en menant des attentats terrifiants. La quasi-absence des Jedi depuis la chute de Baaaaaaal laisse penser un nombre grandissant de sénateurs que les Jedi ne s’intéressent guère à la République. Pis encore, certains commencent même à dire que si votre Ordre n’avait pas été là, les Sith auraient laissé la République en paix.
    Kaarde – Un raisonnement simpliste et certainement erroné.

    Sät’sa fit une grimace qui pouvait se résumer par « Ne m’en parlez pas. »

    Sät’sa – C’est ce qui me fait dire que la République aurait fortement à y gagner si vous participiez de nouveau à la vie galactique. Vous pourriez montrer à vos détracteurs combien ils ont tort et faire de la galaxie un endroit un peu plus sûr. Voyez-le comme la demande d’une amie sincère et de longue date qui vous conjure ne pas oublier la République que vous avez défendue plusieurs fois au péril de votre vie.


    Ce message a été modifié par: Tyria_ le 22-02-2015 22:07

    dimanche 22 février 2015 - 21:04 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Mirax_Terrik

    Mirax_Terrik

    7045 Crédits

    Dathomir... En plein cœur d'une forêt.

    Doc et moi arpentions le sentier depuis des heures. Ni le long voyage vers cette planète lointaine, ni le calme de cette forêt ne m'avait aidé à renouer mon lien avec la Force. Doc ne s'avouait pas vaincu, mais il commençait à être à court d'idées...

    Nous faisions route vers le dernier endroit ou les Sœurs disparues du Clan de la Montagne qui Chante avaient été aperçues pour la dernière fois. Nous touchions d'ailleurs au but. J'essayais d'étendre le champ de mes perceptions, en vain... Quelle frustration !!

    Doc était parti devant. Dans cette forêt quasi vierge de toute présence humaine, il était dans son élément. Je le retrouvais dans une clairière.

    Doc : J'ai pas trouvé grand chose, la forêt a vite repris ses droit. Il a quelques traces de luttes. Vu les traces de pattes, les Sorcières ont dû affronter une créatures particulièrement imposante, rapide et meurtrière.
    Mirax : Un Rancor?
    Doc : Non. J'ai pu apercevoir des traces de Rancor pendant le trajet. Ca ne ressemble pas... Ça ne ressemble à rien de ce que j'ai pu voir jusque là. Je t'attendais pour aller plus avant.

    C'est un peu plus loin, guidés par l'instinct de Doc, que nous découvrîmes le cadavre atrocement mutilé d'une Sorcière dans un enchevêtrement de lianes. D'autres animaux carnivores étaient déjà passés par là effaçant les indices, mais les blessures ne laissaient aucun doute sur le fait que la créature qui avait attaqué et tué cette pauvre fille était munie de griffes particulièrement acérées.

    C'est en m'agenouillant prés du corps que je ressenti une vivre brûlure au niveau du genou. Je venais de le poser dans une flaque d'un liquide jaune à l'odeur âcre.

    Doc : De l'acide... Il y en a partout autour du corps... Cette créature est vraiment... Singulière.... Je n'ai jamais vu ça auparavant.
    Mirax : Je vais faire des prélèvements et vais examiner le corps de plus prêt. Tu n'as qu'à aller explorer les environs. Les autres corps ne doivent pas être loin... S'il reste quelque chose.


    Je sorti de mon sac un kit de prélèvement. Je récoltais un peu de cet acide étrange, du sang de la victime, et tout ce qui me paraissait important. J'étais guérisseuse, pas légiste, mais j'avais quand même quelques notion en la matière.

    J'étais occupé à faire quelques photos quand tout se passa en un éclair. Je ressenti plus que je ne pensais... Mon sens du danger seul me sauva. Preuve que malgré tout si la situation le nécessitait vraiment, la Force était encore avec moi.

    Je baissai la tête à l'ultime seconde pour éviter le couteau de lancer qui alla se planter dans un tronc d'arbre non loin de là. Si je n'avais pas réagi il se serait fiché droit dans ma nuque...

    Je pensais d'abord à une énième tentative de Doc pour me faire renouer avec la Force. Mais je déchantais vite, même avec mes perceptions en vrac, je pu sentir, bien trop tard, qu'ils étaient des centaines et qu'ils nous avaient encerclés...

    Quelle armée pouvait bien venir nous chercher jusqu'ici ?

    vendredi 27 février 2015 - 10:45 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    16840 Crédits Modo

    La dernière tirade de la Chancelière avait jeté un petit froid sur les Jedi en présence dans le bureau, en l’occurrence Tyria, Aynor et moi.
    Bien sûr elle avait raison sur toute la ligne. Les rangs des Jedi avaient déjà été bien clairsemés par la Guerre du SEZ et les bombes psychiques de Baaaaaaal, et il y avait eu encore bien des pertes pour venir à bout du Seigneur Noir des Sith puis neutraliser la flotte d'Edoras dans les mondes Kubaz. En effectifs plus réduits que jamais, les Jedi n'étaient effectivement plus en mesure d'assumer tous leurs devoirs.

    Moi. - Vous avez raison sur toute la ligne, Chancelière, les Jedi doivent...

    Sät'sa (souriante). - Je vous en prie, Kaarde, en souvenir du bon vieux temps... appelez-moi Sät'sa.

    Il me fallut toutes les peines du monde pour rester concentré et ne pas adresser un regard réprobateur à Tyria, que j'avais l'impression d'entendre ricaner mentalement alors qu'elle n'avait même pas cillé à la mention de Black Baccara peu avant.

    Moi. - Hum... Sät'sa, vous dites vrai. Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre le soutien du Sénat. Nous avons des préoccupations autrement plus importantes que notre image publique, mais par ces temps où quelqu'un cherche visiblement à discréditer le pouvoir il serait effectivement de nous montrer solidaires de la République et ses citoyens.

    Je songeais alors avec un frisson à ce qui s'était produit au Nova, et à quel point nous l'avions échappé belle. Quelqu'un avait sciemment tenté de me droguer et, sans la vigilance d'Ange et Tyria, je discréditais publiquement l'Ordre Jedi peu avant que Mahan tombe. La piste que Tyria avait remontée menait jusqu'au Sénat, et cela ne me rassurait pas du tout.
    À ce que je pouvais percevoir d'elle, je devinais que mon ancienne padawan avait dû faire le même rapprochement.

    Aynor. - Je suppose que vous avez déjà quelques idées derrière la tête, Chancelière ?

    Sät'sa. - Eh bien, oui, Maître Lask, en effet. J'ai songé à quelques dossiers dans lesquels les Jedi pourraient apporter une aide précieuse. Des petits conflits à régler et des affaires de médiation.

    Aynor. - Voilà qui nous changera des batailles contre les Sith.

    Sät'sa. - Il y a d'abord une guerre imminente à éviter entre deux planètes aux orbites tellement rapprochées qu'elles se trouvent régulièrement à portée de missiles l'une de l'autre.

    Tyria. - Ah, je suppose qu'il s'agit de Rhommamool et Osarian ! Ce conflit dure depuis la guerre contre les Yuuzhan Vong, pour autant que je sache, mais la dépendance de Rhommamool vis-à-vis de sa voisine l'empêche de reprendre les hostilités.

    Sät'sa. - C'était vrai jusqu'à il y a peu. D'après nos rapports des investisseurs secrets ont permis à Rhommamool de s'émanciper économiquement d'Osarian et de moderniser ses équipements. Le gouvernement revend ses matières à des prix qui font concurrence à Osarian et exacerbent les tensions. Je commence à croire que déclencher un conflit est exactement le but des investisseurs secrets de Rhommamool.

    Moi. - Mmmh, c'est une mission que Ceno et son groupe de chevaliers et padawans pourraient mener à bien. Ils on fait merveille sur Grilamen, en pleine guerre civile.

    Sät'sa. - Sont-ils disponibles actuellement ?

    Moi. - Non, ils étaient sur Kamino d'après le dernier rapport, et je préfère qu'ils n'interrompent pas encore leur mission. Si la Force est avec avec nous ils neutraliseront bientôt Dark Spencer.

    Hoo Moos (levant le nez de son databloc). - Il serait grand temps que ce terroriste soit mis hors d'état de nuire ! Des individus se revendiquant du "Nouvel Ordre Sith" viennent de piller une banque sur Muunilinst !

    Sät'sa. - Même si je leur souhaite de réussir, cela rejoint malheureusement mes craintes. Publiquement les Jedi semblent plus se préoccuper de leurs ennemis naturels que de la République. Puissent-ils nous débarrasser rapidement de ce fléau de Sith. L'autre affaire que je souhaiterais vous soumettre concerne une des dernières planètes réticentes à concrétiser le rêve de mes deux prédécesseurs.

    Moi. - Une planète où l'esclavage a encore cours ?

    Sät'sa. - Exactement. Servacos. Fameuse pour son marché de l'épice et contrôlée par les Seigneurs des épices locaux, au nombre de douze. Ce sont ces derniers, riches et influents, qui réduisent notre marge de manœuvre pour toute enquête officielle ou sanction économique. Un Jedi serait le plus à même de réussir à se rendre compte de la situation sur place et de rapporter des faits et des témoignages.

    Moi. - Une mission d'enquête et d'infiltration... Je pense que Tyria est toute indiquée.

    Tyria (bas). - Euh, tu es sûr que c'est une bonne idée d'envoyer une ex-droguée sur le marché de l'épice ?

    Moi (gravement). - Tu seras forte.

    Tyria. - Hum.

    Sät'sa. - Je suis ravie de vos décisions. Grâce à nos efforts conjugués le Sénat et l'Ordre Jedi vont enfin présenter un front uni !

    Moi. - N'oublions pas pour autant les auteurs de la coupure Holonet et de la chute de Mahan. Je vais me charger personnellement d'enquêter là-dessus avec mon padawan.

    Aynor. - Si je peux me permettre, tu devrais t'adjoindre l'aide de Weedge. Je vais avoir beaucoup à faire au Sénat, et je pense qu'il sera ravi de partir en mission avec Galak.

    Moi. - Très bien. Le temps de saluer la délégation erdienne et je repars du Temple avec nos deux jeunes zabraks. Chaneliè... Sät'sa, si vous n'avez rien a ajouter, nous allons nous mettre immédiatement au travail.

    Sät'sa. - Mais je vous en prie, faites donc. Que la Force soit avec vous... Et Kaarde, repassez me voir quand vous voulez.


    -------------------------------------
    I've a baaad feeling about this !
    Consultez l'ENCYCLO JDR du site !

    Ce message a été modifié par: Kaarde le 28-02-2015 11:29

    samedi 28 février 2015 - 11:27 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar obiwan87

    obiwan87

    9719 Crédits

    Après avoir laissé Keller sur Kamino, nous allons sur cette fameuse planète perdue. Jandoon est composée essentiellement de déserts, d'après les scanners il y aurait un temple enterré au milieu des dunes qui abriterait de la vie. La surface étant très continentale, il n'y a pas d'océan, ce qui fait que les ouragans sont très violents, il y a même des ouragans à deux yeux. Mais l’ouragan que nous traversons lorsqu'on pénètre l'atmosphère est un ouragan hexagonal, du fait des forces monstrueuses qui s’appliquent sur chaque coté.

    Eckmül : Vous êtes sérieux, vous voulez traversez cet ouragan ? C’est de la folie!
    Cenovii : Ton manque de foi me consterne.
    Kinsa : Accrochez-vous bien !

    Nous commençons à descendre dans l’ouragan, nous passons par l’œil pour éviter le plus de perturbations. Des grands coups secouent l'appareil, des objets sont balancés partout dans la cabine, mais nous finissons par nous stabiliser et l'Arrow atterrit non loin du temple enfoui. Décidément, le vaisseau de Cenovii avait pris beaucoup de dégâts ces derniers temps, mais il est solide.
    Nous descendons par la rampe et je mets un foulard sur ma tête, Kinsa fait de même et Ceno a son armure qui le protège. Le vent est violent et du sable est soulevé, il y a peu de visibilité, on a du mal à avancer. Des murets sont à moitié enterrés, comme des ruines qui sortent du sol. Kinsa prends un truc dans les pieds, elle tombe, je la relève. Nous arrivons tant bien que mal devant les grandes portes du temple, malgré les ouragans et les tempêtes il tient encore debout.
    Ce sont de grandes portes en bois, Cenovii les poussent d’un coup violent, nous nous précipitons à l’intérieur, la porte se referme violement derrière lui en déplaçant énormément de poussière. Tout se calme d'un coup, Kinsa et moi enlevons nos foulards. Puis nous pénétrons dans une première salle qui serre d’antichambre. On dirait un tombeau. Ceno avance prudemment, on le suit de prêt.
    Le vent souffle dans les interstices du temple. Chaque fois que nous marchons, nos bruits de pas résonnent dans toute la pièce, c'est assez angoissant. Nous entrons dans une première pièce et là sans le vouloir, nous traversons une espèce de champ d'énergie qui ferme tous les passages autour de nous dans un grand fracas. Il fait super sombre, nous activons nos torches.

    Eckmül : Mince! On est coincés!
    Cenovii : Trouvons un moyen de sortir.
    Kinsa : Cet endroit me file la chair de poule...

    D’un coup des bruits de pas passent derrière nous. Je me retourne avec les autres, mais il n’y a qu’une ombre. C'est vraiment étrange, on ne peut pas l'expliquer, quelque chose nous turlupine, même Cenovii n'est pas tranquille.

    Cenovii : Quelqu'un est dans cette pièce avec nous.
    Kinsa : Ne dites pas ça...
    Eckmül : Il n'y a rien, c'est sûrement vôtre imagination.
    Kinsa : HA!!!
    Cenovii : Qu'est-ce qui se passe?!
    Kinsa : J’ai senti quelque chose frotter ma jambe!

    Nous nous taisons tous pour essayer d’écouter les bruits mais rien à faire, quand soudain, un bruit métallique surgit! C’est une barre qui tombe, dans les ombres, des objets effrayants semblent découper des formes.

    Cenovii : Tu as raison Eckmül, il n'y a personne ici, pourtant je sens une présence.
    Eckmül : Oui, non mais là ça devient vraiment flippant, je n'aime pas trop les fantômes.

    Nous entendons d’un coup des chants très silencieux à la limite du sifflement. Une voix sinistre s'élève.
    « Qui osent pénétrer mon temple ? Vous n’avez pas idée de ce qui vous attend, vous allez connaître la souffrance ultime. »
    Tout à coup Kinsa tombe nette comme si elle avait été abattue! On ne la voyait plus, puis il y a juste sa tête qui dépasse du sol, son visage est inanimé comme si elle était morte, nous essayons de l'attraper mais elle s’envole comme de la fumée dans nos mains. Aussitôt j'entends un cri étouffé de mon maître puis quand je tourne ma tête, il a disparu à son tour.
    Soudain je suis capturé par une force obscure dont je ne connais la provenance. Je suis étourdi et quand je reprends mes esprits, je suis assis dans une chaise en métal, très inconfortable, on me retient l’œil ouvert avec, je ne sais quoi, une espèce de tige métallique et on me passe des images horribles : La destruction d’Alderaan, le massacre des wookies sur Kashyyyk, la princesse Leia en train de se faire violer par Jabba le hutt.
    Je subis ce traitement atroce pendant ce qui me paraît être une éternité, je ne sais pas où sont mes amis.

    samedi 28 février 2015 - 12:20 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Evénements

Star Wars Episode IX

18 déc. 2019

Star Wars IX

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide