Le Temple Jedi 6 (page 11)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    10745 Crédits

    Après les bestioles et la pluie, les tempêtes! Charmant, non? Je crois que la nature a définitivement quelque chose contre nous... L'atterrissage est à peu près correct, nous mettons un foulard pour nous protéger du vent et du sable qui tourbillone. Mes lekkus battent à la cadence des rafales. Je commence à me sentir mal à l'aise quand nous pénétrons tous trois dans le temple perdu. Espérons qu'il soit désert, mais c'est pas sûr. J'ai comme une impression que je ne suis pas la seule à avoir des chocottes. Si c'est là la planque de Spencer, les Sith ont des drôle de goûts. Cet endroit dégage un drôle d'aura, maléfique. De plus après avoir traversé un espèce de champ d'énergie, nous sommes coincés dans le noir. Heureusement, nous allumons nos lampes torches. Soudain je sens quelque chose toucher ma jambe. Je pousse un cri, mais ce n'est rien. Tout compte fait, entre les ombres invisibles et les bêtes sauvages (au moins on les voit), je préfère les bestioles. Ce qui se passe ensuite me plonge au bord de l'accès cardiaque. Une voix pesante s'élève, je n'arrive pas à en identifier l'origine, elle résonne de partout. Super...des esprits. Manquait plus que ça.

    Voix sinistre : Qui ose pénétrer dans mon temple? Vous n'avez pas idée de ce qui vous attend, vous allez connaître la souffrance ultime.

    Hein? Il blague ce type, ou quoi? J'ai la frousse de ma vie, tout à coup...

    J'ai soudain l'impression de tomber dans le noir le plus complet, dans mon esprit. Je me sens oppressée, il y a un danger. Mon cœur est sur le point d'exploser. Je ne contrôle plus mes mouvements. Mes membres s'engourdissent. Et je ne vois plus Eckmül et Ceno! Où sont t'ils passés? J'ai très mal à la tête... Je tente d'attraper mon sabre laser, en vain. Soudain, mes yeux se voilent. Je n'abandonne pas la lutte contre cette énergie sombre, jamais! Des images surgissent soudain. Un Death Watch s'approche, l'air menaçant. Il enlève lentement son casque. J'aperçois des lekkus...et un visage connu, trop connu. Mon père! Il lève son blaster et le met en position. J'essaie de me relever, mais j'ai l'impression d'être dans un espèce de paralysie. Je ressens la douleur de l'impact au centuple. Mon père s'efface pour laisser place à un paysage de cauchemar. Des morts, partout. C'est tous des Jedi qui je connaît. Je suis libérée de ma paralysie, j'en profite pour aller voir la silhouette vêtue d'une armure. C'est Ceno... J'en ai le cœur déchiré. Des images semblables défilent pendant un bon moment, je ne sais plus où j'en suis. Jusqu'à que je sorte de cet état, Ceno, le vrai, est agenouillé près de moi. Je ne peux voir son visage, mais il a l'air inquiet, de par les ondes qu'il envoie.

    Ceno: Kinsa, ça va?

    samedi 28 février 2015 - 16:48 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar DocBeldom

    DocBeldom

    5633 Crédits

    Ce voyage n'avait pas aidé Mirax et pourtant Doc avait fait de nombreuses tentatives. Mais à défaut de trouver une solution, la mère et le fils avaient renoué ensemble après une trop longue séparation.
    Sur Dathomir, l'ancien Jedi s'était senti de nouveau en paix, ne faisant qu'un avec son environnement.
    Sa mère l'avait envoyé chercher les autres corps, il les avait trouvé un peu trop rapidement à son goût. Les observant, il n'avait rien trouvé de plus que sur les autres.

    Un bruit un peu éloigné lui fit tendre l'oreille. Quelque chose ou quelqu'un était en train de se déplacer non loin de lui. D'un mouvement rapide, le Jedi grimpa en haut d'un arbre, plus attentif que jamais. Des hommes étaient en train de s'approcher d'eux. Il avait 5 minutes au plus avant qu'ils ne trouvent sa mère.

    Il ne savait pas trop quoi faire tout en le sachant parfaitement. Dathomir regorgeait de créatures toutes plus dangereuses les unes que les autres. S'il arrivait à les attirer au milieu de leurs opposants, cela permettrait à sa mère et lui de s'échapper.

    S'adossant contre le tronc, il plongea dans le flot de la Force, laissant passer le fait qu'il avait besoin d'aide, qu'il y avait beaucoup pour se nourrir. Sans donner d'ordre, sans imposer sa volonté, il appelait ceux qui le souhaitaient à répondre à cette offre. Une émotion, une sensation... Il n'y aurait rien de plus pour les animaux qui pourraient l'aider. S'ils n'avaient rien d'autre à faire, peut être y répondraient-ils. Peut être pas.
    Laissant son esprit flotter, le Jedi Gris senti une perturbation dans la Force. L'endroit exact où elle se produisait lui échappait quelque peu, mais il pouvait en tirer une direction.
    A défaut de mieux, si son appel fonctionnait, cela leur donnerait tout de même une nouvelle destination.

    Soudain, un bruissement le tira de sa transe. Un des individu venait de passer juste en dessous de lui. Non loin, il en vit d'autres. Mais combien étaient-ils exactement ? Se déplaçant en silence, Doc retourna d'arbre en arbre vers la clairière... Un instant plus tard, il vit le couteau voler vers Mirax et sa mère l'éviter.

    Quelques secondes plus tard, l'enfer se déchaina : de partout jaillirent des vers de Whuffa tandis que résonnait non loin le cri reconnaissable entre tous de Ssurians... Doc ne prit pas le temps de réfléchir plus longtemps et sauta auprès de sa mère, une lame dans une main, attrapant Mirax de l'autre.

    Doc : On file ! Et vite ! Je crois que j'ai réveillé toute la forêt !

    Déviant un couteau de son sabre, il se mit à courir en entraînant sa mère avec lui. La réponse de la forêt avait dépassé de beaucoup trop ses attentes. Par instinct ou par la Force, il choisi la direction où il avait senti une perturbation...
    -------------------------------------
    Ace "Doc" Beldom Terrik.
    Maître d'Arme Jedi. Il parait.

    Ce message a été modifié par: DocBeldom le 28-02-2015 17:25

    samedi 28 février 2015 - 17:24 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6232 Crédits

    J'avais passé les derniers jours comme guide et gardien de la délégation erdienne. Les évènements politiques avaient rendu impossible leur intervention, et ils a fallu les occuper. Mon maitre étant très prise par ces événements, elle m'avait confié cette tache…

    Les soigneurs erdiens avaient passé pas mal de temps à notre infirmerie et étaient très intéressé par les techniques de soins avec la Force. Ils étaient d'excellents élèves.

    Le Père était curieux sur tout les aspects que nous utilisions de la Force. Il prenait même un malin plaisir à raconter des histoires aux plus jeunes.

    J'avais passé pas mal de temps avec lui, et m'avais donné pas mal à réfléchir sur ma situation, sur moi même et sur la Force.

    J’étais au courant que le nouveau chancelier avait été nommé. Sät’sa Cki dirigerai maintenant la République. Aynor me tenait informé en quasi temps réel. La présentation de la délégation au Sénat avait enfin été réintégrée au planning.

    Alors que j'accompagnais la délégation a la Bibliothèque du Temple, le temps d'attendre l'heure de leur intervention, nous fumes rejoint par Kaarde.

    Kaarde : Ah! Vous êtes la. Weedge, Aynor te remercie de ton travail avec nos amis. Je vais te remplacer un moment, car tu dois te préparer. Je t’emmène en mission. Destination non-determinée encore, alors prépare toi à tout. Retrouve moi ici quand tu es prêt, nous accompagnerons alors la délégation au Sénat et nous partirons. Ton frère nous rejoindra la bas.
    Moi : Bien Maitre.

    Je parti alors rapidement congé de nos amis et parti chercher mes affaires. Moins d'une heure plus tard, changé, préparé et équipé, je retrouve Kaarde et nous dirigeons vers le Sénat avec nos amis Erdiens, ou mon Maitre Aynor nous attend pour prendre le relai.

    samedi 28 février 2015 - 17:38 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    22717 Crédits

    Cela faisait presque une semaine qu’Hoza, Tony et Solo avaient rejoint leur contact - un Twi’lek nommé Raj’ad - sur Borleias. Leurs recherches avaient été plus infructueuses que ces derniers ne s’étaient attendus à ce qu’elles le soient. Personne n’avait rien vu, personne ne savait rien, tout le monde ne disait mot et les incohérences, à vrai dire, on en faisait peu cas. On savait juste que le dernier employé de l’équipe de maintenance à avoir certifié le bon fonctionnement du réseau holonet était un vieillard répondant au nom de Derhe Billy. Un natif, un type sans histoire, mais qui faisait bien plus que d’abuser de la boisson - fait qui n’avait arraché à Ange qu’un haussement d’épaules incompréhensif. Les techniciens s’étaient serrés les coudes durant les interrogatoires et contre-interrogatoires : il avait bien vu Billy, Billy était irréprochable dans son travail – malgré un constat des faits quelque peu différent -, Billy n’aurait jamais fait une chose pareille, il travaillait dans la boite depuis des décennies, pourquoi l’aurait-il fait aujourd’hui alors qu’il aurait pu le faire des années plus tôt ?

    Il fallait bien l’avouer, les Guildeurs étaient à court d’idées et, pourtant, ils persistaient dans leurs recherches. Ils ne pouvaient rentrer bredouille. Il devait y avoir des traces. Ils n’avaient juste pas regardé au bon endroit comme tous ces indics qui rapportaient vainement au Falleen les informations qu’ils avaient – ou n’avaient pu – obtenir.

    Solo était exécrable. Elle n’avait toujours pas réussi à trouver un sommeil un tant soit peu réparateur et la tournure des événements n’aidait pas à apaiser cette tension qui la rongeait de l’intérieur. Le Lorrdien faisait de son mieux pour apaiser les nerfs à vifs qui s’entre-émoussaient un peu plus de jours en jours. Hoza avait de plus en plus de mal à contrôler l’émanation de ses phéromones face à la Corellienne qui ne se privait pas de lui reprocher chacun de ses faux pas. Raj’, quant à lui, s’évertuait à partager l’espace commun de l’appartement loué depuis peu dans un des quartiers populaires de la ville-capitale le plus rarement possible.

    Ange, rentrant d’une fastidieuse sortie qui n’avait mené à rien : Je commence sérieusement à me dire que toute cette histoire sent vraiment le c*l de Gundark. (Elle jeta un regard meurtrier au Falleen.) Hoza ! Tes pieds ! Pas sur la table ! On n’est pas sur Gamorr, ici, par la Force !

    Le Falleen, reconnaissant son tort, s’excusa, se redressa et poursuivit les investigations qu’il menait simultanément sur trois datapads. A la nouvelle mention de son patronyme, il releva la tête en sursautant, s’attendant à une nouvelle série d’imprécations mais il ne s’agissait que d’attraper une bouteille, offerte gracieusement par la « jeune » femme, au vol. Elle somma le Twi’lek de venir chercher son dû s’il ne voulait pas qu’il finisse dans son gosier et, pour finir, alla se placer sur les genoux de « son garde du corps », les mains pleines de liquide ambré.

    Ange, au Lorrdien : Ca avance ?
    Tony, l’embrassant et débouchant avec les dents cette nouvelle bouteille de brandy : Oui et non… Je suis rentré en contact avec un type qui connait un type qui connait un type, bref, tu vois le genre… qui lui a rapporté qu’il connaissait quelqu’un qui savait sûrement quelque chose sur la coupure.
    Ange, buvant à son tour : Et ? T’as proposé de le payer ?
    Tony : Yep. J’ai essayé d’arranger un rendez-vous et d’en savoir un peu plus mais il s’est fermé comme le Sarlacc sur Boba Fett…
    Ange : J’aime pas ça.
    Tony : Moi non plus. Je n’ai pas réussi à retracer sa localisation. Le type n’est pas né de la dernière pluie. J’ai transféré tout ce que j’avais à Wes, en espérant qu’il puisse faire mieux… Maintenant, il n’y a plus qu’à attendre…
    Ange, finissant sa phrase : …. Avant de lui rendre une petite visite…
    Tony, lâchant un soupir : C’est ça.
    Raj’, faisant son apparition : Tu crois pas que ça peut être un petit rigolo qui nous mène en bateau pour la seule et unique raison qu’il se fait ch*er dans ce trou du c** de la galaxie ? Borleias… Merci…

    Il avala une gorgée du liquide plus que douteux que Solo venait de lui apporter avant de s’affaler sur le dernier canapé encore libre.

    Hoza : Tout le monde n’est pas du même avis….
    Raj’ : Joue pas les beaux princes…
    Hoza : Et toi les garces… J’suis du même avis que Solo et Tony… Je ne pense pas que, vu la conjecture actuelle, un type serait assez stupide pour suggérer, même dans les méandres les plus sombres d’holonet, qu’il en sait en moins qu’il ne le dit. Ca serait risquer gros.
    Ange, avec un sourire : Et bien, Hoza, c’est bien la seule chose intelligente que t’aies été capable de nous sortir depuis le début de la journée…
    Hoza, lui balançant un databloc : Va te faire voir, Solo.
    Ange, serrant le bras de Tony : Avec plaisir mon cher !
    Tony, exaspéré : Vous ne pouvez pas arrêter ?
    Ange : Nan.
    Hoza : Nan.
    Ange : Il faut rendre à l’Empereur ce qui est à l’Empereur.
    Hoza : Trop aimable.
    Ange : Ca me fait plaisir.

    Elle marqua une longue pause boisson avant de poursuivre.

    Ange : Quelqu’un a dû apprendre que ton contact a parlé, Tony. On lui a fait peur et maintenant il la ferme, rien de plus simple… Maintenant, il ne nous reste plus qu’à découvrir qui bouge ses pions plus vite que les nôtres…


    lundi 02 mars 2015 - 19:42 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Bencenovii

    Bencenovii

    14850 Crédits

    [Attention, post assez long :)]


    Jandoon


    À son réveil, Cenovii se retrouve dans une espèce de grand atelier insalubre.

    Il reprends ses esprits, son regard se porte d'abord sur une table devant lui, avec des outils, des instruments de torture. Il y a une scie, un hachoir, et même une tronçonneuse... Il tente un mouvement mais se rend aussitôt compte qu'il est attaché à la cheville droite par une grosse chaîne cadenassée, reliée à un tuyau.

    Il tente de remettre ses idées en ordre, tout ce qui lui revient c'est son entrée dans le temple avec Kinsa et Eckmül, puis c'est le flou total. Impossible de dire ce qu'il s'est passé.

    Perturbé, il se concentre sur la chaîne qui l'entrave. Il prends conscience qu'il ne porte plus son armure et qu'il lui est impossible de la briser. Il tente alors d'arracher le tuyau auquel il est attaché, mais n'y arrive pas, ses implants d'augmentation physique ne fonctionnent pas.

    Avant qu'il ne s'inquiète de ces manques, il se fige soudain, lorsqu'en se redressant il fait face à un miroir sale lui renvoyant un reflet du passé. Il n'a plus de cicatrice, son tein est redevenu normal, ses cheveux et son bouc, tout est comme avant sa transformation. Il se sent comme dans un rêve, pourtant tout est si réel.

    Un genre d'hologramme s'élève alors derrière lui et apparaît dans le reflet, Ceno se retourne et découvre une étrange créature félinoïde. L'individu délivre alors un message...

    "Bonjour Cera Ordo. Vous qui avez mené une existence de souffrance, vous avez sacrifié votre vie aux Jedi. Or le guerrier mandalorien ne préserve pas les innocents de la mort, il honore la cause de son peuple en répandant le sang. Vous êtes une erreur, une anomalie. Vous avez fait un choix qui aura toujours des conséquences. Le sens du sacrifice des Jedi est une faiblesse, car on ne sait jamais quand un psychopathe débarque avec un choix sadique."

    Au bout de l'atelier, une porte se relève et révèle Aynor, ensanglantée, l'air très faible, pieds et poings liés. Au dessus d'elle un rayon laser menace de la découper en deux.

    "Laisser mourir la femme que vous aimez..."

    Une deuxième porte, juste à côté, s'élève à son tour et révèle trois gamins, dans un sale état, attachés de la même manière, avec également un laser au dessus d'eux.

    "Ou laisser périr les petits enfants!"

    Ceno - Ne faites pas ça!

    "Pour arriver jusqu'aux condamnés, votre sens du sacrifice sera mit à l'épreuve. Si vous y parvenez, la clé qui délivre les enfants se trouve dans le ventre de Maître Aynor. Celle qui délivre Maître Aynor, se trouve dans le ventre de l'enfant le plus jeune. Quelle que soit votre décision, vous n'aurez pas le temps de sauver tout le monde. Ici la Force ne vous sera d'aucune utilité. Faites votre choix!"

    L'hologramme qui s'avère être une forme spectrale, disparait subitement, immédiatement les rayons lasers au dessus des prisonniers s’enclenchent et commencent à descendre lentement. Une course contre la montre commence pour Ceno.

    Il s'acharne sur sa chaîne mais cette dernière est décidément trop solide. Il détourne son attention sur la table devant lui. Il attrape la scie et essaye de scier la chaîne, ça ne marche pas. Il passe au hachoir et balance de grands coups, en vain. Vient le tour de la tronçonneuse, mais ça ne fonctionne pas non plus! Il se rappelle alors le message "votre sens du sacrifice sera mit à l'épreuve".

    Ceno - Ce n'est pas pour la chaîne... Il veut que je me tranche le pied...

    Ni une ni deux, le Mando chope le hachoir et se met en position, prêt à sacrifier son pieds. Ce ne serait pas la première fois qu'il perd un membre de toutes façons. Mais une fois le pieds scié, il n'aura que quelques minutes avant de se vider totalement de son sang... Il lève le bras, va asséner un coup nette et précis, mais se retient au dernier moment. Il lâche le hachoir car une autre idée lui est venu. Il chope son pieds à deux mains, prends son courage de la même manière et d'un seul coup "CRAC!!!"

    Ceno - HAaAaAaArGh!!!!

    Il se casse la cheville de manière à ce que son pied soit bien rectiligne avec sa jambe, de telle sorte qu'il parvient à le glisser hors de ses entraves. La douleur est vraiment intense, impossible de recourir à la Force pour la calmer, et même s'il avait pu, il n'a pas le temps de se concentrer. Il se précipite vers Aynor et les enfants. Le laser est bien descendu et tranchera bientôt la tête des pauvres innocents. Le choix doit être fait maintenant!

    Ceno - Haarshack!!! Que faire?!
    Aynor (voix tremblante) - Tu sais très bien ce que tu dois faire... Sauve les enfants, je n'ai aucune importance...
    Ceno - Tu en as pour moi!
    Aynor - C'est ton devoir de Jedi. Une vie contre trois... Le calcul est vite fait...
    Ceno - Je ne te laisserai pas mourir!
    Aynor - Tu n'as plus le temps... Dépêche-toi.

    Le laser est maintenant très proche de tuer tout le monde. Ceno est complètement désemparé, mais sait que les paroles d'Aynor sont justes. Il n'arrive pourtant pas à se résoudre à la tuer, c'est trop dur.

    Aynor - Souviens-toi de notre code... Il n'y a pas de mort...
    Ceno - ... Il n'y a que la Force.

    Ces dernières paroles finissent de le convaincre à contre cœur. Les enfants en pleures, terrorisés, vont y passer s'il ne fait rien immédiatement. Il s'approche finalement de la Twi'lek, le regard embrumé par le chagrin, attrape un scalpel, et s'apprête à ouvrir le ventre de sa bien-aimée.

    Aynor - Fais-le... Sauve-les!
    Ceno - Je t'aime!

    Il plante la lame dans le ventre d'Aynor et commence à lui dépecer l'estomac à la recherche de la clé, tandis que la Jedi hurle de douleur. Il finit par trouver la clé, et délivre les enfants avant que le laser ne les tue. À côté d'eux, la Twi'lek est exécutée par le laser. Ceno cache les yeux des enfants de ce morbide spectacle auquel il assiste impuissant. Son cœur se brise en même temps qu'Aynor succombe...


    Tout à coup les enfants s'envolent en fumée dans ses bras! L'atelier de torture dans lequel il se trouvait se confond avec un nouveau décor et Cenovii prends conscience qu'il est de retour dans la salle où Eckmül et Kinsa ont disparus à leur arrivée. Son armure est de nouveau présente, son pied est intacte, seule sa volonté en a prit un grand coup.

    Ceno - Quoi?! Qu'est-ce que ça veut dire?!

    Le fantôme reparaît alors devant lui.

    "Impressionnant... Vous êtes restés fidèles à vos convictions et avez consentis aux plus grands sacrifices pour sauver des innocents. Votre esprit est fort, comme le souvenir de votre amie, vous avez gagné le droit de vivre, je vais relâcher vos disciples, mais souvenez-vous que votre choix aura toujours des conséquences... Adieu et que la Force soit avec vous."

    Ces paroles le laissent confus, ses pensées s'entremêlent, c'est le bordel dans sa tête. Le spectre finit par disparaître, révélant Kinsa et Eckmül sur le sol. Le Mando-Jedi se précipite vers eux, son inquiétude a prit le pas sur sa déraison.

    Ceno - Kinsa, ça va?
    Kinsa - Mais... Qu'est-ce qui s'est passé?
    Ceno - Je pense que nous avons été emprisonnés par un esprit, capable d'infliger des visions très puissantes.

    Il l'aide à se relever. Eckmül se réveille à son tour et se redresse. Les deux padawans ont visiblement eu affaire à l'esprit. Ils sont très secoués.

    Eckmül - Comment ce genre d'esprit peut-il exister? Avez-vous jamais eu affaire à ces phénomènes surnaturels?
    Ceno - Non, ce temple ressemble à un nid obscur, mais je crois que le spectre va nous laisser tranquille maintenant.
    Kinsa - Je ne comprends pas, comment Spencer aurait-il pu fonder sa base dans un temple hanté?
    Eckmül - L'esprit a peut-être vu en Spencer un individu digne de résider ici.
    Ceno - Je ne sais pas, mais nous n'aurions pas dû venir sans renfort. Si des sith sont vraiment ici, ils ont un avantage certain.
    Kinsa - Alors on repart?
    Ceno - C'est plus prudent.
    Voix forte - Vous n'irez nulle part!!

    La voix résonne partout et se fait écho dans la salle, mais cette fois elle ne semble pas appartenir au fantôme. Des rires commencent à retentir tout autour du groupe de Jedi. Un premier type se pointe par une des entrée, suivis rapidement par deux autres. Aux quatres coins de la salle des individus s'approchent, tous des aliens. La pire racaille de l'espace cernent Kinsa, Eckmül et Cenovii. Ils ricanent, armés jusqu'aux dents. Les Jedi activent leur sabre laser et se regroupent dos à dos.

    Kinsa - Encore des visions?
    Eckmül - Non! Ceux-là sont réels!
    Ceno - Comment ont-ils fait?! Je ne les ai pas senti arriver!

    La situation est critique. Les maraudeurs se marrent comme des petits fous jusqu'à ce qu'un Chiss apparaissent sur le seul balcon surplombant la salle.

    Chiss - Je suis Dji, le premier lieutenant du Seigneur Spencer. Vous avez survécu à l'esprit du temple, mais vous êtes sur notre territoire, dont vous ne repartirez jamais vivants.
    Ceno - Des pirates! Pourquoi travailler pour Dark Spencer?!
    Eckmül - Il vous tuera dés qu'il n'aura plus besoin de vous!
    Dji - Vous vous trompez... Nous étions condamnés à mort, le Seigneur Spencer nous a délivré de nos geôles et nous a offert une chance de servir sa cause.
    Ceno - Vous êtes... Les évadés de Kessel!
    Dji - Tout juste. Mais aujourd'hui, nous sommes tous d'authentiques guerriers Sith, formés au côté obscur par Dark Spencer et Dark Bones. Vous n'avez pas l'ombre d'une chance. Résistez et vous mourrez. Capitulez et nous épargnerons vos vies. Alors notre Maître décidera de votre sort à son retour.
    Kinsa (bas) - Ce qui revient au même non...?
    Ceno (bas) - En effet...
    Eckmül (bas) - Nous avons plus de chance en nous battant maintenant!
    Ceno (bas) - Ils sont trop nombreux...
    Dji - Ma patience a des limites. Si nous ne pouvons vous livrer vifs à Dark Spencer, vos cadavres feront l'affaire!
    Ceno - Qu'est-ce qui nous dit que vous ne nous tuerez pas dés qu'on se sera rendus?
    Dji - Rien du tout. Vous n'avez que ma parole, mais sachez que je suis un Chiss d'honneur. Maintenant, décidez-vous!

    Il lève un bras, tous les évadés autour des Jedi se positionnent en conséquence, prêts à attaquer. Leurs postures sont celles de vrais combattants. Le risque est trop grand et Ceno n'a pas d'autre choix. Il balance son sabre laser sur le sol.

    Dji - Bien, vous êtes plus malin que je ne le pensais.
    Kinsa - Maître!
    Ceno - Jetez vos armes...
    Eckmül - C'est une voix sans issue! Spencer nous tuera!
    Ceno - Tu préfères mourir tout de suite? (bas) Faites-moi confiance.

    Tandis qu'il leur dit ça, il leur montre discrètement qu'il a envoyé un signal d'alerte via son comlink. Le dit message a été envoyé par fréquence secrète. Cenovii espère que les Jedi le recevront et viendront à leur secours avant le retour de Dark Spencer. Les padawans hésitent encore à jeter leurs sabres... Ils savent que s'ils sont capturés, cette fois la torture sera réalité.

    -------------------------------------
    Cyber-Mando-Jedi

    Ce message a été modifié par: Bencenovii le 09-03-2015 21:53

    vendredi 06 mars 2015 - 22:09 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Tyria_

    Tyria_

    13547 Crédits

    Au sortir de la réunion, j’étais assez dubitative. A l’évidence, Kaarde l’était aussi mais il s’abstint de faire tous commentaires tant que nous fûmes dans l’enceinte du Sénat Galactique.
    Compte tenu des récents événements, cette prudence était plus que nécessaire. Comme l’avait très justement fait remarquer la Chancelière, l’Ordre Jedi jouissait encore d’une assez bonne réputation et les quelques – monstrueux – scandales qui avaient touché des Jedi au cours des années passées avaient été soigneusement étouffés par le Grand Maître de l’Ordre. Mes frasques en tant que Black Baccara et mes expériences sur la Force dans les Régions Inconnues en faisaient hélas parties.
    Ce n’est qu’une fois assis confortablement dans la navette qui devait nous ramener au Temple Jedi que Kaarde m’adressa un regard entendu dans ma direction.

    Kaarde – Je sais que tu n’es pas ravie de devoir te rendre sur Serva…
    Moi, goguenarde – POPOPOPO Monsieur le Maître Jedi ! Tu crois que tu vas t’en tirer à si bon compte ?
    Kaarde – Pour ?
    Moi – La Chancelière et toi !

    Je lui fis un clin d’œil très insistant. Comme à son habitude, mon ancien Maître réagit avec toute la classe et la distinction dont il était capable : il rougit autant que la lame d’un Sith.

    Moi – Et quand je vois comment elle mène sa barque en politique, je n’ose imagine comment ça se passe au lit avec elle.

    Tandis que Kaarde bafouillait une réponse sur ma dernière tirade, je me perdis à réfléchir sur la réciprocité de cette idée. Si l’inverse était vrai alors Ange Solo serait probablement la meilleure Chancelière que pourrait connaître cette République. Et elle m’aurait probablement frappé pour avoir émis une telle idée.

    Kaarde – … C’est donc pour ça que tu te trompes complètement.
    Moi – …
    Kaarde – Tu n’as pas écouté un traitre mot de ce que j’ai dit, n’est-ce pas ?
    Moi – Tu me connais bien. (Je soupirais) Servacos ?
    Kaarde – Je sais tu t’en sortiras. Il n’y a pas d’autres Jedi qui connaissent mieux cette planète que toi et je sais que tu tiens trop à Sam et Lara pour retomber dans l’épice.
    Moi – Tu te rends compte que cette mission risque d’être un sac de nœud ? Les seigneurs des épices ne voudront jamais se séparer de leurs esclaves.
    Kaarde – C’est pour cette raison que tes connaissances en la matière te donneront un atout.
    Moi – Si tu le dis.

    Le silence s’installa et je me rendis compte que nous étions non loin d’un bouge que je connaissais bien.

    Moi – Kaarde, tu pourrais me déposer dans les parages ? Il faudrait que je fasse une halte quelque part pour voir quelqu’un.

    Kaarde leva un sourcil suspicieux avant d’entamer la descente en direction d’un quai.

    Kaarde – Quelque part ? Quelqu’un ? C’est lié à ton mystérieux rendez-vous de la dernière fois ?
    Moi – De ? Ooooh ! Je l’avais oublié celui-là ! Bah, je m’en occuperais à mon retour sur Coruscant.

    A peine garé, je sautais sur le quai sous le regard toujours aussi suspicieux de mon ancien mentor.

    Moi, l’air mutin – Ne fais pas cette tête... C'est juste un contact pour ma mission. Et puis... Je ne suis pas du genre à donner ma fréquence de comlink au premier venu.

    Je lui refis un clin d’œil appuyé et le plus vénérable des Jedi marmonna quelque chose ressemblant de loin à un juron. Il se fendit tout de même d’un sourire et de la traditionnelle formule de politesse Jedi pour me dire au revoir avant de reprendre sa route vers le Temple.

    Je le regardais le Maître Jedi s’élever à travers la circulation pour rejoindre un des couloirs de navigation réservé aux forces de l’ordre et aux Jedi. Lorsque je ne pus plus le suivre du regard, je décidais de rejoindre les ascenseurs qui me permettraient d’atteindre le club dans lequel se trouvait une de mes connaissances.

    Une fois mon entrevue terminée, je fis le nécessaire pour le Chevalier Jedi Tyria Sarkin se rende officiellement pour une mission de médiation sur Servacos.


    Ce message a été modifié par: Tyria_ le 09-03-2015 19:57

    lundi 09 mars 2015 - 19:48 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    16840 Crédits Modo

    Décidément repêcher Tyria dans les Régions Inconnues avait changé ma vie !
    À peine remis de ma conversation avec elle, j'avais tout juste eu le temps de récupérer Weedge au Temple avec la délégation erdienne et d'aller avec tout ce petit monde au Sénat, pour la troisième fois de la journée. Les erdiens, eux, semblaient passer une bonne journée, malgré le malaise évident que pouvait leur causer l'éloignement de leur monde baigné en permanence par la Force. Lorsque nous arrivâmes au Sénat en navette, Aynor nous attendait sur la plate-forme.

    Le Père. - Appris qu'êtes dirigés par un nouveau chef. Bon pour nous ?

    Moi. - Oui, vous pouvez vous fiez à la nouvelle Chancelière Sät'sa Cki, elle sera sensible à vos discours et aura à cœur d'intégrer No'Erda à la République tout en respectant votre culture. Je pense que si vous vous entendez vous lui rendrez grand service à elle aussi. À ce stade elle a grand besoin de gagner en crédibilité.

    Le Père. - Ah, bien. Avons été ravis rencontrer vous à nouveau. Et quelle culte à Matùrin est l'Ordre Jedi. Sommes impressionnés !

    Moi. - Que la Force soit avec vous.

    Aynor venait tout juste d'emmener nos amis vers la rotonde lorsque Polux nous rejoignit sur la plate-forme.

    Polux. - Alors, on repart déjà sur Tardisia ?

    Moi. - Non, une mission plus importante nous attend. À propos, tu n'as pas eu de nouvelles de Dropi et Dropa ?

    Polux. - Si, et d'ailleurs on a bien fait de les laisser sur place. Ils ont trouvé des traces de créatures non-locales, et même des échantillons d'acides suspects. Il y aurait donc effectivement un intrus dans la faune locale. Ils poursuivent leurs investigations. Salut Weedge !

    Moi. - Tiens, maintenant que j'y pense. Ce doit être la première fois qu'on reforme le duo des frères Terrik en mission depuis vos... retours. Il a fallu que ça tombe sur moi !

    Weedge. - Euh, je n'ai pas vraiment de souvenirs des anciennes frasques de ce duo.

    Polux. - Moi, si ! Je t'aiderai à rattraper tes devoirs ! Bon alors, qu'est-ce qui nous attends ?

    Moi. - Une mission de la plus haute importance. Mettre à jour la machination qui a causé la destitution du Chancelier Mahan.

    Weedge. - C'est donc un coup monté ?

    Moi. - Oui, tout semble l'indiquer. Le fait que Sät'sa Cki semble hors de cause et qu'on ait tenté de me discréditer à l'épice en même temps à l'air d'indiquer un plan de grande ampleur. Il nous faudra être discret. Vous avez des suggestions, pour commencer l'enquête ?

    Polux. - Ben... j'étais avec toi sur Tardisia quand on a eu la nouvelle, gros malin. Je ne suis pas trop au courant des faits. Je ne me doutais même pas que Mahan était innocent.

    Weedge. - Et moi j'étais occupé avec la délégation erdienne lorsque c'est arrivé.

    Moi. - Bon... Vous savez qu'il y a eu une grave coupure Holonet pendant plusieurs heures d'affilée. Sitôt la coupure passée, un journaliste de tabloïd a débarqué avec un scoop qui a mis le feu aux poudres. Il a accusé Mahan d'avoir profité de la coupure Holonet pour détourner de grosses sommes d'argent par le biais d'une de ses sociétés. Il n'y avait aucune preuve, mais la chancellerie subissait déjà depuis des mois de nombreuses scandales, et cette histoire s'est avérée assez plausible pour retourner tout le Sénat contre le Chancelier. Des questions ?

    Polux. - Oui. Tu veux une carotte ?

    Weedge. - Connaît-on la cause de la coupure Holonet ? Ça me paraît trop gros pour être une coïncidence. Elle a sûrement été sciemment provoquée ! On devrait peut-être investiguer par là.

    Moi. - Je pense aussi que la coupure est liée à la destitution, mais il y a déjà des milliers d'experts enquêtant sur la question et autant de manières de saboter le réseau. Cette piste est peut-être déjà refroidie.

    Polux. - Et le journaliste ? Comment a-t-il eu son fameux scoop ? Sur quoi se base-t-il ? C'est le point que je trouve le plus boiteux dans l'histoire.

    Moi. - Très bonne remarque. Je suggère donc de rendre une petite visite à ce reporter dont le journal est heureusement établi sur Coruscant. Nous allons lui...

    Un message d'alerte retentit sur mon comlink. Une alerte prioritaire émanant de... Ceno ! Avec ses coordonnées. Demander du renfort ne lui ressemblait pas, d'ordinaire. L'affaire devait être sérieuse. Aynor déboula justement à cet instant sur la plate-forme. Elle avait couru depuis la rotonde du Sénat.

    Aynor. - Tu l'as reçu aussi ?

    Moi. - Oui, apparemment il y a toutes les chances pour que Ceno soit entre les griffes de Spencer.

    Aynor. - C'est du sérieux. Je vais partir là-bas avec Yota et tous les combattants que je pourrai rassembler sans affaiblir le Temple. Toi, tu continues ta mission.

    Moi. Entendu. De toute façon ma présence risquerait d'exciter le matou. D'ailleurs passe bien cette information à toute ton équipe : Dark Spencer se nourrit de sa propre colère. Il ne faut en aucun cas perdre de temps à le provoquer, mais plutôt être brutal et écourter au maximum le combat avec lui !... Ah oui, et protégez-vous les coudes.

    Aynor. - Tu veux dire "serrez-vous les coudes", non ?

    Moi. - Non, non, protégez-vous les coudes. Que la Force soit avec vous !

    Et la Twi'leck azurée repartit au pas de course vers le Temple, ainsi qu'au secours de Ceno, Kinsa, et Eckmül.

    Moi. - Bon, les gars, reprenons. Comme je disais, nous allons rendre une petite visite à ce journaliste amateur de scoops. Des objections ?

    Polux. - Aucune. Je déteste les tabloïds.

    Weedge. - Tu n'y regardes que les photos, de toute façon.

    Polux. - Hé !



    -------------------------------------
    I've a baaad feeling about this !
    Consultez l'ENCYCLO JDR du site !

    Ce message a été modifié par: Kaarde le 09-03-2015 23:36

    lundi 09 mars 2015 - 23:34 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    22717 Crédits

    Après deux heures d’exercices physiques afin de conserver cette forme qui était la sienne et une douche amplement méritée, Solo observait son visage dans le petit miroir de la salle de bain de l’appartement provisoire. Des cernes n’avaient de cesser de se creuser, toujours un peu plus profondément, si bien qu’elle en venait à douter que fonds de teint, correcteurs et autres cosmétiques continueraient à non pas cacher ces empreintes de fatigue mais à lui conserver une mine moins cadavérique qu’elle ne l’était véritablement en ce moment. Elle soupira, s’habilla et rejoignit le reste de l’équipe dans la pièce commune.

    Raj’, zappant frénétiquement les chaînes : Mais sérieusement, on ne pourrait pas acheter de nouvelles chaînes ? Je suis en train de mourir de l’intérieur… Les programmes de cette semaine sont aussi palpitants que nos aventures sur cette planète… Je suis à deux doigts de me suicider…

    Il tira sur ses lekkus machinalement et fit miner de s’étrangler avec quand Solo prit place à côté de lui sur le canapé.

    Ange, observant silencieusement la chaine qu’il regardait : Ca va, ça… C’est pas non plus….
    Raj’, lui coupant la parole : Comment ça ça va, ça… ? Tu es folle ou quoi ?! Mais regarde !
    Ange : Quoi regarde ? Il a buté sa femme, il va en prison, c’est tout.
    Raj’ : Bien justement ! Pourquoi ce sont toujours les gentils qui gagnent ! Ca me frustre au plus profond de moi… J’ai l’impression que le prochain, ça sera moi…
    Hoza, levant les yeux d’un de ces écrans : T’as qu’à imaginer que t’es un agent secret… un espion qui se tape une nana à chaque épisode, tu sais comme…
    Ange, baillant : Vous êtes pathétiques…
    Raj’, faisant une mine de chien battu : Mais c’est vrai…

    La Corellienne soupira bruyamment, se leva et se fit, dans la cuisine, un repas de fortune qu’elle abandonna précipitamment en entendant le cri victorieux que menant de pousser le Lorrdien.

    Tony, souriant : On a l’adresse de notre type ! Wes a pu le localiser : il n’est qu’à quelques pâtés de maison d’ici.
    Ange : Bah voilà ! Enfin une bonne nouvelle !
    Tony, lisant attentivement le reste du message : Le gus travaille comme serveur au spacioport. Y a plus qu’à se poster, attendre qu’il sorte et on l’embarque.
    Raj’, poussant un long râle : Attendre… Bordel… ça ne finira donc jamais…
    Ange, un peu agacée : Si je t’entends encore te plaindre une seule fois, je te fais bouffer un de tes lekkus… Tu commences à sérieusement me taper sur le système à ne faire que de te plaindre !
    Hoza : C’est l’hôpital qui se fout…
    Ange, l’arme dégainée, prête à tirer, posée sur le front du Falleen : Ferme-la…

    Pour toute réponse, il lança une nouvelle vague de phéromones qui arrachant à Solo des cris stridents et des hochements de tête blasée de la part des deux autres protagonistes présents dans la pièce.

    ***

    Cela faisait une dizaine d’heures que les quatre comparses, planqués, attendaient à des coins stratégiques différents et minutieusement choisis lorsque la silhouette de l’homme tant espéré apparu dans le champ de vision du Twi’lek qui, prenant son comlink, annonça la nouvelle aux autres.

    Raj’ : Pioupiou est dans ma ligne de mire.
    Tony : Pioupiou ? Raj’…
    Raj’ : Ca lui va si bien à ce petit blondinet…
    Ange, frissonnant : C’est un Humanoctopute, oui… Je déteste les Aqualish…
    Raj’ : Je ne pensais pas que le délit de sale gueule pouvait te faire bondir à ce point…
    Hoza : Les speakerines, vous avez fini de jacasser…
    Raj’ : Un problème, mon loulou ? (Se raclant la gorge.) Tony, il va bientôt arriver dans ta zone. Tu le cueilles comme une jeune fille dans un bordel ?
    Tony : Ce sont tes lekkus que je vais labourer comme…
    Ange : Messieurs, s’il vous plaît… Mes oreilles chastes…
    Tony : Va chercher le speeder au lieu de faire ta jeune vierge effarouchée, ma belle, et attendez-moi tous de l’autre côté de la ruelle.
    Ange : J’aime quand tu prends le rôle du méchant flic…
    Raj’ : Hé, vous deux ! Ca suffit les trucs cochons, on n’est pas sur Gamorr, nom d’un petit porc !

    Sous le silence médusé des trois autres face à cette dernière réplique, le plan se mit donc en place. Tony n’eut aucun mal à neutraliser l’Aqualish, à le ligoter et à l’emmener jusqu’au point de rendez-vous. Déposé dans le speeder à une distance respectable de Solo, ils purent ensuite décoller et se rendre jusqu’au le modeste entrepôt où Ange gara le véhicule et qui, à l’occasion, allait servir de salle d’interrogatoire.

    Solidement installé sur une chaise, la pauvre créature fut ramenée à la conscience par une claque magistrale administrée par les soins d’Hoza qui, assisté de Tony, allait diriger ce petit entretien clandestin. L’Aqualish se débattit en vain quelques instants et, pareillement, tenta d’appeler à l’aide en dépit du bâillon qui lui entravait la parole. Quand il fut calmé et prêt à attendre ce que le Falleen avait à lui confier, on lui octroya le droit de pouvoir s’exprimer librement.

    Hoza, l’air menaçant : Ecoute, mon gars, on n’a rien contre toi, on a juste deux ou trois questions à te poser…
    Aqualish, paniqué : J’ai rien fait, je vous jure ! J’ai pas couché avec la fille de Bram’ham… C’est pas moi, je vous jure…
    Tony, s’avançant : On est par là pour ça… Qu’as-tu à nous dire sur la coupure holonet…
    Aqualish : Mais j’en sais rien… Attendez… Un de vous est le type que…
    Tony, patiemment : Tu as tout compris… On veut savoir ce que tu sais
    Aqualish, se débattant de nouveau : Rien… J’en sais rien… Détachez-moi, s’il vous plait…
    Hoza, montrant Solo du doigt : Si j’étais toi, je ne jouerai pas aux braves. Tu vois la jeune femme là-bas ? Elle déteste les Aqualish… La dernière fois qu’elle en a eu un entre les mains, on était incapable de dire à quelle espèce, il appartenait…
    Aqualish, transpirant à grosses gouttes : Je sais pas, moi…

    Il n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’une salve de lasers se déposant gracieusement au dessus de sa tête et non loin de son entre-jambe. Le blaster encore fumant d’Ange fut rengainé.

    Aqualish, balbutiant : Je sais presque rien… Je sais juste qu’un type revend des informations dans le coin… J’ai entendu un client, au boulot, qui disait qu’il était sûrement au courant qui avait fait le coup, pour holonet… S’il vous plait, je ne sais rien de plus…
    Tony : Et tu sais comment le contacter ?
    Aqualish : Moi non mais mon beau-frère… C’est lui qui m’a entrainé dans toute cette histoire.
    Hoza, de son sourire le plus effrayant : Il peut nous mettre en contact avec lui ?
    Aqualish : je crois, oui… enfin…

    Alors que l’interrogatoire prenait une tournure beaucoup plus lucrative, le comlink de Solo se mit à sonner frénétiquement… La fréquence de Wes… Ange soupira, agacée par cet appel inopportun mais, toutefois, soulagée d’échapper à la vue de cet Aqualish qui ressemblait trop à son goût à ces viles bestioles qu’elle était loin de porter dans son cœur.

    -------------------------------------
    Leader de la Guilde à la retraite
    Ministre de la Perversité et maît... euh... Secrétaire du Président

    "Vous désirez ? Un soda ? Un coca ? Moi ?"

    Ce message a été modifié par: AngeSolo le 10-03-2015 10:52

    mardi 10 mars 2015 - 10:50 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar poluxhornterrik

    poluxhornterrik

    3602 Crédits

    Ca me faisait bizarre de partir en mission avec mon frère.

    Il ne nous restait quelques minutes de trajet avant d’arriver au siège du The Gorafi planet. Pour être plus discret, nous nous étions déguisés en journaliste.

    Po : Kaarde, est ce que tu connais le journal qui a dévoilé l’affaire ?

    Kaarde : J’ai l’air d’avoir le temps de lire le journal ? Entre les missions, les anciens Padawans, les nouveaux padas, les pseudos padas, entre l’ordre Jedi, les sith, les morts et les moins morts.

    Po : T’as oublié les Lepis !

    Weedge : Row le pauvre ! Il va devenir orange, arrête donc ! Bon de mon coté je me suis renseigné, the Gorafi Planet, est un journal tous ce qu’il y a de plus sérieux. Pour qu’un de ces articles paraisse, les preuves doivent êtres excellentes. Le Journaliste c’est Miqaelle Bloumquwist Regardez nous sommes arrivé.

    Le siège du journal était juste très tape à l’œil. Un grand gratte ciel, surmonté d’un globe représentant coruscant, entouré d’un anneau sur lequel les mots The Gorafi Planet étaient posés. Le tout de couleur or.

    Po (tout bas a Weedge) : T’as trouvé le temps de faire des recherches a quel moment ?

    Weedge : Tu crois que je vais te révéler tous mes secrets ?

    Po : …

    Kaarde : Les gosses, taisez vous. Allons demander à cette réceptionniste si elle sait qui nous recherchons.

    Po (mecontent de la remarque) : Ouais bien évite d’accepter un verre cette fois ci.

    Aussitôt, je me pris une claque de Force derrière la tête.

    Kaarde (avec un grand sourire) : Bonjour madame. Je suis le journaliste Francis Kuntz, et voici mes deux fils. Je voudrais faire un article sur Miqaelle Bloumquwist l’homme par qui le scandale est arrivé.

    La réceptionniste (sans lever les yeux de son bureau) : Non merci, vous n’êtes pas le premier, et nous ne sommes pas intéressés au revoir.

    J’approchai, et interpellais la réceptionniste désagréable. Cette fois ci elle leva les yeux en entendant une voix d’enfant. Apres avoir jeter un rapide coup d’œil aux alentours. Puis avec l’aide de la persuasion de Force, je lui dis :

    Po : Vous êtes intéresser et vous aller nous indiquer son bureau.

    La réceptionniste : Nous sommes intéresser, et je vais vous indiquer son bureau. C’est le 404 !

    Po : Merci beaucoup.

    Nous partîmes de suite dans la direction. Tres vite la porte du bureau apparu en face de nous.

    Weedge : C’est bizarre, on l’a trouvé ?

    Kaarde : Pourquoi on ne l’aurait pas trouvé ?

    Po : C’est le 404 !

    Kaarde : Ok, bon on redevient sérieux deux minutes ? Je frappe !

    Aux 3 coups secs de Kaarde, une réponse se fit entendre.

    Miqaelle Bloumquwist (d’une voix lasse): Entrez.

    Kaarde ouvrit la porte, nous présenta et expliqua la but de notre visite.

    Miqaelle Bloumquwist (exaspéré): J’avais interdit qu’on m’envoi des visiteurs. C’est un journal sérieux ici, vous nous prenez pour le Lepi Enchainé ?

    Sous les regards incrédules de kaarde et de Miqaelle Bloumquwist, nous partîmes aussitôt dans un fou rire tres dur à réprimer.

    Miqaelle Bloumquwist (en colère) : Vous trouver ça drôle vous deux ? Vous ne connaissez pas se journal ? Vous étiez ou depuis 10 ans ?

    Jugeant qu’il n’avait même pas du faire attention au fait que ni weedge ni moi n’avions une apparence qui de ne dépassais pas les 15 ans je répondis du tac au tac.

    Po : J’étais mort !

    Weedge : Moi aussi ! Enfin presque !

    Kaarde se tenait la tête en signe d’impuissance…

    mardi 10 mars 2015 - 13:49 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6232 Crédits

    Miqaelle Bloumquwist : Mais il nous font quoi les deux comiques la?
    Kaarde: Ne faites pas attention a eux…

    Miqaelle Bloumquwist : Ça ne change rien a la suite de toute façon. Sortez ou j'appelle la sécurité.
    Po: Aucune chance! On veut juste vous poser quelques questions…
    Miqaelle Bloumquwist (appuie sur un bouton): Comme vous voulez...
    Moi : Dommage que votre bouton d'appel ne fonctionne plus....

    Une légère fumée sort du boîtier du bouton alors que le journaliste appuie frénétiquement dessus..

    Miqaelle Bloumquwist : Mais....
    Kaarde: On veut juste faire un article élogieux sur vous pour ce superbe scoop....
    La phrase de Kaarde est appuyée avec la Force.
    Po : Oui, oui, c’était tellement complet et précis… on veut apprendre de votre technique…
    Moi : En faire un cas d’école pour les futurs journalistes comme nous !

    La Force et l'argumentation semble toucher le journaliste suffisamment pour qu'il se calme…
    Miqaelle Bloumquwist : Effectivement, c’était quelque chose…. Mais ne comptez pas sur moi pour vous révéler ma source…
    Po : Dommage, on aurait tellement aime le rencontrer…
    Miqaelle Bloumquwist : Aucun risque. Je ne sais même pas qui c'est…
    Kaarde : Comment cela ?
    Miqaelle Bloumquwist : J'ai reçu tout sur mon terminal peu après le retour de l'holonet. Impossible de savoir d’où ça venait. Mais tout était la, les preuves, les chiffres, …. J'ai juste fait quelques vérifications et croiser les preuves… c’était du béton.

    Je m'approche de son terminal…

    Moi : On peut voir ce magnifique message ?
    Miqaelle Bloumquwist : Pas question !!

    Il prend le terminal et le met hors de portée et de vue – y compris de la sienne. Il n'avait pas remarqué que, grâce a la Force, j'avais branche un système de piratage (Made in Guilde). Je faisait mine de prendre des notes sur un holopad, mais c’était pour contourner la sécurité du terminal et télécharger le contenu. Ce qui ne fut pas difficile – car son terminal était déverrouillé a ce moment la. Le téléchargement était en cours.

    Kaarde continuait a occuper le journaliste avec une montagne de questions, Po photographiait discrètement tout document visible dans le dos du journaliste pendant que je m'assurais du bon déroulement du piratage...

    Ce message a été modifié par: ProjetT le 11-03-2015 15:30

    mercredi 11 mars 2015 - 02:21 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Evénements

Star Wars Episode IX

18 déc. 2019

Star Wars IX

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide