Le Temple Jedi 6 (page 23)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Bencenovii

    Bencenovii

    14850 Crédits

    Coruscant


    Dans une salle d'interrogatoire de la caserne Républicaine, près de la Chancellerie, Cenovii, assis sur une chaise depuis deux heures, excédé et inquiet, subit les questions du Capitaine Grenn de la République.

    Ceno - Pour la dixième fois... Nous étions en mission sur Jakku afin de capturer Dark Spencer... Nous avons découvert les images de l'assassinat seulement à notre retour... Vous me connaissez, nous avons servi ensemble sur le Vaisseau-Monde, tout comme j'ai servi auprès de Mahan lorsqu'il était Amiral, pendant la guerre du SEZ, je n'aurais jamais pu cautionner un tel acte et Kaarde non plus, je pense qu'il a été manipulé.
    Cpt. Grenn - Vous me voyez désolé Maître Ordo mais c'est la procédure standard. Si vos déclarations se recoupent avec nos informations vous n'aurez aucun problème. Vous pensez à une manipulation et vous n'êtes pas le seul, mais ni vos paroles ni celles de Maître Terrik ne sauraient constituer une preuve.
    Ceno - Faites votre enquête, Capitaine, laissez-moi rejoindre le Temple et mes padawans. Nous avons essuyé des pertes importantes lors de notre dernière mission, beaucoup de Jedi sont morts, et mon rapport doit être remis dans les plus brefs délais au Conseil.
    Cpt. Grenn - J'en ai finis... Pour l'instant. L'accès à la salle de détention vous est autorisée, vous avez le droit à cinq minutes de visite.
    Ceno - Aussi peu? N'est-ce pas exagéré?
    Cpt. Grenn - Je tiens mes ordres de la Chancellerie, Maître Naberry ne doit pas avoir de traitement de faveur.

    Renfrogné, le Mando-Jedi quitte la salle d'interrogatoire et se dirige vers les salles de détention. Plus tard, Aynor le rejoint dans les couloirs de la caserne. L'atmosphère n'est guère au beau fixe, les soldats guettent les Jedi légèrement de travers. IIs entrent dans une cellule hautement sécurisée, Maître Kaarde Naberry est là, en position de méditation. Il se relève à leur approche et tout trois se saluent chaleureusement avant qu'Aynor n'entre dans le vif du sujet de façon assez abrupte.


    dimanche 11 octobre 2015 - 04:03 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar baaaaaaal

    baaaaaaal

    8033 Crédits

    Espèce de crétin, tu t'attendais à quoi. Tu es LE grand seigneur noir des Siths, tu as ravagé la galaxie plusieurs fois et tu vas surement recommencé, et tu pensais être de retour à l'époque de la Rébellion. La galaxie et la Force te haïssent, et c'est bien parce que tu es coupé de la Force que tu as eu un brin de chance. Crétin de Papounet, ou Grand Papounet on dirais.

    Grand père.... ça doit bien être la première fois que quelque chose comme ça m'arrive, jamais eu le temps avant, jamais reçu le temps avant. J'espère pour elle que je ne vais pas ravager sa vie, mais j'en doute. Elle partagera ma malédiction.

    Et Ange une Jedi... Et la mère de Mimi... Encore un mauvais tour de la Force, ça va être très compliqué si elle apprend qui je suis.

    Profitons du peu que je peu avoir tant que je peu l'avoir, on vas voir ce qui vas se passer.


    Le Sith pris une longue gorgé de brandy et reposa son verre. Un ange décomposé passa.

    Et Ange, un peu décomposé, avança le bras, au prix de ce qui semblait être un grand effort, pour le poser sur l'épaule de Gunnar.


    Ange : Gunnar, je suis sincèrement désolée. Je ne voulais pas te l'apprendre comme ça, surtout pas dans la bouche de quelqu un d'autre...

    Gunnar : (jouant avec son verre de Brandy) Ne t'en fais pas, c'est juste que... J'ai eu l'impression d'être de retour à la belle époque, mais tellement de choses on changé, on a tout les deux vécu tellement de chose...


    L'ancien rebelle lâcha son brandy et pris la main d'Ange dans la sienne, et la senti fébrile, elle commençait à s'affaisser sur la table.


    Gunnar : Qu'est ce qui se passe ?

    Ange : Un contre coup....Ne t'inquiète pas.... Je gère....

    Gunnar : Y'a t'il quelque chose que je puisse faire ?

    Ange : Si tu as du Carsunuum je suis preneur.

    Gunnar : (d'un ton qui ne souffrait pas la réplique) Hors de question que je te laisse prendre ça, quand Kaarrr arrivera on trouvera un substitut, mais pas de ça.


    Le visage d'Ange semblait se décomposer et ses forces l'abandonner. Gunnar la retenait du mieux qu'il pouvait pour qu'elle ne s'effondre pas sur la table, ce qui aurait renverser les verres et perdre le brandy. Alors qu'il luttais pour la maintenir à flot, Ange s'évertuait à dire que tout allait bien, qu'elle gérait. Il regardait partout dans la salle à la recherche d'une idée quand son regard croisa celui de Kaarrr qui venait de rentrer discrètement par derrière.

    Gunnar lui fit signe de s'approcher et le laissa commencer à partir emmener Ange qui tenais à peine sur ses pieds, il vida les brandy d'une traite tout en posant leur dû sur la table et parti aider Kaarrr.

    Une fois en route dans le speeder, Ange allongé à l'arrière, clamant sans énergie sa bonne santé.


    Gunnar : Merci mon ami, on vas la jouer comme la fois sur Kessel. Et si tu avais un expédiant au Carsunuum je suis preneur

    Kaarrr: (regardant son compère avec suspicion) Je me demande bien dans quoi tu nous as fourré.  Et oui, il y avait du bacta dans ce que tu avais laissé à la planque, ça devrais faire l'affaire je pense.


    La route se fit sans encombre. Une route qui devenait un chemin paisible traversant la forêt pour déboucher sur une petit clairière au bord d'un lac au sein d'une vallée paisible, un décor idyllique.  Au bord du lac, une petite maison simple, une jeté avec une barque, quelques pierres tombale délabré et un énorme trou que des gens était entrain de combler. L'humeur du rebelle avait semblé s'obscurcir à l'approche de l'endroit.


    Gunnar : (Se tournant vers Ange) On est arrivé, ça va bientôt aller mieux.

    Kaarrr : Tu as le chic pour te trouver des endroits classe quand même, raclure.

    Gunnar : Je me passerai de tes commentaires.


    Une fois à l'arrêt, Gunnar pris Ange dans ses bras, malgré ses plaintes qu'elle pouvait marcher toute seule alors qu'elle n'arrivait même pas à se redresser dans son siège. Il la porta à l'étage de la maison et la posa sur un grand lit, un peu poussiéreux.


    Gunnar : Repose toi Ange, quand tu sera prête, il y a un holoprojecteur dans la pièce d'à coté, il n'a pas servi depuis un moment mais il fera l'affaire. Je vais te laisser au bon soin des hommes de Kaarrr.


    L'un d'eux rentra à ce moment là avec du Bacta et commença à s'occuper d'Ange, tandis que Gunnar sortait de la pièce pour ressortir de la maison. Il se fit interrompre par son ami Whipiid


    Kaarrr : Bon, maintenant tu vas me dire de quoi il retourne, et pourquoi je ne devais pas dire ton nom.

    Gunnar : Pour elle je suis Gunnar, je ne pouvais pas te le dire à haute voix.

    Kaarrr : Gunnar ? mais on ne t'a plus appelé comme ça depuis la rébellion. Comment elle te connais ?

    Gunnar : C'est une longue histoire, et compliqué, pas sur de l'avoir encore comprise. Je te la raconterais plus tard. Tu as sorti le coffre ?

    Kaarrr : Oui, et il est déjà à bord du vaisseau, je ne chôme pas.

    Gunnar : Parfait, maintenant laisse moi un moment, j'ai besoin de calme.

    Kaarrr : (l'air gênée) Oui.... Je comprend... ça doit faire longtemps que tu n'es pas revenu.

    Gunnar : Jamais assez.


    Et il repris sa route, taciturne, vers les vieilles tombes anonymes.



    Salut à tout les fans des vieux cimetières






    Ce message a été modifié par baaaaaaal le dimanche 11 octobre 2015 - 17:25

    dimanche 11 octobre 2015 - 17:23 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    16847 Crédits Modo

     (post écrit en collaboration avec Cenovii)

    Je me levai à l'approche de Ceno et Aynor. Je désespérais de les revoir un jour, mais en même temps je redoutais la conversation qui allait suivre.

    Aynor.- Je n'arrive pas à croire que tu aies fait ça.

    Moi. - Moi non plus, j'ai encore du mal à le réaliser, mais c'est bien ce qui s'est passé.

    Ceno. - Quelle explication semble la plus logique ?

    Moi. - J'ai été mentalement contraint à le faire... Nous avons pensé à la possibilité qu'il s'agisse d'un clone de Mirax. Ou peut-être un Changeant.

    Ceno. - Un Changeant ? Une contrainte mentale ? Pensez-vous que cela soit la seule raison?

    Aynor. - Ceno, arrête.

    Moi.- Non, laisse-le parler librement. Dis-moi le fond de ta pensée.


    Le mandalorien leva son avant-bras droit, le premier de ses membres artificiels, sa première prothèse, suite à un affrontement avec Dark Hyllyard. Il l'observa quelques instants et bredouilla de sa voix rauque et métallique.

    Ceno. - Kashyyyk...

    Moi. - Ho... Je vois... 


    Bien sûr Ceno n'avait pas oublié ce triste épisode de la Guerre du SEZ lorsque, forcé de m'allier à Baaaaaaal, j'avais fait semblant d'être passé du Côté Obscur et adopté l'alias de Dark Hyllyard. En jouant un peu trop bien ce rôle j'en étais venu à trancher le bras droit de Ceno lors de la bataille de Kashyyyk.

    Aynor. - Encore cette histoire ?

    Moi. - Tu penses que j'ai pu dérapé, comme lors de notre combat à la cité Royale de Rwookkrorro ?

    Ceno. - Je pense que c'est une possibilité.

    Aynor. - Ceno !

    Ceno. - Pardonnez-moi, mais je n'écarterai pas une hypothèse tangible par empathie pour vous. 

    Moi. - Tu fais bien.

    Ceno. - Ce jour-là, vous vous êtes laissé dominer par le côté obscur, même si ce n'était que l'espace d'un instant. Et c'est peut-être la même chose qui s'est produite avec Gaïus. Il était notre plus grand soutien, notre ami, et vous l'avez tué. C'est grave, cela veut dire que notre ennemi connaissait cette faiblesse, il a pu l'exploiter facilement. C'est un fait, pas un reproche.


    Mes épaules s'affaissèrent sous le poids de ces faits. Évidemment Ceno osait dire tout haut ce que les autres pensaient tout bas. Mais une telle objectivité pouvait nous être salutaire.

    Ceno. - Nous aussi, nous avons perdu une bataille de notre côté. Une bataille qui nous a coûté très cher.

    Moi. - Comment ?! Dark Spencer...

    Aynor. - … court toujours. Et il a gagné en puissance.

    Ceno. - Mais il nous faut garder raison. Nous devons reconnaître nos erreurs, et nous ressaisir, rester unis, en attendant le réveil de la Force.

    Aynor. - Ceno a raison, on ne doit pas se diviser. Tyria semble avoir de bonnes relations avec la nouvelle Chancelière, je vais faire mon possible pour apaiser le Sénat, tout devrait rentrer dans l'ordre après le conclave des anciens Maîtres. Profite de ton isolement pour essayer de percevoir l'avenir. Il n'y a plus que toi qui en est capable désormais.

    Moi. – La plupart du temps je suis retenu entre deux ysalamiris, alors pour sonder l'avenir... 

    Aynor. - N'empêche, c'est peut-être notre seul espoir...

    Ceno. - Non, il y en a un autre...


    Ils échangèrent un regard explicite, accompagnant leur pensée commune pour une personne bien précise. Je savais bien de qui il s'agissait, et cette pensée était rassurante, mais je m'abstins de la nommer à voix haute, sachant que nous étions certainement sur écoute. 

    Une brève sonnerie sourde retentit et le Capitaine Grenn fit son apparition devant la cage d'énergie qui nous séparait.

    Aynor. - Tiens bon, on va te sortir de là.

    Moi. - Merci, mes amis. Quoi qu'il se passe, ne tentez rien d'insensé.

    Cpt. Grenn - Fin de la visite. Nous allons vous escorter jusqu'au Temple Jedi.


    Et il me laissèrent seul et songeur. Heureux de leur confiance, mais accablé par le peu de nouvelles qu'ils m'avaient rapporté. Plus que jamais j'enrageais de m'être laissé piéger, d'être seul enfermé ici.

    Moi (murmurant). - Tyria... Ceno... Aynor... Mirax... Sät'sa... et surtout toi, Tyria... soyez extrêmement prudents.

    dimanche 11 octobre 2015 - 21:26 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Edoras

    Edoras

    7665 Crédits

    Fran-Kyle Xyphor tendit son datapad pour que l'officier puisse lui virer la prime qui lui était dûe.  À partir d'une certaine somme, il valait mieux éviter de prendre du liquide. Et 1500 crédits, ça faisait une jolie somme. Franky vérifia que la somme avait bien été ajoutée à son compte et sourit en reclipsant le datapad à son brassard gauche.

    - C'est un plaisir de faire affaire avec vous.

    - Cette ordure ne va pas croupir en prison longtemps : tueur de flic, ça va lui valoir la chaise électronique. Vous auriez pu le tabasser un peu plus...

    - Je n'aime pas les violences inutiles.

    Pour empêcher le tueur de pouvoir résister, Xyphor lui avait broyé les phalanges à coup de clé de mécanicien, utilisant ce qui lui était tombé sous la main. Il lui avait aussi envoyé un revers de cette même clé en travers du visage, pour l'assomer. Le tueur n'avait pas vraiment pu offrir de résistance, mais Fran préférait prévenir que guérir, surtout au vu du CV de sa cible.

    Fran sortit et prit un taxi pour rejoindre son hotel. Il prit une douche et contempla son arsenal, étendu sur le lit : un DX-2 double canon, un DL-18s et un couteau. Amplement suffisant, selon lui. Il sourit en pensant que son père aurait transporté dix ou quinze kilos de matériel en plus. Lui, préférait investir ses crédits pour pouvoir s'offrir un vaisseau, un jour.

    Il sortit en réfléchissant à sa nouvelle cible : un tueur en série qui découpait les oreilles de ses victimes. Il n'y avait pas de prime pour sa capture, mais pour toute information permettant de dévoiler son identité. Au delà de l'aspect financier, le mystère titillait l'instinct de chasseur de Fran-Kyle.


    En sortant du turboélevateur pour se rendre au bar, il faillit bousculer un dévaronien. Le saisissant par une corne, il l'attira à lui :

    - Hé bien, on se retrouve ! Tu me dois cinquante crédits, non ?

    lundi 12 octobre 2015 - 12:08 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar DocBeldom

    DocBeldom

    5633 Crédits

    Doc avait suivi sa mère au siège de la police de Coruscant. Mais à la différence de cette dernière, il ne s'était pas présenté comme Jedi, simplement comme citoyen de Kashyyyk venu faire son devoir. Cela n'avait pas retenu le policier qui l'avait interrogé de se montrer désagréable et de se comporter comme s'il avait un criminel de la pire espèce face à lui. L'ancien Jedi avait laissé faire patiemment, mais au bout d'une heure, s'était levé.

    Doc : Je pense que nous en avons terminé.
    L'homme : Ce n'est pas à vous de le décider, Jedi !

    Le mot avait été prononcé comme une insulte. Ce n'était pas la première fois que quelqu'un l'utilisait ainsi, mais un policier ? Doc avait soupiré puis avait répondu :

    Doc : Je suis désolé, mais il se trouve que si. Tout d'abord parce que contrairement à votre dernière affirmation, je ne suis pas un Jedi. J'ai quitté l'Ordre il y a des années de cela et ne suis revenu sur Coruscant que pour  voir ma famille. J'ai un profond respect pour les Clans de Dathomir et c'est pour eux et voir ma mère plus longtemps que j'ai accepté de les aider. Vous pouvez confirmer ce que je vous ai dit avec eux. Enfin, je vous rappelle que je suis venu ici de mon plein gré pour témoigner. Si vous souhaitez me forcer à rester ici, il faudra m'arrêter. N'étant pas rncitoyen de Coruscant mais de Kashyyyk, je crois savoir qu'il me sera rnalors possible de demander un entretien avec un membre de la délégation de ma planète avant que nous reprenions notre discussion. Ainsi que sa présence lors de la dite discussion. A vous de voir.


    Celarn avait clôt l'entretien et Doc avait quitté le poste. Une horde de rnjournaliste était à l'extérieur, probablement en train d'attendre sa rnmère. A une époque, Ace n'aurait pu quitter l'endroit sans être reconnu.rn Mais sa présence au Conseil commençait à dater et il avait presque pu rnpasser sans que personne ne l'identifie. Un seul journaliste l'avait rnaperçu et l'avait suivi, ne le rattrapant qu'un peu plus loin. C'était rnun humain qui avait fait un reportage sur les combattants de l'Ordre à rnl'époque où Doc était encore Maître d'Arme.

    Jaiden : Maître ? Est-ce que vous accepteriez de répondre à quelques questions, en souvenir du bon vieux temps ?
    Doc : Je ne suis plus un Maître Jedi Jaiden. Ni même un Jedi. Posez vos questions, je ne promets pas d'y répondre.
    Jaiden : Comme à chaque fois, Maître Terrik, comme à chaque fois. Que pensez-vous de l'action de votre mère de Maître Naberry ? Pourquoi avoir quitté l'Ordre ? Et que pensez vous de l'Ordre aujourd'hui ?
    Doc : Très bien Jaiden. Comme je vous aime bien, je vais vous faire une fleur. Mais vous ne citez pas mon nom et vous allez vous chercher d'autres sources pour confirmer, d'accord ? Maître Terrik revient de plusieurs semaines sur Dathomir où elle a aidé les Clans. Elle n'était pas sur Coruscant au moment de l'attaque, les Sorcières pourront le confirmer. Quant à moi, j'ai quitté l'Ordre car j'avais besoin de prendre du recul. J'ai apprécié de vivre à l'écart de tout et j'ai continué à le faire. L'Ordre actuellement fait de son mieux dans une situation bien compliquée pour lui. C'est à se demander si certains ne feraient pas tout pour s'en débarrasser. La dernière fois, on a vu ce que ça a donné. Je vous laisse y réfléchir.

    Doc s'était détourné et enfoncé dans une coursive, laissant le journaliste un peu étonné. C'était la première fois qu'il obtenait une réponse aussi longue de sa part. Une fois suffisamment à l'écart, il avait sorti son comlink et enregistré un message sur la fréquence Nema :

    "De la lame aux piquants, il parait que vous avez des ennuis. Nous sommes rentrée, elle est en train de discuter. Donnez-moi une position que je vous rejoigne. Trois vaudront mieux que deux et ça la rassurera de savoir que vous n'êtes pas seuls. Ne m'obligez pas à vous chercher moi même par contre, ou vous aurez le droit à une fessée quand je vous trouverais."

    Dans la foulée, il avait envoyé un autre message à sa mère : "Je vais aller fleurir la tombe de Polux."

    Un fois ceci fait, il avait rangé son comlink et avait escaladé la facade d'un des bâtiments à côté de lui puis sauté sur une passerelle. En bas, il avait vu les deux agents qui devaient le suivre le regarder. Il était ensuite entré dans un autre bâtiment et avait continué ses tours et détours pour semer ceux qui cherchaient à le suivre, attendant une destination de la part de ses frères pour les rejoindre.

    lundi 12 octobre 2015 - 12:44 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Bencenovii

    Bencenovii

    14850 Crédits

    Sur le chemin qui mène Ceno et Aynor au Temple, la discussion va bon train. À l'arrière d'une canonnière de la Coalition, ils évoquent les derniers événements et remettent de l'ordre dans leur esprit embrouillé, aux côtés du Céréen qui a mené combat à leurs côtés sur Jakku, Maître Ka-Tu-Un.


    Ka-Tu-Un - Comment va-t-il?
    Aynor - Il tient le coup, mais je sens qu'il est profondément affecté par son geste.
    Ceno - C'est normal qu'il le soit.
    Aynor - C'était pas la peine de remuer le couteau dans la plaie. Tu n'as décidément aucun tact, même avec tes propres amis.
    Ceno - Nous devons tous être conscients de notre faiblesse et surtout ne pas nous reposer sur nos lauriers, compte tenue de la menace qui pèse sur nous.
    Ka-Tu-Un - Nous avons subit une lourde défaite contre Dark Spencer et son groupe de revenants, et maintenant voilà un coup monté contre le Grand Maître de l'Ordre... Ce n'est plus une menace, nous sommes déjà touchés.
    Ceno - Au sujet des mystérieux alliés de Spencer, les révélations d'Eckmül pourraient tout changer. Ensuite, il faudra trouver l'auteur de ce coup monté, pour laver l'honneur de Mirax et Kaarde.
    Ka-Tu-Un - Cette affaire va bien au delà d'une simple question d'honneur.
    Ceno - Peut-être, mais ne serait-ce que pour ça, ça vaut le coup de se battre.


    Sur ces mots, le Mandalorien se lève et se poste vers le premier hublot qu'il trouve, le Temple Jedi apparaît enfin. Les stigmates de la bataille contre Baaaaaaal sont toujours visibles, l'édifice semble comme le reflet de l'Ordre actuel, fragile et vulnérable. Après toutes ces mésaventures, Ceno est remonté à bloc, et s'apprête à reprendre momentanément le rôle qui était le sien avant qu'il ne devienne le Sabre des Jedi.


    Ka-Tu-Un - Il m'étonnera toujours, peu importe les circonstances, il garde foi en la Force.
    Aynor - J'ai peur qu'elle ne nous soit d'aucun secours pour ce qui nous attends.
    Ka-Tu-Un - Il faudra en parler au conclave, l'un des nôtres aura peut-être une réponse.


    La canonnière atterrit sur l'une des plate-forme du Temple. Eckmül, Kinsa et Keller sont sur le tarmac, ils retrouvent leur maître avec soulagement. Derrière eux, Tyria Sarkin se dresse aux côtés d'une femme un peu plus mûre que le Mandalorien ne reconnait pas.

    lundi 12 octobre 2015 - 16:56 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6239 Crédits

    Po et moi venions de changer de planque. Nous avons passé pas mal de temps a télécharger par petit bout les images des cameras, sans avoir pu en tirer de véritable conclusions, si ce n'est que les entrées et sorties de ce qui ressemblait a Kaarde, a Mirax et a nos amis Lepis Dropi et Dropa n'avaient aucun sens.  

    Nous avions déménager le peu que nous avions et nous trouvions maintenant dans un appartement vide d'une tour proche de l'usine, sur laquelle nous avions un bon point de vue si ce n'est le trafic aérien entre elle et nous.  

    Alors que le soir tombait et que j’étais a mon énième surveillance d'une des entrées de l'usine, mon comlink émis un bip, signe d'une communication sur une fréquence surveillée. Ce n’était pas celle de notre Lepi Roger Rabbit, mais la fréquence Nema.  

    J’écoute ce message. Doc. Il veut nous retrouver. La signature – et le style ne faisait aucun doute.

    Je lui répond. Mais pas de façon évidente.

    "Des ennuis, nous ? Seulement la moitié de la planète nous recherche. On a connu pire. A partir du lieu de l'accident, tou e le dos au Jedi et parcours 2 clicks. Tu y trouveras de quoi nous faire pardonner."

    Le message envoyé, je me rendis au sommet de la tour que j'avais indique dans les messages. Je déposais alors un gâteau au carottes, gracieuseté des pâtisseries Roger Rabbit, et en coupais une part  et orientait le gâteau de façon a ce que le trou devienne une sorte de flèche indiquant la tour ou nous sommes. Je coupe la part en 4, et la place sur une marche plus bas que le gâteau, dans la direction de la tour, alignées, pour indiquer que nous sommes 4 niveaux sous le toit.  

    Ceci fait, je retournais sur les lieux, passer le relais a Po qui devait encore visionner les images, et le prévenir de cette visite inopinée a venir...

    Ce message a été modifié par ProjetT le lundi 12 octobre 2015 - 22:18

    lundi 12 octobre 2015 - 22:15 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    16847 Crédits Modo

    Décidément je n'avais pas le temps de m'ennuyer, dans cette prison.

    À peine Aynor et Ceno étaient-ils partis que le Capitaine Grenn s'employait déjà à me faire subir un nouvel interrogatoire. Comme si j'avais la tête à ça. Il pensait peut-être que mes amis étaient venus conspirer avec moi ?

    Je me disais bien qu'on me rendait visite trop facilement...

    Cpt.Grenn.- Pour la énième fois, avez-vous, oui ou non, tué l'ex-Chancelier Gaïus Mahan de sang froid ?

    Moi.- Oui, à regret.

    Cpt.Grenn.- Donc vous plaidez coupable.

    Moi.- Pour la énième fois... non.

    Cpt.Grenn.- Rhaaa, arrêtez de jouer au plus fin avec moi, Jedi !

    Moi. - Vous n'avez qu'à considérer ça comme un hom... sullusticide involontaire. J'étais sous l'emprise de...

    Cpt.Grenn.- Avec vous tout est toujours simple, hein, les Jedi ? C'est toujours la faute du méchant seigneur Sith caché !

    Moi.- Si vous me laissiez en placez une, aussi...

    Cpt.Grenn. - Mais, contrairement à ce que vous pensez, vous n'êtes pas au-dessus des lois ! Oh non, non, non ! Il est temps que les Jedi, tout Grands Maîtres qu'ils soient apprennent à se remettre au niveau des simples et honnêtes citoyens et des militaire méritants qui...

    Moi. - Moi, pour ce que j'en dis, hein...

    Cpt.Grenn. - … car qui verse son sang pour la glorieuse république, hein ? Mais ce sont les fantassins volontaires et engagés tels que moi, droits, honnêtes, fidèles à nos idéaux ! Prêts à tous les sacrifices pour rendre à la République sa gloire perdue !

    Moi. - Poil au...

    ???. - Capitaine Grenn !


    Une voix synthétique venait de couper le Capitaine dans son élan, et elle ne souffrait aucune réplique. Grenn, déjà passablement épuisé, se redonna une contenance et quitta la salle d'interrogatoire. Me laissant seul avec la glace sans teint, les menottes, et les ysalamiris.

    Le Capitaine Grenn devait être dans une conversation très animée, car même à travers la porte insonorisée je pouvais presque sentir sa voix de stentor faire vibrer les murs.

    Enfin la porte se rouvrit sur un nouveau faciès. Celui d'une bothane. Le fait qu'elle ne portait pas l'uniforme militaire m'incitait déjà à la méfiance (sans doute une espionne du gouvernement de Bothawui), mais mes relations passée avec Jedibothan et Dark Malefica, ainsi que mon humeur massacrante due aux récents événements et à mon inquiétude pour mon entourage, ne me donnaient vraiment pas envie de la prendre en sympathie. Dommage que la présence des ysalamiris m'empêchait de la sonder avec la Force.

    Sans lui adresser une once de sourire je la regardai me toiser de son air supérieur et prendre place très lentement sur le siège qu'occupait le capitaine Grenn.


    ???.- Je suis Oktra'Wist. Vous allez répondre à mes questions.

    Ce message a été modifié par Kaarde le mercredi 14 octobre 2015 - 13:43

    lundi 12 octobre 2015 - 23:47 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    22734 Crédits

    Gunnar venait de quitter la pièce.

    Ange resta quelques instants à contempler cet encadrement, vide. Sa gorge et son estomac se nouèrent. Elle ne savait pas pourquoi mais la disparition de l’ancien rebelle lui procura un malaise si certain qu’il lui était impossible d’ignorer. Elle tâcha de se convaincre qu’il ne s’agissait que d’une simple et douloureuse analogie. Pourtant, tous les soins et les attentions que Gunnar avait pu lui apporter depuis cet appel passé depuis le comlink de Sam ne lui paraissaient qu’artificiels… Elle lui avait menti. Désormais, il savait, il savait tout et elle ne pouvait plus revenir en arrière.

    Si elle s’était imaginée un nombre incalculable de fois cet aujourd’hui à un temps ultérieur, la réalité s’avérait encore plus décevante que dans le pire de ses scénarios. Parce qu’il devait forcément faire semblant et continuer à jouer cette comédie commencée il y a trente ans… comment pouvait-il en être autrement ? Parce que Gunnar demeurait irrémédiablement Gunnar et que – elle le savait – cet homme qui s’était trouvé en face d’elle quelques instants auparavant n’aurait jamais laissé tomber le masque du sauveur sur Corellia. Parce que ce n’était pas un masque, parce qu’il n’y avait qu’elle qui en portait un.

    Un Devaronien, en faisant irruption dans la pièce, ne mit non pas un terme mais un frein aux divagations de la Corellienne qui se prêta aux questions et à l’auscultation du nouveau venu se présentant vraisemblablement comme le médecin des hommes du dénommé Kaarrr. Après avoir effectué une prise de sang en bonne et due forme, ce dernier s’évertuait à palper la nuque de Solo qui, à sa propre et grande surprise, n’avait pas émis la moindre protestation depuis le début de l’opération. Ce constat la déstabilisa si bien qu’elle crut bon de se montrer au moins nonchalante pour la forme.


    Ange, râlant : Ca va être encore long ?

    Devaronien : Continuer à remuer comme vous le faites et on y est encore demain. Ca fait mal ?

    Ange, se mordant l’intérieur de la joue :Absolument pas.


    Il appuya un peu plus et elle ne put s’empêcher de lâcher de copieux jurons. Il fronça alors les sourcils et s’activa vers sa console portable qui bipait frénétiquement depuis quelques secondes. Les résultats étaient disponibles et… à en juger par le sérieux qu’il affichait… aussi médiocres qu’elle ou il s’y attendait.


    Ange, aimable comme à son habitude : Je vais nous faire gagner du temps à tous les deux. J’n’aime pas les médecins et tout ce qui s’en rapproche de près ou de loin. C’est pas la grande forme, même avant l’accident, alors si…

    Devaronien, l’interrompant : C’est ce que je vois. Des problèmes ?

    Ange : Insomnie depuis deux mois…

    Devaronien : Et surtout un bon traumatisme crânien… (Il lui injecta une bonne dose de bacta.) Si vous ne prenez pas le temps de prendre un peu de repos, je peux vous garantir que votre corps…

    Ange, lui coupant la parole : J’en suis consciente. C’est compliqué…

    Devaronien : C’est toujours compliqué… (Après une hésitation, il lui tendit alors une fiole et une aiguille.) Sédatifs. Les doses sont indiquées. (Elle tendit la main et saisit le tout.) N’abusez pas.

    Ange : J’apprécie… Avant de partir, vous n’auriez pas de quoi me donner un air un peu moins ridicule ?


    Elle lui indiqua les vestiges des vêtements chèrement volés par son comparse siégeant à côté de son corps nu. Il opina du chef, sortit et réapparut quelques instants plus tard avec des vêtements masculins un peu trop grands. Trop ravie d’avoir plus obtenir de lui de quoi lui assurer quelques heures de sommeil, Solo s’abstint de tout commentaire désagréable bien que l’envie eût été fortement présente. Le Devaronien sortir et elle s’habilla promptement.

    Son pronostique vital n’étant plus en jeu, elle consulta son comlink et constata ainsi qu’il lui restait une vingtaine de minutes avant le début de cette réunion exceptionnelle des anciens membres du Conseil Jedi, réunion, elle en était persuadée, qui devait toucher de près ou de loin les agissements récents et funestes de Kaarde.

    Elle soupira.

    Elle n’aimait pas fuir ses responsabilités : elle se sentait coincée, coincée alors qu’elle avait tant d’autres choses à régler, tant d’autres choses qui lui tenaient vraiment à cœur… Attendre… Encore et toujours…

    Lasse, elle s’autorisa un coup d’œil aux murs et meubles rudimentaires et poussiéreux qui l’entouraient. Leur importance étant moindre, elle se leva et se dirigea vers la fenêtre. Et elle le vit. Immobile. Silencieux. Dehors.

    Sa curiosité était piquée.

    Elle se précipita hors de la maison et, quand Gunnar fut sans son champ de vision, ralentit l’allure jusqu’à se trouver à ses côtés devant ce qui s’avéraient être deux pierres tombales.

    Si Solo appréhendait cette reprise de contact avec l’ancien rebelle autant qu’elle la désirait, cette vision qui s’offrait à elle lui glaça le sang.


    Ange, tâchant de cacher son trouble : Je ne te dérange pas ?

    Gunnar, légèrement sec : Depuis le temps qu'on ne s'est pas vu, comment tu pourrais me déranger ?

    Ange, gênée : Je ne sais pas…

    Gunnar, après un silence et sans lever les yeux : Ca te va presque mieux qu’à moi.

    Ange : Merci.

    Gunnar : Je t’en prie.


    Un silence pesant s’installa à nouveau.

    Les questions se bousculaient de nouveau sans sa tête mais Solo était trop tétanisée par cette situation pour les poser. Elle hésitait, les repoussait et, enfin, quand elle se décida, fut devancée par l’homme qui se trouvait à ses côtés.


    Gunnar : Tu n’avais pas une holoconférence ?


    Il n’ajouta rien de plus et tourna les talons.

    Le désespoir s’abattit sur ses épaules comme une couverture beaucoup trop lourde.

    La nausée et les larmes lui montèrent à la gorge.

    Attendre trente ans pour ça.

    Elle avait tout gâché.


    Ce message a été modifié par AngeSolo le mardi 13 octobre 2015 - 00:01

    lundi 12 octobre 2015 - 23:54 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    24755 Crédits

    Lieu : Coruscant

    Localisation : le commissariat de police

    La Bothan entre dans la pièce où le prisonnier est déjà assis. Elle reste un moment dans l’entrer, un verre vide et une bouteille d’eau à la main. Elle l’observe le prisonnier qui la regarde sans un mot. Il semble agacé mais essaye de le caché. 

    Oktra'Wist le ton est formel et sec – Je suis Oktra'Wist. Vous allez répondre à mes questions. 

    Kaarde – J’ai déjà répondu au Capt Greeen ! On ne va pas y rester la nuit ! 

    Oktra'Wist – Vous avez mieux à faire ? Mettre une autre pagaille dans un commissariat peut-être ?

    Kaarde – J’ai déjà dit tout ce qui s’est passé ! 

    Oktra'Wist verse l’eau dans le verre et le boit rapidement. Le comlink bip. 

    Oktra'Wist – Je suis détective privé. La sénatrice de Panatha semble croire que la police n’est pas suffisante. Il semblerait qu’il veut que j’approfondisse cette enquête. Néanmoins au vue de votre dossier, j’ai des doutes !

    Oktra prend en main son comlink. C’était un message écrit, elle le place dans sa poche après lecture. Elle dépose le verre sur la table. 

    Kaarde – On vous appel, vous devriez y aller !

    Oktra'Wist ignorant sa remarque – Les médias sont vos plus grands accusateurs, c’est déjà une bonne chose. Néanmoins j’aimerai des détails sur « l’involontaire ». 

    Kaarde – Vous trouvez que c’est une bonne chose que les médias m’ont filmé ? 

    Adosser sur sa chaise, la Bothan aux poiles noirs et aux yeux vert, regarde fixement le prisonnier. Kaarde ne comprend pas ce silence. Elle se montre impassible. 

    Oktra'Wist – Oui, la caméra, c’est numérique. Ce qui ce manipule fort bien, je commencerai par vérifier cela, j’ai déjà des hommes sur le coup. Reprenons à zéro. Alors expliquez-moi en détaille ce qui s’est produit. 

    Kaarde – Encore ! 

    Oktra’Wist – J’ai cru comprendre que le Cpt Green, ne vous laissait pas en placé une. Moi, je vous écoute. Qu’est-ce qui s’est produit de votre point de vue pendant que vous vous battiez avec le Chancelier ?

    Kaarde – Mahan et moi en somme arrivé à nous battre, il a proféré des mensonges à mon encontre et il s’est mis à me viser avec un blaster, j’ai donc dévier ses tirs. 

     Oktra'Wist – Qu’elle sorte de mensonges ?

    Kaarde semble surpris par la dernière question autant que par le fait qu’elle l’écoute. Il prend le temps de se rappeler les paroles et répond.

    Kaarde – Je ne suis pas certain de me rappeler ses paroles exactes, mais il m’a traité de sith et que l’Ordre Jedi était menacé par moi. 

    Oktra'Wist – Selon l’holonet, il semble qu’il vous dit être Dark Malicious. Cela a du fortement vous offusqué vous le Grand Maître de L’Ordre Jedi ! Croire qu’un Jedi de votre trempe puisse passer du côté obscure, c’est comme une injure, non ?

    Kaarde est un peu déconcerté par la Bothan. Essayait-elle de l’aider ou de le provoque ? Il prend sur lui et garde un calme apparent avant de répondre. Dans sa voix, on pouvait entendre de l’irritation. 

    Kaarde – Je n’ai pas compris pourquoi il m’accusait de la sorte. Je voulais éviter qu’un tir de blaster n’atteigne des innocents et je voulais le maîtriser. Et c’est ce que j’ai fait, dans un premier temps. Je l’ai assommé. 

    Oktra'Wist – Jusqu’ici, vous confirmez que tous ce qui s’est vu sur les caméras de l’holonet est exacte. Vous en êtes conscient ? 

    Kaarde – Oui, parque c’est vrai. 

    Oktra se resserre un autre verre d’eau et prend le temps de le boire. Elle réalise que Kaarde ne dit plus rien. Elle s’arrête de boire. 

    Oktra'Wist – Poursuivez, je vous écoute. 

    Kaarde – C’est là que cet imposteur sous les traits de Mirax a parlé comme pour m’empêcher de le tuer, mais… il m’a manipulé, il a embrouillé mon esprit. Et … J’ai tué Mahan. 

    Elle finit son verre, le pose avant de lui répondre.

    Oktra'Wist – Les caméras montrent que vous avez repoussé maitre Terrik, enfin, l’imposteur. Donc 2 personnes ont essayés de vous retenir. Non, 3 selon les caméras toujours, il y avait un autre padawan qui s’était même accroché à vous afin de vous retenir. Mais cela n’a pas, selon vous, rompu l’influence de cette intrus. J’ai oublié quelques choses ?

    En écoutant la réponse de Kaarde, la Bothan se resserre un 3ème verre d’eau et le boit délicatement. Cela semble énerver d’ailleurs Kaarde d’autant que souligné que l’influence n’a pas été rompu est comme une blessure ouverte dans laquelle la Bothan vient de mettre de l’alcool. 

    Kaarde – Oui, c’est vrai pour les Padawans, mais celui qui s’est fait passer pour Mirax m’a manipulé !

    Oktra'Wist Entre 2 gorgées d’eau – Manipulé comment ?

    Kaarde secouant la tête – C’était une suggestion mentale. 

    Oktra dépose son verre et regarde le prisonnier incrédule. Elle se penche vers lui. 

    Oktra’Wist – Suggestion mentale  [pause]  par la Force  [pause]  sur VOUS ?

    Kaarde irrité mais fait tout pour se contenir – Oui, j’ai du mal à y croire moi-même mais c’est la seule explication !

    Oktra reste un moment sans mot, sans bouger. Puis, elle se redresse s’adossant à nouveau sur son siège. 

    Oktra’Wist – Et ensuite vous vous évanouissez, c’est bien cela ?

    Kaarde contrarié – Oui. 

    Oktra reste un moment sans bouger. Kaarde ne sait trop que penser d’elle. Enfin elle se lève après avoir pris une grande inspiration. Elle fait le tour de la table et va vers le prisonnier. Si jusque-là, elle semblait ne pas croire le prisonnier, elle s'appuie sur la table et se veut réconfortante. 

    Oktra’Wist – Dans ce dossier, il y a des lacunes, Maitre Naberry ! Déjà pourquoi Mahan vous accuse d’être Dark Malicious, ce n’est pas logique. Et puis, les clones existent et maitre Mirax Terrik a prouvé qu’elle était sur Dantooïne pendant les faits. Il y a bien eu un imposteur, cela est prouver. La seule chose qui ne s’explique pas, c’est la suggestion mentale. Avez-vous une explication ?

    Kaarde – Non. 

    Oktra’Wist – Alors c’est une bonne raison pour que l’Ordre Jedi soit sous tutelle. Mais nous allons arranger cela. 

    Kaarde –  Une bonne chose ?!? Nous??

    Oktra’Wist se redresse et va vers la porte sans un mot. Kaarde demande à préciser le « nous ». Arrivée devant la porte, Oktra se retourne et juste avant de quitter la pièce, elle lui dit :

    Oktra’Wist – L’Ordre Jedi est là où ceux qui vous ont piégés le désir, ils le croient donc d’une certaine manière pied et poing lier, faible et sans défense puisque vous êtes ici. [Pause] « Nous ! » Si Mahan avait dit Dark Hyllyard, j’aurai pu croire à votre fourberie, à des mensonges et même à votre culpabilité. Mais il dit Dark Malicious. [Pause] Maitre Naberry, vous avez beaucoup d’amis qui forment votre famille. Et ils sont ce « Nous » !

    Ce message a été modifié par Padme111 le vendredi 31 mars 2017 - 20:21

    mardi 13 octobre 2015 - 01:00 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Evénements

Star Wars Episode IX

18 déc. 2019

Star Wars IX

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide