Le Temple Jedi 6 (page 25)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6493 Crédits

    (Message avec du Kiad dedans qui est co a 2h du mat plutot que dormir ^^)



    Kiad nous fit un arrêt au milieu de nulle part, afin que je télécharge les données dont j’avais besoin pour voir prouver ou non le lien avec cette fameuse maladie. L’arrêt effectue, j’utilise notre petit matos de piratage pour me connecter directement sur la balise holonet la plus proche, une balise relai – et mal sécurisée. Elle semblait porter les traces encore du piratage qui a provoqué la chute de l’holonet. La remise sur pied du réseau allait prendre un temps fou, s’il fallait intervenir sur chaque relai.


    Je me connecte sur le réseau, via un système de spoofing qui permet de tromper l’identification ainsi que la route empruntée. Quelqu’un qui regarderai la trace de l’échange verrai une communication venant d’une cantina de Tatooine… Même si je sais qu’une recherche très poussée pourrait remonter au terminal portable que j’utilise. Je me connecte aux archives du Temple via le cylindre de données de Pad – et entre dans les archives restreintes. Je recherche le dossier en question. La maladie qui a failli tuer la capacité des Jedi à ressentir la Force.


    Je télécharge tout ce qui s’y rapporte, le rapport, les analyses, la détection, le processus… Un dossier écrit… par Clickman, qui était alors le responsable de l’infirmerie du Temple. J’ai un instant d’hésitation… et fini par télécharger un autre dossier, bien que je sache que je ne devrais pas. Le dossier de Clickman. Une fois tout récupérer sur quelques datapad, je coupe la liaison et signale sur l’intercom a Kiad de reprendre sa route.


    Une fois en hyperespace, rangeant le matériel, je me rends compte de mon erreur. Je n’aurais pas du télécharger le dossier de Clickman, cela signerai clairement mon passage. Je m’en voulais d’une telle faiblesse. Je mis ce datapad de côté.


    Avec un des datapad contenant les données médicales, je regarde comment la maladie pouvait être perçue. Je traverse le vaisseau pour me diriger vers la baie médicale, et faire un test ou deux sur moi-même. Traversant le salon, je trouve Po et Selanna en pleine discussion. Une musique étrange se repend dans le couloir – un instrument qui semble primitif mais avec des sonorités complexes…


    Moi : Quel est donc cette étrange musique ?
    Selanna : C’est mon père. Il pratique tous les jours depuis des années. Un instrument de ma planète natale…
    Po : Hum.. Dis m’en plus, Selanna…


    Je laisse mon frère – qui semble vouloir draguer la fille de Kiad ! – à leur discussion. J’entre dans la baie médicale, effectue une prise de sang sur moi-même, et cherche différent instruments, pour mesurer l’activité et la présence des midichloriens dans le sang. J’effectue tous les tests, mais rien. Rien ne semble correspondre. Je note tout cela, prépare un rapport que j’envoie sur la fréquence Nema, pour Doc et Pad. La piste semblait incorrecte. Ca de moins.

    Je retourne au salon, la musique s’était arrêtée et Kiad était venu nous prévenir de notre arrivee prochaine dans le système Corellien. Il avait un regard courroucé envers Po…
    Moi : Kiad, tu as une minute avant ?
    Kiad : Oui ?
    Moi : Cela pourra servir. C’est un code pour la fréquence « Nema » - c’est le nom de code de Pad. Une vielle histoire. Mais n’hésite pas à partager tout ce que tu trouves sur la situation, nous en ferons de même.
    Je lui donne un cylindre de données. En touchant sa main, j’ai une étrange sensation, qui me donna deux informations précieuses.
    La première, la Force semble plus accessible ici. Comme si le mal était concentre sur Coruscant. Ici la Force semble plus… lumineuse, plus présente.
    La seconde, l’aura de Kiad. Elle est… teinte d’obscurité. Comme si une partie de lui était lumineux, mais que cette lumière cachait une part sombre.
    Moi : Euh… Et la maladie, c’est inutile. Mauvaise piste. Rien ne colle.
    Kiad : Déjà une piste en moins. Bon, je vais préparer l’arrivée.

    Un instant plus tard, nous sortions de l’hyper-espace en vue du système de Correlia…



    Ce message a été modifié par ProjetT le lundi 09 novembre 2015 - 02:15

    lundi 09 novembre 2015 - 02:14 Modification Admin Permalien

  • Avatar Aynor

    Aynor

    9863 Crédits

    Sortant du conclave je saluai tout le monde et me fis conduire en airspeeder au Sénat, non sans retourner continuellement les derniers évènements à en chopper un mal de crâne digne d'une bonne cuite post cotyg. Et notamment me revinrent à l'esprit les mots de Tyria lors de notre première réunion avec la
    Chancelière fraîchement élue.

    Si je complotais pour virer le chancelier de la République, je m'arrangerais pour y coller un « allié » à la place. Ou alors quelqu'un de suffisamment simplet pour pouvoir le manipuler aisément.

     
    La seconde option était bonne à jeter dans un puit de fusion. C'était ma seule certitude au sujet de Sät'sa Cki. Une intelligence singulière. En revanche je réservai mon jugement au sujet de la première hypothèse citée. Aucun de nous ne décela de duplicité chez l'épicanthix mais notre clairvoyance pouvait-elle encore ne faire l'object d'aucun doute ? Evidemment non. Plus maintenant.

    Une demi heure plus tard les deux battants du bureau de la Chancelière s'ouvrirent dans un chuintement et je pénétrai
    dans cet espace cossu. Elle m'invita à m'asseoir et je m'installai dans un fauteuil en face d'elle.

    Aynor - Vous voilà à présent Chancelière d'une République ayant sous sa tutelle l'Ordre Jedi.
    Sät'sa Cki - Nous aurions tous aimé qu'il en fut autrement, mais vous avez fait le bon choix.

    Nos regards ne se quittèrent pas d'une microseconde.

    Aynor - C'est une ascension remarquable Chancelière. Par trop remarquable.

    Les  comissures de ses lèvres s'étirèrent esquissant un sourire éphémère.

    Sät'sa Cki - Je ne peux sans doute pas vous reprocher cette méfiance. Nous devons encore apprendre à nous connaître.
    Je vous assure cependant que toutes mes préoccupations sont tournées vers la République. Et elle a besoin de l'Ordre, auquel je dois beaucoup d'ailleurs.
    Aynor - Ne vous méprenez pas, il ne s'agit pas essentiellement de moi. Notre destin est plus que jamais lié à celui de la République et par voie de conséquent au votre. Une force aussi bien qu'une faiblesse que certains ne manqueront pas de considérer. Si l'un tombe ...
    Sät'sa Cki - Il entraînera l'autre dans sa chute.
    Aynor - Soyez assurée que nous serons vigilants. Et vous seriez sage de l'être également.
    Sät'sa Cki - N'ayez aucune crainte, je pense que vous croyez aussi peu que moi au hasard. Elle laissa passer quelques secondes. Avez-vous fais un choix pour le nouveau responsable de l'Ordre ?
    Aynor - Nous avons désigné Maître Jorus Beku'n, actuellement en poste à la bibliothèque d'Ondéron.
    Sät'sa Cki - Très bien, l'annonce de sa prise de fonction de de la mise sous tutelle seront faites au plus tôt dès son arrivée. Étant donnés les évènements récents votre présence ...
    Aynor - N'est pas souhaitée. Inutile en effet d'agiter le Sénat et l'Holonet davantage.
    Sät'sa Cki - Contente que vous compreniez. Et je ne vous cacherai pas que nombreux seront les Sénateurs pour demander que vous soyez relevée de vos fonctions d'ambassadrice.
    Aynor - Je ne vous cacherai pas non plus que cela n'occupe pas la plus grande place dans la liste de mes préoccupations. Ce sera peut-être pour le mieux. En attendant, vous me permettrez de prendre congé.
    Sät'sa Cki - Certainement.

    Je me levai alors m'apprêtant à sortir avant de me retourner.

    Aynor - Une faveur Chancelière. Pouvez-vous m'obtenir un laissez passé pour rendre visite à Kaarde ?
    Sät'sa Cki - Bien entendu. Pour quand vous le faut-il ?
    Aynor - Je souhaiterais m'y rendre immédiatement afin de l'informer des dernières décisions.
    Sät'sa Cki - Considérez que c'est fait.
    Aynor - Merci et au revoir Chancelière.

    Je m'inclinai respectueusement et quittai son bureau, la capuche de ma bure vissée sur la tête, hâtant le pas dans les couloirs du Sénat.


    Ce message a été modifié par Aynor le lundi 09 novembre 2015 - 13:09

    lundi 09 novembre 2015 - 10:13 Modification Admin Permalien

  • Avatar Edoras

    Edoras

    7665 Crédits

    An 171 après la Bataille de Yavin IV – Bordure Intérieure
    Planète Iseno, jour de l’Armistice.


    Cela avait commencé quelques jours plus tôt, par un père excédé. Son fils refusait de porter la pierre de vide sensée l’aider à contrôler ses émotions. Lorsqu’il l’avait vu jouer à la guerre avec son frère, pointant sur lui une arme de chasse tout ce qu’il y avait de plus réel – bien que bloquée sur la puissance minimale – il avait décidé qu’une leçon sévère s’imposait. Son fils de dix ans allait devoir grandir rapidement : les temps n’étaient pas roses.

    Il l’emmena avec lui sur Ileso, planète à forte gravité. Là, une guerre faisait rage depuis quatre ans, opposant des alliances de factions rivales. La guerre avait commencé stupidement, suite à l’assassinat de l’un des chefs par des rebelles défendant leurs traditions locales. Tous s’étaient alors mutuellement accusés de vouloir profiter de la situation, puis s’étaient sautés à la gorge. La Nouvelle République ne pouvait se mêler de politique interne et toutes ses tentatives de conciliation échouèrent. Le gouvernement corellien, qui se remettait à peine d’une succession de crises ayant ruiné son économie, en profita pour vendre des armes aux deux camps, dans le plus grand secret. Avec beaucoup trop d’armes concentrées sur des zones étroites, la ligne de front se figea et les deux alliances principales creusèrent des tranchées pour tenir le coup en attendant de trouver le moyen de pulvériser leur adversaire respectif. La flotte spatiale fut rapidement anéantie, ornant la planète d’une ceinture de débris. Chacun tenta alors de dépasser les règles classiques de la guerre pour obtenir une victoire décisive : on réutilisa des armes interdites depuis longtemps et on en inventa de nouvelles. Il y eut des gaz mortels, des bactéries, des radiations. Finalement, c’est la lassitude des populations qui fit pencher la balance : menacés de révoltes civiles, les deux camps se firent de plus en plus téméraires, jusqu’à l’imprudence, ce qui provoqua des changements d’alliance. Pour ne pas se retrouver pendu par son propre peuple, l’un des dirigeants finit par négocier la paix. Mais en attendant qu’elle soit signée, chacun des camps exhorta ses troupes à poursuivre la guerre avec plus de vigueur encore : il fallait gagner le plus possible de territoires pour pouvoir se permettre d’en perdre, ou pour justifier d’un plus grand gain.


    C’est là que Konix Xyphor atterrit avec son fils Fran-Kyle. Il souhaitait récupérer le plus possible d’armes pour pouvoir les revendre au plus offrant et avait longuement étudié le terrain avant de choisir une zone de calme relatif, les troupes des deux camps s’étant retirées pour se masser ailleurs. Engoncé dans une armure que Maly avait portée avant lui, Franky descendit la rampe du Soleil Bleu avec une excitation mêlée d’appréhension. Son père, les sens en éveil, lui fit signe d’avancer. A cinq kilomètres de là s’étendait un no man’s land d’où provenaient les explosions sporadiques de batteries d’artillerie. Franky suivit son père et sauta dans ce qui avait été une tranchée dans la terre humide, retenue par des plaques de métal rouillées. Il régnait une puanteur atroce de chair en putréfaction, de moisi et d’eau saumâtre, mêlée à l’odeur de la terre humide et du métal chaud. Franky commença à récupérer les armes qui trainaient çà et là, à demi enlisées dans la boue rougeâtre. Après avoir remis le cran de sécurité, il les déposait ensuite dans le traineau antigrav qu’il trainait derrière lui, tout comme son père. Soudain, en grattant la terre collante, son gant s’enfonça. Il le ressortit gluant d’une substance brunâtre visqueuse, qui s’avéra être de al chair humaine en décomposition lorsque le corps apparu. Franky compris pourquoi son père lui avait dit d’accrocher son casque à sa ceinture, lorsqu’il vomit tout ce qu’il pouvait sur ses bottes. À quelques pas de là, un rat womp semblait attendre qu’ils s’éloignent pour profiter d’un repas prédigéré.


    Lorsque les nausées se furent calmées, son père cessa de lui frotter le dos et, le regardant dans les yeux, il déclara : « Maintenant, tu vas ressentir. » Konix retira alors la pierre de vide attachée au cou de son fils. Lui-même s’habituait à ressentir les choses depuis une dizaine d’années maintenant, s’appuyant sur la Force pour aiguiser ses sens. Il savait donc bien ce qu’il infligeait à son fils : dans la tête de Fran-Kyle, des centaines de voix se mirent à hurler leur peur et leur agonie toutes en même temps. Ses yeux s’arrondirent de surprise, son nez lui piqua et il sentit les larmes monter. Elles coulèrent sur ses joues sans qu’il ne puisse rien faire pour les arrêter, ses gants étant toujours souillés.


    Lorsqu’il parvint à reprendre le contrôle et à faire crier les voix moins fort, son père lui fit signe de mettre son casque. Il obéit et, voyant que le bloc d’acier qui lui servait de figure paternelle s’était équipé d’un lance-flammes, il saisit son blaster et le fit passer de la puissance minimale au mode paralysant. Son père avait prudemment bridé l’appareil pour éviter les accidents. Le duo descendit quelques marches et s’enfonça dans un étroit tunnel, si bas de plafond que même Fran-Kyle dut se pencher. Ils parvinrent dans ce qui avait du être une salle de repos. Des bouteilles de bière vides trônaient encore sur la table et les murs étaient décorés de posters déchirés. Un holoprojecteur autonome avait du se trouver au centre de la table, mais les soldats avaient pensé à l’emporter. En revanche, ils avaient oublié l’un des diffuseurs de son, que Konix Xyphor rangea dans son sac. Dans la pièce suivante, Franky découvrit une grenade thermique qui avait roulé sous un lit défoncé.


    Soudain, le blaster de son père détonna, puis son lance-flammes cracha une longue langue de feu vers l’angle du croisement de deux tunnels. Un long cri de douleur y répondit, le lance-flammes ne s’arrêtant que quelques temps après que le cri ne se soit étranglé. Konix retourna le corps carbonisé avec sa botte : c’était une femme, un sniper de l’autre camp d’après son uniforme. Son partenaire gisait juste à côté, tué d’un tir à pleine puissance dans la tête, dont il ne restait rien.


    - Un tunnel d’attaque, souffla Konix par le truchement du communicateur de son casque. Il mène à l’autre camp. Le ménage y a peut-être été moins bien fait…

    Ils explorèrent les tunnels des tranchées durant encore six heures, avançant prudemment et vidant méthodiquement les lieux du matériel militaire qu’ils y trouvèrent. Lorsqu’ils revinrent au vaisseau et décolèrent, Fran fut soulagé de pouvoir porter à nouveau sa pierre de vide.


    mercredi 11 novembre 2015 - 13:49 Modification Admin Permalien

  • Avatar Sorrow

    Sorrow

    126 Crédits

    Au petit matin je me lève assez tôt comme d'habitude, je me lave, je me brosse les cheveux pour les rendre bien soyeux avant d'enfiler ma tunique de padawan. Quand je suis aprêtée je m'asssois à mon bureau, bon il n'y a pas plus qu'à attendre. Je regarde longuement mon premier tatoutage de mirialane sur ma main, je le frotte, j'en suis très fière, il prouve que je ne suis plus une aspirante, maintenant je suis une vraie jedi. Par la fenêtre je contemple aussi la grisaille qui s'est abbatue sur la ville comme ils l'avaient dit à la météo. Enfin je ressens la présence de maman, j'ouvre la porte avant qu'elle toque, elle me sourit, moi aussi, on est toujours très heureuses de se retrouver.

    Maman - Tu es prête pour ton entrainement avec Maitre Meyst?

    Moi - Oui, enfin presque.

    Mon ventre fait des gargouillis, alors maman m'emmène en salle commune là où on a vu l'attentat des Death Watch à la télé hier. Quand j'y repense, c'est triste pour Kinsa d'avoir un père qui est un tueur, heureusement elle n'est pas devenue comme lui. Le droïde CJ 3PO nous donne un petit déj' bien équilibré, et me voilà fine prête pour aller au cours de biologie extraterrestre! RDV à la bibliothèque où nous retrouvons Bloli et Shina en train de s'affairer partout entre différents terminaux avec d'autres jedi archivistes.

    Bloli - Ha, maître Seeka, je vous attendais.

    Maman - Pourquoi cette agitation? Que se passe-t-il?

    Nous arrivons vers Bloli, je vais prêt de Shina, je la connais depuis toute petite, elle est comme ma grande soeur. J'essaye de lire les données qu'elle parcoure mais elle va trop vite pour moi, je n'y comprends rien. Bloli aussi est à fond.

    Bloli - C'est là folie ici depuis hier avec le rapport de Jakku et les informations dénichées par les padawans, on essaye de réunir tout ce qu'on peut sur Mortis. Maître Cenovii nous a demandé d'éplucher chaque page, chaque donnée avec une précision chirurgicale et de lui fournir des coordonnées vectorielles avant ce soir. Je suis désolée mais il n'y aura pas classe aujourd'hui.

    Moi - Ho non!

    Maman - Cette enquête requiert-elle vraiment la suspension des cours?

    Moi - En plus c'est qu'une vieille légende... Tout le monde le sait.

    Shina - Je n'en serais pas si sûre si j'étais toi.

    Je me tourne vers Shina avec une moue pas convaincue, maman et Boli ainsi que les archivistes s'arrêtent, elle a l'air d'avoir fait une découverte, tout le monde attend sur elle.

    Shina - Je crois que j'ai trouvé quelque chose, un vieux rapport crypté datant de la guerre des clones, il corrobore les informations trouvées par Kinsa et Eckmül, cela devrait vous intéresser maître.

    Elle glisse les données de son écran sur son propre datapad puis se dirige vers l'holoprojecteur de la grande table centrale auquel elle transmet l'image. La reproduction holographique d'un jedi barbu apparaît.

    "C'était incroyable. La Force émanait de l'astre très puissament, nous étions comme submergée par elle. Les trois êtres qui vivaient à l'intérieur de l'astre pouvaient influencer jusqu'à l'essence même de la Force, leur pouvoir était tel que chacune de leur action pouvait potentiellement entraîner des répercusions à échelle universelle. Ces Maîtres de la Force étaient persuadés qu'Anakin était l'élu, l'un d'entre eux voulu l'utiliser pour fuir la planète, cela engendra un conflit qui aurait pu faire basculer la galaxie entière dans le chaos. Il serait très dangereux de laisser cet endroit connu des Sith, alors pour conserver ce secret bien gardé et empêcher quiconque d'approcher Mortis, Maître Yoda a prit la sage décision de sceller la carte millénaire, dont nous ignorons toujours la provenance. Elle demeurera cachée au coeur du Temple Jedi, personne ne doit l'ouvrir, jamais."

    L'hologramme disparaît, maman et Bloli sont sous le choc de cette confirmation, puis ma mère me regarde avec un air inquiet, je la connais bien et ce n'est pas pour me rassurer, ce doit être super important cette histoire. J'avoue que je n'ai pas tout suivi mais cette fois je ne serai pas mise sur la touche sous prétexte que je suis trop petite.

    Moi - C'est moi qui vais trouver la carte!


    Ce message a été modifié par Sorrow le mercredi 11 novembre 2015 - 23:43

    mercredi 11 novembre 2015 - 23:41 Modification Admin Permalien

  • Avatar camara

    camara

    3155 Crédits

    Quelques semaines auparavant, quelque part dans la cité de Theed sur Naboo.

    Je marchais d’un pas vif dans les rues pavées de la ville. Je devais m’activer si je ne voulais pas arriver en retard au boulot. Cela faisait plusieurs mois que j’avais trouvé ce job, et je ne voulais pas le perdre aujourd’hui.

    J’avais passé une nuit assez particulière au bord de l'eau sur Correllia et depuis, je me sentais revivre. J’avais une idée derrière la tête : acquérir le vieux vaisseau qui croupissait au fin fond du garage.

    Arrivée sur les lieux, je me dirigeais directement vers lui. Il était principalement de couleur mauve, ma couleur préférée. J’avais totalement flashé et j’eu une envie irrésistible de travailler dessus dès que nos regards s’étaient croisés (si si je vous jure, ce vaisseau m’appelait !).

    Mon patron m’avait laissé quartier libre sur ce vieux cargo. Comme il n’avait rien à me reprocher sur mon travail et que les clients partaient satisfaits avec moi, il me laissait le tripatouiller quand je n’avais rien à faire.

    Même si la coque ne paraissait pas très abimer, mise à part de la rouille à droite et à gauche, tout le système aurait fait pleurer n’importe quel passionné. Tout était à refaire, au premier coup d’œil même un novice aurait vu qu’il n’avait pas volé depuis des décennies. 

    « ah CJ4 te voilà ! J’ai besoin de toi justement, va me chercher la pièce que j’avais mis de côté il y a quelques jours pour notre jouet préféré ».

    Le petit astrodroid parti en faisant quelques petites bipbip d’approbation. C’était Greco qui me l’avait offert quand j’ai commencé mon travail ici, il était devenu trop vieux et avait été remplacé par de nouveaux modèles au palais. Destiné à la casse, il l’avait récupéré pour me faire une surprise. Son aide m’est précieuse au garage.

    Il revint avec ce que je lui avais demandé, et m’aida à l’installer sur la vieille carlingue. Bientôt, ce vaisseau pourrait voler, du moins je l’espérais, je prévoyais de faire le test ce soir après le travail. 

    BigBoss – Bonjour Sarkin ! Toujours à espérer un miracle ? Laisse cette chose, il ne sert que de déco désormais !

    Mara – ah Monsieur le Boss ! Justement je voulais vous voir !

    Je sautais à terre non loin de lui, en me relevant je fis le vide en moi, je calmais mon excitation, me détendait, et accompagné d’un geste de la main, je m’adressais à mon employeur.

    Mara – vous souhaitez m’offrir ce Cargo léger YT-1760, pour me récompenser de mon excellent travail à l’atelier.

    J’avais envie de rajouter puisque je suis sous payé pour ce que je fais, mais je préférais m’abstenir. J’étais confiante, sur de moi, et très convaincante. Il répondit tout en répétant ce que je venais de dire.

    BigBoss – je souhaiterai t’offrir ce Cargo léger YT-1760… pour te récompenser de ton excellent travail à l’atelier.

    Il alla dans son bureau et commença à fouiller dans ses tiroirs. Il farfouilla dans toute sa paperasse, et ayant trouvé ce qu’il cherchait, revint vers moi.

    BigBoss – tiens, voilà tous les papiers du véhicule, il est à toi, même si je doute qu’il puisse revoler un jour.

    Je lui pris les papiers des mains. J’avais réussi. C’est vrai que ce petit exercice de télépathie avait été un test pour moi, je voulais vérifier que j’en étais de nouveau capable. J’étais heureuse, j’allais enfin pouvoir reprendre les choses là où je les avais arrêtés.

    Mara – merci. J’en prendrai soin soyez assuré !

    La journée se passa tranquillement sans trop de difficultés mise à part un client machiste qui refusait que je lui touche son vaisseau car j’étais une « femelle ». Depuis mon rêve, je m’étais amélioré. Je n'étais pas une experte en la matière, mais je bidouillais beaucoup, cetes je ne pourrai pas citer tous les modèles de réacteurs existants, mais je me débrouillais pour refaire fonctionner un vaisseau. Après des négociations, son satané engin fut vite réparer et je pus donc rapidement retourner sur mon nouveau bébé. 

    En fin d’après-midi, le moment était arrivé. J’allais enfin savoir si toutes mes journées de dur labeur sur lui n’étaient pas en vain.

    CJ4 pris places à côté de moi. Je commençais à allumer la machine. Après quelques coups et quelques réglages, je sentais une drôle de sensation… l’appareil commençait à bouger ! J’évitais les obstacles dans l’atelier tant bien que mal, et sorti du bâtiment.

    Ça manquait de stabilité, mais le vaisseau volé ! J’étais tellement heureuse et fière de moi, plus rien ne pourrait m’arrêter.

    Le lendemain, je posais ma démission auprès de BigBoss. Il était contrarié que je l’abandonne. Je réussi à le convaincre de me laisser partir à la condition que je forme un nouvel employé. 

    Quelques jours passèrent, l’employé formé, je récupérais mes affaires à l’atelier. J’étais libre. J’avais juste une dernière chose à faire avant de partir. Je passais à l’appartement de Greco, là aussi je récupérais ce qui m’appartenait et qui pouvait me servir. J’ouvris mon vieux sac à dos et tombais né à né avec mon sabre-laser. Il ne m’a très peu servi depuis que je l’avais fabriqué quelques années auparavant. Je le serrais fort contre moi et le replaçais dans le baluchon. Je vérifiais une dernière fois la pièce, et parti.

    J’étais arrivé aux archives, il était là, à somnoler à son bureau.

    Mara – Bonjour Greco !

    Le Gungan se releva et se jeta dans mes bras !

    Greco – oh Mara c’est toi ! Mais pourquoi ce sac ?

    Mara- je m’en vais Greco, j’ai réussi à me procurer un véhicule. Merci encore pour tout, merci pour CJ4. Je te dois beaucoup !

    Greco – oh… tu vas me manquer Mara…

    Mara – tu vas me manquer aussi… je ne te dis pas adieu, mais à la prochaine, je suis sûr que nos chemins se recroiseront ! 


    Je serrais une dernière fois mon ami dans les bras. Un au revoir difficile mais nécessaire. Et je partais sans me retourner. J’étais enfin prête à faire mon retour.

    Ce message a été modifié par camara le vendredi 04 décembre 2015 - 12:01

    jeudi 12 novembre 2015 - 13:51 Modification Admin Permalien

  • PSW
  • Avatar Dark-Spencer

    Dark-Spencer

    2500 Crédits

    ~~~ Repère du Nécromancien~~~

    Cela fait maintenant deux jours que Dark Spencer et les Undeads sont rentrés au bercail après avoir réussi leur mission d'extermination de la racaille jedi. Tous sont revenus satisfaits de leur prestation et on reçu les félicitations de Chanaman lors du débrief... Tous? Non, pas tous...

    Le grand Cathar Sith ne s'est même pas présenté devant la Momie ; il est allé directement tout au fond de la grotte sans dire un mot et n'a plus bougé depuis. Tapis dans l'ombre, assis par terre le dos tourné aux autres, les bras autour des jambes, la tête sur les genous, le maraudeur reste prostré là sans que personne ne vienne lui adresser la parole.

    Chanaman appelle Shae Vizla :

    Chanaman - Sais-tu pourquoi le Seigneur Spencer s'est isolé?

    Shae - J'en ai pas la moindre idée, il n'a peut-être pas digéré la fuite des jedi.

    Chanaman- Prends de la nourriture et apporte-lui, au passage vois ce qui le travaille et fais en sorte qu'il change de comportement.

    Shae s'execute puis revient:

    Chanaman - Alors?

    Shae - Il se demande pourquoi ses apprentis ne valent pas un clou, il dit aussi qu'il en a marre de toujours buter sur le jedi mandalorien, et puis il trouve que les revenants font des manières avec lui et qu'ils sont hautains et insupportables... Je lui ai rappelé que la mission est un succès mais ça ne l'a pas touché, d'ailleur la nourriture non plus il ne l'a pas touché... J'ai l'impression qu'il boude.

    Chanaman - . . .

    Shae - Qu'est-ce qu'on fait de lui?

    Chanaman - S'il devient un poids je serai obligé de m'en débarrasser.

                                                               "Pas la peine!!"

    Une imposante silouhette transperce la pénombre, Dark Spencer apparait, couvert de la tête au pied par le sang séché de ses victimes de l'avant veille.

    Spencer - Je suis Dark Spencer, le dernier des Sith! Je ne suis pas ta marionnette! Prends les morts pour des pantins si ça te chante, moi je suis bel et bien vivant et personne ne me donne d'ordre! De plus je te trouve bien présomptueux pour vouloir te "débarrasser" d'moi comme ça, tu penses pouvoir y arriver facilement? Gnnrrr la Force est de plus en plus puissante en moi.

    Chanaman - Seigneur Spencer ; à la bonne heure, vous voilà ressaisit... Il y a eu un sursaut dans le côté obscur, vous l'avez donc senti?

    Spencer - J'suis qui moi? Tu veux une démonstration?

    Chanaman - Ce ne sera pas utile, je vous crois sur parole. Il y a pourtant une chose sur laquelle vous vous trompez... Un fait important que vous ignorez...

    Spencer - Gnrrr crache le morceau.

    Chanaman - D'autres forces sont à l'oeuvre. Vous n'êtes certainement pas le dernier représentant des sith vivants.

    Spencer - Quoi? D'autres sith? Gnnr.. d'autres siiiiiiiith! Ok, files-moi du zombis du niveau d'Atris et j'irai les détruire!

    Chanaman (sourire) - Je vous fournirai autant d'Undeads que vous voudrez, mais pour ça il faudra d'abord me rapporter leurs os.



    Ce message a été modifié par Dark-Spencer le vendredi 13 novembre 2015 - 15:15

    vendredi 13 novembre 2015 - 15:09 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kiad

    Kiad

    603 Crédits

    Kiad s'était retiré dans la cabine durant le voyage, de sorte à ce qu'il puisse se détendre et réfléchir à la situation posément, dans le calme. A force de réflexion, une idée lui était venue concernant les deux passagers qu'il transporte, une idée plus acceptable qu'un transport lambda...

    Finalement, l'arrivée dans le système Corellien se fait sentir. Il rejoint le salon pour prévenir tout le monde, sur quoi il tombe sur Selanna et Pollux en pleine discussion.

    *Eh ben, si un jour on m'avait dit que Pollux Horn Terrik tournerait autour de ma fille...* se dit intérieurement Kiad en voyant les deux "ados" faire plus ample connaissance innocemment.

    Mais même si le vagabond voit ce rapprochement, et surtout le but intéressé de Pollux, d'un mauvais œil, il décide de laisser Selanna faire ses propres expériences. Et pour le moment, il n'y a rien à blâmer de toute manière, d'autant plus que leurs chemins se sépareront bientôt. Inutile d'être oppressif. Lui-même, lorsqu'il avait l'âge de sa fille, avait une mentalité déjà assez affirmée et plus on lui interdisait quelque chose et plus il le faisait.

    Puis Weedge revient de la cabine médicale sous le regard étonné de Kiad, qui découvre ensuite que le jeune zabrak s'est servit du matériel pour faire des tests et éliminer une piste. De même, Weedge lui donne le code d'une fréquence spéciale cryptée, la fréquence Nema. Le vagabond a tout d'abord une réaction de méfiance, mais quand le padawan lui dit que Pad est à l'origine de cette fréquence secrète, il retrouve une expression plus détendue et accepte le "cadeau".

    Quelques minutes plus tard, l'YT sort de l'hyper-espace en vue de la planète Corellia et de ses nombreuses stations orbitales. Le fourmillement spatial est conséquent, comportant autant de transports civiles que de fret qui vont et viennent sans discontinuer, des vaisseaux de construction qui s'affairent autour des chantiers de construction et de nombreux privés comme Kiad qui ont des affaires à régler dans le système. Les compagnies aérospatiales sont nombreuses et possèdent souvent leurs propres plates-formes, parfois mêmes des stations entières. Kiad fait gentiment slalomer son vaisseau au milieu des imposants bâtiments en suivant les couloirs de circulation, avec la nonchalance d'un monsieur tout-le-monde qui est un peu fatigué après un long voyage. 

    Selanna fait à nouveau de grands yeux en voyant ces immenses assemblages de métal, bien différents de ceux de Coruscant, et elle se rapproche même de la vitre pour avoir une meilleure vue sur le paysage spatial. D'ailleurs, en parlant d'une meilleure vue sur le paysage, Pollux voit le sien s'améliorer grandement avec cette réaction de la jeune sylphe. Puis, Kiad brise le silence:

    Kiad: Au fait, Weedge, qui d'autre possède fréquence que tu m'as donnée ?

    Weedge: Hm...En plus de Padmée et moi, il y a Doc, un certain Obitom et aussi Aynor. Pourquoi ?

    *Ah oui ? Aynor...elle m'avait caché ça, la coquine.*

    Kiad: Juste pour savoir.

    Le silence reprend sa place dans la cabine de pilotage, rapidement rompu par Pollux:

    Po: En parlant de "savoir", où est-ce que tu nous emmènes exactement ? Parce qu'on vient de dépasser la troisième station de taxis...

    Kiad: On va chez un mécano que je connais, mon vaisseau à besoin d'une révision.

    Le vagabond ressent sans grande surprise de l'étonnement émaner des trois personnes présentes à ses côtés. Selanna est la plus interloquée, car son père ne lui avait pas parlé de cet arrêt dans le contexte de leur voyage. Une pointe d'impatience naît chez Weedge, qu'il garde muette, tandis qu'une dose d'agacement monte chez son frère.

    Po: Mais on perd du temps, pourquoi pas nous déposer et faire ta vidange ensuite ?

    Kiad: Parce que.

    Silence.

    Selanna: Ils ont l'air pressé, 'pa.

    Silence.

    Kiad: Je vous demande deux heures, c'est pas Mon Cal' à boire, non ?

    Pollux se renfrogne un brin tout en se campant sur son siège tandis que Selanna reste interdite devant l'entêtement de son père. Weedge, quand à lui, contient ses émotions, mais Kiad sent qu'il n'est pas moins confus que ses deux camarades.

    Une vingtaine de minutes de navigation plus tard, l'YT s'arrime finalement à une petite station d'un entrepreneur indépendant, spécialisé dans la réparation et l'entretien de la plus fameuse gamme de vaisseaux produits par Corellia. La petite troupe quitte l'appareil avant qu'il ne soit prit en charge par les employés et leurs droïdes. Kiad et le chef de l'entreprise se rencontrent ensuite dans la bonne humeur, le-dit patron ayant une façon d'être qui colle parfaitement avec l'idée que l'on se fait d'un ouvrier qui a passé sa vie dans la graisse de moteur et les copeaux de ferraille. Il s'agit d'un humain d'une cinquantaine d'années, vêtu d'une cotte de mécanicien qui a déjà bien vécue, au corps musclé mais au ventre large à cause des années passées à boire du moloko, et dont le bras gauche est robotisé.

    Ils sont donc tous accueillis en amis, et même en invités. Arcinn Hoek, tel est le nom de l'hôte, les conduit dans ses appartements privés qui se trouvent sur la même station, les installe et leur sert de quoi grignoter et se rafraîchir.

    Arcinn: Eh ben, je t'attendais plus tard que ça, Kiad ! Déclare Arcinn en rejoignant finalement les autres à la table. Et...je pensais pas que tu serais aussi accompagné hu hu. Ce sont tous les tiens ?

    Kiad: Non, pas tous ! Selanna est ma fille. Eux, ce sont des jedi en mission.

    Sur ces dernières paroles, l'humain aux cheveux grisonnants est prit d'un rire ample qui le saisit pendant suffisamment de temps pour que cela devienne un poil embarrassant. Puis, lorsqu'il se reprend:

    Arcinn: Hu hu, des jedi ? On dirait qu'ils sortent tout juste du jardin d'enfants !

    Pollux: Hé, on sait se défendre, proteste-t-il.

    Arcinn: Mais je n'en doute pas, rétorque-t-il sur un ton moqueur.

    La discussion continue ainsi pendant une dizaine de minutes. Kiad reste volontairement vague sur l'identité des zabraks, nourrissant davantage la curiosité de l'humain avec sa fille qui deviendra peut-être une padawan dans peu de temps. Puis, Kiad fait comprendre au bonhomme qu'il souhaite lui parler en privé, sur quoi les les deux jedi se voient attribuer la mission de veiller sur Selanna pendant qu'ils attendent. Arcinn les autorise à se servir de son holonet pour s'occuper l'esprit, et il sort quelques jeux de société pour les aider à passer le temps.

    Kiad: Pas de bêtises pendant notre absence, hein ! On sera pas long.

    Ce n'est qu'environ une heure plus tard que les deux humains réapparaissent. Arcinn a un sourire digne d'une banane en entrant dans ses appartements, alors que Kiad appelle tout le monde à le rejoindre. Quelques instants plus tard, le petit groupe se rend à une baie d'amarrage où ils découvrent un vaisseau qui n'était pas là à leur arrivée.

    Weedge: Euh...c'est quoi, au juste, ce tas de ferraille ?

    Arcinn: Il s'agit d'un "Traceur de voie", que les vendeurs aiment bien qualifier de "nouvelle génération" car il a été fabriqué après la guerre civile galactique, contrairement à son grand frère qui date d'avant la guerre...

    Kiad: Ce sont des vaisseaux d'exploration avec de bons systèmes de communication et de détection. Ils sont faciles a entretenir, ils ont suffisamment de place dedans pour accueillir une centaine de tonnes de matériel et ils ont une autonomie d'au moins six mois.

    Arcinn: Et les systèmes du "Traceur" sont pour la plupart semi-automatisés, il n'est donc pas nécessaire d'embarquer un droïde en plus pour gérer l'appareil. Et contrairement au modèle précédent, les réacteurs et l'hyperdrive ont été revu à la hausse, et il possède deux canons lasers au niveau de la tête en plus de la tourelle sous son ventre.

    Kiad: Et les boucliers déflecteurs ne sont plus reliés au système de dérivation d'énergie, ce qui le rend plus stable. N'est-ce pas, Arcinn ?

    Arcinn: Euhmmm...pas vraiment, en fait. Le système est toujours en place, mais il y a une commande sur le poste de pilotage qui permet de le couper en cas de besoin, suivant la situation.

    Kiad: Hm.

    Pollux: Oui oui, c'est bien tout ça, mais...en quoi ça nous concerne, en fait ?

    Kiad: Eh bien, il est à vous, maintenant. Ca reste un vieux modèle comparé à ce qui se fait aujourd'hui, mais il devrait remplir sa mission de transport. Et puis...rien ne vous empêche de vous amuser à l'améliorer dans l'avenir, histoire de le mettre au niveau. Apparemment, les "Traceurs" sont plutôt faciles à modifier.

    Selanna: Wouahhhh, moi aussi j'en veux un !

    Ce message a été modifié par Kiad le dimanche 15 novembre 2015 - 15:02
    Ce message a été modifié par Kiad le dimanche 15 novembre 2015 - 15:09

    dimanche 15 novembre 2015 - 14:50 Modification Admin Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6493 Crédits

    Selanna: Wouahhhh, moi aussi j'en veux un !
    Je dois dire que je ne m’attendais pas à ça. Mon frère non plus. Kiad nous offrait un vaisseau, certes un tas de ferraille mais ça restait plus classe que de faire du vaisseau-stop.
    Kiad : Ma fille, je te réserve quelque chose de mieux, mais pas maintenant…
    Arcinn : Comment voulez-vous appeler votre vaisseau les p’tit Jedi en couche culotte ?
    Moi : J’ai bien une idée…
    Po : Non tu ne vas pas le nommer comme je crois que tu vas le nommer…
    Moi : Et si….
    Arcinn : Alors ?
    Moi : Ça sera… le Contre-Attaque IV !
    Po : Quatre ?
    Moi : Oui, a priori les archives du Temple indique qu’il en a eu deux autres depuis le nôtre pendant notre mort…
    Arcinn : Votre... Mort ?
    Po : Euh... Il veut dire notre absence. Nous avons été longtemps absent du temple, entrainement, et tout ça, vous savez… nous jouions dans une vielle navette Impériale de ce nom lorsque nous étions tout petit.
    Arcinn avait un regard perplexe mais accepta l’explication, non sans une petite poussée de Force de Po pour appuyer l’idée.
    Po, tout bas : Surveille ton langage, frangin !
    Arcinn : Va pour le « Contre-Attaque IV », je vais finir les papiers. Visitez le pendant ce temps-là.
    Po et moi, suivi de Kiad et Selanna, montons a bord de notre vaisseau. L’intérieur ne payait pas de mine, et manquait cruellement de confort, mais cela conviendrais bien. Le poste de pilotage était bien agence, et on voyait qu’il avait été réaménagé récemment afin d’optimiser les commandes.
    Kiad : Bienvenue chez vous.
    Moi : Merci. Je ne m’attendais pas à ça…
    Po : Moi non plus je dois dire.
    Kiad : Hof...vous avez beau être ce que vous êtes, j'aime pas savoir deux gamins livrés à eux-mêmes sans solution de secours...
    Selanna : Et à moi tu vas m’offrir quoi ?
    Kiad : Tu verras bien ! Venez récupérer vos affaires dans mon vaisseau et je vais vous laisser a votre mission.
    Po : J’y vais, prépare le donc pour partir des que possible.
    Selanna : Je t’accompagne !
    Kiad : Euh… moi aussi. Weedge, au plaisir…
    Moi : Merci.

    Tout le monde quitte le cockpit et je prends le temps de découvrir le vaisseau et préparer notre voyage vers Kashyyyk…
     

    Ce message a été modifié par ProjetT le mercredi 18 novembre 2015 - 21:40

    mardi 17 novembre 2015 - 00:15 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12819 Crédits

    Lieu : Maison des Toe, Sundari, Mandalore


    Il commence à faire sombre dans les rues de Sundari. Le soleil se couche. Mais ces rues sont presque désertes. Le couvre-feu va effet une demie-heure plus tard et personne n'est assez téméraire pour l'enfreindre, et surtout pas les Toe. Cette famille de nautolans a été au coeur de bien des dangers provenant des Death Watch. Ils savent qu'ils sont en liberté, quelque part. Ne pas savoir où sont leurs ennemis les effraie plus qu'autre chose. Après tout, ils savent se battre. Dans cette famille, il y a deux enfants. La cadette est Neyaa, huit ans. Son grand frère est Freyler. Malgré ses quinze ans, il a vécu beaucoup de choses, bonnes ou mauvaises. Il a participé à l'assaut du dernier bunker Death Watch, un an et demi plus tôt. Pour l'instant, il dîne avec sa famille. Même en pleine capitale, des soldats Néo-Mandaloriens à chaque coin de rue, ils ont peur, mais essaient de ne pas le montrer. La mort du sénateur Jeblan a choqué tout le monde, qu'il se soit fait tuer alors qu'en tant que sénateur il était bien protégé. Freyler fixe son assiette sans grand apétit. Il se demande quand ils seront enfin débarassés des Death Watch. Par deux fois ils pensaient avoir résolu le problème ; par deux fois il en restait quelques uns qui reprenaient le flambeau. Il avait entendu des histoires...certains, par appât du gain ou de pouvoir, ou par soif de violence, n'avaient pas hésité à rallier les Death Watch. Ça, c'était le pire.

    Freyler : Ils veulent qu'on aie peur, et on a peur. Ils veulent qu'on se terre dans nos maisons, et on le fait. On fait exactement ce qu'ils veulent !

    Mère : Tu ne sais pas ce qu'ils veulent, Freyler.

    L'adolescent se tait et baisse la tête, comme si sa mère venait de lui faire un reproche. Il s'apprête à enfourner une cuillère de soupe dans sa bouche quand on toque violemment à la porte. Cela peut être un de leurs voisins qui frappe avec un peu trop d'ardeur, mais ces temps-ci... Le jeune nautolan se raidit quand une voix bien connue, un peu trop même, ordonne :

    Voix : Vous l'aurez voulu !

    La porte vole en éclats et trois Death Watch menés par Kinsan Talik font irruption dans le salon. Les Toe se lèvent de leurs chaises.

    Mère (chuchotant à l'adresse de Freyler) : Fuis par la porte de derrière. Emmène Neyaa avec toi. Quitte Mandalore.

    En tentant de maîtriser les battements de son coeur, il attrape la main de sa petite soeur et ils commençent à courir. Une fois dans la rue, ils ne s'arrêtent pas. Freyler regarde brièvement derrière lui : personne ne les poursuit. Neyaa a compris la situation et ne fait pas de commentaire. Leur objectif est d'attraper la dernière navette. Cela fait un certain temps qu'ils envisagent de partir vers un monde moins mouvementé. Mais pour l'heure, Freyler se doit de réfléchir comme un adulte. Qui connaît-il en dehors de Mandalore. Personne, à part peut-être...Kinsa ! Son amie est probablement sur Coruscant, au Temple. Par chance, la dernière navette est justement pour Coruscant. Il croit que c'est la Force, qui guide Kinsa, l'aide aussi. Il s'assied à côté de sa petite soeur, en lui tenant la main, lui souriant d'un air qui se veut rassurant et sent un grand poids sur ses épaules. Il doit prendre des responsabilités, maintenant. Il doit s'occuper de Neyaa. Enfin, quand il arrive à destination, il doit encore changer de navette pour aller au Temple Jedi.

    Une fois dans le hall d'entrée, il arbore un grand sourire, à présent. Il va revoir Kinsa !

    Sécrétaire : Vous cherchez la padawan Kinsa Talik ? Huum... Elle vient de rentrer de mission. Vous avez de la chance, jeune homme. De la famille ?

    Freyler : Des amis.

    Kinsa : Freyler ? C'est toi ?

    Il se retourne et là, voit la jeune twi'lek s'approcher. Avec une joie presque enfantine, les deux amis se jettent l'un dans les bras de l'autre. Puis Freyler la dévisage. Depuis leur dernière rencontre, elle a bien changé. Elle a pris quelques centimètres et semble avoir mûri. Elle porte à présent une armure légère sous une bure de padawan.

    Freyler (en désignant l'armure) : C'est nouveau.

    Kinsa : Je me prépare toujours à partir, au cas où... Mais qu'est-ce qui t'amène ici ? Et où sont tes parents ?

    Freyler : Les Death Watch...mes parents m'ont fait jurer de fuir avec Neyaa.

    Kinsa : Haar'chak... Je comprends. Des nouvelles de Mandalore ?

    Freyler : Pas bonnes, hélas.

    La jeune padawan avise un groupe de novices et leur confie Neyaa, qui semble déjà bien plus à l'aise avec des enfants de son âge. Puis, les deux amis continuent leur conversation dans le jardin.

    Freyler : Le couvre-feu a été instauré à Sundari, et c'est tout juste si on ne se terre pas dans nos maisons. Tout le monde est terrifié, tu t'en doutes bien. Le pire, c'est que certains, je ne sais pas pourquoi, ont rejoint les Death Watch. Personne qu'on connaît, je te rassure.

    Kinsa : Mon père suffit bien...(elle secoue la tête) Ne parlons pas de ça. Ça ne fera qu'empirer la situation. Tu n'as pas d'endroit où aller, je suppose ?

    Freyler : Non. Je ne connais que toi en dehors de Mandalore.

    Kinsa : Dans ce cas, je demanderai à Ceno si tu peux rester au Temple un moment. Avec ta soeur.

    Freyler : Ça m'arrangerait bien.

    Kinsa : En tout cas...Malgré les circonstances, je suis contente que tu sois là, Freyler. J'ai vraiment besoin de mon meilleur ami, et puis...tu me manquais.

    Ce message a été modifié par Kinsa-Talik le mercredi 18 novembre 2015 - 14:25

    mercredi 18 novembre 2015 - 14:21 Modification Admin Permalien

  • Avatar Bencenovii

    Bencenovii

    14850 Crédits

    Ce matin, le brouillard a enveloppé Coruscant de son manteau, apportant avec lui une atmosphère aussi trouble que la Force. Sur la plate-forme principale du Temple vient se poser le Contre-Attaque III, soufflant la brume alentour. La passerelle se déplie, un homme légèrement grisonnant descend du cargo, vêtu d'une bure de Maître Jedi. Il est accueilli par un jeune Maître en armure et son Padawan à la tunique noire. Le nouveau venu, fraîchement arrivé d'Ondéron, vient les saluer chaleureusement.

    Jorus - Cela faisait longtemps, mes amis.
    Ceno - Bon retour parmi nous, Maître.
    Jorus - Tu as bien changé depuis la dernière fois que je t'ai vu. Toi aussi, Keller.
    Keller - Hof, moi, je sais pas, mais le maître vieillit mal.
    Ceno ignorant la dernière réponse - Ne perdons pas de temps, suivez-moi, Maître, nous avons à parler.
    Jorus - Bien sûr.

    Le groupe s'enfonce dans le Temple, et tout en marchant à travers les couloirs en direction des salles d'entraînement, les deux Maîtres Jedi échangent sur les derniers événements tandis que Keller écoute attentivement sans se mêler de la conversation.

    Ceno - Nous savons que Dark Spencer bénéficie d'une alliance avec ce ChaNaman. Ce-dernier a le pouvoir de ramener les morts à la vie, il a tout contrôle sur ces zombies. La planète Morthis est la clé, seule la dague de Morthis peut renvoyer ChaNaman d'où il vient.
    Jorus - C'est une entreprise périlleuse, l'histoire nous prévient contre Morthis. C'est un nid de Force, comme No'Erda. Nous aurons du mal à la trouver, son emplacement reste un mystère.
    Ceno - J'ai mis Bloli et Shina sur le coup, nos archivistes travaillent d'arrache-pied.
    Jorus - Bien... Et Kaarde? Comment va-t-il?
    Ceno - Pour l'instant, il n'a pas vraiment d'autre choix que de rester tranquille, comme nous n'avons pas vraiment d'autre choix que d'accepter la mise sous-tutelle. Si Aynor a accès à sa cellule, je pense que vous pouvez y prétendre également.
    Jorus - Je verrai ça avec elle... Où va-t-on comme ça ?
    Ceno - Au cercle de combat.
    Jorus - Tu as une idée derrière la tête ou est-ce la Force qui me trompe?
    Ceno - Non, vous avez raison. Avant que vous ne rejoigniez la Chancellerie, nous devons vérifier quelque chose. Pour ça, j'ai besoin de Keller et de vous comme témoin.

    Le Mando se tourne à demi vers son Padawan tout en continuant de marcher. Keller se demande de quoi il s'agit, mais si son maître l'a levé de si bon matin, ce n'était visiblement pas que pour accueillir Jorus. Une fois qu'ils sont en salle d'entrainement, Ceno vient se placer au centre du cercle de combat et invite son Padawan à venir croiser le laser. Jorus croise les bras en essayant de comprendre où veut en venir son jeune ami.

    Jorus - Que veux-tu démontrer au juste ?
    Ceno - La Force est de moins en moins accessible pour nous, mais je pense qu'il n'en est pas de même pour les Sith. Je crois que le Côté Obscur se renforce. Nous devons le vérifier. Si j'ai juste, Keller devrait être en mesure de me poser plus de problèmes que d'habitude.
    Keller - Vous insinuez encore que je suis un Jedi noir ? J'ai pourtant été purifié sur No'Erda, tout comme vous.
    Ceno - Je sais mais tu restes l'un des Jedi les plus neutres dans la Force, c'est pour ça que tu as pu vaincre Dark Bones aussi facilement, à l'image de Kiad, qui est le seul à avoir su repousser nos ennemis sur Jakku. Je dois en avoir le cœur net.
    Keller - Comme vous voudrez.

    Les deux Jedi allument leur sabre laser et débute alors une danse entre les deux enfants de la Force. Si Cenovii ne montre aucune retenue et domine Keller très rapidement en utilisant la force brute lors d'assauts horizontaux grossiers, le Padawan démontre une maîtrise inédite en défense. Sa rapidité et la fluidité de ses mouvements témoignent des progrès de Keller, qui est plus proche de la fin de sa formation que du début, tandis que son Maître, le Sabre des Jedi, s'essouffle déjà au bout de quelques passes d'armes. Ceno, ayant l'habitude de puiser continuellement dans la Force pour augmenter ses capacités physiques, commence à avoir de mal à contenir les effets secondaires d'une telle irrigation, il se démène donc avec ses seuls atouts de bretteurs en ayant le moins recours possible à ses pouvoirs. De son côté, Keller ne semble rencontrer aucun problème, comme d'habitude il libère son potentiel de plus en plus au fur et à mesure que le combat se poursuit et que son agressivité s'exacerbe, se fondant corps et âme dans l'affrontement.
    Le jeunot bondit en l'air, adoptant une posture que reconnaît son Maître, puis redescend en pique vrillée, toute lame devant. Cenovii est désormais trop lourd pour éviter cet assaut, il reste sur place et exécute la bonne parade au dernier moment en frappant la lame de Keller qui se ramasse sur deux mètres. La chute a été brutale, mais Keller est un coriace, il se relève et tente un lancé de sabre, Ceno pare le projectile avec sa propre lame, d'un grand coup en diagonal. Le padawan est déjà en pleine course, il récupère son arme par télékinésie et fonce sur son mentor pour ne lui laisser aucun répis. Les coups pleuvent, le grand Mando doit combattre de plus en plus sérieusement, augmentant toujours plus sa vivacité pour contenir Keller, mais il ne parvient toujours pas à agir sur ses midichloriens pour atténuer la souffrance due à l'usage excessif de son pouvoir de vitesse.
    Nouveau coup horizontal d'une grande envergure de la part de Cenovii, Keller parvient à sauter par dessus son Maître, il atterrit trois mètres derrière lui et prépare une poussée de Force. Le Mando-Jedi connait bien son élève et lance lui aussi une poussée de Force en faisant volte face. Les deux puissances se rencontrent mais aucune ne prend le dessus sur l'autre. Alors Keller augmente l'intensité de sa projection en pliant la Force à sa volonté, Ceno résiste tant bien que mal en puisant dans ses ressources. Les deux Jedi grimacent, ils sont au summum de leur pouvoir quand, tout à coup, une explosion de Force les projette tous deux en arrière. Le Coruscantii effectue un salto pour se réceptionner, de l'autre côté le Mandalorien manque de réactivité à cause de ses muscles endoloris, il finit par s'écraser à terre.
    Ceno se redresse péniblement sur un genou, il lui est devenu impossible de contrôler sa douleur. Finalement il met un terme au combat avant que Keller, qui se précipitait déjà sur lui, ne s'excite trop.


    Ceno - Stop, stop... ça ira comme ça.

    L'assaillant freine son attaque à deux pas de son Maître. Il lui faut un petit instant pour reprendre son calme... Il range finalement son sabre laser avec un air satisfait.


    Keller - Déjà fatigué? On dirait bien que vous aviez raison, je suis devenu plus fort que vous.
    Ceno - Haha... Ne te surestime pas trop... Je n'ai pas utilisé le tiers de mes ressources.

    Le Padawan sourit et aide son Maître à se relever. Le Mando-Jedi est vraiment perplexe : malgré le côté amical de ce duel, il ne pensait pas s'être autant affaibli... C'est comme si ses dernières heures de sommeil n'avait servi à rien, car le voilà de nouveau aussi épuisé que la veille. Jorus s'approche des deux protagonistes avec un air grave.

    Ceno - C'est ce que je voulais vous montrer, Maître... La Force est déséquilibrée, le Côté Obscur s'est renforcé et le Côté Lumineux est voilé. Je dois m'en remettre à mon armure et à mes implants pour suppléer certains pouvoirs, je n'arrive même plus à contrôler mes influx nerveux. Si Kaarde a pu se faire influencer aussi aisément, je pense que c'est également à cause de ce nouveau rapport de Force. Le fait que Keller et Kiad ne soient pas affectés constituent un autre indice. Nous avons été imprudents... Nous devons prendre ce problème très au sérieux, en faire notre priorité.
    Jorus - J'ai compris ton inquiétude, Ceno. Nous ferons tout pour rétablir l'équilibre.
    Ceno - Merci de m'avoir accordé un peu de votre temps. Je crois que Tyria souhaite vous voir, aussi je vous libère. Votre programme s'annonce chargé, que la Force soit avec vous.

    Ils se saluent d'un hochement de tête très protocolaire et le nouveau Grand Maître de l'Ordre s'en retourne dans les étages du Temple Jedi, vers la salle du Conseil. De son côté Cenovii regarde Keller avec un drôle d'air. Il se peut que les Jedi les moins vertueux aient finalement un rôle d'une importance cruciale à jouer, cela laisse notre Mando-Jedi songeur. Son Padawan le ramène sur terre.

    Keller - Maître ? On continue le combat ?
    Ceno - Hum, une prochaine fois peut-être... Je dois contacter Kiad.

    Il quitte la salle devant un Padawan dépité et s'en va appeler son vieil ami le Jedi Gris, pour lui annoncer la nouvelle de l'acceptation de sa fille au sein de l'Ordre Jedi. Un peu plus tard, Kinsa annonce à son Maître que la famille de Freyler, son ami de Sundari, a subit une attaque des Death Watch. Il ne faut pas longtemps pour que Mandalore lui-même n'entre en contact avec Ceno.


    Ce message a été modifié par Bencenovii le samedi 21 novembre 2015 - 17:10

    vendredi 20 novembre 2015 - 18:16 Modification Admin Permalien

  • PSW


Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...


Evénements

Star Wars Celebration Europe 2023

07 avril 2023 - 10 avril 2023

Celebration

Encyclopédie

  • Imperial Customs Frigate --- L’Imperial Custom Frigate (frégate douanière impériale) construit par Rendili Star Drive est le vaisseau douanier standard de l’Empire. (Vaisseaux - Vaisseaux auxiliaires)
  • MT/191 --- Les MT/191 ont été construits pour l’Empire par Meller and Dax comme transporteur léger de troupes et vaisseau de débarquement, mais sont également utilisés comme transports légers rapide de marchandise intra-système. (Vaisseaux - Transports)
  • Secteur Senex --- Le Secteur Senex est situé dans le Quadrant Ninth, à proximité du secteur Juvex, et ses principales planètes sont les planètes du système Senex, mais aussi Karfeddion, Veron, Mussubir, et en périphérie, les planètes de Yetoom et de Belsavis. (Planètes & Lieux - Secteurs)
  • Cantina de Mos Eisley --- Elle se situe à Mos Eisley, c’est là le principal « centre des affaires » et lien qui relie la planète Tatooïne au reste de la galaxie. (Planètes & Lieux - Bâtiments)
  • Campagne du Grand Amiral Thrawn --- Comment Thrawn faillit vaincre la Nouvelle République... (Evénements & Histoires - Campagnes)

PSW v8 - Mentions Légales - Vos choix de cookies - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2022 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide