Le Temple Jedi 6 (page 45)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    17321 Crédits Modo

    Nous étions condamnés.
    Face à moi et Jorus, les restes encore fumants de l’hyperdrive du Chu’Unthor. Que restait-il à faire ? Évacuer ? Avec la flotte de la République dehors c’était presque du suicide, mais c’était peut-être préférable à rester coincés à bord avec les cracheurs d’acide.
    Mon comlink me signala l’arrivée d’une communication longue portée. Ange donnait enfin des nouvelles, et elles allaient me glacer le sang.

    Ange (comlink). - Jorus est avec moi. État stable pour le moment mais très faible. Mara garde un œil sur lui. Il a été séquestré pendant de longues semaines. Au Temple. Au fond d’un placard dans sa chambre. Peut-être plus. Il souffre de sous-nutrition et de déshydratation. Je le ramène sur Myrkr.

    Jorus séquestré sur Coruscant et reconnu par Ange… or je me trouvais en ce moment-même seul avec l’autre, celui qui s’était joué de nous, dans la salle des machines du Chu’Unthor. J’étais isolé avec l’être qui m’avait fait tuer Gaïus Mahan, celui qui avait usurpé l’identité de Tyria pour me transformer en fugitif... Il me fallut toute ma force de volonté pour ne pas écraser le comlink dans ma main et me jeter sur "Jorus" avec mon sabre laser.

    Moi (rage contenue). - Ça explique beaucoup de choses.
    Ange (comlink). - Oui, beaucoup. On se retrouve sur Myrkr mais avant, si tu retrouves ce fils de Hutt de Change-peau, fous-lui la raclée de sa vie pour moi et récupère le Crédit Corellien que Jorus portait au cou, j’y tiens... Que la Force soit avec toi.
    Moi. - Avec toi aussi, Ange.
    Jorus. - Tiens, c’était mon ancien maître ? Qu’est-ce qu’elle dev… ?

    Première chose à faire : récupérer le crédit corellien du vrai Jorus, que cet enfoiré porte autour du cou. La petite pièce et sa lanière s’envolèrent en une fraction de seconde pour venir atterrir dans le creux de ma main.
    J’allumai aussitôt mon sabre laser et en pointai la lame vers l’imposteur. Je ne devais lui laisser aucune chance !

    Jorus. - Kaarde, qu’est-ce qui te prend ?
    Moi. - Qui es-tu ?
    Jorus. - Mais enfin, je suis Jorus ! Je suis…
    Moi. - Tu ne m’auras pas une troisième fois, ordure ! Le VRAI Jorus est sur Coruscant, dans un sale état à cause de toi !

    L’immense sourire sadique qu’il afficha acheva de me convaincre qu’il ne pouvait être le vrai Jorus. Cet immense sourire carnassier déforma brièvement son visage, un trait qui me semblait typique des clawdites.

    Jorus. - Oh… alors il a survécu ?
    Moi. - QUI ES-TU ?
    Jorus. - En général je ne laisse personne se souvenir de moi… mais toi,… mon lapin… tu peux m’appeler Dark Vicious.

    Aynor arriva alors, et ce gredin de Dark Vicious ne perdit pas de temps pour rentrer de nouveau dans son rôle.

    Vicous Jorus. - Aynor, fais attention ! Kaarde est devenu fou, il me prend pour un Seigneur Sith !

    Maintenant que je voyais clair dans son jeu, je devais le reconnaître, il était ahurissant de réalisme dans son imitation. Pas étonnant qu’il nous ait tous bernés !
    Aynor prit son sabre laser sans l’allumer et leva une main rassurante vers moi.

    Aynor. - Kaarde… Écoute-moi… ce n’est pas le moment de craquer. Tu vas cesser de menacer Jorus et...
    Moi. - C’est LUI, le saboteur ! Ce n’est même pas Jorus, c’est le clawdite qui a déjà imité Mirax et Tyria ! C’est un Sith, Aynor !
    Jorus. - Qu’est-ce que je disais ! Kaarde, la situation t’a rendu paranoïaque, tu…
    Moi. - Ferme-la, toi ! Maintenant que je suis sur mes gardes tu ne me tromperas plus… Aynor, souviens-toi, en 158… toi, Jadden, Yota et moi, nous pourchassions Dark Belfor dans les forges stellaires de Rakata Prime…

    À mesure que je livrais des détails Aynor comprit où je voulais en venir. Je l’avais déjà convaincue que je n’étais pas l’imposteur et que j’avais encore toute ma tête. À son tour elle passa en mode interrogatoire.

    Aynor. - Où est le vrai Jorus, si celui-ci est le change-peau ?
    Moi. - Il l’a séquestré sur Coruscant pendant des semaines, et Ange est en train de l’évacuer. Au fait, je te présente Dark Vicious.
    Aynor. - Jorus, la dernière fois que je suis venue te voir sur Ondéron et que tu m’as fait part de tes craintes quant à l’affaiblissement de la Force… qu’est-ce que je t’ai dit pour te remontrer le moral ? Les mots exacts, je te prie.

    Dark Vicious n’hésita pas. Il avait compris qu’il allait être coincé. Il plaqua Aynor contre une cloison avec la Force et tenta de me faucher les jambes avec le sabre de Jorus. Tout ça à une vitesse ahurissante !
    J’eus à peine le temps de faire un bond en arrière, il essaya aussitôt une fente vers mon visage, que je déviais de justesse et qui laissa une brûlure contre ma joue. La lame verte d’Aynor se joignit au combat. Vicious se contenta de parer et bondit sur un balcon qui surplombait la salle des machines en nous adressant un grand sourire.

    Dark Vicious. - Dommage, je commençais à peine à m’amuser, mais ça va bientôt grouiller de shaax, ici.
    Aynor. - Des shaax ?
    Dark Vicious. - J’ai été heureux de vous connaître, mes chers amis, mais il est temps de se dire adieu car vos longues vies touchent à leurs fin !  Bye bye, mon lapin !

    Et il disparut.

    Moi. - Ses mouvements de combat sont incroyablement précis et efficaces.
    Aynor. - Il faut le poursuivre !
    Moi. - Nous avons plus important à faire. Le Chu’Unthor est perdu, et nous devons…
    Aynor. - Non, tu ne comprends pas ! J’ai fait une terrible erreur ! J’ai demandé à Weedge de confier le sabre de Mirax à Jorus. S’il l’a fait…
    Moi. - … alors Vicious va quitter le Chu’Unthor avec notre seule chance de rétablir la Force… Mille vornskrs ! J’aurais dû penser à ça, au lieu de lui reprendre le crédit corellien !

    Je me précipitai à un tableau de commande et y branchai mon comlink.

    Aynor. - Il a un désavantage, désormais. Il est grillé en tant que Jorus et porte ses vêtements.
    Moi. - Ses habits sont peut-être un holo généré par un système de camouflage. Plusieurs assassins clawdites ont recours à ça. Je sonne l’alerte générale… encore.
    Aynor. - N’oublies pas, il faut attraper Vicious et seulement ensuite donner l’ordre d’évacuation. Moi je  vais demander à Weedge, pour le sabre.
    Moi (au vaisseau entier). - Kaarde Naberry à tous les Jedi ! Écoutez attentivement, le saboteur a été identifié, il s’agit d’un Seigneur Sith clawdite ayant usurpé l’identité de Maître Jorus Beku’n ! Ordre de l’arrêter à tout prix et de récupérer le sabre de Mirax Terrik qu’il porte sur lui ! Il est puissant et peut prendre l’apparence de n’importe quel Jedi, aussi restez réunis en groupes de deux minimum, et ne vous frottez pas à lui tout seul !



    dimanche 30 octobre 2016 - 14:44 Modification Admin Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6493 Crédits

    Kaarde (sur les hauts parleurs) :  Kaarde Naberry à tous les Jedi ! Écoutez attentivement, le saboteur a été identifié, il s’agit d’un Seigneur Sith clawdite ayant usurpé l’identité de Maître Jorus Beku’n ! Ordre de l’arrêter à tout prix et de récupérer le sabre de Mirax Terrik qu’il porte sur lui ! Il est puissant et peut prendre l’apparence de n’importe quel Jedi, aussi restez réunis en groupes de deux minimums, et ne vous frottez pas à lui tout seul !
    Moi : M**de! Le Sabre de M’man!
    Je me retourne, me dirige vers la coursive, laissant là les autres Jedi se préparant au combat contre les monstres.
    Mon comlink bippe. Fréquence personnelle. Mon Maître.
    Aynor : Ou est tu ?
    Moi : Hangar principal, au niveau 4. Je me dirige vers…
    Aynor : Arrête-toi. Reste où tu es. Je te rejoins. Plonge dans la Force. Cherche le sabre de ta mère. Utilise ton cristal et connecte les deux cristaux entre eux. On doit le retrouver. Et pour ça, j’ai besoin de toi, et de ton cristal.
    Moi : D’accord. Je serai dans l’entrepôt 4-B01Z – ou j’ai mis on avant-poste médical.
    Aynor : Bien. N’utilise pas Nema. Il est surement au courant.
    Moi : Bien maitre.
    J’entre dans l’entrepôt. Je me pose dans un coin, visible de la porte. Je plonge dans la Force aussi vite que possible.
    L’exercice est ardu, étendre mes perceptions sur une zone si grande, avec la Force dans cet état est difficile. Je réfléchi un instant. J’aurais tant besoin du sabre de Mirax lui-même pour cet épreuve…
    Eureka!
    Voilà la solution. Cherchons l’endroit ou les perceptions sont le plus clair. Dans une certaine zone autour du sabre de Mirax, la Force lumineuse sera plus claire, plus précise. Je dois me focaliser là-dessus.
    Je fais le clair dans mon esprit, et cherche cette zone plus lumineuse dans le gris de ma perception actuelle du vaisseau. Cela reste difficile, avec les monstres proches dans le combat qui commence dans le hangar derrière le mur…
    Soudainement, Aynor arrive.
    Aynor : Ah, Weedge, tu es là.
    Moi : Maître, j’ai besoin de votre énergie, à nous deux on sera plus à même de focaliser ou il se trouve…
    Aynor arrive vers moi, se place derrière moi.
    Alors arrive une Autre Aynor!
    Aynor : Weedge, attention!
    La fausse Aynor m’attrape dans le dos, me vole mon sabre, m’enserre la gorge avec son bras, et active un sabre devant moi de son autre bras. Elle m’étrangle !
    Vicious Aynor : Je savais que vous tenteriez de me trouver avec ce petit imbécile…
    Vicious Aynor se prépare alors à me briser la nuque et à m’utiliser comme bouclier-zabrak…

    Help!

    Ce message a été modifié par ProjetT le dimanche 30 octobre 2016 - 23:25

    dimanche 30 octobre 2016 - 18:52 Modification Admin Permalien

  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    15574 Crédits

    Misère de misère, je déteste celui ou celle qui a inventé ces cracheurs d’acides ! Au même moment où la dernière vague de soldats vient de battre en retraite dans leurs navettes, à cause de perte de réserves de munitions, il fallait que l’on tombe sur l’un eux comme prochain adversaire. Le bestiau se dirige vers nous, courant comme tel un fauve en chasse, et nous sommes sa proie.
    Après un joli juron lancé par Kinsa, nous nous élançons en arrière et courons de toutes nos forces pour atteindre les barricades de nos camarades. Nous tournons à côté d’une aile de vaisseau puis sautons par-dessus les murets de défense Républicains (abandonnés) pour foncer tout droit vers les nôtres. C’est là, dans une panique constante, que dans ma course je me mets à hurler aux autres.

    Moi : - Cracheur d’acide en approche ! Cracheur d’acide en approche !

    Au loin, je vois sur certains visages du doute et de l’étonnement, voire de la perturbation à mon comportement. Seulement, ils ne comprennent mieux ce qui nous arrive qu’au moment où le monstre franchit les murets derrière nous et il nous poursuit. Le Pantoran est plus réactif que les autres et tend un pistoblaster vers notre poursuivant, tire plusieurs salves sur lui et d’autres rejoignent le mouvement avec leurs armes de tir. Tandis que le groupe Jedi tire, Kinsa et moi nous efforçons d’esquiver chaque salve et de ne pas se faire toucher. Seul le cracheur d’acide se prend les tirs, ce qui l’oblige à ralentir dans son élan à plusieurs reprises. Arrivée en première aux barricades, la jeune twi’lek mando passe de l’autre côté et se prépare à prendre part aux fusillades. Je franchis à mon tour le muret de protection puis se colle contre pour respirer de grandes bouffées d’air.

    Moi : - Il va nous sauter dessus ! Faut pas rester sur place !
    Kinsa : - Galen a raison. Il faut qu’on l’entoure pour avoir plus de chance de l’affronter.
    Pantoran : - Dans ce cas, préparons-nous à l’accueillir pour le combattre. En position !

    Le souffle récupéré, je fonce entre les autres pour aller trouver Weedge et Eckmül, avec Reyn et R1. Et heureusement, la place se vide peu à peu pour laisser un grand espace en cercle et j’atteins l’endroit en quelques secondes. La petite humaine se jette dans mes bras, je la prends avec moi et je la préviens de l’arrivée du cracheur. Reyn me suit jusqu’à un autre muret et se cache derrière ; par précaution, je prends sur une caisse une bure de moyenne taille pour lui donner, pour qu’elle se cache. R1 reste auprès d’elle et je retourne avec les autres, mon sabre en main.
    Le cracheur d’acide a bondit de l’autre côté de la première barricade et atterrit sur ses pattes, au beau milieu d’un cercle de plusieurs chevaliers Jedi. Il réagit alors comme un animal en danger, perturbé par tous ceux que nous sommes. La plupart d’entre nous sont armés de leurs sabres, lame allumée, et de blasters. Kinsa se positionne en hauteur grâce à son jet-pack. La lutte commence. Le cracheur attaque à l’aide de sa longue queue de tous côtés mais nous nous protégeons avec nos sabres. Certains passent à l’attaque et tentent de toucher sa solide carapace, malgré les coups de patte sournois. Kinsa, bien postée dans les airs, plane au-dessus de lui en assénant des coups de sabre ou de blaster. Eckmül profite de certaines attaques du monstre pour percer sa défense à coup de sabre. Quant à moi, je réalise une fois de plus ma tentative de rodéo, contre-attaquant avec mon sabre. Mais, au lieu de ça, je me prends en plein fouet la queue du cracheur qui m’envoie valser hors du cercle. Je suis propulsé vers le haut puis tombe lourdement, dérapant sur le sol lisse. J’ai les poumons en feu. Malgré cela je me relève et je souhaite reprendre mon combat. De là où je suis, je vois les chevaliers de dos qui reculent ou avancent vers le cracheur d’acide selon son comportement ; il est attaqué autant à terre que dans les airs et il devient de plus en plus agressif. Sa carapace ? À peine endommagée. Il nous faut l’éliminer au plus vite. Mais comment ?
    C’est là que je repense aux torpilles-plasma de l’Arrow que j’ai utilisé sur l’un d’eux. De gros dégâts, voilà ce qu’il faut. Sauf que je n’ai pas le temps de monter dans un vaisseau. Je me tourne vers les barricades ennemies et me dit qu’il y a sûrement quelque chose qui peut faire le poids. Je fonce là-bas, regarde autour et trouve au sol l’arme qu’il me faut : un lance-roquettes, modèle PLX-1. Je le saisis, le cale sur mon épaule droite et me dirige vers un endroit en hauteur. Je porte mon choix vers le toit d’une de nos navettes, que j’atteins en faisant un saut de Force. Je me poste ensuite pour pouvoir tirer sur le cracheur. Kinsa et les autres l’ont bien amoché mais sa carapace est encore intacte. Le viseur à l’œil et la Force à l’appel, je décide de porter le coup sur sa poitrine. Le monstre bouge beaucoup mais je suis patient.
    Enfin, il est face à moi, immobile. C’est le moment où jamais.

    Moi : - Attention ! Couchez-vous tous !

    Kinsa est la première à m’entendre et à me voir, fait passer le message puis s’écarte. Tous les autres se baissent au sol. J’appuie sur la détente. Une grosse détonation résonne de l’arme et un lourd mais rapide projectile en jaillit pour aller se loger dans le poitrail du cracheur. L’impact est si puissant que le bestiau est projeté contre le sol, roulant sur le dos. Conscient que ce n’est pas encore terminé, je recharge le lance-roquettes pour une nouvelle tentative. Au loin, je distingue le cracheur d’acide au sol… sur le dos… avec un grand trou à la poitrine. Sa carapace est percée !

    Kinsa : - Profitez-en pour le transpercer !

    Alors que tous se relèvent avec lenteur, le cracheur commence à se redresser. Dans l’urgence, je m’accroupis et me propulse dans les airs, l’arme à l’épaule. Kinsa lui lance un filet pour le clouer au sol dans sa position couchée et je peux l’avoir. Encore une fois, j’appuie sur la détente. Le lance-roquettes crache un nouvel obus, qui vient se loger pile droit dans le trou. Le projectile explose dans la chair à nue et le cracheur d’acide se meurt, les organes en bouillie. Une fois redescendu au sol, je constate que mon initiative à fonctionné. Tous les chevaliers autour crient de joie en voyant la bête vaincue, se serrant entre eux. Peu de blessés et aucune perte. Kinsa redescend des airs à son tour et me rejoint avec Eckmül.

    Eckmül : - C’est incroyable Galen ! On l’a eu ! On a encore vaincu un de ces monstres, et grâce à toi.
    Moi : - Je ne dirais pas ça Eckmül. Tous ici ont a contribué à vaincre ce cracheur et on le mérite tous.
    Kinsa : - D’où tu le sors ce lance-roquettes, au fait ?
    Moi : - Du camp adverse abandonné.

    Je dépose l’arme lourde au sol. Reyn, sortie de sa cachette avec R1, nous rejoint et s’accroche à moi. Puis le chevalier pantoran vient nous voir, la mine heureuse.

    Pantoran : - Bravo, padawan Arek. Votre action vient de nous sauver la mise. Utiliser un lance-roquettes contre un tel monstre, c’est du jamais vu.
    Moi : - Euh… une torpille-plasma aurait fait aussi l’affaire mais c’était plus rapide.
    Pantoran : - Maintenant, nous avons un autre problème. Le saboteur a été retrouvé.
    Kinsa : - Qui est-ce ?
    Pantoran : - Maître Jorus Beku-N.
    Eckmül : - Quoi ?
    Pantoran : - Enfin, d’après Maître Kaarde, ce serait quelqu’un qui ressemble à Maître Jorus.
    Moi : - Bon sang ! Le changeforme !

    Aussitôt, Kinsa, Eckmül et moi voyons que Weedge n’est plus là et nous nous lançons à sa recherche. Je laisse le lance-roquettes aux autres chevaliers pour la défense de l’évacuation. Nous nous retrouvons donc à être trois, plus Reyn et R1, sur la piste de notre camarade zabrak. Et mon instinct me dit qu’il s’est rendu dans un entrepôt dont il a sûrement l’occupation. Nous courons donc vers l’entrepôt 4-B01Z et nous arrivons… trop tard. Weedge est fait prisonnier, servant de bouclier vivant à une copie d’Aynor, qui tient un sabre-laser rouge en main, tandis que la vraie Aynor est pétrifiée d’horreur.

    Kinsa : Oh non ! Weedge !
    Moi : - Nom de Vador ! Le Changeforme !

    dimanche 30 octobre 2016 - 22:37 Modification Admin Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    27079 Crédits

    La confiance.

    Aussi loin qu’elle pouvait se le rappeler, Ange entretenait une relation malsaine avec le concept-même de confiance. La vie lui avait appris qu’entre de mauvaises mains, elle devenait un moyen aussi sûr qu’efficace de connaître le sentiment d’anéantissement. Sa propre expérience lui avait enseigné que déléguer un tel pouvoir à quelqu’un se retournerait contre vous et ne faisait que changer la poigne qui tenait le couteau. Du suicide, de l’inconscience, le nom n’avait au fond que peu d’importance.

    De surcroît, elle heurtait également l’un des principes fondamentaux qui régissait la vie de la Corellienne. Si prendre la fuite, dès lors où l’on effleurait la question du statut des émotions, s’avérait être la seule issue qu’elle connaissait, le seul salut possible, il n’en demeurait pas moins qu’Ange n’avait jamais fui la moindre responsabilité. Elle ne s’était jamais défilée puisqu’il était inacceptable – éthiquement parlant – de s’adonner à une telle couardise. De telles bassesses étaient évidemment proscrites voire condamnées par le code d’honneur qu’elle s’était fixée.

    Où se trouvait donc cette si tenue limite entre ce qui relevait du fait de renier ses responsabilités – ce qui fatalement conduisait à la naissance d’une inébranlable culpabilité – et laisser le choix à autrui d’engager la sienne par le truchement de cette confiance qu’on peut lui accorder ?

    Elle ne le savait, elle ne le savait dans des circonstances pareilles à celle d’aujourd’hui où le royaume sentimental de l’innommable se confrontait à celui, rationnel, de l’ancien chef d’une organisation démesurément vaste qui n’eut jamais de mal à déléguer.

    En cet instant, l’ancien Leader de la Guilde n’avait aucun mal à confier la vie de Jorus à Mara, bien plus compétence qu’elle dans tout ce qui relevait du médical. Toutefois, Ange, elle, supportait difficilement l’idée de ne pas s’assurer personnellement du bien-être de son ancien padawan et, par extension, de celui de Sarkin. Bien entendu, la solution qu’elle avait prise était la plus sage, elle n’en doutait pas mais elle se retrouvait, par dépit, à devoir faire confiance à Mara pour mener une mission qu’elle s’était confiée à elle-même et qui relevait ainsi de sa responsabilité.

    Entre d’autres termes, il s’agissait ici d’une confiance subie et non pas choisie, ce qui lui posait un sérieux problème.



    Le temps manquait néanmoins pour s’appesantir à de pareilles réflexions. Si Solo était dans l’incapacité de se figurer précisément l’auteur de cet infernal hurlement, ce cri strident et les descriptions que lui avait fait Mara ne lui présageaient qu’une confrontation à vous glacer le sang. Elle déglutit péniblement et évalua du mieux qu’elle le pouvait la situation qui se présentait à elle. Le seul avantage qu’elle se savait posséder était que cette créature ne semblait avoir nul autre but que de traquer les Jedi. Se sachant invisible dans la Force, elle estimait ainsi que ses chances d’être prise pour cible étaient bien moindres et qu’en masquant son odeur corporelle elle les diminuait davantage. Saluant son initiative d’avoir mis une combinaison intégrale afin de se prémunir de nouvelles blessures dans les égouts de Coruscant, elle s’enfonça alors jusqu’au cou dans cet immonde liquide visqueux qui suintait tout autour d’elle, luttant désespérément contre cette irrésistible envie de vomir. Elle se plaqua ensuite dans un léger renfoncement d’où elle pouvait tout de même apercevoir la bête et attendit les sens tous en alerte.

    Solo faisait tout ce qu’elle pouvait pour faire chuter son rythme cardiaque mais le bruit sourd des pas s’approchant d’elle semblait rendre son entreprise à néant. Quand elle entendit un nouveau beuglement suraigu et qu’elle commença à distinguer la massive silhouette obscure qui accourait dans sa direction, elle comprit qu’elle n’y parviendrait pas. Elle distingua un cauchemar de plus d’une mètre de hauteur dont les dents acérées étincelaient à la lueur verdâtre des lichens qui lézardaient sur les parois. Les griffes de l’animal lacéraient le sol à mesure où elle avançait, assurant ainsi à sa proie que même le plus infime des effleurements ne se ferait sans un geyser de sang. Elle ferma les yeux une fraction de secondes et ne put s’empêcher de penser à Mirax, Mirax dans la gueule effroyable monstre. Elle inspira douloureusement et se félicita d’avoir mis autant de distance qu’elle avait pu entre cette chose et ses compagnons d’infortune.

    Mais quelque chose n’allait pas.
    Quelque chose n’allait vraiment pas.
    La bête n’avait pas le moins du monde réfréné sa progression et s’évertuait à poursuivre son avancée dévastatrice dans la direction de la Corellienne qui n’avait pas bougé d’un iota. La distance entre ses crocs et le frêle corps de Solo s’amenuisait dangereusement. Désormais, Ange savait que la gueule n’était pas unique et qu’une puissante queue aiguisée comme une lame de rasoir terminait la créature.

    Quatre cents mètres.
    Trois cents mètres.
    Deux cents mètres.

    Elle me voit.

    A peine eut-elle établi ce constat qu’elle dégaina ses deux blasters et envoya toutes les salves qu’elle put. Son assaillant continua son ascension sans ciller. Afin d’éviter un contact frontal, elle se mit alors à courir, la bête sur ses talons rugissant d’excitation. A la vision terrifiante de ce qui la chassait se superposa une pensée qui la rassurait encore moins. Comment cette créature avait-elle pu la repérer ? Elle était invisible dans la Force, elle n’était pas Jedi, elle n’était rien… Plus tard, plus tard, la question attendrait si…

    Les cris étaient de plus en plus perçants.
    Le monstre se rapprochait de sa proie et s’agitait de plus en plus jusqu’au moment où Ange sentit une douleur aiguë se planter dans son dos et le mur lui heurter le visage. Un hurlement s’échappa de sa gorge tandis qu’elle s’empressait de rouler sur son dos meurtri quand le fouet acéré s’abattit à l’endroit où elle se trouvait quelques instants auparavant. Le souffle coupé, elle se redressa et alluma ses deux sabres lasers. Eclairée par une lueur jaune-argentée, Ange s’épouvanta à la vue de l’épaisse carapace qui recouvrait l’intégralité du monstre et estima que ses chances de survie étaient sans doute inexistantes.

    La bête s’élança de nouveau dans sa direction, gueule béante. Ange effectua une roulade sur le côté et un saut périlleux avant au moment de sa réception, ayant entrevu une des immenses pattes crochues balayer son espace vital. Elle mit sa première lame en position de garde tandis que, d’un couronné extérieur, elle s’évertua à toucher la patte que l’autre venait de reposer. La lame jaune ne fit presqu’aucun dommage, glissant contre la cuirasse de l’animal qui ne perdit pas une seconde à envoyer un puissant coup de queue vers le visage meurtri de la Corellienne. Elle para l’attaque en élevant la lueur argentée en amont de son cuir chevelu, la repoussa, éteignit brièvement ses deux armes, exécuta une nouvelle roulade, rebondit sur ses jambes et, s’élançant de toutes ses forces, tenta de percer la carapace du monstre d’un coup d’estoc donné de concert.

    L’animal infernal poussa un cri effroyable, informant ainsi Solo que le coup n’avait pas été vain bien que ses deux lames ne soient parvenues qu’à laisser une mince empreinte sur le corps noirâtre de la créature. Ange para un nouveau coup de queue et esquiva deux ou trois attaques de la bête. A son tour, elle tâcha de porter ses coups, y parvint mais ne trouva nulle faille sur le corps de son ennemi. Elle tenta alors d’enfoncer de nouveau l’un de ses sabres-laser dans la blessure qu’elle était parvenue à lui causer. Ainsi, elle adopta une posture plus offensive, délaissant ainsi les pas des préceptes du Soresu qu’elle pouvait toujours exécuter sans la Force, basée sur la Forme V. Bien moins rapide que lorsqu’elle était Maître d’Armes puisqu’elle se refusait toujours de se reconnecter à la Force, Ange parvint toutefois à assener furtivement plusieurs coups à l’animal afin de détourner son attention. Exposant volontairement son flanc gauche à la créature, Ange attendit le dernier moment pour agir. Et quand elle s’évertua à la griffer de sa patte droite, Solo fit un mouvement de retrait et enchaîna avec une volte qui se termina au moment où son pied droit prit appui sur ladite patte. Elle s’élança alors, leva sa lame et l’abattit verticalement dans la blessure désormais béante.

    Nouvel hurlement.

    Ange se réceptionna tant bien que mal et évalua les minces dégâts qu’elle venait de causer. Un brin défaitiste, elle jugea que la fuite était vraisemblablement la seule solution viable pour ne pas mourir ici. Prenant autant de distance possible avec l’animal, elle recula, se positionna en dessous de la paroi la plus basse de l’égout et actionna le second bouton de son sabre laser. La lame argentée changea alors de couleur et doubla de longueur. Sans hésiter, Ange l’enfonça contre le mur qui ne tarda guère à s’effondrer mettant ainsi une limite aussi solide que respectable entre elle et le chasseur.

    Elle fit alors quelques pas et entendit un cri encore plus terrifiant par-delà l’éboulement. Sur ses gardes, elle recula légèrement et ne perdit pas de temps à constater l’impuissance ou non de la créature. Elle prit ses jambes à son cou au moment où se dégageait une odeur abominable. Elle hasarda un coup d’œil. De l’acide. Elle se souvint alors de ce que lui avait dit Mara quand elle l’avait aidé à s’échapper quelques jours auparavant. Jurant intérieurement, elle remonta le chemin qui la séparait de l’endroit par où elle s’était précédemment infiltrée dans le Temple. Vu les dimensions de la créature, Ange estima que même si elle parvenait à la suivre, elle serait au moins ralenti par son corps imposant, corps qui l’obligerait à s’aménager une voie plus large.

    Aussi rapidement qu’elle le put, Ange remonta le labyrinthe méphitique. Son taux s’adrénaline retomba légèrement et elle commença à ressentir pleinement la douleur qui lui barrait le dos. Elle hasarda un de ses doigts dans la plaie et constata que la première phalange s’enfonçait dans la chaire molle sans mal. Un bref mouvement d’effroi se saisit d’elle. Elle le repoussa et continua son ascension encore plus alarmée par la bête qu’elle savait désormais à quelques mètres d’elle. Elle monta encore de deux niveaux et glissa alors sa tête dans l’ouverture forée dans les sanitaires du Temple. A bout de force, elle se hissa en s’aidant de ses coudes, bascula le poids de son corps et glissa la totalité de son corps sur le sol.

    Alors, elle se retourna.
    Une cascade de débris, de poussière et de déchets fumigèrent la pièce. La créature venait à son tour de rejoindre la surface, faisant voler en éclat le système de canalisation du lieu. Un gigantesque geyser d’eau inonda la pièce de toutes parts lavant au passage le corps jusqu’alors maculé de la Corellienne. Quelques gouttes d’acide perlaient encore non loin des crocs de la créature qui avalèrent le sol dès lors où elles entrèrent en contact avec lui.

    Solo se redressa.
    La queue de l’animal s’éleva.
    Elle se retourna.
    Son pied, encore encrassé par la boue, glissa sur le sol ruisselant.
    Ange tomba la tête la première et n’eut le temps que de se mettre sur le dos quand elle sentit un corps étranger s’enfoncer dans ses entrailles. Elle se mit à crier à pleins poumons et, dans un geste désespéré, alluma son sabre laser. D’un leste mouvement du poignet, elle obligea la créature à retirer la pointe acérée de sa queue. L’extraction fut encore plus douloureuse. Elle lâcha un second hurlement quand elle comprit qu’on lui répondait.

    Une autre créature.
    Un piège.
    Des garces intelligentes.

    Sa vue commença à se brouiller.
    Un goût qu’elle ne connaissait que trop bien lui monta dans la gorge.
    Elle cracha le liquide rougeâtre et appuya aussi fort qu’elle le put sur la plaie béante.

    Désemparée, Ange décida de tenter le tout pour le tout.
    Quand la gueule de la créature fut suffisamment près de son visage pour sentir le souffre pestilentielle qu’elle dégageait, elle décupla une nouvelle fois la taille de son sabre-laser. La lame devenue dorée s’enfonça alors dans la gueule de la bestiole. A son tour de hurler sa douleur. La bête recula, vacilla et s’affaissa. Néanmoins, la satisfaction d’avoir abattu une créature de cauchemar n’eut pas le temps de parvenir à son esprit qu’un second monstre s’avançait dans sa direction. L’idée de répéter la même expérience ne se présenta pas non plus. Epuisée, la poigne exercée par la Corellienne sur son manche n’était plus aussi assurée et, d’un puissant coup maitrisé de sa queue, la créature balaya l’arme de ses mains. Un cri perçant retentit et les rangées de crocs s’orientèrent vers le corps presque inerte de Solo.

    Pas maintenant.
    Pas comme ça.


    Si Ange s’apprêtait à abandonner la lutte contre cet état léthargique qui n’avait de cesse de l’envelopper, elle distingua toutefois, malgré sa vue de plus en plus brouillée, un flot continu de gravats pleuvoir sur la créature. Une partie de ce qui fut jadis le plafond de cet étage se détacha alors et emporta son assaillant. Ses paupières, devenues plus lourdes, se fermaient sensiblement lorsqu’une ombre s’approcha d’elle. Elle se sentit devenir étrangère à elle-même, s’éloignant de cette voix qui semblait s’adresser à elle.

    Un choc frontal.
    Elle s’obligea à les ouvrir et aperçut alors ce visage qu’elle n’aurait jamais cru revoir.

    Gunnar, visiblement soucieux : Mon ange, c’est vraiment pas le moment de t’endormir !
    Ange, crachant une nouvelle salve de sang : Je t’ai déjà dit de ne pas m’appeler comme ça !
    Gunnar, souriant faiblement : Tu peux te lever ?

    Ange répondit par un signe négatif de la tête et se retrouva de nouveau à lutter contre le sommeil.


    mardi 01 novembre 2016 - 01:36 Modification Admin Permalien

  • Avatar waren

    waren

    15400 Crédits

    Lieu : Espace Impérial, Amas de Kkorch..

    Le Main écarlate flottait en formation au coté de ses nouveaux frères impériaux, le Vaillant et le Paladin, pour sa première phase de vol. Selon le commandant il était opérationnel et les simulations précédentes le confortait, restait à passer à la phase deux, un simple saut en hyperespace à court portée afin de tester les moteurs subliminiques. Mais le capitaine fut interrompu par une enseigne rodienne. Une transmission cryptée avait été capté depuis Coruscant, priorité Opale-trois-trois-zero, un ancien code utilisé par les agents dormants au sénat galactique.  Il activa la lecture du databloc et fut surpris par le contenu. Au même instant, l'Empereur entrait sur la passerelle avec Jarvis Musselier et Nishta Rance, pour voir à quoi ressemblait cette dernière. L'ancien guildeur remarqua que le capitaine le fixait et se rapprocha, il vit le databloc qui lui fut donné, puis il le donna à ses deux autres adjoints en soupirant.

    "Dégagez-moi une zone afin que je puisse discuter avec cet agent sur Corruscant, je veut une transmission correct, détruisez chaque astéroïdes qui pourrait perturber la conversation."

    "Vous avez entendu, tous les tests sont suspendus, canons ioniques armés."

    L'Empereur Horn se dirigea vers la table holographique la plus proche, pianota une série de chiffres, puis la silhouette cachée d'un Bothan apparu.

    "Que se passe t'il Drask ? Je vous manque tant que cela sur Corruscant ?"

    "Non, je voulais vous informer que la nouvelle république est en train de suivre les traces de l'ancien empire, le
    sénat n'a pas voté l'action contre les Jedi et pourtant l'armée les a anéanti.. Le temple Jedi est bouclé par la police."

    "Qu'en pensent nos alliés Vongs ou la Famille royal Hapés, ce serait une trahison de Sâtski, vous avez plus d'Informations ??"

    "Du coté des Abominors, rien n'as filtrer, j’attends l'opinion de l’ambassadeur Chiss."

    "Je m'en occupe, retournez à vos fonctions, Terminé."

    mardi 01 novembre 2016 - 13:07 Modification Admin Permalien

  • PSW
  • Avatar Dark-Spencer

    Dark-Spencer

    2500 Crédits

    Spencer pénètre dans l'antre du Nécromancien avec un sac au contenu inconnu. Cha Naman, assis sur son vieux trône de pierre, semble interloqué.

    La Momie - Votre voyage a t-il été fructueux?
    Spencer - Ca fait aller... Moyen-bof quoi.

    Le Cathar plisse un sourcil, lève le menton et jette le sac vers Cha Naman. Ce dernier s'en saisi au vol et le retourne. Une chose en tombe, cogne le sol et roule jusqu'à ses pieds. Ce "truc" visiblement organique et visqueux, c'est une tête, une tête de monstre, un monstre hideux. La Momie se redresse, recule, puis, d'un geste il ordonne à ses sbires de virer ça. Kolar et Tiin trouvent cette tâche répugnante, ils obtempèrent bien malgré eux...

    Spencer - C'est quoi ça?
    La Momie - Seigneur Spencer, s'il est vrai que je sais un certain nombre de choses je ne suis pas au courant de tout, j'ignore ce qu'est cette créature.
    Spencer - FFFrrrrr! Elle nous est tombée dessus à l'académie des Jedi! Elle nous volait nos proies!
    La Momie - Dois-je comprendre qu'elle attaquait aussi les Jedi?
    Spencer - OH, mais c'est bien, j'vois que je n'ai pas besoin d'te faire un dessin!
    Shae Vizla - Elle les chassait, comme attirée par eux. Ensuite elle a cherché à assouvir son féroce appétit sur Dark Spencer.
    Spencer - Elle avait dés lors déjà perdu la tête, GnAhAhAh!
    Fisto - ... Si nous n'avions pas été là pour nous sacrifier en vous défendant, ça n'aurait pas été la même histoire.
    Spencer - Faites taire ce poulpe avant que je lui arrache ses lekkus...
    La Momie - Ces créatures renifleuses sont en lien avec l'attaque de la République sur les Jedi. Leur affrontement ne peut que servir nos desseins. Soyons patients et observons-les se détruire mutuellement.
    Spencer - Oui oui, écoute mon grand, ton programme a l'air génial mais perso ça me botte pas des masses, alors reste dans ta grotte pour l'éternité si ça te chante, moi je vais aviser... Tu m'avais dis que tu savais des choses sur les "autres", mais la vérité tu sais que dalle! Gnrrr! Je trouverai mes réponses ailleurs.
    La Momie - Soit, je ne peux pas vous retenir, Seigneur Spencer, je n'ai pas la même emprise sur les vivants que sur les morts. Mais si vous partez, je ferai disparaître Shae Vizla à jamais.
    Shae - Heu... Pardon?
    Spencer - Gnnrrr! Tu crois que tu peux te jouer de moi? J'emmène Shae avec moi! Si jamais tu la fais disparaître, je te détruirai!

    Les Undeads activent leur sabre laser. Spencer dégaine sa lame Krath.

    Spencer - C'est ça faites les marioles! J'ai relevé vos points faibles, vous n'avez aucune chance contre moi, je vous en prie allez-y, VENEZ!!

    Atris échange un regard avec Nihl puis avec la Momie... Le Sith a-t-il vraiment trouvé une faille ou est-ce du bluff? Comment ose-t-il s'opposer à tous les Undeads en même temps ? Devant tant d'audace, Cha Naman éclate de rire:

    La Momie - HaHaHa! Seigneur Spencer, puisque vous y tenez tant, partez et emmenez Shae Vizla avec vous. Je vous l'offre en compensation de vos bons et loyaux services.
    Spencer - Sage décision, vieille charogne!

    La brute poilue rengaine sa lame, se retourne et s'en va en prenant un malin plaisir à provoquer outrageusement ces ex-compagnons d'armes ; insanités, insultes, gestes obscènes et déplacés, tout y passe. Il franchit finalement le seuil de la caverne, suivi par Shae, qui n'a bronché mots de la scène et le suit sans rechigner.


    Là, le long du chemin, Dark Spencer, curieusement, se sent bien. Ce chemin où il n'y a ni cadavres ni sang, ce chemin où il n'y a nul cri d'effroie, ni douleur ni pleures, ce chemin sans même une subtile odeur de viande fraîchement déniapée... Sur ce chemin, le fauve allumé des étages supérieurs ressent un troublant bien-être.


    Sans s’en rendre compte, dans sa quête, c'est quand il cessa de chercher qu'il trouva.
    Il regarde un instant sa conquête, Shae Vizla, qu'il continuera de martyriser et de traiter comme une esclave, qu’il n’aura de cesse de tuer avant qu'elle ne renaisse, encore et encore, parce-que c'est comme ça... qu'il Aime.


    Ce message a été modifié par Dark-Spencer le mercredi 02 novembre 2016 - 15:37

    mercredi 02 novembre 2016 - 15:28 Modification Admin Permalien

  • Avatar Aynor

    Aynor

    9863 Crédits

    #Entrepôt 4-B01Z, à bord du Chu'Unthor


    Mon regard devenu aussi froid et dur que le duracier ne décrochait pas de la silhouette ô combien familière qui me faisait face. Passé le trouble de la confrontation, mon adversaire m'apparut dans sa vérité nue, débarrassée de tout mensonge.

    Aynor – La seule issue passe par moi.
    Vicious – Ce serait un plaisir de passer par toi et tes entrailles.

    Je ne doutai pas un seul instant de la véracité de ce désir malsain en parfait accord avec son nom. A ce même instant arrivèrent derrière moi Kinsa, Galen et Eckmül, accompagnés de R1 et de la petite Reyn. Pour tout dire cela ne tombait pas à pic. Les plus téméraires, Kinsa et Galen, se portèrent à ma hauteur.

    Galen – Hey toi le copieur, lâche notre ami et achète toi une personnalité !
    Vicious – Ouuuh, je suis trop cassé.

    Kinsa tourna sa tête vers moi et je lu dans son regard la même résolution que dans celui de Galen.

    Kinsa –
    On est assez nombreux pour le battre !
    Aynor – Vous devriez surtout mettre à l'abris la petite.
    Galen – Pas question, on reste avec toi.

    Cet invraisemblable entêtement, bon sang ! Je jetai un regard entendu à Eckmül qui balança sur son épaule la jeune humaine sous ses protestations et il sortit de l'entrepôt au trot. Je comptai sur lui également pour avertir Kaarde qui ne tarderai pas à venir nous prêter main forte, ce dont nous aurions grand besoin.

    Vicious – C'est attendrissant. Bon ben voilà plus de tripes à éparpiller pour gagner la sortie.
    Aynor – Prends moi en otage à sa place.

    Toujours ce rire si détestable et capable de faire craquer les Maître Jedi les plus zen.
    Ma jauge de patience arrivait à expiration et nos options peu nombreuses nous forceraient à l'audace. A côtés de moi Kinsa et Galen, je le sentais, refrénaient leur envie d'en découdre. Mon aura de Force caressa la leur en signe, non d'apaisemen, d'accord.

    Vicious – Ce serait stupide. Et je ne le suis pas.
    Aynor – J'ai bien envie de céder à la stupidité.

    Par le lien qui m'unissait à eux, les jeunes Jedi sentirent que le moment était venu.
    Mes deux mains se placèrent devant moi avec suffisamment de promptitude pour surprendre les sens aiguisés du Sith et j'étendis jusqu'à lui mon contrôle sur la Force qui vint enserrer ses deux prétendus lekkus dont la piètre tentative de reproduction des miens ne pourrait tromper aucun twi'lek de goût. D'une forte constriction je les tirai alors vigoureusement en arrière, causant j'en étais certaine une grande douleur, ce qui perturba sa propre emprise sur le jeune zabrak. Tout se passa très vite. Galen et Kinsa s'étaient déjà propulsés dans les airs sabre au clair. Le sourire se transforma en grimace et son ire projeta son essence maléfique jusqu'à moi. Je le sentis frapper à la porte de mon esprit et tenter de passer ma barrière mentale. Lorsque enfin il échappa à mon pouvoir, il n'eut d'autre choix que de bondir en arrière pour éviter la mort promise et sa réponse ne se fit pas attendre. Sa forme changea aussitôt pour prendre celle de Galen et il fondit sur les deux Jedi impétueux à la vitesse de l'éclair et leur lames faisant barrage ployèrent sous la furie de ses coups. A l'âpreté du combat physique s'ajoutait le combat pour la domination psychologique, et dans cette bataille il nous surclassait. Dark Vicious faisait sienne non seulement l'apparence d'autrui mais aussi son aura. Toute éprouvée que j'étais j’accourus jusqu'à eux et nous nous engageâmes dans un balai d'offensives et de contre-offensives. Les dégagements vigoureux succédaient aux estocs incisives, les lames vrombissaient et leurs rencontres tonitruantes faisaient naître des gerbes d'étincelles. Weedge, désarmé, c'était rapproché de l'entrée de l'entrepôt dont il scella la porte à l'aide de R1. Bien joué Padawan, pensai-je. Nos quatre lames se verrouillèrent un instant et nos regards s'ancrèrent sous l'éclat des sabres laser.

    Vicious – Cet entrepôt, sera votre entrepôt !
    Kinsa – Ç'est tombeau qu'il faut dire, gros nul.
    Vicious – PESTE !!

    Le Côté Obscur s'engouffra sans peine dans la déchirure du Côté Lumineux et nous submergea.
    L'atmosphère s'électrisa et nous fûmes tous renvoyés dans nos cordes, douloureusement pour nos corps déjà rudement marqués.

    dimanche 06 novembre 2016 - 23:31 Modification Admin Permalien

  • Avatar baaaaaaal

    baaaaaaal

    8033 Crédits

    Sovereign, où es-tu ? Qui es-tu ?
    En général lorsque je reviens en toute discrétion sur Coruscant je ne tarde pas à trouver ce que je cherche. Mais aujourd’hui, tout est différent. Finie l’époque où le Sénat était infiltré par des centaines de sénateurs ou d’espions à ma botte. Le Sénat Galactique semble entouré d’un épais brouillard, désormais. Impossible de savoir ce qui s’y trouve. Ce qui me confirme une chose : Sovereign est là !
    Chacun de mes anciens contacts semble avoir été méthodiquement éliminé ou écarté du pouvoir, et ce bien avant que Gaïus Mahan trépasse sous la lame d’un Jedi. Il ne reste rien de ce que j’avais mis des décennies à bâtir ! Et pas question d’aller capturer un sénateur et de l’interroger à ma manière. Je prendrais le risque de dévoiler ma présence à Sovereign.
    Le Côté Obscur est à l’œuvre, clairement et, qui qu’il soit, Sovereign se montre beaucoup plus prudent que je l’ai jamais été ! Il ne se pavane pas, il n’attire pas l’attention sur lui, alors même que les Jedi ont été éliminés. Je suis clairement dans une impasse !
    Je n’ai plus qu’à rentrer bredouille dans le bouge de Kaarr, en espérant qu’il ait rassemblé plus d’infos utiles que moi. Mais auparavant il me reste un endroit à visiter absolument.



    Le Temple Jedi, hall Pollux Horn Terrik.
    Après avoir déjoué les innombrable cordons de sécurité des forces républicaine, l’ex-Seigneur Noir des Sith Baaaaaaal arpentait silencieusement le couloir désert menant au centre de l’édifice. Une douleur sourde pulsait dans sa poitrine. Il aurait aimé être ailleurs, et tenir la gorge d’une certaine personne entre ses mains, mais il ne pouvait pas se dérober. Il devait ce pèlerinage à la personne qu’il avait le plus aimé.
    C’est ici-même qu’il s’était fait tuer deux ans plus tôt, transpercé par la lame de Kaarde, et ici-même que Mirax était morte. Irrémédiablement morte, comme l’attestait la tunique vide qu’il contemplait à présent en enfonçant ses ongles de rage dans ses paumes. C’était comme si les antiques fantômes Sith l’obligeaient à assister une deuxième fois à cette horrible scène.

    Baaaaaaal. - Mirax… je ne sais pas si ta mort est le résultat d’une odieuse manipulation des Sith visant à me punir... ou si elle est simplement la conséquence inévitable de ton amour pour les autres… mais je ne resterai pas sans réagir, même si j’ai pu le mériter. Je mettrai la galaxie à feu et à sang s’il le faut... mais je te vengerai !

    L’ancien Maître Sith observa une longue minute de silence, silence rendu pesant par l’absence de vie dans le Temple, et s’engagea sur le chemin de retour lorsque quelque chose l’atteignit par la Force. De la peur. Pas loin.
    Tel un limier, Baaaaaaal mit tous ses sens en alerte en s’efforçant de demeurer caché dans la Force. Il n’était pas seul. Plusieurs individus se déplaçaient sous ses pieds et heureusement ce n’était pas lui qui leur inspirait une telle crainte. Qui pouvait vouloir revenir dans le Temple sinon des Jedi ou le responsable de leur génocide ? Il devait en avoir le cœur net !
    La piste le mena dans les niveau inférieur, profondément, en plein dans le système de canalisations. Il dut se plaquer contre une paroi pour éviter de se faire remarquer lorsque deux individus en supportant un troisième passèrent à un croisement. Il les laissa passer sans émettre un bruit. L’invalide, Baaaaaaal le connaissait, c’était Jorus Beku’n. Il était dans un sale état. L’une des deux personnes valides était une jeune femme qu’il ne connaissait pas. Quant à l’autre…

    Baaaaaaal (murmurant). - Le Jedi mandalorien ? C’est impossible, je pensais l’avoir tué !

    Mais la Force ne mentait pas, l’individu dans la lourde armure était bien Ceno. Moins Jedi que Sith, semblait-il, mais bien vivant ! La dernière fois que Baaaaaaal l’avait vu debout il venait de se prendre un missile de plein fouet. Si lui avait survécu jusqu’ici, alors peut-être que d’autres Jedi… ?
    Un cri lointain le tira de ses réflexions et le ramena à la mort de Mirax. Il restait au moins une shaax dans le Temple Jedi !
    Baaaaaaal attendit que les trois vagabonds furent suffisamment loin et s’élança dans la direction d’où ils étaient arrivés. S’il pouvait en apprendre davantage sur ces bestioles dont le fantôme de Palpatine lui avait prétentieusement vanté les mérites, il ferait un petit pas de plus vers Sovereign. De plus, il avait méchamment besoin de se défouler !
    Le spectacle qui l’attendait avait de quoi surprendre. Ange, mortellement blessée, près d’une shaax morte et sur le point d’être dévorée par une autre. Le sang de Baaaaaaal ne fit qu’un tour, et ses yeux retrouvèrent une teinte rouge orangée familière. Il leva une main. Tous les débris en férobéton alentours s’élevèrent en même temps et s’abattirent sur l’infâme créature en une véritable tempête et la mirent à terre.

    Baaaaaaal. - Mon ange, c’est vraiment pas le moment de t’endormir !
    Ange. - Je t’ai déjà dit de ne pas m’appeler comme ça !
    Baaaaaaal. - Tu peux te lever ?
    Ange. - Pourquoi je voudrais te suivre ? Foutu Sith !
    Baaaaaaal. - On ne va pas ravoir cette discussion maintenant, si ? Tu pisses le sang.

    Et en effet la malheureuse perdait abondamment du sang de l’abdomen, par deux côtés. Une shaax avait dû la transpercer de part en part.

    Baaaaaaal. - Tu as besoin d’une cuve bacta de toute urgence. En attendant je peux stopper l’hémorragie externe.
    Ange. - Ne me touche pas !
    Baaaaaaal. - Calme-toi.

    Elle se débattit mais du peu de force dont elle était encore capable, ce qui ne risquait pas de gêner Baaaaaaal. Jamais il n’avait tant regretté que le Côté Obscur le prive de l’usage de tout pouvoir curateur.
    Il appliqua une main sur le ventre d’Ange, une autre sur son dos, et convoqua la foudre Sith un bref instant. Ange gémit de douleur et frôla la crise cardiaque, mais l’épanchement de sang s’était arrêté.

    Baaaaaaal. - Voilà, tu as gagné un petit sursit.
    Ange. - Gu… Gunnar… Dis-moi que tu n’as… rien à voir… avec le génocide Jedi…
     ???. - SKRRRYYYYAAAAH !

    La shaax mise à terre un instant plus tôt venait de se relever sur ses huit pattes. Elle vomit un jet d’acide droit sur Baaaaaaal, que ce dernier arrêta en l’air en convoquant le Côté Obscur.

    Baaaaaaal. - Peuh ! Je hurle plus fort que ça, quand je m’y met.
    Ange. - Aaaa… attention à sa carapace !… Résiste… sabres laser...

    Baaaaaaal tint son sabre laser rangé et convoqua à nouveau l’énergie du Côté Obscur pour faire s’effondrer le tunnel sur la créature. La shaax fut d’abord immobilisée par une poutre de férobéton qui tomba sur son cou épais puis méticuleusement écrasée sous d’autres décombres épais. Il y prit un plaisir intense et regretta presque de ne pas être opposé à plusieurs shaax.
    Une fois satisfait, il prit Ange agonisante dans ses bras.

    Baaaaaaal. - Comme tu vois, elles ne m’apprécient pas non plus.
    Ange. - Il faut… que… ramène… le corps… étudier…
    Baaaaaaal. - On viendra chercher des morceaux plus tard. Pour l’instant dis-moi où trouver une cuve bacta !
    Ange (après hésitation). - … mon appartement... privé… Coruscant…
    Baaaaaaal. - Allons-y !
    Ange. - Comprend pas… m’a attaquée alors… que… suis invisible… Force… pensais que… attirées par Forceux...
    Baaaaaaal. - Rends-toi à l’évidence, si elles ne détectent pas les auras de Force elles doivent forcément flairer une autre caractéristique propre aux Forceux !
    Ange. - Mais oui… les… les midi-chloriens !… mais alors…
    Baaaaaaal. - Oui, même sur Myrkr elles pourraient te traquer… Au fait, ça s’appelle des Shaax.
    Ange. - Des Shaax ?
    Baaaaaaal. - Ne me demande pas comment je l’ai su.


    Salut à tous les fans de bestioles à huit pattes !


    mardi 08 novembre 2016 - 12:44 Modification Admin Permalien

  • Avatar camara

    camara

    3155 Crédits

    J’étais toute tremblante. Les cris de ses créatures me terrorisaient. Je serrais dans mes mains le databloc qu’Ange m’avait donné en la regardant s’éloigner dans les ténèbres. Je devais me ressaisir, elle comptait sur moi. Je pris une grande inspiration, et tout en expirant lentement, je me mis à compter intérieurement.

    Un wookie... Deux wookie...

    Le databloc précieusement rangé dans une de mes poches de veste, j’avais aidé le Mandalorien à sortir Jorus de son brancard maison. Nous nous étions mis chacun d’un côté pour le soutenir, nous irions plus vite dans cette configuration.

    …Trois wookie… Quatre wookie…

    Ma respiration se faisait plus lente, plus calme, j’avais rebandé le torse avec les perfusions du Grand Maître car le voyage risquait d’être un peu plus mouvementé. Nous étions prêts à accélérer le pas.

    …Cinq wookie.

    J’étais arrivé à la fin de mon décompte silencieux. Même si devoir faire confiance à cet homme en armure ne m’enchantait guère, la peur s’était envolée au cinquième wookie. Je n’aurai jamais cru que je me servirai dans un endroit pareil de cette « astuce » d’enfant pour éloigner la peur.
    Tout en tentant d’être les plus discrets possibles, nous continuâmes notre avancée ensemble dans les canalisations. Je me souvenais parfaitement du chemin qu’il fallait emprunter pour rejoindre la ruelle où nous avions dissimulé le speeder. Nous communiquions par signe de tête avec notre protecteur. Son Aura avait légèrement changé. Bien qu’elle me donne toujours autant la nausée, après son échange avec Ange, elle s’était quelque peu adoucit. Ou bien c’était moi qui m’étais habitué à cette présence obscure.
    J’étais en nage, de peur d’attirer les monstres je n’osais toujours pas utiliser la Force pour m’aider. Le Jedi devenait de plus en plus lourd et la douleur dans mon épaule se réveilla sous son poids. D’un signe de main je proposais une halte devant une énième bifurcation avant que je ne fasse tomber notre troupe.

    Mara – attend, un instant…

    …Boite de Conserve ? Essoufflée, je me rendais compte que je ne connaissais pas l’identité de notre mystérieuse escorte. Ange n’avait pas mentionné une seule fois son nom. Lui faisait-elle réellement confiance pour Jorus et moi ou n’avait-elle simplement pas eu le choix ? Me massant légèrement mon épaule douloureuse j’y replaçais ensuite mon protégé sans le quitter des yeux. La fièvre le gagnait et il peinait à rester éveillé. Il fallait s’activer.
    Nous repartîmes après notre bref arrêt, toujours dans un silence de plomb. Les remarques de la corellienne m’avait blessées ce qui m’avait permis de réaliser l’exploit de rester aussi silencieuse que notre nouvel ami. Mais je ne pouvais m’empêcher de me taire trop longtemps.

    Mara – j’imagine que Boite de Conserve n’est pas ton vrai nom ?

    Il marqua une pause avant de répondre et me jeta un bref regard à travers son casque, comme si ma question l’étonnait.

    Cera - Cera Ordo, les Jedi m'appelaient Cenovii... et à quel bras cassé, Ange Solo a confié la vie de Jorus Beku’n ?

    Si je devais établir une relation de confiance, il ne servait à rien de mentir.

    Mara – Mara, Mara Sarkin et mes bras vont très bien, merci.
    Cera, sur un ton résigné - une autre Sarkin... Manquait plus que ça.

    Jorus glissa de nouveau légèrement, je réussi à le rattraper sans trop de mal et sans ralentir notre progression.

    Mara, hésitante – seulement de nom…
    Cera – je ne sais pas ce qui me retient de te tuer maintenant.

    Mara, reprenant de l’assurance – Il va se calmer la « Boite de Conserve » ! Sans moi, je doute que Jorus survive ! J’ai déjà ma tête mise à prix s’il n’arrive pas vivant à destination et pour ce que je représente désormais : L’espoir, alors que je n’ai rien demandé ! Tout ça parce que j’ai décidé de repointer le bout de mon nez au mauvais endroit au mauvais moment…

    Difficile de savoir ses réactions sous son armure. Il ne dit plus un mot et c’est ce qui était encore plus dérangeant. J’imaginais qu’il réfléchissait à un moyen de m’éliminer sans trop de bruit et cela passe pour un accident aux yeux d’Ange. Mais parmi toutes ces petites voix dans ma tête qui me criaient de fuir, une seule, en murmurant, m’intimait pourtant de continuer à lui faire confiance. Des bruits terrifiants nous parvenaient toujours au loin, nous forçant à accélérer le pas. Arrivés sous l’échelle qui mène à notre « bouche d’égout de sortie », j’acceptais de lui laisser Jorus quelques instants pour me permettre de grimper et ouvrir la trappe.
    La plaque était lourde et poisseuse mais je réussis facilement à la « décapsuler » de son emplacement. Cera avait placé le Maître de l’Ordre, sur le point de perdre conscience, sur l’une de ses épaules et m’avait suivi de près. Guettant de chaque côté de la ruelle, j’attrapais Jorus sous ses bras et le hissait hors du souterrain.
    Le speeder était toujours là. Je le libérais des débris qui l’encombrait et me mis à installer Jorus du mieux que je pouvais. Il était plus que livide et du sang avait transpercé l’un de ses bandages au poignet.
    L’ancien Cenovii se retourna vers moi. Le speeder ne contenait que deux places, je ne lui servais plus à rien. Il saurait récupérer les coordonnées qu’Ange m’avait filé sur mon cadavre. Alors que je pensais mon sort scellé, une foule s'amassa à l'entrée de la rue.

    Mara – Attention ! Derrière-toi !

    J’eus à peine le temps de le prévenir que Cera se retourna et riposta un tir de blaster tout en dégainant son sabre-laser. Des gardes de la République se rassemblaient devant nous.

    Mara – nous sommes piégés !

    Il continua de rejeter les tirs, de plus en plus nombreux, avec une fine dextérité. Je sorti mon propre blaster pour faire de même mais il me poussa sur la place conducteur de notre véhicule.

    Cera – Foncez ! Je vais les retenir !

    Avec la Force, il attrapa le garde le plus proche par la gorge. Il mit fin à son étranglement en le jetant violemment contre le mur ce qui arrêta quelques instants la pluie de laser. Il se retourna ensuite vers moi.

    Cera, d’un ton menaçant – emmène-le, mais je te préviens : si Jorus n'arrive pas à destination saint et sauf, je te traquerai, je te trouverai, et je te tuerai.

    Jorus fermement attaché, j’allumais les moteurs. J’acquiesçais d'un hochement de tête et après avoir soutenu le regard de Ceno, je lui lançais un sourire taquin.

    Mara – essaie un peu pour voir, « Boite de Conserve » !

    Je fis lancer l’engin à toute vitesse avec un dernier regard en arrière, désormais rempli d’inquiétude et mon sourire moqueur évanoui, tandis que l’ancien Jedi retourna à l’assaut de nos attaquants dans la direction opposée.

    jeudi 10 novembre 2016 - 21:32 Modification Admin Permalien

  • Avatar Ordo

    Ordo

    20178 Crédits Modo

    Cera - ... Tout s'est passé très vite. Pendant qu'ils s'échappaient, j'ai éliminé autant de soldats Républicains que possible. Une dizaine... Peut-être deux. Je ne suis plus très sûr...

    Le mando essaye de faire le vide dans son esprit, mais ses émotions sont difficilement contrôlables. Ange... Jorus... Un autre massacre... Il continue sur son habituel ton grave.

    Cera - ...ensuite j'ai pris la fuite à bord du Ghost avant que ne rappliquent d'autres divisions. Il faut agir au plus vite.
    Mandal'ore - Mon frère, tu auras ton temps de parole et la République répondra de ses actes, je le jure sur mes ancêtres.

    Davrel pose une main sur l'épaulette de l'unificateur en guise de geste amical, avant de reprendre une posture plus dure lorsqu'il s'assoit dans le fauteuil de la salle de conférence de l'Impérator.
    L'heure est grave. Sur le canal le plus sécurisé qui soit, les différents pontes de la Coalition Galactique se sont secrètement donné rendez-vous.
    Ils ne sont pas tous là. La reine d'Hapès n'a pas répondu à l'appel et Mimi Terrik Solo, leader de la Guilde, n'est pas de la partie non plus. Mandal'ore voit apparaître les images holographiques du Haut commandeur Vong Sakanga, de Ragga le Hutt, de la présidente Chiss Jalana Anati et du nouvel Empereur.
    Cera Ordo est hors du champ holographique et conseille le chef Mandalorien. Sa surprise est grande quand il se rend compte que Waren Horn a renversé Fell. L'ex-Jedi craint que cela n'influence les décisions à venir. Une telle séance n'avait jamais eu lieu.
    Dans l'histoire de cette jeune Coalition Galactique, jamais une réunion ne s'était faite sans ambassadeur Jedi et encore moins sans un représentant de la République. Mais les choses sont différentes à l'heure où la flotte Républicaine massacre ouvertement les membres de l'Ordre Jedi.


    Mandal'ore - Mes seigneurs, vous vous doutez bien de la raison pour laquelle j'ai demandé cette séance d'urgence.
    Horn - J'ai bien une idée malheureusement..
    Mandal'ore - La République a commis un acte de guerre envers les Jedi sans consulter la Coalition au préalable. Selon mes sources, la Chancelière Satsa Cki n'a plus aucun contrôle sur le sénat et sur son armée. La République se livre à un génocide dans la plus grande impunité.
    Ragga - Bôahaha ! C'est le maître Jeedai Kaarde Naberry qui a tué de ses mains l'ancien Chancelier ! Normal qu'ils soient chassés! E'shutta matubo oskara Jeedai !
    Mandal'ore - Vous vous trompez, il s'agit d'un coup monté visant à détruire l'Ordre Jedi.
    Sakanga - Quelles preuves avez-vous ? J'ai du mal à croire que Maître Naberry puisse se faire manipuler de la sorte.
    Horn - Est-il possible que le côté Obscur les ait rendu vulnérables ? Nous avons aussi rencontré quelques problèmes avec nos Chevaliers Impériaux.
    Mandal'ore - Vous avez vu juste. J'ai à mes côtés un ancien Jedi, Cera Ordo, qui aimerait témoigner.

    Mandalore s'écarte du champs de capture de la caméra et Cenovii s'y avance, droit comme un soldat, prêt à délivrer un message d'une importance capitale :

    Cera - Vous me connaissez tous. Je faisais partie de l'Ordre Jedi il n'y a pas si longtemps encore. Un Ordre qui a combattu le SEZ à vos côtés, dont les membres ont souvent aidé les vôtres. Nous avons parfois eu des différents mais nous avons toujours œuvré pour conserver l'équilibre dans la Force et maintenir la paix. Sans les Jedi, la Galaxie serait plongée dans le chaos, vous le savez tous, même vous Ragga... Même Baaaaaaal le savait, et c'est le jour où il a perdu cette certitude qu'il a causé sa propre perte.
    Et pourtant, aujourd'hui, la République profite de leur faiblesse pour les massacrer impunément. Le meurtre de l'ancien chancelier Mahan ? Une manipulation pour permettre la mise sous-tutelle de l'Ordre Jedi. La guerre entre Rhomammool et Osaria ? Un conflit créé de toutes pièces... Un piège savamment orchestré dans l'unique but d'anéantir des contingents entiers de Jedi envoyés sur place. Un véritable carnage ! Et je serais sûrement mort, moi aussi, si je n'avais pas reçu le soutien de mes frères Mandaloriens...
    À l'heure où je vous parle, le Chu'Unthor avec à son bord les derniers représentants Jedi, est pris en tenaille par la 9ème flotte de la République. Si personne n'agit l'Ordre Jedi ne sera bientôt plus qu'un ancien souvenir. Je viens vous demander solennellement de prendre la décision qui s'impose. La seule décision juste à prendre. L'Ordre doit être sauvegardé pour conserver un semblant d'équilibre dans la Force et la République doit payer pour son acte de trahison. Oui, je vous propose la Guerre... Car il n'y a pas d'autre choix possible !
    Réfléchissez. À quel camp s'en prendront-ils ensuite ?  Vous représentez les différentes factions de la Coalition Galactiques, vous vous devez de prendre position. J'ai moi-même été Général de la République du temps de Grumbak Tills... Aujourd'hui je suis écœuré de voir à quelle point elle est corrompue. Comment pouvez-vous l'ignorer? Vous devez vous unir et faire front. Ensemble, vous pouvez combattre, vous pouvez remporter cette bataille et contraindre la République à un cessez-le-feu...

    Un long silence s'impose, la présidente Chiss fixe le mandalorien de ses yeux rouges, Ragga se replit sur ses gros bourlets et le Commandeur Sakanga ressere son étreinte sur son baton serpent.

    Cera - Je vous remercie de m'avoir écouté. Le temps presse alors...
    Décidez-vous rapidement. Il en va de notre avenir à tous.

    Et Ceno sort du champs holographique.


    Ce message a été modifié par Ordo le dimanche 13 novembre 2016 - 02:10

    dimanche 13 novembre 2016 - 01:46 Modification Admin Permalien

  • PSW


Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...


Evénements

Star Wars Celebration Europe 2023

07 avril 2023 - 10 avril 2023

Celebration

Encyclopédie

  • Chalmun --- Chalmun est le propriétaire de la Cantine de Mos Eisley visité par Luke Skywalker et Ben Kenobi lorsqu'il partirent à la recherche d'un pilote. (Personnages - Civils)
  • Bordok --- Petite espèce chevaline vivant sur la lune forestière d’Endor, les Bordoks ressemblent à des poneys. (Espèces & Civilisations - Animaux)
  • Tenzigo Weems --- Tenzigo Weems était un humain, technicien des renseignements pour l'Alliance Rebelle (Personnages - Rebelles)
  • Création du Nouvel Ordre Jedi --- Après ses terribles épreuves sur Byss, Luke ne pouvait plus se reposer sur un Jedi plus âgé et devint un vrai Maître Jedi, le premier du Nouvel Ordre Jedi. Il demanda officiellement en 11 ap. Yavin à la Nouvelle République la permission de créer une Académie Jedi, où il fit venir tous les candidats sensibles à la Force à travers la galaxie, y compris ceux qui comme Kyle Katarn avaient pour un temps délaissé la Force (celui-ci devint d'ailleurs maître à son tour). (Evénements & Histoires - Campagnes)
  • Kuat --- Il est difficile de trouver plus grand contraste entre une industrie High-tech et un monde d’une beauté naturelle telle que la planète Kuat... (Planètes & Lieux - Planètes)

PSW v8 - Mentions Légales - Vos choix de cookies - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2022 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide