Le Temple Jedi 6 (page 50)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar waren

    waren

    15400 Crédits

    Lieu - Systéme Sartinyan, Bastion

    Le Taris sortit de l'hyperespace, face à une immense flotte impérial, une muraille géosphérique englobant la forteresse de Bastion. Cette planéte qui avait vu multitudes de combats et qui s'était renforcé avec le temps. Thore sursauta en voyant la douzaine de croiseurs de classe Eclipse en premmiére rangée. Le nouvel empire ne fesait pas dans la dentelle. Soudain, une voix s'éleva, un officier impérial affecté au contrôle aérien probablement. Le chef des colonies indépendantes pris alors le relais et s'identifia, expliquant tout ce qui s'était passé, il eu un long silence. Puis l'officier bredouilla dans le haut parleur.

    Ocom - Nous.. vous dégageons un couloir d'accés pour une navette, code topaze trois-deux-cinq ambre gris, plateforme soixante quinze. Bon vol.

    jeudi 26 janvier 2017 - 02:29 Modification Admin Permalien

  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    15569 Crédits

    La grande corvette de classe Raider est à présent en orbite autour du Tarentule II. Le Pégase Vengeur, ainsi est-il rebaptisé, est le premier vaisseau de ceux de la flotte perdue à être remis sur pied et qui gravite en mode stationnaire à l’approche du super croiseur, où se trouvent actuellement une centaine de Jedi survivants. Sa particularité étant d’être un navire de défense anti-chasseurs, ce Raider patrouille lentement autour du Tarentule II afin de le protéger, voire de surveiller.
    À son bord, hormis les droïdes qui maintiennent le vaisseau en état, il y a deux individus organiques sur le pont avec une unité astromech R1. Je me suis confortablement installé dans le siège au milieu de la chambre de commandement ; j’avais passé tant de temps à remettre en fonction ce vaisseau et le poster à la garde du Tarentule II, en attendant que d’autres croiseurs nous rejoignent. Mon premier objectif a été atteint et maintenant, je dois consacrer mon temps libre à la découverte du Codex de Tython.

    Le Codex, cet holocron énigmatique et incommensurable sauvé par le droïde R1-P7, est posé devant moi ; le jeune Jedi que je suis est entré en méditation afin de mieux communiquer avec l’objet et se concentre pour déverrouiller psychiquement les sommets. L’holocron, sensible à mon aura, s’anime et prend aussitôt son envol pour stagner dans le vide, à 0,5 mètre du sol. Le Codex, lumineux de toutes couleurs, est ouvert. Toujours concentré, j’observe les différentes fonctions que possède l’holocron ; excepté sa titanesque capacité de connaissances enregistrées, il contient une carte interactive de la galaxie, un didacticiel complet de formation à la Force, des capteurs analytiques, des modules de fabrication d’objets et un cœur en cristal Solari où des fragments d’âmes de célèbres grands maîtres se trouvent. Je reste un moment à contempler la magnificence de l’holocron puis lui demande mentalement l’accès à ses archives. Une projection holographique d’une liste apparaît, affichant une multitude de dossiers et de fichiers. Je les passe tous en revue et cherche des informations sur différents sujets. Moi qui espérais trouver des informations sur ces étranges « shaax », aucun fichier n’existe pour ce sujet ; j’ai beau rechercher, je ne trouve rien.

    Moi : - Eh ben ! J’ai le pressentiment que ces « shaax » n’ont rien à voir avec ce que pensais. Rien sur eux n’apparaît dans les archives du Codex. Tant pis, je vais chercher autre chose.

    Je défile encore la liste des dossiers, en quête de plans qui me seraient utiles à l’amélioration de ma nouvelle corvette. Après un moment de repérage du bon dossier, je demande au Codex de l’ouvrir et je consulte les fichiers qu’il me propose. Parmi eux, je trouve celui qu’il me faut. Il apparaît devant moi et je découvre pleins d’informations restées autrefois confidentielles et récupérées je-ne-sais-comment par le mystique holocron. Je passe un long moment à noter sur un datapad les infos dont j’ai besoin puis j’entends que l’on vient. Reyn, à côté de moi depuis le début, sursaute et se cache derrière le siège.
    Par précaution, je sauvegarde et range mon datapad ainsi que je range le Codex, puis je me dirige vers là où j’entends du bruit. Des pas lents mais peu légers viennent du couloir d’entrée du pont. Je me plaque contre le mur et me prépare. L’intrus est proche. Cinq secondes. Trois. Deux. Je sors de ma cachette en un éclair en dégainant mon sabre allumé. La lame bleue pointée, sa lumière laisse apparaître une jeune tête à deux lekkus, surprise. J’éteins mon sabre puis me poste devant la jeune twi’lek.

    Moi(avec humour) : - Tu aurais dû me contacter, ça m’aurait évité de faire ça.
    Kinsa : - Comment je pouvais savoir que tu serais là ?
    Moi : - En le devinant. Mon aura n’a pas tant décliné que ça malgré le déchirement.
    Kinsa : - Non, tu ne m’as comprise. Je ne me doutais pas que tu étais à bord de ce Raider impérial. J’ai cru un instant que l’on avait été repérés.
    Moi : - Ah oui ! Désolé, j’avais oublié de le faire savoir. Ce Raider n’est plus un navire impérial et il est sous mon commandement. J’ai volontairement placé le Pégase Vengeur près du Tarentule II pour servir de guet. Il faut que j’y pense à nouveau.
    Kinsa : - Alors comme ça, tu découvres tout seul un vaisseau comme celui-ci et tu te l’appropries ? Weedge, lui, a fait l’effort d’accompagner les autres guérisseurs de l’Ordre pour chercher un vaisseau médical. Et d’ailleurs, le Pégase Vengeur ? C’est son nom initial ?
    Moi : - Ben non, évidemment. Son nom initial, c’était Baaaaaaal est à moi. Tu crois que j’allais le garder ? Ce Raider est rebaptisé avec le nom que je voulais et je compte l’optimiser à ma guise.
    Kinsa : - Je vois.

    Au même moment, Reyn jette un coup d’œil sur ce qui se passe et m’aperçoit avec Kinsa. En reconnaissant la jeune twi’lek en armure, elle sort de derrière le fauteuil et court vers nous. Aussi, elle avait précédemment troqué ses vêtements déchirés par une simple robe blanche à manches longues et ceinture de cuir avec un pantalon noir et des bottines. La petite humaine, dans son élan, se précipite à ma gauche pour saluer Kinsa.

    Kinsa : - Tiens, Reyn est aussi à bord ? Tu ne me l’as pas dit.
    Moi : - Justement, j’allais y venir. Et puis il y a aussi R1 qui est là. Il est occupé à servir de contremaître aux droïdes du vaisseau.
    Kinsa : - D’accord. Bon, maintenant que je sais que tu es détenteur de ce Raider, je ne me fais plus de soucis. Au fait, j’ai entendu maître Kaarde dire que les communications externes vont être coupées. On sera donc obligés de communiquer entre nous par comlink seulement.
    Moi : - C’est plutôt censé comme action. Au moins, aucune organisation de la Coalition ne nous trouvera.
    Kinsa : - C’est sûr. Mais d’autres Jedi ne nous ont pas rejoints et sont dispersés entre les différents états membres de la CG. Bref, passons à autre chose. Tu comptes faire quoi de ce Raider ?

    Je lui demande de me suivre. Avec Reyn avec nous, nous allons d’abord dans la chambre de commandant pour que je récupère mon datapad puis nous nous dirigeons vers le pont de la salle d’observation. C’est là que j’ouvre mon datapad, affichant mon travail récent.

    Moi : - Eh bien voilà, je me suis penché sur la question. Pour t’informer, ce Raider est un prototype avancé de corvette de défense anti-chasseurs et Dark Maléfica s’en servait pour protéger le Tarentule I de toutes attaques, comme un soutien. C’est pourquoi il est plus long qu’un Raider standard et mieux équipé en moteurs et système d’artillerie. Mais son temps comme vaisseau de guerre étant révolu, j’ai décidé de lui donné une nouvelle vie en lui intégrant de nouvelles capacités. (Je fais apparaître de mon datapad une projection du Raider) Le Pégase Vengeur est composé d’unes vingtaines de salles, dont la plupart sont des appartements collectifs pour les résidents. Les autres étaient utilisées pour autre chose. C’est pourquoi j’ai pensé innover une des salles pour la méditation et l’entraînement, une autre pour un atelier et une autre pour…
    Kinsa : - Attends ! Tu veux en faire un vaisseau-académie ?
    Moi : - Non, pas vraiment. Je veux juste l’adapter à notre mode d’organisation. Ce Raider restera une corvette militaire mais il aura des aménagements pour nous. Comme on va rester pendant un sérieux temps dans cette flotte perdue, autant que j’en profite.
    Kinsa : - Et tu as une certaine idée d’où tu peux trouver le matériel qu’il faut pour ce réaménagement ?
    Moi : - Bien sûr.

    Je préfère ne pas lui dire que j’ai récupéré grâce au Codex les plans du Rogue Shadow. Ces plans vont me permettre de réaliser la modification de certaines parties de la corvette pour qu’elle dispose des mêmes atouts que le vaisseau personnel de Starkiller. Kinsa se contente de ma réponse et passe à la suite.

    Kinsa : - Je dois avouer que ce serait une bonne idée. Mais j’ai entendu le Conseil dire qu’il allait réaménager aussi le Tarentule II pour en faire un croiseur d’ordre général, pour remplacer temporairement le Temple Jedi ou le Chu’Unthor. Cela nous ferait un quartier-général mobile.
    Moi : - Oui, mais je pense que l’Ordre va réutiliser la flotte perdue, ou plutôt certains vaisseaux encore utilisables, pour se reconstruire. Cette corvette Raider peut me servir de base personnelle même si un croiseur plus grand va servir à accueillir un grand nombre de Jedi. Weedge et les autres maîtres guérisseurs vont investir un vaisseau médical pour eux. C’est étrange mais ça peut être utile.
    Kinsa : - De mon côté, je vais garder l'Arrow comme vaisseau personnel…

    Soudain, une sonnerie retentit dans la salle. Je sens une vibration à ma ceinture et je détache mon comlink pour répondre à l’appel ; il s’agit de la liaison collective du Conseil et quelque chose me dit qu’un seul interlocuteur va se présenter dans l’hologramme. Je décroche l’appel.

    Moi : - Ici Galen Arek, j’écoute ?

    Ce message a été modifié par galen-starkyler le dimanche 29 janvier 2017 - 16:11

    jeudi 26 janvier 2017 - 06:51 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12819 Crédits

    Avant le post de Galen

    Voilà deux jours que nous sommes arrivés à l'ancienne flotte de Dark Maléfica, et je ne peux que reconnaître que le calme dans lequel nous baignons est plutôt agréable compte tenu des derniers évènements. Mais je n'arrive pas à me détendre, avec la tenace impression d'être dans l'expectative de quelque chose qui n'arrive pas.

    Après avoir aidé la première journée à explorer la flotte pour vérifier qu'il n'y avait aucun danger, je me suis isolée sur l'Arrow, toujours garé dans un hangar. C'est la seule chose dont je sois familière, ici. Les deux nuits, j'ai dormi dans ma cabine et non avec les autres, qui semblent avoir respecté ce souhait de solitude. J'avais besoin de cela. Le deuxième jour, je suis restée durant des heures allongée sur ma couchette à réfléchir.

    Parfois, sans rien de particulier, je commençais à sangloter. Ces crises duraient de quelques minutes à une heure entière, où je restais prostrée, mon corps agité de soubresauts. Ensuite, j'essayais de méditer, sans grand succès. La Force, autrefois apaisante, ne me faisait plus rien. Durant ces deux dernières années, je m'étais tellement rabattue sur cela pour me calmer que j'en était perturbée de ne plus pouvoir le faire.

    Mon sommeil était loin d'être aussi réparateur que je l'avais espéré. À peine avais-je fermé les yeux que les mêmes images s'imposaient à mon esprit et tournaient en boucle, à chaque fois plus précises et plus terribles. Toutes les mauvaises choses qui m'étaient arrivées depuis le début de ma vie paraissaient avoir choisi ce moment précis pour ressurgir.

    Je revoyais sans cesse la lame bleue de Ceno transpercer Ejar. Le sourire de ce dernier quand il était sorti des flammes pour s'écrouler à mes pieds, quelques minutes avant sa mort... La vision de la République qui se retournait contre nous, tous les Jedi qui étaient morts sur Rhommamool... Le bruit d'explosions qui résonnaient de toute part... La balafre sur la joue que j'avais reçue lors de mon combat contre Ceno...

    Quelques souvenirs plus anciens revenaient aussi, bien que plus confus. La première bataille de Sundari, dont j'avais réchappé de justesse... La mort de tant de Résistants...

    Ainsi, je réussissais très peu à dormir et cela avait une influence sur mon moral, déjà bas. Même si j'étais habituée à peu de sommeil, là cela n'était plus dans mes capacités.

    Alors que j'avais entrepris de fouiller un peu dans le vaisseau pour trouver du matériel qui pourrait être utile aux autres, je perçois soudain la présence d'un autre Jedi à bord. Impression qui est confirmée par l'arrivée en trombe de R8, l'astromech, qui bipe plusieurs fois. Quelques secondes plus tard, la silhouette d'Aynor se dessine dans l'encadrure de la porte.

    Aynor : Ah, Kinsa ! Je me doutais bien te trouver ici.
    Moi : Bonjour maître Alask. Je...j'avais besoin de rester seule un moment. Pour récupérer.
    Aynor : Je comprends, Kinsa. Est-ce que ça va mieux, à présent ?
    Moi : Je pense tenir le coup. Et les autres, est-ce qu'ils vont bien ? Les blessés ont été soignés ?
    Aynor : Weedge, Sol'As et Ellia Cadav ont fait un travail remarquable. Bientôt, nous serons tous sur pied.
    Moi : Au fait, combien sommes-nous ?
    Aynor : 117, plus Ange Solo et Jorus qui vont bientôt nous rejoindre.
    Moi : Nous serons donc 119.

    Dans un geste machinal, je triture le bout de mes lekkus. Pour plus de commodité, j'ai ôté mon armure, qui a bien besoin qu'on la bichonne un petit peu, et cela me donne l'impression que je suis chez moi, au Temple Jedi, et non dans l'ancienne flotte d'une Dame Sith en train de se cacher comme des rats.

    Aynor (après un moment): Je pense que Ceno aurait voulu que ce vaisseau te revienne. Vraiment. Tu comptais beaucoup pour lui.
    Moi : Je...je ne suis plus sûre de rien le concernant.

    Un silence s'installe. Je pense qu'il passera bien des années avant que le nom de Ceno ne soit plus empreint de ce sentiment partagé... Au bout de quelques secondes, Aynor reprend :

    Aynor : Toujours est-il que Kaarde a désormais interdit les communications avec l'extérieur, par souci de sécurité.
    Moi : C'est vrai que c'est plus prudent. Au fait...avez-vous vu Galen ?
    Aynor : Je suppose qu'il est toujours en exploration.

    Une heure plus tard...

    Dans le Pégase Vengeur, le "nouveau" vaisseau de Galen, je le retrouve très occupé. Il m'explique avec enthousiasme son projet tandis que je m'efforce de me montrer enjouée. Je ne veux pas paraître en position de faiblesse : c'est ma fierté qui me le commande. Ainsi, je suis avec lui quand il reçoit un appel sur son comlink.

    Ce message a été modifié par Kinsa-Talik le dimanche 29 janvier 2017 - 20:22

    dimanche 29 janvier 2017 - 16:40 Modification Admin Permalien

  • Avatar Ordo

    Ordo

    20178 Crédits Modo

    Mandalore - Château de Sundari

    La planète est assiégée. Les chefs de clan, paniqués. Mandal'ore donne ses premières directives. C'est l'effervescence dans la salle du trône. Seul Cera Ordo reste stoïque. Le casque levé vers le plafond, il analyse les troupes se trouvant en orbite. Il sert les poings. C'est une flotte d'attaque immense... L'une des plus grandes et des mieux équipées dont dispose les Républicains...
    Malgré leur courage, malgré leur connaissance de la guerre, les Néo-Mandaloriens seuls ne peuvent pas faire le poids. Leurs défenses ne sont pas à la hauteur. Le Jedi Noir sait ce qu'il va se passer. Il voit déjà leur défaite, le sang de son peuple sur ses mains, une seconde vision d'horreur qui fait écho à celle de l'extermination de son clan. Tout en observant les chefs organiser la défense, Cera sait que cela sera inutile.
    Mais il n'intervient pas pour l'instant.


    Mandal'ore - Passez la communication sur l'holoprojecteur central.

    Le buste d'un homme insolemment jeune contrastant avec ses galons, un blondin svelte à la belle gueule rasée de près, apparait au milieu de l'assemblée, jetant déjà sur elle un premier froid.

    Amiral - Ici l'Amiral Dreï Tana de la 3ème flotte de la République, qui vous parle depuis le superdestroyer Volcano. Ceci est un message adressé à la nation Néo-Mandalorienne. En représailles à l'attaque conjuguée de la Coalition Galactique à l'encontre de la 9ème flotte de la République, la Chancelière Cki a ordonné la prise de contrôle de vos territoires, désormais considérés comme ennemis, à l'instar des Vestiges de l'Empire et de vos alliés. Nos canons lasers sont braqués sur vous, au moindre mouvement suspect de votre réseau défensif, nous réduirons la capitale en cendres.
    Mandal'ore - Comment osez-vous, Amiral Tana...? Vous n'êtes qu'une bande de traîtres, l'armistice a été ratifié par le Sénat!
    Amiral Tana - Nous avons propagé de fausses informations afin que vous soyez convaincus que nous prenions votre "armistice" au sérieux. Une simple mascarade destinée à vous faire baisser votre garde, Seigneur Mandal'ore. Mais je ne suis pas là pour discuter de l'inefficacité de vos espions. Obtempérez ou nous ouvrons le feu.
    Mandal'ore - Quelle insolence! Vous pensez pouvoir nous vaincre aussi facilement? Vous connaissez mal les fiers guerriers Mando'ade!
    Amiral Tana - Votre sens de l'honneur est très fort, je le respecte. Mais cela ne suffira pas, vous avez d'ores et déjà perdu cette bataille. Il n'existe qu'une possibilité pour remédier à cette situation et sauvegarder votre peuple...


    Les mots sont durs et Davrel contient difficilement sa nervosité. Les premiers rapports sur l'ennemi qui s'affichent devant lui viennent renforcer les menaces de l'Amiral Dreï Tana. Ordo est toujours calme, il attends la suite et les conditions des Républicains, dont il se doute plus que les autres.


    Amiral Tana - ...Livrez-nous le lieutenant déserteur Sieg Taishakuten ainsi que tous les Jedi que vous protégez, sans oublier Maître Ordo et son apprenti.


    Nouvelle élan de stupeur dans la salle. L'ex Sabre des Jedi baisse légèrement sa tête de beskar. Lui savait que cela allait se passer ainsi, il savait que l'Amiral allait dire cela. Mais lorsque cela arrive, cela lui fait quand même quelque chose. Il ressent une forme de culpabilité, mêlée à de la haine.

    Amiral Tana - Une fois à bord de mon vaisseau, la 3ème flotte se retirera.
    Mandal'ore - Vous rêvez! Nous ne livrons pas les nôtres! Et quand bien même nous le ferions, nous n'avons aucune garantie que vous respecterez votre parole!
    Amiral Tana - Vous n'en avez pas, en effet... Toutefois, réfléchissez bien. La République n'avait aucunement l'intention de s'en prendre à votre peuple avant que vous ne décidiez de protéger ses ennemis. De plus, nous n'avons pas pour habitude de gâcher nos ressources dans un conflit que l'on peut éviter. Seuls les Jedi nous intéressent. Acceptez nos conditions ou nous détruirons en premier vos installations de Mandal Motors sur Concordia. Puis nous bombarderons le Château de Sundari et la ville toute entière. Dans le même temps, la 8ème flotte rasera la lune de Dxun. Vous n'êtes pas en position de négocier, décidez-vous vite.


    L'image de l'Amiral disparaît et laisse place à un silence de mort. Les regards des chefs de clan convergent vers Mandal'ore dont la visière ne peut cacher la colère. Le chef des Néo-Mandis se redresse sur son trône et donne de nouvelles directives, mais les différents chefs ne sont pas du même avis quand à la marche à suivre. Faut-il croire ce jeune Amiral lorsqu'il dit qu'il laissera la planète en paix une fois les Jedi livrés? La question se pose forcément.


    Beviin - On doit y réfléchir, cette bataille nous laissera exangue alors que nous venons à peine d'éliminer la menace Death Watch.
    Juun - Il a fallu des années pour construire les usines de Concordia, une telle perte ne serait pas seulement un coup dur, ce serait un désastre économique...
    Fett - Quelle chance avons-nous de remporter ce combat?! Regardez vous-même! Leur flotte est considérablement supérieure à la nôtre! Nos droïdes Basilisks sont des appareils d'assaut, il ne pourront pas assurer notre défense efficacement!
    Mandal'ore - Arrête, Rusaan! Les Mandaloriens ne se rendront pas! Jamais! Pas tant que je serai leur chef!
    Fett - Pourquoi devrions-nous sacrifier notre peuple pour protéger ces Jedi?! Réfléchis Davrel! Tu es Mandal'ore le Rédempteur! Et notre rédemption s'arrêtera ici! Aujourd'hui! Nous serons détruis si on ne leur donne pas ce qu'ils veulent!
    Mandal'ore - TU ne prends pas les décisions! C'est MOI! Parle-moi encore une fois comme ça et je te fais fusiller!
    Ordo - Livrez-nous.
    Juun - Concordia ne résistera pas une minute, tout ce travail réduis à néant, pourquoi nous sommes-nous battus jusqu'ici?!
    Beviin - Je suis d'accord! Hapès a déjà rallié la République, nous ne pouvons plus compter sur nos alliés de la Coalition! S'il y a une chance de s'en sortir on doit la saisir!
    Mandal'ore - Quels Mandaloriens vous faites! Bande de lâches! Prenez les armes et faites décoller vos Fury! Moi vivant on ne courbera l'échine devant personne!
    Fett - Tu ne peux pas prendre cette décision! Nous n'avons pas le temps de...
    Ordo - LIVREZ-NOUS!!!

    La voix grave du cyborg s'est élevée, calmant tout le monde. Ordo, dressé à droite de Mandal'ore, un peu en retrait depuis le début, fait enfin un pas en avant tandis que les visages des Chefs de Clan de tournent vers lui. L'ancien Maître Jedi détourne le regard vers son souverain.

    Ordo - Livrez-nous. Vous n'avez aucun autre choix.
    Mandal'ore - Tu as perdu la tête? Nous pouvons choisir de combattre!
    Ordo - Et nous perdrons... Les Chefs de Clan ont raison, l'Amiral Tana ne nous laissera aucune chance, sa flotte peut nous défaire avant même que nos chasseurs décollent. Si nous combattons, je mourrai vraisemblablement... Ainsi que tous les Jedi. Mais pas seulement, une bonne partie du peuple sera tuée. Des clans entiers disparaitront et cette fois, Sundari ne s'en relèvera pas. Vous ne pouvez pas leur faire ça, ils ont déjà trop enduré de souffrances sous l'ère des Death Watch. Acceptez votre défaite loyalement, et remettez-nous à la République...
    Fett - Cera, tu... Nous... Nous pouvons peut-être...
    Ordo - Inutile de traîner plus longtemps sur la question. Je vais de ce pas chercher Sieg et Keller. Tev, menez les Jedi au hangar du château.
    Mandal'ore - On ne peut pas! On ne peut pas t'abandonner! Pas comme ça! Aux mains de ces chiens!
    Ordo - Vous le pouvez et vous le devez, il en va du futur de Mandalore.

    Sans un mot de plus, le grand Mandi forceux se dirige vers la sortie. Mandal'ore se rassoit sur son trône, résigné. Il n'aurait jamais pensé que son meilleur homme avait un tel sens du sacrifice. Pour sauver son peuple, il est prêt à tout. Bientôt l'image de l'Amiral Dreï Tana reparaît dans la salle et un sourire de satisfaction se dessine sur son visage à l'annonce de la décision prise. Peu de temps après, Cera Ordo, Ben Keller, Sieg Taishakuten et près d'une vingtaine de Jedi prennent un transport Républicain qui les mènent sur le Volcano, vaisseau mère de la 3ème flotte. Aussitôt enfermés avec d'extrêmes précautions, les sensitifs sont tous coupés de la Force grâce à un système de bridage nerveux.
    Sur la passerelle du superdestroyer de la République, Tana, fier de ses négociations, s'apprête à retirer ses troupes en laissant Sundari saine et sauve. Cela dit, en bon stratège, il fait fie de sa parole donnée en ne respectant pas complètement sa part du marché. Afin de porter un coup à l'économie et la puissance militaire Néo-Mandaloriennes, et de donner à la fois une punition et un avertissement à Mandal'ore, il ordonne la destruction complète du complexe de Mandal Motors sur Concordia. Les installations sont bombardées sans sommation, et le complexe s'évapore dans une gigantesque explosion.


    Amiral Tana - Ho c'est... Magnifique.
    Vice-Amiral Drallon - Que faisons-nous pour Dxun? Devons-nous traquer les Mandaloriens qui s'y trouvent?
    Amiral Tana - Inutile. Ces quelques soldats cachés sur une lune perdue ne représentent aucune menace. Rejoignez Coruscant.
    Vice-Amiral Drallon - Bien Amiral. Que tous les vaisseaux se replient!

    La 3ème flotte repart vers le noyau. Au centre de la galaxie, sur la planète capitale, se jouera bientôt le sort de Cera Ordo et des Jedi rescapés. Au château de Sundari, les sentiments sont partagés entre indignation, grande colère et soulagement. Mandal'ore maudit la République et jure sur ses ancêtres qu'il vengera cet affront.


    Ce message a été modifié par Ordo le lundi 30 janvier 2017 - 18:13

    dimanche 29 janvier 2017 - 23:25 Modification Admin Permalien

  • Avatar waren

    waren

    15400 Crédits

    Muunulist, Territoire impérial

    Le chef du clan bancaire galactique Murako tapotait de ses frêles doigts son bureau, le yeux rivés sur le bilan financier de l’an dernier, quand l’alarme résonna. Il fronça des sourcils et se leva pour aller voir de quoi il retournait, quand un jeune Muun de la sécurité déboula dans son bureau, avec un air effrayé. Ce dernier lui expliqua que les scanners avaient détecter la provenance d’une dizaine de vaisseaux républicains émergeant de l’hyperespace et avaient ouvert le feu sur la flotte impérial sans explications. Les yeux du patriarche s'écarquillèrent, cela devait être un mauvais rêve pensa t’il intérieurement, pas encore cela. Un officier impérial entra avec un groupe de stormtrooper.

    Officier. - Monsieur, je dois vous amener au centre de sécurité principal, ou les autre chefs de clans vous rejoindront. Ne prenez rien d’inutile qui nous ralentit.

    Murako - Ha.. je comprend. Le bouclier planétaire as t’il été déployé ?

    Officier - Oui, mais je vais être franc, nous sommes en train de perdre la bataille. La république as violé le traité une seconde fois. Le commandant de la flotte as juste eu le temps de prévenir Bastion, ainsi que le contrôle sol, avant que nous perdions contact. Il faut s’attendre à un blocus par la huitiéme flotte de la République.

    Ce message a été modifié par waren le lundi 30 janvier 2017 - 19:21

    lundi 30 janvier 2017 - 18:29 Modification Admin Permalien

  • PSW
  • Avatar obiwan931

    obiwan931

    10951 Crédits


    Quelque part dans l' hyper-espace...

    Le Taris II, le plus grand vaisseau de toute la galaxie construit à ce jour naviguait à travers les constellations à une vitesse, au point de faire secouer par intermittence le mastodonte. L' amiral avait ordonné de foncer le plus rapidement possible vers Bastion.
    Positionné sur le pont supérieur du navire, j ' étais debout accoudé sur une des passerelles qui donnait en contre-bas vers la salle de commande ou des dizaines de pilotes appuyaient, vérifiaient et scrutaient leurs ordinateurs pour s' assurer que le navire était opérationnel. Devant moi se dressait une grande baie vitrée ou les reflets bleu et blanc de l' hyper-espace s' affichaient avec une luminosité douce. Par moment, on pouvait même entendre les étoiles chantés comme des sirènes perchés sur les rochers. Ce chant mélodieux fut interrompu par Echovagar, mon assistant qui vint vers moi et m' apporta un café. Son geste était apprécié mais je sentis qu' il avait une question à me poser. Je lui fis comprendre par un sourire qu' il pouvait le faire maintenant.

    Echovagar:_Vous avez fait mention à plusieurs reprises auprès des impériaux, du « Boucher d' Aquaris», quelle est cette histoire?

    Moi:_ Il y a onze ans de cela, peu de temps avant la Bataille de Taris, un esclavagiste humain du nom d' Agmar a décidé de se soulever contre le gouvernement local et de créer un système en faveur à la cause du SEZ. Le SEZ était prêt à les aider mais il avait besoin de ressources et Aquaris du moins son sol aquatique en possédait. Agmar décida de s' approprier pour les humains de la planète toute les ressources halieutiques mais il savait que les autres espèces comme l' amiral Tandike refuseraient que les humains s' approprient toutes les ressources.
    Quelques jours avant le cataclysme du «Paradis noir» sur Ryloth, cette arme crée à partir d' une énergie lumineuse et permettant d' absorber les êtres vivants fut aussi utilisé sur Aquaris pour permettre aux humains pro-sezziens de récupérer les ressources. Là dessus je te laisse imaginer la suite !

    Echovagar, boulversé:_ Et quand au signataire du traité de la Coalition, quel est ce lien?

    Moi:_ Il n' y en a pas ! J' ai usurpé Sépulvéda en lui faisant croire que c' était la même personne. Comme dit l' expression, il n' y a pas qu' un bantha qui s' appelle Rey. Bref Agmar était  aussi le nom du représentant  de  l' Empire lors du conflit.  Il était chargé par l' Empereur de signer le traité officialisant la Coalition car l' Empereur n' avait pas pu se rendre officiellement sur place.
    Il fallait que je trouve un stratagème tout à l'heure pour rejoindre Bastion rapidement et éviter un massacre entre ces deux flottes. Je savais que Tandike était présent dans le secteur car la 7e flotte parade dans les environs et Sépulvéda est un gentil crétin facile à usurper. J' ai demandé à un technicien de modifier légèrement le visage d' Agmar pour qu' il colle sur le consul impérial qui a signé le traité de la Coalition.

    Echovagar, choqué:_ Mais vous pensez pas que l' Empereur Horn va le remarquer?

    Moi:_Peut être oui ou non mais quoiqu' il en soit il aura d' autres choses à se préoccuper. Là dessus je reste déterminé mon cher Echovagar, la galaxie est en grand danger et nous devons avertir nos alliés.

    La luminosité bleuâtre et blanche cessa d' un seul coup et laissa place à l' immensité de l' espace. Une multitude de croiseurs impériaux se chevauchaient les uns aux dessus des autres tel un amas d' astéroïde prêt à faire feu au moindre mouvement suspect . Il était fort difficile pour le Taris II de se frayer un chemin. Le bureau de la sécurité impériale nous enregistra et autorisa qu' une navette puisse rejoindre la planète de l' empereur. J' embarqua en compagnie d' Echovagar et d' une garde rapprochée offert par l' Amiral Losh. La navette franchit les nuages épais de la planète et survola la planète rocailleuse et inerte de végétation, la capitale était représentée comme le seul endroit paisible et potentiellement accueillant si on enlevait les fortifications et les multitudes tours et miradors entourant le palais de l' empereur qui ressemblait davantage à une forteresse. La navette se posa légèrement sur un des plates formes et des chevaliers impériaux au nombre de quatre nous escortèrent devant le trône de l' empereur. Je reconnaissais l' intérieur de la salle aux couleurs  blanchâtre et rouge vif. Le lieu avait peu changé depuis ma dernière visite et la décoration était assez sobre et austère. L' empereur était entouré de ses plus grands officiers comme Musselier que je reconnus mais aussi de certains nobles de sa cour arborant des longues tenue rouges à rayures noirs dont certains portaient une frange ou un chapeau noir en forme de képi sur la tête.

    Moi, en faisant une révérence:_ Votre excellence, vous me connaissez sûrement. Je suis Thore Joepa, chevalier jedi de la République et Président des colonies de la République. Comme vous et d' ailleurs l' était votre prédécesseur, je suis membre du Conseil de sécurité de la Coalition Galactique...

    L' empereur, riant:_ Mon prédécesseur! Hahahaha
    Soit, vous êtes le bienvenue ici. En effet nous oublions souvent ce que vous avez accompli durant le dernier conflit et c' est grâce à vous que nous reproduisons pas une Deuxième Guerre Sezzienne.

    Moi :_Pour le moment, Votre excellence!
    Je ne vais pas vous apprendre que Coruscant est corrompu et que la République n' est qu' un vulgaire mot placé pour pallier un système qui est tout aussi autoritaire et corrompu que l' Empire de Palpatine. Ce n' est qu' une question de temps mais notre alliance est en proie à la destruction et c' est ce que souhaitent les Sith qui je pense dirigent les mains de Coruscant.

    Horn:_ Je comprends votre inquiétude Monsieur mais l' armistice a été signé par Coruscant et la guerre est terminée. D' ailleurs vous pouvez très bien réglé ce problème interne car vous êtes directement attaché à Coruscant.

    Moi:_Non Votre excellence, c' est ce que vous comprenez pas! Coruscant n' est pas la république, Je suis le représentant de la République, la vraie République. Cette armistice n' est qu ' une idiotie. Il y a dix ans, votre prédécesseur, les Vongs et moi-même avec Mahan avons crée la Coalition. De cette union, nous avons demandé à mettre en place un Conseil de sécurité avec les 3 principaux créateurs. Les Vongs me soutiennent aussi j' ai  besoin de vous. Actuellement vous dirigez le Conseil de sécurité comme je l' ai fait ces cinq dernières années.  En tant que chef du Conseil, vous devez contacter les autres alliés pour avertir du danger et mettre fin à ce conflit ...

    Un conseiller de l' empereur apparut discrètement dans la salle du trône et vint souffler quelques mots à l' oreille de Musselier. Celui-ci affichait une mine embarrassée et  les chuchota à l' empereur.

    Musselier:_ Coruscant attaque Munnulist! Thore dit vrai. Nous devons agir!

    Ce message a été modifié par obiwan931 le mardi 31 janvier 2017 - 14:22
    Ce message a été modifié par obiwan931 le mardi 31 janvier 2017 - 20:48

    mardi 31 janvier 2017 - 01:15 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    17321 Crédits Modo

    Énormément de Jedi de notre de notre groupe de survivants s’étaient rassemblés dans le hangar de la Tarentule II pour voir atterrir l’appareil d’Ange Solo. D’une part parce que les récents événements nous avaient tous rendus extrêmement craintifs, d’autre part parce qu’ils étaient nombreux à vouloir revoir Jorus Beku’n indemne après avoir su ce que Dark Vicious lui avait fait subir.
    Jorus était effectivement dans un piètre état. J’en eu le cœur fendu en le voyant descendre péniblement la rampe de débarquement. Ange n’était pas au mieux , elle non plus. Seule Mara semblait en forme. Il était même probable qu’elle fut la seule Jedi en bonne santé de toute la flotte Maléfica.
    Je m’empressai d’aller accueillir le maître Jedi et de lui rendre dans une poignée de main le crédit corellien en pendentif que j’avais arraché à Vicious.

    Moi. - Soyez les bienvenus à bord… Où est Mimi ?
    Ange. - Elle viendra. Fais-moi confiance.
    Moi. - Vous voulez peut-être rejoindre une cuve bacta ? Weedge et Solas ont réactivé une frégate médicale, qu’ils ont rebaptisée le Mirax Terrik.
    Jorus. - Non. Je crois qu’il y a plus urgent. Nous devons parler !

    J’entraînais Ange et Jorus dans la chambre tactique de la Tarentule II, qui faisait office de chambre du conseil officieuse. À l’intérieur attendait Aynor, qui se fit une joie de serrer le pauvre Jorus dans ses bras, au risque de l’achever.

    Jorus. - Ouille !… Je vois que vous avez trouvé une belle retraite. La flotte de Dark Maléfica ?
    Moi. - Un leg de la part de Tyria.
    Jorus. - Racontez-moi tout.

    Nous livrâmes à Jorus un récit détaillés de tous nos malheurs depuis la mort de l’ex-chancelier Mahan, notamment les terribles événements de Rhommamool et du Chu’Unthor, tant en ayant l’impression d’assassiner notre ami à petit feu au fur et à mesure.

    Jorus. - Bon sang ! Si seulement je ne m’étais pas laissé prendre ! Si seulement je lui avais résisté !
    Aynor. - Dark Vicious est un Sith de la pire espèce, Jorus. De plus la Force semble nous avoir abandonnés. Ne te blâme pas trop.
    Moi. - Que peux-tu nous dire de lui ?
    Jorus. - Dark Vicious ? Un monstre. Un terrible sadique. Mais ce clawdite est surtout un assassin, un espion, un imitateur et un tortionnaire de premier ordre ! Je ne crois pas qu’il ait d’égal dans ces domaines. Ce type n’a pas la force brute de Baaaaaaal, mais il est une menace à lui tout seul.
    Aynor. - Il agissait seul ?
    Jorus. - Non. Il y a quelqu’un au-dessus de lui. Il a mentionné un maître, à plusieurs reprises, mais je n’en sais pas davantage sur celui-ci. Ce qui est sûr c’est que Vicious était au cœur de la machination, derrière tous les événements que vous avez subis.
    Aynor. - Et quand tu étais… sous… sous la torture… que lui as-tu dit ?

    Notre ami se mura dans un profond silence. Il contenait à grand peine une immense rage.

    Jorus. - Tout !… Aynor... Ange... Kaarde…. Je suis désolé, mais… il a réussi à me faire craquer… je lui ai livré malgré moi tous les secrets de l’Ordre et de ses membres… je ne me le pardonnerai jamais !
    Ange. - Personne ne te blâmera, Jorus. Et tu peux encore prendre ta revanche sur lui.
    Jorus. - Je vous souhaite de ne jamais vous trouver à sa merci… Mais par la Force, heureusement que Tyria a gardé la localisation de cette flotte secrète ! Si je l’avais su, nous serions déjà morts… Qu’est-ce que nous allons faire, à présent ? Vous avez un plan ?
    Aynor. - Dans un premier temps guérir nos blessures.
    Ange. - Et riposter ?
    Moi. - Non. Avec vous deux et Mara nous ne sommes que 120. Même pour manœuvrer efficacement un appareil comme la Tarentule II, c’est bien trop peu. La priorité va plutôt être de rétablir la Force.
    Jorus (sombrement). - Je suis bien d’accord…. Comment ?
    Moi. - Nous avons deux atouts de notre côté. Le Codex de Tython, récupéré par Galen, ainsi que le sabre laser de Mirax, dans le cristal duquel elle a réussi à ancrer une ultime trace du Côté Lumineux avant de mourir.
    Aynor. - Dès que Mimi nous aura rejoints et que nous aurons suffisamment récupéré, nous utiliserons un des croiseurs pour aller sur Tython.  D’après Galen le monde-secret des Jedi a des chances d’être mieux préservé du déchirement de la Force, donc idéal pour tenter de ré-alimenter le Côté Lumineux à l’aide du sabre et du Codex. De plus c’est un endroit sûr.
    Jorus. - Laissez tomber ce plan !
    Aynor. - Ça ne marcherait pas, selon toi ?
    Jorus. - Non, enfin si ! Utiliser le sabre et le Codex sur Tython c’est une excellente idée, mais… il y a deux choses que vous ne savez pas.

    Visiblement notre ami avait encore des aveux à faire.

    Jorus. - Je… par ma faute… Vicious connaît l’emplacement de Tython. Je suis désolé, l’endroit est compromis. De plus, si nous essayions de rétablir la Force maintenant, ça ne pourrait qu’échouer !
    Moi. - Comment ça ?
    Jorus. - Vous savez que j’ai toujours été le plus apte du Conseil à observer les deux côtés de la Force… Eh bien depuis le déchirement celle-ci est devenu tumultueuse, comme… comme une bête blessée… Tant qu’elle sera dans cet état il sera impossible d’influer sur elle… Croyez-moi, j’ai eu tout le temps d’y réfléchir pendant ma captivité.
    Ange. - Mais quand est-ce que la Force va retourner à un état plus... calme ? Il faudra bien qu’elle se calme, non ?
    Jorus. - Selon mes estimations… dans quinze ans minimum… Vingt, plus probablement. Alors seulement nous pourrons restaurer le Côté Lumineux.

    La conclusion sans appel de Jorus balaya nos derniers espoirs. Même Aynor prit une mine sombre, chose rare chez elle.

    Aynor. - Alors… Alors ça veut dire que pendant les vingt prochaines années nous allons être impuissants ?
    Jorus. - J’en ai peur, oui.
    Moi. - Mais c’est maintenant que la galaxie a besoin de nous ! Il faut faire quelque chose, utiliser la flotte Maléfica contre la République !

    Machinalement je me mettais aussitôt à parcourir les données de la Tarentules II sur l’écran de contrôle devant moi. Peut-être pouvions-nous simplifier le contrôle du vaisseau ? Voire commander les appareils subalternes à distance ?

    Ange. - Si nous retournons dans l’espace normal les shaax nous auront tous décimés bien avant vingt ans ! Il y aura peut-être des volontaires, mais moi ça me tente moyen.
    Jorus. - Si volontaires il y a, il ne doivent pas quitter la flotte ! Ils pourraient compromettre ceux qui décident de rester, et nous somme trop peu nombreux pour déplacer la flotte ailleurs.
    Aynor. - Le seul plan qui nous reste, ce serait donc… s’emprisonner vingt ans en autarcie sur ces vaisseaux en attendant notre heure ? Je ne suis pas aussi bon médecin que Weedge, mais je suis sûre qu’une si longue isolation ne nous fera pas de bien au mental, à condition qu’il y ait suffisamment de ressources alimentaires à bord.
    Jorus. - Nous n’avons pourtant pas de meilleur option, si nous voulons sauver la Force ET ce qu’il reste de l’Ordre Jedi.

    Un détail attira brusquement mon attention dans la liste des équipements de la Tarentule II. Tout comme la Main Ecarlate ou le Taris II, ce vaisseau capital devait être capable de traiter lui-même ses ressources en gaz tibanna… il possédait donc une chambre de congélation carbonite !

    Moi. - J’ai une solution !


    Trente minute plus tard je me tenais avec Aynor, Ange, et Jorus sur une estrade improvisée dans le hangar de la Tarentule II.  Tous les Jedi étaient convoqués. Sol’As, Ellia, Shina et Weedge étaient revenus du Mirax Terrik. Enfin Kinsa et Galen arrivèrent du Pégase Vengeur. Nous étions au complet.

    Moi. - Chers Jedi… Chers Amis… Comme vous le redoutez sans doute, nous sommes aujourd’hui le plus grand noyau de survivants du grand Génocide Jedi perpétré par Dark Vicious et son maître. C’est plus que pendant la purge de Palpatine il y a deux cents ans, mais c’est aussi bien trop peu pour sauver la République du mal qui la ronge.  Vous devez sans doute penser que la Force nous a abandonnés… c’est faux. Elle a besoin de nous, et plus que jamais ! Mais pour la restaurer il nous faudra attendre… vingt ans. Oui, ce n’est que dans vingt ans que nos pouvoirs seront à nouveau en mesure de restaurer la Force… Aussi voici mes ordres, et ils seront irrévocables… Nous allons employer l’unité de congélation carbonite de ce vaisseau pour nous congeler, pour nous maintenir en hibernation pendant ces vingt années à venir ! Ceux qui ne voudront pas passer par la congélation auront interdiction totale de quitter la flotte ou de communiquer avec le reste de la galaxie. Je regrette.

    Une grand vague de murmures et de protestations s’éleva aussitôt, comme je le craignais. J’avais rarement demandé autant de la part des Jedi, même lors de la Bataille du Temple.

    Moi. - S’il-vous-plaît !... J’ai bien conscience de ce que cela signifie de prime abord… abandonner le reste de la galaxie… abandonner des proches et des familles… Pourtant, nous sommes obligés de faire ce sacrifice ! Gardez bien à l’esprit que, bien qu’étant des survivants, nous sommes surtout le dernier espoir de notre Ordre millénaire ! Les cent vingt que nous sommes, avec cette flotte cachée en notre possession, sont une force capable de sauver la Force et avec laquelle nos adversaire devront compter ! Dans vingt ans nous sauverons la galaxie, je vous le promet ! Mais d’ici-là, nous devons nous montrer patients et préserver le peu de forces qui nous reste.

    Mon auditoire commençait à accepter ma terrible décision, malgré quelques réticences que je percevais faiblement ici ou là.

    Moi. - Il faudra bien sûr une personne qui se sacrifie pour surveiller votre hibernation et veiller sur la flotte pendant tout ce temps. Je serai cette personne... L’unité de congélation sera prête dans quelques heures. Tenez-vous prêt !




    mercredi 01 février 2017 - 18:18 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12819 Crédits

    Kaarde nous a tous convoqué en urgence dans le hangar du Tarentule II. Il y a là tous les Jedi survivants, et Galen et moi sommes les derniers arrivés. Tous semblent nerveux, l'atmosphère est plus qu'électrique. Avec l'air grave qu'a Kaarde, je crains le pire.

    Kaarde : Chers Jedi… Chers Amis… Comme vous le redoutez sans doute, nous sommes aujourd’hui le plus grand noyau de survivants du grand Génocide Jedi perpétré par Dark Vicious et son maître. C’est plus que pendant la purge de Palpatine il y a deux cents ans, mais c’est aussi bien trop peu pour sauver la République du mal qui la ronge. Vous devez sans doute penser que la Force nous a abandonnés… c’est faux. Elle a besoin de nous, et plus que jamais ! Mais pour la restaurer il nous faudra attendre… vingt ans. Oui, ce n’est que dans vingt ans que nos pouvoirs seront à nouveau en mesure de restaurer la Force… Aussi voici mes ordres, et ils seront irrévocables… Nous allons employer l’unité de congélation carbonite de ce vaisseau pour nous congeler, pour nous maintenir en hibernation pendant ces vingt années à venir ! Ceux qui ne voudront pas passer par la congélation auront interdiction totale de quitter la flotte ou de communiquer avec le reste de la galaxie. Je regrette.

    Aussitôt, des murmures scandalisés s'élèvent de toute part. Pour ma part, je fais partie des indignés. Est-ce qu'une telle attitude est digne de Jedi ? Se cacher, ici, comme des lâches ? Alors que la galaxie a besoin de nous, maintenant plus que jamais ? Nous sommes des Jedi, pas des chatons apeurés ! Toute ma courte vie, je me suis battue, avec acharnement, et là... Vingt ans ! J'en ai seize, et j'ai déjà l'impression qu'il s'est passé tellement de choses...

    Kaarde essaye de calmer le jeu.

    Kaarde : S’il-vous-plaît !... J’ai bien conscience de ce que cela signifie de prime abord… abandonner le reste de la galaxie… abandonner des proches et des familles… Pourtant, nous sommes obligés de faire ce sacrifice ! Gardez bien à l’esprit que, bien qu’étant des survivants, nous sommes surtout le dernier espoir de notre Ordre millénaire ! Les cent vingt que nous sommes, avec cette flotte cachée en notre possession, sont une force capable de sauver la Force et avec laquelle nos adversaire devront compter ! Dans vingt ans nous sauverons la galaxie, je vous le promet ! Mais d’ici-là, nous devons nous montrer patients et préserver le peu de forces qui nous reste.

    Peu à peu, la flamme qui m'anime faiblit. Certes, nous sommes Jedi, certes nous devons nous battre, mais je ne dois pas oublier un aspect de mon engagement : le sens du sacrifice. Je me doute que les maîtres n'ont pas pris cette décision sur un coup de tête. Je ne dois pas penser qu'à moi. Si il faut attendre vingt ans, et bien soit.

    En tant que Jedi, nous sommes tous ici investis d'une mission qui dépasse les ego personnels. Nous sommes sans doute les derniers Jedi, et en cette qualité nous nous devons de perpétuer notre héritage.

    Les forces en jeu me dépassent complètement. Parfois, je me demande si je ne suis pas juste une des nombreuses pièces d'un échiquier galactique que la Force manipule à sa guise. Ma vie en elle-même a été guidée par de nombreuses coïncidences : naître sur Mandalore, faire partie de la Résistance et ainsi rencontrer Ejar, qui allait plus tard se révéler être le frère de mon futur maître Jedi. Tout est si compliqué...

    Kaarde : Il faudra bien sûr une personne qui se sacrifie pour surveiller votre hibernation et veiller sur la flotte pendant tout ce temps. Je serai cette personne... L’unité de congélation sera prête dans quelques heures. Tenez-vous prêts !

    Après l'annonce, la plupart des Jedi présents se dispersent alors que certains restent, trop choqués par cette nouvelle. Je me dirige une nouvelle fois vers l'Arrow. J'y garde tous mes souvenirs, que je veux revoir une dernière fois avant de passer vingt ans congelée dans de la carbonite. Je me demande ce qu'on ressent...est-ce qu'on rêve, quand on congelé ? Ou est-ce qu'on ne sent rien ?

    Une fois dans l'Arrow, je vais directement à ma bonne vieille cabine. Je ne m'étais pas rendue compte que j'y avais passé tant de temps...mais il est vrai qu'entre tous ces voyages, il y avait de quoi ! J'y ai également entreposé un bon nombre de souvenirs sous la forme d'holos. Ma besace est là, également. Je me rappelle l'avoir laissée là en partant à la recherche de Galen.

    Je ne sais pas pourquoi je me trimballe cette besace depuis quelques années. En fait, je l'ai depuis toujours, d'aussi loin que je me rappelle. Elle contient tout un tas d'affaires aussi inutiles qu'importantes pour moi. Des babioles...mais des babioles avec des significations.

    Dans ce décor plus que familier, j'ai une sensation de sécurité. Je ramasse une photo, qui représente moi, Eckmül, Keller et Ceno en train de nous entraîner. Je me rappelle de ce jour-là. Je m'étais disputée avec Keller et pour nous réconcilier, Ceno nous avait obligés à nous entraîner ensemble. J'avais eu la fierté de ma vie, car je l'avais battu cette fois-là, fait qui ne s'était plus jamais reproduit. C'était maître Naberry, enfin Pad, qui avait pris la photo.

    Je m'étais toujours comportée en guerrière. Avec la Résistance, j'avais fait partie des Mésanges, le "commando junior". Nous nous entraînions comme les adultes, exactement pareil. J'avais été formée à résister à la torture. J'avais tué mon premier Death Watch à l'âge de dix ans. Avec du recul, je pense que j'étais plus dure il y a quatre ou cinq ans qu'aujourd'hui. Certes, maintenant j'ai plus d'expérience et je me bats mieux, mais avant, je me battais pour moi, pour ma liberté, alors qu'à présent je me bats pour les autres. Et c'est ça qui me rend heureuse.

    Je passe mes dernières heures hors de la carbonite à m'occuper de diverses manières. Je rêve en regardant le plafond, je joue à un jeu idiot sur mon datapad. J'y enregistre d'ailleurs un message.

    Alors...voilà. Les survivants de l'Ordre Jedi vont se congeler pendant vingt ans en attendant que la Force soit à nouveau en état. Vingt ans c'est long...mais ça doit être comme quand on dort, on ne sent pas le temps passer. J'ai du mal à m'y faire, je l'avoue. Mais c'est nécessaire.

    Je n'arrive pas à trouver les bons mots et j'éteins l'enregistreur. Et de toute façon, qui irait l'écouter ?

    Finalement, l'heure sonne.

    mercredi 01 février 2017 - 20:38 Modification Admin Permalien

  • Avatar obiwan931

    obiwan931

    10951 Crédits

    Bastion, palais de l' empereur Horn

    A l' intérieur de la salle du trône.

    Lorsque l' annonce fut réalisé par Musselier, je ressentis une immense douleur qui frappa ma tête comme si je fus frappé à l' instant par une virulente migraine. J' avais l' impression que la force s' était vidée de moi mais je compris par une succession de flash très rapides que les événements à l' autre bout de la galaxie se bousculèrent brusquement. Je compris que l' Ordre jedi s' était éclipsé et ce pour une période lointaine.
    Je revins à mes esprits, quelques peu agité , par le questionnement insistant de Musselier. Celui-ci affichait un visage interloqué à mon égard et se demandait ce qui se passait dans ma tête. L' Empereur et les chevaliers impériaux présents dans la salle comprirent mon ressenti.

    Musselier:_ Thore, pouvons nous compter sur l' aide de vos amis, les jedi?

    Moi:_Les jedi ne pourront pas nous aider sur ce coup- là, du moins ceux en présence de Maître Kaarde Naberry. Toutefois nous avons une petite dizaine de jedi dans nos colonies et moi-même je le suis. Quoiqu' il en soit, cette attaque ne sera pas la première et je pense qu' il y aura d' autres cibles.

    Horn:_ Comment ça d' autres cibles?

    Moi:_ Muunlist est un monde localisé à la frontière des colonies républicaines et des territoires impériaux. Coruscant ou du moins l' armée républicaine utilise une stratégie très similaire du SEZ, détruire les nœuds de communication permettant à l' ennemi de s' approvisionner en matières premières mais aussi de neutraliser les liaisons avec les autres systèmes.

    Musselier:_En clair vous pensez que Coruscant cherche à neutraliser ces passerelles pour mieux diviser les systèmes de la Coalition?

    Horn:_Cela paraîtrait logique, Coruscant sait qu' ensemble, nous sommes une menace plus importante. Toutefois pourquoi cherche t' elle à s' approprier des mondes dans le but de s ' approvisionner en matières premières? Elle en dispose bien?

    Moi:_ Peut être dans le but de créer une super arme comme le Paradis Noir? Quoiqu' il en soit, nous en reparlerons un autre moment.
    Moff Musselier, je vais vous mettre en contact avec l' Amiral Losh du TarisII, il vous aidera pour la reprise de Muunlist.

    Musselier :_ C ' est un grand plaisir de battre aux cotés de la Vraie République! J' y vais de ce pas.

    Musselier fit une révérence à l' Empereur et celui-ci lui donna congé. L' Empereur demanda aux autres convives de le laisser seul en ma compagnie. Je fis la même chose pour Echovagar et lui demanda de me retrouver à l' extérieur.
    L' Empereur se releva de son siège et s' approcha de l' une des grandes baies vitrés. Il scruta au loin le soleil couchant de la planète. Il resta immobile et fixa le paysage puis le monarque prononça calmement quelques mots à mon égard.

    Horn:_ Je l' ai moi-même ressentis ce vide à travers la force. Si vos amis, les jedis se sont retirés, c' est que notre sort n' est pas au beau jour pour le moment. Quoiqu' il en soit, la partie ne va pas être facile et nous risquons d' endurer de longues batailles et de lourdes défaites si nous ne restons pas ensemble. Je connais votre méfiance envers les impériaux, moi-même je n' apprécie guère certaines choses chez vous mais je ne peux renier le fait que vous et moi devons travailler main dans la main malgré nos différences. Nous ne sommes pas amis et ce pour le moment, mais nous pouvons être des alliés. La République de Ver'mer est le garant de la démocratie et non celle de Coruscant. Je le reconnais mais vous devrez aussi convaincre les autres membres de notre alliance. Je vais de ce pas, contacter les ambassadeurs et les chefs d' état des différents systèmes de la Coalition Galactique pour une réunion d' état d' urgence.

    jeudi 02 février 2017 - 00:45 Modification Admin Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6493 Crédits

    Kaarde : Il faudra bien sûr une personne qui se sacrifie pour surveiller votre hibernation et veiller sur la flotte pendant tout ce temps. Je serai cette personne... L’unité de congélation sera prête dans quelques heures. Tenez-vous prêt !
    Les heures qui suivirent furent très occupées. Sol’As avait insisté pour que tout le monde subisse un examen médical complet. C’était d’autant plus nécessaire que les différentes physiologies nécessitaient de régler très précisément le mélange et le processus pour s’adapter.
    Avec un peu d’aide, nous avions installé un poste médical proche de l’unité de congélation carbonite. Un hangar avait été préparé afin d’accueillir et préparer les gens, un autre pour stocker les blocs une fois congelé.
    Ellia était reparti sur le « Mirax » avec Jorus. Il était clair que tenter de congeler Maitre Jorus dans son état actuel serait de la folie. De fait, Jorus devra attendre un bon mois avant de rejoindre les autres, le temps d’être remis sur pied.
    Shina, Sol’As et moi-même peaufinions le protocole de contrôle et les calculs pour l’unité de congélation. Et ce test mis en évidence deux soucis.
    Sol’As était trop âgé, et avait de forte chance de ne pas survivre à la décongélation, processus très traumatisant pour l’organisme. Il avait de meilleures chances de survie en restant éveillé pendant tout ce temps.
    Et Moi. Me concernant, nous n’étions pas certains. Ma physionomie est certes celle d’un zabrak et mon état de santé parfaitement compatible avec le processus, mais il y avec de subtile modification génétique que Baaaaaaal avait effectué. J’étais en soi une copie, et de faite présentant une certaine fragilité au niveau cellulaire. De fait, aucun de nous ne pouvais savoir si mon corps allait survivre au processus. Un clone était déjà rare, un clone ayant vécu et survécu à une congélation carbonite… De fait, Sol’As me laissa prendre la décision, si je souhaitais ou non tenter l’opération.
    Shina quant à elle était en parfaite condition. Ellia, qui nous rejoint plus tard alors que Jorus flottait dans une cuve de Bacta a bord du « Mirax », était aussi en excellente condition pour un tel processus.
    Je remis cette réflexion a plus tard, le plus important était d’être prêt. Les premiers candidats à la congélation arrivaient.
    Un par un, les Jedi arrivaient, étaient examiné, habillés d’une tunique pour protéger la peau, leur affaires rangées et proprement classées, les paramètres physiologiques enregistré dans la plateforme s’apprêtant à recevoir la personne. La procédure restait impressionnante, mais se passa sans encombre. Le plus difficile fut les plus jeunes, qui étaient apeurés. Les rassurer prit du temps. Les plus jeunes avaient de drôle de demandes, comme nous faire promettre de rester près de leurs amis. Un demanda même a Kaarde de venir leur raconter une histoire tous les jours pendant leur sommeil.
    Kaarde était là, comme une présence rassurante, veillant et parlant avec chacun des Jedi. Il suivait tous nos fait et gestes, aidant au transport des blocs de carbonite. Chaque bloc était identifié, les paramètres physiologiques de chacun noté sur un film et laissé avec chaque bloc, rappelant les paramètres à surveiller pour le processus de décongélation. Tout était noté, préparé. Le hangar se remplissait, une centaine de blocs alignés au mur, au sol, un peu partout.

    Il nous fallut plus d’une journée pour congeler presque tout le monde. Il ne restait alors plus que Kaarde, Jorus, Aynor, Ange, Mara, Mimi (qui est arrivé dans l'intervalle - voir message de Ange plus bas) Gallen, Kinsa et l’équipe médicale.

    Note HRP du seul représentant joueur de la caste des guérisseurs : J’ai un peu fouillé mais pas trop trouvé d’élément quant à la congélation carbonite et des effets sur les organismes vivant. Donc je vais poser une base. Dans un tel cas, ce n’est pas une congélation au sens où on le connaît. C’est plus proche de l’hibernation. Les fonctions physiologiques sont ralenties, mais non stoppées. On voit que Solo semble toujours « vivant » lorsqu’il est congelé et il y a un monitoring de ses fonction vitales. De fait, on va partir sur la base d’un vieillissement équivalent a 1 mois par année en congélation, plus ou moins selon les espèces.  Donc en gros, 20 ans vont faire à peu près 20 mois plus âgé physiquement. Rappelez-vous aussi que la décongélation est très pénible et possiblement douloureuse, et vous serez aveugle pendant plusieurs jours, compte tenu de la durée de congélation. Voila! Bonne « petite » sieste!

    Ce message a été modifié par ProjetT le vendredi 03 février 2017 - 20:26

    jeudi 02 février 2017 - 02:51 Modification Admin Permalien

  • PSW


Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...


Evénements

Star Wars Celebration Europe 2023

07 avril 2023 - 10 avril 2023

Celebration

Encyclopédie

  • Croiseur SFS-418 Abolisher --- Les croiseurs lourds comme l'Abolisher créés par les industries Sienar ne se distinguent pas par la forme des appareils des grandes classes Victory et Imperial : la forme en Biseau caractéristique est conservée ainsi que la présence d’une imposante tour de commandement à la poupe du vaisseau. (Vaisseaux - Vaisseaux capitaux)
  • Crait --- Crait était une planète sur laquelle se trouvait une ancienne base de l'Alliance Rebelle. (Planètes & Lieux - Planètes)
  • Dobias Cole-Truten --- Dobias Cole-Truten était un humain vivant sur la planète Jedha (Personnages - Civils)
  • 327ème Corps --- Le 327ème Corps était une unité spéciale dirigée par le Commandant Bly durant la Guerre de Clones. On le surnommait également le Star Corps. (Organisations - Militaires)
  • Croiseur SFS-418 Invader --- Les croiseurs lourds comme l'Invader créés par les industries Sienar ne se distinguent pas par la forme des appareils des grandes classes Victory et Imperial : la forme en Biseau caractéristique est conservée ainsi que la présence d’une imposante tour de commandement à la poupe du vaisseau. (Vaisseaux - Vaisseaux capitaux)

PSW v8 - Mentions Légales - Vos choix de cookies - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2022 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide