Le Temple Jedi 6 (page 50)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Aynor

    Aynor

    9445 Crédits

    #Entrepôt 4-B01Z, à bord du Chu'Unthor


    Mon regard devenu aussi froid et dur que le duracier ne décrochait pas de la silhouette ô combien familière qui me faisait face. Passé le trouble de la confrontation, mon adversaire m'apparut dans sa vérité nue, débarrassée de tout mensonge.

    Aynor – La seule issue passe par moi.
    Vicious – Ce serait un plaisir de passer par toi et tes entrailles.

    Je ne doutai pas un seul instant de la véracité de ce désir malsain en parfait accord avec son nom. A ce même instant arrivèrent derrière moi Kinsa, Galen et Eckmül, accompagnés de R1 et de la petite Reyn. Pour tout dire cela ne tombait pas à pic. Les plus téméraires, Kinsa et Galen, se portèrent à ma hauteur.

    Galen – Hey toi le copieur, lâche notre ami et achète toi une personnalité !
    Vicious – Ouuuh, je suis trop cassé.

    Kinsa tourna sa tête vers moi et je lu dans son regard la même résolution que dans celui de Galen.

    Kinsa –
    On est assez nombreux pour le battre !
    Aynor – Vous devriez surtout mettre à l'abris la petite.
    Galen – Pas question, on reste avec toi.

    Cet invraisemblable entêtement, bon sang ! Je jetai un regard entendu à Eckmül qui balança sur son épaule la jeune humaine sous ses protestations et il sortit de l'entrepôt au trot. Je comptai sur lui également pour avertir Kaarde qui ne tarderai pas à venir nous prêter main forte, ce dont nous aurions grand besoin.

    Vicious – C'est attendrissant. Bon ben voilà plus de tripes à éparpiller pour gagner la sortie.
    Aynor – Prends moi en otage à sa place.

    Toujours ce rire si détestable et capable de faire craquer les Maître Jedi les plus zen.
    Ma jauge de patience arrivait à expiration et nos options peu nombreuses nous forceraient à l'audace. A côtés de moi Kinsa et Galen, je le sentais, refrénaient leur envie d'en découdre. Mon aura de Force caressa la leur en signe, non d'apaisemen, d'accord.

    Vicious – Ce serait stupide. Et je ne le suis pas.
    Aynor – J'ai bien envie de céder à la stupidité.

    Par le lien qui m'unissait à eux, les jeunes Jedi sentirent que le moment était venu.
    Mes deux mains se placèrent devant moi avec suffisamment de promptitude pour surprendre les sens aiguisés du Sith et j'étendis jusqu'à lui mon contrôle sur la Force qui vint enserrer ses deux prétendus lekkus dont la piètre tentative de reproduction des miens ne pourrait tromper aucun twi'lek de goût. D'une forte constriction je les tirai alors vigoureusement en arrière, causant j'en étais certaine une grande douleur, ce qui perturba sa propre emprise sur le jeune zabrak. Tout se passa très vite. Galen et Kinsa s'étaient déjà propulsés dans les airs sabre au clair. Le sourire se transforma en grimace et son ire projeta son essence maléfique jusqu'à moi. Je le sentis frapper à la porte de mon esprit et tenter de passer ma barrière mentale. Lorsque enfin il échappa à mon pouvoir, il n'eut d'autre choix que de bondir en arrière pour éviter la mort promise et sa réponse ne se fit pas attendre. Sa forme changea aussitôt pour prendre celle de Galen et il fondit sur les deux Jedi impétueux à la vitesse de l'éclair et leur lames faisant barrage ployèrent sous la furie de ses coups. A l'âpreté du combat physique s'ajoutait le combat pour la domination psychologique, et dans cette bataille il nous surclassait. Dark Vicious faisait sienne non seulement l'apparence d'autrui mais aussi son aura. Toute éprouvée que j'étais j’accourus jusqu'à eux et nous nous engageâmes dans un balai d'offensives et de contre-offensives. Les dégagements vigoureux succédaient aux estocs incisives, les lames vrombissaient et leurs rencontres tonitruantes faisaient naître des gerbes d'étincelles. Weedge, désarmé, c'était rapproché de l'entrée de l'entrepôt dont il scella la porte à l'aide de R1. Bien joué Padawan, pensai-je. Nos quatre lames se verrouillèrent un instant et nos regards s'ancrèrent sous l'éclat des sabres laser.

    Vicious – Cet entrepôt, sera votre entrepôt !
    Kinsa – Ç'est tombeau qu'il faut dire, gros nul.
    Vicious – PESTE !!

    Le Côté Obscur s'engouffra sans peine dans la déchirure du Côté Lumineux et nous submergea.
    L'atmosphère s'électrisa et nous fûmes tous renvoyés dans nos cordes, douloureusement pour nos corps déjà rudement marqués.

    dimanche 06 novembre 2016 - 23:31 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar baaaaaaal

    baaaaaaal

    8033 Crédits

    Sovereign, où es-tu ? Qui es-tu ?
    En général lorsque je reviens en toute discrétion sur Coruscant je ne tarde pas à trouver ce que je cherche. Mais aujourd’hui, tout est différent. Finie l’époque où le Sénat était infiltré par des centaines de sénateurs ou d’espions à ma botte. Le Sénat Galactique semble entouré d’un épais brouillard, désormais. Impossible de savoir ce qui s’y trouve. Ce qui me confirme une chose : Sovereign est là !
    Chacun de mes anciens contacts semble avoir été méthodiquement éliminé ou écarté du pouvoir, et ce bien avant que Gaïus Mahan trépasse sous la lame d’un Jedi. Il ne reste rien de ce que j’avais mis des décennies à bâtir ! Et pas question d’aller capturer un sénateur et de l’interroger à ma manière. Je prendrais le risque de dévoiler ma présence à Sovereign.
    Le Côté Obscur est à l’œuvre, clairement et, qui qu’il soit, Sovereign se montre beaucoup plus prudent que je l’ai jamais été ! Il ne se pavane pas, il n’attire pas l’attention sur lui, alors même que les Jedi ont été éliminés. Je suis clairement dans une impasse !
    Je n’ai plus qu’à rentrer bredouille dans le bouge de Kaarr, en espérant qu’il ait rassemblé plus d’infos utiles que moi. Mais auparavant il me reste un endroit à visiter absolument.



    Le Temple Jedi, hall Pollux Horn Terrik.
    Après avoir déjoué les innombrable cordons de sécurité des forces républicaine, l’ex-Seigneur Noir des Sith Baaaaaaal arpentait silencieusement le couloir désert menant au centre de l’édifice. Une douleur sourde pulsait dans sa poitrine. Il aurait aimé être ailleurs, et tenir la gorge d’une certaine personne entre ses mains, mais il ne pouvait pas se dérober. Il devait ce pèlerinage à la personne qu’il avait le plus aimé.
    C’est ici-même qu’il s’était fait tuer deux ans plus tôt, transpercé par la lame de Kaarde, et ici-même que Mirax était morte. Irrémédiablement morte, comme l’attestait la tunique vide qu’il contemplait à présent en enfonçant ses ongles de rage dans ses paumes. C’était comme si les antiques fantômes Sith l’obligeaient à assister une deuxième fois à cette horrible scène.

    Baaaaaaal. - Mirax… je ne sais pas si ta mort est le résultat d’une odieuse manipulation des Sith visant à me punir... ou si elle est simplement la conséquence inévitable de ton amour pour les autres… mais je ne resterai pas sans réagir, même si j’ai pu le mériter. Je mettrai la galaxie à feu et à sang s’il le faut... mais je te vengerai !

    L’ancien Maître Sith observa une longue minute de silence, silence rendu pesant par l’absence de vie dans le Temple, et s’engagea sur le chemin de retour lorsque quelque chose l’atteignit par la Force. De la peur. Pas loin.
    Tel un limier, Baaaaaaal mit tous ses sens en alerte en s’efforçant de demeurer caché dans la Force. Il n’était pas seul. Plusieurs individus se déplaçaient sous ses pieds et heureusement ce n’était pas lui qui leur inspirait une telle crainte. Qui pouvait vouloir revenir dans le Temple sinon des Jedi ou le responsable de leur génocide ? Il devait en avoir le cœur net !
    La piste le mena dans les niveau inférieur, profondément, en plein dans le système de canalisations. Il dut se plaquer contre une paroi pour éviter de se faire remarquer lorsque deux individus en supportant un troisième passèrent à un croisement. Il les laissa passer sans émettre un bruit. L’invalide, Baaaaaaal le connaissait, c’était Jorus Beku’n. Il était dans un sale état. L’une des deux personnes valides était une jeune femme qu’il ne connaissait pas. Quant à l’autre…

    Baaaaaaal (murmurant). - Le Jedi mandalorien ? C’est impossible, je pensais l’avoir tué !

    Mais la Force ne mentait pas, l’individu dans la lourde armure était bien Ceno. Moins Jedi que Sith, semblait-il, mais bien vivant ! La dernière fois que Baaaaaaal l’avait vu debout il venait de se prendre un missile de plein fouet. Si lui avait survécu jusqu’ici, alors peut-être que d’autres Jedi… ?
    Un cri lointain le tira de ses réflexions et le ramena à la mort de Mirax. Il restait au moins une shaax dans le Temple Jedi !
    Baaaaaaal attendit que les trois vagabonds furent suffisamment loin et s’élança dans la direction d’où ils étaient arrivés. S’il pouvait en apprendre davantage sur ces bestioles dont le fantôme de Palpatine lui avait prétentieusement vanté les mérites, il ferait un petit pas de plus vers Sovereign. De plus, il avait méchamment besoin de se défouler !
    Le spectacle qui l’attendait avait de quoi surprendre. Ange, mortellement blessée, près d’une shaax morte et sur le point d’être dévorée par une autre. Le sang de Baaaaaaal ne fit qu’un tour, et ses yeux retrouvèrent une teinte rouge orangée familière. Il leva une main. Tous les débris en férobéton alentours s’élevèrent en même temps et s’abattirent sur l’infâme créature en une véritable tempête et la mirent à terre.

    Baaaaaaal. - Mon ange, c’est vraiment pas le moment de t’endormir !
    Ange. - Je t’ai déjà dit de ne pas m’appeler comme ça !
    Baaaaaaal. - Tu peux te lever ?
    Ange. - Pourquoi je voudrais te suivre ? Foutu Sith !
    Baaaaaaal. - On ne va pas ravoir cette discussion maintenant, si ? Tu pisses le sang.

    Et en effet la malheureuse perdait abondamment du sang de l’abdomen, par deux côtés. Une shaax avait dû la transpercer de part en part.

    Baaaaaaal. - Tu as besoin d’une cuve bacta de toute urgence. En attendant je peux stopper l’hémorragie externe.
    Ange. - Ne me touche pas !
    Baaaaaaal. - Calme-toi.

    Elle se débattit mais du peu de force dont elle était encore capable, ce qui ne risquait pas de gêner Baaaaaaal. Jamais il n’avait tant regretté que le Côté Obscur le prive de l’usage de tout pouvoir curateur.
    Il appliqua une main sur le ventre d’Ange, une autre sur son dos, et convoqua la foudre Sith un bref instant. Ange gémit de douleur et frôla la crise cardiaque, mais l’épanchement de sang s’était arrêté.

    Baaaaaaal. - Voilà, tu as gagné un petit sursit.
    Ange. - Gu… Gunnar… Dis-moi que tu n’as… rien à voir… avec le génocide Jedi…
     ???. - SKRRRYYYYAAAAH !

    La shaax mise à terre un instant plus tôt venait de se relever sur ses huit pattes. Elle vomit un jet d’acide droit sur Baaaaaaal, que ce dernier arrêta en l’air en convoquant le Côté Obscur.

    Baaaaaaal. - Peuh ! Je hurle plus fort que ça, quand je m’y met.
    Ange. - Aaaa… attention à sa carapace !… Résiste… sabres laser...

    Baaaaaaal tint son sabre laser rangé et convoqua à nouveau l’énergie du Côté Obscur pour faire s’effondrer le tunnel sur la créature. La shaax fut d’abord immobilisée par une poutre de férobéton qui tomba sur son cou épais puis méticuleusement écrasée sous d’autres décombres épais. Il y prit un plaisir intense et regretta presque de ne pas être opposé à plusieurs shaax.
    Une fois satisfait, il prit Ange agonisante dans ses bras.

    Baaaaaaal. - Comme tu vois, elles ne m’apprécient pas non plus.
    Ange. - Il faut… que… ramène… le corps… étudier…
    Baaaaaaal. - On viendra chercher des morceaux plus tard. Pour l’instant dis-moi où trouver une cuve bacta !
    Ange (après hésitation). - … mon appartement... privé… Coruscant…
    Baaaaaaal. - Allons-y !
    Ange. - Comprend pas… m’a attaquée alors… que… suis invisible… Force… pensais que… attirées par Forceux...
    Baaaaaaal. - Rends-toi à l’évidence, si elles ne détectent pas les auras de Force elles doivent forcément flairer une autre caractéristique propre aux Forceux !
    Ange. - Mais oui… les… les midi-chloriens !… mais alors…
    Baaaaaaal. - Oui, même sur Myrkr elles pourraient te traquer… Au fait, ça s’appelle des Shaax.
    Ange. - Des Shaax ?
    Baaaaaaal. - Ne me demande pas comment je l’ai su.


    Salut à tous les fans de bestioles à huit pattes !


    mardi 08 novembre 2016 - 12:44 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar camara

    camara

    3135 Crédits

    J’étais toute tremblante. Les cris de ses créatures me terrorisaient. Je serrais dans mes mains le databloc qu’Ange m’avait donné en la regardant s’éloigner dans les ténèbres. Je devais me ressaisir, elle comptait sur moi. Je pris une grande inspiration, et tout en expirant lentement, je me mis à compter intérieurement.

    Un wookie... Deux wookie...

    Le databloc précieusement rangé dans une de mes poches de veste, j’avais aidé le Mandalorien à sortir Jorus de son brancard maison. Nous nous étions mis chacun d’un côté pour le soutenir, nous irions plus vite dans cette configuration.

    …Trois wookie… Quatre wookie…

    Ma respiration se faisait plus lente, plus calme, j’avais rebandé le torse avec les perfusions du Grand Maître car le voyage risquait d’être un peu plus mouvementé. Nous étions prêts à accélérer le pas.

    …Cinq wookie.

    J’étais arrivé à la fin de mon décompte silencieux. Même si devoir faire confiance à cet homme en armure ne m’enchantait guère, la peur s’était envolée au cinquième wookie. Je n’aurai jamais cru que je me servirai dans un endroit pareil de cette « astuce » d’enfant pour éloigner la peur.
    Tout en tentant d’être les plus discrets possibles, nous continuâmes notre avancée ensemble dans les canalisations. Je me souvenais parfaitement du chemin qu’il fallait emprunter pour rejoindre la ruelle où nous avions dissimulé le speeder. Nous communiquions par signe de tête avec notre protecteur. Son Aura avait légèrement changé. Bien qu’elle me donne toujours autant la nausée, après son échange avec Ange, elle s’était quelque peu adoucit. Ou bien c’était moi qui m’étais habitué à cette présence obscure.
    J’étais en nage, de peur d’attirer les monstres je n’osais toujours pas utiliser la Force pour m’aider. Le Jedi devenait de plus en plus lourd et la douleur dans mon épaule se réveilla sous son poids. D’un signe de main je proposais une halte devant une énième bifurcation avant que je ne fasse tomber notre troupe.

    Mara – attend, un instant…

    …Boite de Conserve ? Essoufflée, je me rendais compte que je ne connaissais pas l’identité de notre mystérieuse escorte. Ange n’avait pas mentionné une seule fois son nom. Lui faisait-elle réellement confiance pour Jorus et moi ou n’avait-elle simplement pas eu le choix ? Me massant légèrement mon épaule douloureuse j’y replaçais ensuite mon protégé sans le quitter des yeux. La fièvre le gagnait et il peinait à rester éveillé. Il fallait s’activer.
    Nous repartîmes après notre bref arrêt, toujours dans un silence de plomb. Les remarques de la corellienne m’avait blessées ce qui m’avait permis de réaliser l’exploit de rester aussi silencieuse que notre nouvel ami. Mais je ne pouvais m’empêcher de me taire trop longtemps.

    Mara – j’imagine que Boite de Conserve n’est pas ton vrai nom ?

    Il marqua une pause avant de répondre et me jeta un bref regard à travers son casque, comme si ma question l’étonnait.

    Cera - Cera Ordo, les Jedi m'appelaient Cenovii... et à quel bras cassé, Ange Solo a confié la vie de Jorus Beku’n ?

    Si je devais établir une relation de confiance, il ne servait à rien de mentir.

    Mara – Mara, Mara Sarkin et mes bras vont très bien, merci.
    Cera, sur un ton résigné - une autre Sarkin... Manquait plus que ça.

    Jorus glissa de nouveau légèrement, je réussi à le rattraper sans trop de mal et sans ralentir notre progression.

    Mara, hésitante – seulement de nom…
    Cera – je ne sais pas ce qui me retient de te tuer maintenant.

    Mara, reprenant de l’assurance – Il va se calmer la « Boite de Conserve » ! Sans moi, je doute que Jorus survive ! J’ai déjà ma tête mise à prix s’il n’arrive pas vivant à destination et pour ce que je représente désormais : L’espoir, alors que je n’ai rien demandé ! Tout ça parce que j’ai décidé de repointer le bout de mon nez au mauvais endroit au mauvais moment…

    Difficile de savoir ses réactions sous son armure. Il ne dit plus un mot et c’est ce qui était encore plus dérangeant. J’imaginais qu’il réfléchissait à un moyen de m’éliminer sans trop de bruit et cela passe pour un accident aux yeux d’Ange. Mais parmi toutes ces petites voix dans ma tête qui me criaient de fuir, une seule, en murmurant, m’intimait pourtant de continuer à lui faire confiance. Des bruits terrifiants nous parvenaient toujours au loin, nous forçant à accélérer le pas. Arrivés sous l’échelle qui mène à notre « bouche d’égout de sortie », j’acceptais de lui laisser Jorus quelques instants pour me permettre de grimper et ouvrir la trappe.
    La plaque était lourde et poisseuse mais je réussis facilement à la « décapsuler » de son emplacement. Cera avait placé le Maître de l’Ordre, sur le point de perdre conscience, sur l’une de ses épaules et m’avait suivi de près. Guettant de chaque côté de la ruelle, j’attrapais Jorus sous ses bras et le hissait hors du souterrain.
    Le speeder était toujours là. Je le libérais des débris qui l’encombrait et me mis à installer Jorus du mieux que je pouvais. Il était plus que livide et du sang avait transpercé l’un de ses bandages au poignet.
    L’ancien Cenovii se retourna vers moi. Le speeder ne contenait que deux places, je ne lui servais plus à rien. Il saurait récupérer les coordonnées qu’Ange m’avait filé sur mon cadavre. Alors que je pensais mon sort scellé, une foule s'amassa à l'entrée de la rue.

    Mara – Attention ! Derrière-toi !

    J’eus à peine le temps de le prévenir que Cera se retourna et riposta un tir de blaster tout en dégainant son sabre-laser. Des gardes de la République se rassemblaient devant nous.

    Mara – nous sommes piégés !

    Il continua de rejeter les tirs, de plus en plus nombreux, avec une fine dextérité. Je sorti mon propre blaster pour faire de même mais il me poussa sur la place conducteur de notre véhicule.

    Cera – Foncez ! Je vais les retenir !

    Avec la Force, il attrapa le garde le plus proche par la gorge. Il mit fin à son étranglement en le jetant violemment contre le mur ce qui arrêta quelques instants la pluie de laser. Il se retourna ensuite vers moi.

    Cera, d’un ton menaçant – emmène-le, mais je te préviens : si Jorus n'arrive pas à destination saint et sauf, je te traquerai, je te trouverai, et je te tuerai.

    Jorus fermement attaché, j’allumais les moteurs. J’acquiesçais d'un hochement de tête et après avoir soutenu le regard de Ceno, je lui lançais un sourire taquin.

    Mara – essaie un peu pour voir, « Boite de Conserve » !

    Je fis lancer l’engin à toute vitesse avec un dernier regard en arrière, désormais rempli d’inquiétude et mon sourire moqueur évanoui, tandis que l’ancien Jedi retourna à l’assaut de nos attaquants dans la direction opposée.

    jeudi 10 novembre 2016 - 21:32 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Ordo

    Ordo

    18172 Crédits Modo

    Cera - ... Tout s'est passé très vite. Pendant qu'ils s'échappaient, j'ai éliminé autant de soldats Républicains que possible. Une dizaine... Peut-être deux. Je ne suis plus très sûr...

    Le mando essaye de faire le vide dans son esprit, mais ses émotions sont difficilement contrôlables. Ange... Jorus... Un autre massacre... Il continue sur son habituel ton grave.

    Cera - ...ensuite j'ai pris la fuite à bord du Ghost avant que ne rappliquent d'autres divisions. Il faut agir au plus vite.
    Mandal'ore - Mon frère, tu auras ton temps de parole et la République répondra de ses actes, je le jure sur mes ancêtres.

    Davrel pose une main sur l'épaulette de l'unificateur en guise de geste amical, avant de reprendre une posture plus dure lorsqu'il s'assoit dans le fauteuil de la salle de conférence de l'Impérator.
    L'heure est grave. Sur le canal le plus sécurisé qui soit, les différents pontes de la Coalition Galactique se sont secrètement donné rendez-vous.
    Ils ne sont pas tous là. La reine d'Hapès n'a pas répondu à l'appel et Mimi Terrik Solo, leader de la Guilde, n'est pas de la partie non plus. Mandal'ore voit apparaître les images holographiques du Haut commandeur Vong Sakanga, de Ragga le Hutt, de la présidente Chiss Jalana Anati et du nouvel Empereur.
    Cera Ordo est hors du champ holographique et conseille le chef Mandalorien. Sa surprise est grande quand il se rend compte que Waren Horn a renversé Fell. L'ex-Jedi craint que cela n'influence les décisions à venir. Une telle séance n'avait jamais eu lieu.
    Dans l'histoire de cette jeune Coalition Galactique, jamais une réunion ne s'était faite sans ambassadeur Jedi et encore moins sans un représentant de la République. Mais les choses sont différentes à l'heure où la flotte Républicaine massacre ouvertement les membres de l'Ordre Jedi.


    Mandal'ore - Mes seigneurs, vous vous doutez bien de la raison pour laquelle j'ai demandé cette séance d'urgence.
    Horn - J'ai bien une idée malheureusement..
    Mandal'ore - La République a commis un acte de guerre envers les Jedi sans consulter la Coalition au préalable. Selon mes sources, la Chancelière Satsa Cki n'a plus aucun contrôle sur le sénat et sur son armée. La République se livre à un génocide dans la plus grande impunité.
    Ragga - Bôahaha ! C'est le maître Jeedai Kaarde Naberry qui a tué de ses mains l'ancien Chancelier ! Normal qu'ils soient chassés! E'shutta matubo oskara Jeedai !
    Mandal'ore - Vous vous trompez, il s'agit d'un coup monté visant à détruire l'Ordre Jedi.
    Sakanga - Quelles preuves avez-vous ? J'ai du mal à croire que Maître Naberry puisse se faire manipuler de la sorte.
    Horn - Est-il possible que le côté Obscur les ait rendu vulnérables ? Nous avons aussi rencontré quelques problèmes avec nos Chevaliers Impériaux.
    Mandal'ore - Vous avez vu juste. J'ai à mes côtés un ancien Jedi, Cera Ordo, qui aimerait témoigner.

    Mandalore s'écarte du champs de capture de la caméra et Cenovii s'y avance, droit comme un soldat, prêt à délivrer un message d'une importance capitale :

    Cera - Vous me connaissez tous. Je faisais partie de l'Ordre Jedi il n'y a pas si longtemps encore. Un Ordre qui a combattu le SEZ à vos côtés, dont les membres ont souvent aidé les vôtres. Nous avons parfois eu des différents mais nous avons toujours œuvré pour conserver l'équilibre dans la Force et maintenir la paix. Sans les Jedi, la Galaxie serait plongée dans le chaos, vous le savez tous, même vous Ragga... Même Baaaaaaal le savait, et c'est le jour où il a perdu cette certitude qu'il a causé sa propre perte.
    Et pourtant, aujourd'hui, la République profite de leur faiblesse pour les massacrer impunément. Le meurtre de l'ancien chancelier Mahan ? Une manipulation pour permettre la mise sous-tutelle de l'Ordre Jedi. La guerre entre Rhomammool et Osaria ? Un conflit créé de toutes pièces... Un piège savamment orchestré dans l'unique but d'anéantir des contingents entiers de Jedi envoyés sur place. Un véritable carnage ! Et je serais sûrement mort, moi aussi, si je n'avais pas reçu le soutien de mes frères Mandaloriens...
    À l'heure où je vous parle, le Chu'Unthor avec à son bord les derniers représentants Jedi, est pris en tenaille par la 9ème flotte de la République. Si personne n'agit l'Ordre Jedi ne sera bientôt plus qu'un ancien souvenir. Je viens vous demander solennellement de prendre la décision qui s'impose. La seule décision juste à prendre. L'Ordre doit être sauvegardé pour conserver un semblant d'équilibre dans la Force et la République doit payer pour son acte de trahison. Oui, je vous propose la Guerre... Car il n'y a pas d'autre choix possible !
    Réfléchissez. À quel camp s'en prendront-ils ensuite ?  Vous représentez les différentes factions de la Coalition Galactiques, vous vous devez de prendre position. J'ai moi-même été Général de la République du temps de Grumbak Tills... Aujourd'hui je suis écœuré de voir à quelle point elle est corrompue. Comment pouvez-vous l'ignorer? Vous devez vous unir et faire front. Ensemble, vous pouvez combattre, vous pouvez remporter cette bataille et contraindre la République à un cessez-le-feu...

    Un long silence s'impose, la présidente Chiss fixe le mandalorien de ses yeux rouges, Ragga se replit sur ses gros bourlets et le Commandeur Sakanga ressere son étreinte sur son baton serpent.

    Cera - Je vous remercie de m'avoir écouté. Le temps presse alors...
    Décidez-vous rapidement. Il en va de notre avenir à tous.

    Et Ceno sort du champs holographique.


    Ce message a été modifié par Ordo le dimanche 13 novembre 2016 - 02:10

    dimanche 13 novembre 2016 - 01:46 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar waren

    waren

    14531 Crédits

    Post en collaboration avec Cera Ordo :

    Mandal'ore (sur un ton résolu) - Les Néo-Mandaloriens sont prêts à engager leurs vaisseaux.

    Horn - C'était un beau plaidoyer et il est vrai que la République agit étrangement mais entrer en conflit avec elle nécessite mûre réflexion.
    Nous ne sommes pas tous aussi prompts à entrer en guerre que les Mandaloriens.

    Ragga - Boâ ! Inepties de Jeedai ! Comptez pas trop sur nous ! Le clan des Hutts ne veut prendre aucune responsabilité !

    L'image de Ragga disparaît subitement, jetant un froid sur l'assemblée, mais très vite le commander Vong reprends la parole calmement en se levant :

    Sakanga - Les Vongs acceptent de combattre. Nous ne laisserons pas les chevaliers lumières disparaître
    à nouveau dans les ténèbres après tout ce qu'ils ont fait pour nous et le reste de la Galaxie.

    Horn (avec un air méfiant) - Et vous pensez que la République restera sagement dans son coin une fois qu'on aura soufflé
    sur cet énorme brasier ? Tout ça pour quelques moines déguisés en rideaux de douche ?

    Sakanga - N'avez-vous pas écouté ? La survie de l'Ordre Jedi est primordiale pour conserver un équilibre dans la Force. Sans eux, le côté obscur régnera
    à jamais sur la Galaxie. Ce qui est sûr,  c'est que jamais Gaïus Mahan n'aurait permis cela !

    L'Empereur Horn se radosse à son fauteuil et se frotte le menton d'une main.

    Mandal'ore - Face au reste de la Coalition, la République ne peut rien tenter.  Elle sera trop esseulée. Nous les obligerons à signer un armistice.

    Horn - Et qu'en est-il de la Guilde ? Nous devons connaître leur position là-dessus.

    Mandal'ore - Nous ignorons la position du Leader mais nous savons que la Guilde a toujours entretenu d'étroites relations avec les Jedi.
    Il reste encore notre dernier allié, le Consortium de Hapès.

    Horn - Difficile de compter sur eux, ils sont loin de tout et ne se mêlent jamais de rien...
    Tant qu'on ne les attaque pas, mieux on se portes.

    Jalana - Peut-être que c'est eux qui ont raison.

    Mandal'ore - Vous vous décidez enfin à parler ? Les Chiss ont aussi leur mot à dire.

    Jalana - Je ne sais quoi penser de tout ça pour l'instant, Seigneur Mandalore.
    Vous devez comprendre que je ne peut prendre cette décision à la légère..

    Mandal'ore - Vous avez entendu Cera Ordo, le temps presse.

    Horn - On prendra le temps qu'il faudra. Il nous faut évaluer nos chances et les conséquences
    qu'impliqueraient un conflit avec la Nouvelle République. Et aussi envisagez..

    Mandal'ore (Brutalement) - Très bien.  Alors, évaluez, pendant ce temps j'envoie Cera Ordo et notre flottille soutenir les Jedi.

    Horn (Assez énervé) - Toujours les mêmes ces mandos, dés qu'il y a de la baston, il faut qu'ils se
    précipitent comme un groupe d'Acklays sur un Bantha loin de son troupeau !

    Mandal'ore - Il ne sert à rien de tergiverser. Pendant que vous palabrez, nos chances de réussite s'amenuisent.
    C'est maintenant qu'il faut frapper.

    Il appuie ses propos d'un coup de poing sur la table avant de se redresser.

    Mandal'ore - Ma flottille est prête à partir sur le champs, si vous vous décidez, contactez-moi et je vous
    fournirai les données vectorielles qui mènent à l'emplacement actuel du Chu'Unthor.

    Sakanga - Transmettez. Les escadrons Yorik et de Zonama Sekot sont avec vous.

    Mandal'ore, Sakanga, Waren Horn et Jalana Anati échangent tous un dernier regard lourd de sens.
    Le nouvel Empereur se redresse. Jalana semble attentive. Joignant les mains il déclare :

    Horn - Transmettez. L'Empire se joindra à vous pour permettre cet armistice.

    Après une profonde inspiration, la femme à la peau bleutée se lève et montre son sceau :

    Jalana - Ainsi que la nation Chiss.

    dimanche 13 novembre 2016 - 02:15 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    9134 Crédits

    Nous sommes dans l’un des entrepôts du Chu’Unthor, dans une malheureuse situation. Le changeforme retient mon camarade zabrak tout en ayant l’apparence de mon maître Aynor, mais plus vraisemblablement une copie mal faite, et semble nous inciter à le laisser filer. Je ne regrette pas de lui avoir balancé une vacherie sur lui parce que j’ai l’intention de continuer. Kinsa et moi sommes impatients de tâter ce Sith, seul vrai adversaire au même niveau que les cracheurs d’acide. C’est bien évidemment lorsqu’Aynor utilise la Force pour tirer en arrière les faux lekkus du changeforme que tous deux nous fonçons vers lui, le sabre-laser dégainé et allumé. Lorsqu’enfin il échappa au pouvoir d’Aynor, le Sith n'eut d'autre choix que de bondir en arrière pour nous éviter. Sa forme changea aussitôt pour prendre la mienne et il fondit sur Kinsa et moi. La grande twi’lek Jedi accourut jusqu'à nous ; un balai d'offensives et de contre-offensives s’en suivit. Weedge, désarmé, s'était rapproché de l'entrée de l'entrepôt dont il scella la porte à l'aide de R1. Nos quatre lames se verrouillèrent un instant et nos regards s'ancrèrent sous l'éclat des sabres laser.

    Vicious : - Cet entrepôt, sera votre entrepôt !
    Kinsa : - C’est « tombeau » qu'il faut dire, gros nul !
    Vicious : - PESTE !!
    Moi : - Blaireau !!!

    Le Sith n’apprécie pas ce qui se passe et puisa dans son aura. L'atmosphère s'électrisa et nous sommes tous renvoyés dans nos cordes, douloureusement pour nos corps déjà rudement marqués. Kinsa et Aynor sont encore couchés à terre, paralysées par l’effet soudain, pendant que je me relève lentement, sûrement mais aussi témérairement pour me dresser vers notre adversaire. Le changeforme s’est relevé au même moment et me voit debout, ricanant méchamment avant de s’élancer. Je fais trois pas en avant, grands et rapides, pour plaquer la lame de mon sabre contre la sienne. Je me rends compte de l’aura du Sith et comprend qu’il m’a copié jusqu’à me piquer mon identité. Une seule chose à faire : l’attaquer verbalement.

    Moi (après une nouvelle contre-offensive) : - Ce n’est pas parce que tu es un Sith que je vais faillir devant toi.
    Vicious : - Tu devrais pourtant. Contrairement à moi, tu n’es qu’un amateur. Un inférieur.
    Moi : - Et franchement, t’as très mauvais goût en prenant cette apparence, caméléon de mes deux.
    Vicious : - Qwa ?! « Caméléon » ?!

    Le Sith reprend sa grimace colérique. Je me positionne en défensive et contre-attaque lorsqu’il abat violemment son sabre rouge sur moi. Il est énervé ou vexé, ça fonctionne.

    Vicious : - Sale Jedi ! Je vais t’émincer membres après membres, comme un poulet.
    Moi : - Comme si je vais me laisser avoir par un métamorphe schizophrène.
    Vicious : - Vas-tu donc te taire ?!!!

    Nos deux sabres se croisent sans arrêt, pour chaque mouvement que nous faisons. Je sens derrière moi la présence de mon mentor et de ma camarade mandalorienne, venant rejoindre la partie remise. Si l’une se sert de ses atouts matériels pour déstabiliser le changeforme (ses gadgets quoi), l’autre se sert de ses atouts physiques pour le combattre au corps-à-corps. C’est après un brève échange entre trois lames que le Sith recule en vitesse puis lance des éclairs sur nous. C’est plutôt stupide car je me protège avec mon sabre mais l’électricité alimentée par le côté obscur est tellement forte que je suis poussé en arrière malgré ma défense ; je suis encore debout. Aynor a réussi à se protéger d’une telle puissance et Kinsa l’a simplement esquivé.

    Je comprends aussitôt que le Sith changeforme nous a déstabilisés à son tour, car il envoie son sabre tourbillonné vers nous. Je décide de me pencher en arrière avec la nuque proche du sol et les jambes écartées pour éviter l’arme au vol ; le sabre rouge passe dangereusement au-dessus de moi puis vers Aynor, qui contre l’arme avec la sienne, ce qui fait le fait revenir vers son propriétaire. Kinsa se propulse avec son jet-pack pour attaquer le Sith au sabre, mais celui-ci la renvoie avec une poussée de Force. Je reprends mon attention sur le changeforme et aperçoit à sa ceinture le sabre-laser confié par Weedge. Sans prévenir, je fonce sur le Sith et tente une violente offensive ; il la pare sans souci et me contre-attaque. J’ai aussitôt le réflexe de me pencher et d’esquiver vers ma droite, pour aller un peu loin de lui. Je dérape au sol puis me redresse. Le changeforme me fixe avec sadisme.

    Vicious : - Tu ferais mieux de revoir ta stratégie de combat, gamin.
    Moi : - Pardon mais elle s’est déroulée comme prévue.

    Je révèle mon bras gauche derrière mon dos et montre le sabre-laser volé dans ma main. J’ai profité de mon esquive pour le chiper. Le Sith enrage à nouveau et utilise le côté obscur pour tracter l’objet ; il est attiré par l’attraction du changeforme mais je m’efforce de tirer de mon côté sur mon bras, serrant douloureusement le sabre dans ma poigne. Kinsa me voit en difficulté et intervient.

    Kinsa : - Tiens bon Galen !

    Elle tend son bras gauche et son brassard d’armure lance soudain un projectile métallique muni d’un câble. Le grappin saisit le poignet du changeforme puis tire ; le changeforme perd sa concentration et l’attraction se perd. Par précaution, je range rapidement le sabre volé dans une poche de ma veste. Puis je me jette sur le Sith. Il ne me voit pas venir et je lui marque la joue gauche et la poitrine d’une cicatrice au sabre. Le Sith se relève avec colère et douleur puis crache son venin.

    Vicious : - Vous perdez votre temps. Ce vaisseau est condamné et votre Ordre aussi ! Les Shaax auront rapidement raison de vous !
    Kinsa : - Les « shaax » ?
    Moi : - Les cracheurs d’acide ?
    Vicious : - Oui ! Et croyez-moi, vous ne leur échapperez pas. Ce vaisseau sera votre vaisseau !
    Kinsa + Moi : - C’est « tombeau » ! Andouille !

    Notre ennemi rage à nouveau puis s’enfuit vers l’un des couloirs menant aux autres hangars. Finalement, nous avons survécu à un Sith changeforme, récupéré le sabre donné par Weedge et… cela complète notre chance de ramener la Lumière, avec le Codex en ma possession. Tiens, d’ailleurs il faut que j’en parle à Aynor maintenant. Et aussi à maître Kaarde, en espérant qu’il arrivera.

    Ce message a été modifié par galen-starkyler le lundi 14 novembre 2016 - 20:00

    lundi 14 novembre 2016 - 19:54 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar waren

    waren

    14531 Crédits

    Lieux : Au dessus du Chu'Unthor
    ( Message en collaboration avec Cera Ordo et Kaarde )

    Sortant du vide sidérale, la flotte mandalorienne surgit face à celle de la nouvelle république, alors que des strilles lasers fusaient de part et autres.
    Sur la passerelle, Mandalore vit le Chu'Unthor en bien mauvais état, à travers la verrière. Il se tourna vers un ses lieutenants, pour savoir quand sortirait les autres croiseurs de l'Hyperespace, mais
    la réponse ne se fit pas attendre. Deux autres flottes sortirent presque immédiatement sur le flanc opposés. Il s'agissait du Nouvel Empire et la Nation Chiss, suivit quelques bref instant plus tard, des
    vaisseaux de la flotte ornagnique Vong qui arriva par derrière. Évidement, cette arrivée massive et inattendue provoqua une réaction chez les Republicains, une communication entrante se fit entendre. Cera Ordo
    leva légèrement la tête vers son Maitre, tout en resserrant sa combinaison de combat, comptant ensuite ses munitions avec une infinie précaution sur chaque armes. Mandal'ore activa l'intercom.

    Cmdt. Azerty - "Ici le Commandant de la Neuvième flotte de la Republique, que signifie cette intervention ?"

    Mandal'ore - "Ici Mandal'ore. La question serait plutôt : à quel moment la République a cru bon de s'arroger le
    droit d'attaquer une autre faction de la Coalition Galactique sans consulter les autres factions ?"

    Sakanga - "C'est un acte de guerre envers les Jeedai. Nous sommes ici pour vous contraindre à un cessez-le-feu.
    Obtempérez ou nous serons obligé d'agir en conséquences."

    Waren - "Attention Mandal'ore, nos senseurs captent quelque chose, je pense qu'ils s’apprêtent à tourner leurs turbolasers vers vous."

    Une sirène résonna sur le pont, puis la lumière de la passerelle passa au rouge, Cera compris que les négociations étaient terminés. Sans attendre l'ordre de Mandal'ore, il courut vers le hangar où
    étaient stockés les chasseurs Fury, en compagnie d'autres guerriers. Mais l'ancien Jedi avait l'intention d'utiliser le Ghost, moins visible, grâce à ses panneaux réflecteurs. Il pouvait ainsi éviter
    de se faire repérer pour infiltrer le Chun'Unthor, son idée était de rentrer par le hangar pricipal, puis il aviserait sur place. Son droïde l'attendait déjà dans le cockpit et avait allumer les moteurs.
    Dans le hangar, plusieurs chasseurs commençait à se décrocher de leurs amarres, pour plonger au cœur de la bataille. Plusieurs mandaloriens ne manquèrent pas de saluer Cera avant que le Ghost décolle..

    Ce message a été modifié par waren le dimanche 27 novembre 2016 - 11:49

    mercredi 23 novembre 2016 - 16:27 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    22717 Crédits

    Ce fut dans un silence lourd et pesant que Gunnar s’évertua à les mener jusqu’à l’adresse qu’Ange lui avait susurrée avec effort entre deux quintes de toux ensanglantées. Durant tout le trajet, Solo ne savait ce qui s’avérait être le plus difficilement supportable : affronter le regard soucieux de l’homme qui la tenait dans ses bras tout en sachant pertinemment qu’elle en était et la cause et l’origine, fuir ces deux iris pour se retrouver seule, dans les ténèbres, en compagnie des démons qu’il avait su générer en lui avouant la vérité quelques semaines auparavant ou tout simplement se battre pour sa survie en espérant ainsi obtenir ces réponses qui lui torturaient l’esprit.

    Arrivés au bas du gigantesque building donnant sur la Western Sea, l’ancien rebelle remit la Corellienne sur pieds, la soutenant malgré ses protestations pour la forme, afin qu’elle s’acquittât des nombreux codes de sécurité de la résidence jusqu’aux pièges installés consciencieusement dans son propre appartement dont la vaste superficie était meublée dans un style si épuré que l’on pouvait aisément douter que quelqu’un vécût même occasionnellement entre ces quatre murs.

    Rassemblant ses dernières forces et un semblant de dignité, Ange s’essaya à quelque pas en solitaire dans la direction opposée à celle de leur arrivée. Manquant de trébucher à plusieurs reprises tant par la douleur que par sa vue qui se brouillait, elle trouva appui contre la cloison. Gunnar, en une enjambée, la dépassa et, s’adossant contre l’encadrement d’une porte, la toisa d’un air tristement amusé.

    Gunnar : Si pour réduire l’espace vital entre nos deux existences (Il fit un signe de la main.), il faut en arriver là : laisse-moi juste le temps de trouver une nouvelle Etoile, la détruire et revenir. Avec un peu de chance, tu ne seras qu’aux deux tiers du chemin.

    Pour toute réponse, la Corellienne maugréa d’une voix inaudible tandis qu’il s’approchait davantage d’elle.

    Gunnar : Ange, s’il te plaît…
    Ange, en acceptant qu’il la soutienne : Va pas croire que… cette conservation… est terminée et… que tu as gagné…
    Gunnar, souriant : Bien sûr que non. Tu es la meilleure quand il s’agit de tricher !

    Quelques pièces plus tard, Gunnar l’aida à s’asseoir sur une table siégeant à deux pages de l’imposante cuve à bacta. Tant qu’elle ne brochait pas, il examina de plus près les blessures qui s’enfonçaient dans sa chair et jugea bon de découper le vêtement pour des raisons pratiques. S’emparant d’une paire de ciseaux sous le regard vague mais néanmoins inquiet de la Corellienne, il s’activa à la tâche et s’excusa quand il retira précautionneusement des plaies le tissu non sans râle de l’intéressée. A bout de forces, Solo le laissa faire si bien que la durée qui la sépara de la substance génératrice ne se mesura pour elle qu’en notions flottantes à mesure où elle quittait ses vêtements. Gunnar vérifia une dernière fois que le masque à oxygène était correctement fixé et lança un cycle médical de quelques heures.

    Et ce fut le noir total.

    Quand elle se réveilla, Solo paniqua pendant de courts instants, ne sachant plus trop où elle se trouvait. Par flashs, ses souvenirs s’emboitèrent les uns dans les autres et elle ne tarda guère à comprendre qu’elle était chez elle en bonne ou mauvaise compagnie. Elle se hissa à la surface de la cuve avec difficulté. Son épaule droite lui faisait encore atrocement mal. En se hasardant, non sans appréhension, à toucher la zone où la queue du shaax s’était plantée, elle constata que la plaie commençait à cicatriser. Quant à son abdomen, le trou plus étroit encore béant lui valut un haut-le-cœur qu’elle peina à retenir. En regagnant le sol de la pièce, elle s’affaira dans les tiroirs d’une grande armoire à trouver des pansements au bacta qu’elle plaça sur son ventre en réprimant un rictus douloureux. Enfin, elle enfila le déshabillé en soie que Gunnar lui avait déposé sur le coin de la table et sortit.

    Elle trouva l’homme là où elle s’y était attendue, dans cette immense pièce vide d’une soixantaine de mètres carrés qu’elle n’avait volontairement pas meublé. Constituée essentiellement de panneaux transparents, la pièce offrait un panorama vertigineux qui vous donnait l’impression de vous trouver au beau milieu de l’océan. Dès que le jour déclinait, comme c’était le cas à cette heure de la journée, les reflets incandescents du soleil baignaient le lieu d’une aura presque enchanteresse.

     Ange, s’asseyant difficilement à ses côtés : C’est plutôt chouette à cette heure de la journée…
    Gunnar, sans quitter des yeux l’horizon : Chic et tranquille. Œuvres originales un peu partout. Nous sommes d’accord, le crime ne paie pas.
    Ange, indiquant les cadavres qui gisaient autour de lui : En tout cas, suffisamment pour que tu entames ma réserve.
    Gunnar, la regardant : Il a bien fallu patienter…

    Il lui tendit une bouteille de brandy qu’elle ne se fit pas prier pour commencer à ingurgiter tandis qu’elle sentait au plus profond de ses entrailles meurtries que le moment était venu d’aborder la multitude d’interrogations qui noyaient son esprit depuis qu’ils s’étaient quittés. Elle ferma les yeux quelques secondes, cherchant la force nécessaire pour verbaliser ce qu’elle avait mis tant de temps à confusément statuer. Elle devait le faire aussi bien pour elle que pour lui mais le passage à l’acte n’en était que plus difficile.

    Ange, sans quitter la mer : Je… Je ne savais absolument pas comment entamer cette discussion. Je n’ai jamais été très douée pour ça. Mais, ça, je pense que tu t’en souviens. (Elle marqua une pause.) Je ne sais pas comment encaisser le je suis un sith…
    Gunnar, en agitant un bras dans l’air : C’est sûr qu’en comparaison de tout cela…
    Ange : C’est pas ce que j’ai voulu dire. Je sais très bien que je suis de très loin un modèle de moralité discutable…
    Gunnar : Ce n’est pas moi qui vais te contredire.
    Ange, souriant : Ca ne t’a jamais dérangé.
    Gunnar, faisant un rictus : Sauf quand ton frère voulait me tabasser.
    Ange : Certes.

    Il eut un long silence et elle reprit.

    Ange, redevenant sérieux : Gunnar… Je… Je ne sais plus comment considérer cette partie de ma vie à laquelle je m’étais jurée de ne jamais plus retoucher. Je ne vais pas me lancer dans un long monologue larmoyant sur ce qu’a été ma vie avant et depuis la Rébellion mais je ne ferai que mentir si je ne t’avouais que cette période a sans doute été la période la plus heureuse de ma vie pour la simple et bonne raison qu’elle avait du sens. Malgré toutes les épreuves que l’on a vécues, le fait d’ignorer si c’était la dernière fois que je te voyais avant de monter sans ce foutu cockpit, si cette journée était sans doute la dernière, si Han allait encore une fois faire mine de se tirer en catimini et tout plaquer, tout, tout ça, faisait que je savais pourquoi je me levais le matin. Il n’y avait aucune question à se poser : c’était la seule chose de juste qu’il y avait à faire, se battre pour cet après que je n’ai finalement pas connu… Je donnerai tout et rien pour revivre ou ne serait-ce que conserver tous ces souvenirs intacts, qu’ils soient encore aussi vivaces et limpides qu’au moment où je les avais vécus. Sur Myrkr… Tu m’as offert – bien que le mot est mal choisi, je te l’accorde – une vision différente de cet idéal en dévoilant une vérité que je n’avais pas connue jusqu’alors et je me demande désormais si tout ça, ou du moins une partie mais cela reviendrait tout de même à modifier ce tout, n’était pas au final qu’une gigantesque mascarade. Ca. Aujourd’hui. Alors que les événements semblent fatalement se répéter. Je ne veux pas me réveiller et me demander en qui placer ma confiance parce qu’on a remis en cause celle que j’avais placé si sereinement par le passé… Et je ne pense avoir ni l’envie ni la force de t’en vouloir… ou te détester… mais tu restes un foutu fils de Sith, image qui entre à la fois en conflit et en résonance avec tous ces souvenirs que j’ai de toi ; en conflit parce que je n’arrive pas, malgré tous les efforts que je produis pour m’en convaincre, à superposer ces deux images de toi ; et résonance parce que ta déclaration m’oblige presque à déconstruire toutes ces images que j’ai de toi. Et je ne sais pas comment faire pour faire pencher cette fichue balance.

    Et elle inspira bruyamment, complètement vidée par ce qu’elle venait de déclarer, sans quitter l’horizon des yeux.

    Ange, tournant ses iris dans sa direction : Voilà. Je pense avoir parlé pour les cent soixante-dix prochaines années…
    Gunnar : Normalement n'importe quel Sith se ferait un plaisir de décider pour toi, de te contraindre à faire pencher la balance en sa faveur... Je ne ferai jamais une telle chose avec toi.
    Ange : Tu sais ce que je vais te répondre.
    Gunnar, du tac-o-tac : … Que tu aimerais me croire…
    Ange, soupirant sombrement : Comme tu m’expliques ce que tu foutais dans les couloirs du Temple…
    Gunnar : Je cherche à comprendre ce qui est arrivé aux Jedi. Celui qui leur a fait ça est mon ennemi à moi aussi.


    Ce message a été modifié par AngeSolo le lundi 28 novembre 2016 - 21:05

    mercredi 23 novembre 2016 - 19:29 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    16840 Crédits Modo

    Je ne savais plus où donner de la tête !
    Trouver un assassin Sith métamorphe au milieu d’un gigantesque vaisseau en perdition lui-même envahi de soldats de la République et de shaax… Tout bonnement impossible ! J’avais jusqu’ici passé le plus clair de mon temps à détourner certaines de ces bestioles pour protéger des Jedi en fuite. Dans ces conditions Dark Vicious ne pouvait que m’échapper, l’infâme.
    Les shaax… j’avais beau connaître désormais leur nom, ces créatures demeuraient incompréhensibles. Cette carapace résistante aux sabre laser… cet acide surpuissant… et surtout cet odorat qui leur permettait de traquer les Jedi. J’avais beau augmenter mon aura de Force au maximum, ça ne suffisait pas à les détourner de leurs autres proies. Dire que Bloli avait réussi à en tuer une, et Mirax plusieurs, au prix de leurs vies !
    Au détour d’une coursive je tombai sur un jeune Bith familier transportant une très jeune humaine sur son épaule.

    Moi. - Eckmül ?!
    Eckmül. - Ah, Maître Kaarde ! Il… il… il est là ! Le Sith !
    Moi. - Tu as vu Dark Vicious ? Où ?
    Eckmül. - Entrepôt 4-B01Z. Maître Aynor, Kinsa, Weedge et Galen sont aux prises avec lui. Ils m’ont chargé d’emmener Reyn en lieu sûr !

    Un instant je fus tenté de me méfier, de m’assurer que le jeune Jedi que j’avais en face de moi n’était pas Vicious tentant une fois encore de me duper. Mais une brusque manifestation du Côté Obscur me fit admettre que le Sith était ailleurs dans le vaisseau, et qu’il ne se cachait plus.

    Moi. - Bien, emmène Reyn à bord de l’Arrow et tiens-toi prêt à décoller à n’importe quel moment. Je vais ramener les autres.
    Eckmül. - Bien compris ! Merci, Maître.
    Moi. - Merci à toi, Eckmül.

    Je courrai alors à toutes jambes vers l’entrepôt 4-B01Z, bien décidé à empêcher un nouveau drame. Je fus dérangé dans ma course par un appel de Lyhesh Gi sur mon comlink.

    Lyhesh (comlink). - Maître Nabery, il faut absolument que je vous parle ! J’ai découvert…
    Moi. - Plus tard, Lyhesh ! Dites-moi plutôt si vous avez un visuel sur l’entrepôt 4-B01Z !
    Lyhesh (comlink). - Le 4-B01Z, attendez, je consulte le système holo… Bon sang, Galen est en train de s’y battre avec… avec lui-même ! Je veux dire... avec le clawdite !
    Moi. - Pourvu que j’arrive à temps.
    Lyhesh (comlink). - Faites vite, d’après le système de surveillance la majorité des cracheurs d’acide est en train de converger vers l’entrepôt 4-B01Z et… Oh BON SANG !
    Moi. - Quoi ? Lyhesh, répondez-moi, que se passe-t-il ?
    Lyhesh (comlink). - Une flotte… non, plusieurs flottes… l’Empire... les Mandaloriens... les Chiss... les Vongs… ils viennent d’émerger de l’hyperespace et d’encercler la... Ils attaquent la flotte de la République !
    Moi. - C’est inespéré… Lyhesh, il faut profiter de cette diversion. Sonnez l’alerte générale ! Que tous les Jedi rallient les navettes restantes dans les hangars et abandonnent le Chu’Unthor !
    Lyhesh (comlink). - Euh… Bien… à vos ordres.

    Je sentais bien que Lyhesh obéissait à contrecœur, la mort dans l’âme. C’était une Jedi dévouée et très sérieuse, et c’est justement pour ça que je lui avais confié la direction du Chu’Unthor il y a quelques années. L’idée d’être la dernière responsable du vaisseau, celle qui aura abandonné le Chu’Unthor, devait fortement lui déplaire.

    Moi. - N’oubliez pas, Lyhesh, nous faisons ce sacrifice pour que ce qu’il reste de l’Ordre perdure. Vous n’avez rien à vous reprocher !
    Lyhesh (comlink). - Bien… Maintenant, Maître, il faut absolument que je vous parle des données cryptées laissées par Tyria ! Je les ai examinées et…
    Moi. - Désolé, mais je dois vous laisser ! J’arrive à l’entrepôt. Dépêchez-vous de rejoindre Eckmül et Reyn à bord de l’Arrow.

    J’arrive finalement à destination et retrouve Aynor, Weedg, Kinsa, Galen, et le droïde R1, visiblement éprouvés mais soulagés.

    Moi. - Tout le monde va bien ? Aucun de vous n’est… ?
    Aynor. - Non, rassure-toi, Vicious a filé. Il avait pourtant l’avantage.
    Galen. - J’ai pu récupérer le sabre de Maître Terrik ! Ah, et j’oubliais, j’ai aussi le Codex !
    Moi. - Parfait ! Laisse-moi veiller sur le sabre, si tu veux bien. Dark Vicious court toujours, et nous allons devoir courir.
    Kinsa. - Pourq…. ?
     ???. - SKRRRYYYAAAAAAAH !
    Weedge. - Oh… je comprends pourquoi le changeforme est parti...



    mercredi 23 novembre 2016 - 23:25 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar camara

    camara

    3135 Crédits

    J’avais très froid, les capteurs thermiques intérieur de l’Angel’s Fury indiquaient pourtant une température tout à fait convenable mais il m’était impossible de me réchauffer.

    En arrivant quelques heures plus tôt, je m’étais occupé en premier lieu de Maitre Jorus. Je l’avais nettoyé et lavé de toute trace de passage dans les canalisations. Un scan complet de son corps me montra ses différentes blessures. Je refis entièrement tous ses pansements et ses bandages imbibés de bacta et reposai une perfusion digne de ce nom avec des poches neuves. J’avais profité qu’il se soit endormi pour m’accorder quelques minutes à moi.

    L’eau brûlante de la douche coulait sur ma peau. Cette fois, c’était les visages d’Ange et de Cera qui défilaient sans cesse dès que je fermais les yeux. Tous les deux s’était jeté dans la fosse aux rancors pour me permettre de survivre. Grâce à eux, j’étais dans ce vaisseau, saine et sauve, à m’inquiéter de leur sort. Jorus, entre la vie et la mort, me rappelait sans cesse que nous devions rapidement quitter cette planète.

    A peine séchée et dans des vêtements chauds et propres, je sortais de la pièce embuée et m’installai dans le cockpit.

    « …si je pars, je condamne Ange et par la même occasion je risque de me faire décapiter par les membres de la Guilde au complet…

    …si je reste, je condamne Jorus, je deviens l’ennemi public n°1 de ce Cera Ordo si Ange ne me tue pas avant… »

    Je n’arrivais pas à me décider à quitter la planète et cela me rendait dingue. Sous le temple ils ont tout fait pour que je vive pour sauver Jorus et maintenant quoi que je fasse cela ne sera jamais bien. J’étais perdu.

    A force de les lire je connaissais les coordonnées notées sur le databloc par cœur. Le temps filait et seul les bruits des moniteurs sur lesquels Maitre Beku’n était branché brisaient le silence. 

    Après un long moment d’hésitation, je lançais une communication longue portée sur le canal protégé qu’Ange avait laissé en mémoire. Le visage de Wes apparu presque immédiatement, choqué que je me trouve à la place de sa corellienne.

    Mara – « Weston », nous avons un problème…

    Wes, très inquiet Mara ?! Parle, qu’est ce qui se passe ?!

    Je ne savais pas par où commencer. A la suite d’un long soupir, je me lançais enfin :

    Mara – Nous avons trouvé Maitre Jorus Beku’n dans un sale état. Il a été roué de coups, séquestré et caché dans le Temple. Il souffre de déshydratation, de dénutrition, de multiples fractures plus ou moins sévères, des ecchymoses et plaies recouvrent son corps, certaines commencent à s’infecter. La bonne nouvelle c’est que malgré son état grave, il est vivant et stable pour le voyage. La mauvaise… Ange n’est pas avec moi.

    Wes, hurlant Répète moi ça ?!!

    Je continuais sur ma lancée, en reprenant à peine mon souffle.

    Mara – elle est restée au Temple pour nous permettre de nous enfuir et continuer à bien sa mission. J’ai tenté de la dissuader mais… le « gouffre qui me sert de bouche » n’a pas été efficace… Elle m’a ordonné de partir et de ramener Jorus vivant.

    Les seules réponses que j'eus de sa part étaient de nombreuses insultes en corellien, beaucoup moins fleuris et gracieuses que celles d’Ange, son hologramme ne me regardait même plus.

    Wes - Et toi, tu l'as écoutée ?

    Mara – Elle était... très convaincante...Wes… je ne veux pas partir sans Ange mais Jorus ne tiendra pas si j’attends trop longtemps… je suis limitée sur le Fury, il lui faut de meilleurs soins que les miens… Je dois quitter Coruscant.

    Wes - Mais quelle foutue Corellienne ! T'as essayé de la joindre ou cette foutue tête de nexu s'obstine à ne pas répondre ? 

    Mara – elle ne répond pas à mes messages.

    Wes - Rentre. Ange serait fichue de ressusciter juste pour nous le faire payer s'il arrive quelque chose à Jorus. 

    Il marqua une pause avant de reprendre.

    Wes – et elle compte rentrer quand ?

    Mara – si je le savais... elle a précisé qu'elle se débrouillera pour rentrer.

    Wes, se frottant les tempes - Ange qui te confie le Fury.... Ça ne me plait vraiment pas mais vraiment pas du tout. Rédige-moi le compte-rendu le plus précis que tu puisses, je finirai par aller la chercher moi-même.

    Mara – bien reçu, je serai là dans quelques heures.

    Wes – Hamera, terminé.

    Il coupa la conversation et son hologramme disparu.

    Attrapant le databloc restait sur le tableau de bord, je me mis à suivre à la lettre les indications de Solo. Les moteurs chauffants, je lançais le calcul de l’itinéraire, tout en verrouillant la rampe d’accès. Je ne devais faire aucune erreur, si j’abimais le vaisseau, Ange m’abimerait à son tour.

    Ayant à peine quitté l’atmosphère, la sonnerie indiquant l’itinéraire trouvé se mit à retentir, je vérifiais une énième fois que je n’avais rien oublié, que tout était prêt et en ordre.

    Prenant une grande inspiration, je lançais l’Angel’s Fury en vitesse lumière en direction de Myrkr, la boule au ventre.

    jeudi 24 novembre 2016 - 14:49 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Evénements

Star Wars Episode IX

18 déc. 2019

Star Wars IX

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide