Le Temple Jedi 6 (page 6)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Tyria_

    Tyria_

    13547 Crédits

    Après cette longue discussion avec Ange (et par moment avec moi-même tant cette dernière avait la capacité à se perdre dans ses pensées), je finis mon verre et le reposai avec fracas sur le bureau.

    Moi – Bon ! C’est pas le tout mais je suis en service.
    Ange - Et ?
    Moi – Faut que j’aille interroger ta « fille. »

    Ange prit une grande inspiration, se leva aussi et me montra le chemin.

    Ange – Je t’accompagne.
    Moi – Nan mais je lui ferais pas de mal.
    Ange – Je suis quasi sûre que « Tact »et « Diplomatie », c’est le nom que tu donnes à tes poings.

    Je m’arrêtais et lançais un regard vexé dans la direction de celle qui prétendait être mon amie.

    Moi – Ce n’est pas absolu… (Regard insistant de la Corellienne) Bon peut-être que si.
    Ange – Donc tu es gentille... Sinon on jouera à déboiter l’épaule de la Kuati.
    Moi – Hum… Je serai gentille.
    Ange – Voilà.

    Elle entra dans la loge et nous amena donc à la fameuse Clara, une humaine blonde.

    Ange – Carla, voici le Chevalier Jedi Tyria Sarkin. Elle aimerait s’entretenir avec toi au sujet d’hier soir.
    Carla, enthousiaste – Oh ! Tu es Jedi ? Tu connais Maître Kaarde ?
    Moi – Assez bien, oui. C’est d’ailleurs de lui que je voulais parler.
    Carla, inquiète – Il va bien ? J’espère qu’il ne lui est rien arrivé de grave !
    Moi – Hormis une petite réaction allergique, il va bien.
    Carla– Il a bien reçu mon message ?
    Ange – Je lui ai remis en main propre.
    Carla, pleine d’espoir – Vous pensez qu’il va me recontacter ?

    Je lançais un regard à Ange qui se voulait être un mélange de « Je comprends mieux ce que tu voulais dire » et « Ah oui quand même ».

    Moi – J’en doute. Il est assez demandé au sein de l’Ordre…
    Carla, déçue – Oh…

    La déception qui se lut sur son visage me fendit le cœur. Il me parut soudain bien moins saugrenu que Kaarde ait pu se laisser distraire. Elle était un mélange exquis de sincérité et d’innocence. Même si cela lui donnait un côté un peu niais, j’avais tout de même envie de la prendre sous mon aile… D’où la réaction d’Ange.

    Moi – Il y a plein d’autres « lepi » dans le potager.

    Ange me lança un regard sceptique. J’haussais les épaules. Je n’avais pas l’envie de la laisser avec un chagrin d’amour… Même si cela concernait Kaarde.

    Carla– Merci. Vous autres les Jedi, vous êtes tellement compatissants et gentils.
    Moi – Ca aide dans nos activités. Est-ce que tu aurais vu comment Maître Naberry s’est retrouvé avec le mauvais verre ?
    Carla, l’air coupable – Oui, une zeltronne a fait le changement. Je l’avais vu… Mais je ne l’ai pas dit à Kaarde… J’espérais pouvoir obtenir sa fréquence de comlink…
    Moi – Ce n’est pas grave. Tout ceci n’a pas eu de conséquences dramatiques.
    Carla– C’est vrai ?
    Moi – Oui. A part l’amour propre de notre cher Maître Jedi qui a été un peu égratigné, tout va bien. Ange, tu as une liste de tes clients ? Ça se trouve, je pourrais remonter la piste comme ça.
    Ange – Je peux voir ça.
    Carla– Et sinon, tu serais libre pour boire un verre quand j’aurais fini mon service ?
    Moi – Je. Quoi ?


    Ce message a été modifié par: Tyria_ le 09-12-2014 09:00

    jeudi 04 décembre 2014 - 22:12 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    10745 Crédits

    Ainsi, Eckmül a retrouvé sa mère... La mienne est morte peu après mon arrivée au sein de l'Ordre Jedi. Mais je suis contente pour mon ami, il le mérite largement. C'est dans un campement de fortune et la panse remplie, ce qui n'est pas le cas tous les soirs, que nous passons la nuit. Au petit matin, nous partons vérifier si les pierres ponce que nous avons placées dans la rivière la veille ont fait leur effet. C'est apparemment le cas. Après un briefing de la part de Ceno, nous levons campement et nous nous dirigeons vers la capitale de l'EUCENO, Anubos. Les autochtones doivent recouvrer leurs droits. Et nous comptons sur les diplomates pour régler cet épineux problème. Moi, même après maintes et maintes rencontres avec de multiples politiciens de tout genre, ma diplomatie personnelle reste très expéditive. Et c'est le cas de mes compagnons. Du coup, il faut se dépêcher, car l'EUCENO est à six heures de marche d'ici. Enfin, si personne ne manque à l'appel...

    Shina: Vous n'auriez pas vu Eckmül par hasard? Il était censé être derrière moi. Mais je ne le vois plus.

    Branle-bas de combat. Nous nous dévissons le cou pour scruter les environs. Rien. Aucune trace du padawan Bith. Nous commençons à paniquer sérieusement. D'ordinaire, il ne se détache jamais du groupe.

    Ceno: Ce n'est pas son genre. Je serai moins surpris s'il s'agissait de Kinsa.

    Je ris à cette boutade, mais pas autant qu'en temps normal. Logique: je suis inquiète. Nous ne connaissons pas bien la forêt et les possibilités de se perdre ne manquent pas. Et comme si cela ne suffisait pas, les baloths sont toujours aussi agressifs. J'en ai entendu certains cette nuit. Nous nous séparons en petits groupes, un Jedi pour deux autochtones. Super sécurité... Notons que je suis la seule padawan qui reste, et je me retrouve "responsable de sécurité"de mon groupe. Rien que ça me fiche déjà les boules. Nous nous enfonçons dans la forêt. À chaque bruit suspect, nous sursautons. Et au bout d'un moment...un baloth. Pour bien nous arranger, tiens. Il est assez gros et semble s'y méprendre à celui qui qui nous a attaqué avant, même s'il est plus petit. C'est probablement la même espèce. Je sors mes rayons paralysants. Et puis je vois une silhouette qui le monte. Un Bith.

    Moi: ECKMÜL! Que faisais-tu? Tu nous a fait peur en disparaissant comme ça! Tu n'as pas honte?

    Bien qu'Eckmül soit mon aîné, je n'hésite pas à le réprimander comme un enfant. Il descend tranquillement du baloth et vient à notre rencontre.

    Eckmül: Désolé, je me suis éloigné sans m'en rendre compte. Je crois que j'ai pris la mauvaise direction. Et puis mon chemin a croisé celui de ce baloth. J'ai réussi à le calmer grâce à la Force et au final, j'ai pu le monter. Tout compte fait, c'est plutôt pratique, non? On rejoindra Anubos plus facilement.
    Moi: Là je veux bien te croire. Bon, ce n'est pas tout, il faut que j'avertisse Ceno, Shina et Oraclem. Et Jocaste.(en aparté)Et tu verras le petit inconvénient d'avoir une mère... Prépare tes oreilles, conseil d'amie. Reste zen, surtout.
    Eckmül: J'en prends note...

    Comme je l'avais prédit, au retour au campement, Jocaste gronda bien son fils, Shina le foudroya du regard et les deux maîtres Jedi, autrement dit Ceno et Oraclem, le sermonnèrent. Enfin, il est temps de partir. Autant profiter de la petite escapade de mon ami, qui semble avoir bien domestiqué la bête. Le baloth sert désormais de monture comme au bon vieux temps sur Grilamen. Les autochtones n'ont aucun mal à le monter. Mais pour nous, les Jedi, un saut assisté de la Force est obligatoire. Une question se pose: où s'accrocher? Où tu peux!me répond un des Grilameniens. Très vague comme réponse, mais il faut faire avec. Je serre les jambes et nous voilà partis pour Anubos rejoindre la délégation. Nous arrivons à la capitale en moins de quatre heures, gain de temps non négligeable. C'est une ville polluée, comme à peu près tout le reste de la planète d'ailleurs. Je commence à peine à m'habituer...
    -------------------------------------
    Kinsa Talik
    Twi'lek mandalorienne
    Padawan de Cenovii

    Les chemins se croisent et les destins s'entremêlent...

    Ce message a été modifié par: Kinsa-Talik le 20-12-2014 11:47

    samedi 06 décembre 2014 - 18:21 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar waren

    waren

    14531 Crédits


    Lieu : Niruan

    La conseillére à la peau bleu fixa son homologue avec sévérité, le haut conseil avait tranché, les quatres clans composant les différentes sections de la société Niruan estimait que le titre de président revenait à Jalana Anatii. Membre du Parti Progressiste Chiss. Il fallait à présent en avertir les anciens de la Loge Galactique restés dans le noyau pour défendre la culture xenomorphe. Tout en applaudissant faussement la nouvelle, la responsable du département science se remémora sur la maniére dont cette jeune femme était parvenue à ce poste, elle se souvenait de son arrivée avec la délégation diplomatique sur..

    Une voix brusque : Kanae, bah alors on t'attend, ca va ?
    La conseillére en question : Oui excuse moi Malek, je pensait à quelque chose, pardon..
    Le fameux Malek : La présidente nous invite à un toast.

    En effet, la salle se vidait de monde et tous emboitait le pas de la jeune non humaine, pourtant quelque chose travaillait la chercheuse. Etrange, à quoi pensait elle, son projet sur la téléportation ? Non, ce n'était pas un dossier du bureau; une autre chose. Oui mais quoi, impossible de s'en souvenir, comme cela était agaçant ! C'était comme si un verrou mental bloquait une porte de son esprit.

    lundi 08 décembre 2014 - 04:31 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    22717 Crédits

    Solo afficha un sourire amusé face à la dernière réplique de Carla et, surtout, la réaction que cette dernière déclencha chez Sarkin. Tyria, complètement pris au dépourvu, enchaîna une succession de sons à peine audibles qui l’amusa davantage. Ayant quelques peu pitié de la situation dans laquelle se trouvait son amie, elle remercia chaleureusement sa danseuse et, prenant la Kuati par l’épaule, l’entraina dans son bureau.

    Tyria, suspicieuse : Tu aurais pu me prévenir…
    Ange, haussant les épaules : … que l’appellation « prince charmant » englobait également les princesses ? J’aurais pu (Elle marqua une pause.) A vrai dire, j’étais loin de me douter que l’interrogatoire allait virer de la sorte…
    Tyria : Ouais…
    Ange, montrant ses dents : J’pensais pas qu’elle allait te mettre dans un état pareil. Kaarde, puis toi, et bah, c’est que vous en avez des points communs…
    Tyria : Ange ?
    Ange : Ouiiii ?
    Tyria : Ferme-la !

    Solo poussa la porte de ses appartements privés du Nova et fit signe à Sarkin de faire de même. Portes après portes, elles arrivèrent jusque dans son bureau où se trouvaient les systèmes d’holosurveillance et prirent place en face des écrans et consoles. Ange rentra ses codes d’accès et pianota quelques instants avant de faire apparaître devant leurs yeux le contenu de la soirée de la veille. Assez rapidement, elle identifia la Zeltronne désignée par Carla.

    Ange, maugréant : Hum… Ca ne me dit rien qui vaille…
    Tyria, repassant la scène pour la troisième fois : On ne voit rien… Une pro ?
    Ange, acquiesçant : Je pense. Les holocams de la pièce principale du club sont bien visibles si on sait où regarder. En général, ça dissuade et c’est, effectivement, le but d’une installation pareille… En plus, si je les avais planquées, ça aurait pu éveiller l’attention de mes clients, ce que je cherche à tout prix à éviter…
    Tyria : C’est pas faux. (Elle marqua une pause.) Tu penses pouvoir retrouver son patronyme ?
    Ange : Ca m’étonnerait qu’elle ait donné son vrai nom. Je vais faire tourner l’holo dans le milieu et voir si j’arrive à obtenir des informations… moyennant une récompense. (Tyria lui adressa un regard interrogateur.) C’est bon, je ferais passer cela en notes de frais. Je sais que l’Ordre est complètement fauché…
    Tyria, sarcastique : Trop aimable, Solo.
    Ange : Je sais.

    On frappa.
    La voix de Tony résonna.
    Il fut invité à entrer.

    Tony, théâtralement : Désolé de vous déranger, mesdames, mais j’ai une communication d’ordre prioritaire en provenance de Myrkr sur ton canal privé, Ange.

    Ange haussa un sourcil.

    Tony : Et je pense que c’est très important. C’est toujours le même appel qui arrivé à intervalle régulier. Pas de message.
    Ange, grimaçant : Qu’est-ce que c’est que ce bordel, encore… Sarkin, tu m’excuses quelques instants, ça ne devrait pas être très long… Enfin, j’espère…
    Tyria : Les affaires sont les affaires, je comprends…
    Ange, la voyant se lever de son siège : Fais-toi plaisir au bar, c’est la maison qui régale.

    Sitôt Tyria sortit, Tony ferma derrière elle et activa les divers systèmes de brouillages empêchant que la moindre bribe d’informations exposée dans cette pièce ne puisse être interceptée de l’extérieur. Ange avait absolument foi en son personnel et, surtout, dans les divers systèmes de sécurité que Wes avait installés à sa demande dès lors où elle avait prévu de transformer l’établissement précédent en ce qu’il était devenu aujourd’hui.

    Comme le disait l’adage, mieux allait être prudent.

    Solo activa sa fréquence cryptée et envoya un signal codé stipulant ainsi à l’émetteur du message qu’elle était désormais disponible mais, surtout, qu’elle était à même de recevoir la communication en toute discrétion. A sa grande surprise, la réponse ne fut pas immédiate. Solo et Tony durent attendre de très longues minutes avant d’attendre la sonnerie tant attendue.
    Une fois répondu, la silhouette de WesHamera se matérialisa devant leur yeux, arrachant un sourire à Solo et un rictus à l’homme qui se trouvait à ses côtés que feignit de ne pas noter et partager le visage de leur interlocuteur.

    Wes, apparemment sur les nerfs : Solo… (plus bas : ) Tony… Je commençais à désespérer !
    Ange, le saluant à son tour : Ravie. D’autres priorités à gérer sur Coruscant. Que se passe-t-il ?
    Wes, de but en blanc : Faut que tu rentres tout de suite à la base.
    Ange, fronçant les sourcils : Comment ça « faut que tu rentres tout de suite à la base » ?
    Tony, tout aussi surpris : Tu peux expliciter ?
    Wes, lui adressant un regard mauvais : C’est pas à toi que je m’adresse…
    Tony : Toujours aussi courtois, à ce que je vois.

    Voyant que la conversation allait prendre une tournure qu’elle ne connaissait que trop, Solo prit les devants et anticipa la prise de parole de Hamera.

    Ange, irritée : Wes, s’il te plait…
    Wes, se raclant la gorge : Excuse-moi. Ca va faire des heures que j’essaie de vous contacter !
    Ange, bouche bée : Pardon ?
    Wes : T’as très bien entendu.
    Ange : T’as pas reçu ma requête ?
    Wes : Elle doit être en attente… Je pense être un petit veinard, pour le coup.

    Tony et Solo échangèrent un regard inquiet.

    Wes, reprenant : On a un gros problème avec holonet. Le réseau est saturé. Ca mouline… On arrive pas à joindre certaines régions de la galaxie. Coruscant… Je t’en parle même pas. C’est le bordel depuis hier soir, 23h17 heure locale. On ne sait pas ce qui se passe. J’ai vérifié l’intégralité du système et des cryptages pendant six heures avec l’équipe en place, ça n’a rien donné. A court d’idées, j’ai même été jusqu’à réinitialiser le système. Je n’ai pas eu un meilleur résultat. On est déjà en train de mettre un réseau parallèle en place par des relais petites portées le temps de pouvoir avoir de nouveau accès à holonet.
    Ange, interloquée : QUOI ?
    Wes, poursuivant : Oui, c’est bien holonet qui m*rde. J’ne sais absolument pas ce qui s’est passé : il semblerait que certains coins de la galaxie ne soient… paralysés… Sorte de grosse surcharge très étrange… On ne peut que très difficilement joindre Coruscant. Du côté de Borleias et N’Zoth, c’est le même boxon. On est en entrain de vérifier quels sont les secteurs les plus touchés.
    Tony : Tu sais d’où ça vient ?
    Wes : Pas encore d’où mon appel : Solo, faut que tu rentres. J’ai pas le temps de t’en dire davantage, rentre. Ici, c’est un bordel sans nom et je ne te parle pas des retombées économiques… Et les p’tits jeunes, ils deviennent complètement cinglés… Coruscant…
    Ange, soupirant : Doucement, Wes… A proprement parlé, ce n’est pas mon problème… Vois ça avec ma fille, j’ai rendu mon tablier…
    Wes, baissant les yeux : Elle est injoignable. Elle est en train de négocier dans l’Espace hutt de nouveaux traités commerciaux assez délicats avec les Hutts…

    La Corellienne en resta pantoise.

    Wes, un peu gêné : Et… tout le monde sait que si on veut qu’une affaire soit résolue rapidement sans bain de sang…
    Ange, râlant : Génial… J’suis pas Luke Skywalker. Je ne fais pas péter une Etoile Noire à la demande !
    Wes : C’est pas ce qu’on – ce que le Conseil – te demande…
    Ange, soufflant bruyamment : Le Conseil…
    Wes : Tu penses, on a pas trainé…
    Ange, se passant une main sur le visage d’un air las : Entendu. Je m’occupe de la gérance du club et je décolle.
    Wes, visiblement soulagée : Merci, Solo.
    Ange, plus aimable que jamais : C’est pas pour toi que je le fais, Wes.
    Wes : Je sais.

    -------------------------------------
    Leader de la Guilde à la retraite
    Ministre de la Perversité et maît... euh... Secrétaire du Président

    "Vous désirez ? Un soda ? Un coca ? Moi ?"

    Ce message a été modifié par: AngeSolo le 08-12-2014 21:51

    lundi 08 décembre 2014 - 21:45 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar obiwan87

    obiwan87

    9719 Crédits

    Ça y est!
    Anubos!
    Capitale polluée et infectée par la puanteur, comme le souligne cet énorme nuage qui plane sur la ville, formant un brouillard qui plane dans le ciel. Des speeder filent de partout entre les buildings. Le ciel est invincible. Il ne fait plus bleu depuis un siècle au moins.

    Jocaste : Bienvenue à Anubos, Capitale de l’EUCENO, et ville complétement perdue.
    Cenovii : Vous allez vite en besogne.
    Eckmül : C’est là que j’aurai du vivre.

    Nous allons voir le palais. Là, nos amis sont déjà sortis et sont en train de faire un bilan de la journée. Cenovii va les voir et les interroge, ils lui font un rapport. Les gens de la ville n’ont pas vu un Baloth depuis plus de 20 ans. Les enfants sont même étonnés, et questionnent leurs parents. Les parents sont très gênés, ils ne savent pas quoi répondre. Un homme nous observe de loin avec des jumelles, je crois à un espion du gouvernement, mais plus tard, il me siffle. Je m’approche de lui.

    Eckmül : Qu’est qu’il y a ?
    Inconnu : Bonjour, Je fais partie de la résistance urbaine, (plus communément appelé R.U.), je m’appelle Jörj’ Guigouin... Comment avez-vous eu ce Baloth? Comptez-vous entreprendre une révolte? Vous aurez besoin de nous! Acceptez notre aide!
    Ceno : Toute aide sera la bienvenue.
    Eckmül - Il faudrait plutôt demander à Jocaste... C’est ma mère, elle dirige la résistance!

    Ma mère qui avait entendu toute la discussion, se décida à intervenir.

    Jocaste : Je pense que nos efforts liés seront bons à coordonner.
    Jörj’ : Madame la Présidente, je ne vous avais pas reconnu, nous vous croyions morte.
    Jocaste : au grand malheur de certains, non !
    Jörj’ : Avec vous, la résistance peut gagner.
    Jocaste : Les idées sont plus fortes que les personnes.

    C’est au tour de Cenovii d’intervenir.

    Cenovii : De notre côté, nous ne déciderons rien sans l’avis du Conseil. Il faut que je les prévienne.

    jeudi 11 décembre 2014 - 23:07 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Tyria_

    Tyria_

    13547 Crédits

    J’attendais tranquillement qu’Ange ait fini ce qu’elle avait à faire. Carla, non loin, me fit un petit signe de la main. Je lui répondis un peu mal à l’aise priant intérieurement que la Corellienne se magne un petit peu.

    Ange revint d’encore plus charmante humeur que d’habitude et m’expliqua sans reprendre son souffle que « comme si ça ne suffisait pas, elle devait se rendre immédiatement sur Myrkr car le réseau holonet battait de l’aile, que ça semblait mettre la pagaille à la Guilde, que Mimi n’était pas disponible elle-même car sa fille négociait de nouvelles routes commerciales avec les Hutt et que ça l’arrangerait bien qu’ils aillent tous se jeter dans la gueule d’un sarlaac parce qu’elle était obligée de mettre ses projets personnels de côté… » Elle termina sa tirade par une bardée de jurons avec le souffle qu’il lui restait. (C’est-à-dire qu’elle eut la possibilité d’aligner des termes peu glorieux dans cinq langues supplémentaires !)
    Je restai silencieuse. Elle me lança un regard glacial accompagné d’un « QUOI ENCORE ».

    Moi, avec prudence – J’attends encore le nom de la zeltronne…

    Ange jura dans une sixième langue et aboya sur Tony pour qu’il fasse le nécessaire. Il s’exécuta sans se faire prier. Un silence s’installa entre Solo et moi.

    « Malaiiiiiiiiiise ! »

    Ayant un rapport trèèèèès particulier avec les silences de ce genre, je me décidai à essayer de relancer la conversation avec la Corellienne. Un sujet bateau pourrait faire l’affaire.

    Moi – Donc sinon… Il fait beau sur Myrkr ?
    Ange – Tyria ?
    Moi – Oui ?
    Ange – Ferme la !
    Moi – Mais…

    Elle me lança le regard (pas LE regard mais celui précurseur d’une attaque vicieuse à l’encontre de l’articulation de mon épaule). Dans un souci de prudence et d’éviter toute douleur inutile, je décidai non pas de la boucler (car il m’était impossible de la boucler face aux ambiances de ce genre) mais de m’écarter de ma délicieuse interlocutrice en faisant un pas de côté… Avant de me lancer dans une nouvelle tentative de discussion.

    Moi – Et sinon tu te rappelles de la fois où…
    Ange – Non !
    Moi – Mais tu avais dit qu’on mangerait des…
    Ange – SARKIN !
    Moi, maugréant – « Grosse ambiance… »

    Ange souffla bruyamment. Tony arriva tel le messie de ces dames et me délivra le pseudonyme de la charmante zeltronne à l’origine de toute cette situation. Je me congédiai moi-même avant que Solo ne cède au chant des sirènes et décide de me tabasser. Je lançais un regard d’encouragement à son larbin… Hum... Lorrdien afin de lui témoigner toute ma sympathie pour les prochaines heures de folies qu’il allait passer en compagnie de la terrifiante guildeuse avant de…

    Moi – Ange ?
    Ange – Quoi encore ?
    Moi, niaisement – Eske t un aaaaaaaaange ?

    J’appliquais la règle d’or et disparus de son champ de vision prestement. J’eus tout juste le temps d’entendre un râle d’énervement que j’étais déjà presque arrivée à mon speeder. Le pseudonyme de mon unique piste était « Jainy Kaytamayr ».

    « Habile. »

    Heureusement pour moi, Tony m’avait indiqué que je pouvais trouver une zeltronne qui correspondait à la description auprès d’un artiste soit-disant avant-gardiste. Voilà qui allait être amusant.
    Une fois sur place, je découvrais l’antre d’un sculpteur de lumière et des œuvres de toute beauté. Sa représentation de l’attaque du Temple Jedi par Baaaaaaaal me laissa sans voix. Une zeltronne vint se placer à mes côtés pour contempler cette funeste vision. Est-ce la garce que je recherchais ? J’étais contente de ne pas être habillé avec la tenue offcielle des Jedi. Je passais ainsi pour une simple amatrice d’art.

    La zeltronne – Cette pièce vous plait ? Elle essaye de retranscrire toute la puissance et la sauvagerie du Seigneur Sith qui a mené l’attaque ce jour-là.

    Il était clair que ça la retranscrivait assez bien. Je n’en avais vu qu’une partie mais c’était à couper le souffle et si je n’étais pas là pour l’Ordre, j’avais le sentiment que je ferais facilement chauffer ma puce à crédit… Cela rendrait tellement bien dans mes quartiers sur le croiseur de ma flotte… Je me tirais de ma rêverie et lançais un regard à mon interlocutrice.

    Moi – Hum… Jainy Kaytamayr ?

    Elle me décocha une baffe magistrale. Certes… Présenter comme ça, je l’avais peut-être mérité.

    La zeltronne – Je ne vous permets pas !
    Moi – Désolée. Je me suis mal exprimée. J’étais à un bar hier et je suis à la recherche d’une zeltronne que j’ai croisé là-bas… Le videur m’a donné ce nom et l’adresse de cette galerie.
    La zeltronne – C’est l’histoire la plus invraisemblable que j’ai jamais entendu.
    Moi – J’aurais pu mieux le présenter…

    La zeltronne me décocha un regard lourd de sens. Je décidai d’y aller franchement sur le baratin vu comment j’avais très mal engagé le dialogue.

    Moi – Je ne suis pas ce qu’il y a de plus doué pour les relations sociales. C’est vraiment pas inné chez moi. J’en déduis donc que ce n’est pas vous et que ce n’est certainement pas son nom…

    Je me laissais aller à une profonde déception. Ce qui n’était pas tout à fait faux. C’était ma seule piste. La zeltronne parut touchée. Elle se rapprocha de moi et passa sa bras autour de mon cou.

    La zeltronne – Vous avez raison. Je suis Sash Reed. (Devant mon silence poli, elle ajouta) L’artiste qui a conçu ses sculptures. (J’écarquillai les yeux de surprise) J’imagine que c’est ma sœur que vous avez rencontré hier…
    Moi – Si vous pouviez m’aider à la rencontrer… Je serai prête à acheter cette œuvre ! (Je désignai celle qui se trouvait devant nous)

    Elle lâcha une puissante slave de phéromones qui me fit monter le rouge au joue.

    Sash - Elle est assez difficile à approcher mais je pourrais vous expliquer comment l’aborder et la séduire s’il le faut.
    Moi – Je. Pardon ?


    Ce message a été modifié par: Tyria_ le 14-12-2014 19:20

    dimanche 14 décembre 2014 - 19:07 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar yanfzoul

    yanfzoul

    680 Crédits

    Une fois sa mission terminée, Dark Vicious retourna sur Coruscant pour s'entrainer un peu dans sa salle personnelle.

    C'était un immense hangar dont il avait conçu les moindres détails.
    Il faisait environ 1km² de surface, était bourré de pièges activables via sa télécommande à distance et possédait plusieurs droîds d'entraînement de formes diverses et variées : droîds de combat du même style que les magna-gardes de la guerre des clones, droîds sphériques volants tirant des salves de lasers aléatoires. Tous résistent aux sabres lasers et sont d'une extrême soliditée. Il avait une sainte horreur du gaspillage, que ce soit au niveau du matériel, ou des vies qu'ils prenait lorsqu'il effectuait des missions d'assassinat pour son ordre de tueurs clawdites. Pas de morts inutiles aimait-il à se répéter...

    Il se plaça au centre de son antre, régla le timer sur sa télécommande, s'assit dans la position du lotus et médita.

    Il repensait à sa mission, aux goujateries avec l'ivrogne puis fit enfin le vide en lui...Il sentit la force afflué en lui, il ressentait tout ce qui se passait dans son hangar et même au-delà, les passants circulant autour, leurs état d'esprit, tout.
    Tandis qu'il s'ouvrait à la force, il ressentit une émotion rarement éprouvée, la sérénité, loin des violences et tumultes qu'engendre le côté obscure...

    Il s'adonnait souvent à cet exercice dans le but de mieux comprendre le mode de pensée de ses ennemis, les Jedis !

    Tout à coup, les alarmes du repaire retentirent, les sirènes étaient assourdissantes, six droïds de combat et 4 sphères à lasers jaillirent des entrailles du hangar. Le sith ne bougea pas.

    Les modules de combats se rapprochaient inexorablement vers lui, quand la première sphère tira dans sa direction il ne prit même pas la peine d'esquiver et reçut le tir dans l'abdomen, laissant une très légère brûlure sur sa tunique et une brève douleur s'en suivie... Dark Vicious sentait désormais la colère monter en lui et ce premier tir servit de déclencheur. La souffrance excite toujours sa combativité au maximum.

    Tout à coup il se redressa et, en un éclair, il fondit sur ses "proies", les robots de combat s'affolèrent faisant pleuvoir une série de coups qu'il esquiva avec une facilité déconcertante. Les sphères se mirent à tirer à l'unisson sur le sith qui dégaina instantanément son sabre laser et renvoya les tirs. Les 4 tireurs étaient hors combat...

    Ivre de rage, il se jeta sur les droïds de combats armés de lance et n'en fit qu'une bouchée, à peine avaient ils levé leurs bras que celui du sith armé de son sabre laser s'abattit sur eux à une vitesse fulgurante.

    Une fois le combat terminé, il sortit sa télécommande de sa poche et arrêta l'alarme. Des robots d'entretiens se hâtait de récupérer les machines hors combat pour les ranger et les réparer. Le timer avait marché à la perfection et il était satisfait de sa petite séance. La colère immédiate générée par le combat avait été grisante.

    Dark Vicious quitta son repaire et rejoignit son Maître dans son appartement des quartiers riches de Coruscant.

    Sur le balcon de son magnifique logement, le sith se tient auprès de son supérieur, il avait pris l'apparence d'un beau jeune homme brun aux yeux bleu acier :

    Maitre de Dark Vicious - Tu as bien travaillé mon apprenti, ta prestation a été satisfaisante. L'Holonet commence à montrer des signes de défaillances et bientôt les jedis seront paralysés et à notre merci...

    Dark Vicious, ne semblant pas offusqué par la remarque de son Maître - Je ne vis que pour vous servir mon Maître.

    Maître de Dark Vicious - Notre ami apprécie les petits modules installés sur les différents satellites émetteurs que tu as trafiqué...

    Dark Vicious - Maître qu'avez vous prévu pour la suite?

    Maître de Dark Vicious - Plus tard mon jeune apprenti, plus tard... Pour l'instant nous devons nous rendre au Sénat et écrire une nouvelle page notre histoire...

    mardi 16 décembre 2014 - 22:04 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    22717 Crédits

    Solo était dans un état de lassitude extrême. Elle sentait que son esprit et son corps commençaient à lui faire défaut. Il fallait qu’elle se repose mais le dernier revers de Force avait réduit ses chances à néant. Le seul et unique point positif –et bénéfique - à ce nouvel était de fait demeurait qu’elle passait plus de temps à pester après autrui qu’à se préoccuper du malaise qui s’immisçait toujours un peu plus de jour en jour dans son âme bien malgré elle.

    Elle s’affaira à gérer les urgences qui ne pouvaient pas attendre son retour et fit appeler Deena, la jeune femme qui l’avait toujours secondée quand elle et Tony avaient dû délaisser le Nova pendant quelques jours. Ange lui fit par de ses recommandations habituelles en insistant bien sur le fait qu’il était fort probable qu’elle rencontre des difficultés à la joindre dans la mesure où Holonet battait de l’aile dans certains coins de la galaxie. La jolie brune promit de faire de son mieux et encouragea ses supérieurs à rejoindre le spatioport au plus vite.

    C’est donc sans se faire prier que Tony et Solo regagnèrent l’Angel’s, décollèrent et mirent le cap vers le quartier général de la Guilde. Une fois les coordonnées rentrées et le passage en hyperespace effectué, les deux amants s’installèrent dans le salon du vaisseau ou, plutôt, le Lorrdien s’installa, la Corellienne étant trop occupée à faire des allées et venues en maugréant à voix basse.

    Tony, agacé : Ange, tu ne peux pas t’asseoir deux minutes ? Tu es en train de me rendre dingue…
    Ange, se figeant sur place : Parce que tu ne crois pas que j’y suis, dingue, moi ? Je commence à en avoir par-dessus la tête de cette bande de… de… ces… (Elle balança une série d’insultes que l’auteure aux chastes oreilles que je suis, passera sous silence.) Ce sont tous des tarés congénitaux !

    L’homme se leva, plaça ses bras autour de la jeune femme et l’immobilisa. Solo, qui avait bien moins de force que l’imposant Lorrdien qui la serrait tout contre lui, essaya pourtant de se débattre en vain. Un nouveau flot d’injures s’envola.

    Ange, entre ses dents : Lâche-moi ! Tony, c’est un ordre !
    Tony : Un ordre ? Tu sais où tu te les fous, Solo, tes…
    Ange, hors d’elle : Tu es viré !
    Tony, éclatant de rire : Mais oui, ma petite chérie, je suis viré…
    Ange : C’est pas une blague ! Espèce de fils de Hutt !

    Le Lorrdien soupira.
    Solo lutta dans le vide encore pendant de très longues minutes avant de déclarer forfait.

    Tony : Fini, sale gosse ?

    La Corellienne articula une succession de sons parfaitement inaudibles mais dont le sens fut pourtant et en partie identifié par la Lorrdien qui, après avoir lâché son étreinte, s’éclipsa et revint presque aussitôt avec une bouteille et deux verres à la main.

    Solo, plus vexée que rancunière à l’égard de l’homme qu’elle aimait, s’empara sans un bruit du brandy qu’il lui tentait et en avala le contenu une fois puis deux, plus rapidement qu’il n’en a fallu à l’auteure que je suis de vous le rapporter.

    Ange : Tu sais que je n’aime pas quand tu fais ça…
    Tony, haussant un sourcil : En même temps, on ne peut pas dire que tu sois facile à vivre quand tu te mets dans un état pareil et, comme, en plus, ça arrive souvent en ce moment…
    Ange, offusquée : Comment ça, ça arrive souvent en ce moment ?
    Tony : Ange ? T’es invivable.
    Ange : …
    Tony, lui attrapant l’épaule : Mais c’est ce qui te rend attachante… d’une certaine manière…
    Ange, faisant la moue : Même Sarkin ment mieux que toi… Et c’est pas un compliment…
    Tony : J’essaie d’être sympa… Tu peux aussi faire un effort…

    Voyant qu’elle ne répondit rien, il sentit qu’il devait ajouter quelque chose.

    Tony, lui dégageant une mèche qui lui tombait sur le visage : On en a pas pour longtemps… Un petit tour sur Myrkr et on retourne sur Coruscant…
    Ange : Mouais… (S’énervant de nouveau.) Si tu savais à quel point j’ai envie de tous les… leur… hum…
    Tony, haussant un sourcil : Toi ? Non. Ange… S’il y a quelqu’un dans cette fichue galaxie qui ne parviendrait pas à tourner le dos à quelqu’un qui lui demande de l’aide…
    Ange, de mauvaise foi : Je t’assure que non.
    Tony : Et moi que si.
    Ange : Oh que non !

    Il soupira de nouveau.

    Tony : Quoique tu en dises, ça te manquerait que la Guilde te laisse moisir tranquillement dans ton coin…
    Ange : Tu veux parier ?
    Tony, lui adressant son plus beau sourire : Tu vas perdre Solo !

    Pour toute réponse, la Corellienne avala, une fois encore, le liquide ambré que contenait son verre.



    -------------------------------------
    Leader de la Guilde à la retraite
    Ministre de la Perversité et maît... euh... Secrétaire du Président

    "Vous désirez ? Un soda ? Un coca ? Moi ?"

    Ce message a été modifié par: AngeSolo le 17-12-2014 00:30

    mercredi 17 décembre 2014 - 00:23 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Bencenovii

    Bencenovii

    14850 Crédits

    Grilamen


    Le président de l'Euceno, Farendas Oedipem, avait longuement discuté avec les émissaires de la Coalition. Bien qu'une alliance leur serait profitable à bien des égards, il n'en résulta aucun accord tant que la close visant à abolir l'esclavage en faisait partie, l'influence de Ptraël était trop forte pour que Farendas envisage de changer les règles. Résignés, les émissaires et leur cohorte se voyaient déjà repartir à bord du Vaisseau-Monde en laissant Grilamen en proie à son destin. C'était sans compter le rapport des explorateurs Jedi revenus des confins du territoire interdit. C'est dans une suite luxueuse, quartiers mis à disposition de la délégation galactique, au palais d'Anubos, que tout va basculer.


    Républicain - Avant que nous n'abandonnions toute négociation, laissons parler le Maître Jedi Cenovii Ordo. Vous sembliez avoir des informations capitales à nous transmettre.
    Ceno - Je serai bref. Le Creuset a autrefois colonisé cette planète dans le but d'échapper à la loi Tills. Leur régime totalitaire va à l'encontre de tous les droits galactiques connus.
    Impérial - Nous n'avons rien vu de tel lors de notre visite.
    Ceno - Le Prince Ptraël s'assure de camoufler la misère et la souffrance du peuple. Les opposants sont enfermés ou tués, les faibles et les pauvres, bannis vers le territoire interdit où une mort certaine les attends.
    Républicain - Avez-vous des preuves de ce que vous avancez?
    Ceno - Une partie du peuple vit là-bas. Il forment un réseau de résistants. Ils sont très nombreux.

    Le Mando-Jedi fait passer des rapports vidéos et des photos à tous les émissaires. Chacun accueille ces nouvelles informations avec un visage étonné. Les conditions de vie de ces gens ne sont pas sérieuses... Tout cela est bien loin de ce qu'on leur a montré. L'émissaire Républicain regarde l'une des photos avec un intérêt particulier. Il s'agit d'une magnifique Twi'lek bleue à moitié nue qui fait un clin d’œil charmeur vers l'objectif.

    Républicain - Hum... Ne serait-ce pas Maître Alask?
    Ceno - Hein?

    Le Mandalorien se précipite sur lui et s'aperçoit qu'une photo d'Aynor se baladait malencontreusement parmi ses dossiers sur Grilamen.

    Ceno (chopant la photo) - Mer... Hum, c'est... ça ne devrait pas être là... ces informations sont top secrètes.

    Il plie la photo et la range dans son armure avant de reprendre un air sérieux sous les regards incrédules de la délégation. Il se racle la gorge un bon coup et reprends comme si de rien n'était.

    Ceno - rRRrrRM rRRrMM! Nous disions donc... Ha oui, la résistance. Ils comptent renverser le Prince Ptraël. J'ai ressenti leur souffrance et leur soif de justice. La révolte est imminente.
    Républicain - Ils ne comptent pas s'en prendre au Président Oedipem?
    Ceno - Tout semble indiquer que Ptraël tire les ficelles en coulisses. Il n'est que le second du Creuset mais souhaite prendre la place du Président. Il le manipule afin que tout aille dans son sens. Ptraël hors circuit, il subsiste une chance de ramener Oedipem à la raison.
    Impérial - Ce ne sont là que les allégations d'une bande de rebelles!
    Ceno - Ces rebelles ne sont pas à prendre à la légère. L'ancienne première dame du Creuset elle-même, Jocaste Oedipem, mène la résistance.
    Impérial - Quoi qu'il en soit, dites-moi en quoi cela nous regarde? Nous ne sommes pas là pour régler les problèmes politiques des planètes que nous explorons!
    Républicain - C'est vrai. Le Sénat a statué sur les actions que nous pouvons entreprendre. Nos interférences se doivent d'être minimales, l'aide aux peuples opprimés ne fait pas partie de nos prérogatives.
    Ceno - Mais elle fait partie des nôtres en tant que Jedi, et je crois savoir que la création d'alliances avec les nouveaux systèmes est votre principale mission, or il n'y a aucune alliance possible tant que le Creuset est à la botte de personnes de peu de foi telles que Ptraël. Je m'en remet à votre bon sens, nos moyens militaires sont largement supérieurs aux leurs, nous pourrions aider la résistance à reprendre le Creuset et former une alliance avec le nouveau gouvernement.
    Républicain - Vous suggérez de nous allier aux résistants?
    Impérial - Je ne vois pourquoi nous gâcherions des ressources pour nous assurer une alliance avec un monde si peu évolué.
    Ceno - Ce monde regorge de richesses naturelles que Ptraël empoisonne sans vergogne pour son seul profit personnel. Nous aurions beaucoup à gagner en nous alliant au Creuset, s'il était dirigé par des personnes plus scrupuleuses. Laissez-moi vous présenter Jocaste et Jorj', les chefs de la résistance, vous aurez alors toutes les cartes en main pour prendre une décision définitive.
    Républicain - Il y a peu de chances que cela change quelque chose, mais j'aimerais les entendre.
    Impérial - Soit, même si je pense que c'est une perte de temps, nous les rencontrerons.
    Ceno - Je vous remercie. Si nous pouvons sauver Grilamen des griffes de cet infâme Arkanien, il en va de notre devoir.

    BLAMMM

    ?? - QUE PERSONNE NE BOUGE!!!

    Républicain - Qu'est-ce que...?!

    La grande porte de la suite s'est ouverte dans un grand fracas! Une horde de soldats du Creuset reconnaissables à leurs combinaisons marrons pénètrent en trombe dans la pièce et braquent la délégation. Ceno porte immédiatement la main à son sabre laser mais déjà trois soldats l'encerclent, canons sur le casque.

    Soldat - Ne faites plus le moindre mouvement! Nous n'hésiterons pas à tirer!

    Il pourrait les avoir en utilisant son pouvoir de vitesse mais dans cette configuration il lui serait impossible de sauver les émissaires en cas de tirs croisés. Il se ravise. C'est alors que le Prince Ptraël fait son apparition entre les soldats. Cette embuscade ne pouvait être que de son ordre. Sûrement les espionnait-il depuis une autre salle. Il se dirige lentement vers la table ronde avec une démarche élégante et élève la voix d'un ton tranquille.

    Ptraël - Infâme... Infâme... Infâme...

    Il arrive au niveau des émissaires.

    Ptraël - Je ne pensais pas que les Jedi pouvaient se montrer si grossiers... Mais je vous pardonne car vous m'avez donné de précieuses informations.

    Il continue vers Cenovii, les soldats s'écartent, il se place derrière le Jedi et pose ses mains sur ses épaules de métal, il fixe les émissaires de son regard blanc et s'adresse à eux.

    Ptraël - Vous comptiez partir à la rencontre de Jorj? Comme c'est dommage... D'après mes espions, il risque d'y avoir quelques manifestations violentes en ville. Nous ne pouvons décemment pas laisser nos invités faire face à de tels dangers. J'ai le regret de vous informer que vous allez devoir rester ici sagement.

    Discrètement, Ceno sort son comlink pour envoyer un signal d'urgence à ses padawans, mais Ptraël a pressenti la chose et attrape son bras avant qu'il n'en ait le temps. Il lui extirpe le comlink des mains.

    Ptraël - Hop hop hop. Vous comptiez prévenir vos petits amis? Ne vous en faites pas, nous allons vous les ramener ici... A moins qu'ils ne prennent le partie des rebelles, auquel cas, je ne pourrai rien pour eux.

    Passablement irrité par le Prince, Cenovii se demande s'il ne ferait pas mieux d'en finir tout de suite avec lui. Mais une fois encore, la mission de Ceno étant de protéger les émissaires, il doit tout mettre en œuvre pour assurer leur survie. Le Prince gagne cette manche, mais Ceno ne compte pas le laisser s'en tirer à si bon compte.

    Ceno - Espèce de salopard. Quand Farendas découvrira ce que vous...
    Ptraël - Farendas? Farendas n'a aucun intérêt à sauver une délégation galactique qui complote dans son dos. Nous avons compris dés le départ que votre but était l'invasion, je crains hélas qu'il ne fasse rien pour vous.
    Républicain - L'invasion? Vous vous méprenez!
    Impérial - Je savais que ces foutus jedi nous attirerait des ennuis...
    Ceno - Il ne fera peut-être rien pour nous... Mais qui sait ce qu'il fera quand il saura que vous avez attenté aux jours de son propre fils.

    Cette remarque a tôt fait d'ôter son sourire arrogant à Ptraël. Les émissaires ne comprennent pas et gardent le silence. Le Prince se remet à tourner autour de la table devant ses soldats en faction, le ton de sa voix est plus dur.

    Ptraël - On vous a mal informé. Le descendant des Oedipem est mort dans un attentat orchestré par les rebelles eux-mêmes. C'est de cet acte que découle la rancoeur du Président à leur encontre.
    Ceno - Bien, alors il faudrait peut-être que son fils, qui est bel et bien vivant, vienne lui exposer sa version des faits.

    Touché! Cette fois Ptraël est mal à l'aise. Déjà quelques soldats échangent des regards qui en disent long. C'est quoi cette histoire? Le fils du président serait vivant? Voyant que cela tourne à son désavantage, le Prince coupe court à la conversation.

    Ptraël - Vos mensonges ne nous tromperont pas. Emmenez-les!!!

    Les soldats commencent à traîner les émissaires hors de leur sièges, ceux-ci restent dociles, silencieux, tout comme Ceno qui maintenant doit s'en remettre à ses padawans pour régler une situation qui s'est hautement envenimée.

    -------------------------------------
    Le Sabre des Jedi

    Ce message a été modifié par: Bencenovii le 17-12-2014 21:23

    mercredi 17 décembre 2014 - 20:14 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar waren

    waren

    14531 Crédits

    Lieu : Xelos

    Au coeur de sa sombre caverne le génie du mal enlevait les bandages qui recouvraient son corps, il
    repensait à toutes ces années perdus, mais qui en valaient la peine. A présent, il aurait sa vengeance.
    Au moment où il s'apprêtait à dévoiler la partie supérieur, c'est à dire son visage, il apperçut un visage
    familier via le miroir. Il ressera le noeud et fit volte face en prennant un air menaçant.
    Une femme portant une armure mandalorienne se tenait dans l'encadrement de la porte.

    La momie - Misérable vermine, comment ose tu te présenter à moi, de cette maniére.
    Désire tu revenir dans les draps de Morphée à tout jammais ? Prosterne toi..

    L'intruse - Pardonnez moi, je tenais juste à vous informez que nous tennons à présent Niruan, je
    ne voulais pas vous offenser monseigneur. Je n'ai pas vu votre visage, je vous le promet.

    La momie - Je l'espére pour toi, chienne de Krath, maintenant fais moi ton rapport pendant
    que je prend place sur mon siége. Ou plutôt sur celui de notre ancien collaborateur. Notre
    amie comune as été nonmée présidente du conseil sans soucis ?

    Shae Vizla - Oui, il n'y a pas eu d'enquête, il y a juste eu une conseillére qui as posé
    probléme mais nous lui avons effectué une suggestion mental par l'esprit. Un truc de Forceux.

    La Momie - Parfait. A présent, va sur Cathar, cherche le saigneur noir félin. Et dit lui
    de venir ici, si le pouvoir et la vengeance l'interresse, il suivra tes indications.
    Et maintenant disparait chasseuse de primes.

    Ces derniers mots avaient résonner comme un immense marteau sur une forge stellaire.
    Shae Vizla avait trop peur de cet énigmatique personage pour le contredire, aprés tout, n'était
    ce pas un puissant nécromancien ?

    vendredi 19 décembre 2014 - 00:39 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Evénements

Star Wars Episode IX

18 déc. 2019

Star Wars IX

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide