Le Temple Jedi 6 (page 5)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    16847 Crédits Modo

    Polux n'aurait pas pu avoir de meilleure idée s'il voulait me mettre mal à l'aise.
    J'avais présenté mes excuses au lepi Dropa dès le début de la mission, mais à cet instant, alors que je foulais le sol de l'astroport de Tardisia avec Polux, Dropi et Dropa, je savais que tout le monde avait encore en tête l'épisode de ma prise accidentelle d'épices.

    Dropi. - Tardisia est une planète surtout marécageuse et peu peuplée, colonisée par des humains et quelques autres espèces depuis plusieurs centaines d'années. Son sénateur a dû beaucoup incister, et vraiment longtemps, pour obtenir du Chancelier Suprême notre venue ici.

    Polux. - Qu'est-ce que Mahan t'a dit sur la situation qui nous préoccupe ?

    Moi. - Le peu qu'il savait. En gros des explorateurs tardisiens sont revenus effrayés de la jungle en affirmant que la population serait incessamment sous peu attaquée par une créature folklorique, une "créature des Sith" selon eux, annonciatrice de malheur. Les Tardisiens étant assez superstitieux, une grande part de la population a gobé l'histoire et prit ses distances avec la jungle, paralysant le travail dans les zones agricoles les plus proches.

    Dropa. - Quand vous dites que les Tardisiens ont "gobé" l'histoire, vous sous-entendez qu'elle serait entièrement inventée ?

    Moi. - C'est à nous de le déterminer. En tout cas je note que pendant tout les mois que le sénateur de tardisia a passé à capter l'attention du Chancelier il n'y a pas eu d'attaques ni d'autres témoignages. Mais que cette histoire soit vraie ou fausse notre fonction principale est de rassurer la population en lui démontrant que l'Ordre Jedi se penche sur ses problèmes.

    Et pour l'image-même des Jedi cette mission n'était pas inutile non plus. Nous avions passé trop d'années à combattre de grandes menaces comme Baaaaaaal, ou le SEZ, et nous étions désormais trop peu nombreux pour être auprès des gens partout où notre aide était requise.
    J'étais tout de même gênée d'avoir laissé Tyria se démêler seule avec un problème me concernant de près.

    Polux. - Ben avec quatre Jedi dont le Grand Maître en personne ils auraient tort de rouspéter !

    Dropi. - D'où vient ce folklore en rapport avec les Sith ? Et toute cette superstition ?

    Moi. - Pour ce que j'en sais il y a eu quelques batailles entre Sith et Jedi autrefois sur Tardisia. Pas assez importantes pour marquer l'histoire de la galaxie, mais assez violentes pour marquer les esprits sur ce petit monde reculé.

    Polux. - Et qu'est-ce qu'on est censés faire, concrètement ? Partir dans la jungle à la recherche d'une chimère ?

    Moi. - Oui, c'est le minimum à faire. Mais pas sans préparation.

    Nous venions d'atteindre la sortie de l'astroport ou des représentants officiels nous attendaient.

    Moi. - À partir d'ici nous nous séparons en deux groupes. Polux et Dropi, vous allez rencontrer les explorateurs qui ont rapporté cette histoire de créatures mystérieuses, recueillir leur témoignage, et les sonder. Les autorités les auront convoqués pour vous.

    Polux. - Dropa et toi vous faites quoi, pendant ce temps ?

    Moi. - Je vais discuter avec les dirigeants locaux pour les rassurer et, avec l'aide de Dropa, recueillir des informations et du matériel pour l'expédition.

    Polux. - Une vraie mission de routine, quoi ! Dommage, avec toi je l'espérais plus... épicée.

    Dropi. - Plus folle.

    Dropa. - Et plus... bondissante.

    Moi (mal à l'aise). - Hum... oui, bon, ben... euh, allons-y, plutôt. Et que la Force soit avec vous !

    mercredi 26 novembre 2014 - 21:41 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    22734 Crédits

    Confortablement installée dans un des fauteuils du Nova, Solo sirotait un nouveau verre de brandy en silence, l’esprit totalement aspiré par des pensées beaucoup plus sombres que le liquide qui disparaissait à vue d’œil entre ses lèvres.

    L’idée que le fils de Mirax soit, presque miraculeusement, au fait de sa situation temporelle, la laissait sans voix. Elle ne savait que penser de cette situation, de sa situation. L’idée qu’un individu puisse savoir ce qui lui était arrivé jadis sans qu’elle n’ait à le révéler, la mettait profondément mal à l’aise. C’était comme si elle s’était vu dépossédée de sa liberté de disposer de sa vie, de ce qu’elle voulait en dire, de ce qu’elle voulait en faire. Elle ne contrôlait son passé : son histoire lui échappait. Elle ne savait trop ce qu’elle craignait au juste.

    Elle essayait de se persuader que sa reconnaissance n’était pas fatidique. Elle ne vivait plus sous l’Empire et avait du mal à imaginer que les jedis ne l’Ordre de ce temps soient tenter d’éclaircir son statut bien malgré elle. Pourtant… Pourtant, elle se disait qu’elle n’était pas à l’abri d’un revers de Fortune et que son saut dans le futur puisse être exploité par un tiers d’une manière ou d’une autre.

    Une main s’agitait frénétiquement devant ses yeux mais Solo avait du mal à se fixer sur cette dernière, trop perturbée qu’elle était par ses propres réflexions. Quand elle s’apprêta à se resservir un nouveau brandy, elle constata que la bouteille n’était plus à sa place. Elle la chercha du regard et, ne la trouva pas, elle éleva les yeux hors de la table et rencontra l’image de Sarkin, le précieux flacon serré contre son cœur.

    Tyria, l’air dubitatif : C’est quand même frustrant de parler aussi longtemps dans le vide. Quand je te proposais de ne pas parler des révélations de mon ex-mari, je ne te proposais pas de ne pas parler du tout. (Ne voyant aucune réaction chez la Corellienne, elle continua : ) En fait, je ne sais pas trop ce que je préfère : quand tu es absolument odieuse mais que tu as des réactions ou quand tu deviens aussi loquace qu’un fantôme. Franchement, je me tâte…
    Ange, maugréant : J’suis pas d’humeur.
    Tyria, blasée : Tu n’es jamais d’humeur…
    Ange : Si.
    Tyria : Non

    La jeune femme s’apprêta à enchainer un nouveau « non » mais le « si » tant espéré ne vient pas.

    Tyria, sidérée : Bordel, même là, t’es pas marrante ! Solo, je crois que t’as vraiment un problème…
    Ange, haussant les épaules : Il m’arrive de me modérer, tu sais.
    Tyria : Nan, là t’es pas modérée… T’es aussi plastique qu’une Twi’lek en petite tenue ! Je te préfère en mode catin.

    Pour toute réponse, Solo balança le contenu de son verre sur la Kuati.

    Tyria, ravie : Voilà ! Là, je te retrouve, Solo !
    Ange, Et après, c’est moi qui a un problème !
    Tyria, s’essuyant avec un des torchons propres posés sur le bar avant le début du service : Donc… On peut reprendre la conversation que j’avais avec moi-même en dépit de cause. Je pourrais voir ton personnel ?
    Ange, regardant l’heure : Il devrait arriver dans quelques minutes… Tu comptes procéder comment pour obtenir des informations ?

    La jeune femme lui décrocha un large sourire et lui montra ses deux poings.

    Tyria : Avec « Tact » et « Diplomatie ».
    Ange, faisant la moue : J’suis pas franchement convaincue là…
    Tyria : Mais non, tu verras…
    Ange : Sois gentille avec mes filles et en particulier Carla
    Tyria, ricanant : Je dois comprendre quoi par « en particulier Carla » ?
    Ange : Je l’aime bien et elle n’a pas eu une vie facile… Bon, c’est pas une lumière mais elle est persuadée que le prince charmant existe. Elle s’est mis dans la tête qu’elle allait trouver un gars gentil plein de bonnes intentions… Elle a fini par se retrouver entre les griffes d’un Devaronien pendant une dizaine d'années… Je t’en passe et les meilleures… Bref, je garde désormais un œil sur elle, le temps qu’elle se trouve quelqu’un de bien et je la paie grassement pour ses services en attendant…

    Quand elle annonça le salaire qu’Ange lui versait, Sarkin laissa échapper un sifflement admiratif.

    Tyria : Tu recrutes toujours ? Nan, parce que je serai presque prête à me trémousser sur scène pour la moitié de ce que tu lui verses par mois !
    Ange, se raclant la gorge : En rajoute pas, tu veux ?
    Tyria : Nan mais attends… (Elle marqua une pause quelques instants.) Je suis en train de saisir… (Elle se tut à nouveau.) Tu fais dans la charité maintenant ? J’te jure, ça me fait sacrément bizarre de t’entendre dire ça ! Solo qui pense à autre chose que Solo ! T’es malade ? T’es un problème ?

    Voyant que le verre de Solo était vide, que Solo avait vu que son verre était vide et que Solo envisageait, en dépit de cause, que le verre pouvait être un projectile, elle s’avisa qu’il était sûrement plus sage de ne pas insister…


    -------------------------------------
    Leader de la Guilde à la retraite
    Ministre de la Perversité et maît... euh... Secrétaire du Président

    "Vous désirez ? Un soda ? Un coca ? Moi ?"

    Ce message a été modifié par: AngeSolo le 02-12-2014 00:14

    jeudi 27 novembre 2014 - 10:24 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar poluxhornterrik

    poluxhornterrik

    3602 Crédits

    « Une créature sith », si s’en était une, je me demandais quel genre c’était. Vu la tripotée de Forme que peut prendre la Force, j’avais l’embarras du choix. Enfin, il y avait beaucoup de chance, que se soit juste un canular destiné à faire fuir les paysans du coin. Dropi avait l’air aussi dubitatif que moi, nous avions rencontré les deux envoyés du conseil des sages, ceux qui représentaient l’autorité ici.

    Envoyé : Voila, c’est cette demeure ci en nous montrant un sorte de maison qui pouvait paraitre bourgeoise).

    Nous entrâmes dans la demeure. Tout un groupe de gens nous attendait. Dropi pris la parole.

    Dropi : Bonjour à vous, je suis le Chevalier Jedi Dropi. Et voici le padawan de Maitre Kaarde, Galak.

    Homme 1 (exaspéré) : Ce n’est pas trop tôt, cela fait des mois que nous avons demandé votre aide.

    Po (franc et direct) : Excusé nous monsieur, mais nous ne pouvons pas être partout dans la galaxie. Et il me semble que depuis votre demande d’aide, il ne c’est rien passé ? Ai-je tors ?

    Homme 1 (surpris) : Euh… (En se retournant vers Dropi) Les enfants Jedi, sont ils tous aussi impertinents ?

    Po (irrité et en levant les bras): Je suis ici, et si vous voulez me poser une question, je pense que je serais capable de vous répondre. De plus je ne pense pas que mon âge, pose un problème d’impertinence, de politesse, ou de délicatesse. Je peux d’ailleurs vous dire, que l’on ne juge pas une personne qui vient vous aider, par son apparence.

    Homme 1 : …

    Dropi : Je pense que nous devrions passer au cœur du problème ! Ou sont les explorateurs que nous devons rencontre ?

    Homme 2 (en montrant le chemin): Oui venez dans la pièce d’à coté. Toi (en montrant mon adversaire de joute verbale) tu reste ici.

    Dans la pièce se trouvais 4 hommes aux cheveux longs, un blond et trois bruns.
    Celui qui paraissait être le chef avait également une moustache.

    Dropi : Pouvez vous nous laisser seuls avec ces hommes s’il vous plait.

    Homme 2 (réticent) : Oui bien sur…

    Moustache pris la parole, de tous c’était le moins effrayé. On sentait, que c’était quelqu’un de fort.

    Moustache : Je me nomme Frai Dimer Kury, et je suis le chef des explorateurs.

    Il nous présenta ces compagnons. Les deux bruns s’appelaient Brye Annemai et Jaun’dequ’onne. Le blond lui se prénommait Rod jeurtail orr.

    Frai Dimer Kury : Notre boulot à nous c’est d’explorer ces marais, enfin c’était. Maintenant, on ose plus y aller. Vous savez, quand on part, c’est pour 2 ou 3 semaines. Mais la, on a même pas eu le temps de rester 3 jours.

    Brye Annemai : Des le premier soir, nous avons entendu des bruits bizarres dans les alentours. Des bruits a vous glacé le sang. Je ne sais pas comment les décrire.

    Rod jeurtail orr : Des bruits inhumain, on aurait dit des bruits venant de la mort elle-même. Je suis sur que ce n’était pas une créature naturelle.

    Jaun’dequ’onne : Et encore on ne vous a pas parlé des traces.

    Po : Des traces ? Quel genre de trace ?

    Frai Dimer Kury : Bien, nous n’avons pas réussi à dormir vous vous en douter. Alors des le petit matin, nous avons rangé notre campement vite fait, et nous sommes reparti. Et au bout de quinze mètres, nous sommes tombés sur des traces qui n’étaient pas là, la veille. Des traces énormes, mais ce n’était pas des traces de pas. Plus comme si une bombe était tombé a cet endroit.

    Dropi : Que pouvez vous noue dire de plus ?

    Jaun’dequ’onne : Rien, nous sommes rentré en courant, et nous avons déménagé a l’autre bout de la planète. Nous sommes musiciens maintenant. Notre groupe s’appelle kouine.

    Po : Merci messieurs les Kouine. Si nous avons encore besoin de vous, nous vous le ferrons savoir.

    Nous sortîmes de la demeure. Dropi sorti son comlink et appela nos collègues pour leurs donner des nouvelles de ce que nous avions apprit. De mon coté, je me posais beaucoup de questions, Les Kouine avait l'air d’être sincère, et effrayé.

    -------------------------------------
    -Vous êtes sans doute très doué pour la soupe au lard ou le clafouti. Mais les soins magique, c'est autre chose que de casser deux œufs dans un bol.

    Ce message a été modifié par: poluxhornterrik le 28-11-2014 17:31

    vendredi 28 novembre 2014 - 17:25 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar DocBeldom

    DocBeldom

    5633 Crédits

    Mirax : Je viens tout de suite.
    Doc : Je vais t'attendre ici.

    Au regard de sa mère, Doc compris qu'elle savait très bien la raison pour laquelle il ne voulait pas la suivre. Pour autant, il fit comme s'il n'avait rien remarqué. De toute manière, même sans cette agoraphobie, il aurait refusé d'y aller. Sa déclaration sur sa position par rapport à l'Ordre impliquait qu'il ne répondait plus au Conseil.
    Avant d'avoir eu le temps d'y réfléchir plus longtemps, une personne entra dans le jardin. Wedge. Visiblement, le clone de son frère le cherchait. Un léger signe et il s'approcha.

    Weedge : Bonjour Doc. Je crois que nous devrions prendre le temps de parler.
    Doc, avec un sourire : Je suis d'accord Weedge. Bonjour à toi aussi. Installe toi, je t'en prie.
    Weedge : Y'a-t-il quelque chose par lequel tu souhaites commencer plus particulièrement ?
    Doc : C'est toi qui est venu me voir, c'est à toi de choisir, mon frère.
    Weedge : Tu n'as donc pas de question ?
    Doc : Au contraire Weedge. J'en ai trop et en choisir une plutôt qu'une autre est un choix qui n'a pas vraiment d'intérêt. Alors je te laisse commencer.
    Weedge : Tu as changé... Non ?
    Doc : Plus de dix ans sur le sol d'une planète dont le sol est évité. Je présume que oui, j'ai changé. Mais je ne suis pas le seul.
    Weedge : On peut voir ça comme ça, oui... C'est bien toi qui est à l'origine du message sur la fréquence Nema ?
    Doc : Qui d'autre pourrait encore savoir se servir de cette fréquence ?
    Weedge : Question rhétorique ou tu poses réellement la question ?
    Doc : Rhétorique. A moins que cette fréquence se soit énormément ouverte pendant mon absence, ce dont je doute.
    Weedge : Ca n'a pas été le cas. Mais c'est plus le ton du message qui le signait.
    Doc : C'est que je ne dois pas avoir changé tant que cela dans ce cas. Quel qu'en soit le ton, ce message était très sérieux. Surveilles Polux. Ce qu'il fait n'est pas sans risque et tu dois le savoir, non ? Enfin, si tu as les souvenir de Click concernant Nema, je présume que tu sais le reste.
    Weedge : C'est cela la question que tu évites depuis ton retour, n'est-ce pas ?
    Doc : Elle n'a aucune importance sur ce que tu es toi si 'man t'as accepté. Ce que tu sais peut avoir un intérêt quant à tes capacités. Mais le reste, cela concerne un Ordre dont je ne fais plus partie. Je t'acceptes comme j'avais accepté Click. Mais vu comme j'évite les réunions familiale ces dernières années... Cela se voit peut être moins.
    -------------------------------------
    Ace "Doc" Beldom Terrik.
    Maître d'Arme Jedi. Il parait.

    Ce message a été modifié par: DocBeldom le 01-12-2014 10:55

    vendredi 28 novembre 2014 - 17:45 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6239 Crédits

    Moi: Et bien sache que non, je ne sais pas tout. Contrairement à Po, je ne suis pas Wedge. Je ne suis qu'un clone, modifié par Baaaaaaal – pour ce que l'on sait. J’étais destiné à devenir un tueur de Jedi, mais je me suis réveillé trop tôt – pendant l'ultime attaque de Baaaaaal, et l'esprit de Clickman est intervenu pour supplanter la programmation. S'il m'a légué certains souvenirs – dont Nema – je suis loin de tout savoir. Click n'a pas voulu prendre le dessus, et m'a laissé me construire par moi même, me protégeant de la programmation et me donnant des bases.
    Doc : C'est tout lui ça.
    Moi : Mais en soi… j'ai un corps de 15 ans, mais un esprit qui en a 2, avec quelques souvenirs de quelqu'un qui en aurait eu 40. Avec une version maléfique qui sommeille au fond de moi.
    Doc : C'est effectivement très simple.
    Moi : En tout cas, oui, je te promets de surveiller Polux, mais promets moi de ne rien dire. Si j'ai transmis ces infos pour lui, c'est pour l'aider. Je ne peux l'obliger à dormir – ou cela serai à son insu. Mais je peux voir les dégâts de son choix. Alors je tente de l'aider comme je peux. Je connais le danger, mais Po est bel est bien Po, et tu sais a quel point il peut être buté.
    Doc : Il a l'air de l’être encore plus même.
    Moi : C'est bien possible. Je peux aussi te demander quelque chose ?
    Doc : Je te garantie pas la réponse.
    Moi : Tu comprends à quel point je peux être dangereux en soi. Je suis une bombe à retardement. Si je devais perdre le contrôle… n’hésite pas. Fait ce qui doit être fait.
    Doc : Ça va sans dire.
    Moi : Merci. J'ignore ce que la Force nous réserve. En tout cas, quelque chose se prépare, mais qui nous est masqué. La Force est très.. brumeuse. Je ne trouve pas de mots. Mais ma naissance, ton retour, la renaissance de Po,…
    Doc : Je vois ce que tu veux dire…

    C'est à ce moment la que Mirax arriva...

    samedi 29 novembre 2014 - 19:57 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Mirax_Terrik

    Mirax_Terrik

    7045 Crédits

    Le temps d'envoyer quelques message et de laisser des directives sur les principales affaires en cours, je rejoignit ensuite les jardins ou je savait que Doc se trouverait encore. Je le trouvais absorbé dans une conversation avec son jeune frère Weedge. C'est à peine si je parvenais à sentir leur présence... C'était désespérant. En soupirant je me rapprochais de mes deux fils.

    Mirax : Bonjour Weedge. Merci d'avoir pris soin de Polux. Il m’inquiète assez ces derniers temps. J'espère que cette mission dans la Bordure extérieure lui changera un peu les idées.
    Weedge : J'espère aussi.
    Mirax : Comment avance ta formation?
    Weedge : Aussi bien que possible compte tenu de ma... Particularité. Maître Aynor semble satisfaite.
    Mirax : Je suis contente de l'apprendre. Et tu sais que j'ai toute confiance en toi dans la gestion de ce que tu appelle ta particularité. Plus tu auras confiance en toi et plus ta seconde personnalité sera faible.
    Weedge : Merci du conseil.
    Doc : La confiance... En effet c'est essentiel.

    Je senti le regard appuyé de Doc à mon encontre. Je levais la tête vers lui.

    Mirax : Ta proposition de partir tous les deux comme à la bonne époque tiens toujours? Si c'est le cas je peux te proposer une escapade sur Dathomir.
    Doc : Dathomir ?... Une planète plutôt calme. Oui ça m’intéresse. Pourquoi on va là bas?
    Mirax : Le Clan des Sorcières de la Montagne qui chante nous a contacté. Des Sœurs ont disparues mystérieusement et la Force à été agitée d'étranges remous.
    Doc : On part quand?
    Mirax : Dans une heure?
    Doc : Vendu !!
    Mirax : Que la Force soit avec toi Weedge. A bientôt.

    -------------------------------------
    Jabinette.
    "A Chaque fois que tu actives ton sabrelaser, considére non pas qui tu vas tuer... Mais qui tu vas laisser en vie!"
    Que la Force des FF soit avec toi.


    Ce message a été modifié par: Mirax_Terrik le 30-11-2014 21:39

    dimanche 30 novembre 2014 - 21:38 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar waren

    waren

    14531 Crédits

    Lieu : Corruscant

    Dés que le ministre de l'information pris place sur le plateau de tournage, aussitôt une armée de technicien du maquillage et du son arrivérent, on lui tendit un verre de jus fruitée et plusieurs fiches. Il lui fallait médiatiser l'affaire de la souche Malingnisme et sa conclusion, aprés quoi on le libérerait du journal Holonet pour rejoindre son cabinet sur Corruscant, le Chancelier Mahan le voulait pour déjeuner afin de voir sa campagne sur les mondes extérieurs. Le pauvre nautolan n'avait pas une seconde à lui, il courait dans tout les sens, son bureau était devenu sa seconde résidence. A peine le seuil de ce dernier franchit que sa secrétaire sauta sur lui avec un comlink, c'était le ministre des affaires étrangéres. Etrange. Il se voyaient peu, sauf aux réunions gouvernementals, ou aux repas ministériels et encore..

    La voix au comlink : Erza, je viens de recevoir notre ambasseur sur Niruan, c'est catastrophique. Le président Nenbürg as fait un arrêt cardiaque alors qu'il était sur son trône de marbre. Les Chiss vont devoir nonmer un autre chef. Tu va voir le chancelier suprême je crois ?

    Le ministre désemparé : En effet, dans une heure, je comptais parler des progrés établit par nos amis explorateurs Jedi. Est ce que tu as la liste des représentants du conseil pour que nous analysons cela ensemble ?

    lundi 01 décembre 2014 - 06:43 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Bencenovii

    Bencenovii

    14850 Crédits

    Grilamen, régions inconnues


    Oraclem Mare ne s'était pas trompée. Il y avait effectivement une grande population vivant dans la forêt. Faisant preuve du plus de respect possible, le Mando-Jedi entre dans la hutte du chef Bith de ce village caché dans les arbres.

    Ceno - Vous êtes donc le chef de ce village, le patriarche.
    Jocaste - Je suis une femme et mon nom est Jocaste Oedipem.
    Ceno (confus) - Ho, ha oui, je vois... C'est qu'on ne voit pas tellement la dif... Enfin... Bref, où en étais-je...? Oui, comment êtes-vous arriver sur Grilamen?
    Jocaste - Nous sommes là depuis peu à vrai dire. Au commencement, des explorateurs humains découvrirent ce monde et le colonisèrent. Ils vivaient alors en harmonie avec la nature. Puis le Creuset, dirigé par ma famille, est arrivé à son tour. En accord avec les nations déjà existantes, nous avons hérité de nombreux territoires. Puis, le prince Ptrael, dirigeant de notre armée, a corrompu notre leader en lui mettant des idées de conquête dans la tête. Ils ont fait fit des vétos de notre conseil et ont commencé à étendre les villages en ville puis en mégalopole, détruisant les écosystèmes sans le moindre scrupule. En moins d'un siècle, la moitié de la végétation de Grilamen avait disparue.
    Ceno - Je vois. Il y eu alors un schisme dans la population.
    Jocaste - Ptrael usa de toutes les fourberies possibles pour convaincre les états indépendants de s'unir en deux grandes nations. Les habitants, aveuglés par des promesses de richesse, ne s'y opposèrent pas. Une fois de plus, notre leader se fit dupé, sa cupidité prit le dessus et fit de lui un pantin, il devint le président de l'Euceno, la première nation, et céda la principauté d'Inferno à Ptrael. Les lois du Creuset et l'esclavage furent appliqués partout, cela tourna rapidement à un régime répressif d'une violence rare. Révoltés par ce qui était en train de se passer, une partie du peuple s'est réveillé et s'est réunie pour fonder la rebellion. C'est ainsi qu'est né ce village, mais nous ne sommes pas seuls, il y en a des dizaines d'autres comme ça.
    Ceno - Que pouvez-vous faire contre l'alliance des deux seuls pays régnant?
    Jocaste - Nous n'avons pas encore assez de ressources, mais ça viendra! Nous ne manquons pas de courage! Nous n'abandonnerons jamais! Nous vaincrons Ptrael et notre ancien leader, nous reprendrons le Creuset!
    Ceno - Au sujet de votre ancien leader? Qui était-il? Vous avez dit que le Creuset était dirigé par votre famille.
    Jocaste - Le président du Creuset, Farendas Oedipem... Il était mon mari. Autrefois c'était un Bith bon et généreux, mais aujourd'hui il est corrompu jusqu'à la moelle par la soif de pouvoir. Notre unique enfant, héritier légitime du Creuset, est resté là-bas avec lui. Selon les rapports officiels, il serait mort dans un accident, pendant une de nos opérations qui a mal tournée au palais de Farendas... C'était peu après la rebellion...

    Des larmes submergent la Bith. Elle ne peut les retenir, elle ne peut que les laisser couler. Jusqu'à présent les informations distillées, aussi brutales soient-elles, n'avaient pas entamé son sang-froid et sa maîtrise d'elle-même, même lorsqu'elle parlait de son mari manipulé par l'Arkanien Ptrael. Mais là, Ceno sent que c'est différent, l'évocation de son enfant ont détruit toute la force mentale dont elle faisait preuve. Elle devait énormément l'aimer. Puis, tout à coup, elle sèche ses larmes telle une Jedi sachant mettre ses émotions de côtés, et reprends avec un air déterminé.

    Jocaste - Je suis sûr que Ptrael en personne l'a éliminé et a nous a fait passer pour les responsables! Le fils de chien kath! Mon propre fils! Farendas a une totale confiance en lui, désormais, ce n'est qu'une question de temps avant que Ptrael ne prenne sa place à la tête du Creuset et finisse de mener ce monde à sa perte.
    Ceno - Votre unique enfant... Hmm... Serait-ce aussi évident?
    Jocaste - De quoi parlez-vous?
    Ceno - C'est encore assez flou... Toutefois, votre histoire fait écho à certaines visions de mon amie, la femme au bandeau. Pour en être sûr, je dois faire une analyse ADN, si vous le permettez. Pourriez-vous me tendre votre bras? C'est indolore.
    Jocaste - Une prise de sang? Dans quel but? Même s'il y a un Bith avec vous, vous n'en restez pas moins des étrangers. Malgré vos dires, qu'est-ce qui me prouve que vous n'êtes pas des espions de Ptrael?
    Ceno - Je vous le répète, nous sommes des explorateurs Jedi.
    Jocaste - Nos rapports sont formels, vous êtes arrivés avec ceux qui dînent à la table du prince.
    Ceno - En effet, les représentants de la Coalition Galactique négocient en ce moment-même avec le Creuset pour faire entrer Grilamen officiellement dans la Confédération des Nouveaux Systèmes. Cela implique l'abolition de l'esclavage et le respect des droits galactiques. Nous-autres Jedi protégeons la délégation, mais nous travaillons en indépendants. Nous sommes venus à votre rencontre de notre propre chef pour découvrir ce que Ptrael nous cachait et en référer à nos dirigeants.
    Jocaste - Je ne suis pas sûre... Vous paraissez sincère, mais... je ne sais pas si j'ai encore le droit de prendre des risques.
    Ceno - Je dois vérifier une chose très importante, cela pourrait peut-être sauver ce monde. Vous devez accepter notre aide.

    La Bith est face à un dilemme. Faire confiance n'est plus une mince affaire une fois que l'on s'est fait berné. Malgré toutes les tentatives de Cenovii pour la convaincre, elle hésite encore, et il n'est pas question de la forcer en influençant son esprit. Déjà, le Jedi en armure n'est pas sûr que ça fonctionnerait, et puis, elle doit prendre les décisions importantes avec son seul libre-arbitre, en son âme et conscience.

    Jocaste - Très bien, j'accepte votre aide.

    Elle tend son bras et Ceno n'a plus qu'à faire une petite prise de sang.

    Ceno - Parfait.
    Jocaste - Je ne vois pas bien en quoi cela pourra nous aider.
    Ceno - Je vous le dirai quand je le saurai... Au fait, j'ai vu les habitants de ce village, ils ont l'air faibles, et mal nourris. C'est avec ça que vous comptez vous battre?
    Jocaste - Les vivres manquent. L'eau a été empoisonnée, elle empoisonne à son tour la viande des bêtes qui la boivent, il n'y a plus tellement de gibier par ici, et elle rend les baloth furieux, la forêt est plus dangereuse qu'avant. Chaque sortie est soigneusement préparée.
    Ceno - Comment faire pour améliorer les choses?
    Jocaste - Il y a certaines techniques que nous pensions utiliser. Si vous nous apportez votre aide, cela prouvera que vous disiez vrai, et qu'on peut vous faire confiance.

    C'est ainsi que Cenovii prends les directives de la Bith et s'en retourne vers son escouade. Les padawans sont là, sur l'une des terrasses de bois, ils se prélassent tranquillement. Oraclem, comme d'habitude, a un air très solennel. Lorsqu'elle voit arriver son maître, Kinsa s'étire et prends la parole impatiemment. Ceno sent qu'elle a envie d'un peu de mouvement, et si le pressentiment du Mandalorien s'avère juste, cela ne saurait tarder.

    Kinsa - C'est quoi la suite du programme?
    Ceno - Désintoxiquer la rivière qui traverse cette forêt. Certaines pierres, comme les pierres ponces, ont la faculté de purifier les fluides. Shina, je sais que tu en transportes toujours avec toi.
    Shina - Oui, bien, j'en emporte par mesure de sécurité. On ne sait jamais ce qu'il faudrait filtrer...rien que rendre l'eau potable est une bonne raison.

    Il allait en falloir, des pierres! Le groupe de Jedi passe à l'action et, en compagnie des rebelles, arpentent la forêt en remontant la rivière. Peu après le départ, Cenovii transmet des données à Keller, en poste permanent sur le Vaisseau-Monde.

    Ceno - Keller? Analyse moi ça s'il te plaît, et compare avec l'ADN d'Eckmül.
    Keller - Bien reçu.

    -------------------------------------
    Sabre des Jedi
    Chevalier en armure

    Ce message a été modifié par: Bencenovii le 01-12-2014 23:59

    lundi 01 décembre 2014 - 23:54 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar obiwan87

    obiwan87

    9719 Crédits

    Cenovii venais de parler avec la Bith chef du village. Je crois bien même que Cenovii n’avait pas remarqué que c’était une femme. C’est normal les différences ne sont pas les mêmes que chez les humains.

    Eckmül : Elle est splendide !
    Kinsa : Qui ça, moi ?
    Eckmül : Elle est vraiment magnifique.
    Kinsa : Je te remercie Eckmül mais restons dans les relations amis.
    Eckmül : Mais pas toi, la chef du village.
    Kinsa : Ah, ouais, du coup, c’est hyper gênant.
    Eckmül : Je ne voulais pas dire ça.

    Kinsa vexé s’en va. Cenovii reçoit un appel de Comlik. C’est Keller, je n’entends pas ce que dit le padawan mais j’entends très bien mon maître.

    Cenovii : En es-tu bien sûr ?

    Puis Cenovii remets son comlik dans sa poche puis se dirige vers moi.

    Cenovii : Eckmül, viens, j’ai à te parler. (Sur un ton très sérieux, en ayant entendu, ce que j’ai dit)
    Eckmül : Vous avez discuté avec Jocaste ?
    Cenovii : Oui, et j’ai quelque chose à te dire, c’est un peu embarrassant, je viens d’apprendre une nouvelle plutôt heureuse.
    Eckmül : Quoi, Jocaste va nous accompagner jusqu’à Anubos (capitale de L’EUCENO).
    Cenovii : Non, Eckmül, c’est plus compliqué…
    Jocaste : (l’interrompant) Non, je suis ta mère.

    Je fis un grand silence, puis je réfléchis deux secondes, à la possibilité et je senti monté en moi, un grand sentiment de bonheur. Je suis heureux. Je lui tends les bras. Et dis.

    Eckmül : Ma…, Maman ?
    Jocaste : Oui, mon fils. Je suis si heureux, je te croyais mort, viens te serrer dans mes bras.

    Les retrouvailles sont riches en émotions, je suis tellement heureux et surpris j’ai été tellement seul pendant toute ma vie, sans famille, ma seule famille était l’ordre Jedi. Maintenant que je retrouve tout je ne peux m’empêcher de pleurer. Nous enlevons nos bras mais c’est toujours aussi émouvant. Jamais je n’aurais imaginé retrouvé ma famille.
    Puis il faut aller dépolluer l’eau de la rivière. Nous marchons jusqu’à la rivière. Shina sort les pierres ponces de son sac et les mets dans la rivière. Nous devons attendre une nuit pour que les pierres agissent. Joc…, Ma Mère nous invite à rester manger. Nous ne pouvons refuser, nous mangeons un délicieux plat local, en entré, des bâtons de poison à la crème fouetté, en plat de la morue aux fraises suivi de plein d’autres plats sans aucun sens culinaire, mais l’on fait avec ce qu’on a après tout.
    Lors du repas, j’échange beaucoup de regard complice avec ma mère. Elle est très gentille et m’a accueilli sans discuter. Elle s’occupe beaucoup de moi, elle me sert les repas préparés. Elle s’occupe bien de moi, elle s’est assise à côté de moi. Ce repas est très bon et nous avons très vite le ventre plein. Nous allons nous diriger vers les chambres (chambres c’est vide dit, c’est plus des camps de fortune). Elle a un Hamac qui est à côté du sien.

    Jocaste : Je l’avais mis pour ton père, au cas où un jour il reviendra à la maison. Je ne désespère pas mais tu peux prendre son hamac.

    Elle vient me couvrir avec une couverture. Et me souhaite une bonne nuit en m’embrassant le front.
    Le lendemain nous allons voir l’état de la rivière.

    mercredi 03 décembre 2014 - 23:50 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Dark-Spencer

    Dark-Spencer

    2186 Crédits

    ~~~Kamino~~~

    A son arrivé sur la planète-océan, Dark Spencer est accueilli par Dark bones et le Premier Ministre Kaminoan.

    Le Seigneur sith est de mauvaise humeur. Tout ce blanc le met mal à l'aise. Malgré les années écoulées depuis sa dernière visite il passe outre les salutations et ordonne seulement qu'on lui amène expréssement un échantillon de sa commande afin de contrôler par lui même la qualité du travail effectué.
    Aussitôt dit, aussitôt fait, deux clones de son apprenti se présentent à lui.

    Pendant que le Ministre vante les mérites de ses copies, le féloïde tourne autour de ces derniers en les scrutant de haut en bas.

    Spencer - Physiquement ils sont très ressemblant c'est vrai, mais quand est-il de leur niveau de combat?
    Premier Ministre - La manipulation génétique apporte à ces clones une immense force et une très grande résistance. Sans compter qu'avec notre toute nouvelle technologie, ces modèles-ci sont presque infatigables et quasiment insensibles à la douleur. Ils sont totalement soumis, obéissent aux ordres sans poser de question. Nous avons modifié leur comportement pour les rendre moins indépendant que le sujet d'origine.
    Spencer - Mwouai... il tourne la tête et s'adresse à l'une des répliques ; Toi, je vais t'attaquer, je t'interdis de bouger.
    Ministre - Ne préférez-vous pas aller dans une salle d'exercice?

    Pour réponse, le Cathar décroche une mandale tellement forte que le clone s'envole et s'écrase dans un mur de la pièce. Le Premier Ministre est de plus en plus incommodé mais se garde bien de faire une remarque. Le faux Kaleesh reste assommé quelques instants puis se relève, le masque brisé, la mâchoire pendante de travers, complètement disloquée. Il retourne à sa position initiale, au garde à vous devant son maître.

    Spencer - Que ressens-tu?
    Clone - wai apeu mahal...
    Spencer - Pardon?
    Clone - Wai, apeu, mahal...
    Spencer - Gnnn... Je crois qu'il dit qu'il a un peu mal, qu'en pensez-vous Seigneur Bones?
    Bones - Hinhin, c'est ce que j'ai compris aussi.

    Dark Spencer est impressionné mais ne laisse rien paraître, il se désintéresse du balafré et se tourne maintenant vers l'autre clone.

    Spencer - OK, toi, je vais t'attaquer, défend toi!

    Devant le Ministre médusé, le second clone active alors un sabre laser à double lames et prend une posture défensive. Le Seigneur sith lance un éclair de Force que son vis-à-vis annihile avec son arme, puis il active à son tour son sabre laser et se rue sur son sparing partner ; s'en suit une série de coups tous parés, même le plus inattendu d'entre eux, quand le grand poilu sort rapidement sa lame Krath et tente sournoisement de lui sectionner les ligaments croisés postérieurs. Le gros matou fini par réutiliser la Force pour l'attraper par la gorge et lui faire faire un ping pong entre le sol et le plafond jusqu'à ce qu'il s'évanouisse.

    Spencer - Gnéhéhé, en effet, ils sont obéissants, résistants et savent se battre ; toutefois il n'y a pas beaucoup d'unités, je vous avais demandé une armée, pas un bataillon.
    Ministre - 6000 unités de corps à corps sont d’ores et déjà aptes au combat. 20 000 autres sont au stade intermédiaire et seront bientôt opérationnelles. Les artilleurs quand à eux continuent de suivre un entraînement d'élite, ils seront disponibles dans les mois qui viennent... Je vous assure que nous faisons de notre mieux.
    Spencer - Balivernes! Je sais de mon Maître que vous pouvez créer des millions de clones!
    Ministre - Ce serait plus simple si nous avions une rentrée de crédits... Votre commande coûte très cher à mes contribuables et à nos actionnaires, cela affecte leur volonté et ...
    Spencer - Vous épargner! Vous et votre peuple! Cela ne reflète pas assez de générosité à vos yeux?
    Ministre - Nous ne voulons pas de problème avec les sith, Seigneur Spencer, mais vous devez comprendre que vos conditions ralentissent la production.
    Spencer - Et vous, vous devez comprendre que je ne paye pas pour un produit que je n'ai pas contrôlé moi-même, donc... Je ne paierai que les unités disponibles, et paierai les autres une fois qu'elles seront prêtes. La balle est dans votre camp. Je vous conseille de convaincre vos actionnaires et de redoubler d'effort si vous ne voulez pas que je rase vos installations!

    Conscient qu'il peut tout perdre, le Ministre se montre malin et acquiesce d'un hochement de tête.

    Spencer - Bien, bien... Puisque tout est réglé, n'en parlons plus... plus jamais! ... Maintenant, Seigneur Bones, guidez nos troupes aux transporteurs, j'aimerais être seul un moment avec notre ami.
    Bones - A vos ordres Maître. Vous deux, suivez moi.

    Le guerrier sith quitte la pièce avec les clones soldats, Dark Spencer passe son bras dans le dos du grand Kaminoan, sans la moindre gêne, et ressors sa bouteille de brandy.

    Spencer - Nous avons un peu de temps devant nous ; mon ami, j'ai quelques questions à vous poser d'ordre plus... personnel. Je ne sais pas si ça peut m'être utile, mais j'aimerais connaître votre avis franc et sincère.

    Le Premier Ministre interloqué semble d'abord inquiet avant de prendre une mine ahurie à l'écoute de ces quelques mots :

    Spencer - Parlez moi d'amour.
    -------------------------------------
    Miam!!

    Ce message a été modifié par: Dark-Spencer le 04-12-2014 18:51

    jeudi 04 décembre 2014 - 18:46 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Evénements

Star Wars Episode IX

18 déc. 2019

Star Wars IX

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide