Formation au sabre laser (page 5)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7125 Crédits

    Zadyssa vs Ilan ; Validation Ataru et Jar'Kai - Pouvoirs + sabres

    Cela faisait une semaine déjà que j'avais validé mon dernier entraînement à l'Ataru, non sans quelques difficultés au passage, notamment avec les geysers de flamme. Entre-temps, je n'avais cessé de perfectionner mes techniques et de les mêler au Soresu pour un maximum de fluidité, autant en vue de mon futur duel que pour mon futur en général. Même si j'avouais que ma principale pensée à ce moment-là était de m'améliorer pour mon combat.

    Le jour J, je me rendis au point de rendez-vous, à l'arène Massassi, après avoir effectué un petit jogging matinal et une méditation encore fraîche. Ainsi, ce fut beaucoup plus sereine que lors de mon précédent duel que je fis savoir ma présence. Kinsa était déjà présente et sourit en m'apercevant.

    Moi : Alors, pas de beskar'gam, cette fois ?
    Kinsa : Hé non, pas aujourd'hui. Je vous regarderai juste du haut des gradins.
    Moi : Fainéante, va !
    Kinsa : J'ai mal entendu.
    Moi : Euh... Bonne séance, va ?

    Au même moment arriva Ilan en tenue d'entraînement, ses deux sabres en main. Pour ce duel, nous savions tous deux que nous allions nous affronter, et cela n'avait fait qu'attiser mon impatience. Je n'avais jamais combattu Ilan en "combat officiel", seulement pour des entraînements, et j'avais toujours eu le dessus. Toutefois, je ne l'avais pas réaffronté depuis son apprentissage du Jar'Kai, et je le soupçonnais d'avoir nettement progressé. Quoi que moi aussi, j'avais bien progressé. Et puis, j'étais Chevalière !

    Pendant un instant, le temps sembla suspendu entre nous deux. Ilan était mon demi-frère, et un de mes plus proches amis. Le combat risquait fort d'être pourvu de nombreux rebondissements en plus d'être assez fluide. Nous nous connaissions suffisamment bien pour être capable de prévoir le panel d'attaques qu’emploierait l'autre. Et la victoire irait probablement à celui qui surprendra le plus. J'ignorai si ma technique était supérieur à celle de mon demi-frère, mais toujours était-il que je maîtrisais la forme la plus défensive qui soit, et ce n'était pas rien !

    En garde courte, au centre de l'arène, je faisais face à Ilan qui me faisait face dans une position offensive, ses deux lames bleues activées. Je respirai un bon coup et me concentrai sur le combat. Immédiatement, l'atmosphère aux alentours changea pour se faire plus pesante tandis que le vrombissement si particulier de mon sabre laser m'apaisait, me tenant à distance de ce sentiment de stress augmentant.

    Depuis l'épisode avec Law, mon lien avec mon cristal s'était renforcé, après avoir sensiblement diminué. Désormais, nous étions en phase, plus que nous ne l'avions jamais été. Le cristal n'influençait pas particulièrement sur mes pouvoirs mais mon lien avec ce dernier me permettait d'être plus concentrée.

    Tout d'un coup, le combat s'engagea d'un saut de Force d'Ilan dans ma direction, une lame dans son dos et l'autre perpendiculaire à son corps, comme s'il s'apprêtait à faire une attaque circulaire. Attaque qui ne tarda pas. Je parai son premier sabre et me glissai soudainement tout proche de lui pour esquiver son second. Visiblement, je le surpris et me permis donc d'éteindre vivement mon sabre afin de lui placer un bon coup de coude dans le thorax. Il recula en arrière, surpris, mais je ne lui laissai pas l'occasion de souffler, lui tirant des salves de tirs. Il sut plutôt bien se défendre contre elles et renchérit à son tour avec son blaster-sabre.

    J'esquivai ses tirs aisément et lui propulsai dans l'immédiat une pierre. Ilan eut le réflexe de s'en défendre à l'aide de ses avants-bras, et j'en profitai pour bondir sur une passerelle afin de sauter sur une seconde pour me retrouver derrière lui sans qu'il ne comprenne comment.

    Pour le moment, ma vivacité et mon habitude au combat limitait les échanges sabre-contre-sabre, mais j'étais certaine que lorsqu'ils viendraient, j'aurais beaucoup plus de difficulté à agir à ma guise.

    mercredi 20 décembre 2017 - 19:46 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Phaleina

    Phaleina

    515 Crédits

    Icare Eris – Entraînement au sabre laser – Forme I Schii-Cho

    Exercice 1: Gardes, attaques, parades

    1ère partie

    Le jour se levait sur la quatrième lune de Yavin, quand j’eus à l'idée de changer mes habitudes. Il fallait que j'aille me dégourdir les jambes, avoir une activité physique. J'avais potassé et médité tous les jours depuis mon test d'entrée à l'Académie. J'avais l'impression que ma tête allait exploser.

    Je me rendais alors aux salles d’entraînements au sabre laser comme me l'avait conseillé Kinsa Talik, le jour de mon entrée. Il était temps de toucher à tous les arts Jedi. Je savais pas vraiment à quoi m'attendre. J'avais déjà combattu dans différentes rixes avec des lames courtes et un sabre prétoriens. Mais je n'avais jamais suivi de cours de combats. Je me présentais dans une grande salle blanche. La twi'lek était là.

    Kinsa Talik : Icare, tu te décides enfin à me rendre visite !

     Kinsa me mena à une salle non loin dernla salle Blanche.

    Kinsa Talik : Voici la salle dédiée à la première forme, le Shii-Cho ou forme de la Détermination. C'est cette forme que nous apprenons à tous les padawans.

    La twi'lek bleu me tendit un sabre en bois. L'objet était léger, assez maniable malgré la rigidité du bois. Elle commença par me montrer les différentes positions d'attaque, de parades, de gardes. Je répétais chacun de ses mouvements au centimètre près. Kinsa me demanda de m’entraîner sur un mannequin placé à cette effet. Je me mis à enchaîner plusieurs fois de suite les positions afin de mieux les mémoriser, j'avais l'impression de martyriser ce pauvre mannequin. Au bout d'un certain temps, je me décidais à corser légèrement le niveau. J'enchaînais alors toutes les postures de plus en plus vite. Un peu avant midi, je décidais d’arrêter plutôt satisfait de moi et commençais à m'étirer.

    2ème partie

    Maintenant que je connaissais les mouvements de base, il me fallait affronter PROXY, le droïde, aide de camp de Kinsa Talik.

    PROXY: J'adore me farcir de la bleusaille.

    Moi : Mollo, PROXY ! Je débute.

    Je me mettais face à PROXY, en garde, la lame en bois droite, proche de mon corps. Nous commençâmes par échanger quelques coups. Parade haute puis basse à droite et basse à gauche avant de placer une attaque. Le combat paraissait équilibré jusqu'au moment où PROXY accéléra sans me prévenir. Je n'arrivais plus à m'adapter à ce que me proposait mon adversaire. Je parais, esquivais mais n’arrivais à placer aucune attaque. PROXY envoya une attaque circulaire basse au niveau de mes genoux, et me balaya. D'un coup, je me retrouvais sur le dos.

    PROXY : Avec un tel coup, vous auriez perdu vos jambes, Vous auriez fini en fauteuil ou avec des implants !

    La réflexion de PROXY me fis sourire. Je me relevais et me repositionnais pour attaquer. Nous reprîmes, au début les échanges étaient simple. Mais là encore PROXY pris les devant et accéléra. Je n’arrivais plus à attaquer, cette position avait quelque chose de frustrant. Je reconnus une passe d'arme et anticipa le prochain coup qu'il allait porter à mes jambes, en sautant. A peine avais-je reposer mes pieds au sol, qu'il me porta un violent coup au visage, je n'avais pu qu'entrapercevoir le coup circulaire venant sur ma gauche.

    Je me retrouvais une nouvelle fois au sol, à quatre pattes. J'avais mal à la tête, comme si une centaine de wookies avaient décidé de faire la fête dans ma tête.

    PROXY : Et là, vous auriez perdu votre tête, padawan !

    Moi : Et du coup, pas d'implant possible !

    PROXY : Vous n'êtes peut-être pas très bon au sabre, mais vous faites preuve d'esprit ! J'aime cela, même si ça ne vous sauvera pas.

    Je me relevais encore, et repris le combat. Je pris de nouveau quelques coups. En fin de journée, allongé sur le sol, je reprenais mon souffle, mon corps entier était endolori.

    PROXY : Nous pouvons nous arrêter là padawan, je serais encore là demain matin. Et je me ferais un plaisir de vous mettre une pâtée !

    Je ne savais plus si je devais rire ou pleurer. Je déposais mon sabre dans un coin de la salle et salua PROXY avant de me rendre dans ma chambre ou je m'affalais lamentablement sur mon lit. J'étais tellement exténué et courbaturé, que je n'avais même pas la force d'ouvrir un livre.

    Je dormais profondément, quand je sentis une présence dans ma chambre. Le vieil homme était là.

    Le Vieil homme : Ne retiens tu donc pas ce qu'on te dit ?

    Moi : Comment ça ?

    Le Vieil homme : Demain, quand tu retourneras voir le droïde, arrête de prévoir deux à trois coups d'avance. Concentre toi sur l'instant présent, ressent les mouvements de ton adversaire. Fies toi à la Force. Tu verras que ce conseil s'appliquera dans bien des domaines autres que la méditation.

    Il est vrai que j'aimais toujours avoir au moins un coup d'avance sur mon adversaire. Je n'avais pas envisagé ça de ce point de vue, la Force peut m'aider. Et lors de l’exercice de perception de la Force, nous avions agis de concert.

    Je me présentais de nouveau le lendemain matin à la première heure dans la salle du Shii-Cho.

    PROXY : Vous êtes revenu padawan ? Avez-vous appris de vos échec ?

    Moi : Nous verrons cela PROXY.

    Encore courbaturé de la veille, je prenais le temps de m'échauffer. Puis je fermais les yeux, avant de prendre une profonde inspiration. Quand je la sentie, elle était là en moi, je la laissais m'envahir de nouveau. Je ne ressentais presque plus la fatigue et les meurtrissures infligé par le droïde. Je me positionnais de côté avec une garde haute, la lame parallèle au sol. Le droïde donna le premier coup. Mes mouvements étaient devenus plus fluide, je ne me souvenais pas avoir bougé ainsi. Le droïde modifia ses combinaisons offensives puis augmenta sa vitesse d’exécution. Je ne me focalisais plus sur les positions à prendre, tout était devenu naturel, j'arrivais à pressentir le moindre coup de PROXY. Je décidais alors de prendre les choses en main. Lors d'un échange avec une parade dans le dos puis devant, j'envoyais au droïde un violent plat du pied droit qui le fis reculer.

    J'attendais qu'il se replace pour reprendre l’entraînement. Les coups reprirent de plus belle, je m'étais adapté à sa façon de combattre et PROXY évoluait avec moi, en plus d'être toujours aussi rapide, le droïde insérait des combinaisons de plus en plus complexe. Après une série de parades et de contres-attaques, je vis apparaître une opportunité, je me saisissais du bras droit du droïde, celui qui tenait le sabre, afin de mettre un coup avec le plat de mon sabre sur la tête de PROXY.

    Moi : Là, je t'aurais coupé en deux !

    PROXY : Sachez que je vous préférais hier.

    La fatigue avait fait son retour, j'étais content d'avoir pu abréger cette dernière passe d'arme. Une minute de plus, et c'est moi qui aurais pris ce coup sur la tête.

    PROXY : On fait une pause, fainéant ?

    Moi : Oui, je vais manger,me laver et surtout dormir !


    Ce message a été modifié par Phaleina le samedi 06 janvier 2018 - 23:50
    Ce message a été modifié par Phaleina le samedi 06 janvier 2018 - 23:52

    samedi 06 janvier 2018 - 23:42 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    10877 Crédits Modo

    Correction Icare Eris – exercice 1 du Shii-Cho

    Le pas léger, je pénétrai dans la salle dédiée à la forme I et manquai de heurter un Mirialan. Il s'agissait d'Icare Eris, le padawan de Zadyssa, elle-même mon ancienne padawan, ce qui en faisait par analogie une sorte de...petit-padawan. Malheureusement pour lui, cela impliquait que j'allais être plus stricte avec lui qu'avec d'autres apprentis, puisqu'il faisait partie de ma lignée Jedi. Le souvenir de son entraînement de la veille me revint en mémoire et je souris. Nous avions tous commencé comme ça, face contre terre, avant de nous relever et devenir de redoutables combattants.

    Moi : Pas si vite, padawan. Le dîner, le bain et tes quartiers attendront encore un peu.
    Icare : Oh... D'accord.

    Je me dirigeai vers l'holo-enregistrement de son dernier duel avec PROXY, que je visionnais. Il se débrouillait pas mal, le petit ! On voyait qu'il n'en était pas à son premier combat, mais ceux-ci avaient probablement été de l'ordre de bagarres de cantina, bien loin du côté raffiné et discipliné du combat au sabre laser.

    Moi : Sais-tu combien de fois il faut répéter un mouvement pour que ton cerveau l'imprime ?
    Icare : Beaucoup ?
    Moi : Oh oui. Plusieurs milliers de fois, en fait. C'est pour cela qu'il faut sans cesse s'entraîner, jour après jour.
    Icare : Je comprends.
    Moi : Mais c'était plutôt bien. Même si couper en deux son adversaire n'est pas permis dans la morale Jedi, s'entend. Sauf pour les droïdes. Allez, reprend ton bâton. Tu vas encore répéter les enchaînements de base contre moi, et à la moindre erreur on recommence. Compris ?

    Il hocha la tête et se saisit de son arme. J'attirai un des bâtons à moi par la Force et me mis en garde. La veille, je lui avais montré des enchaînements que j'avais numérotés il y a bien longtemps. Le temps où je m'entraînais avec des bâtons de bois était révolu depuis des années, mais cela faisait toujours plaisir de revenir aux bases en enseignant à d'autres.

    Moi : Enfonce-moi ces appuis ! Si je te frappe aux jambes, tu ne dois pas bouger d'un millimètre.

    Sans lui laisser le temps de réagir, je me baissai et exécutai ma menace en frappant bien fort. Comme je m'y étais attendue, cela agit comme un croche-pied et il chuta. Après l'avoir aidé à se relever, je professai :

    Moi : Sans appuis corrects, tu ne tiendras pas. Et tous tes adversaires ne seront pas aussi fair-play que PROXY, loin de là, Zadyssa pourra te le confirmer.

    Après quelques minutes, je constatai l'épuisement du padawan et eus un sourire compatissant. Mieux valait ne pas le pousser à bout de forces lors des premiers jours, cela pourrait se révéler néfaste au lieu de produire un effet bénéfique.

    Moi : Cela suffira pour aujourd'hui. Passe encore deux ou trois semaines à répéter les mouvements que tu as appris, inlassablement, pour qu'ils deviennent automatiques et que tu n'aies plus besoin de réfléchir du tout. Ensuite, tu pourras passer au deuxième exercice, la sphère d'entraînement.

    Phaleina : Exercice validé, même si la première partie aurait gagné à être plus développée. J'apprécie toutefois le fait que tu aies pensé à montrer une progression d'Icare, notamment par son lien avec la Force, indispensable. Tu peux passer à l'exercice suivant !

    dimanche 07 janvier 2018 - 14:55 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    24849 Crédits

    Assit sur le sol en tailleur, le quadrumane méditait au pied de la fontaine des jardins du temple comme tous les matins à 6h30. Pourtant, aujourd’hui n’était pas un jour comme un autre. Le padawan Malachite avait décidé de se rendre à la salle de Formation au Sabre Laser. 

    Ouvrant les yeux, Dexter réalisait quelques étirements de ses quatre bras. Même si l’un était complètement artificiel, le Besalisk parvenait à effectuer des mouvements souples au vue de la technologie. Ensuite, le colosse de deux mètre se releva pour commencer sa gymnastique journalière qu’il maîtrisait depuis plusieurs années. Une série de mouvements précis afin d’assouplir son corps en entier. Les poignets, la nuque, les bras, les genoux, les chevilles, le dos,… aucuns muscles n’étaient oubliés. Les dix minutes d’échauffements étaient son quotidien depuis bientôt maintenant près de vingt ans. Une fois, sa routine terminée, le Reptiloïde ramassa le sabre de bois qu’il possédait depuis vingt ans et se dirigea vers la salle de formation. 

    ***

    En franchissant la porte de la salle alors qu’il était à peine 7h, Dexter espérait bien qu’il n’y aurait personne. Pourtant, à la grande surprise du colosse, un droïde l’accueillit.

    Proxy – Vous voilà bien matinal, Maître Talik n’est pas encore là…

    Dexter – Proxy ? Tu es le même Proxy qu’il y a vingt-trois ans ?

    Visiblement, le droïde mit près d’une minute pour plonger dans ses fichiers d’archives et les comparer aux fiches des nouveaux padawans. Le Besalisk se souvenait de sa première approche avec son interlocuteur. A l’époque, le quadrumane n’avait pas réellement apprécié le « tas de boulon ». Proxy recula un instant lorsqu’il comprit qui était devant lui. 

    Proxy – Padawan Lou’Xan Cho ! Votre basic est bien plus agréable aujourd’hui. 

    Dexter – Grrrrrrr ! Non, je veux plus qu’on appelle comme ça, Proxy. J’ai changé de nom. Je suis Dexter Malachite. Et oui, je ne mets plus de « Z » à la place des « S » !

    Proxy – En changeant d’identité, aurez-vous oublié vos méthodes non-conventionnelles d’attaques?

    Le Besalisk se retient de rire à cause du souvenir d’être parvenue à expédier le droïde contre un mur. Proxy constata qu’un sabre laser pendant à la ceinture du padawan, mais c’était le sabre de bois que son adversaire tenait dans la main supérieur gauche. 

    Dexter – J’ai mon propre sabre de bois. Commençons, veux-tu ? 

    Proxy – J’ai reçu énormément d’amélioration et de mise à jour ! Padawan. La fiche de votre retour est bien actualisée. Vous êtes dans l’obligation de recommencer votre entrainement depuis le début. 

    Dexter – J’ai pu manier de temps à autre mon sabre depuis c’est deux décennies. Est-ce vraiment nécessaire ?

    Proxy – Les règles sont incontournables ! 

    Le Besalisk se mordait la joue intérieure afin de retenir un juron. C’est à ce moment précis que le Chevalier Talik entra dans la salle. Aussitôt Malachite ignora le droïde et se tournait vers Kinsa. 

    Dexter – Ravis de vous revoir Chevalier Kinsa !

    Kinsa – Ravis de te voir enfin dans ma salle de formation. 

    Dexter – Proxy me dit que je dois recommencé depuis le départ la formation, mais j’aimerai vous proposer autre chose. 

    Kinsa – Les règles sont…

    Sans laisser place à la discussion, le cyborg activa son œil mécanique et un hologramme en sorti. La surprise de la Mandalorien se lisait sur son visage. A travers la projection, elle pouvait reconnaître facilement le Besalisk mais en beaucoup plus jeune et en compagnie d’un maître Jedi bien connue. 

    Dexter – C’est mon premier entrainement avec Maître Padmée. Visionnez le et vous me direz ce que vous en penser. 

    Forme I : Shii-Cho EXERCICE 1 - GARDES, ATTAQUES ET PARADES 

    Une grande inspiration se fit entendre de la part de l’être de chair. Fermant les yeux cinq secondes, Lou'Xan prit le temps d’appeler la Force et la ressentait difficilement couler en lui. Lorsqu’il expira par la bouche, la padawan ouvrit les yeux et il se plaça en position d’attente intermédiaire. Pied droit vers l’avant et pied gauche en retrait, afin de lui assurer une bonne stabilité. Dexter tenait son sabre de bois devant lui, incliné de quarante-cinq degré. La main droite supérieure vers le haut du manche et la main mécanique gauche juste en dessus. Les deux autres bras, le Besalisk les laissait pendre le long du corps. La Force était avec lui !

    Le padawan avait onze ans et la maître Jedi cinquante-neuf. Bien que la connexion à la Force fût très difficile à atteindre, Padmée Brûle n’éprouvait pas de difficulté à donner les premiers cours du Shii-Cho. Avec l’aide de leurs amis, l’humaine et jeune Besalisk avait fabriqué un mannequin en bois pour l’entrainement. La femme restait assise en tailleur sur le sol au grand désespoir de son élève. 

    Pad – L’exercice 1, oui. Mais la première partie ! Entraînes-toi sur ce mannequin !

    En râlant et en traînant les pieds, Lou’Xan se plaçait devant le mannequin tout en marmonnant les quelques conseils qu’il avait retenu de Maître DocBeldom lorsque le padawan fut au temple deux ans plus tôt. Le Besalisk était déçu car il venait de perdre trente minutes de discussion inutile avec son maître. Dexter n’était pas parvenu à la convaincre de le dispenser de cet exercice qu’il trouvait barbant et ennuyeux. Les mots du Maître d’armes étaient nets dans son esprit car il en avait fait une synthèse

    « Se servir de ses bras inférieurs comme balancier afin d’améliorer son équilibre. Maîtriser tout son corps. Garder son équilibre. Jambes sont comme une ancre sur le sol. Avoir de la souplesse. »

    Le Réptiloïde se positionna en garde, les pieds légèrement en décaler mais à plat sur le sol. Cho plaçait ses bras inférieurs tel des ailes les paumes vers le sol. Le padawan tenait de sa main droite supérieure son sabre de bois et sa main droite supérieure était placée juste en dessous. 

    Enfin, le Besalisk frappait le mannequin ! Attaque flanc gauche; Reculer ; Attaque flanc droit ; déplacement à gauche ; attaque jambe droite ; reculer ; attaque épaule gauche…

    Le padawan trouvait peu à peu un rythme d’attaque et de déplacement adéquat jusqu’à ce que son enthousiasme le déconcentre. L’un des « bars » de bois du mannequin parvient à toucher le flanc gauche de Lou’Xan qui perdit équilibre. Cela le projeta vers l’autre barre servant de membre supérieur. Dexter eut le réflexe de se jeter à terre afin de ne pas avoir le nez écrasé sur l’adversaire de bois. 

    Pad – Bravo ! Louxy ! Ah là, tu m’épates ! 

    Dexter – Je n’aime pas cet exercice ! 

    Avec souplesse, Lou’Xan se relevait lentement en frottant ses membres. 

    Pad – Gagnes du temps, si tu veux, j’ai toutes la journée et il n’est que 7h du matin. 

    Dexter – Bon d’accord, je vais m’appliquer. 

    Pad – Il serait peut-être temps ! 

    Décider à ne plus décevoir maître Brûle, le jeune quadrumane reprend la position de garde mais cette fois, supérieur. Dexter recommença à attaquer sur le flanc gauche et recula immédiatement après pour décrire un mouvement circulaire au-dessus de sa tête avec son sabre de bois. Sans interruption, la fin du demi-cercle attaquait le mannequin sur le flanc droit. 

    Le Besalisk sautilla en arrière évitant un retour de « bras » en bois sur sa gauche. Alors, tout en créant un jeu de jambe d’avant en arrière, le padawan se déplaçait à gauche et ré-attaquait la « Jambe droite » en bois. Lou’Xan répéta la même attaque de l’autre côté du mannequin. 

    Le Cyborg stoppa la projection. 

    Dexter – Maître Brûle voulait la perfection des mouvements afin de compenser l’absence de Force. Même si la vitesse de rotation du mannequin me surprenait au point de manger la terre trop souvent à mon goût, j’apprenais de mes échecs. La souplesse des poignets, poursuivre mon jeu de jambe et ma précision des coups, furent les premières étapes de mon apprentissage. Je devais me passer de la perception du Danger car la Force n’était pas assez présente. Apprendre à être précis dans mes gestes, voilà ce qu’elle m’a appris. Pendant cinq ans, j’avais droit à trois heures d’entrainement des pouvoirs, de sabre et de théorie par jours et un jour de congé sur sept. 

    Ce message a été modifié par Padme111 le dimanche 14 janvier 2018 - 19:16
    Ce message a été modifié par Padme111 le lundi 15 janvier 2018 - 00:19

    dimanche 07 janvier 2018 - 17:46 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Phaleina

    Phaleina

    515 Crédits


    Icare –Schii-Cho : Exercice 2- Sphère d’entrainement

    Comme me l’avait indiqué Kinsa, il fallait beaucoup, beaucoup répéter les mouvements afin de les connaitre par cœur. Et après trois semaines de travail quasiment intensif, d’une routine bien huilée, l’entrainement avait semble-t-il portait ses fruits. Je profitais de ma matinée pour méditer et étudier tandis que l’après-midi et certaines soirées me permettait de reprendre inlassablement les mouvements de la Forme Shii-Cho en extérieur par beau temps ou à l’intérieur de la salle appropriée. En effet, depuis ma petite expérimentation dans les couloirs du dortoir, j’évitais soigneusement de troubler le sommeil de mes camarades.

    Il m’arrivait parfois, une à deux fois par semaine d’affronter Proxy pour évaluer ma progression. Je m’étais vite rendu compte que nous ne pouvions battre Proxy « à la loyal », à chaque fois que nous pouvions le mettre en difficulté, il évoluait pour toujours nous pousser dans nos derniers retranchements. J’avais donc gardé quelques feintes et bottes secrètes de rixes. Seulement pour me rassurer évidemment et pour faire taire les sarcasmes de Proxy. Ces longues séances d’entrainements avaient pourtant eu des effets incroyables, j’étais devenu plus endurant, plus fort, plus rapide dans l’esquive comme dans l’exécution des mouvements, qui pour le coup étaient d’une précision chirurgicale. Mais surtout mon corps était devenu plus souple, j’arrivais à gratter certaines parties de mon dos que je n’arrivais pas à atteindre il y a un mois plus tôt ! Mais là n’était pas le point. Je connaissais dorénavant toutes les gardes, les attaques et les parades de la forme I, il m’arrivait même d’en rêver. De plus ces derniers jours, j’avais pris la liberté et l’habitude de ne combattre qu’à une main, je perdais certes en force mais j’avais l’impression d’avoir gagné en fluidité et en précision. Je soupçonnais ma connexion avec la Force, qui s'était renforcée ces dernières semaines, d'avoir faciliter mes mouvements et mes réflexes. Quelques peu apaiser par mon évolution, je me décidais à passer au second exercice, les sphères d’entrainement.

    J’arrivais alors dans la salle dédiée à la Forme I quand Proxy s’approcha.

    Proxy : Vous venez prendre votre rouste hebdomadaire.

    Moi : Désolé Proxy, une prochaine fois surement. C’est pas toi que je viens voir.

    J’arrivais à proximité de la Chevalier Talik quand celle-ci se retourna.

    Kinsa : Ah Icare ! Te sens tu prêt à passer au second exercice ?

    Moi : Nous verrons bien ! En tout cas, j’ai suivi vos conseils, j’ai répété les mouvements que vous m’aviez appris depuis trois semaines. Et je fais beaucoup plus attention à mes appuis !

    Kinsa : D’accord, attends-moi ici !

    Au bout d’un court moment je la vis revenir avec une caisse. Elle l’ouvrit et en sortit un casque, une sphère et un autre qu’elle vint placer dans mes mains. L’objet était froid mais la forme de cet objet provoqua une vague de bonheur. J’y étais, enfin ! Le sabre laser que j’avais en main, était bien évidemment plus lourd que le sabre en bois. Sa forme était assez classique, un cylindre qui se finissait par un cône, cône qui devait renfermer la cellule d’énergie.

    Saisissant fermement le sabre de ma main droite, j’étendais le bras sur le côté pour enfin l’allumer, le moment était délectable, une lame bleu pâle tirant sur le blanc, jaillit de l’outil. Ce qui me marqua le plus, c’était le vrombissement de la lame, le son produit par la lame avait quelque chose de mythique qui ne fit qu’accentuer le plaisir de tenir ce sabre.

    Kinsa : Tu connais la consigne ? un sabre, une sphère qui te tire dessus, tu dois parer les coups.

    A ces mots elle activa la sphère, qui se mit à léviter à un bon mètre de moi. La sphère n’était pas lisse, elle présentait de nombreuses aspérités, qui devait ainsi brouillait les pistes au moment des tirs. Je ramenais la lame face à moi, prêt à faire face à ce nouveau défi.

    Les deux mains sur le sabre, je regardais cette petite boule métallique tournait sur elle-même. Ces mouvements rendaient la boule imprévisible. Je tentais quand même de suivre mon adversaire du jour avec le sabre. Cet exercice avait quelque chose d’excitant, j’étais l’être chassé et je devais me défendre. Je fermais alors une dernière fois les yeux puis pris une profonde inspiration pour retrouver mon calme. J’étais définitivement prêt.

    Kinsa : Attends, mets ça pour voir !

    Je m’exécutais, j’enlevais les lunettes de sur mon front afin de mettre le casque. A ma grande surprise, la visière était baissée et opaque et il faisait nuit noire.

    Moi : Pour voir ? Mais on ne voit rien là-dedans…

    Je reprenais position. Pensant que ma vue ne me servirait à rien, je fermais les yeux afin d’avoir une concentration optimale et ainsi me connecter à mon moi intérieur. Je commençais par me focaliser sur le bruit de la sphère. Quand un déclic m’alerta, puis le tir. J’abaissais ma lame vers la gauche mais une démangeaison me pris à hauteur du genou. Je n’avais pas été assez rapide. Et la sphère n’attendit même pas que je reprenne correctement ma place.Un autre tir acheva le travail. Me voilà un genou à terre, j’aurais pu commencer à douter de l’évolution de mes capacités et à regretter mes affrontements avec PROXY, quand j’ouvris les yeux, quelques chose avait changé. La visière était toujours baissé mais pourtant la sphère était devant moi, en tout cas les contours qui étaient d'une couleur bleu électrique, je n’arrivais pas bien à la discerner mais ça position était exacte, j'en étais sûr. J'avais délaissé mes appréhensions et m'étais focalisé sur ce moment précis, où moi Icare Eris, j'affrontais cette sphère dans cette salle de l'Académie Jedi. Je le sentais bruler en moi et s'étendre petit à petit à tous mes membres ainsi qu'à mes organes, je ne faisais plus qu'un avec l'Esprit de la Galaxie.

    Un nouveau tir retentit, mon bras droit guida la lame vers le tir puis sur un second. J’avais réussi à parer les deux ? Il fallait bien le croire, je n’avais ressenti aucune douleur. Le coup de chance du débutant ? Non, pas entièrement, j’étais guidé par quelque chose de plus accueillant qu’un Rathtar. La Force m'enveloppait et je trouvais une sérénité nouvelle.

    J’étais de nouveau sur mes deux pieds, lorsque la sphère remit le couvert une salve de trois tirs exécuté en un instant. J’étais content d’avoir gagné en souplesse et en fluidité les deux derniers tirs étaient assez espacé, j’eus à peine le temps de protéger ma tête ainsi que ma jambe droite en un seul mouvement. L’exercice commençais à me plaire, j’avais l’impression de pouvoir exploiter toutes les capacités apprises jusque-là. Cependant, la sphère ne l’entendit pas de cette oreille. Elle commença à accélérer les cadences de tir, puis à tourner autour de moi. A certains moments, j’avais l’impression d’avoir à faire à deux sphères. Face à ces nouvelles règles du jeu, j’avais perdu en précision dans mes placements, mais j’avais su conserver une certaine fluidité dans le maniement de la lame. Même avec l'aide de la Force, il m'était impossible de parer tous les tirs et je préférais esquiver pour mieux me repositionner. J'avais l'impression d'être conforté dans ce choix, car je n'étais pas seul.

    Au bout d’un certain temps, on n’a pas vraiment la notion du temps là-dessous, j’éteignais le sabre et enlevais mon casque. Je repris mes lunettes que j’accrochais sur la partie aimantée de ma ceinture. Je savais qu’il me fallait revenir et répéter cet entrainement, néanmoins, cet exercice m’avait plu et m’avais permis « d’ouvrir les yeux » sur certaines faiblesses qu’il me restait à travailler. Je prendrais le temps de gagner en dextérité et en précision. Pour l’heure, il me fallait retrouver mamie pour voir ce qu’elle en avait pensé.

    Ce message a été modifié par Phaleina le jeudi 18 janvier 2018 - 23:37
    Ce message a été modifié par Phaleina le vendredi 19 janvier 2018 - 18:43

    jeudi 18 janvier 2018 - 23:31 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    10877 Crédits Modo

    Correction Icare –Schii-Cho : Exercice 2- Sphère d’entrainement

    Icare me trouva dans la Salle Mandalorienne, en train de faire mon programme quotidien d'entraînement de combat au corps-à-corps. Entourée de projections holographiques simulant des adversaire variés allant du guerrier Zabrak à l'assassin Terellien, sans sabre, mon objectif était de tous les mettre hors d'état de nuire le plus rapidement possible. Bien sûr, étant des hologrammes, je n'avais pas la sensation du toucher, mais ils l'image réagissait optimalement à mes attaques. En voyant le Mirialan, je mis en pause la simulation et le suivis jusqu'à la salle I. J'avais vu le début de son entraînement avant de le laisser s'exercer seul

    Moi : Voyons voir comment tu t'es débrouillé.

    Je visionnai son exercice – la fin, tout particulièrement – et hochai la tête. Il s'en était bien sorti : le but étant d'avoir recours à la Force pour anticiper les mouvement de la sphère, il était difficile de le rater en ayant intercepté la plupart des tirs. Bien sûr, il faudrait qu'il s'entraîne encore longuement pour garantir une parfaite protection, mais c'était un très bon début.

    Moi : Allez, repose-toi un peu, tu l'as bien mérité. J'ai vu que tu avais fait de gros efforts pour maîtriser les attaques et parades du Shii-Cho, je te félicite pour ton assiduité.Veille à faire la même chose pour cet exercice. Cela te servira plus tard, je te le garantis. Et si tu as besoin de t'exercer face à un adversaire vivant...je suis là.
    Icare : Maître Zadyssa m'a dit que vous aimiez bien tirer sur les padawans !
    Moi : C'est une de mes méthodes d'enseignement, mais rassure-toi, lorsque je le fais c'est avec mon blaster à très faible puissance, ça picote à peine. Et puis, crois-moi, c'est mieux pour s'entraîner que face à un droïde. Les droïdes ne te tirent pas dans le dos quand tu ne t'y attends pas.
    Icare : Hum...je crois que je vais demander à mon maître en fait.
    Moi : Comme tu veux.

    Je repris le chemin de la Salle Mandalorienne, mais non sans ajouter avec un sourire malicieux.

    Moi : Tu ne sais pas que Zadyssa fait comme moi ?

    Correction Dexter ; Shii-Cho, exercice 1 : Gardes, attaques et parades

    Le lendemain...

    Dexter venait de me projeter un de ses entraînements avec maître Pad, et je ne pus pas m'empêcher de penser à mes propres entraînements de padawan avec Ceno, ainsi que ceux que j'avais également eus avec Ange sur la flotte fantôme. Lors de ces derniers, je n'avais pas tellement la Force pour m'aider, et la Leader de la Guilde en était même littéralement coupée.

    Dexter : Maître Brûle voulait la perfection des mouvements afin de compenser l’absence de Force. Même si la vitesse de rotation du mannequin me surprenait au point de manger la terre trop souvent à mon goût, j’apprenais de mes échecs. La souplesse des poignets, poursuivre mon jeu de jambe et ma précision des coups, furent les premières étapes de mon apprentissage. Je devais me passer de la perception du Danger car la Force n’était pas assez présente. Apprendre à être précis dans mes gestes, voilà ce qu’elle m’a appris. Pendant cinq ans, j’avais droit à trois heures d’entrainement des pouvoirs, de sabre et de théorie par jours et un jour de congé sur sept.
    Moi : Je vois. Voilà qui a dû t'apprendre une bonne dose de discipline. Tu me permets de vérifier si ces acquis sont toujours d'actualité ?
    Dexter : Bien entendu. Que voulez-vous que je fasse ?
    Moi : Un petit duel suffira, je pense, juste histoire de voir si tu maîtrises encore les mouvements basiques.
    Dexter : Contre qui ?
    Moi : Moi. Cela me dégourdira un peu les jambes.

    J'attirai à moi un sabre en bois et me mis en garde. Pour cette fois, je l'attaquerais en Shii-Cho, même si d'habitude je privilégiais le Soresu ou l'Ataru.

    Phaleina : Un bon exercice, rien de particulier à relever, tu peux passer à la suite !
    Padme111 : Comme convenu en MP, tu auras donc à rédiger un petit duel Dexter/Kinsa au terme duquel tu pourras considérer que l'exercice est validé et rédiger l'exercice des sphères d'entraînement dans le même post.

    samedi 20 janvier 2018 - 16:24 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    24849 Crédits

    EXERCICE 1 - GARDES, ATTAQUES ET PARADES 2ème partie

    Le quadrumane n’hésita pas à se positionner devant la Chevalier Talik. Tous deux tenant leur sabre de bois dans la main droite, décrivirent un effet miroir en se saluant respectivement. 

    Le pied avant droit vers l’adversaire l’autre en arrière, permettait au Besalisk d’obtenir une aisance d’action et un centre de gravité bien positionner pour parer pas mal d’attaques. Tenant son sabre de bois de ses deux mains supérieurs, Malachite décrivait un mouvement de rotation devant lui suivi d’une frappe du haut vers le bas. Ses bras inférieurs bougeaient en fonction afin de conserver son équilibre. 

    L’aura de la Twi’lek rayonnait dans la Force alors que celle de Réptiloïde fut à peine perceptible. Elle baignait dans l’énergie de la galaxie alors qu’il se concentrait sur le maniement et la précision des gestes. 

    Le sabre de Guaiacum sanctum rencontra la lame en chêne de Kinsa qui ressentit dans ses muscles la force de frappe. La Mandalorien ne sourcillait pas et retourna le coup d’une parade latérale. Dexter réagissait vite et avec précision. Son jeu de jambe permettait d’obtenir une assez bonne assiette. Sa lame passait de gauche à droite rencontrant toujours les parades du Chevalier. Elle réalisait des mouvements circulaires au-dessus de sa tête pour obliger le combattant à placer son sabre plus bas, au point que la pointe frôlait le sol. Les lames de bois décrivaient la lettre « X » les pointes vers le bas. Malachite releva les bras supérieurs dans des gestes précis décrivant un cercle au-dessus de son épaule droite, jusqu’à ce que son arme soit derrière sa tête. Le Besalisk projeta ses bras inférieurs vers l’avant tout en ramenant son pied droit vers Kinsa. La Perception du danger permettait à Talik d’anticiper la prochaine attaque. La Mandalorienne plaça son sabre en diagonale en protection de sa tête, les mains vers le haut à sa gauche et la pointe de lame vers le bas à droite. La chevalier immergeait dans la Force. C’est pourquoi, Kinsa ressentait que le prochain coup serait brutal. 

    Le cyborg comptait sur la force physique de son bras métallique pour frapper fort. Il souriait jusqu’à ce que les deux morceaux de bois ne se touchent. Même le point d’impact descendit jusqu’au niveau de son cou de Kinsa et non de sa tête, la lame du quadrumane ne put lui toucher la tête car elle avait déjà plié les genoux. Dexter fut surpris par l’effet de réaction des bois. L’onde de choc eut été si puissant que son propre sabre remonta par opposition. Le sourire menaçant s’effaça pour une expression de torpeur. Le chevalier se redressait déjà sabre en mains devant elle. Dexter ressentait une douleur dans son bras droit supérieur due à la répercussion du coup. En plus, le poids du bois porter à l’arrière de sa tête, mettait le colosse en déséquilibre. Afin de compenser, Malachite marchait plusieurs pas en arrière tout en battant l’air en réalisant des mouvements de moulin de ses bras inférieurs. Kinsa se retenait d’éclater de rire tellement la gestuelle fut comique. 

    Kinsa – Ta force physique ne te servira pas contre la Force !

    Enfin parvenu à se rétablir sans tombé sur son séant. Le Réptiloïde se repositionne en garde. 

    Dexter – J’avais remarqué ! 

    Il se relançait sur la Twi’lek dans des mouvements plus rapides et en tournant autour d’elle. Malachite cherchait à atteindre les pieds du Chevalier qui usant du Sai, se retrouva facilement hors d’atteinte. Le Besalisk cherchait à placer plusieurs fois une attaque Shiim. Bien que toujours très bien réaliser, la Mandalorienne l’esquivait, la contre-attaquait ou l’anticipait. La Force guidait tous les gestes de la chevalier, pas du padawan. Dexter poursuivait ses attaques en mouvement ample dans les jambes tout en accomplissant des moulinets de poignets. Par contre, jamais le colosse ne parvenait à mettre réellement la responsable de la classe en difficulté.

    Au bout d’une heure de combat, Kinsa estimait que le padawan lui en avait montré assez sur ses compétences. Elle accomplit une rotation complète sur elle-même et dévia la lame de Malachite. Revenant sur lui, Talik se plaça presque de profile, les mains vers le haut à sa gauche et pointe de bois sous la lame du sabre de Dexter. Et sans même que le cyborg ne puisse répondre, la Mandalorienne soulève la lame du padawan qui descend son arme pour rétorquer dans l’autre sens. Pour permettre une meilleure amplitude, le Besalisk cherchait à reculer son torse. La Chevalier usant de vitesse de Force place sa lame à la jonction du cou et de l’épaule droite du géant. 

    Kinsa – Tu n’as pas trop oublié, à ce que je vois. 

    Dexter – Non, j’ai dû pratiquer. Bravo ! 

    Kinsa – Utilise plus la Force pour les prochaines fois. Je te valide cet exercice. Et je t’encourage à t’entraîner avec la sphère et ton sabre laser. J’aimerai que tu prennes le casque avec la visière fermée. 

    Dexter – Utiliser la perception du danger, hein ! Oui, je vais enfin pourvoir connaitre ce que c’est. 

    Kinsa ramenait la sphère et la programmait. Malachite en profitait pour activer son ordinateur interne. Il analysait le sabre de bois de la Twi’lek. 

    Dexter – Vous utilisez toujours du chêne pour vos sabres de bois ou vous variez selon le rang ?

    Kinsa – Euh… je ne m’y suis jamais intéressé. 

    Dexter – Fabrication industrielle, je suppose ?

    Kinsa – Oui. 

    Dexter – Je peux vous proposer mes services. J’aime travailler le bois, c’est un hobby. L’Ordre Jedi devrait être moins dépendant de la Guilde. Je peux vous fabriquer des sabres de bois pour les entraînements de qualité. Moyennant une rémunération. 

    Kinsa - Tu veux qu’on te paye !?

    Dexter – Vous payez bien la Guilde ! Bon, réfléchissez-y, je vais m’entraîner. 

    Il désactiva l’ordinateur de sa prothèse oculaire. 

    EXERCICE 2 - SPHÈRE d'ENTRAÎNEMENT 

    La sphère s’activa dès que le Besalisk fut en position, la lame bleue de son sabre laser activée. Il débutait sans casque. La sphère tirait cinq salves d’affiler puis une pause de quinze secondes. 

    Dans les premières séries de tire, Dexter parvenait à dévier environs deux rayons laser sur cinq. Il se prenait une mimi-décharge trois fois sur cinq. Il grognait des jurons Besalisk à chaque échec. 

    Les secondes séries de tire, le Besalisk se concentrait plus et ne reçu plus qu’une décharge sur cinq. 

    Kinsa – J’avais dit, avec le casque et la visière baissée !

    Dexter – Oué m’d’ame ! C’était juste un échauffement. 

    Le colosse désactiva son sabre, la sphère stoppa de tirer. Le Reptiloïde pris le casque dans ses mains. Il l’observa un moment puis regarde la responsable de classe. 

    Dexter – Et vous trouvez ça drôle ?

    Kinsa faussement surprise – Oh désolée, c’est un casque pour Ewok. Ah, voici le tient. [Qu’elle avait caché dans son dos]

    Ils s’échangèrent les casques et le colosse plaça le sien sur la tête. La visière baissée, le Réptiloïde activa son sabre laser, la sphère aussi. 

    Cette fois-ci, les intervalles de tirent devenaient aléatoire avant même que le padawan ne parvenu à en dévier un seul. La panoplie de grognements et de bruits gutturaux typique à son espèce sortir de la gorge de Malachite. Décharge après décharge, Dexter s’en prenait plein le corps durant les huit premières minutes. 

    Puis, une phrase souvenir lui revenait en tête. « Un jour padawan, lorsque la Force renaîtra de ses cendres, tu pourras voir à travers elle. Pour l’heure, travaille ta technique ! »

    Dexter – Pour l’heure, je dois me fier à la Force !

    La montagne de muscles s’immobilisa en garde moyenne. Les décharges provoquer par les rayons aléatoires de la Sphère ne s’arrêtèrent pas pour autant. Ignorant la douleur, il ferma les yeux qui ne lui servaient de toute façon plus. Le padawan plongea dans la Force comme s’il voulait réaliser une médiation. Les picotements des tirs le gênaient mais le Besalisk s’obligea à ignorer les élancements musculaires. Par le passé, il dû souvent faire abstraction de sa souffrance pour survivre. Aujourd’hui, il possédait une endurance à la douleur au-dessus de la moyenne des gens de son peuple. 

    Dexter se retrouverait enfin dans la Force ! Il la laissa couler en lui s’ouvrant à la perception du danger. 

    Dexter – Je ne fais qu’un avec la Force. La Force est avec moi !

    Son sabre bougea à gauche ; à droite ; en haut à droite ; en haut à gauche, … Les quatre coups furent parés. L’ouïe du Besalisk perçu le mouvement de l’appareil sur sa droite. Dexter pivota sur lui-même afin de parer, mais trop tard, il fut touché à la jambe. D’autres bruits gutturaux lui échappèrent avant qu’il se mordît la joue intérieure. 

    La Force guidait les mouvements du Besalisk. Hélas, la concentration de ce dernier était partagé. L’agitation de la sphère émettait des sons. Dexter était très attentif à ceux-ci. Trop, même ! D’un côté, il voulait écouter la Force. De l’autre, l’habitude, l’instinct et la confiance qu’il avait acquis en lui venait soudainement de le handicaper. Il se filait plus à lui-même qu’à la Force. Ça réception à la Force était bonne, son utilisation laissait parfois à désirer, mais il ne parvenait pas être en phase avec elle. 

    La sphère décrivait des cercles, puis repassait dans l’autre sens, tantôt en bas, tantôt en haut. Dexter fut touché six fois. Il râlait intérieurement, il rageait même, pourtant il n’abonna pas. Kinsa se demandait si elle devait intervenir lorsqu’elle perçu les émotions négatives du padawan. Les bruits gutturaux sortir plus bruyamment qu’au début. Elle se leva pour intervenir mais c’est à ce moment précis qu’une chose étonnante se produirait. 

    « La voie qui mène à la sagesse est aisée pour celui qui n'est pas aveuglé par son ego. » *

    Dans un salto arrière, le Besalisk évita les trois rayons suivants. Ce fut dans se saut que Dexter plongea plus profondément dans la Force, les quatre bras perpendiculaires à son corps. Il rejeta toute sa frustration. Il oublia les nombreux échecs de sa vie, de son combat contre la sphère. Il ne pensa qu’à la Force ! Il l’a senti auprès de lui ! Il avait reconnu la voie de son maître qui ne lui avait plus parler depuis longtemps. Trop longtemps. La Force, son Maître parlait d’une seule et même voie pour le padawan Cho. A sa réception, le padawan était en garde haute !

    Dexter – Je ne fais qu’un avec la Force. La Force est avec moi ! JE NE FAIS QU’UN AVEC LA FORCE ! LA FORCE EST AVEC MOI !

    Avant que le rayon n’atteigne la jambe droite du colosse, la lame bleue vient le percuter. Dans une souplesse peut banale pour une corpulence pareille, le cyborg et la sphère dérivèrent des cercles. La perception du danger indiquait à Dexter où placer son sabre, où le tir allait arriver. Enfin, Malachite était parvenu à s’oublier pour n’écouter que la Force. 

    L’observatrice Kinsa eut l’impression que le padawan dansait avec la sphère. Les dix dernières tires furent stoppées net par la lame bleue de Dexter. 

    Kinsa stoppa la sphère. Dexter hésitait encore quelques secondes avant de comprendre que l’exercice était fini. 

    Kinsa – La frustration et la colère ne sont pas Jedi !

    Dexter en retirant son casque – Je sais. Voilà pourquoi je suis padawan. 

    Kinsa – J’ai bien cru devoir intervenir. 

    Dexter – Je comprends Chevalier Kinsa. Je vous assure que j’ai repris le contrôle de mes émotions. M’ouvrir complètement à la Force est nouveau pour moi. 

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    * (Citation The Clone Wars  S1 E3)

    Ce message a été modifié par Padme111 le jeudi 25 janvier 2018 - 09:49

    lundi 22 janvier 2018 - 13:44 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar R2D2

    R2D2

    1065 Crédits

    On avait enchaîné une série d'attaques et de défenses pendant plusieurs minutes, et je me rendais compte au fur et à mesure que ma demi-sœur arrivait facilement à gérer mes deux sabres, probablement grâce à son Soresu, tandis que j'attaquai tant bien que de mal. Mais sa défense restait impénétrable !


    Je reculais quelques secondes pour reprendre mon souffle et chercher une stratégie d'attaque. À ce moment-là, Zadyssa effectua un saut de Force, montant très haut, et retomba derrière moi. Je n'eus pas le temps de réagir qu'elle m'asséna un coup de pied dans le ventre. Je fis un pas en arrière, masquant ma douleur, et passai mon sabre en mode blaster pour commencer à lui tirer plusieurs salves d'énergie.


    Elle fonçait sur moi et renvoyait mes tirs que je dus esquiver, tant bien que de mal. Elle esquivait les autres en effectuant des roulades et des roues pendant que je repassai en mode sabre et engageai le duel avec une attaque circulaire à l'aide de mes deux sabres. Attaque que ma demi-sœur esquiva en sautant. Je continuais mon assaut en lançant l'offensive avec le premier sabre qu'elle para aisément. Je tentai alors de conserver un maximum l'entrechoquement entre nos deux armes pendant que j'attaquai son côté non défendue avec le second.

    Malheureusement, elle le sentit venir et roula à terre, me repoussant ensuite avec une Poussée de Force. Je fis un vol-plané et atterris lourdement dans la partie avec les lianes.


    Je compris qu'il fallait que j'utilise moi aussi la Force, car je ne m'étais pas du tout plongée dedans depuis le début. Je la laissai m'envahir et repartis à l'assaut en fonçant avec la Vitesse de Force. Zadyssa esquissa un petit sourire que j'étais prêt à lui enlever ! Je sautai en l'air, aidé de la Force, et je me rendis compte juste à temps que ma demi-sœur avait fait pareil. Nos deux sabres s'entrechoquèrent et sa main vint agripper mon poignet pour empêcher mon second sabre de la toucher.


    Mon poids supérieur au sien, je l'entraînais en arrière, elle en-dessous et moi au-dessus, prêt à lui faire manger le sol. Manque de chance, Zadyssa me donna un nouveau coup dans le ventre et pus me faire basculer de côté, évitant donc de se faire écraser. La chute fut douloureuse, et pour elle aussi !


    J'essayai de prendre l'avantage en me relevant vite, mais elle avait encore fait pareil. Alors je tentai d'accélérer mes mouvements pour qu'elle ne puisse pas tout parer, mais elle était assez douée, ne se laissant pas submerger.


    Le combat dériva vers le corps à corps, mais elle avait encore et toujours le dessus, alors je continuais à accélérer la cadence en tentant de ne pas céder à des mouvements saccadés. Qu'est-ce que c'était énervant de ne pas pouvoir prendre l'avantage ! Et Zadyssa semblait s'amuser de cet aspect-là du combat ! Il était grand temps que je lui montre de quoi j'étais capable !


    Mes deux sabres se mirent à danser, encore, et encore, et encore. Je ne faisais pas attention à ma fatigue et attendais de voir la sienne. Mais mes armes commençaient à peser lourd dans mes bras. En plus, j'étais sûr que Zadyssa ne se donnait pas totalement à fond. Et c'était rageant !


    Enfin, fallait pas que je cède à ses sentiments. Je me fondis encore plus dans la Force pour ne plus être fatigué, mon Sens du Danger prêt à m'avertir, et moi, prêt à lui donner encore plus de fil à retordre !

    Ce message a été modifié par IlanVinord le vendredi 26 janvier 2018 - 17:07

    vendredi 26 janvier 2018 - 17:04 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    10877 Crédits Modo

    Correction Dexter ; Shii-Cho, exercice 2 : Sphère d'entraînement

    Lorsque je sentis que Dexter se laissait envahir par ses émotions fortes, je stoppai immédiatement la sphère. Même si ce n'était qu'un entraînement, il se devait d'être fait en toute sérénité. Pour la technique, c'était bon, mais chez le Besalik je sentais comme une vague d'émotions refoulées depuis des années, et je savais d'expérience qu'il n'était jamais bon d'interdire à ses sentiments de sortir pendant trop longtemps. Personnellement, j'avais besoin de quelqu'un en qui j'avais confiance pour m'ouvrir et laisser échapper mes émotions. Et pour Dexter, j'avais une idée assez précise envers qui cette colère était dirigée.

    Tout en rangeant les sphères par télékinésie, j'ajoutai, mine de rien :

    Moi : Peut-être te serait-il bénéfique de parler à maître Brûle.
    Dexter : Je...
    Moi : Dexter, crois-moi, en terme de relations compliquées avec son maître, j'ai réussi à atteindre un certain niveau. Je ne sais pas exactement pourquoi ni comment vous vous êtes brouillés mais je sais une chose : tout devient beaucoup plus simple quand on s'ouvre l'un à l'autre, je peux te le garantir. Même quand la situation semble insoluble.
    Dexter : Je comprends. Je sais que je devrai aller la voir un jour ou l'autre, mais... Je suivrai votre conseil.
    Moi : J'en suis heureuse. Bien, maintenant revenons sur ta proposition de fabriquer des sabres de bois...
    Dexter : Alors, c'est oui ?

    J'esquissai un sourire et commençai à faire les cent pas dans la pièce. Sa proposition en elle-même était très intéressante, l'Ordre Jedi ayant un vrai besoin de cesser de dépendre des autres organismes galactiques. Yavin IV nous offrait d'ailleurs une réserve de bois dans laquelle nous pouvions puiser à condition de ne pas perturber l'environnement. Par contre, payer Dexter était inconcevable.

    Moi : Oui, mais bénévolement.
    Dexter : Ce n'est...
    Moi : Si tu peux faire quelque chose pour aider l'Ordre, tu dois le faire. Nous sommes une communauté et en tant que telle nous dépendons les uns des autres, en mettant chacun ses talents aux services des autres. Par exemple, j'enseigne aux padawans les techniques de sabre laser, Galen les aide à construire leur propre sabre, maître Brûle supervise l'apprentissage des pouvoirs de la Force, Weedge et maître Mordi tiennent l'infirmerie grâce à leurs dons de guérisseurs... De la même manière dont nos midichloriens vivent en symbiose avec nos cellules, nous vivons en symbiose les uns avec les autres. L'Ordre Jedi essaie tout pour se tenir loin des préoccupations futiles telles que l'argent, nous ne pensons qu'à aider, et même si parfois il arrive que nous n'ayions pas le choix, nous tentons toujours d'être autosuffisants. Tu comprends ?
    Dexter : Oui je comprends. Bon, qui ne tente rien n'a rien, j'aurais au moins essayé !
    Moi : Tu as longtemps vécu hors de l'Ordre, je sais qu'il faut une période d'adaptation. Et si nous revenions à notre sujet premier ? Je valide ton exercice. N'hésite pas à revenir t'entraîner, et surtout t'habituer à t'immerger dans la Force.
    Dexter : Je m'en souviendrai.

    Kinsa ; Sokan, exercice 1 : Repérer le terrain

    Après m'avoir salué, le Besalik quitta la salle d'entraînement, me laissant seule. La veille, j'avais rajouté des exercices au Sokan, et il me tentait bien d'apprendre cette forme, bien qu'elle ne soit en général pas reconnue comme une forme de combat à part entière. En tant que Gardienne, je devais sans cesse m'adapter à de nouveaux environnements, de nouvelles planètes, et souvent j'étais amenée à combattre dans ces mêmes terrains inconnus, aux variables imprévisibles. Je savais également que l'habileté du vrai guerrier ne résidait pas seulement en sa force ou sa technique, mais également en son adaptabilité ; et pour cela le Sokan était parfait. Décidée à me mettre à l'entraînement, je me rendis dans la Salle Aux Mille Aspects où je n'avais pas plus tard qu'une semaine auparavant entré deux nouveaux programmes. Je sélectionnai le premier, m'avançai de quelques pas dans la Salle et attendis que le programme se mette en marche. Je savais, pour l'avoir moi-même rédigé, que l'exercice consistait en repérer le maximum d'éléments utiles au cours d'un combat.

    Soudain, sans prévenir, je me retrouvai plongée dans le décor d'un entrepôt. Aussitôt, je balayai mon environnement du regard. Tout autour de moi se situaient des caisses, mais après quelques secondes, j'aperçus aussi une grue et un véhicule roulant. Ce constat fait, je me dis que ces montagnes de caisses pourraient être autant un repli qu'un moyen d'avoir de la hauteur, et je courus les examiner de plus près. Il fallait garder à l'esprit que je n'avais qu'un temps limité pour chaque terrain. La grue, située sur ma gauche, manipulée par la Force, pouvait assommer mon potentiel adversaire ; quant à au véhicule, il ferait facilement office de projectile massif. Dans les dernières secondes, j'aperçus quelques unités de stockage cylindriques avec des pictogrammes de sécurité indiquant "explose avec de la chaleur". En les poussant, je pourrais les utiliser pour déstabiliser mon ou mes adversaires, et si j'avais envie d'une explosion...la chaleur de mon sabre suffirait sans doute. Les entrepôts, comme tous les endroits "civilisés", regorgeaient en général de multiples ressources utiles.

    Sitôt cette réflexion faite, l'environnement se changea en une forêt épaisse, comme nous en avions sur Yavin IV. Je repérai assez rapidement une foule de lianes qui pouvaient m'aider à me mouvoir dans cette jungle, mais je devais bien admettre que je n'étais pas des plus à l'aise dans ce milieu, contrairement à mon padawan Zokuron. En soi, il y avait beaucoup d'éléments, beaucoup trop en fait, et je ne savais guère quoi en faire. Normalement, je faisais davantage attention à ce qui pouvait me gêner moi, et non ce qui pouvait gêner mon opposant. Ces racines, là, partout, étaient tellement susceptible de jouer les croche-pied lorsqu'on ne le souhaitait pas ! J'avais fini par apprendre comment les éviter, mais cela pouvait en revanche être une manière totalement aléatoire de faire tomber son poursuivant. Par contre, cette branche tombée, à quelques mètres de moi, était facilement déplaçable par télékinésie : correctement manipulée, elle pouvait très bien stopper quelqu'un en le frappant à la tête ou au ventre si j'étais trop loin pour le faire moi-même. Oui, beaucoup de choses ici pouvaient servir de projectiles. Mais je n'eus pas le temps de réfléchir davantage que les trente secondes étaient passés.

    Moi : Haar'chak !

    Je n'avais pas été assez rapide : j'étais sûre que la forêt était pleine de ressources utilisables. Me promettant de réessayer dans cet environnement plus tard, je passai vite à la suite. Cette fois, c'était une prairies, comme celles de Naboo, qui s'étendait sous mes pieds. Je fronçai les yeux : il n'y avait strictement rien ici... Ce devait être une erreur de programmation, il faudrait que je revérifie quand j'aurais fini. Autant attendre le prochain décor. En admirant le ciel azur, j'avançai de quelques pas, je me retrouvai soudain le pied droit coincé dans la terre. Intriguée, je me baissai et après avoir palpé la terre, constatai que le sol était en réalité constellé de trous à intervalles réguliers, comme si ils avaient été creusés par des animaux. Je maudis mon manque d'attention et ne réussis qu'à bloquer encore plus mon pied. Me sentant très bête, je me dis que si j'avais pris conscience des ces trous plus tôt... Ils étaient aussi efficaces que des pièges technologiques. J'espérais juste faire mieux ensuite.

    L'environnement qui suivit m'était bien plus familier : les bas-fonds d'une planète-ville, le soir, alors que les rues n'étaient plus éclairées que par des lumières fragiles. Là, des toits sur lesquels prendre de la hauteur ! Et à quelques mètres de moi, des speeders derrière lesquels je pouvais me mettre à couvert ! Sans compter ces lumières faciles à éteindre pour disparaître dans l'obscurité, et les murs contre lesquels je pouvais envoyer valser mon adversaire. Il y avait également un nombre conséquents d'objets qui pouvaient se transformer en projectiles. À ma gauche, il y avait une imposante flaque d'eau qui, si je jetais quelque chose suffisamment fort dessus, pouvait éclabousser et déstabiliser quelqu'un. À la dernière seconde, je trouvai une autre utilité aux lumières : aveugler mon adversaire, pour pour qu'elle soient bien orientées.

    J'enchaînai en tout une bonne quarantaine d'environnements différents : au fur et à mesure, je m'habituai à tout détailler, même si cela semlait insignifiant, à ne surtout pas traîner en pensées inutiles et d'attribuer immédiatement à chaque chose que je voyais une utilité potentielle, qu'il s'agisse d'assommer ou de servir de repli. Je remarquai bien vite que les décors naturels me posaient plus problème que les décors "artificiels" comme une ville : d'une part, j'étais plus habituée à ces derniers, d'autre part car ils comportaient généralement plus d'élements. Cela m'obligeait à être autant plus attentive sur les terrains sauvages. Finalement, j'estimai que c'était assez et arrêtai le programme. J'étais étrangement fatiguée : maintenir sa concentration pendant vingt minutes était épuisant.

    (correction du post de Galen à venir)

    samedi 27 janvier 2018 - 17:42 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6244 Crédits

    Weedge – Forme I – Exercice 1

    Je me rendis compte que de tous les lieux de l’académie, c’était le seul que je n’avais pas visité encore. J’avais à peine dépassé la porte, pour soigner quelques menus bobos des suites d’un entraînement. J’avais toujours remis à plus tard cette tâche, cette nécessité de s’entraîner aux arts du sabre, trouvant toujours une excuse. Mais je ne le devais plus.
    Et pourtant, ce lieu m’inspirait une certaine mélancolie. Comme si je connaissais le lieu depuis longtemps. Je compris vite que ce sont des mémoires de Clickman, qui me donne cette impression. En voyant une salle portant son nom, certains souvenirs me remontent. Clickman a créé certaines de ces salles. Cela explique tout.

    Proxy : Bonjour Maître Weedge, je ne vous attendais pas ici, il n’y a pas de blessé pour le moment.
    Moi : Bonjour Proxy. Non cette fois je viens pour moi-même. Il est temps que je m’entraîne un peu, non?
    Proxy : Aucun problème, je suis là pour ça…
    Une pause.
    Proxy : Votre profil n’existe pas. Je dois le créer. Un instant.
    Une autre pause.
    Proxy : Voilà. Vous devez commencer par la Forme I, pour les bases.  Vers quelle forme vous pensez-vous diriger une fois les bases acquises?
    Moi : Je me limiterai au Soresu. Je suis un guérisseur, je dois avant tout protéger, pas attaquer.
    Proxy : Je note. Sachez que Maître Clickman était très bon dans la pratique de l'Ataru.
    Moi : Il n’arrivait pas à la cheville de Doc.
    Proxy : Je comprends. Dirigez vous vers la salle d’exercice quand vous êtes prêt. Vous trouverez les instructions à l’intérieur pour les différents gestes à apprendre. Appelez-moi si vous voulez une démonstration.
    Moi : je vais commencer par une petite méditation, pour me préparer.

    J’entre dans la salle. Je pose mon sabre au pied du mannequin. Je prends un sabre en bois, le soupèse. Je m’assois en tailleur devant le mannequin, le sabre en bois pose devant moi, et ferme les yeux.
    Je concentre la Force en moi. Et une fois encore, ses images imprimées dans ma mémoire me reviennent. Ces gestes pose alors que la monstruosité implantée en moi par Baaaaaaal, tuant d’autre Jedi, soldats,  … lors de l’incident sur  Rhommamool (voir TJ6). Ces images me hantent depuis des années. Ce sont ses images qui m’ont toujours empêché de me lancer dans cet entraînement pourtant nécessaire. J’avais beau savoir que ce n’était pas vraiment moi, je gardais ce sang sur mes mains.

    Avec difficulté, je repousse ses images dans un recoin de mon esprit et respire, reprend le contrôle de mes pensées et concentre la Force en moi. Une fois mon esprit calme et concentre, je me relève enfin et attrape le sabre en bois devant moi.
    Je commence par des mouvements circulaires, comme demande par l’exercice. Je vise la tête, les bras, les jambes, par la gauche et par la droite, dans des mouvements trop amples pour l’exercice. Je devais me modérer, rester simple.
    Je passe sur des mouvements d’estoc. Je lance la pointe de mon sabre en bois contre le mannequin, touchant la main, le bras, la jambe.

    Je vise le torse… et une image me revient, le même mouvement, tuant un pauvre Jedi… je lâche le sabre, recule, tombe assis. Moment de panique.
    Je respire difficilement…
    Il n'y a pas d'émotion, il n'y a que la paix…
    Il n'y a pas d'émotion, il n'y a que la paix…

    Je me répète la phrase en boucle, reprendre le contrôle.
    Je respire et fini par me calmer.

    Je reprends l’exercice, répète les mouvements, concentré, pendant un temps indéterminé, tout en répétant cette phrase du Code Jedi pour me tenir focalisé.
    J’ignore si une heure, deux ou dix était passées, j’étais en sueur. Proxy n’avait pas osé m’interrompre, mais je ne doute pas que cet... incident... serait enregistré, et Kinsa, Aynor et Sol’As en seraient informés.
    Proxy apparu avec une boisson plus que bienvenue.
    Proxy : Ça va Maitre Weedge?
    Moi : Ça ira. Je... craignais que ça se produise.
    Proxy : On peut remettre la suite a plus tard…
    Moi : Non, non, on peut continuer.
    Proxy : Comme vous le désirez.

    Je me place face a Proxy, qui attrape un sabre avec son grappin et s’en équipe. Il commence par des mouvements circulaires simple, à gauche, à droite, que je bloque avec le sabre. Il vise en haut, en bas. Il accélère. Je suis trop lent et son sabre frappe ma main.
    Je lui fais signe que ça va. Il reprend. Plusieurs passes, de plus en plus rapide, mais je reste trop lent. Je prends des coups aux bras, aux jambes, au torse.

    Proxy : Vous manquez de concentration Maître Weedge.

    On reprend. Proxy n’accélère plus autant, il s’adapte volontairement à mon rythme. Il me fait travailler les gestes, plus que la vitesse. Il varie entre les estocs et les mouvements circulaires. Tente d’enchaîner de façon imprévisible, mais n’étant qu’une machine, même son imprévisibilité est prévisible.
    Proxy varie les séquences, passe de mouvements circulaires à estoc. M’oblige à m’adapter. Proxy accélère très doucement, et j’arrive à suivre.

    Et une fois encore, une de ces images me revient. Je bloque et me prend un coup un peu violent dans la mâchoire, lâche mon sabre et me retrouve encore une fois sur l’arrière train.  Proxy s’interrompt. Je respire encore difficilement.

    Et c’est à ce moment-là que je me rends compte que nous n’étions plus seul dans la salle.

    mercredi 31 janvier 2018 - 02:25 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Discord

Discutons :)

56 fans connecté(s)

Evénements

D23 2019

23 août 2019 - 25 août 2019

Ciné Concert Star Wars : Le Retour du Jedi

11 sept. 2019 - 14 sept. 2019

Comic Con Antwerp 2019

14 sept. 2019 - 15 sept. 2019

Japaniort 2019

28 sept. 2019 - 29 sept. 2019

Triple Force Friday

04 oct. 2019

Paris Manga et Sci-Fi Show 28ème édition

05 oct. 2019 - 06 oct. 2019

Star Wars IX

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide