Fey'lya Borsk

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur Internet comme Apple Safari ou Google Chrome. Vous pouvez aussi mettre à jour votre version de Microsoft Internet Explorer. Merci pour votre compréhension.

Même si Borsk Fey’lya incarna les travers les moins flatteurs des politiciens et des Bothans, beaucoup le considèrent quand même comme un héros pour tout ce qu’il a accompli. Il incita les Bothans à rejoindre la Rébellion, et fut l’une des figures de proue du gouvernement de la Nouvelle République qui replaça l’Empire.

Du clan Alya, il était né sur Kothlis, une planète colonie bothane. Son pelage était crème et ses yeux violets, il mesurait 1,40 mètres. Il avait compris dès son enfance qu’il était très peu doué pour le pilotage et le sport, et il décida alors de se consacrer à la diplomatie. Le fait d’être né sur Kothlis et non sur Bothawui, le poussa encore plus à rechercher l’excellence.

Il était très à l’aise dans les coups tordus de la politique bothane, mettant en œuvre ses grands talents d’opportunisme pour faire une brillante carrière politique, mais également réussir dans les affaires. Sa voix mélodieuse et rassurante trompa plus d’un rival en lui donnant une fausse impression de sécurité. Ses amis et ses ennemis d’ailleurs sous-estimèrent souvent son ambition dévorante. Il possédait sur Bothawui une propriété dans la savane.

Peu de temps après la Bataille de Yavin, il rejoignit l’Alliance Rebelle, entraînant avec lui un certain nombre de Bothans et leur remarquable réseau d’espionnage. Il pensait que le règne de Palpatine ne serait pas éternel et qu’il fallait être prêt à une autre éventualité. A peu près à cette même époque les Mon Calamari d’Ackbar rejoignirent aussi la Rébellion avec leurs puissants vaisseaux. Ceci aboutit à une rivalité intense entre les deux.

C’est lui qui réussit à mettre la main sur des informations concernant la seconde Etoile Noire. Bien que cette découverte s’avéra être un piège impérial, les Bothans, et Fey’lya en particulier, furent considérés comme des héros et Bothawui désigna les Bothans morts comme des « martyrs ».

Lorsque l’Empire s’écroula, Fey’lya fut l’un des 8 signataires de la Déclaration de la Nouvelle République. Il entra dans le Conseil Provisoire de la Nouvelle République ainsi que dans le Conseil Interne, au grand dam de l’Amiral Ackbar. Fey’lya favorisa les Bothans, mais il était suffisamment habile pour que cela ne se voit pas trop et pour ne pas être accusé d’être partisan. Il était aidé très efficacement par son assistant Tav Breil’lya et resta dans le monde des affaires tout en étant conseiller. Une de ses entreprises finança Garm Bel Iblis, un corellien qui menait sa propre guerre contre l’Empire. Etant donné que Bel Iblis détestait Mon Mothma, Fey’lya pensa qu’il était bon de l’avoir comme allié. Même si Fey’lya détestait vraiment l’Empire, ses manœuvres politiques posèrent souvent de graves problèmes à la Nouvelle République en bloquant ses actions. Il n’hésitait pas à s’attaquer à des personnalités de la Nouvelle République si cela suivait ses intérêts. Il parvint à obtenir une frégate d’escorte appelée Qenfis.

Mais il alla trop loin pendant la campagne contre le Grand Amiral Thrawn (9 après Yavin,) : il accusa à tort l’Amiral Ackbar de trahison à la suite d’une erreur stratégique à la bataille de Sluis Van et ordonna une retraite anticipée à bord du Qenfis à la bataille de le Flotte Katana, prenant ainsi au piège Han Solo, Lando Calrissian et l’Escadron Rogue de Wedge Antilles. La vraie nature de Fey’lya fut révélée aux yeux de tous, il fut placé en état d’arrestation et retourna à Coruscant. Même si le Conseil Provisoire lui pardonna, il avait perdu la face et son pouvoir s’en ressentit. Lui qui symbolisait le sang-froid était bizarrement terrifié à l’idée que la Nouvelle République prenne intact l’entrepôt de l’Empereur à Wayland. Il voulut même offrir 70000 crédits à Talon Karrde pour s’assurer que le Mont Tantiss serait détruit. Il apporta une explication très vague sur des armes que l’Empereur avait développées sur place… Sans doute savait-il que le Document de Caamas, prouvant la responsabilité des Bothans dans le génocide de la planète Caamas, était aussi sur place ? Difficile à dire…

Fey’lya retrouva son pouvoir pendant la réorganisation de la Nouvelle République suivant la campagne destructrice contre l’Empereur ressuscité (10 après Yavin). Pendant la crise Yevethan (16-17 après Yavin), il devint le président du Conseil de Justice du Sénat. Il laissa s’échapper des informations vers les médias et supporta le vote de défiance envers la Chef de l’Etat Leia Organa Solo. En 19, lorsque l’on découvrit que des Bothans avaient perpétué le génocide de Caamas, il manœuvra habilement pour diminuer le rôle des siens, disant que c’était de l’histoire ancienne, et fit traduire devant la justice les responsables. Le scandale ne l’affecta pas. Fey’lya attendit patiemment son heure pendant le mandat de Ponc Gavrisom comme Chef de l’Etat, et le retour de Leia. Lorsque le mandat de Leia prit fin, Fey’lya put mettre en avant ses 20 années d’expérience et ses nombreux contacts, ce qui lui permit d’être élu Chef de l’Etat à une immense majorité.

C’est pendant son mandat que les Yuuzhan Vongs s’attaquèrent à la galaxie en 25. Malgré leurs attaques de plus en plus violentes et les massacres qu’ils perpétrèrent, Fey’lya refusa de considérer les Vongs comme une véritable menace quand ils s’attaquèrent à la Bordure Extérieure. Il fut obligé de changer d’avis lorsqu’ils menacèrent l’espace Bothan. Même s’il autorisa l’usage de la Marine de la Nouvelle République contre eux, il refusa de donner au Nouvel Ordre de Chevaliers Jedi de Luke Skywalker un rôle officiel dans la défense. Il n’envoya aucune aide à l’Académie Jedi de Yavin 4 assiégée, arguant du fait qu’elle n’était pas sous la juridiction de la Nouvelle République. Quand la situation s’aggrava avec l’invasion des mondes centraux, il estima que si le sacrifice de tous les Jedi était nécessaire pour sauver la galaxie, il ne fallait pas hésiter. Il chercha à protéger des planètes comme Bothawui en évitant de provoquer les Vongs, ce qui lui valu de perdre certains de ses pouvoirs militaires.
Malgré toutes ces actions critiquables, égoïstes et partisanes, Fey’lya resta sur Coruscant en 27 lorsqu’elle fut prise par les Yuuzhan Vongs. Après s’être laissé capturer, Fey’lya fit sauter une série de charges explosive dans le palais impérial, se sacrifiant et en tuant en même temps des personnalités Vongs, ainsi qu’en détruisant les secrets d’Etat les plus vitaux de la République. Pour ce sacrifice, même certains Vongs ont témoigné du respect pour le politicien Bothan et ses fautes passées méritent d’être oubliées.


  • Age: inconnu
  • Espèce: Bothan
  • Taille: 1m40
  • Affiliation: Alliance Rebelle puis Nouvelle République
  • Profession: Chef de l'Etat

Celebration

Star Wars IX

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2018 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide