La série

  • Avatar Anakin.S

    Anakin.S

    11221 Crédits

    J'ouvre ce topic parler de la série régulière de comics/BD "Poe Dameron", écrite pas Charles SOULE et dessinée par Phil NOTO puis Angel UNZUETA, et publiée par MARVEL aux USA.

    Quel est votre opinion sur cette série ? qu'en attendez-vous ?

    Les reviews d'Hypertonyk : Tome 1 ; Tome 2 ; Tome 3 ; Tome 4 (à paraitre le 04 Avril 2018)

    En ce qui me concerne, voici ma critique du tome 1 :

    Livre I : L'escadron Black (#001-003: Book I: Black Squadron)

    Scénario: Charles SOULE
    Dessin, encrage, couleurs : Phil NOTO

    Grosse déception que ce premier arc, et ce à tous les niveaux.
    Charles SOULE nous a habitués à mieux ("Lando", "Obi-Wan & Anakin"), et Phil NOTO... Je ne suis déjà pas fan lorsqu'il est en forme ("Chewbacca"), alors, là, en c qui me concerne, c'est le pompon : le trait me parait maladroit et l'ensemble me parait manquer de détails (même suggérés). Et généralement, ce que le dessin n'apporte pas en détails est compensé par une colorisation plus fournie. Malheureusement, pour moi, celle-ci ne joue pas ce rôle. Elle est dépouillée, sobre, neutre et, par dessus le marché : elle manque de contrastes ou, à minima, de lumière, d'éclairage. Un manque de contraste que ne rattrape pas totalement l'encrage : quelques aplats de noir de-ci de-là ne me suffisent pas à relever la qualité graphique de l'ensemble. Néanmoins, je trouve que Noto réussi mieux que Larocca le décalquage des visages à partir de photographies, sans pour autant faire des miracles non plus. Nous avons donc là les limites de ce que peut accomplir ce dessinateur lorsqu'il assure également l'encrage et la colorisation... la pression du rendu mensuelle donne, à mon avis, au rendu final un aspect bâclé.
    Et comme j'ai trouvé que le scénario était pauvre, je ne peux même pas me dire que "ce n'est pas grave".

    Car oui, le scénario flirt avec le vide intersidéral.
    Pour commencer : il n'y a aucun véritable enjeu ! Poe doit retrouver Lor San Tekka... ok, très bien, mais le lecteur sait (ou pense savoir), qu'il est sur Jakku, il y a donc de fortes chances pour que, à la fin de l'arc, il ne le trouvera pas et n'aura qu'un indice qui le mènera à un autre indice dans l'arc suivant, qui le mènera à un autre indice dans l'arc suivant, etc, etc. et ce jusqu'aux évènements du film.
    Je comprends l’intérêt de faire une série sur ce personnage, mais de choisir la recherche de San Tekka comme intrigue principal, par contre, je ne vois pas... même les séries TV ont compris le truc : il y a un fil rouges redondants, puis des intrigues annexes toutes aussi redondantes ("X-Files", "Stargate SG-1" pour ne citer qu'elles)

    Et si encore l'antagoniste servait à quelque chose... mais même pas ! Sont traitement est, lui aussi, à mon sens, prévisible. Terex (z'ont été le chercher loin le nom...) n'arrivera forcément à rien et essuiera échec sur échec puisque, d'une part dans "Le Réveil de la Force" le Premier Ordre arrive à la bourre sur Jakku, et que, d'autre part, Terex ne participe pas à la capture de Poe. J'en viens presque à me demander pourquoi ils se sont embêtés à créer un nouveau méchant alors que, à ce jeu là, Phasma aurait très bien pu faire l'affaire ^^
    La seule curiosité concerne son vaisseau : Le Pique de la Charogne, dont on se demande comment il est arrivé entre ses mains ? (pour les impatients : réponse dans le tome 3 ^^)

    Alors, certes, le fait que ce premier arc soit originellement paru en seulement trois fascicules n'aide pas à approfondir tous ces sujets mais, et c'est là le paradoxe, Charles SOULE complexifie son récit avec des éléments qui, à mon sens, n'apportent rien au développement de l'histoire : un œuf, son contenu et un combat de créatures bizarres tout droit sorties du folklore audio-visuel japonais. Mais "Star Wars" peut-il flirter avec "Evangélion" ?
    En guise de réponse, je prendrais l'exemple de ce double épisode de "The Clone Wars" avec la créature Zillo (Saison 2 : épisodes 22 et 23) : cça semble très peu crédible dans l'univers de "Star Wars" ; néanmoins, à la fin, cette aventure sert les enjeux de l’Épisode III et peut-être même du IV, puisque les écailles du monstre sont étudiées afin que ses propriétés physiques et mécaniques servent à la conception des armures des futurs Clonetroopers... voir des futurs Stormtroopers. Et puis, ce double épisode est piloté par Lucas qui le veut comme un hommage assumé aux films de "Monstres" de type "King Kong" ou "Godzila". Et sur ce point c'est plutôt une réussite.
    Mais rien de tout ça chez Soule : pas volonté d'hommage, ou en tout cas je ne l'ai pas ressentie, et surtout l'intégration de ces créatures, pour le moment, ne sert aucun enjeu Galactique... Que Soule veuille à tout prix sont récit mystique afin de justifier la présence de Tekka sur ce monde, je comprends, mais pourquoi s'est-il senti obligé de surenchérir avec ces créatures ? Le lecteur que je suis, lui, doit marcher les deux pieds dedans et croire que tout ça est crédible in-univers...
    Comment puis-je accorder le bénéfice du doute à l'auteur sans qu'il ne m'explique d'où sort l'œuf et d'où provient la créature sombre qui débarque à la fin ?

    Et c'est là que Charles SOULE commet une nouvelle erreur : pour moi le Deus Ex-machina est la pirouette narrative de ceux qui se sont perdus dans leur récit et ne savent plus comment s'en sortir. Alors, oui, au service d'un scénario en béton ça peut se révéler efficace et on pardonne à l'auteur cette "faiblesse" qui devient force... mais lorsque c'est utilisé au service d'un scénario qui n'a rien à dire, le procédé tombe me donne le sentiment de la facilité...

    Et ce n'est pas le twiste concernant les deux créatures, l'une représentant le bien et l'autre le mal, qui sauvera cet arc à mes yeux : pourquoi ce choix de couleurs si ce n'est uniquement pour se jouer des symboles ?

    La conclusion de tout ça c'est que, puisque SOULE a perdu du temps et des pages avec son œuf et ses entités, il expédie le plus important : la mission d'une part, mais surtout les personnages d'autres part, ainsi que certains points de l'intrigue. Pourquoi Poe choisi-t-il ces pilotes là plutôt que d'autres ? Qu'ont-ils de spécial ? Et ce Tome 1 étant une suite quasiment directe au chapitre "Poe" du roman "Avant le Réveil", comment Poe peut-il faire confiance à des pilotes qu'il connaît à peine...?
    De fait, au lieu d'introduire tous ces personnages à un public novice, Soule semble partir du principe que le lecteur connais le background de Temmin "Snap" Wexley (la trilogie "Risposte"), de Karé Kun ("Avant le Réveil : Poe"), Jessica Pava ("L'Arme du Jedi"), de L'ulo L'ampar ("Les Ruines de 'Empire") et Oddy Muva (qui n'apparait nulles part ailleurs ^^)... Pour ce dernier, on se doute d'ailleurs que comme il n'est pas connu d'un minimum de fan, c'est sur lui que va s'abattre la malédiction : il y a donc fort à parier que, si il doit y avoir un mort afin d'assurer une certaine crédibilité ou que le scénario nécessite un traitre, ça tombera sur lui ^^

    Et, question d'importance : que faisait Lor San Tekka sur cette planète ? que cherchait-il ?

    Bref : toutes ces questions et aucunes réponses dans "Poe Dameron" tome 1... Aucun enjeu immédiat, une mission qui, de mon point de vu,  tourne au ridicule mystique inutile, avec un méchant qui ne sert à rien et des pilotes transparents... le héros inclus. Avec tout ça, je ne suis pas certain que l'envie de lire les tomes suivants se fasse pressante...

    Special : C-3PO - Le Membre Fantôme (The Phantom Limb)

    Scénario: James ROBINSON
    Dessin, encrage, couleurs : Tony HARRIS

    Je parlais de contrastes, et bien voilà un récit qui, justement, contraste avec le précédent.
    Déjà son histoire, pourtant brève, est efficace. Pourtant, ce n'est ni plus ni moins qu'un bon vieux survival dont on devine que les survivant vont y passer les uns après les autres dans le but qu'un seul s'en sorte. Ca ne renouvelle peut-être pas le genre mais je pense que James Robinson est parvenu à appliquer les codes du genre à son histoire de droïdes en lui insufflant de l'émotion, un pathos bien dosé, tout en faisant appelle à la nostalgie du lecteur, mais également de son personnage principal : C-3PO. Quelle judicieuse idée de se servir de l'amitié que noue 3PO avec OMRI pour revenir subtilement sur un évènement marquant dans l'histoire du droïde de protocole doré : l'effacement de sa mémoire par le Capitaine Antilles sur ordre du sénateur Bail Organa. C-3PO nous apprend alors qu'il a une mémoire résiduelle diffuse. Et si le lecteur que je suis souhaiterait ardemment qu'il la retrouve, le droïde, lui, semble accepter avec une certaine fatalité le fait que cette mémoire ne reviendra jamais.

    L'autre moment fort de ce récit, qui est aussi sa raison d'être, est l'explication du bras rouge que possède C-3PO dans "Le Réveil de la Force".

    Une frustration quand même : tout ceci s'intègre dans une mission, retrouver l'Amiral Ackbar retenu en otage par le Premier Ordre. Or, si l’Épisode VII nous apprend visuellement que, de fait, il a été retrouvé et sauvé, nous n'en savons pas plus. Ce qui rend ce récit un brin anecdotique...
    Je pense qu'il serait très bienvenu de la part de Charles SOULE (ou un autre ?) d'écrire ce sauvetage pour la série "Poe Dameron".

    Si le scénario de ce court récit contraste avec le premier arc de la série "Poe Dameron" par son utilité, ses enjeux et ses émotions, il en va de même pour les dessins. Ici tout est dans le contraste : des éléments aux traits bien épais en affrontent d'autres aux traits plus fins, l'encrage joue énormément entre différentes masses sombres qui donnent du volume aux éléments importants, ... Certes les planches sont assez chargé mais , du coup, les couleur, souvent vives, sont utilisées parcimonieusement pour souligner un détail ou achever de donner du volume aux élément.

    Néanmoins, le style graphique de Tony Harris est assez particulier et est susceptible de ne pas plaire à tout le monde. Pour ma part, son petit côté vintage assumé n'est pas pour me déplaire.
    (le paradoxe étant que, à la base, je ne suis pas trop fan des comics des années 70/80...)

    Bref : une histoire un peu bizarre servie par un dessin qui ne l'est pas moins, pour un résultat plaisant qui, je pense, vaut à lui seul l'achat de cette album.
    On regrettera juste l'intrigue, restée sans suite à ce jour, concernant le sauvetage de l'Amiral Ackbar...

    saBBotage (#001: Back-up)

    Scénario: Chris ELIOPOULOS
    Dessin, encrage : Chris ELIOPOULOS
    Couleurs : Jordie BELLAIRE

    Après un récit navrant, un autre dépressif, voici une histoire très courte plutôt rafraichissante pour conclure ce Tome 1. BB-8 joue les entremetteurs entre deux pilotes de La Résistance. Certes, ça ne vole pas très haut et le graphisme tient plus du cartoon, mais cette légèreté passe très bien.
    Un petit bonus planté là, qui n'a absolument pas la prétention d'être autre chose.

    Pour conclure sur ce premier tome, et malgré l'histoire annexe et un peu anecdotique concernant C-3PO, je dirais qu'il va falloir être courageux pour se lancer dans le second sans apriori négatifs ^^

    Ce message a été modifié par Anakin.S le jeudi 18 janvier 2018 - 23:18

    mardi 09 janvier 2018 - 23:58 Modification Admin Réaction Permalien


Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Evénements

Castres Convention Show Game

13 oct. 2018 - 14 oct. 2018

Paris Manga et Sci-Fi Show 26ème édition

20 oct. 2018 - 21 oct. 2018

Comic Con Paris 2018

26 oct. 2018 - 28 oct. 2018

Toulouse Game Show

01 déc. 2018 - 02 déc. 2018

Concert Star Wars à Toulouse par Tugan Sokhiev

19 déc. 2018 - 20 déc. 2018

Celebration

Star Wars IX

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2018 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Votre navigateur n'est pas compatible avec le site.
Merci de le mettre à jour grâce aux liens ci-dessous :
Chrome - Firefox - Internet Explorer
Aide