DEXTER : Le dernier padawan - Tome III

  R2D2 vous signale une erreur. Vous devez être identifié pour voir la page que vous avez demandé. Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou vous inscrire au fanclub.

Inscrivez vous !
  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Padme111

    Padme111

    25299 Crédits

    « Bonjour à tous les lecteurs,

    Cette fan-Fiction, a mis beaucoup de temps à se concrétiser ! Il s’agit du tome III des aventures du jeune Besalisk, Lou’Xan Dexter CHO. Si jamais vous n’auriez pas lu le tome I et tome II, cliqué sur les liens pour découvrir ce personnage depuis sa naissance jusqu’à aujourd’hui. 

    L’histoire commence un mois après le tome II et reste dans le contexte politique du « Temple Jedi 6 » qui est un topic du Jeu de Rôle de Planète Star Wars. J’ai essayé d’être le plus crédible et logique par rapport à mes personnages et la trame du Temple Jedi 6.

    J’espère que vous partagerez les aventures de Lou’Xan Dexter CHO ! »

    Sommaire : Tome III

    00 – Prologue

    01 – Construction Sabre Laser – L’an 175

    02 - Sur la route de l'inconnu.

    03 - Ennemis ou Amis?

    04 - Les Résolutions

    05 - L'acceptation.

    06 - Metro'Con - L'an 176


    Ce message a été modifié par Padme111 le dimanche 27 octobre 2019 - 18:52
    Ce message a été modifié par Padme111 le mardi 12 novembre 2019 - 14:28

    dimanche 29 septembre 2019 - 16:16 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    25299 Crédits

    00 - Prologue

    Il était une fois, dans l’univers du JDR de PSW…

    Dans une galaxie lointaine, très très lointaine, en l’an 175 après la bataille de Yavin IV, la galaxie venait d’être bouleversée politiquement ! Le chancelier Gallius Mahan s’était fait assassiner et le principal suspect fut le grand maitre de l’Ordre Jedi Kaarde Naberry. Sät’sa Cki, la sénatrice de Panatha fut nommée à la tête de la République. 

    Les événements s’enchainèrent rapidement et en moins de deux mois standards, la république qui devait unifier la galaxie avec la collaboration de l’Ordre Jedi laissa la place à la guerre ! D’abord, les politiciens font croire que les Jedi étaient devenus dangereux et qu’ils faillaient tous les tuer. Ensuite, un étrange personnage du nom de Sovereing restait dans l’ombre de tous mais lâchait des Shaax sur les endroits stratégiques afin d’éliminer un maximum de Jedi. Beaucoup de péripétie se succédèrent et l’Empire, les Yuzuuhan Vong, la nation Chiss, la Guilde, la république de Ver’mer et les Mandalorien formèrent la Coalition. Celle-ci s’opposait à la maltraitance et l’injustice de la République Galactique envers les peuples. 

    C’est dans cette situation que Lou Cho avait décidé de sacrifié sa vie pour sauver celle de son fils, Lou’Xan et de Padmée Brûle d’une mort certaine face à un shaax. Tous deux parvinrent à fuir Ilum grâce à Frey Obja, le Bothan, Vyvacy Brûle et mari de Padmée ainsi que Ro’Xane, la Besalisk et mère de l’enfant âgée de dix ans. 

    Cet équipage de cinq membres monta à bord du MynockII, un vaisseau léger, de type cargo à la capacité de 70 T et de classe Hilote. Au départ d’Ilum, il avait dans sa soute beaucoup de matériaux de contrebande de toutes sortes. 

    Ce cargo devint la maison de l’équipage. Même si celui-ci parvenu à atterrir sur une planète des régions inconnues, le MynockII resta la demeure principale des Phoeniciens, des Besalisk et du Bothan. 

    L’an 175, l’univers avaient divers projets et voyaient l’avenir de façon très négative ! 

    Ce message a été modifié par Padme111 le dimanche 29 septembre 2019 - 16:20

    dimanche 29 septembre 2019 - 16:19 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    25299 Crédits

    01 – Construction Sabres Laser – L’an 175

    Extrêmement prudent et vigilant, Frey partait souvent seul dans la forêt afin de cartographier les alentours. Sans carburant, ils n’avaient aucun moyen de repartir de cette planète. Le Bothan avait commencé à recenser la faune et la flore. Lou’Xan s’était montré particulièrement motivés pour ces découvertes. Avec le Bothan, ils passèrent des heures à observer certains animaux. 

    L’équipage cloué au sol s’était mis d’accord pour rester sur les rations de survie et le stock de nourritures afin d’éviter une intoxication alimentaire par méconnaissance des plantes. Quand Obja n’explorait pas les lieux alentour de leur camp de fortune, il s’occupait du MynockII. Il réalisait l’entretien mécanique ; il surveillait les communications et radar qui furent les seuls instruments qui restèrent en fonction à l’exception de la partie de la soute qui continuait à garder les surgelés au frais. 

    Depuis leur atterrissage, il n’y eut que vingt-cinq jours de passé. Pour l’enfant Besalisk, la mort de son père était aussi douloureuse que s’il était mort hier. Les quatre personnes restant à ses côtés demeurèrent vraiment attentives, protectrices et aimantes. Le petit quadrumane réalisait ce qu’il leurs devait. Et pourtant… 

    Pourtant Dexter leur en voulait en partie de ne pas avoir pu sauver son papa également. Il lui manquait tellement ! Cette détresse-là devenait plus importante, plus vive que toutes ses souffrances physiques déjà ressentie. D’abord l’endolorissement musculaire d’une course poursuite sur Ilum, ensuite, celle de l’acide qui lui démangea la main intérieur droite pour finir par l’amputation de celle-ci par Maître Padmée. 

    Son ami Obja confectionna une main mécanique rudimentaire avec les moyens de bord. Elle est très pratique, même si ce n’était qu’une pince à deux doigts mécaniques, absolument pas esthétique, mais très fonctionnel. 

    ***

    Padmée arriva avec le bouquet de cristaux dans les mains derrière le MynockII, là où ils avaient décidé que ce serait le terrain d’entrainement Jedi. 

    Elle s’installa avec un sac et plein de matérielles. Maître Brûle expliquait à son padawan que Lou avait réussi à trouver six manches de sabre laser standard sans cristaux. Il les avait gardés dans son vaisseau et Ro’Xane les lui avaient donnés le jour de l’atterrissage. 

    Dans les affaires personnelles de maître Brûle, il y avait les outils pour la pose délicate des cristaux et de quoi les taillées. Elle les avait emportées avec elle sachant qu’il trouverait sur Ilum les indispensables sources d’énergie du sabre laser. 

    Dexter posait son regard sur les six manches. Padmée lui laissait choisir celui qu’il désirait. 

    Dexter – Ne devriez vous pas choisir en premier maître ?

    Pad –  Non, padawan. 

    Il comprenait qu’elle le faisait passer avant lui, que ses propres intérêts passaient après le sien. Comme son père l’avait fait avant elle. 

    Dexter appliquait la main au-dessus des manches laissant la Force le guider autant que possible. Puis, il les soupesait un par un. Au bout de quelques secondes, il les reposa sur le sol. Il essayait encore d’user la Force pour en choisir un, mais elle restait difficile à atteindre. Sa décision tomba sur un manche métallique avec des stries noir en guise de poignée afin d’adhérer à une meilleure tenue en main. Le bout de cette poignée était arrondi et argenté. Une chambre du Cristal ressemblait à une grosse bague noire avec au-dessus l’activateur. Plus haut, c’était sur la surface argenté que l’ajusteur de puissance de lame était. La gaine d’émetteur de lame de couleur noire fut coupée en biais. L’ajusteur de longueur de lame était juste sur le dessus. 

    Pad – C’est un modèle proche de celui de Dark Vador. 

    Dexter – L’élu ?

    Pad – Oui. Es-tu certain de ton choix. 

    Dexter – Oui, maître. Et vous, lequel allez vous choisir ?

    Pad – Celui-ci. 

    La rapidité avec laquelle son maître répondit, permettait au Besalisk de comprendre qu’elle l’avait déjà choisi. 

    Ce manche était très différent. A l’extrémité, il y avait un rangement de la cellule de rechange, qui était arrondit et noir, avec des cubes métalliques autour. Il devenait plus étroit et noir puis le logement de la cellule énergétique était recouvert d’un anneau de métal argenté. En dessus, ce tenait le port de chargement. Enfin la poignée était plus fine et argenté aussi, mais avec une longue bague noire en laissant apparaître le métal en dessous. Cela étant, on apercevait l’emplacement des cristaux énergétique internes couvert par du métal et une bague de protection plus importante au milieu. Le dernier morceau fut l’activateur, ce bouton rouge et un rien plus bas sur la droite, le contrôle de longueur de l’intensité de la lame. Juste avant l’émetteur de la lame qui était coupé net mais arrondit, se trouvait les circuits de modulation de la lame, recouvert par une protection noire. 

    Dexter – C’est aussi un modèle d’un Jedi ou Sith connu ?

    Pad – Oui, c’est le modèle de celui d’Obi-Wan Kenobi. 

    Dexter – Ce maître Jedi des temps jadis est un peu votre modèle, non ?

    Pad – Oui, padawan. J’espère que Dark Vador ne sera pas le tien. 

    Le padawan s’était senti piqué au vif. Il avait énormément lu sur les Jedi et Sith de cette époque là. Il connaissait l’histoire d’Anakin Skywalker et de son maître. Padmée avait une crainte que ce scénario ne se produise entre lui et elle. Le chevalier Skywalker avait énormément souffert de la perte de sa mère, puis de ce qu’il avait pensé être la trahison de sa femme et de son ami. Le quadrumane aussi, avait perdu un membre de chair avant de frôler le côté obscur (voir fin tome II Ch14 - Douleurs). Dexter, souffrait de la perte de son père, il venait d’être amputer d’une main et avait perdu tout ses repères, et ne reverrait probablement plus jamais ses grands-parents. Padmée savait qu’à ce moment précis, Dexter lui en voulait encore de ne pas avoir pu sauver son père. Il baissa les yeux, et parti s’installer pour tailler son cristal. Le cœur de maître Brûle se serra. Si Maître Obi-Wan fut son modèle, son mentor par l’écriture, les holocrons et les légendes, à ce moment précis, elle eut peur de vivre une aussi grande tragédie que lui. Devrait-elle un jour arrêter Dexter en le mutilant ? Elle l’avait déjà fait mais c’était pour lui sauver la vie et il avait refusé d’en reparler avec elle. Devrait-elle un jour affronter son padawan pour sauver la galaxie ? Elle ferma les yeux, secoua la tête afin d’éloigner cette crainte d’elle. Elle prit le manche et commençait à construire son sabre laser. 

    Tailler le cristal n’était pas simple pour le padawan. Maître Brûle en revanche en avait déjà taillé un et s’appliquait sur le second cristal. Elle plaçait délicatement, celui d’Ilum et le cristal personnel dans le manche. Elle se concentrait au maximum de ce qu’elle pouvait de la Force en elle afin de gagner en dextérité. Si à une époque elle pouvait réaliser cet amincissement sans rien toucher avec les mains, mais uniquement part télékinésie, aujourd’hui ce ne fut plus le cas. Elle effectuait la tâche manuellement. 

    Dexter prenait le temps de l’observée. Il admirait son doigté pour ce travaille. Puis, il se concentra sur l’affûtage du premier cristal. Hélas, le premier morceau de cristal qu’il voulut tailler éclata en tout petits morceaux. Il y avait mis trop d’énergie. Après cet échec, il prit plus de temps, et réussi enfin à détacher un autre morceau du bouquet et à la taille idéale pour placer ce cristal dans le manche. Ses doigts étant plus épais que ceux d’un humain, il éprouvait des difficultés à utiliser correctement les outils de Padmée. Avec son papa, il l’avait énormément assisté dans la réparation des circuits du Mynock. Dexter y trouvait une ressemblance. 

    Dexter – Je pense que mon sabre est prêt maître. 

    Pad – Vérifie le encore et ne l’active pas. 

    Il trouvait son maître très, voir trop prudente. Il soupira mais réexaminait le manche, le cristal d’Ilum et les différents circuits. Il réalisa qu’il avait commis deux petites erreurs. S’il l’avait activé, ces erreurs auraient pu faire exploser le sabre. Il rectifia les fils et déplaça son cristal de deux millimètres car il n’était pas correctement aligné. Enfin, il referma le manche. Tous les cours de électroniques que son père lui avait donné, lui furent bien utile ! Les manuelles de construction de sabre de Padmée furent tout aussi indispensable pour que Dexter parvienne à corriger ses propres erreurs. 

    Dexter – Cette fois-ci, je suis sûr de moi, maître. 

    Pad activa son sabre laser et une lame bleue en sorti. Elle fait quelque mouvement de poignet puis le désactiva. Dexter remarquait qu’elle était en sueur et ne comprenait pas pourquoi. 

    Pad – Donne moi voir ?

    Dexter lui donna son sabre laser. Intérieurement, il espérait qu’elle ne l’activerait pas. C’était son sabre laser à lui, c’était à lui de l’activer en premier. Il souhaitait qu’elle ne lui vole pas cet instant. 

    Padmée le soupesait, l’observait un moment, puis ferma les yeux. Dexter sait qu’elle utilisait la Force comme un scanner. La sueur perlait encore plus sur le front de Padmée. Elle scrutait d’éventuelles défauts. Ouvrant les yeux, elle tendit le manche à son padawan. 

    Pad – Active le. 

    Il fut vraiment heureux ! Il se leva et repris son sabre laser des mains de son maître. Il l’activait et une lame bleue en sorti. Il réalisait des mouvements de poignet, de bras, il pivote, et frappa dans le vide. Il s’habituait au poids du manche qui est très différent de celui de son sabre de bois. Puis, sans qu’il ne s’y attende, une lame bleue plus foncé venait cogner celle du padawan. 

    Dexter regardait la lame bleue plus foncée puis son manche, puis la main qui le tenait et enfin, plongea son regard dans celui de sa détentrice. Une aura nouvelle venait d’enveloppée Maître Padmée Brûle. Elle rayonnait ! Le padawan comprit qu’elle désirait essayer les sabres laser, mais bien plus que cela, elle voulait lui apprendre à s’en servir !

    Pad – En garde padawan ! Forme I !

    Dexter – Avec plaisir Maître ! Mais juste pour être sur, vous savez que vous êtes déjà en âge ?

    Pad – Oui, padawan. La Force n’est plus aussi accessible qu’avant. Je dois fournir plus d’effort pour l’utiliser. Mais ne t’y fie pas, tu dois déjà apprendre les premiers mouvements !

    Dexter – Alors, allons-y !

    Ce message a été modifié par Padme111 le lundi 30 septembre 2019 - 09:20

    lundi 30 septembre 2019 - 09:16 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    11359 Crédits

    C'est très sympa de voir Dexter revenir dans la section fan-fictions ! Ce qui me rappelle d'ailleurs de l'existence de Résister… 
    Bref, revenons au sujet ! On voit bien les inspirations des personnages lorsqu'il s'agit des sabres, à la fois maître sage pour Pad et jeune audacieux pour Dex. C'est d'ailleurs très plaisant d'assister à la suite de la formation de notre jeune Besalik^^

    samedi 05 octobre 2019 - 20:41 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    25299 Crédits

    Merci Kinsa, ton commentaire me touche. J'espère que la suite plaira. 

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    02 - Sur la route de l'inconnu

    L’an 175

    Le soleil brillait sous un ciel bleu, une légère brise soufflait dans le feuillage intense de la forêt verdoyante. De grands arbres la composaient et part endroit, Padmée les trouvaient ressemblant aux arbres wroshyrs, part d’autres, Ro’Xane les trouvaient plus proche des arbres de la forêt d’Endor.

    Dans la plaine, le MynockII était très visible surtout avec les baraquements en bois construit autour. Frey était parti seul pour cartographier les environs. Ro’Xane et Padmée cuisinèrent dans le bâtiment conçut à cet effet.

    Pad – Vycy pense comme toi, Ro’Xane. Il aime particulièrement cette plaine où nous avons atterri.

    Ro’Xane – Atterri, n’est pas le mot que j’utiliserais, Pad. 

    Pad – Bon, d’accord. Avoue quand même, que le MynockII n’a pas trop de casse. Il est seulement à sec de carburant. 

    Ro’Xane – Avec des éraflures partout et le train d’atterrissage à morflé. 

    Pad – Je te disais donc, que mon mari trouve une ressemblance entre ce lieu et la peau et le dos du Dragon de la planète des Ewoks. Ici comme là-bas, il y a une vaste prairie parsemée de roches volcaniques et tout autour, une chaine de montagnes couvertes de neige. 

    Ro’Xane – Les Ewoks ne sont pas de bons clients, je ne suis jamais allé sur Endor. 

    Ro’Xane s’occupait énormément de l’intendance. La cuisine, elle n’avait pas de secret pour elle ! Son fils l’aidait parfois pour les choses simples. Certains jours, c’était Padmée comme en ce moment. La Besalisk décongelait des parts de nourritures et quand elle en avait la possibilité, elle gardait les graines ou germes pour essayer de les faire poussés dans le sol. Elle avait délimité un terrain qui faisait office de Jardin. Dexter se découvrit une passion pour assister sa maman dans l’élaboration de celui-ci. Pour l’instant, il prenait des cours de diplomatie et d’écriture avec Vyvacy à l’intérieur du baraquement de bois qu’ils avaient fabriqué près de leur vaisseau. 

    Ro’Xane – Tu sais, j’aime lorsque mon Lou’Xan partage son temps à m’assister au jardin et à la cuisine. Pourtant, j’aimerai qu’il poursuive sa formation Jedi avec toi. C’est ce qu’ il aurait voulu. Là, j’ai l’impression que mon petit trouve trop souvent des excuses lorsqu’il ne parvient pas à réaliser ce que tu lui demandes. 

    Depuis la mort de Lou, très souvent le pronom « il » remplaçait son prénom, particulièrement pour les femmes. 

    Pad – C’est vrai, Ro’Xane. Dexter ne progresse pas tellement. Je t’avoue que même moi, j’ai plus de mal qu’avant. La déchirure dans la Force est encore ressentie et…

    Ro’Xane – Pad, ma petite. Sur Ilum, il m’a fait peur. S’il devenait Sith, j’en mourrais. 

    Pad – Je comprends tes craintes Ro’Xane. Cela n’arrivera pas. 

    Ro’Xane – Bouscule le, un peu. Il doit être plus régulier et surtout plus motiver. 

    Pad – Tu penses vraiment que je dois le bousculé ? 

    Ro’Xane – Oui Pad. Arrête de culpabiliser. 

    Pad – Il ne refuse jamais mes cours. 

    Ro’Xane – Et pourtant, tu me dis toi-même qu’il ne progresse pas. 

    Pad – La Force est faible. 

    La Besalisk déposa les légumes sur la table qu’elle a dans les six mains. Elle regardait l’humaine dans les yeux et lui répondit de façon autoritaire. 

    Ro’Xane – Non, mais je rêve Pad !? 

    Pad surprise – Euh… de quoi ?

    Ro’Xane – C’est maintenant toi qui te trouves des excuses !

    L’humaine prenait cette réalité en plaine face. La Besalisk avait raison. Depuis Ilum, Pad ne s’était pas remis de la mort de ses amies Jedi, de la fin de l’Ordre Jedi et de la mort de Lou. Avoir cette faible connexion avec la Force était très déstabilisant pour elle. 

    Pad – Ce n’est pas faux. 

    Ro’Xane – Jusqu’ici, nous avons eu énormément de chance. Nous sommes en vie tous les cinq. Le MynockII est opérationnel, il ne lui manque que du carburant pour repartir. La faune n’a pas été hostile avec nous depuis prés d’un mois. Et nous n’avons rencontré aucun indigène donc nous avons le temps de nous reconstruire !

    Padmée admirait Ro’Xane. Sa force de caractère, sa façon de trouver toujours le positif dans le négatif la rendait plus impressionnante. Cette Besalisk parvenait toujours à lui remonter le moral et Pad comprenait exactement pourquoi Lou l’avait épousé. 

    Padmée – Tu as raison Ro’Xane, je suis désolée. Je parlerai à Dexter et oui, je vais le bousculée. 

    Ro’Xane reprenant les légumes en main – Je préfère ça. 

    Padmée – Je vais reprendre le RER et puis comme il aime la nature, je vais lui montrer la connexion entre celle-ci et la Force. 

    ***

    Le Phoenicien prenait souvent le rôle de chef du groupe. Déjà parce que son ex-fonction sur sa planète l’avait entraîné à prendre des décisions importantes. Ensuite parce que les femmes trouvaient fort amusant de le laisser croire qu’il décidait. Le Bothan restait, de part sa nature, très indépendant et n’insistait sur ces idées que lorsqu’il estimait que c’était vraiment nécessaire. Vyvacy avait la responsabilité de l’inventaire des divers matériaux ou vivres qu’ils possédaient. Il avait contribué à la construction en bois d’aménagement provisoire afin d’économiser l’énergie du vaisseau. 

    En ce moment précis, Vyvacy eut fini son cours avec l’enfant et il rejoignit sa femme tandis que Lou’Xan courait vers sa mère lui montrer ses progrès. 

    Pad – Il semble ravi de ce que tu lui as enseigné ?

    Vyvacy – Euh… ce n’est pas tout à fait cela. 

    Pad – Ah, explique-moi ?

    Vyvacy – Il est venu vers moi avec un dossier. J’en fus très surpris, mais lorsque je l’ai ouvert, j’ai… enfin c’était…

    L’épouse à du mal de comprendre ce que son mari voulait lui dire. Il ne bredouillait pas souvent, sauf lorsqu’il devait lui parler d’une chose délicate. 

    Pad – Parles voyons ! 

    Vyvacy – C’étaient les affaires de faussaire…

    Pad – De son… père…

    Vyvacy – Oui. Il veut apprendre à le devenir lui aussi. Je pense qu’il cherche à marcher dans les traces de Lou. 

    Pad – C’est … normal. 

    Lou’Xan arrivait près de sa maman et lui montrait ce qui ressemblait à un dessin sur une feuille avec des gribouillis. Sur le moment, la cuisinière ne reconnut pas ce que celui-ci peut être et craint qu’il tache ses affaires avec l’alimentation. 

    Ro’Xane – Doucement mon p’tit. Ne mets pas ça sur la table, tu vas…

    Lou’Xan excité – Mais regarde maman ! C’est un plan, enfin des notes !

    Elle s’essuyait les deux mains supérieures, puis en passant la serviette à ses mains du milieu, elle prit la feuille dans ses doigts propres pour l’examiner. Elle comprit alors qu’il avait recopié tout les dessins et écritures des papiers de Vyvacy Brûle. Nom, prénom, adresse, planètes, date de naissance…

    Ro’Xane – C’est une copie ?

    Lou’Xan – Oui, je l’ai recopié. Oh c’est un brouillon, c’est certain, mais Vyvacy est d’accord ! J’apprends à bien écrire et il me laisse sa carte d’identité, il n’en a pas besoin ici. 

    Ro’Xane regarda le couple humain et l’homme acquiesçait de la tête. Ici, personne ne lui demandera de s’identifier. Elle souriait et regarda son fils. 

    Ro’Xane – Il passait des heures entières sur un détail. Parfois, refaire une carte comme celle-ci prenait douze à quatorze heures. Puis, il devait seulement la mettre dans la machine afin qu’elle soit ainsi. 

    Lou’Xan – Je vais m’appliqué maman. 

    Ro’Xane – Mais pas dans l’immédiat. Je dois cuir tout ça. Allez va vite avec Pad. 

    Lou’Xan – Oui maman ! 

    Il plaçait les papiers à l’intérieure de sa chemise vert clair. Ensuite, il tourna les talons lorsqu’elle le rappela. 

    Ro’Xane – Lou’Xan…

    Lou’Xan – Oui maman ?

    Ro’Xane – Je suis fière de toi. Il l’aurait été aussi. 

    Lou’Xan – Il le sera encore plus lorsque je l’aurai réalisé au propre ! Bisous maman

    Ro’Xane – Bisous. 

    Padmée laissait Vyvacy s’éloigner d’elle. Il voulait communiquer par comlink avec Obja car il aurait dû être rentrer depuis plus d’un quart d’heure. Maître Brûle regardait la mère et son fils. Elle réalisait combien la mort de Lou les avaient rapprochés. Ils étaient encore plus complices qu’avant. 

    Lou’Xan arrivant en face de Padmée, se tenait droit devant elle. Même s’il n’avait quasiment onze ans, sa crête arrivait déjà à la hauteur de l’épaule de son maître. 

    Lou’Xan – Je suis prêt maître Brûle. 

    Pad – Très bien padawan. Viens par là. 

    Ensemble, ils vont derrière le MynockII. Elle s’installait à l’ombre en tailleur. L’enfant l’observa. Elle avait laissé poussée ses cheveux bruns et sel jusqu’en dessous des épaules, mais les tenaient en une queue haute. Lou’Xan trouvait que cela ne lui allait pas bien. Cependant, sa tenue de contrebandière était parfaitement adaptée. Pantacourt noir avec des sandales, chemise cyan aux manches jusqu’aux coudes et un haut de cuir noir couvrant son dos et les agrafes se fermant sur la poitrine. 

    Il allait s’asseoir, mais elle lui fit signe que non.

    Pad – RER. 

    Dexter – Rythme-Équilibre-Réflexe! glopps. Êtes-vous certaine de vouloir commencer par là, Maître ?

    Il aurait réellement préféré le maniement du son sabre laser à cet exercice-là, qu’elle considérait être de base. S’exercer au Shii-Cho l’intéressait beaucoup plus. Padmée était parfaitement consciente qu’elle ne pouvait plus lui offrir une formation Jedi complète. Le manque de connexion à la Force ne lui permettait plus d’entraîner son padawan aux pouvoirs de façon traditionnelle. Maître Brûle voulait perfectionner la souplesse de son padawan afin de compenser sa carrure. L’équilibre pourrait éviter au jeune besalisk de maîtriser ses muscles. Tout bon Jedi se devait d’avoir des réflexes et sans la présence de la Force, c’était encore plus important. L’expérience que l’humaine avait acquise en chevauchant Sacripant, son Thernbee, l’avait convaincu que pour obtenir une bonne cohésion avec l’animal, il fallait être en rythme avec lui. Pour toutes ses raisons, elle voulait commencer la formation de Lou’Xan par ce qu’elle considérait être des choses simples. 

    Pad – Oui. Et j’aimerai que tu commences avec l’équilibre. Tu vois, je t’ai préparé un tronc et une planche. Place-la sur le tronc et monte sur la planche. Ensuite, il ne te restera plus qu’à trouver ton équilibre afin de rester debout sur le bois qui doit être le plus possible horizontale sur le tronc. 

    Dexter – En théorie, votre exercice est très clair mais en pratique…

    Pad – Aide toi de la Force. 

    Le padawan plaça la planche sur le tronc puis essayait de mettre un pied et enfin l’autre. Jeu d’équilibre, c’était peu de le dire ! Dexter n’arrivait même pas à se mettre debout que le tronc roulait vers la gauche pendant que la planche portée par le poids du Besalisk glissait vers la droite. Il sauta vers le sol avant de tomber. 

    Dexter – Ah Gloupi glloo. Êtes-vous certaine que ce soit réalisable ?

    Pad – Oui et même sans la Force. 

    Elle se leva et s’étira. Puis après de simple petit échauffement, elle plongea dans la Force. Avec plus de temps qu’elle ne le souhaitait, elle réussit avec difficulté de placer la planche à l’horizontal sur le tronc grâce à la télékinésie. Puis, laissant la Force exercer une pression sur la planche, elle posa un pied, relâchait la pression avec la Force et posa l’autre pied. Enfin, les bras furent tendus à l’horizontale, le regard lointain et le mouvement du bassin maintenaient de petits mouvements de gauche à droite. Dexter observait que le tronc roulait toujours à l’opposer des hanches de son maitre. Un très léger mouvement de va et vient, jusqu’à ce que le tout se stabilisa harmonieusement. Padmée restait droite, toujours les bras à l’horizontale et les pieds sur la planche qui fut elle-même sur le tronc qui ne bouge plus. 

    Dexter dépitait ! Elle parvenait toujours à lui montrer qu’il avait tort. Evidemment, c’était elle le maître. Elle sauta et une fois les pieds sur l’herbe, elle fut prise d’une quinte de toux qui fit frémir le padawan. 

    La toxicité de l’acide du shaax, Padmée l’avait inhalé sur Ilum. Ses poumons furent brulés à soixante-quinze pourcent. Cependant grâce à la cuve de bacta et surtout aux nanites qu’elle avait dans le corps, sa capacité pulmonaire était remontée jusqu’à cinquante-cinq pourcent. 

    Elle regardait son padawan en essayant de masquer la souffrance qu’elle endurait lors de ces quintes de toux. Elle semblait également être essoufflée par la concentration qu’elle devait obtenir pour trouver une faible connexion avec la Force. 

    Pad – A toi !

    Dexter – Vous l’avez fait avec la Force alors que vous disiez pouvoir le faire sans Force.

    Pad – Nanananère ! Padawan Dexter, je suis entièrement d’accord pour vous démontrez que c’est possible sans Force. Et pourtant, cela ne servira qu’à perdre un temps précieux. Vous êtes padawan ! Vous travaillez avec la Force ! Compris ?

    Dexter – Mais euh…

    Pad – Maître POLUX, sortez de votre ex-padawan ! C’est le mien maintenant !

    Dexter ouvrit ses grands yeux verts. Elle ne lui avait jamais parlé ainsi. Il ne comprit pas toute suite la référence. De plus, elle semblait vouloir passer sous silence ses problèmes pulmonaire, comme d’habitude. 

    Dexter – Euh… quoi ?

    Pad – Non, rien. 

    Il se grattait le sommet du crâne. Padmée éclata de rire toute seul. Puis elle s’approchait de Dexter et plaça ses mains sur ses épaules. 

    Pad – Lorsque j’ai connu ton ex-maître Poluxhornterrik, il avait des expressions bien à lui tel que le « mais euh ». Au beau milieu d’une conversation, il pouvait brusquement te sortir un « tu sais quoi ? ». Et naturellement tu réponds « quoi ? » et lui te répondait « Non, rien ». C’était une belle époque. 

    Dexter comprit alors combien son maître souffrait de nostalgie. Il découvrit qu’elle appréciait celui qui fut son maître au temple Jedi il y avait qu’un peu plus de deux ans. Il sourit. 

    Pad – Bien, maintenant reprends l’exercice, Padawan. 

    Elle retira ses mains des épaules du jeune Besalisk et retourna s’asseoir. Dexter n’avait pas bougé, il regardait le tronc et la planche d’un mauvais œil. 

    Pad – J’attends padawan ! Si tu ne le fais pas, autant d’arrêter ta formation tout suite. 

    Il eu l’impression d’avoir entendu maître Polux ou maître Kaarde. Il réalisa alors qu’elle était beaucoup plus dans son rôle de maître Jedi qu’il ne l’avait cru. Il comprit, qu’il n’avait plus intérêt à discuter les entraînements de maître Brûle comme il le faisait depuis qu’il était sur cette terre inconnu. 

    Il reprit l’exercice, une fois, deux fois… il tombait, il glissait, … ce ne sera qu’au bout d’une dizaine d’essaye qu’il parvenu enfin à rester debout sur la planche pendant quatre secondes. Là, contre toute attende, Maître Brûle le félicitait !

    Pad – Bravo Padawan ‼ Tu y es parvenue ! As-tu senti le point d’équilibre durant ces quatre secondes ?

    Dexter – Euh… oui, je crois. 

    Pad – Garde ça en mémoire. On reprendra l’exercice demain. Pour l’heure, cours jusqu’à la lisière de la forêt. Là tu t’arrêteras et tu te concentreras sur ce qu’il y a aux alentours. Puise autant que tu peux dans la Force.

    Dexter – Oui, mais…

    Pad – Vycy t’a déjà dit que « oui, mais » ne veut rien dire. La Force est là, tu dois croire en elle. Aussi faible soit-elle, saches qu’elle est bien présente tout autour de nous. 

    Le padawan s’exécuta. Il courut, s’appliquant comme on le lui avait enseigné. Ses mouvements furent coordonnés et il restait fixé sur son objectif. Il puisa dans ce qui pouvait trouver de Force afin d’assister ses muscles. Comme son short brun était fort confortable, il fut à l’aise pour courir. Depuis qu’il avait la main artificielle, il devait compenser un rien son équilibre. Le métal étant plus lourd que la chair, le padawan devait en tenir compte. 

    Padmée ferma les yeux et essaye à son tour de trouver la Force et une connexion avec son padawan. Elle le savait en grande forme physique et très volontaire aujourd’hui. La perception de vie, bien que faible, murmurait l’ex-Maître de l’Ordre Jedi que son protégé venait de s’immobiliser. 

    Devant les premiers grands arbres de la forêt, Dexter se tenait debout, un rien essoufflé. La distance qu’il venait de parcourir, fut d’environ un kilomètre. Sa connexion à la Force était insuffisante. Le quadrumane devait récupérer son souffle, après l’effort de concentration et physique qu’il eut fourni pour accomplir ce trajet. Puis, il s’asseyait à son tour sur l’herbe. Le réptiloïde fermait les yeux et se concentrer sur l’écoute attentive de tous les bruits, sur les différents parfums qu’offrait ces bois. Sa concentration paya, lorsqu’il perçut très faiblement la perception de vie dans la Force. Le grignotage que le petit besalisk entendait, lui permit de se douter qu’il s’agissait de petits rongeurs sur sa gauche. Dans les arbres, il entendit des chants et se doutait qu’il s’agissait des magnifiques oiseaux aux plumes multicolores. Ils sont tellement petits et vivant dans les sommets qu’ils sont bien difficiles à observer à l’œil nu. Mais pour l’heure, c’était dans la Force qu’il devait les « voir ». L’enfant concentrer, entendit un craquement de branche… non, c’étaient plutôt des bruits de pas, des pas de course… quelqu’un ? Oui, il le reconnut …

    Dexter – FREEEY !??

    Pad sursauta en réalisant ce que son padawan venait de ressentir. La Force était si faible, que l’ex-Jedi ne pouvait être certaine de ce qu’elle percevait. Elle ne pouvait pas voir le Bothan. Au même moment Vyvacy arriva en courant près d’elle. 

    Vyvacy – Pad… Obja m’a contacté… on a de la visite. On n’est pas seul !

    Pad – DEXTER REVIENT

    De loin, l’enfant a essayé d’hurler quelque chose à son maître, mais elle ne peut l’entendre. Dexter s’enfonça en courant dans la forêt. 

    Vyvacy – Où va-t-il ?

    Pad – Je l’ignore, j’ai… je pense que le Bothan arrive. 

    Vyvacy – J’y vais, prévient…

    Pad – Je cours plus vite que toi, chéri. 

    Pad plongea dans tout ce qui reste de la Force et courut vers son padawan. Elle se souvenu alors de la vision qu’elle eut avant la mort du chancelier Mahan. Elle en avait parlé à Vyvacy et Lou pendant le trajet les conduisant à Ojom. (Voir Tome II – Ch6 : Prémonition) Elle est presque à la lisière lorsqu’elle entend des tirs de blaster. 

    Pad –  Oh, non, Dexter…

    Maître Brûle s’introduisait vers la lisière de la forêt sur un sentier que Dexter venait de tracer. Padmée se précipita aussi vite que ses muscles ne le pouvaient sur la route de l’inconnu…Hélas une quinte de toux, une violente douleur dans les poumons et un manque d’oxygène l’obligea à s’arrêter et même à se mettre à genoux. 

    Ce message a été modifié par Padme111 le dimanche 06 octobre 2019 - 17:33

    dimanche 06 octobre 2019 - 17:32 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    9868 Crédits

    Désolé pour mon retard, je viens de le rattraper en lisant ses deux chapitres.
    Pour le premier, rien de bien grand chose à redire si ce n'est que je connais déjà un peu l'histoire avec le "bouquet de cristaux d'Ilum" mais je suis surpris par l'inspiration de mentor de Pad. Quoique, le mien n'est pas des meilleur^^.
    Pour le second, c'est long mais c'est bien. On découvre un Dexter qui reprend un peu goût à la vie et qui souhaite honorer son père en suivant le même chemin, en plus de celui du Jedi. C'est marrant de comparer Dexter à Polux Horn Terrik^^.
    Donc voilà, rien à redire. C'est bien, c'est beau, c'est bon^^.

    I LIKE (trains) ! et le petit pouce bleu qui fait plaisir^^.

    dimanche 06 octobre 2019 - 20:05 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    1785 Crédits

    Toujours très imagé et inspiré !

    C'est bien.
    Alors comme ça Dex aimait jardiner et cuisiner ?

    lundi 07 octobre 2019 - 14:21 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    25299 Crédits

    Cela me fait plaisir de vous comptez parmi mes lecteurs Galen et Cole. Merci pour vos commentaires. 
    Les craintes de Padmée seront abordés de temps à autre, elle a vu énormément de Jedi sombré du côté obscure. 
    Effectivement, mes posts sont longs et c'est pourquoi je les intervalle d'une semaine. Vous avez le temps de lire en plusieurs fois^^.
    Oui, Dexter aime de nombreuses choses, lol. Son père était déjà un cuisinier et avait son propre snack. Le jardinage et la cuisine sont des moments privilégiés entre Dex et sa mère. 
    J'espère que la suite vous plaira. 

    ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    03 - Ennemis ou Amis?

    Dexter – C’est Obja, il a des ennuies, j’y vais…

    Il venait de crier vers son maître, cependant, le Besalisk doutait qu’elle l’avait entendue. Peu importe, son ami Bothan courait vers lui. Le padawan ressenti faiblement comme un mauvais pressentiment. A moins, que c’était la perception du danger ? Sans trop chercher à savoir, il s’empressait de rejoindre Frey. 

    A travers les fourrés et les arbres, Dexter savait exactement où il allait… au nord. Et enfin, il perçut une silhouette et entendit des bruits de craquement de feuilles et branches. Le quadrumane allait crier vers son ami, lorsque des tirs de blaster retentissaient. Dexter s’arrêta net puis se cacha derrière un tronc. La peur l’envahit. Il refusait de perdre quelqu’un, non, cela ne devrait plus jamais arriver.

    Frey couru vers Dexter ignorant sa présence. Obja se retournait et ripostait au tir avec son blaster qui ne le quittait jamais, sans s’arrêter de courir. D’où il était, le Besalisk observait la scène afin de saisir le bon moment pour agir. Ce temps à profit, le petit Cho remarqua que les poils du Bothan étaient mouillés de sueur. L’esprit du réptiloïde en conclut que soit son ami sprintait depuis longtemps, soit il était tombé à l’eau. L’eau… le lac… mais il était à deux heures trente de marche !

    Le Bothan coursait toujours mais n’était plus qu’ à six arbres sur la droite de l’enfant. Lorsqu’il le dépassa, Dexter se plaça juste à côté de l’arbre qu’il lui servait d’abri et planta ses griffes de pieds dans le sol, il touchait le pommeau de son nouveau sabre laser de la main inférieure gauche. Il plaçait les autres mains sur ses flancs. Il ferma les yeux et plongea le plus qu’il ne le pouvait dans la Force. Il cherchait l’énergie… l’énergie qui jadis lui avait permis de propulser Padmée en arrière lorsqu’ils étaient sur Ilum. (Voir Tome II Ch 14 Douleurs)

    Dexter en serrant les dents – Vous ne toucherez pas à mon ami !

    L’énergie grandissait en lui grâce à sa détermination de ne plus jamais perdre quelqu’un. La perception du danger était plus présente qu’avant et le jeune besalisk ressentait trois menaces. Il pouvait déterminer qu’il s’agissait de bipèdes car leur silhouette se rapprochait. C’était incroyable, mais il n’était plus seul sur cette planète ! Le padawan éprouvait quelque chose de familier dans la physiologie des nouveaux venus. Il secoua la tête car il voulait rester concentrer. Les individus s’approchèrent.

    Dexter – VOUS ÊTES SOURD ! Vous ne toucherez pas à mon ami !

    Alors l’un des trois individus le remarquait enfin et s’arrêta net. Sans hésiter, il mit en joue le jeune effronté, mais … il ne tira pas. Il appelait les autres dans un langage que l’enfant cru reconnaître. 

    Dexter positionnait les paumes des mains supérieurs vers les adversaires et soulevait tout ce qui n’est pas attacher au sol. Branches, feuillus, cailloux… et il les lançait vers eux. L’effet fut moins spectaculaire que sur la planète aux cristaux. Ce ne fut qu’après cet exploit qu’il senti une main l’empoigner et l’attirer vers l’arrière. Dexter décrocha son sabre de sa ceinture mais n’eut pas le temps de l’activé qu’une autre main le bloqua. 

    Frey – Idiot ! C’est Frey !

    Dexter – Poilu !

    Frey – Viens, parton ! Tu en as assez fait !

    Dexter – Mais c’est qui ?

    Frey – Je n’ai pas demandé. Viens !

    Le Bothan avait une force physique incroyable et tira l’enfant vers l’extérieur de la forêt jusqu’à ce qu’ils retrouvassent Padmée marchant difficilement à leur rencontre. 

    Frey – J’avais dit à Vyvacy que je les attirerai ailleurs !

    Dexter – Maître ! Je les ais mis ko, comme sur Ilum, enfin non, pas avec la colère…

    Pad - Frey,… Dexter. Ça va ?

    Le Bothan et Dexter reprenaient leur souffle. En revanche, Padmée semblait exténué. Obja regrettait qu’elle soit venue. Il connaissait son état physique. Elle était plus un poids qu’une aide aux vues de la situation. Néanmoins, il prit le temps d’une explication rapide afin de lui permettre de reprendre haleine. 

    Frey – Il a fait voler des trucs sur eux. 

    Dexter – J’allais prendre mon sabre, mais …

    Pad – Qui sont-ils ?

    Frey – Ils ont débarqués près du lac. 

    Pad – Vous avez été si loin, seul !?

    Dexter – T’as nagé ? T’es mouillé. 

    Frey – Non, j’ai surtout couru. Ils sont en vaisseau…

    Dexter – Carburant !

    Frey – C’est plus une navette. 

    Pad – Ils veulent quoi ?

    Frey – Leur langage est proche du Besalisk mais je n’ai pu comprendre que le mot « guerre ». Ils ont vu mon blaster, et m’ont menacé, alors j’ai tiré et fuit. 

    Pad – Tu en as blessé un ?

    Frey – Euh… Oui, ils étaient quatre au départ. 

    Dexter – Partons. 

    Pad – Vous ne l’avez pas tué ?

    Dexter – Faut y aller là. 

    Frey – J’ai visé la jambe. 

    Dexter – Courez !

    L’humaine et le Bothan réalisèrent enfin pourquoi l’enfant les pressait de partir. Il avait vu les trois silhouettes revenir vers eux. Étrangement, ils ne tiraient plus. Nos trois amis repartaient vers la plaine et le MynockII où déjà Vyvacy et Ro’Xane se précipitèrent vers eux, avec un lance-roquette. Lorsqu’ils se rejoignirent à mi-chemin entre leur vaisseau et la lisière de la forêt, tous les quatre se planquèrent derrière l’arme et le posèrent sur l’épaule du Phoenicien. L’ex-diplomate visait les individus. Ro’Xane serra son fils dans ses bras. Pad donna un baiser sur la joue de son mari. 

    Pad – Je t’aime

    Vyvacy – Je sais.

    Frey – Lorsque vous aurez fini de roucouler, vous voulez bien vous débarrassez d’eux. 

    Ro’Xane – Qui sont-ils ?

    Pad – On l’ignore… Ils ont … menacé Obja. 

    Dexter repoussa sa mère brusquement et regarda en direction des poursuivants. 

    Dexter – Flam ! Ne tire pas !

    Frey – Quoi ?

    Vyvacy – Pourquoi Malachite ?

    Dexter – Ils sont reptiliens !

    Ro’Xane observa à son tour les individus qui marchèrent prudemment vers eux. Ils avaient leurs armes dans les mains, néanmoins, leur bras restait le long du corps. Padmée fut surprise de l’attitude de son padawan. Être reptilien ne devait pas être synonyme d’ami. Pourtant, Elle voyait dans l’attitude du jeune Besalisk qu’il était persuadé que ses étrangers ne leur veulent pas de mal. Aussi, elle les observa davantage. 

    Ro’Xane – Le p’tit à raison, ils sont reptiliens. 

    Pad – Ils ne nous menacent plus. Baisse ton arme Vycy. 

    Frey – Ce n’est pas prudent. 

    Vyvacy déposa l’arme, mais la gardait dans ses bras. Les trois reptiliens venaient de s’arrêter à mi-course. L’un d’eux prononça quelques mots mais pour les humains et le Bothan, ce ne fut que bruits gutturaux et des grognements. Les individus possédaient chacun un bouclier qui s’étaient activé sous leur demande. Padmée trouva une ressemblance entre leur protection et les boucliers de champ de force des gunguans, sauf que ceux-ci avait un reflet couleur or. 

    Ro’Xane retenu Dexter qui voulait s’approcher d’eux. Cependant, elle répondait dans d’autres bruits gutturaux aux étranges personnages. Puis, ce fut un vrai échange et Lou’Xan se fit un plaisir de participer. Ro’Xane semblait se décontracter au fur et a mesure de ce qui semblait être une conversation. Ensuite, les nouveaux venus s’approchèrent après avoir rengainer leurs armes dans leur étuis accroché à leurs ceintures. Frey ondula ses poiles mouillés et se crispait. Vyvacy devenait nerveux, mais l’enfant pausa sa main supérieure gauche sur le bras de l’humain. 

    Dexter – Sont pas en guerre contre nous. Ils parlent bizarrement, mais on les comprend. 

    Vyvacy – Si toi tu dis qu’ils parlent bizarrement, je comprends que je ne comprenne rien. 

    Frey – Vous devez arrêter votre humour ! Ro’Xane, que veulent-ils ?

    Ro’Xane – Comprendre ce que nous faisons là. 

    Pad – Ils sont en guerre ?

    Ro’Xane – Non, plus maintenant, mais ils ont combattu des ennemis qu’ils n’ont jamais vu pendant deux ans. Ils ont cru que Frey était l’un deux. 

    Frey – S’ils ne les ont jamais vues comment …

    Le Bothan s’arrêta de parler lorsqu’il réalisa que ses ex-poursuivants venait d’arriver à leur hauteur. Un seul d’entre eux avait encore son bouclier activé. Un autre échange de bruits gutturaux et l’un des reptiles plaça sa main sur la crête de Lou’Xan et la secoua. L’enfant rigolait. Enfin, le dernier des réptiloïdes désactiva son champ de force. Ils se dirigèrent tous vers le camp malgré les mises en garde du Bothan qui se transformèrent en boutade. Il décida de rester en arrière sans plus dire un mot. 

    Pad – Qu’est-ce qu’il t’a dit ?

    Dexter – Que lorsqu’il m’a vu, il a pensé que j’étais l’un des leurs avec une mal formation. 

    L’enfant tendit ses mains inférieures comme pour expliquer la malformation. 

    Dexter – Et puis, il pense que je commande au vent ! 

    Pad – Tu es certain qu’ils sont là en amis. 

    Vyvacy – Ennemis ou amis, ils ont du carburant. 

    Pad – Doucement monsieur le sénateur. Où est donc passé votre diplomatie ?

    Dexter – Elle t’a eu !

    ***

    Le MynockII était verrouillé et Obja devant le seul accès. Il était armé, contrarié et surveillait les nouveaux venus. 

    Au milieu du camp, l’équipage avait fabriqué une table en bois et c’était placé autour d’elle. Vyvacy, Padmée et Dexter d’un côté, les trois reptiliens de l’autre et Ro’Xane qui présidait. Un des trois nouveaux venus était visiblement plus nerveux et regardait souvent en direction du Bothan. La Besalisk discutait encore et jouait le rôle d’interprète. 

    Ro’Xane – Ils ont repérés notre crash, mais comme nous n’étions pas dans une région peuplée, ils ont envoyé des sondes. 

    Pad étonnée – Des sondes ? Je n’en ai jamais vu. 

    Ro’Xane – Ils disent qu’elles ont été détruites et donc après discussion militaire, ils ont décidé d’envoyer ce détachement à notre rencontre. 

    Vyvacy – Nous n’avons jamais vu de sondes…

    Dexter – SI. 

    Tous se tournèrent vers l’enfant qui regardait son ami Frey. Il acquiesça sans ouvrit la bouche, sans décroiser les bras poser sur le torse. 

    Dexter – Frey en a vu une lorsqu’il m’a montré la faune et flore. Il l’avait détruite avant même que je l’ai vu. Il ne voulait pas vous inquiétez. 

    Vyvacy un peu offusqué – Frey, tu aurais du nous le dire. Tu sais depuis combien de temps que nous n’étions pas seul ?

    Le Bothan ne répondit pas. Il se contenta d’hausser les épaules. Pad pausa sa main sur le bras de son époux. Elle comprenait que la réponse à cette question ne permettait pas d’avancer, mais qu’au contraire, cela pourrait partir en reproches. 

    Pad – Ro’Xane, tu leurs a expliqués pourquoi nous sommes là ?

    Ro’Xane – Oui, Pad. Je pense qu’ils nous croient mais…

    Pad – Frey a blessé l’un des leur…

    Vyvacy – Et on leur doit du matériel. 

    Ro’Xane – Oui, c’est délicat, mais c’est mon rayon !

    La discussion se poursuit. Les négociateurs devaient prendre contact avec eux, et déterminer le danger qu’ils représentaient. Les sondes n’avaient pu leur fournir que très peu de renseignement puisque Frey les avait presque toutes détruites. La Besalisk accepta d’offrir certains matériaux qui était dans la soute en compensation des pertes des sondes. Frey quant à lui, était très mécontent. 

    Les reptiliens expliquèrent que leur planète Dra’Con fut en guerre contre Fry’nuie, une planète très proche. Les Dra’Connien avaient une station spatiale qui fut détruite par l’autre peuple. Ces derniers ont toujours nié leur implication dans cette destruction, mais les preuves ont fait foi pour le peuple reptilien. Les deux planètes ont toujours conversé par communication audio et voilà pourquoi ils ne se sont jamais vus. Vyvacy pleurait intérieurement du manque de diplomatie et de négociation qui avait entraîné cette guerre. Pad se demandait si l’ombre qui planait sur la république Galactique pouvait ou pas avoir quelques choses à voir dans cette histoire. Ro’Xane expliquait aussi que cela fait seulement six mois que les Dra’Connien ont réussi à faire la paix avec les Fry’nuiens. Dexter était ennuyé que son ami Frey boudait mais heureux d’avoir rencontrer un peuple au langage proche du sien. 

    Ensuite, Ro’Xane expliqua aux étrangers, les différences races que composait cet équipage de fortune. Ro’Xane ne détailla pas la mort de son mari, mais ne leur cacha pas que c’est en fuyant des ennemis qu’elle l’avait perdu, puis qu’ils s’étaient retrouvés ici. 

    Ro’Xane – Les Dra’Connien semblent ne pas comprendre les filiations entre vous deux les humains. Où ce que je veux dire en parlant de mon époux. Ils ne comprennent pas les mots « mari » et « femme » ou encore « couple ». 

    Dexter – C’est quoi le mot qu’ils ont dit, maman, je n’ai pas compris ?

    Ro’Xane – Ils sont hermaphrodites. 

    Lou’Xan se tourna vers son professeur de Basic en se grattant la crête. Pad sourit. 

    Vyvacy – Ils se reproduisent eux-mêmes.

    Dexter – Herma…pro…

    Padmée – Herma-phro-dite. 

    Dexter - Hermaphrodite. Pas compris !

    Vyvacy – Ils ont les deux sexes en eux.

    Les deux grands yeux de Lou’Xan s’ouvrèrent et Padmée éclata de rire. Dexter avait énormément de mal à s’imaginer une chose pareille ! Pour lui, tous les êtres vivants avaient forcément besoin d’un papa et d’une maman. 

    Ro’Xane fini par entamer une négociation sur un point important : le carburant ! Ce fut là, que les choses coincèrent. Les Dra’Connien ne partageait pas leur technologie. D’autant plus que la paix et récente et précaire avec les Fry’nuiens. C’est particulièrement dans l’espace que fut le champ de bataille. Aussi, ils avaient un besoin important de carburant et refusèrent catégoriquement de partager. 

    Vyvacy – … et c’est eux qui sont en mesure de négocié ?

    Ro’Xane traduit, et une réponse fut donné. 

    Ro’Xane – Non, je ne crois pas. Cependant, nous sommes sur une gigantesque ile. Elle est inhabitée et ils sont d’accord pour négocier avec leurs dirigeants afin que nous puissions rester sur Dra’Con. 

    Pad – C’est déjà ça. Mais nous pourrions aller parler avec les dirigeants ?

    Ro’Xane traduisit une nouvelle fois, et une réponse s’en suivit. 

    Ro’Xane – Ils ne veulent pas décidés eux-mêmes. 

    Dexter – Veulent rentrer sur le « continent-ville » comme ils disent. En revanche, ne sont pas chaud pour qu’on les accompagne. 

    Vyvacy – S’ils partent, nous prenons le risque de ne plus les revoir. 

    Frey – Qu’ils partent !

    Pad – C’est déjà beaucoup s’ils nous permettent de rester ici. En cela, je rejoins Obja. 

    Tous les yeux observent madame Brûle. 

    Pad – Quoi ?

    Vyvacy – C’est tellement rare que tu sois d’accord avec le Bothan. 

    Frey – Oui, mais elle au moins, elle est censée. 

    L’intervention vocale du Bothan au ton contrarier voir menaçant, rendit le plus nerveux des Dra’Conien à faire des bruits gutturaux suivant un grognement. Instinctivement, Pad plaça sa main sur le pommeau de son sabre laser, tous se raidissent, mais Ro’Xane et Dexter parvinrent à les calmer. Il y avait tellement de tension, d’inconnu et de différences raciales et culturelles. Le fait d’avoir blessé le quatrième Dra’Connien posait un gros problème. Le Bothan devait payer pour son geste. 

    Ro’Xane – Si nous ne collaborons pas, nous seront fichés comme ennemi. Ils vont repartir. Après leur rapport à leur autorité, nous seront contacté.

    Vyvacy – Quand ?

    Ro’Xane – Je pense, enfin si j’ai bien traduit, ça doit être dans dix de nos jours. Mais les rotations ici sont de trente heures et leur mesure de temps n’est pas évidente à comprendre. 

    Vyvacy – Il ne craigne pas que nous partions ?

    Pad – Quel garantie avons-nous qu’ils ne nous attaqueront pas ?

    Ro’Xane posa la question aux réptiloïdes mais au ton des réponses données, la Besalisk montra un mécontentement et insista avant de reprendre en basic. 

    Ro’Xane – Leur parole et la nôtre. Semble que ce soit sacré pour eux. 

    Vyvacy – Donc, nous n’avons pas d’autres choix que de les laisser partir…

    Pad – Et nous de rester ici. De toute façon, nous n’avons nulle part où aller. 

    Padmée ressentit l’énorme déception dans le cœur de son époux. Cependant, Frey semblait terriblement satisfait. Comme promis la Besalisk allait chercher le matériel promis en guise de compensation de la destruction des sondes. Ro’Xane demandait s’ils peuvent les raccompagner jusqu’à leur vaisseau. L’équipe en perdition voulait s’assurée que les négociateurs quittent l’ile. Ceux-ci hésitèrent et n’acceptent que les deux femmes. Vyvacy n’était pas très heureux, mais Padmée avait son sabre et n’était pas du genre à se laisser faire. Ro’Xane non plus. 

    C’est ainsi que Ro’Xane et Padmée accompagnèrent les trois Dra’Connien jusqu’à leur vaisseau et les laissèrent décoller sans eux. Padmée espérait ne pas avoir commît une erreur. 

    En arrivant au camp, Padmé relâcha toute la pression et se laissait allée dans les bras de son mari qui la porte jusqu’à la cuve à Bacta une fois de plus. Il n’était pas content qu’elle forçât ainsi sur ses poumons, la cuve avait déjà tellement servi. Elle voulut le rassuré mais Vyvacy la connaissait assez pour appréhender la prochaine fois que sa femme ignorerait que ces poumons étaient irréparables !

    Après cette cure médicale, Padmée et le groupe se posèrent beaucoup de questions. Après tout, rien jusqu’ici ne prouvait que les Dra’Connien soit ennemis ou amis.

    Ce message a été modifié par Padme111 le dimanche 13 octobre 2019 - 19:51

    dimanche 13 octobre 2019 - 19:48 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    25299 Crédits

    04 - Les Résolutions

    Pendant les dix jours locaux sur Dar’Con, l’ex-équipage du MynockII s’inquiétaient. Comment les autorités allaient-ils réagir ? Pourront-ils négocier du carburant pour repartir ? Devront-ils resté sur Dar’Con jusqu’à la fin de leurs jours ?... Les questions fuselèrent dans l’esprit des cinq amis. 

    Une certaine tension naissait entre Vyvacy et Frey au grand étonnement de tous. Au bout d’un moment, Padmée décida de prendre les choses en main. Et pendant une soirée, elle invita son mari à venir voir le couché de soleil en amoureux. Ils trouvèrent un rochet plat sur lequel s’asseoir et elle lui tenait le bras, la tête contre son épaule. 

    Pad – Avoue qu’il n’y a rien de plus beau qu’un couché de soleil ?

    Vyvacy – Je te l’accorde, mais ça ne vaut pas celui de Phoenix. 

    Pad – Je te l’accorde. 

    Vyvacy souriait car il appréciait toujours lorsque Padmée lui répliquait ses propres réponses. C’était devenu un jeu entre eux. Il savait qu’elle voulait lui parler d’une chose délicate. 

    Vyvacy – Pourquoi m’as-tu fait venir ici ? 

    Pad – Nous devons parler d’Obja.

    Vyvacy étonné – Ah ?

    Pad – Je sais, je n’ai pas toujours été objective avec son peuple. Pourtant, en ce qui concerne les Dra’Conniens, je partage sa méfiance. 

    Vyvacy – La méfiance actuelle, nous la partageons tous. 

    Pad se redressa et regardait son mari dans les yeux, il lui fit face. 

    Pad – Alors pourquoi dégages-tu autant de reproche et d’animosité à son égard depuis notre rencontre avec les autochtones ?

    Vyvacy – Parce qu’il nous a caché l’existence des sondes ! Dexter a seulement écouté ce que son ami lui a dit. Et ton padawan pensait qu’il n’y avait qu’une seule sonde. En réalité, Frey en a détruit… je ne sais pas combien ! Et il a décidé seul !

    Pad – Obja a l’habitude d’agir seul pour la protection des autres depuis des années, c’est un Bothan. Pourquoi ne l’acceptes-tu pas ?

    Vyvacy – C’est toi qui me dis cela ?

    Pad – J’ai eu des problèmes avec des Bothans mais… Obja est un peu différent. Cependant, il y a des traits spécifiques à son espèce que tu ne peux changer. Celui d’agir seul en fait partie. 

    Vyvacy – Il aurait pu au moins me prévenir !

    Padmée comprenait que l’égo de son mari fut touché. Il se prenait pour le chef de l’équipe. Et si l’enfant l’avait accepté comme tel, les femmes l’avaient laissés croire et furent assez souple pour le contourner et le convaincre que leurs idées étaient meilleures. En revanche, Frey et Vyvacy étaient entrés malgré eux dans un conflit d’autorité. Padmée voulait désamorcée la situation afin que leur petit groupe puisse rester soudée… c’est ce que Lou Cho aurait voulu. 

    Pad – Oui, il aurait pu. Il ne l’a pas fait, ambassadeur. Et alors ?

    Son époux avait été ambassadeur de Phoenix pendant des années avant leur mariage, avant qu’il ne devienne sénateur. Elle venait de le toucher là précisément où il fallait. Cette fonction l’obligeait à résoudre des conflits et voir l’avenir sans rester bloqué sur le passé. 

    Vyvacy – Tu as raison, je le sais au fond de moi, ma Pad. Je vais essayer de faire un effort. 

    Pad – Je sais. 

    Vyvacy – Je t’aime. 

    Ils s’embrassèrent et… la suite ne s’écrit pas. 

    ***

    Frey – Je suis désolé Ro’Xane, je ne suis pas d’accord. 

    Ro’Xane – Avoue que l’on ne pourra pas ignorer ce que les Dra’Conniens nous demanderont. 

    Dexter – Ils ont l’air gentil. 

    Frey – Lorsqu’ils m’ont abordé, ils ont vu mon blaster et m’ont immédiatement menacé, tu appelles cela gentil ?

    Dexter – Tu peux paraître effrayant lorsque l’ont ne te connait pas. Poilu !

    Frey – Arrêt avec ce nom de code ridicule !

    Ro’Xane – Nous sommes sur leur territoire, nous nous devons d’accepter leurs règles. Ensuite, nous leur expliquerons que tout ce qu’on désir c’est partir. Et là, si nous les gênons de trop, nous trouverons un moyen de négocier du carburant. Ça c’est mon rayon !

    Frey – Je ne doute pas de tes compétences. Je n’ai simplement pas confiance en eux. 

    Dexter – Tu n’as confiance qu’en nous !

    Frey – Exactement. 

    Ro’Xane – Donc en moi et ma capacité à négocier. C’est réglé. 

    Les poiles du Bothan ondula de tout son être de contrariété, puis il s’en alla dans le MyncockII. 

    Ro’xane – Allez mon petit, il est temps d’aller au lit. 

    Dexter – Maman, j’ai onze ans maintenant. On peut rester encore un peu dehors ?

    Ro’Xane – Ecouter le champ des oiseaux multicolores ?

    Dexter – Oui !

    Ro’Xane – D’accord, installons-nous. 

    Cette mère ignorait si son fils aimait réellement s’allonger dans le divan de bois extérieur pour écouter les mélodies des oiseaux ou si c’était seulement pour avoir un moment de pur contact avec elle. Ils s’asseyaient l’un contre l’autre en partageant leur goût sur les différents chants. Un moment calme, et remplit de douceur maternelle. Là, Ro’Xane avait souvent l’impression de retrouver un enfant de quatre ou six ans. Elle se demandait ce que leur réserverait le lendemain. 

    ***

    De bon matin, comme à son habitude, Ro’Xane fut au préparatif du petit déjeuner. Frey inspectait autour du camp si les autochtones n’étaient pas revenus. Vyvacy préparait des notes pour un éventuelle dialogue diplomatique avec les politiciens Dra’Conniens qui arriveraient demain. Padmée s’occupait du lever de Dexter afin de lui apprendre les méditations Jedi. Dure tâche !

    Dexter – Pourquoi avant le déjeuné ? J’ai faim moi. 

    Pad – Parce que, Padawan, un Jedi ne doit pas compter sur les choses physiques. 

    Dexter – Et tu connais la différence entre les soldats républicains et les Jedi ?

    Padmée s’attendait à de l’humour, elle lui fait signe de répondre. 

    Dexter – Les soldats républicains déjeunent avant de partir traquer les Jedi. 

    Pad, jetant les yeux au ciel – Tu n’en sais rien, Dexter. 

    Dexter – Si, d’ailleurs ils ont exterminé les Jedi parce qu’ils avaient le ventre remplit. 

    La figure de Pad se décomposa. Elle n’arrivait pas à croire qu’il pouvait plaisanter avec ça. Elle ne pouvait s’empêcher de penser à ses amies mortes au combat tel que Mirax et Boli. Sans savoir ce qu’étaient devenus ses frères, ses padawans, ses amis… Son cœur se serra et le Besalisk réalisait qu’il avait été trop loin. 

    Dexter – Pardon Maître… c’est simplement que j’ai faim. 

    Pad – Je ne t’apprendrais plus rien aujourd’hui, par manger. 

    Elle se leva et partait vers l’arrière du MynockII. Dexter hésitait à la rejoindre, mais son estomac gargouilla. Il retourna vers sa mère. 

    En fin de ronde, Frey arrivait vers Pad qui semblait médité. Il allait passer à côté d’elle sans un mot afin de respecter sa méditation, mais elle l’interpella. 

    Pad – Frey… Auriez-vous quelques minutes à m’accorder ?

    Frey – Oui. 

    Il s’arrêta à sa hauteur. Elle ouvrit les yeux. Il contempla son regard triste. 

    Pad – Pensez vous que nous pourrions repartir d’ici ?

    Frey – Ro’Xane est décidé à négocier du carburant. Je la connais assez pour m’attendre à un miracle. 

    Pad – Et où irions nous ?

    Le Bothan fut surpris par la question de l’ex-Jedi. Il n’y avait pas réellement pensée. Visiblement Padmée oui. Sans répondre immédiatement, il prit le temps de s’installer sur l’herbe devant elle. 

    Frey – Cela dépendra de l’autonomie du vaisseau. 

    Pad – Les planètes les plus proches ne sont pas les plus accueillantes. 

    Frey – Que suggérez-vous, madame Brûle ?

    Pad – Vous savez ce que les Sith sont capables d’infligés aux Jedi ou même à l’un des leurs qui refuse de coopérer. Imaginer ce qu’ils seront capables d’affliger à Dexter ?

    Il en fallait beaucoup pour surprendre un Bothan, mais Padmée y arrivait fort bien. Elle venait de faire allusion à Sola O’Keffe. Le Bothan l’avait vu et lui il avait apporté de quoi la soignée. L’état de la clone de Padmée était dû à la torture d’un apprenti Sith, Dark Spencer. Frey fut intrigué par la question et le raisonnement de son interlocutrice. 

    Frey – Où voulez vous en venir ?

    Pad – Rentrez dans la République Galactique n’est pas prudent. Sur Ilum, il y avait des holocams. 

    Frey – Vraiment ? Intriguant. 

    Pad – Si quelqu’un a mis en œuvre une telle surveillance, puis l’attaque de ses monstres et la déchirure du côté lumineux… Frey si ce n’est pas l’œuvre d’un ou plusieurs Sith, c’est l’œuvre de qui ?

    Frey prenait un moment afin d’analyser les questions. Padmée ne pouvait s’empêcher d’y voir l’œuvre machiavélique d’un Sith. Si le côté obscur n’était pas la menace, alors qu’est-ce que cela pouvait être ?

    Frey – Je comprends votre analyse, Maître Jedi. Pourtant, la guerre ne se résume pas toujours à un conflit entre Jedi et Sith. 

    Pad – D’accord, ce fut le cas pendant la guerre contre les Vong, et je ne dis pas que j’ai raison. Pourtant, l’investigateur du renversement politique a clairement tout fait pour détruire l’Ordre Jedi. Il s’avait que c’était la menace à son pouvoir. C’est logique non ?

    Frey – Oui, c’est une hypothèse. Pourtant, je ne vois pas en quoi cela nous concerne aujourd’hui ?

    Pad – Partir d’ici, est dangereux pour Dexter. Il a déjà frôlé l’obscurité de la Force. Il est de moins en moins convaincu par l’éthique Jedi et ses principes. Ce qui l’attire c’est jouer avec les pouvoirs de la Force. Il est encore très enfant dans sa tête. Il n’est pas prêt pour affronter …

    Frey – Une guerre. Je vois. 

    Pad – Nous devons rester sur Dra’Con si leur politicien nous le permette. Dexter doit grandir, murir et apprendre à se battre. Je déteste la guerre, mais sans savoir ce que l’on trouvera en rentrant chez nous…

    Frey – Et qu’en pense Monsieur Brûle ?

    Pad – Déçu. Phoenix lui manque, bien plus qu’à moi. Mais il est d’accord, pour le bien de Dexter. 

    Frey – Donc, il nous reste à convaincre Ro’Xane. 

    Pad – Je sais que cela ne sera pas facile. Elle voudrait revoir ses parents avant qu’ils…

    Frey – Ne disparaissent de manière naturelle. 

    Pad – Nous sommes d’accord. 

    Frey – Voilà une bien belle résolution. 

    ***

    Autour de la table de bois, Padmée, Dexter, Vyvacy étaient d’un côté. Trois Dra’Conniens furent de l’autre. Ils portèrent des tenues militaires bien qu’ils se disaient être les négociateurs. Kat’chek, Robolus et Maachti étaient leur nom. Robolus semblait être le plus grader. Ro’Xane présidait et servait d’interprète. Frey Obja fut face à Ro’Xane et avait bien pris soin de verrouiller le vaisseau. Cette fois-ci aucunes armes, même les sabres lasers ne furent autorisés. Vyvacy voulait de vraies négociations. 

    Dans un premier temps, Ro’Xane essayait négocier de partir de Dra’Con afin de résoudre tout conflit. Elle cherchait à obtenir le carburant contre toutes autres fournitures qu’il existait dans la soute. Elle fut un peu surprise par le manque de soutien des humains et du Bothan. Cela n’échappait pas à Dexter, qui gardait le silence. Puis, Robolus expliqua que le terme « Carburant » n’était pas le mot exact, mais cristaux. Et là, les espoirs des Besalisk s’évaporèrent. Leurs technologies étaient incompatibles. Il n’y aura pas de carburant pour le MynockII. Les vaisseaux Dra’Conniens tirent leurs énergies de cristaux de dilitium. 

    Ro’Xane eut énormément de mal de contenir sa déception, son désespoir d’avoir une chance de dire au revoir convenablement à ses parents. Vyvacy essaya alors de négocier au mieux un moyen de rester sur la planète. 

    Dans un second temps, l’ex-sénateur avait dû user de toute sa diplomatie auprès des autorités Dra’Connienne pour établir des relations amicales. Kaïtcho était le nom du Dra’Connien que Frey avait blessé, et était un chef militaire proche de la retraite. C’était aussi grâce à sa stratégie que ce peuple avait remporté la victoire sur les Fry’nuiens. La loi du « talion » s’appliquait sur Dra’Con même si elle portait ici le nom de « loi de réciprocité ». Selon les séquelles que Kaïtcho allait subir, le Bothan aurait pu être estropié à son tour. Au bout de plusieurs heures et d’explications, Vyvacy parvenu à convaincre Kat’chek d’attendre de connaitre l’état de santé de Kaïtcho afin d’envisager une peine de « prison » au Bothan plutôt que de l’estropié. Kat’chek semblait être conciliant de respecter des lois qui n’était pas les leur. Cette affaire resta donc en suspens. 

    Dans un troisième temps, Maachti qui semblait être un scientifique, mit sur la table un point important. Il déterminait si les trois nouvelles espèces que composaient leur mini équipage ne donneront pas des microbes ou virus inconnus aux Dra’Conniens. Il expliqua que, comme la première équipe, eux aussi, furent enduit d’un gel qui les protégeaient de tous germes. L’inverse n’était pas vrai. Maachti conclura que permettre à ces cinq personnes de venir cohabiter avec eux, pouvait-être envisageable mais pas sans une visite médicale. Padmée appréciait ce Maachti parce qu’il pensait autant à leur protection qu’à celle de son peuple. 

    Ce ne sera qu’après une journée de discussion que des résolutions furent prises. 

    Les résolutions :
    • Une visite médicale obligatoire pour les cinq. Un service scientifique va venir avec le matériel pour les examiner. 
    • Une mise en quarantaine de sécurité. Les cinq seront autorisés à rester dans un périmètre de cinq kilomètres autour du MynockII durant cette période. 
    • En fonction de l’état physique de Kaïtcho, la sentence de Frey Obja sera prononcée.

    ***

    Lorsque les trois diplômâtes furent parties, Dexter souffla. Il trouvait la journée très longue mais si intéressante. L’idée d’une visite médicale ne l’enchantait pas, il en avait déjà vécu à l’école, et ne les avait jamais appréciées. S’il avait été malade, il le saurait, non ?

    Le soir tomba et les adultes discutèrent encore de la journée, de l’avenir, de leur crainte et leur soulagement. Dexter avait pris un moment pour lui. Il monta dans le vaisseau pour se changer, une fois en pyjamas, il se réfugia derrière le MynockII. Le jeune Cho se coucha sur le ventre les bras inférieurs perpendiculaire à son corps et la tête appuyé sur les mains supérieurs, coude au sol. Dexter fermait les yeux et essayait de percevoir les petits rongeurs dans la prairie. Il écoutait le vent dans les arbres et le chant des oiseaux multicolores. 

    Des pas s’approchèrent de lui. Le Bothan s’asseyait sur l’herbe à côté du Besalisk avant de prendre la parole. 

    Frey – Dur journée. 

    Dexter ouvrant les yeux – Intéressante, mais ils n’ont jamais parlé de la faune ou flore. 

    Frey un peu étonné – Ah. Tu aurais pu leur poser des questions.

    Dexter – Oui, mais j’en ai trop. J’espère que dans l’avenir, ils nous aideront à connaitre cette planète. 

    Frey – Tu l’apprécies ?

    Dexter – Ici, il n’y a plus de guerre. Ils sont conciliants et diplomates. C’est maman la plus déçue, n’est-ce pas ?

    Frey repensait à la conversation qu’il eut avec Padmée. Elle se trompait, Dexter avait muri. 

    Frey – Oui. 

    Dexter – Je la comprends… Mes grands-parents me manquent à moi aussi. Et toi ?

    Frey – Je connais trop peu Djovan et…

    Dexter se roula sur la droite pour faire face à son interlocuteur. Frey craignit déjà d’avoir deviné la question de l’enfant. 

    Dexter – Non, et toi ? Il y a bien quelqu’un qui doit te manquer ?

    Le Bothan fuyait le regard du Besalisk et observa la lisière de la forêt. Il n’avait pas envie de répondre à cette question. Connaissant assez l’enfant pour savoir qu’il devait trouver une réponse approprier. 

    Frey – Avant oui. Plus maintenant. 

    Dexter – Avant quoi ?

    Décidément, Dexter était très curieux. Le Bothan regardait l’herbe. Devait-il lui dire la vérité ?

    Dexter – On est ami, Frey. Avant quoi ?

    Oui, Obja ne doutait pas de leur amitié. Le Bothan pouvait compter sur le petit Besalisk pour tenir un secret ou du moins, il n’irait pas le dire à n’importe qui… la question n’était pas là. Lui, Obja était-il capable de lui en parlée ?

    Frey – La Guerre contre le S.E.Z.

    C’est au tour du quadrumane d’être surpris. Débutant l’année de sa naissance, cette guerre avait vraiment été traumatisante pour Maître Brûle, ça Dexter le savait. Là, il réalisa que ce fut le cas aussi pour son ami Frey. Dexter hésita à reposer une question et décida de garder le silence. Il se repositionna sur le ventre. 

    Frey – Il y a onze ans, … quelque temps après ta naissance… Je connaissais déjà ton père mais … Je ne dirais pas qu’il était mon ami à ce moment là. 

    Silence

    Frey – J’étais un espion, eux aussi et j’étais fier, très fière de mon équipe. 

    Dexter – Eux ?

    Frey – Ma … famille. 

    Dexter avait peur de comprendre, il se redressa et s’assit en tailleur face au côté du Bothan. Ainsi, depuis sa naissance, jamais le Besalisk n’avait eu connaissance que son ami eut une famille. 

    Frey – Nous avons aidés des esclaves, nous en avons eu pitié. Mon… fils surtout, il avait dix-neuf ans. 

    Silence. 

    Frey – Des soldats de la république sont intervenus… hélas, trop tard. Ma femme et mon fils se sont sacrifiés pour nous laissés une chance, aux militaires et à moi, de sauver tout le monde. 

    Dexter – Je l’ignorai. 

    Frey – Il n’y avait que ton père qui savait. 

    Dexter – Papa n’a jamais été esclave ?

    Frey – Non. Il avait une connaissance à … d’une connaissance qui l’était. Il était dans ce groupe. 

    Dexter – Qui ?

    Frey – Un Coynite. 

    Dexter – Papa ne m’a jamais parlé d’un ami Coynite. 

    Frey - Non, ce n’est pas vraiment un de ses amis à lui. Kal’les, le Coynite est une connaissance à sa meilleure amie. 

    Dexter met un moment pour comprendre – A Maitre PAD ?

    Frey – Oui. 

    Dexter – Elle le sait ? Elle sait ce que ta famille et toi avez fait pour sauvés Kal’les ?

    Frey – Non, à quoi bon. Ce n’est pas important. Dexter, … Repartir de Dra’Con est dangereux pour toi. Ici, tu peux apprendre l’art du combat et du pilotage. Les Dra’Conniens semblent appréciés ton espèce. Alors quoi que les politiciens décident. Il te faudra l’accepter. 

    Le Besalisk se mit sur ses pieds et posa ses bras sur les hanches et côtés. Il n’était pas d’accord, il aurait voulu protester, mais le Bothan se leva à son tour et lui posait les mains sur ses épaules. 

    Frey – Tu es et restera mon ami, Dexter. Quoi qu’il arrive. Aujourd’hui, tu as besoin de Maître Brûle. Elle doit t’apprendre à maîtriser l’art du sabre laser. Nul ne sait ce que l’avenir nous réserve. 

    Dexter – Je ne perdrais plus aucune des personnes que j’aime !

    Frey – Je sais que tu le penses réellement. Promets-moi de t’investir dans tout ce qui te permettra de survivre et je te promets que les Dra’Conniens n’auront pas raison de moi. 

    Dexter – Je te promets de poursuivre mes cours avec maître Brûle. D’apprendre l’art de la survie et même du pilotage si cela est possible. Mais toi, toi promet moi seulement de toujours rester à mes côtés quoi qu’il arrive, Walter. 

    Frey – Walter ?

    Dexter – Tu n’aimes pas le nom de code « poilu », alors je te propose « Walter ». 

    Frey – Ce n’est pas Bothan. 

    Dexter – Non, c’est pour cela que c’est un bon nom de code. Alors Promis ?

    Frey – Promis Malachite. 

    Dexter – Excellente résolution !

    ***

    Padmée s’approchait de Ro’Xane qui venait de craquer et les larmes lui coulèrent. Elle réalisait qu’elle ne pourra plus jamais rejoindre Ojom et ses parents. Padmée la prit dans ses bras. 

    Pad – Je te comprends, moi non plus, je ne reverrais probablement plus ma famille. 

    Ro’Xane – Je sais Pad. C’est … c’est seulement que… j’avais … Tellement espérer…

    Pad – Nous nous devons de survivre. Entourer Dexter du mieux que nous pourrons. Nous lui offrirons une seule chance de subsister dans ce monde ravager par le côté obscur. 

    Ro’Xane – Pad… comment crois-tu que cela finira ?

    Pad ferma les yeux. Elle essayait de se connecter dans la Force qui semblait si lointaine. 

    Pad – Je n’ai pas de réponse. Mais je ne sais pas expérience qu’il ne faut jamais renoncée. Il y a toujours une chance de réussir l’impossible pour peu que l’on veuille y croire. 

    Ro’Xane – L’impossible Pad ! L’impossible veut dire qu’il n’est pas possible. Il existe des limites à tous. A la Force, à l’Ordre Jedi, à la République, à la Guilde… A quitter cet endroit !

    Pad prit son amie par les épaules et sécha ses larmes. Elle comprenait la douleur de la Besalisk. Elle craquait enfin car depuis la mort de Lou, Ro’Xane s’était toujours montrée forte. Ses larmes, était celles d’un deuil qu’elle n’avait pas pris le temps de faire. C’était au tour de Padmée de se montrer forte pour elle, comme la Besalisk s’était montré forte sur le MynockII entre Ilum et Dra’Con. 

    Pad – Ro’Xane, je sais que les apparences te donnent raison. Et pourtant, toute ma vie, j’ai combattu des monstres, des Sith, le S.E.Z et tellement d’adversaires… Tous se croyaient plus malin et plus fort que la Force elle-même. Je me suis perdue, parce que l’Ordre Jedi à perdu les principes fondamentaux de la Force. Aujourd’hui, j’ai quitté cette Ordre Jedi parce que j’ai voulu me rapprocher d’elle. 

    Ro’Xane – Elle ? La Force ? Mais elle n’existe plus. 

    Pad – La Force existe en toi, en moi, en Vyvacy, en Frey, en DEXTER. Lorsqu’il m’a demandé d’être son maître, j’ai compris. 

    Ro’Xane – Compris quoi Pad ?

    Pad – Compris, ce que la Force voulait. Compris que c’est en elle et non en un organisme quelconque que je dois croire. Ma résolution fut alors de transmette les valeurs de la Force que j’ai acquise en Dexter Cho. Il est l’avenir, Ro’Xane. 

    Ro’Xane – Ce n’est qu’un enfant Pad. 

    Pad – Oui, aujourd’hui. Mais il croit déjà en des valeurs qui nous dépassent tous. 

    Ro’Xane – Je ne te comprends pas. 

    Pad – Je vois en Dexter, la petite fille que Lou voyait en moi, Ro’Xane. Il aime la nature ; il croit en la valeur de l’amitié ; il aime s’amuser et ne se prend pas au sérieux. Dexter possède un cœur plus grand à l’intérieur. Il a une connexion à la Force plus intense que moi. Et tu sais pourquoi ?

    Ro’Xane – Non. 

    Pad – Parce qu’il est encore un diamant d’innocence. Dexter sera plus sûr de sa route que je ne l’ai jamais été. Je crois en lui, faisant autant. 

    Ro’Xane – Je te le promets Pad, même si je n’ai tout compris ce que tu as voulu me dire. 

    Ro’Xane s’en alla et Vyvacy rejoignit son épouse. 

    Vyvacy – Comment va –t-elle ?

    Pad – Un rien mieux, mais je m’inquiète pour elle. 

    Vyvacy – Elle craque ?

    Pad – Oui, je le crains. Où est Dexter ?

    Vyvacy – Rassures toi, il est avec Frey. Pad, j’ai prix une décision. 

    Pad – Je t’écoute ?

    Vyvacy – Si nous pouvons restés, nous devrions leur apprendre le Basic. Il y a toutes sortes de nouvelles planètes qui se sont ralliées à la Coalition juste avant le carnage de l’Ordre Jedi. Peut-être que si nous ne pouvons pas retourner d’où nous venons, nous pourrons attendre que l’un ou l’autre membre de la Coalition Galactique prennent contacte avec Dra’Con. 

    Pad – C’est une excellente idée Vycy. 

    Vyvacy – Content que nous soyons d’accord. 

    Pad – Je pense que c’est le jour des résolutions. 



    Ce message a été modifié par Padme111 le dimanche 20 octobre 2019 - 14:58

    dimanche 20 octobre 2019 - 14:09 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    9868 Crédits

    Que dire, que dire, que dire... deux chapitres à la suite, ça progresse par la Force !
    J'avoue avoir été surpris de découvrir que la planète en question s'appelle Dra'Con et que son peuple autochtone est essentiellement composé d'hermaphrodites ; je comprends parfaitement la stupeur de Dexter à leur encontre. D'autre part, sa remarque concernant les soldats de la République et l'idée de ventre rempli, je m'imagine (vois ça comme une idée) Perseus Arek raconter à une recrue qu'il n'y a que les "oisillons de bonne famille" qui s'imaginent combattre un Jedi le ventre plein : connais ton adversaire alors jeûne si ça te permet de garder les idées en place. Bref, une remarque bien stricte pour remettre en place.
    En soi, je trouve les négociations et résolutions assez pertinentes et la suite me paraît encore plus intéressante à attendre.
    En clair... c'est bien, c'est beau, c'est bon.

    I LIKE (trains) ! et le petit pouce bleu qui fait plaisir^^.

    lundi 21 octobre 2019 - 10:35 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Discord

Discutons :)

102 fans connecté(s)

Evénements

Des photos Star Wars en plein Paris

20 sept. 2019 - 20 janv. 2020

Star Wars Episode IX

18 déc. 2019

Necronomi Con Saison 3

01 févr. 2020 - 02 févr. 2020

Star Wars Celebration 2020

27 août 2020 - 30 août 2020

Star Wars IX

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide