Salle Commune des Padas (page 22)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Enoliwen

    Enoliwen

    1393 Crédits

    Une fête était annoncée dans la Salle commune et je mourais d'envie d'y aller. Malheureusement, il fallait être déguisé et je n'avait absolument aucune idée de ce en quoi je pouvais bien venir. Surtout que je ne l'avais jamais fêté, moi, Halloween !

    Après avoir cherché longuement, je trouvai une idée : j'allais me déguiser en le Huitième Frère, un Inquisiteur Sith. Je passai du temps afin de faire mon déguisement mais, une fois terminé, j'étais content du résultat.

    Le soir, je m'habillai et me mis en route en direction de la Salle commune. Les couloirs étaient faiblement éclairés et je manquai de me tromper de chemin, mais je finis par y arriver.

    Moi : Wahou !!

    La salle était totalement décorée, avec des guirlandes, des hologrames, pas un seul endroit n'était laissé vide de décorations. Il y avait même une piste de danse ! (Mais ne comptez pas sur moi pour danser). Il y avait déjà plusieurs personnes dans la pièce. Tout le monde était grimé, déguisé dans un mélange éclectique de capes, bures, robes, casques et autres déguisements qui, aidés de la faible luminosité, rendaient méconnaissables la plupart des gens présents. Je me mis sur le coté, essayant de repérer quelqu'un de connu. Mon regard est soudain attiré par deux personnes déguisées en Sœurs de la Nuit qui discutent. Tiens, tiens... il me semble deviner qui c'est. Je m'approche le plus discrètement possible d'elles. Absorbées dans leur discussion, elles ne semblent pas m'avoir vu.

    Moi : Boouuh !!

    Kinsa + Zadyssa : Enoliwen !

    Moi : Bonjour Kinsa, bonjour Maitre !

    Kinsa : Mais qu'est-ce que vous avez tous à vouloir faire peur aux autres ? Ce n'est pas la première fois que vous faites une fête !

    Moi : Tous ? Je ne suis pas le premier, alors !

    Kinsa : Oui, bon...

    Zadyssa : Au fait, tu es déguisé en quoi, Enoliwen ?

    Moi, fier : En le Huitième Frère !

    Zadyssa : Ah...

    Moi : Mais si, vous voyez, l'Inquisiteur qui a été envoyé par les Sith pour tuer les derniers Jedi survivants, après l'ordre 66 ! Mon déguisementest est si mal fait ?

    Moi, en pensées : qu'elle dise que non, qu'elle dise que non...

    Kinsa : Euh...

    Moi : D'accord, j'ai compris ! La prochaine fois, j'éviterai de le faire moi-même, mon costume.

    Zadyssa : Ne t'inquiète pas, tu auras encore l'occasion de te déguiser.

    Moi, désireux de changer de sujet : Sinon, vous avez vu comment la salle est décorée ?!

    Kinsa : Oui, Galen et Reyn se sont bien débrouillés !

    Moi : Reyn ? C'est qui ?

    Zadyssa : La sœur de Galen. Elle l'aide toujours quand il s'agit de décorer.

    Kinsa : Regardes par là-bas. Elle tend le bras vers le centre de la pièce.

    Suivant la direction de son doigt tendu, je vois une fille et quelqu'un que je suppose être Galen, déguisé en Revan. Et lui, on reconnaît son déguisement, au moins.

    Moi : Ah oui, je ne l'avais jamais vue.

    Kinsa : Eh bien, maintenant c'est fait.

    Ce message a été modifié par Enoliwen le samedi 03 novembre 2018 - 21:05

    samedi 03 novembre 2018 - 20:57 Modification Admin Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7250 Crédits

    Event, anniversaire

    Aujourd'hui était un jour particulier pour moi. Aujourd'hui, je fêtai mon dix-huitième anniversaire. Enfin, j'avais dix-huit ans, parce que ce n'était que la deuxième fois que je le fêtai depuis mes huit ans. J'étais donc particulièrement enthousiaste et motivée. Pour moi, ce jour ne marquait pas que ma naissance mais également le fait que j'étais désormais entourée d'une nouvelle famille. Kinsa, Zokuron, Ilan... ils comptaient énormément à mes yeux, et fêter ce jour en en leur compagnie était tout ce que je pouvais rêver de mieux.

    La journée débuta par un parcours de combat que j'avais demandé à Kinsa, et je m'y amusai comme une folle, avec Zokuron et Enoliwen qui peinaient un peu à suivre, derrière. Puis mon petit ami s'éclipsa en me demandant de le rejoindre au lac pour le déjeuner. Je compris immédiatement qu'il avait une idée en tête mais ne cherchait pas à en savoir davantage pour garder l'effet de surprise. Et pour cela, moi, une grande curieuse, dus me faire violence. Comme prévu, je le rejoignis et passai le reste de la journée à ses côtés (voir Vie Quotidienne su Yavin IV).

    Le soir venu, je rejoignis la salle commune pour dîner et m'étouffai de surprise lorsqu'un sonnant "Joyeux anniversaire !" m'accueillit. Presque aussitôt, des larmes d'émotion me montèrent aux yeux. Je ne pouvais pas dire que je ne m'en doutais pas, pour avoir déjà aidé à organiser ce type d'événement, mais cela me faisait tellement plaisir... Je n'avais pas encore l'habitude de toutes ces attentions, ce n'était que mon deuxième anniversaire depuis mes huit ans... C'est-à-dire depuis dix ans. Mon regard croisa celui de Kinsa, qui m'adressa un sourire attendri. Décidément, cette journée était riche en émotion.

    Moi : Je... merci... merci beaucoup.

    Ils étaient tous là, Galen, Dexter, Ilan, Zokuron, Kinsa, et même mon nouveau padawan, Enoliwen. Je voulais tous les remercier, mais les mots ne sortaient pas. Au lieu de cela, je portai mon regard sur la décoration. Ballons, guirlandes, buffets avec bonbons... tout était là pour passer une bonne soirée.

    mercredi 14 novembre 2018 - 16:28 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    11100 Crédits Modo

    Anniversaire de Zadyssa

    Aujourd'hui était un jour spécial : nous fêtions les dix-huit ans de ma padawan, alias ma petite soeur Zadyssa. Dans de nombreux mondes, surtout ceux du Noyau, j'avais appris que c'était l'âge de la majorité, alors que chez les Mandaloriens j'étais considérée comme adulte depuis mes treize ans. Zokuron m'avait demandé s'il pouvait être dispensé d'entraînement, étant donné qu'il prévoyait de passer la journée avec elle, et je lui accordai volontiers l'autorisation avec un sourire attendri. Eh oui, Zadyssa grandissait... Et cela incluait de passer la journée de son anniversaire avec son petit ami, et non avec sa grande soeur.

    Toutefois, cela me laissait le temps avec Galen de lui préparer la surprise, qui fut prête juste à temps pour son retour. J'avais pris le soin d'inviter toutes les personnes que Zadyssa appréciait, même Shina qui la voyait plus à l'infirmerie qu'en dehors, et bien sûr son nouveau padawan Enoliwen. Dés qu'elle pénétra dans la salle, nous criâmes en choeur "Joyeux anniversaire !", la faisant s'étouffer de surprise. À travers notre lien, je la sentis très émue de cette attention, à un tel point qu'elle en perdait ses mots. Ainsi, je décidai de sortir du rang et de la serrer très fort dans mes bras.

    Zadyssa : Merci... C'est...
    Moi : ...normal ? Évidemment. Alors, selon la loi de Metellos, j'ai plaisir à t'annoncer que tu es officiellement une adulte !
    Zadyssa : Ah bon ?
    Moi : C'est dur à croire, hein ?
    Zadyssa : Hé !

    Elle me donna un coup de coude amical dans les côtes. Heureusement pour elle que j'avais préféré enlever mon armure. Je la couvai un instant d'un regard affectueux, avant de la pousser vers les autres.

    Moi : Allez, va remercier les autres.

    Quelques minutes et beaucoup de sucreries plus tard, ce fut l'heure des cadeaux. Je fus la première. J'avais passé plusieurs heures à l'atelier pour le faire, puis je l'avais emballé plutôt brouillonnement dans du papier. Un peu nerveuse, je le lui tendis et attendis qu'elle l'ouvre.

    Moi : C'est... C'est une broche de la version stylisée d'un oiseau qu'on trouve sur Mandalore, un talik. C'est le symbole du mon clan. Alors j'ai pensé que...te le donner c'était un peu...te faire rentrer dans la famille. Je sais que rien ne pourra jamais remplacer celle que tu as perdue, mais... Voilà. Tu es ma petite soeur.

    lundi 19 novembre 2018 - 11:55 Modification Admin Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7250 Crédits

    Après une multitude de sucreries, l'heure des cadeaux arriva. Ma grande soeur s'approcha la première, et j'attendais de voir ce qu'elle comptait m'offrir, un sourire aux lèvres. En la dévisageant, je me rendis compte qu'elle était étrangement nerveuse et je me demandais bien pourquoi. Elle me tendit son paquet et me fis signe de l'ouvrir, toujours avec sa nervosité apparente.

    Tout sourire, je déballai le cadeau - déchiquetai l'emballage serait plus juste -jusqu'à me retrouver avec une magnifique broche. C'était un oiseau stylisé fait main que j'étais certaine d'avoir déjà vu quelque part. Mais où ?

    Kinsa : C'est... c'est une broche de la version stylisée d'un oiseau qu'on trouve sur Mandalore, un talik.

    Ça me revint immédiatement. C'était le symbole qu'il y avait sur l'une des épaulettes de son armure. Je la fixai alors dans les yeux, attendant la suite avec impatience, comprenant que ce n'était pas qu'un simple présent mais quelque chose de plus... symbolique. Je compris alors pourquoi elle était si nerveuse.

    Kinsa : C'est le symbole de mon clan. Alors j'ai pensé que... te le donner c'était un peu... te faire rentrer dans la famille. Je sais que rien ne pourra jamais remplacer celle que tu as perdue, mais... Voilà. Tu es ma petite sœur.

    Émue, je restai quelques secondes les bras ballants, la fixant toujours, sans savoir comment réagir. C'était... c'était... "te faire rentrer dans la famille.", elle m'avait déjà dit ça à propos des Jedi qui formaient une famille. Mais là, c'était "la famille", pas "la famille que forment les Jedi", mais la sienne. Une famille aux liens plus... étroits. Et puis, elle me l'avait déjà dit, mais le fait qu'elle me répète que je sois sa petite sœur me faisait extrêmement plaisir. Je... je tenais énormément à elle. C'était mon modèle, le pilier sur lequel je m'étais reconstruite.

    Elle n'eut pas le temps de me reparler : je lui sautai au cou, la serrant très fort. À travers notre lien, je sentis qu'elle était soulagée, rassurée par ma réaction et qu'elle était aussi heureuse que je l'étais.

    Moi : Merci, grande soeur. Je... tu n'imagines pas combien ça me fait plaisir...

    Kinsa passa sa main dans mes cheveux tandis que je me lovais contre elle. Après quelques secondes, nous nous séparâmes et je lui demandai aussitôt de m'accrocher la broche.

    Moi : Elle est magnifique ! Merci Kinsa ! Je vais la porter tous les jours !

    mercredi 21 novembre 2018 - 19:54 Modification Admin Permalien

  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    9589 Crédits Modo

    Évènement festif – À vous de deviner

    Un jour particulier pour une nouvelle saison annuelle s’annonce pour la quatrième lune de Yavin, un manteau blanc recouvrant toute l’hémisphère septentrional pendant quelques longs jours. Une fine couche de neige et de poudreuse recouvre les branches encore feuillues des arbres de la jungle ainsi que le sol terreux et sableux. Dans la plus grande clairière où le temple massassi fut bâti, l’Académie eut droit à quelques coins et rebords blanchi par ce givre. L’environnement de la lune en lui-même a commencé une longue période de calme hivernal, dans un sommeil doux et silencieux où la pluie a laissé la place à des flocons tombant lentement du ciel. Il était temps que tout devienne aussi blanc que le Côté Clair.
    L’intérieur de l’Académie est encore calme aux premières heures matinales de la journée, la plupart des résidents étant rentrés chez leurs familles pour les festivités et les autres restent dans leurs chambres pour faire la grasse-matinée. Les salles et couloirs sont éclairés par une lumière jaune dorée émise par les lampes et il n’y a aucun signe d’activité. Enfin… pas toutes.

    La Salle Commune est en cette période plus illuminée et plus animée que jamais. La grande salle de vie aux murs blancs est envahie par une chaleureuse musique d’ambiance, une symphonie jouant de manière plus qu’harmonieuse l’air le plus connu de l’hiver ; chaque façade est recouverte des grosses guirlandes en buis et guis vert sapin reliées par des nœuds papillons argentés. Les tables ont revêtues leurs magnifiques nappes blanches à motif de sapin et de boules, les chaises ont été renforcées de cousins d’un beau rouge vin… Et le comptoir du bar vient de reprendre son aspect digne d’un chalet de bois sur les hauteurs d’une montagne de la planète Correlia. Et au milieu de la salle, parmi les tables, le grand sapin est dressé.
    Le grand sapin de Ruusan (4 mètres de hauteur), bien vert et bien robuste et bien touffu. Il trône avec majesté au centre du cercle de tables, bien dressé dans un pot rempli de terre fertile à la forme du tronc et décorer de rouge, de bleu, de jaune doré et de blanc à des emplacements différents les uns des autres.

    Je suis en ce moment même en plein montage, malgré que je sois vêtu de ma courte bure rouge à bord blanc épais, de pièces de bois verni et coloré qui donne au final un splendide traîneau à six places. Un beau traîneau, où les deux places avant ont un espace assez large pour qu’un grand bonhomme rouge s’asseye dedans avec un ou deux enfants sur ces genoux. R1-P7, portant son bonnet vert à pompon, me passe de temps en temps mes outils pour le montage.
    Me remplaçant derrière le comptoir, Reyn est reconnaissable à sa taille et sa finesse dans une jolie robe blanche aux manches rouges. Elle va-et-vient tranquillement entre les coins de la cuisine pour préparer les nombreux chocolats chauds qu’elle accompagne par un sucre d’orge et deux papillotes. La préparation et la présentation lui prend un peu de temps mais elle ne s’en fait pas tant pour ça ; une tasse bleue en céramique sur un petit plateau portatif entre ses mains, elle marche dans ma direction pour me l’apporter et avoir son avis gustatif de barman.

    Reyn (télépathie) : - Tiens Galen, un premier chocolat chaud.
    Moi, stoppant un moment mon activité : - Ha bien ! Voyons donc ce breuvage…

    Je saisis délicatement la tasse du plateau d’une main puis la porte à mes lèvres avant de sentir mes papilles savourer la boisson chaude. Le chocolat chaud est doux, sucré à point et tendre, un magnifique goût de cacao mélangé avec de la crème laitière et de la praline avec un soupçon de cannelle.

    Moi : - Hum ! Parfait, la recette est plus que réussie. Mes compliments, jeune apprentie barmaid.
    Reyn, rougissante (télépathie) : - Ho, ça va…

    Elle me laisse la tasse au cas-où puis elle retourne tranquillement derrière le bar. Sa seconde activité culinaire en cours l’amène à sortir du four traditionnel une belle série de sablés en forme de bonhommes de pain d’épice. Je termine enfin de mon côté le montage du traîneau puis R1 me tend les prises électromagnétiques qui je branche l’une à l’autre. Le traîneau rouge, or et argent s’illumine de ses diodes luminescentes bien cachées et clignote à son emplacement au pied du sapin. Le droïde astromech est très ravi du résultat, tournant sur lui-même et faisant des bips joyeux.

    Moi : - Oui c’est vrai R1. L’idée du traîneau est un succès qui va mettre plus que de l’ambiance pour ce beau Noël. Il ne manque plus qu’à mettre quelques cadeaux qu’on a reçus des connaissances à chacun et ce sera la totale.

    Je commence à me diriger vers le local d’entretien, où j’ai eu l’idée de bien dissimuler les paquets colorés et bien décorés dans des étagères peu visibles derrière des planches lourdes, puis j’en prends quelques-uns pour les déposer autour du traîneau. Il me faut trois tours en tout pour prendre et déposer les paquets à des places bien en vue, disposés de manière à ce que chacun de nous puissent les voir et les déballer dans leur coin. Je me recule pour voir ce que ça donne et je ne peux qu’admirer toute cette disposition faite en un temps record avant que tout le monde ne se lève.

    Moi, soupirant de bonheur : - Enfin… Tout est en ordre, tout est fin prêt. Ça va être un magnifique Noël.

    Le silence de la Salle commençait à revenir que des bruits de pas résonnent. Des pas lointains marchés dans la neige, qui attire autant mon ouïe que celle de Reyn ou de R1. Ces pas sont ceux que l’on entend craquer dans la poudreuse blanche, ceux-ci sont clairement audibles pour moi que je peux savoir qu’ils viennent du côté externe de la Salle.

    Moi : - J’ai la curieuse impression qu’on va avoir droit à une mauvaise surprise…

    Les mystérieux pas ne se font plus entendre dans la neige derrière le large mur externe de l’Académie, remplacés par le doux murmure du vent hivernal de la matinée. Puis… on frappe à la porte. Celle de derrière le bar, celle de service et de sortie de secours. Reyn sursaute un peu, laissant de côté les autres sablés pour le moment, puis elle regarde vers la porte. R1 reste sur ses gardes, surpris mais pas tant terrifié. Je me dirige tranquillement vers la porte de service puis je l’ouvre en baissant la barre. Le lourd battant métallique s’ouvre vers l’extérieur et je peux voir la personne qui attend dehors dans le froid. Même si elle est chaudement bien vêtue… et qu’elle est l’une des personnes que je ne pensais pas voir débarquer ici en hiver.

    Fanny : - Salut Galen !
    Moi : - Fanny… Je ne pensais pas te voir un matin comme celui-ci. Qu’est-ce que tu fiches ici ?
    Fanny : - Eh bien, je me suis dit que c’était la période hivernale de Yavin IV alors je viens passer par ici. Et comme en hiver il y a la célébration de Noël, où tout est partagé et pardonné…
    Moi : - Il m’semble que l’Empire Téta célèbre aussi Noël, et qu’une jeune personne de ta condition est censée être auprès de sa famille lors de diners et bals organisés pour la haute gente. Pourquoi venir ici ?
    Fanny : - Je suis venue voir comment les Jedi fêtent Noël et en passer de différent qu’à Cinnagar. Je souhaiterais aussi ajouter que ça… m’a fait penser à toi et que… je voulais à nouveau me faire pardonner avec toute cette guerre passée… Est-ce que je peux entrer ?
    Moi : - Certains auraient dit non. Moi je ne vais pas te laisser dehors comme ça. Vas-y.

    J’ouvre davantage la porte et me place sur le côté pour laisser la jeune blonde cinnagarienne pénétrer dans la Salle, en tendant mon bras libre comme pour l’inciter. Je referme derrière elle, en évitant que le froid et des flocons ne s’amènent davantage, puis je rattrape au pas forcé la jeune demoiselle. Fanny Keto contemple avec émerveillement la décoration de toute la Salle ainsi que le grand sapin avec le traîneau ; à voir les étoiles dans ses yeux aux pupilles élargies, j’ai l’étrange pressentiment qu’elle n’a rien vue de tel.

    Fanny : - Galen, c’est… Cette Salle est magnifique. Toutes ces couleurs et cette présentation… c’est magnifique. Je n’avais jamais vue une salle commune aussi bien aménagée.
    Moi : - Quoi, tu veux dire que tu n’as jamais vue de salle décorée comme ça pour Noël ?
    Fanny : - Bof. Entre ma famille, qui se contente de quelques banderoles dorées à nœuds et le peu d’accessoires liés, et au BSR à l’époque, où on ne prenait pas la peine de poser des jours pour célébrer quoi que ce soit, je crois bien que cet endroit est encore mieux que dans les rues de la capitale ou d’autres allées marchandes des planètes du Noyau.
    Moi : - Ah. D’accord…

    Elle continue de fixer des yeux rêveurs l’aménagement très convivial de la Salle et me déclare que la présence du traîneau est une bonne chose. Elle se tourne ensuite vers le bar et elle aperçoit le décor de chalet autour. Elle s’approche des chaises hautes et voit Reyn qui en a profité pour se dissimuler un peu dans l’ombre du comptoir. La jeune femme lui sourit et la salue avec un grand sourire.

    Fanny : - Salut Reyn, contente de te voir. N’aie pas peur, je viens en paix.
    Reyn (télépathie) : - Je préfère rester sur mes gardes pour l’instant.
    Moi : - Il ne faut tout de même pas oublier Fanny que tu as été une ennemie pendant un moment. Ta présence en ces lieux n’est pas très agréable pour certains, même si le temps a fait son chemin.
    Fanny : - Pas de soucis. Je ne resterais pas très longtemps dans ce cas, juste quelques minutes. Mais dites… ça sent drôlement bon par ici. Qu’est-ce que vous cuisinez de si bon matin ?
    Moi : - Reyn s’est occupée de faire les chocolats chauds et les sablés pour ce matin. Normalement, il y en a assez pour une bonne partie encore là de l’Académie et pour après. Tu voudrais goûter ?
    Fanny : - Hum, ma foi. Je n’ai rien contre une bonne tasse et un biscuit, ce voyage m’a ouvert l’appétit.

    Je fais signe à Reyn de s’exécuter et celle-ci hoche verticalement sa tête. Je demande non-verbalement à Fanny de venir d’installer à une table et se poser, ce qu’elle accepte avec grand plaisir. Elle se pose donc tranquillement à la première table près du sapin, retirant son manteau de feutre synthétique vert sapin pour être à l’aise avec… un pull rouge de laine fait main où une couronne de Noël orne le devant. Venant de sa part, c’est surprenant… mais pas tant déroutant en fin de compte. Elle s’aperçoit que je lorgne sur son pull et ricane d’amusement en se pinçant les lèvres.

    Fanny : - Je l’ai acquis en passant commande auprès d’un marchand local. Il me donnait envie de le porter pour l’occasion alors j’en ai pris un. Il est beau, hein ?
    Moi : - Oui, on peut dire qu’il est chic.

    Aussitôt depuis la cuisine du comptoir, Reyn revient avec une énième tasse de chocolat chaud et un sablé au passage en apportant tranquillement le tout à la visiteuse. La jeune blonde attend que ma sœur lui tende son petit plateau puis elle prend d’abord la tasse qu’elle porte à ses lèvres. Son regard montre un air satisfait, tant par la qualité de la boisson que par sa douceur, puis elle prend le sablé pour le croquer. À l’entendre, les sablés sont eux aussi succulents et bien réussis.

    Fanny : - Alors c’est ça un chocolat chaud de Noël et un sablé. J’adore. Du très bon travail Reyn, c’est un vrai délice et ton sablé est aussi moelleux à l’intérieur que doré et croquant à l’extérieur.
    Reyn (télépathie) : - Merci beaucoup.
    Fanny, finissant sa tasse et son sablé : - Il faudra que tu me prêtes ta recette pour d’autres occasions. (Elle porte son regard vers le traîneau.) Galen, si tu permets, je pense que je vais aller m’installer sur ce traîneau. Il m’a l’air bien solide et bien décoré.
    Moi : - Je me suis débrouillé pour qu’il soit à l’épreuve des grandes charges, en le concevant avec du bois venant des arbres de Kasshyk et aussi ressemblant que l’on le pense. Pour les rennes, de vrais n’auraient pas marché alors j’ai mis des versions holographiques.

    Fanny Keto montre à bord et s’installe doucement sur la première banquette. Le bois du traîneau grince dans un léger murmure mais il ne tremble ni ne bouge d’un poil ; elle dépose son manteau et un petit sac plutôt rempli puis elle reste assise sur la banquette aussi longtemps qu’elle le souhaite. Ladite banquette est recouverte d’un revêtement en grosse et épaisse laine synthétique avec quelques petits coussins sur les côtés. En m’approchant, je me rends compte qu’elle passe de la gaieté à la mélancolie.

    Moi : - Fanny, qu’est-ce qui ne va pas ?
    Fanny : - Non rien, ça va. Je me souvenais juste… que c’est la première fois que je montre sur un traîneau mais qu’il n’y a pas le Père Noël. Gamine, j’enviais les autres enfants qui pouvaient venir sur les genoux de ce vieux et grand monsieur pour lui demander un souhait. Mes parents ne m’ont jamais permis de genre de faveur, disant que je n’avais pas besoin de ce personnage pour avoir ce que je souhaitais. (Elle marque un court silence puis elle tourne sa tête vers moi.) Galen, je crois que j’ai bien fait de venir vous voir à l’Académie pour un petit passage bien mérité. Et à te voir, on dirait que tu fais le…
    Moi, ironiquement mais gentillet : - C'est voulu en fait. Disons que comme les maîtres Jedi sont tous occupés et ne participent que rarement aux fêtes, c'est à moi de jouer le petit "père Noël" pour cette saison.
    Fanny : - C'est génial.

    Enfin une réponse qui est agréable à entendre. Du moins, la première que j'entends avant d'entendre mon ami R1 m'alerter de ces bips préventifs que quelqu'un arrive. L'heure convenue est arrivée, les derniers restants de l'Académie vont venir ouvrir leurs cadeaux et prendre un bon repas matinal de Noël.


    JOYEUX NOËL À TOUS ! (Signé Galen)

    Ce message a été modifié par galen-starkyler le mercredi 19 décembre 2018 - 22:09

    mercredi 19 décembre 2018 - 12:43 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    11100 Crédits Modo

    Noël à l'Académie

    Aujourd’hui, c’était Noël ! J’avais mis un peu de temps avant de m’habituer à cette tradition du Noyau mais après plusieurs années j’avais fini par l’intégrer. Comme tous les jours, je pénétrai dans la salle commune, mais une mauvaise surprise m’y attendait : Fanny Keto. Je me figeai un instant. La jeune femme était clairement dans ma liste des personnes de qui mon instinct disait de me méfier. Cerise sur le gâteau, elle était assise juste à côté de Galen, trop près pour quelqu’un qui avait essayé de le tuer à plusieurs reprises il n’y avait pas si longtemps. Je serrai les dents, puis lançai froidement :

    Moi : Je me demandais qui s'était posé sans autorisation. J'imagine que j'ai la réponse, mademoiselle Keto.

    Les deux se retournèrent, visiblement surpris de me voir.

    Galen : Ah Kinsa... Tu es là. Je suppose que te souhaiter "joyeux Noël" est peu approprié à la situation.
    Moi, rogue : Je vous dérange, peut-être ? 
    Fanny : Non non, pas du tout. On... terminait juste de discuter. Rien de bien important d'ailleurs. 

    Elle se leva du traîneau en prenant ses affaires. 

    Fanny : D'ailleurs, je m'apprêtais à partir. J'étais seulement de passage.

    Je la fusillai du regard.

    Moi : De passage ? Vous n'auriez jamais dû venir ici.
    Fanny : C'est juste un petit passage de rien du tout, d'accord ? Rien de bien alarmant puisque je suis venue sans armes et sans mauvaises intentions. Et puis, Galen m'aurait laissée dehors depuis un moment si c'était le cas.

    Elle commença à se diriger vers la sortie de service, mais je croisai les bras d’un air sévère. Au-delà de mon ressentiment personnel, je me devais de garder l’Académie en sécurité. 

    Moi : Et je suis censée croire une Chasseuse comme ça ?
    Fanny : Je ne vous demande pas de me croire mais de me laisser me justifier. Je ne fais que passer par ici parce que j'avais besoin de changer d'air. De trouver un Noël plus joyeux que ceux dans le centre galactique. Et je suis venue, j'ai vue et je repars d'où je viens avec la certitude que j'ai eu raison de venir. J'ai pris le temps de me faire pardonner avec Galen et ça me convient parfaitement. Sur ce, je vous laisse... et joyeux Noël. 

    Elle ouvrit la porte, enveloppée dans son manteau, puis la passa pour sortir et s'enfoncer dans la jungle enneigée en fermant derrière elle. Galen croisa les bras, exaspéré, mais je ne le laissai pas formuler les reproches qu’il préparait.

    Moi : Elle faisait quoi ici ?
    Galen : Elle vient de le dire.
    Moi : Tu m'excuseras de rester sceptique....
    Galen : Kinsa, je peux comprendre que tu tiens à la sûreté de cette Académie autant que de l'Ordre, mais je peux t'assurer que je n'aurais pas laisser entrer Fanny si elle nous voulait du mal. Je l'aurais senti. Et puis, qui serait assez bête de toquer poliment à la porte de service pour nous attaquer ? Pas elle en tout cas.

    Je soupirai. Mon petit ami était bien trop naïf, parfois…

    Moi : Je sais. Mais à l'avenir, sois un peu plus prudent. Tu as tendance à t'attacher aux âmes que tu penses en rédemption. Elles ne le sont pas toutes. 

    Galen se dirigea vers le comptoir pour voir ce qu'il peut faire d'autre pour cette matinée, en rajustant son manteau de bure de Noël.

    Galen : C'est mon côté Jedi qui ressort voilà tout. Je te sers quelque chose ou tu veux patienter un peu, vue que tu es la première arrivée ?
    Moi : Oh je vais attendre Zadyssa, je pense. Mais je suis sérieuse à propos de Keto. Je ne la sentais pas à l'époque et je ne la sens pas davantage aujourd'hui.
    Galen : C'est réciproque après tout, elle a été durant un long moment une ennemie et les blessures de guerre sont généralement dures à cicatriser. 

    J’eus un sourire amer. Cela m’aurait étonné que Fanny Keto m’apprécie, et je n’y tenais franchement pas. Et puis, j’avais mon idée de la raison de son animosité envers moi, et ce n’était pas uniquement lié à la guerre…

    Moi : Galen, cette fille te tourne autour.. Juste pour que tu saches.

    Il se dirigea vers le sapin et l'observa un moment, puis donna un dernier petit coup de verni sur le bois du traîneau. 

    Galen : Je ne suis pas aveugle tu sais. Ce n'est pas parce que je ne peux pas influer sur son mental que je ne sais pas reconnaître des signes physiques qui témoignent de ça. Et depuis quelques temps, j'y vois... de la honte et du remord.
    Moi : Ce n'est pas de ta faute. À moins que les signes proviennent de toi…

    Cette éventualité fit mon cœur se serrer, même si j'étais certaine que c'était impossible.

    Galen : Et toi, qu'est-ce tu vois au juste ? Saurais-tu me dire ce que je ressens maintenant ?

    Je me concentrai. Nous avions déjà expérimenté l’empathie l’un sur l’autre, et puisqu’il me donnait l’autorisation ce serait facile même si je n’étais pas particulièrement douée. Après quelques secondes où je m’ouvris à la Force et à l’esprit de Galen, je pus constater que le doute ne paraissait pas permis. Il était amoureux de moi. Cependant, alors que je m’apprêtais à rouvrir les yeux, je ressentis quelque chose qui me plut beaucoup moins : bien que minime, elle avait également une place dans son cœur… Mais il me laissa rien dire et se retourna, souriant, et dit :

    Galen : Un chocolat chaud, ça te tente ?
    Moi : Je veux bien, merci !

    Reyn, qui avait tout entendu, sort un petit moment plus tard et vient vers la table habituelle pour y déposer un mug de boisson chaude accompagné d'un sablé fait maison et d'un sucre d'orge. Elle m’incita à venir m'asseoir et prendre le petit-déjeuner. Galen se plaça pas très loin de la table, attendant le retour de R1. J’hésitai un instant, puis me forçai à ignorer mes pensées négatives en ce jour de Noël. Cette discussion serait définitivement pour un autre jour. Ainsi, je déclarai avec un sourire :

    Moi : Allez, viens t'asseoir avant que Zadyssa arrive et nous charrie. On le mérite bien, et c'est Noël après tout.
    Galen : Tu préfères la table habituelle... (Il me montra le traîneau.) Ou ce traîneau bien conçu et exclusif pour s'y asseoir ?
    Moi : Il est pas mal, j'avoue. C'est toi ou Dex qui l'a fait ?

    Galen me fit une mine faussement gênée :

    Galen : À ton avis ? même si je serais curieux de voir comment Dexter arriverait à reproduire cette même ambiance festive pour l'an prochain.

    R1 arrive au même moment et lui donne un bonnet rouge à bord blanc laineux et à pompon blanc qu'il revêt sur sa tête brune. 

    Galen : Bon, moi je t'attends là-bas !

    Il alla vers le traîneau et s’installa sur la banquette avant, un genou posé sur l'autre. Je le rejoignis, mon chocolat chaud dans les mains, et je ne pus m’empêcher de rire :

    Moi : Tu fais un magnifique Père Noël, Galen Arek.
    Galen : Évidemment, même sans la barbe !

    Je posai ma tête contre son épaule et soufflai :

    Moi : Joyeux Noël.
    Galen : Joyeux Noël aussi, Kinsa.

    Mais au fond de moi, je pensais à Galen et Fanny assis sur ce même traîneau, heureux et complices. Et cela me faisait plus mal que je le pensais.

    lundi 24 décembre 2018 - 12:52 Modification Admin Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7250 Crédits

    Noël à l'Académie

    Ce matin je m'étais organisée un entraînement matinal en prévision de la suite de la journée : étant donné que c'était Noël, j'aurai peu de temps pour m'entraîner, et il était hors de question d'en profiter. J'avais des mouvements à perfectionner, notamment l'association de l'Ataru et du Soresu avec l'Inertie. Et je devais encore trouver les meilleurs moments pour exploiter mes aptitudes au corps-à-corps dans tout cela, afin que cela devienne un automatisme et que je me forge mon propre style. Enfin bref, j'avais du boulot. Ainsi, accompagnée de mon fidèle sabre laser, je m'entraînai deux heures durant avant d'arrêter et d'aller me doucher pour être propre pour la fête.

    Je m'habillai et décidai de mettre un "bonnet de Noël", comme ils disaient, pour être un peu dans le thème. Je n'avais jamais réellement fêté Noël avant d'arriver à l'Académie. Bien sûr, c'était une fête propre aux mondes du Noyau mais ma mère ne le fêtait pas et je n'en avais jamais eu l'occasion ensuite. J'ignorai même pourquoi il y avait une fête. Je savais juste qu'il fallait s'offrir des cadeaux et qu'il y avait une sorte de code couleur à respecter : vert et rouge.

    Ainsi, je pénétrai dans la salle commune et tombai nez à nez avec ses seuls occupants : Galen,Reyn et Kinsa. Ma grande soeur avait sa tête sur l'épaule de Galen et je ne pus m'empêcher de sourire.

    Moi : Comme c'est miiiignon !

    Aussitôt, les deux amoureux se séparèrent tandis que je fixai Kinsa avec un sourire taquin.  Elle ne me renvoya pas la balle alors que d'habitude elle en profitait toujours pour me parler de Zokuron et moi. Notre lien confirma ce que je pensais : il s'était passé quelque chose. Mais comme ce quelque chose semblait avoir un lien avec Galen, je ne dis rien et me contentai de le saluer, lui ainsi que sa petite sœur, Reyn.

    Galen : Sympa ton bonnet, Zadyssa.
    Moi : Merci, j'ai essayé d'être dans le thème, cette fois.  (je désignai le traîneau) : Pourquoi il y a ça ?

    Il me regarda avec étonnement tandis que j'attendais sa réponse.

    Galen : Tu ne connais pas l'histoire de Noël ?
    Moi : Y'en a une ? Et je devrais la connaître ?

    Il me dévisagea avec le regard signifiant "Tu es désespérante" tandis que je haussai les épaules. Je ne voyais pas l'intérêt de la connaître. Tout ce qui était important, pour moi, c'était que cette fête réunissait tout le monde. Mais comme il semblait vraiment désespéré, je sortis mon datapad et effectuai quelques recherches jusqu'à tomber sur des informations.

    Moi : Hum... Je vois toujours pas pourquoi un vieux et gros monsieur habillé en rouge avec un traîneau, des rennes et des lutins doit donner des cadeaux à tous les enfants. Et il fait comment pour passer en hyperespace ? Et puis, vous trouvez pas ça bizarre ? Qui de normalement constitué laisse un inconnu entrer chez soi pour avoir des cadeaux ?

    À leurs têtes, notamment celle de Reyn, je compris que je venais de réduire à néant le mythe du Père Noël.

    Kinsa : Eh bien... Ça doit être pour ça que cette tradition est propre aux mondes du Noyau.

    J'esquissai un sourire tandis que Galen se levait pour me demander si je voulais un chocolat chaud. J'acquiesçai avec joie et il partit avec Reyn s'affairer au bar. J'en profitai alors pour sauter dans le traîneau et m'asseoir à côté de ma grande soeur. Je la prise dans mes bras :

    Moi : Joyeux Noël !
    Kinsa, m'ébouriffant les cheveux : Merci. À toi aussi.

    J'hésitai un instant avant de demander, en baissant d'un ton :

    Moi : Dis... il s'est passé quelque chose avec Galen ?

    Elle se crispa et je sus que j'avais vu juste.

    Kinsa : Je... oui. Mais... ce n'est pas le moment d'en parler.

    J'acquiesçai lentement, n'insistant pas. Alors je lui mis le bonnet sur la tête en me débrouillant pour qu'il tienne.

    Moi : Tiens, comme ça tu es associée à ton Galen. Le père et la mère Noël. Moi je fais une lutine.

    Je me créai une image mentale puis lui pris la main.

    Moi : Et là, on vole au-dessus des nuages et on voit les étoiles !

    Pour ponctuer cette phrase, je lui transmis par télépathie et grâce à notre lien ce que je voyais, prête à continuer jusqu'à la fin de mon histoire. 

    Moi : Ensuite, on plonge sous l'eau ! Une bulle l'empêche de de nous noyer. Et au-dessus, à la surface, on voit une lune qui brille. Après... on va dans un canyon. Le soleil se couche dessus et il apparaît orange-rouge. C'est beau, hein ?

    Je lui lâchai la main tandis qu'elle clignait des yeux pour se réhabituer à la luminosité de la salle commune.

    Kinsa : Très beau. Tu as vu tous ces paysages ?
    Moi : Non. C'est juste mon imagination.
    Kinsa : Et tu fais ça souvent ?
    Moi : Je le faisais. Quand j'étais seule avec Law. Pour passer le temps, me rassurer... Croire que je n'étais pas enfermée...

    Elle ne sut pas quoi dire et se contenta de me serrer contre elle.

    Moi : Je me suis dit que... je pouvais te le partager. Parce que ça ne doit pas rester quelque chose de négatif.
    Kinsa : Et tu as raison. (elle me rendit mon bonnet) : Allez, garde ça, petite lutine, et viens boire ton chocolat.

    En effet, Galen et Reyn nous attendait à notre table habituelle, et j'eus le plaisir de goûter le délicieux chocolat chaud de Reyn, que je n'hésitai pas à féliciter. Elle me tendit alors ses sablés et je dus me faire violence pour ne pas tous les dévorer.

    La fête ne faisait que commencer, les autres ne tarderaient pas à arriver.

    lundi 24 décembre 2018 - 16:39 Modification Admin Permalien

  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    9589 Crédits Modo

    Un jour nouveau se lève dans la plénitude de la majestueuse et luxuriante lune de Yavin IV. Le temps est exclusivement à la clarté cyan du ciel et peu de nuages viennent planer ou voguer dans l’atmosphère, puisque les dernières neiges ont terminé de recouvrir les pâturages et les boisseaux de l’immense jungle pour fondre petit à petit et rendre sa verdure typique et incommensurable pour cette période de légère transition. Le froid mordant souffle encore et toujours mais la lumière solaire et la teinte orangée de la grosse planète gazeuse viennent compenser avec une tiédeur agréable. Au loin, dans le voile sidéral, une poignée d’étoiles rebelles viennent trouer de pointillés blanc l’azur.

    Je ne vous le cacherais pas : c’est un jour calme. Assurément calme et même peut-être trop à mon goût. Ces dernières semaines, entre les requêtes civiles dans les systèmes stellaires et planétaires et les journées dédiées aux apprentissages et aux entraînements quotidiens, ont été longues et actives. Les murs de l’Académie étaient aussi déserts que si les résidents de rang standard avaient mis les voiles pour un long moment avant de revenir se poser un peu. Et aujourd’hui, tout redevient normal.

    Euh… non en fait.

    Cette journée qui commence est tout sauf normalement normale. Parce que nous sommes le premier jour du second mois de l’année, que le temps clément en-dehors offre l’envie de partir se promener pour certains et que la joie et la bonne humeur s’infiltre au travers des murs et des couloirs et des chambres comme un incendie frais et invisible. C’est un jour particulier… et anodin aussi.
    Non que ça me gêne de passer par cette étape qui devait arriver d’un moment à un autre mais il est clair que cette journée-là me rend décidément morose. Un sentiment de mal-être et de vide émotif me donne l’envie de rester blasé et stoïque toute la journée, quitte à gâcher quelques bricoles qui m’arriverait.
    Néanmoins, laissez-moi vous raconter comment se passa cette journée.

    Tout d’abord, je prenais mon service de gérant de la Salle Commune comme à mon habitude, m’occupant de servir les jeunes novices et padawans résidents en formation collective. Leur petit-déjeuner servi, je pouvais faire la plonge tout en observant d’un œil attentif celui ou ceux qui perturberaient l’enceinte. Ce qui me permit de voir que les habitués de la Salle, accessoirement membres du cercle privilégié à la table commune, discutent à voix basse et gloussent entre eux comme s’ils mijotaient quelque chose. Même cette chère twi’lek mandalorienne semble participer à cette conversation-conspiration, elle qui d’ordinaire est plus sérieuse que les autres. Toujours est-il que, sans que je prête attention à eux, je peux sentir qu’ils ont une idée farfelue en tête. Allez savoir.
    Aussi, durant le reste de la matinée, j’avais laissé la Salle ouverte pour que R1 et CJ-3PO puissent passer la serpillière en mon absence ; j’effectuais donc cette première partie de la journée en diverses activités physiques et sportives comme le footing dans la jungle, un peu de musculation pour garder la forme, faire l’arbre droit dans le jardin de la salle des pouvoirs ou encore passer dans chaque pièce pour réparer et entretenir le matériel technique de l’Académie. Une matinée banale, bref. Jusqu’à ce qu’il fut 13 heures.

    Je sors tranquillement de ma chambre, après avoir une douche chaude et remis une tenue propre avec mon sabre, puis je descends de l’étage pour le rez-de-chaussée et me diriger vers la Salle Commune. Mes sens amplifiés et mes lèvres closes, je devine assurément que la grande pièce de vie est animée de l’intérieur alors que j’avais demandé à R1 et CJ-3PO de fermer derrière eux à cette heure. Ce qui ne fait que confirmer mes soupçons. Et en me doutant que ça surviendrait que j’ai prévu un plan de secours.
    Un petit coup de message via comlink et un instant plus tard, quelqu’un vient me rejoindre avec de quoi assurer mes avants. Nous nous rendons tous les deux vers l’entrée de la SCdP, patientons un moment puis j’ouvre la porte principale grâce à mon badge de gérant. Le battant unique coulisse… et mon allié entre le premier pour ouvrir la voie.

    « SURPRISE ! »

    Comme je m’y attendais, la Salle Commune s’alluma d’un coup, via une manœuvre télécommandée, et elle se dévoile avec les murs décorés de guirlandes et nœuds festifs sur des tons bleu, blanc et or ; les tables sont drapées de nappes bleues à dentelles (celles pour les occasions rares) et des ballons de plusieurs couleurs flottent dans les airs mais accrochés par des fins rubans. Une banderole est suspendue par des mini-droïdes flotteurs, avec inscrit dessus la phrase fétiche en basic aurabesh. Des paquets et des sucreries attendent même sur la table habituelle.
    Kinsa, Zadyssa, Ilan, Lysandre, Théobania, Zokuron, Dexter et Enoliwen se tiennent debout, souriants, et semblent avoir pris la peine de se faire beau. Ce qui veut dire qu’ils ont d’abord décoré la Salle eux-mêmes pendant que j’étais absent et avant de se mettre des tenues propres et festives pour l’évènement. Ils ont pensé à tout.

    Tous : - Joyeux anniversaire, joyeux anniversaire ! Joyeux anniversaire Galen ! Joyeux anniver-saire !!

    Ou presque. Vient un tonnerre d’applaudissements résonne tandis que j’observe, depuis l’encadrement de l’entrée, mon double resté immobile et faussement enjoué.

    Ilan : - Joyeux 25 ans Galen !
    Lysandre : - Je dirais même plus, joyeux 25 ans « maître » Galen !
    Zadyssa : - Ça mérite une belle célébration, comme pour Kinsa avant toi.
    Kinsa : - On t’a réservé la surprise d’organiser ta fête nous même, vu que tu as tant fait pour nous ces dernières années. C’est autant notre manière à nous de te remercier et de partager avec toi ce jour. Paré pour passer un bon moment pour ton anniversaire ?

    Ils ne se doutent pas que ce n’est pas moi devant eux.

    PROXY/Galen (prenant une voix de boibot) : - Non, bande de tocards, allez voir ailleurs.

    Il vient tout juste de sortir son arme et de finir sa réplique qu’il presse aussitôt la détente. La mitraillette d’assaut à air comprimé, en plastacier noir et chargeur de billes de peinture, crache à la seconde et arrose toute la Salle de tâches fines à la teinte bleue extrafluo. Ils se mettent tous à couvert, se protégeant de l’attaque en se cachant derrière les tables, et j’en profite pour entrer à mon tour dans la Salle et foncer accroupi vers le comptoir pour m’y cacher. Reyn et R1 sont déjà là, me saluant discrètement avec un sourire amusé, et nous levons un peu la tête pour voir PROXY déguisé en moi qui mitraille de partout la pièce pendant une bonne minute. Par ailleurs, mon ami astromech en a profité pour faire diffuser via les haut-parleurs une série de bruits de déflagrations de balles pour faire croire à une vraie attaque.
    PROXY cesse de faire cracher la fausse mitraillette d’assaut, l’abaisse en la laissant refroidir, puis il reprend sa forme initiale en attendant la suite. Reyn en profite pour laisser s’échapper un peu de fumée de scène pour donner plus de réalisme, tandis que les autres se redressent lentement en constatant l’état de la salle : quelques ballons ont éclaté à cause des balles, les guirlandes sont un peu abimées et les murs sont recouverts de tâches bleues qui les salissent. Un peu de nettoyage rapide et tout sera comme neuf^^.

    Zadyssa : - Mais qu’est-ce qui s’est passé ?!
    Kinsa, en reconnaissant l’holodroïde : - PROXY ! Que fais-tu là avec cette arme ? Où est Galen ?!

    Sans rien dire, il pivote son buste vers le comptoir. Kinsa et les autres tournent leur regard dans cette direction, surpris et intrigués. La brume artificielle s’estompe et ils me découvrent derrière mon bar, à astiquer les verres avec mon torchon sans être perturbé par l’incident voulu. Un sourire amusé et naïf aux lèvres, sans cesser d’essuyer mon verre, je m’adresse à eux.

    Moi, imperturbable : - Kes-kes-kes qu’est-ce que je vous sers ?

    Pour mon vingt-cinquième anniversaire, rien ne vaut une bonne mise-en-scène pour tout gâcher^^.

    vendredi 01 février 2019 - 08:14 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    11100 Crédits Modo

    Je souris à la farce de Galen, puis m’approchai de lui pour lui souhaiter véritablement un joyeux anniversaire. Je ne pus t’empêcher de le taquiner :

    Moi : Hé bien, tu vieillis dis donc ! Si ça se trouve, dans quelques années tu vas te retrouver avec une très respectable barbe blanche. Je ne serais pas surprise.
    Galen : Pour la barbe…je n’exclus pas l’idée. Mais le blanc, non merci.

    Je lui donnai une petite tape sur l’épaule et ajoutai :

    Moi : Parce contre, c’est pas moi qui nettoie ce bazar !
    Zadyssa : Et moi donc…
    Galen : Du calme les filles. CJ s’en occupera.
    Moi : Je reconnais bien là ce brave droïde…toujours prêt à aider…pas comme certains holodroïdes que je ne nommerai pas.
    PROXY : Pour ma défense, mon assistance à la plaisanterie du Chevalier Arek est tout à fait dans le domaine d’assistance. 

    J’émis un petit rire, et la fête commença. Pour l’occasion, j’avais pris la peine de m’apprêter, selon les conseils de Shina selon laquelle non, on ne portait pas de beskar’gam à une fête d’anniversaire. Le conseil, ou plutôt l’ordre, avait également servi pour Zadyssa, qui arborait la seule robe qu’elle possédait. Après quelques discussions, Aynor nous rejoignit et alla à son tour souhaiter joyeux anniversaire à son ancien padawan, tandis que je restais avec les Chevaliers parmi lesquels se trouvaient Eckmül, Shina et Orvi, arrivés peu après la plaisanterie de Galen.

    Eckmül : Vous ne trouvez pas qu’on enchaîne les fêtes ?
    Moi : C’est une bonne remarque. C’est vrai qu’on serait bien plus utiles…

    Le Kiffar me donna un coup de coude.

    Orvi : Pour une fois qu’il y a quelque chose à fêter, tu ne vas jouer les trouble-fête en nous rappelant tout ce qui se passe mal !
    Moi : Ahem, c’est nos jobs…
    Zadyssa : Elle n’a pas tort.
    Orvi : Vous êtes déprimantes. 

    Quelques minutes plus tard, j’entendis Aynor appeler au rassemblement pour la traditionnelle séance de cadeaux. Je passai juste après elle, et tendis à mon petit ami un billet qu’il dévisagea avec émerveillement :

    Galen : Un billet pour le Festival des Jeux Holographiques de Chandrila ? L’évènement de l’année organisé par HoloNet Productions ? C’est génial !
    Moi : Ouais… Pas trop mon genre, mais t’en parlais, je me suis dit que ça te ferait plaisir.
    Galen : Merci beaucoup, Kinsa.

    Je souris. Si Galen était heureux…c’était l’essentiel.


    mardi 05 février 2019 - 20:58 Modification Admin Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Discord

Discutons :)

54 fans connecté(s)

Evénements

Comic Con Paris 2019

25 oct. 2019 - 27 oct. 2019

Expo Chtar Wars 2.0

09 nov. 2019 - 11 nov. 2019

HeroFestival Marseille 2019

09 nov. 2019 - 10 nov. 2019

Star Wars Episode IX

18 déc. 2019

Evénement Planète Star Wars Episode IX

18 déc. 2019 - 22 déc. 2019

Star Wars IX

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide