Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
Star Wars Episode III : Revenge of the Sith

Piste 7 : Grievous and the Droids

3.28

Un morceau en fanfare, dans la même veine que General Grievous, inutile donc de trop s'étendre sur des aspects déjà évoqués plus haut.
On commence par une introduction mêlant tambours, trompettes et cors. Un mélange qui cerne parfaitement le personnage du Général Grievous. Les violons jouent de façon brève, ponctués par une note de tuba. Vers 0:15, le rythme change, les trompettes s'accentuent et montent dans les aigus, avec des coup de grosse caisse. Une pause puis le morceau ralentit, avec deux instruments doux. Le rythme accélère légèrement avec les tubas. Vers 1:15, cette fois, l'accélération est soudaine. Grievous est au centre de ce passage, son thème, fait de cuivres, est cité sur un fond de tambours. La prédominance des cuivres et leur force indiquent sans doute l'arrivée du général. Un violon interrompt le rythme, très vite rejoint par un tuba et une trompette, toujours sur fond de tambour. Les percussions sont elles aussi très présentes, un xylophone est ajouté quelques secondes plus tard ( John Williams semble par ailleurs affectionner le xylophone pour ce qui est des musiques de StarWars ).
Vers 2:35, son thème est répété de façon bien plus évidente. Vers 3:10, le rythme ralentit, avec une citation du thème de la Force qui clôt le morceau.

Mon avis : une piste tout à fait semblable à General Grievous. Sans doute plus enjouée, plus rythmée puisqu'elle possède plus de tuba. De nouveau donc, un style très williamesque ( c'est l'adjectif qui a été inventé pour décrire le style de John Williams ).


Piste 8 : Padmé's Ruminations

3.17

Un style de musique tout à fait inédit chez John Williams. Le morceau illustre les pensées tumultueuses d'une Padmé plongée dans le doute et le désespoir. Le morceau débute dans le silence pour introduire un chœur d'homme, grave et servant de fond. Un instrument aux sons assez proche-oriental connote par de longues notes la douleur qui étreint Padmé, tant au niveau d'Anakin que de leur fils et du sort de la République en guerre. Cet instrument retentit comme un cri de désespoir. Il est rejoint par une flûte au son toujours asiatique, introduisant l'introspection de Padmé. Puis des voix de femmes débutent, formant une longue complainte sur un fond très grave. On ne peut alors s'empêcher de penser à la bande originale de Gladiator, de Hanz Zimmer, avec le morceau The Wheat ,( piste 2 ) ou encore Sorrow ( piste 5 ). Suivent des violons aux notes elles aussi graves aux notes liées. Leur succède un bois, vers 2:30, accompagné d'un tuba ou d'un trombone. Puis les violons reprennent pour terminer.

Mon avis : une musique calme, aux accents orientaux, convenant parfaitement à Padmé et au caractère féminin. C'est la raison pour laquelle le thème est si particulier. Un bon exemple de l'éclectisme de John Williams. Très belle piste.


Piste 9 : Anakin Vs Obi-Wan

3.57

C'est une musique de duels, duels avec un "s" car elle illustre les combats parallèles entre Obi-Wan et Anakin et entre Yoda et Sidious. Deux duels de titans pour une musique tout aussi titanesque.
On commence avec une reprise de Battle of the Heroes qui enchaîne sur la Marche Impériale, plus lente et sur un fond de violon ponctué de xylophone. On revient ensuite à Battle of the Heroes, mais cette fois les cuivres jouant l'air principal se sont vus ajoutés des violons. Ces derniers prennent le dessus, les cuivres s'effacent et la phrase est répétée au violon, tout aussi tragiques. Les trompettes de Battle of the Heroes s'interrompent vers 0:55 pour laisser place à une reprise du thème utilisé pour la combat entre Luke Skywalker et Dark Vador dans L'Empire Contre-Attaque, une version plus saccadée de la Marche Impériale, jouée avec force de cuivres. La transition entre cette phrase est la suivante est assurée par des violons, tout d'abord très aigus pour finir très graves, ponctués au milieu par une sonnerie de trompette. Les violons débouchent sur une Marche Impériale toujours ralentie pour un effet plus lourd et tragique, auquel on ajoute encore des cymbales. Cette Marche Impériale ( utilisée pour le combat dans l'Episode V ) voit chaque phrase terminée par un claironnant TATATA, renforçant l'effet de poids produit, un poids qui s'abat sur les Jedi ( en l'occurrence Obi-Wan et Yoda ), de la même manière que Vador battait aisément son fils, le Côté Obscur déchaîne sa haine sur le Côté Clair. La fin de la Marche Impériale vers 2:15 est très forte, très puissante, l'Empire voit son avènement. Le morceau se poursuit avec des violons aux notes graves, bourdonnantes, avant de revenir à Battle of the Heroes. Pour la première fois du morceau, c'est la version chorale qui est insérée, on atteint les plus hauts sommets de l'émotion avec cette combinaison des violons, des cuivres et des chœurs. Le rythme est coupé brusquement pour revenir à une phrase simple de violons puis Battle of the Heroes revient avec une note chantée poussée ( c'est vraiment magnifique ce moment là , l'émotion nous submerge ) et une reprise du thème de la Force. Battle of the Heroes est de nouveau cité. Puis une note de cuivre conclue le morceau.

Mon avis : une piste magnifique, pour des combats mythiques. Une reprise très bien orchestrée de la musique du combat entre Luke et Dark Vador dans L'Empire Contre-Attaque. De magnifiques reprises de Battle of the Heroes et Duel of the Fates, le combat et l'émotion sont rendus en puissance. Mémorable, inoubliable, vraiment superbe.


Piste 10 : Anakin's Dark Deeds

4.05

Le morceau qui correspond, dans le film, à l'assassinat des leaders de la Fédération du Commerce sur Mustafar par Anakin et à l'avènement de l'Empire lors du discours de Palpatine au Sénat.
La musique commence par un chœur léger de voix féminines, aux connotations mystérieuses, peut-être douloureuses. Un coup de grosse caisse entrecoupe le deux premières phrases. Une dernière note s'élève, légèrement plus forte que les autres avant que la musique s'élance : un roulement de tambour précède un chant guttural en forte subito avec un rythme accélérant s'achevant sur des notes en staccato sur fond de xylophone. Une musique tragique et emplie de désespoir, l'Empire est né.
Les chœurs s'achèvent sur un note grave de cuivre, poussée ( vers 0:45 ). Puis les violons répètent un motif, laissant parfois entendre un cuivre. Ces phrases sont en rapport direct avec Anakin tuant pour le compte de Sidious mais aussi les applaudissements à l'annonce de l'avènement de l'Empire et la phrase de Padmé : " ainsi s'éteint la liberté … sous une pluie d'applaudissements…". Des cuivres forment le fond et accompagnent les violons, leur son grave parfait l'impression de tragique déjà très présente. Les violons répètent le même motif, ce qui s'avère être un procédé poignant très efficace. Vers 0:55, les violons montent dans les aigus, les cuivres restent dans les graves, l'écart mis entre les deux instruments peut rappeler celui qui se creuse entre Anakin et Padmé, entre deux idéaux, entre deux régimes, entre les deux côtés de la Force. Vers 1:00, le ton change, les cuivres remplacent les violons : Anakin est seul visé par la scène et la musique, une musique plus grave donc, en rapport avec sa mission. Et les chants reprennent, graves et poignant, si Anakin éprouva de la rancœur après avoir massacré les Tuskens dans l'Episode II, il ne semble plus avoir de pitié à trancher les vies des cibles de l'Empereur. La transformation paraît totale. Les cuivres reprennent juste après le chœurs, dans un note longue et grave, puis continuent à jouer de façon détachée et implacable, à la manière d'Anakin. Jusqu'à ce que de nouveau les chœurs retentissent vers 1:42. Quand ils se concluent, les cuivres ne sont plus graves mais laissent place aux notes triomphantes d'une trompette qui après un léger crescendo montant laissent place aux cuivres graves entonnant le motif principal, accompagné par un fond de chœurs dissonants, pareils à des cris, symbole de douleur et de mort. Cette phrase finit en un rapide decrescendo. Le motif principal est repris par des cuivres vers 2:14, très doux, signifiant la fin irrévocable des libertés de la République et le passage désormais complet d'Anakin vers le Côté Obscur, le tout accentué par un violon lancinant, criant de douleur. On pourrait aussi assimiler ce passage à la stupéfaction des Républicains face au discours de Palpatine et à son "intronisation". Puis les rôles s'inversent, l'effarement laisse place à l'effroi, les violons gagnent en puissance et laissent la douleur s'exprimer, un coup de grosse caisse est marqué, le motif reprend de nouveau avec les cuivres et des violons, puis la trompette prend le dessus et lance quelques notes claironnantes et montantes, telle une sonnerie, annonçant l'avènement de l'Empire Galactique et l'entrée dans une nouvelle ère, "pour une société fondée sur l'ordre et la sécurité".
Le morceau s'achève sur un crescendo de cuivres et un roulement de tambours.

Mon avis : un très beau morceau, illustrant à merveille l'entrée dans l'ère impériale et le basculement d'Anakin vers le Côté Obscur ( déjà largement évoqué dans Anakin's Betrayal ), une musique simple mais puissante. Très bonne utilisation des chœurs, une nouvelle fois.


Piste 11 : Enter Lord Vader

4.14

Le début de cette piste semble faire allusion à Grievous, on y retrouve les traits caractéristiques de son thème, des cuivres dans un style fanfare, aux notes souvent liées. Puis on remarque une très brève citation ( 5 notes ) de l'introduction d'Across the Stars, avec des violons aux notes douces qui enchaîne directement avec une autre phrase au violon. Le violon peut ici être interprété soit comme l'expression de la douleur, soit du doute qui siège en Anakin, devenu Vador. S'en suit une musique très solennelle avec une trompette aux notes douces, symbolisant l'abandon, le désespoir, peut-être aussi l'impossibilité d'Anakin d'échapper à son destin.
Puis le morceau enchaîne sur un autre motif, rappelant une nouvelle fois celui de Grievous, avec force de cuivres et de percussion, mais auquel vient s'ajouter un violon aux notes longues. Ce motif passé ( vers 1:10 ), on retrouve les violons qui dégagent cette fois un sentiment de mystère croissant. Un cuivre fait une brève apparition, toujours dans un ton grave et désespéré. Le violon revient, bien plus fort, plus puissant, avec que quelques cuivres faibles, hésitants, sur un fond de tuba très grave auquel vient s'ajouter le violon. C'est une atmosphère vacillante. La musique parvient à une phrase de transition vers 2:15. Puis on revient à un motif cuivré, semblable à celui de Grievous, puis à une trompette aux notes rapides. Succède à ce motif une phrase au violon accompagnée de cuivres au ton implacable, pesant. A partir de 3:05, les tambours viennent s'ajouter aux cuivres, donnant un effet bien plus grave de marche militaire, avec violons et tubas. Une pause est marquée vers 3:15, avant une citation de la Marche Impériale, plus lourde car chargée en cuivre, débouchant sur un air douloureux de violon, transcendent; Si l'épisode III et la Prélogie nous offrent une autre vision de ce Vador implacable que nous montrait la Trilogie, excepté dans l'Episode VI, la musique nous offre ici la vision d'un Vador hésitant et transpercé de douleur. Mais les cuivres reprennent bien vite la place qui est la leur, comme pour cacher cet aspect "faible" de Vador, tel un masque. La Force est bien sur citée à travers une reprise cuivrée de son thème vers 03:40. Le morceau s'achève sur quelques notes aiguës de trompette.

Mon avis : Un morceau certes moins efficace que Anakin's Betrayal mais nous offrant une étude musicale du personnage de Vador. Il semble cependant que cette piste soit le fruit de mélanges de nombreux instants du film.

Discord

Discutons :)

243 fans connecté(s)

Evénements

Paris Manga et Sci-Fi Show 30ème édition

10 avril 2021 - 11 avril 2021

Star Wars Celebration 2022

18 août 2022 - 21 août 2022

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2020 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide